AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins

Logo AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins

Situé au coeur de Juan-les-Pins, près de la célèbre pinède Gould réputée pour ses concerts de jazz en été, et à seulement 200 mètres des superbes plages de sable fin, l'AC Hotel Ambassadeur Antibes Juan Les Pins se niche dans un cadre idyllique où règnent la végétation, les palmiers et le bleu azur. Son architecture avant-gardiste et son environnement verdoyant font de cet hôtel une adresse bien connue sur la Côte d'Azur. Avec son atrium central, sa verrière centrale laissant pénétrer la lumière, et ses palmiers qui bordent la piscine extérieure bleue lagon, tout est là pour que vous vous sentiez bien et détendu !

L'AC Hotel Ambassadeur Antibes-Juan Les Pins offre 221 chambres et suites lumineuses dans des tons boisés très tendance alliant le jeu des lignes simples et la force des matériaux naturels. La parfaite symétrie de la décoration en fait un écrin conçu à la fois pour le repos du corps et de l'esprit. Lignes sobres et design épuré pour une atmosphère contemporaine propice à la détente.

L'hôtel bénéficie d'une grande piscine extérieure bordée de palmiers, d'un fitness et d'un sauna ainsi que d'une piscine intérieure. Pour dîner, l'AC Hôtel Ambassadeur Antibes-Juan Les Pins vous propose le restaurant Le Fushi ouvert toute l'année, le Grill les Palmiers (ouvert en saison) pour vos déjeuners d'été au bord de la piscine extérieure, d'un espace bar Le BLU Lounge, ainsi que le restaurant de notre plage privée Les Ambassadeurs.

L'AC Hotel Ambassadeur Antibes-Juan Les Pins est également une adresse idéale pour vos réunions et événements, avec 950 m² d'espace séminaire et 19 salles modulables qui peuvent accueillir jusqu'à 200 personnes en style théâtre. L'hôtel offre un accès direct au nouveau Palais des Congrès proposant de nombreux commerces et espaces de réunion.


Voir leur site internet



GROUPE : AC HOTELS

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Impliqué dans la préservation de l'environnement, l'AC Hôtel Ambassadeur a mis en place des mesures permettant de réduire l'impact de son activité.

Pour réduire sa consommation énergétique, l'hôtel a mis en place des réducteurs de pression d'eau et des ampoules économiques. Les éclairages des chambres ne s'allument que lorsque la carte magnétique est placée dans son boitier à l'intérieur. De plus, le linge de lit est maintenant changé tous les 3 jours, et le linge de la salle de bain à la demande du client.

Pour lutter contre la pollution, les verres en plastique ont été remplacés par ceux en verre dans tout l'hôtel, y compris dans les locaux réservés au personnel. Le service restauration privilégie les produits locaux notamment pour les vins. Nous avons également mis en place un système de recyclage des piles et cartouches d'encre usagées, et disposons d'une broyeuse à cartons avec des containers.

Les bouchons en liège sont aussi récupérés pour notre participation à la lutte contre le cancer ave la ligue du cancer.

De nouvelles actions sont en cours, comme l'installation d'un container pour les huiles de cuisson qui seront ré exploitées.


La ruche en images

  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins
  • La ruche AC Hotel Ambassadeur Antibes - Juan Les Pins

L'apiculteur : Yvon T.

UTPLA apiculteur Yvon T.

Je m'appelle Yvon TORCAT.

Je suis apiculteur depuis une trentaine d'années.

J'ai appris l'apiculture très jeune en aidant un apiculteur retraité dans mon village de VAL DE CHALVAGNE dans les Alpes de Haute Provence.

Il m'a transmis sa passion des abeilles et le respect de la nature.

Je suis fasciné depuis trente ans par l'intelligence des abeilles et leur pouvoir de transformer le nectar des fleurs en miel.

Je vis au rythme des abeilles et de la floraison des fleurs mellifères.

Je travaille sur des ruches langroth avec l'abeille locale: l'abeille noire.

Je possède quatre vingt ruches: j'aimerai bien augmenter mon cheptel mais chaque année j'ai de nombreuses pertes dues à l'hiver et aux frelons asiatiques.

Aujourd'hui, je transmets mes connaissances en apiculture à un jeune homme motivé.

Je propose uniquement un miel de lavande.

Une saison difficile

Le 27/03/2018

Bonjour à tous les parrains,

Voici quelques nouvelles des ruches parrainées :
Après de nombreuses attaques des frelons asiatiques en automne, les abeilles ont pu hiverner.
Les belles journées en Février ont permis aux abeilles d’effectuer les vols de propreté et de butiner les premières fleurs.
Malheureusement, la chute des températures et la neige au mois de mars ont fortement perturbé la vie des colonies. J'attends avec impatience la véritable arrivée du printemps avec la hausse des températures.
J'ai perdu 13 colonies (à cause des attaques des frelons et des grosses variations de températures ces deux derniers mois). Je vais donc devoir reconstituer des colonies.
J'aimerai bien agrandir mon cheptel apicole mais les pertes hivernales freinent mon projet chaque année. C’est la raison pour laquelle le parrainage est indispensable pour nous, apiculteurs.
Les colonies repartent bien dès que les températures remontent.
Je vais essayer de trouver un terrain plus ensoleillé pour hiverner mes ruches ainsi le démarrage de l'année apicole pourra être plus précoce.

