AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins

Logo AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins

Situé au coeur de Juan-les-Pins, près de la célèbre pinède Gould réputée pour ses concerts de jazz en été, et à seulement 200 mètres des superbes plages de sable fin, l'AC Hotel Ambassadeur Antibes Juan Les Pins se niche dans un cadre idyllique où règnent la végétation, les palmiers et le bleu azur. Son architecture avant-gardiste et son environnement verdoyant font de cet hôtel une adresse bien connue sur la Côte d'Azur. Avec son atrium central, sa verrière centrale laissant pénétrer la lumière, et ses palmiers qui bordent la piscine extérieure bleue lagon, tout est là pour que vous vous sentiez bien et détendu !

L'AC Hotel Ambassadeur Antibes-Juan Les Pins offre 221 chambres et suites lumineuses dans des tons boisés très tendance alliant le jeu des lignes simples et la force des matériaux naturels. La parfaite symétrie de la décoration en fait un écrin conçu à la fois pour le repos du corps et de l'esprit. Lignes sobres et design épuré pour une atmosphère contemporaine propice à la détente.

L'hôtel bénéficie d'une grande piscine extérieure bordée de palmiers, d'un fitness et d'un sauna ainsi que d'une piscine intérieure. Pour dîner, l'AC Hôtel Ambassadeur Antibes-Juan Les Pins vous propose le restaurant Le Fushi ouvert toute l'année, le Grill les Palmiers (ouvert en saison) pour vos déjeuners d'été au bord de la piscine extérieure, d'un espace bar Le BLU Lounge, ainsi que le restaurant de notre plage privée Les Ambassadeurs.

L'AC Hotel Ambassadeur Antibes-Juan Les Pins est également une adresse idéale pour vos réunions et événements, avec 950 m² d'espace séminaire et 19 salles modulables qui peuvent accueillir jusqu'à 200 personnes en style théâtre. L'hôtel offre un accès direct au nouveau Palais des Congrès proposant de nombreux commerces et espaces de réunion.


Voir leur site internet



GROUPE : AC HOTELS

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Impliqué dans la préservation de l'environnement, l'AC Hôtel Ambassadeur a mis en place des mesures permettant de réduire l'impact de son activité.

Pour réduire sa consommation énergétique, l'hôtel a mis en place des réducteurs de pression d'eau et des ampoules économiques. Les éclairages des chambres ne s'allument que lorsque la carte magnétique est placée dans son boitier à l'intérieur. De plus, le linge de lit est maintenant changé tous les 3 jours, et le linge de la salle de bain à la demande du client.

Pour lutter contre la pollution, les verres en plastique ont été remplacés par ceux en verre dans tout l'hôtel, y compris dans les locaux réservés au personnel. Le service restauration privilégie les produits locaux notamment pour les vins. Nous avons également mis en place un système de recyclage des piles et cartouches d'encre usagées, et disposons d'une broyeuse à cartons avec des containers.

Les bouchons en liège sont aussi récupérés pour notre participation à la lutte contre le cancer ave la ligue du cancer.

De nouvelles actions sont en cours, comme l'installation d'un container pour les huiles de cuisson qui seront ré exploitées.


La ruche en images

  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins

L'apiculteur : Yvon T.

UTPLA apiculteur Yvon T.

Je m'appelle Yvon TORCAT.

Je suis apiculteur depuis une trentaine d'années.

J'ai appris l'apiculture très jeune en aidant un apiculteur retraité dans mon village de VAL DE CHALVAGNE dans les Alpes de Haute Provence.

Il m'a transmis sa passion des abeilles et le respect de la nature.

Je suis fasciné depuis trente ans par l'intelligence des abeilles et leur pouvoir de transformer le nectar des fleurs en miel.

Je vis au rythme des abeilles et de la floraison des fleurs mellifères.

Je travaille sur des ruches langroth avec l'abeille locale: l'abeille noire.

Je possède quatre vingt ruches: j'aimerai bien augmenter mon cheptel mais chaque année j'ai de nombreuses pertes dues à l'hiver et aux frelons asiatiques.

Aujourd'hui, je transmets mes connaissances en apiculture à un jeune homme motivé.

Je propose uniquement un miel de lavande.

