MFIF

Logo MFIF
Depuis 1928, la MFIF apporte à ses adhérents une protection de grande qualité en matière de Santé. Cette expertise d’un seul métier, elle le pratique dans le plus strict esprit mutualiste - mutualisation des risques et des cotisations - et avec la transparence de gestion d’une structure à but non lucratif. La MFIF s’affirme aujourd’hui comme le partenaire Santé de confiance des individuels, des entreprises et des collectivités territoriales dans le respect de sa démarche éthique..


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Une complémentaire innovante avec l’accès aux nouvelles thérapies Souvent en avance, la MFIF inscrit ses adhérents dans une démarche de prévention novatrice et synonyme de mieux-être. Celle-ci se traduit par l’accès possible à nombre de médecines “douces” encore souvent ignorées par la Sécurité Sociale (ostéopathie, acupuncture, diététique,...). C'est dans cet esprit de prévention et de mieux-être, qu'elle inscrit sa démarche de protection des abeilles.

Les ruches en images

  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF
  • La ruche MFIF

Les ruches en vidéo

L'apiculteur : Alain LEVIONNOIS

UTPLA apiculteur Alain LEVIONNOIS

Alain est apiculteur dans la Brie verte depuis 25 ans et s’occupe d’environ 100 ruches.
Passionné par son métier il fait partie de l’équipe du « rucher du Luxembourg » (Société Centrale d’Apiculture) où il donne des cours d’apiculture.
Alain est engagé dans une démarche Bio.
Le miel du rucher des Cours Doux détient le label "AB". Alain est aussi engagé à nos côtés dans un projet d’économie sociale au Maroc ou il assure la formation d’une trentaine de femmes.

Des récoltes maigres

Bonjour,

Suite aux pertes de fin d'hiver, j'ai du acheter quelques essaims pour remplacer les ruches qui avaient subi des mortalités.
Après avoir bien soigner celles qui restaient j'avais début mai un cheptel en forme, j'ai par ailleurs de très bon emplacements en forêt, avec acacias, tilleuls, châtaigniers et ronces.

En avril, les acacias dans notre région ont gelé donc pas de miel.
Pour le reste, la miellée a été très moyenne.
Il me reste une dernière chance: j'ai déplacé 50 ruches sur des parcelles de luzerne et sarrasin, j'aurai une réponse après le 15 août mais je ne suis pas optimiste car cette année la production de nectar est faible, es ce à cause d'un manque d'eau ?

Je vous tiendrai au courant,

Bien cordialement
Alain Levionnois.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux
Le rucher de Cours Doux est situé en plein cœur de la région de la Brie Verte à Féricy (Seine-et-Marne) dans la vallée Javot en lisière de la forêt domaniale de Barbeau.
De nombreuses variétés de plantes visitées par les abeilles sont présentes sur ce territoire.

Selon l'emplacement des ruches et la floraison variante sur chaque année, Alain vous proposera deux types de miel :
Un miel d'acacia, d'aspect liquide et brillant, au parfum délicat avec des notes florales.
Un miel de forêt, liquide également plutôt sombre et de saveurs boisées à mentholées selon la teneur en tilleul et châtaignier.

L'apiculteur : Aude GALMICHE

UTPLA apiculteur Aude GALMICHE

Aude a démarré l’apiculture en 2009, un peu par hasard, en accompagnant un ami dans ses ruches. Depuis, elle a eu ses premières ruches, puis une dizaine, une vingtaine puis 120. 
Après quelques années dans le Vaucluse, elle a racheté une ferme isolée dans les hautes alpes, dans le parc régional du Queyras, département d’origine de son conjoint.
Ceci correspond à son souhait de conduire ses ruches dans un milieu encore préservé, proche de la nature et au rythme des saisons.
Dans cette logique, la majorité des ruches sont sédentaires entre 900 et 1200m d’altitude.

Aude récolte principalement des miels de montagne et de lavande.

Elle développe aussi la production de gelée royale avec la mise en place d’un atelier.
La conduite de ruches se fait le plus possible selon le cahier des charges de l’agriculture biologique dans l’optique d’une certification d’ici quelques années.

joyeuses fêtes !

Chers parrains,

Nous voici déjà à la période des fêtes. Encore une saison qui s’est déroulée à tout vitesse.

Concernant cette saison, l’élevage a bien marché, avec des reines 2017 superbes, alliant rusticité et dynamisme.

La météo chaude et sèche en fin de saison n’est cependant pas très bénéfique à la préparation de l’hivernage.
Les colonies ont stoppé les pontes très tôt et j’espère que les populations d’abeilles seront suffisantes pour affronter l’hiver. Verdict en février !

Coté miel, cette saison aura été moins catastrophique que 2016 même si le résultat n’est pas à la hauteur de mes espérances.
Le coup de froid de fin avril / début mai a fait beaucoup de mal aux essaims précoces.
Nous avons eu jusqu’à -6°C. dans les ruches, les abeilles sont passées en mode froid en stoppant les élevages et en éliminant les males.
Après cela, il faut plusieurs semaines pour que les ruches retrouvent leur dynamique.

Dans la nature, beaucoup de plantes ont gelé nous privant de floraison et donc, de miel de printemps.
Les mois suivants ont permis de récolter du miel de montagne et de lavande en quantités réduites jusqu’à l’apparition de la mane (miellat de mélèze) dans les ruches qui n’est pas exploitable pour les abeilles et non récoltable par l’apiculteur.

 C’est donc un bilan mitigé concernant la récolte mais les abeilles montagnardes bénéficient d’un milieu encore préservé qui permet de limiter les mortalités.
Les colonies sont saines et de qualité c’est le principal.

