Actuelles communication

Logo Actuelles communication

Agence de communication spécialisée en relations presse et relations publiques «Les arts de la table et du vin, le tourisme, le bien- être sont nos domaines de prédilection ». Un esprit libre et actuel, rebelle si nécessaire, consensuel, efficace toujours et pour l'instant exclusivement féminin où notre aventure c'est la vôtre !" Véronique Desmazure et Nathalie Boisset, co fondatrices de l'agence.


Voir leur site internet

La ruche en images

  • La ruche Actuelles communication
  • La ruche Actuelles communication
  • La ruche Actuelles communication
  • La ruche Actuelles communication
  • La ruche Actuelles communication

France 3 Bourgogne avec Chantal et Yves

Reportage diffusé le jeudi 6 Octobre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Yves R.

UTPLA apiculteur Yves R.

Yves et Chantal ont débuté en 2010 avec 3 ruches et leur objectif sur 2 à 3 ans est de développer une exploitation afin d'atteindre le nombre de 200 ruches permettant alors d'obtenir un statut apicole professionnel

L'exploitation est conduite selon le cahier des charges de la production biologique du miel en vue d’obtenir la certification biologique Ecocert (choix judicieux de l’emplacement des ruchers, du traitement pour les colonies et les ruches compatible avec la charte Bio...)
Ce choix est motivé par une éthique personnelle et professionnelle engagée pour la protection de l’environnement, ceci dans une optique d’exploitation apicole prospère économiquement.

Chantal et Yves ne pratiquent pas la transhumance, puisque tous leurs ruchers sont fixes, ce qui réduit considérablement les dépenses en carburant, les besoins en mécanisation et ainsi l'impact carbone.

Ils ont choisi des ruches Warré dites plus respecteuses des abeilles et proposent un miel de terroir.
Outre le miel, l’élevage de reines et la production d’essaims, ils récoltent du pollen, de la propolis, de la cire d’abeille ; et, envisagent à terme d’autres produits de transformation du miel, tel que le pain d’épices.

Hivernage saison 2018-2019




Des conditions plus sereines d’élevages des abeilles

Il est un fait que les conditions d’élevage des abeilles sont plus favorables aujourd’hui que durant les années de début de notre activité (2011 à 2016).
Ceci pour trois raisons principales :
- La première qui tient au résultat de votre soutien durable, qui nous a permis de faire face aux difficultés actuelles de l’apiculture, dans un environnement écologique très dégradé et un système économique délirant.
- La seconde concerne une conjoncture météorologique plus favorable en Saône-et-Loire, ses deux dernières années.
Nous n’avions jamais eu, jusqu’alors deux années consécutives aussi propices au développement des colonies d’abeilles.
Il faut être conscient, tout peut changer sur le plan météorologique…
- La dernière tient au fait, que les deux aspects très bénéfiques évoqués précédemment (votre soutien durable et la persistance d’une météo plus favorable) nous ont permis de conduire de manière plus sereine nos colonies.

Pas ou peu de nourrissage en hiver
Notamment, l’hiver dernier, nous n’avons pas eu du tout recours au nourrissage de nos colonies en hiver.
Nous espérons réitérer cet hiver, si le printemps arrive dans les temps, sans trop de contrecoup métrologique : principalement des pluies de trop longue durée.
Le fait de ne pas avoir à nourrir les colonies en hivernage n’est pas tant une économie qu’un vrai plus pour les abeilles, qui passent tout l’hiver avec le régime alimentaire le plus adapté pour elles : le miel !

Le varroa toujours omniprésent
Le bémol réside dans l’infestation par le varroa, de presque toutes les colonies. Le varroa est une espèce d’acariens parasites de l’abeille adulte, des larves et des nymphes.
Il est originaire d’Asie du Sud-Est, où il vit aux dépens de l’abeille asiatique, Apis cerana, qui résiste à ses attaques, contrairement à l’abeille mellifère européenne, Apis mellifera.
Il s’est propagé en Europe, à cause des échanges commerciaux intenses avec l’Asie, notamment, la Chine. Il est une des causes principales de perte de colonies dans les ruchers.
Le varroa pique l’abeille pour se nourrir de son « hémolymphe » (liquide circulatoire de l’abeilles dont le rôle est analogue au sang et au liquide interstitiel des vertébrés).
De ce fait, il affaiblit les abeilles entrave leur plein développement et leur immunité. Il peut même leur inoculer des maladies, notamment virales, dont les effets sont fatals en hivernage.

Le développement du varroa est difficile à contenir en production. Et peu de mes colonies sont génétiquement résistantes au varroa. C’est-à-dire, ont acquis la capacité à lutter, elles-mêmes, contre ce parasite. Car, il faudrait laisser faire la sélection naturelle, que le traitement systématique des colonies d’abeilles empêche d’opérer.
Si on la laisse faire, c’est au moins 60 % des colonies qui meurent en hivernage chaque année, du fait du varroa.
J’ai entrepris quelques expérimentations, car, cette sélection naturelle est la seule issue durable.
Petit manuel d’apiculture douce en ruche Warré

J’insiste sur le fait que sans votre soutien, je n’aurais jamais pu poursuivre une activité apicole professionnelle ; et, encore moins prendre du recul sur mes pratiques et les orienter vers une meilleure interaction avec les abeilles. De leur avenir dépend en bonne partie de la production agricole et alimentaire.

J’ai été contacté, en 2018, par les éditions Terre Vivante, par l’intermédiaire de Jérôme Alphonse, autre apiculteur du réseau Un Toit pour les Abeilles pour publier un livre dans leur collection « Facile et Bio » sur la conduite de ruche Warré. Ce « Petit manuel d’apiculture douce en ruche Warré » sera disponible, début avril 2019.
Lien vers la vidéo de présentation : https://www.youtube.com/watch?v=MzSEKLyLuUU

Jérôme Alphonse, apiculteur passionné et passionnant, et, grâce auquel nous avons découvert l’apiculture, il y a dix ans, a publié, quant à lui, aux éditions Rustica : « Un petit rucher bio ».

Voilà pour les dernières nouvelles du Rucher…
A très bientôt,

Yves

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Sennecey

Le rucher de Sennecey

Le rucher est situé près du hameau de Tallant dans le canton de Sennecey-le-Grand en Saône-et-Loire (Bourgogne du Sud).

Il occupe un verger bordé de haies, de pâtures et prairies qui s'étendent à flanc de colline jusqu'au bois qui coiffe le sommet.
Cet environnement est riche d'une flore diversifiée qui s'épanouit dès le printemps (pissenlit, fruitiers, aubépine...) et se prolonge tout l'été (acacia, ronce, trèfle...).

La première récolte sera polyflorale puisqu’issue des variétés citées ci dessus.
Ainsi, selon la proportion en tilleul et acacia, le miel pourra être liquide à crémeux (ces deux espèces mellifères influençant sur la fluidité du miel).

Chantal et Yves travaillent avec des reines de souche Buckfast fécondées naturellement et issues du cheptel bio de Jérôme Alphonse (autre apiculteur partenaire Un toit pour les abeilles). Cette race d'abeilles est connue pour être douce et productive.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

L’incroyable recul du Gouvernement…
On parle souvent de « danse des abeilles » pour évoquer le système de communication des abeilles entre elles… Et bien le gouvernement lui aussi danse, mais d’une danse bien triste, avec le recul sur les décisions annoncées en novembre 2017 par Macron. Ce dernier a annoncé qu’une sortie totale du glyphosate en 2021 est impossible.





"Je sais qu'il y en a qui voudraient qu'...




Imprimer la page

Retour