CLINIQUE D OCCITANIE

Logo CLINIQUE D OCCITANIE

Notre politique Développement Durable

Cette politique constitue la traduction formelle de l’engagement de la clinique d’Occitanie en faveur de la conciliation des trois grands principes constitutifs du développement durable, à savoir l’économique, le social et l’environnemental au travers d’un système de management environnemental (SME).
Conscient des impacts de l’activité des établissements de santé sur l’environnement et forte d’appliquer ces principes directeurs, la Clinique d’Occitanie s’engage dans une politique de développement durable se traduisant par des actions concrètes et la mise en œuvre d’un enregistrement EMAS (règlement européen).
 Consulter la déclaration environnementale EMAS.
L'objectif de développement durable vise à satisfaire les besoins de développement et la santé des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.
La démarche qualité inscrite dans le projet d’établissement et dans la dynamique structurelle de la clinique depuis de nombreuses années permet au quotidien la poursuite de l’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins.


Voir leur site internet


Les ruches en images

  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE
  • La ruche CLINIQUE D OCCITANIE

L'apiculteur : Grégoire H.

UTPLA apiculteur Grégoire H.

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Une année positive

Mes chers parrains,


Globalement l'année a été plutôt bonne mais compliquée.
C'est actuellement le temps des récoltes et c'est un peu décevant par rapport à ce que j'attendais : la canicule n'a pas aidé.
C'était vraiment le problème cette année... le temps ! Il a plu jusqu'en juin !
Il y a même eu des périodes où c'était difficile de trouver des moments pour travailler sur les ruches (Avril, Mai,..).
Malgré tout, je m'en suis bien sorti.
J'ai fait beaucoup d'essaims au printemps : les colonies étaient plutôt belles avant les miellées d'été.
Et là, c'est la petite déception, je pensais vraiment que ce serait mieux...

Mais ça ira!

Sinon, je m'occupe de mieux en mieux des ruches.
Je sais quand il faut y aller !
J'ai racheté du matériel, des hausses.
J'ai essayé quelques ruchettes en polystyrène pour voir ce que ça donne et ça a quelques avantages thermiques (et de poids pour l'apiculteur) : les essaims peuvent se développer facilement dedans au printemps.
Voilà !
Plein de petites avancées et une année positive sans être formidable.
Maintenant, c'est le temps pour nettoyer les ruchers, en trouver d'autres éventuellement, anticiper la future saison, ranger le matériel, et puis mettre en pots le miel, .... et l'envoyer aussi ;) à ceux qui seront ravis de le recevoir!

Encore merci pour votre soutien et à bientôt.

Grégoire

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Lavaur

Le rucher de Lavaur

Le 1er rucher est situé à côté de Lavaur dans le Tarn, à 35 min de Toulouse.

Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Edito

Avant de vous donner quelques nouvelles des abeilles, ce sont des nouvelles de notre Biodiversité toute entière que nous souhaitons partager avec vous.
Isabelle AUTISSIER, Présidente de la WWF France, a dénoncé cette semaine la pression constante de l’homme sur les écosystèmes. Dans son rapport sur la disparition des espèces, elle déclare
« La Terre a perdu 60% de ses populations d’animaux sauvages depuis 1970 ».



Face à cette situation, l’organisme déclare qu’il n’y a pas de petites actions et que NOUS pouvons et devons agir, à notre niveau pour changer les choses. Nous ne devons pas attendre que les autorités publiques et les politiques prennent enfin des engagements concrets.

Ce message, fait écho à l’action qu’Un toit pour les abeilles mène conjointement avec vous, depuis plusieurs années déjà. Votre soutien permet concrètement de faire évoluer, doucement mais surement les choses, et pour cela nous vous disons MERCI.

Aujourd’hui et toujours grâce à vous, nous faisons encore plus pour la Biodiversité, en soutenant la réintroduction de ruchers en Abeilles Noires endémiques. Il s’agit de notre abeille ancestrale, celle qui a survécu aux deux glaciations et qui est aujourd’hui en danger.
Si vous souhaitez nous aider et soutenir l’Abeille Noire, c’est possible au moment de votre parrainage ou de la reconduction de ce dernier.
On vous en dit plus sur notre site : https://www.untoitpourlesabeilles.fr/abeille-noire.html



Que se passe-t-il dans la ruche ?

L’hiver est arrivé, sans prévenir… Nous sommes en novembre, cela semble finalement normal que le froid tisse doucement sa toile. Mais les températures des dernières semaines, particulièrement chaudes pour la saison, nous ont fait oublier quelques peu la saisonnalité naturelle.
L’intensité avec laquelle l’hiver est arrivé a été intense. Plusieurs régions se sont retrouvées en alerte orange (Département de la Loire, Massif Central), ou pire encore, en vigilance rouge (Corse).