Rendez-vous en mars, après la trêve hivernale pour attaquer une nouvelle saison pleine d’abeilles, de fleurs et de bonne humeur.

A la miellerie, on continue de s’activer.
L’extraction du miel est finie, le gros des mises en pots aussi.
C’est le temps des marchés de noël, du travail administratif et du travail à l’atelier pour préparer le matériel avant le printemps.

 

Je vous souhaite à tous de bonnes fêtes avec ceux que vous aimez.
Aude

 

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Queyras

Le rucher du Queyras

La saison est courte.
Elle démarre au printemps sur le noisetier par les belles journées de février puis les fruitiers et les pissenlits.
Certaines ruches montent ensuite plus en altitude dans les alpages pour les mois les plus chauds.
Enfin un rucher descend sur les lavandes, pour produire ce miel tant recherché.
Aude produit un peu de pollen, qui aujourd’hui est consommé par les abeilles.

Les abeilles du Queyras sur la planche d'envol


Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Belle et Heureuse année 2018…
2017 nous a quitté et c’est 2018 qui rentre en piste. Nous vous souhaitons, chers parrains, une nouvelle année douce et mielleuse. Que cette année vous apporte la santé bien entendu, mais aussi beaucoup de bonheur et de réussite dans vos projets, qu’ils soient personnels ou professionnels.
Le moment des vœux est un moment que nous aimons chez Un toit pour les abeilles, car il nous permet de remercier les milliers de parrains qui forment cette grande famille solidaire.
Aujourd’hui nous sommes quelques 28 000 parrains particuliers et 1 150 entreprises investis et engagés dans cette cause fondamentale qu’est la sauvegarde des abeilles. Nous avons pu, grâce à votre soutien, à la fois précieux et surtout fidèle, installer près de 4 000 ruches partout en France.

Nous souhaitions aussi profiter de l’occasion pour vous remercier chaleureusement pour tous vos messages de vœux et de soutiens que nous avons reçu par mails ou sur les réseaux sociaux. Tous vos messages nous touchent et nous confortent dans cette belle mission qu’est la nôtre.
Que se passe-t-il dans la ruche ?
Ce début d’année 2018 est très agité d’un point de vue des conditions météorologiques. Il fait froid dehors, et les températures sont passées en négatives dans plusieurs régions de France. On voit également ce début d’année chahuté par de violentes rafales de vent. La vigilance est donc de mise sur les ruchers de nos apiculteurs. Les ruches doivent demeurer à l’abris du vent, des fortes pluies et de la neige fréquents sur cette période.

Les abeilles restent confinées à l’intérieur des ruches, formant une grappe organisée pour se maintenir au chaud. L’activité de la colonie est restreinte et les abeilles puisent doucement dans les réserves qu’elles ont accumulé durant les beaux jours.

Dans quelques semaines, les températures devraient doucement remonter… Toute fin janvier, début février, la Reine, avec le retour de températures plus clémentes, devrait reprendre la ponte pour former ce qui sera bientôt, la nouvelle colonie de printemps !

Zoom sur … La reprise de la ponte
Durant la période d’hivernage, la Reine suspend naturellement la ponte. Cette dernière a un rôle de régulateur de la population au sein de la colonie. Il serait compliqué en effet d’entretenir du couvain sans avoir suffisamment de réserves pour les nourrir. Vers la fin janvier, lorsque les températures remontent, il n’est pas rare de voir quelques abeilles, ici où là, dans votre jardin. Elles viennent aspirer les quelques gouttes d'eau fraiches, sur les feuillages persistants ou les points d’eau.

Ces « Porteuses d'eau » ou « Buveuses d'eau », comme on les nomme communément, sont annonciatrices de la reprise de la ponte par la Reine. L'eau est en effet un élément indispensable à la fabrication de la gelée royale, qui servira à nourrir la Reine en pleine reprise d'activité ainsi que toutes les larves de la ruche.

De son côté, l'apiculteur …
Tout comme en décembre, les interventions de l’apiculteur en janvier sont limitées sur le rucher. Inspections visuelles et contrôle des ruches par pesée permettront à l’apiculteur de s’assurer que les colonies vont bien

Le Saviez – vous ?
Durant la période de froid, et pour conserver une bonne température corporelle, les abeilles consomment leurs réserves de miel. Les défécations liées à cette consommation ne sont pas faites au sein de la ruche…Les abeilles sont propres. Elles vont profiter de redoux pour effectuer un « Vol de propreté » durant lequel elles vont rejeter les déchets accumulés durant plusieurs semaines ! La Nature est bien faite non !?

Nouveauté… Recette cuisine
Pour la nouvelle année, on vous propose chaque mois, une recette avec pour ingrédient phare (je vous laisse deviner !) : le Miel

Première recette de l’année : Galettes au Miel

Liste d’ingrédients :
- 3 œufs
- 100 g de sucre semoule
- 1 sachet de sucre vanillé
- 80 g de miel
- 1/2 c. à café de sel
- 8 cl. d'huile de tournesol
- 480 g de farine
- 14 g de levure chimique
- Un œuf pour la dorure

Recette :
Préchauffez le four à 180°C. Dans un récipient, mélangez les œufs avec le sucre et le sucre vanillé. Ajoutez le miel, l'huile et le sel. Incorporez ensuite la farine et la levure chimique et mélangez pour obtenir une pâte homogène. Enduisez vos mains d’un peu d'huile et confectionnez des boules de la taille d'un œuf. Déposez-les en les espaçant sur une plaque tapissée de papier sulfurisé et les laisser s'étaler. Enduisez les boules d’un peu d’œuf et décorez-les à l'aide d'une fourchette. Laissez cuire au four pendant 15 à 20 mn.
C’est prêt, laissez refroidir et régalez-vous !




Imprimer la page

Retour