Une saison difficile

Le 27/03/2018

Bonjour à tous les parrains,

Voici quelques nouvelles des ruches parrainées :
Après de nombreuses attaques des frelons asiatiques en automne, les abeilles ont pu hiverner.
Les belles journées en Février ont permis aux abeilles d’effectuer les vols de propreté et de butiner les premières fleurs.
Malheureusement, la chute des températures et la neige au mois de mars ont fortement perturbé la vie des colonies. J'attends avec impatience la véritable arrivée du printemps avec la hausse des températures.
J'ai perdu 13 colonies (à cause des attaques des frelons et des grosses variations de températures ces deux derniers mois). Je vais donc devoir reconstituer des colonies.
J'aimerai bien agrandir mon cheptel apicole mais les pertes hivernales freinent mon projet chaque année. C’est la raison pour laquelle le parrainage est indispensable pour nous, apiculteurs.
Les colonies repartent bien dès que les températures remontent.
Je vais essayer de trouver un terrain plus ensoleillé pour hiverner mes ruches ainsi le démarrage de l'année apicole pourra être plus précoce.

Merci encore à tous les parrains pour votre aide.

Yvon

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Val de Chalvagne

Le rucher de Val de Chalvagne

Les ruches passent la majeure partie de l'année dans la vallée, à 800 m d'altitude, dans l'arrière pays niçois.

Il s'agit d'un territoire ayant su préserver son environnement de tous pesticides et insecticides.
Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : thym, tilleul, sarriette, fleurs des champs et des sous bois…

Les ruches sont transhumées sur le plateau de Valensole au mois de juillet et d'août pour une seule récolte de miel de lavande .

Yvon laisse le corps de ses ruches remplies de miel pour qu'elles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il  privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

Le miel de lavande représente le fleuron des miels produits en France .
Il est très parfumé, long en bouche et offre des atouts à la dégustation qui en font sa réputation.
Il sait se faire apprécier de tous grâce a son parfum typé, blond à l'arôme délicat et légèrement fruité.
Le miel de lavande a des vertus médicinales comme être un antiseptique général, un véritable calmant de la toux, un anti-inflammatoire pour les voies respiratoires et anti rhumatismal.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

[LIVRAISON DE VOS POTS DE MIEL]
Chers parrains, nous sommes en juillet, le temps file à vive allure. Pour la grande majorité d’entre vous (concernés par les livraisons de printemps), vous avez reçu vos pots de miel. D’autres livraisons sont actuellement en cours…
Resteront les colis de vos apiculteurs Karine et David D., Pascal S., Stéphane J., Wilfrid B., Yves et Chantal R., Philippe C. et les quelques colis restants de Thierry S., dont les envois devraient suivre dans les prochains jours.

Nous sommes conscients que cette année les livraisons se sont prolongées sur l’été et nous nous en excusons.

Comme vous le savez, la saison apicole a été rude pour nos apiculteurs. Les conditions météos, entre périodes de grand froid, de pluie et de sécheresse ont désorganisé l’activité des colonies. La saison a eu du mal à démarrer et s’est prolongée sur l’arrière-saison pour beaucoup d’apiculteurs. A cela se sont ajoutées, la sortie d’hivernage qui a compliqué la reprise d’activité sur les ruchers, et les nombreuses pertes à déplorer sur certains cheptels. Les apiculteurs ont dû alterner entre activité intense au rucher et travail à la Miellerie pour la préparation de vos pots de miel. 

Merci à vous tous, pour vous être montrés cette année, particulièrement compréhensifs et patients.

Les derniers pots de miel seront livrés sur le mois de juillet. Pour ceux qui ont choisi un point relais, sachez que vos colis seront conservés une dizaine de jour en relais. Si toutefois vous partiez en vacances, vous pouvez donner procuration à un tiers (avec copie de votre carte d’identité) pour la récupération de votre colis. Pour les livraisons au domicile, le colis sera mis en boite aux lettres.
Encore merci pour votre compréhension…



Que se passe-t-il dans la ruche ?
Plus de doute possible, nous sommes en été et il fait très chaud. Autant vous dire qu’au rucher l’activité bat son plein ! Et les prévisions météos de la mi-juillet nous confortent dans le fait que les températures vont demeurer encore chaudes ces prochains jours. Bref, la saison a eu du mal à démarrer cette année, mais cette fois-ci ça y est, c’est parti pour nos abeilles, qui vont pouvoir reprendre de plus belle leurs va-et-vient incessants, de la ruche aux champs et des champs à la ruche.