Merci encore à tous les parrains pour votre aide.

Yvon

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Val de Chalvagne

Le rucher de Val de Chalvagne

Les ruches passent la majeure partie de l'année dans la vallée, à 800 m d'altitude, dans l'arrière pays niçois.

Il s'agit d'un territoire ayant su préserver son environnement de tous pesticides et insecticides.
Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : thym, tilleul, sarriette, fleurs des champs et des sous bois…

Les ruches sont transhumées sur le plateau de Valensole au mois de juillet et d'août pour une seule récolte de miel de lavande .

Yvon laisse le corps de ses ruches remplies de miel pour qu'elles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il  privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

Le miel de lavande représente le fleuron des miels produits en France .
Il est très parfumé, long en bouche et offre des atouts à la dégustation qui en font sa réputation.
Il sait se faire apprécier de tous grâce a son parfum typé, blond à l'arôme délicat et légèrement fruité.
Le miel de lavande a des vertus médicinales comme être un antiseptique général, un véritable calmant de la toux, un anti-inflammatoire pour les voies respiratoires et anti rhumatismal.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Après un mois d’avril souvent mitigé, oscillant entre journées douces et très fraîches, le mois de mai va donner le ton de la nouvelle saison apicole qui démarre. Si dans certaines régions, le printemps n’est pas encore tout à fait installé, d’ici très peu de temps les abeilles pourront profiter de températures supérieures à 12°C toute la journée, leur permettant de sortir à travers champs pour butiner nectars et pollens.
Les populations des ruches sont particulièrement bien développées et la Reine, qui a repris sa ponte depuis plusieurs semaines, continue de faire grossir la colonie.
Si le dicton mentionne « En mai fait ce qu’il te plaît »… ce dicton ne vaut pas pour les abeilles ! La ruche comptera bientôt entre 40 000 et 50 000 locataires.
Autant dire que l’organisation au sein de la colonie est de mise !



Zoom sur …

L’organisation de la colonie
les abeilles vont occuper plusieurs fonctions au sein de la ruche, passant ainsi de nettoyeuse à nourrice, de bâtisseuse à ventileuse ou encore de gardienne à butineuse.
L’abeille nettoyeuse : elle nettoie chaque alvéole de la ruche permettant ainsi un stockage propre et stérile du miel.
L’abeille nourrice : à partir du 5ème jour et jusqu’au 15ème jour l’abeille devient nourrice et sécrète de la nourriture permettant d’alimenter les larves. Durant cette période, elle prodiguera aux larves les soins nécessaires leur permettant une bonne évolution.
L’abeille bâtisseuse : Son rôle est de réaliser l’architecture des rayons de la ruche grâce à ses glandes cirières. C’est un travail long et minutieux réalisé de manière collégiale avec d’autres abeilles cirières…
L’abeille ventileuse : Elle transforme le nectar en miel grâce à un jeu de ventilation avec ses ailes…
L’abeille butineuse : C’est elle que l’on voit se promener de fleur en fleur et qui revient gorgée d’eau de pollen et de nectar à la ruche. Une butineuse peut effectuer jusqu’à une centaine de voyages par jour selon la proximité des fleurs. C’est une véritable ouvrière de la nature.

De son côté, l'apiculteur …
Pour l'apiculteur, mai est un mois de vigilance et d'anticipation pour éviter l’essaimage. Nous vous en avions parlé le mois dernier. En mai l’essaimage s’intensifie encore.
L’apiculteur devra intervenir rapidement pour éviter de perdre une partie de ses colonies.
Il installera volontiers de nouvelles hausses (cadres supérieurs ajoutés à la ruche) qui permettront aux abeilles d'avoir plus d'espace pour se développer.
Il peut aussi être amené à anticiper la division de ses colonies lorsque le manque de place se confirme, ce qui revient à reconstituer un essaimage au sein d'une nouvelle ruche.



Le Saviez – vous ?

En pleine activité, la température de la ruche peut grimper facilement jusque 30/35°. En effet lorsque les butineuses (près de 15 000) transportent du nectar vers la ruche, il faut compter près du double de jeunes abeilles (soit environ 30 000 abeilles) pour le transformer en miel.
Cette maturité du nectar, pour en faire du miel et l'eau qui en résulte nécessitent une température de 35°.
Il est donc important de faire attention à conserver cette température constante et d'intervenir en juste proportion pour éviter à la ruche de se refroidir.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Sois comme la fleur, épanouis-toi librement et laisse les abeilles dévaliser ton cœur ! » Râmakrishna

 




Imprimer la page

Retour