Quoiqu’il en soit, que le froid soit arrivé avec douceur ou avec plus ou moins de violence, le constat est clair, nous rentrons dans la période hivernale.



Les abeilles sont ainsi rentrées dans l’hivernage, période durant laquelle elles vont rester, confinées dans les ruches et ne plus sortir. De toute façon, dehors, il ne reste plus rien à butiner. Les premiers froids et premières gelées ont mis fin aux floraisons de l’arrière-saison.
Et c’est tant mieux pour les abeilles que l’hiver revêt ainsi son manteau blanc.
L’an passé, il n’avait pas fait suffisamment froid et les abeilles avaient retardé leur hivernage, consommant leurs dernières ressources prématurément.

Dans la ruche, les abeilles se tiennent serrées, les unes contre les autres pour former une grappe qui va leur permettre de se tenir chaud cet hiver.

Zoom sur … L’Hivernage




En hiver, les abeilles forment une boule en forme de grappe de raisin dans la ruche. On dit alors que les abeilles « se grappent ».
A l’extérieur de la grappe, elles forment ce qu’on appelle le « manteau ». Celles qui se situent à l’intérieur de la grappe vous adopter un mouvement qui va permettre de chauffer et maintenir l’intérieur de la grappe à 30°C.
Le manteau extérieur lui atteint une température d’environ 10°C.
En dessous de 7 °C, les abeilles sont en danger. Elles ne peuvent littéralement plus rien faire. Elles se détachent de la grappe, tombent et meurent.
Elles ne dorment donc pas pendant l’hiver, elles n’hibernent pas à proprement parler.
Leur fonction principale et unique est de maintenir la grappe au chaud.


De son côté, l'apiculteur …

Durant cette période les interventions de l'apiculteur sur les ruches sont limitées. L’ouverture des ruches en période froide n’est pas recommandée de toute façon.
Les abeilles n'aiment ni le froid, ni l'humidité. Les ruches ont donc besoin d’air qui permet d’éviter la sur condensation dans la ruche.
Il faut toutefois les positionner dans un lieu préservé du vent.

L’apiculteur profite donc de cette période plus calme, pour empoter le miel extrait il y a quelques semaines et qui fera le bonheur des parrains et clients. Il peut aussi se consacrer à la commercialisation de son miel à la Miellerie ou sur les marchés ainsi qu'à l'entretien du matériel pour la saison suivante.
C'est aussi l'occasion de débroussailler les ruchers ou de préparer de nouveaux emplacements pour l'année à venir.

Le Saviez – vous ?
Le climat environnant le rucher est très important, particulièrement en période de froid. Une intervention au rucher ne pourra se faire que par temps ensoleillé, avec une température supérieure à 15°C, et en l'absence de vent.

Un peu de gourmandise… La recette du mois !
Les fêtes de fin d’année approchent…
On se laisse tenter par le pain d’épices proposé par CuisineAZ

INGREDIENTS

-        250 g de miel
-        250 g de farine de blé
-        100 g de sucre en poudre
-        1 sachet de levure chimique
-        1 sachet de sucre vanillé
-        1 c. à café d’anis vert
-        1 c. à café de muscade râpée
-        1 c. à café de cannelle en poudre
-        1 c. à café de quatre épices
-        2 œufs
-        10 cl de lait

PREPARATION

Préchauffez le four à 160°C (th. 5/6). Dans un saladier, placez la farine de blé, la levure chimique, les deux sucres, l’anis vert, la muscade râpée, la cannelle et le gingembre. Mélangez à l’aide d’une cuillère en bois. Dans une casserole faites chauffer le miel. Versez-le bien chaud sur le mélange de farine, de sucre et d’épices. Remuez à nouveau et incorporez petit à petit les œufs entiers. Puis versez peu à peu le lait juste tiède pour amalgamer le tout. Mélangez jusqu’à obtenir une pâte à gâteaux lisse et homogène, ni trop liquide et ni trop épaisse. N'hésitez pas à réajuster le mélange avec de la farine ou du lait. Versez la préparation dans un moule à cake bien beurré et fariné. Vous pouvez aussi utiliser un moule en silicone sans matière grasse. Enfournez votre pain d'épices au miel et laissez-le cuire pendant 1 heure à 1h15. Pour savoir si votre pain d'épices est bien cuit, plantez-y un couteau. La lame doit ressortir sèche. Lorsqu’il est totalement refroidi, démoulez le pain d'épices puis réservez-le au moins 24 heures avant de le déguster. Le pain d’épices se conserve sans problème une semaine, enveloppé dans une serviette. Il restera ainsi bien gourmand et moelleux.

Bon appétit et surtout partagez-nous vos photos sur les réseaux sociaux !

  MERCI 
La période de fin d’année est toujours propice aux petites attentions…
Nous profitons donc de cette note de novembre pour vous remercier pour votre soutien toujours aussi fidèle et votre bienveillance !
 
BZzzz !  




Imprimer la page

Retour