Durant la période estivale, et jusqu’à ce que les floraisons s’épuisent et s’assèchent, les abeilles ne vont cesser de butiner et de rapporter à la ruche les précieux nectars et pollens, qui vont constituer les réserves d’avant hivernage. Et elles ne chôment pas nos abeilles durant l’été. Elles peuvent parcourir plusieurs kilomètres à la recherche de provisions florales et s’en revenir à la ruche les pattes chargées de pollen et le jabot gorgé de nectar sucré, pendant plusieurs heures.
Elles travaillent ainsi entre 12h et jusque 15h par jour…

Zoom sur … La danse des abeilles
C’est le scientifique autrichien Karl von Frisch qui, dans les années 40 a réalisé des travaux approfondis mettant en lumière la « danse des abeilles ».
Il a déterminé que cette « danse » représente un langage biologique permettant de communiquer à la colonie des emplacements potentiels de butinage.



Ainsi, lorsqu’une éclaireuse a localisé un emplacement opportun pour la récolte ou un coin d’eau, elle le renseigne à ses congénères, par le biais d’une danse spécifique.
Il existe plusieurs types de danses constatées. Parmi elles, la danse en rond, la danse en faucille ou encore la danse en « 8 » dite frétillante.

La danse en rond permet de communiquer sur la présence de ressources proche de la ruche.
L’éclaireuse, par le biais de cette danse, n’indique pas de lieu précis, mais informe sur la présence de provisions tout prêt.
Généralement, juste après la danse, les abeilles, dans un bal frénétique, quittent la ruche dans toutes les directions à la recherche de ressources proches.



Dans le cas de la danse en « 8 », l’éclaireuse informe de ressources un peu plus lointaines mais disponibles en abondance.
La ligne droite, dessinée par la partie centrale du « 8 » formée par le mouvement de l’abeille, décrit 3 informations essentielles :
La direction : vers laquelle les abeilles doivent se diriger pour retrouver le lieu
La distance : plus l’abeille se trémousse l’arrière train durant la ligne droite du « 8 », plus le lieu sera éloigné. Il y aurait même un rapport mathématique déterminé, entre le temps de la danse sur la ligne droite et la distance à parcourir en mètre…
La richesse de la ressource : Plus l’abeille réalise de tours de danse et plus la ressource sur le lieu indiqué est abondante…



L’abeille est un insecte doué d’intelligence, capable de communiquer avec ses congénères. Bref « petite » mais « costaude » l’abeille !

De son côté, l’apiculteur …
En cette pleine saison, l’apiculteur veille au grain. Il est vigilant au risque potentiel d’essaimage durant cette période où le développement des colonies s’accélère considérablement. En cas de besoin, il divisera les colonies et s’assurera de la belle évolution des essaims.
Le rôle de l’apiculteur durant cette saison, est aussi de récolter du miel, tout en respectant les ouvrières qui ont travaillé dur, en leur laissant suffisamment de réserves.
Rassurez-vous, l’apiculteur est le gardien de nos abeilles, il n’a pas vocation à prélever aux ouvrières plus que nécessaire, d’où l’ajout de hausses. C’est le miel des hausses, qui constituera la récolte de la saison pour l’apiculteur et les abeilles, elles, conserveront tout le miel du corps de la ruche en guise de réserves.



Le Saviez – vous ?

Durant l’été, la durée de vie des abeilles est bien plus restreinte que durant l’hiver, où l’activité à la ruche est ralentie.
En effet, une abeille durant l’été vivra quelques semaines à peine, environ 5 à 6 semaines. En hiver, en comparaison, les abeilles vivent entre 5 et 6 mois.
Les abeilles dites de « printemps » et les abeilles « d’hiver » sont également physiquement et physiologiquement différentes.
Le corps des abeilles d’hiver est plus développé et poilu ce qui lui permet de mieux résister au froid de l’hiver. L’hormone juvénile (qui incite au butinage) est quasi inexistante chez les abeilles d'hiver, qui n'en n'ont finalement pas ou très peu besoin.

Un peu de gourmandise… La recette du mois !
Recette proposée par le blog Amour de Cuisine



INGREDIENTS
-        1,5 litre d'eau
-        6 citrons (non traité)
-        5 cuillères à soupe de miel
-        Poignée de menthe fraîche
-        Glaçons

PREPARATION
Faites chauffer 200 ml d'eau avec du miel dans une petite casserole jusqu'à ce que le miel est complètement dessous. Pressez 4 citrons pour en extraire le jus. Versez le jus et l'eau de miel dans un pichet. Ajouter le reste d'eau froide, la menthe fraîche et 2 citrons coupés en morceaux. Réfrigérer entre 30 à 40 minutes. Servez cette citronnade faite maison avec de la glace et dégustez.

Bon appétit et surtout partagez-nous vos photos sur les réseaux sociaux !




Imprimer la page

Retour