CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)

Logo CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
CASALGRANDE PADANA S.p.A. est une usine Italienne renommée spécialisée dans la fabrcation de carreaux en grès cérame, elle est reconnue comme étant l'un des principaux acteurs du marché de la céramique en Europe et dans le monde. Forte de ses 55 ans d'expérience, le 'Made in Italy' de la CASALGRANDE PADANA S.p.A. restera gravé dans l'histoire du développement de ce matériaux aux qualités exceptionnelles.

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Outre le commerce de ses produits, la CASALGRANDE PADANA investit depuis de nombreuses années dans l'amélioration des techniques de fabrication des dalles en céramiques, afin de réduire les pertes et rejets industriels au stricte minimum. Tout est mis en oeuvre pour respecter les 1.000 employés qui y travaillent et par conséquent la région toute entière. L'eau, la chaleur, la poussière, tout y est réutilisé dans sa quasi totalité. Détenteur des normes environnementales internationales EMAS et ISO14001 CERTIQUALITY elle respecte avant tout l'humain et l'environnement. Un commerce durable qui respecte au maximum la terre et ses habitants, voilà la signification du 'Made in Italy' de la CASALGRANDE PADANA S.p.A.

La ruche en images

  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)
  • La ruche CEDREX SPRL (CASALGRANDE PADANA)

L'apiculteur : Jean-Christophe et Frédéric BAYET

UTPLA apiculteur Jean-Christophe et Frédéric BAYET

Nous sommes deux amis apiculteurs en Belgique dans la province de Namur, passionnés par le monde des abeilles.

Comme il est pour nous tout aussi important de produire du miel que de bien connaitre le comportement de l’abeille dans sa ruche et dans son environnement naturel proche, nous avons décidé pour améliorer nos connaissances, de suivre un cursus de deux ans et de peaufiner ce dernier par un cours spécifique sur l’élevage de reines en Avril 2013.
Ce qui nous permettra d’élever nous-mêmes les reines qui peupleront nos futurs essaims dans la perspective d’augmenter notre cheptel pour atteindre 40 à 50 ruches d’ici 3 à 4 ans.

Notre souhait étant d’apporter une brique en plus à la maison « abeilles », en effet si ces petites bêtes venaient à disparaître, ce sont près de 80% des espèces végétales qui pourraient disparaître de la surface de la terre.
A la base de l’équilibre des écosystèmes, elles représentent plus de 35% de nos ressources alimentaires…. Il faut donc en élever de plus en plus et les protéger.

Une belle saison 2017

Bonjour,

Nous venons de finir la semaine passée la récolte de printemps, savoureux mélange de colza et de fruitiers puisque les ruches sont disposées dans un verger et à proximité d'un champ.

Les ruches sont assez fortes, l'hivernage s'est bien passé et peu de pertes à déplorer en comparaison avec l'année passée.
La saison a donc pu rédémarrer assez vite.

Nous sommes intervenus pour contrôler les populations d'abeilles dans les ruches el allégeant les plus fortes et renforçant les plus faibles.
On prélève des cadres dans les ruches qu'on ajoute ou enlève selon si on veut rajouter du couvain.
Ces interventions ont permis de limiter l'essaimage (une partie de la colonie s'en va de la ruche avec la reine soit car cette dernière est trop agée ou par manque de place...).

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Vignette

Le rucher de Vignette
Frédéric et Jean-Christophe disposent aujourd’hui de deux ruchers (Vignette & Rissart) d’une dizaine de ruches proches de leur domicile afin de s'occuper au mieux des abeilles.

Ils envisagent de développer leur activité par l’installation de deux nouveaux ruchers, l’un situé en zone boisée et l’autre dans une zone naturelle sur les hauteurs de Floreffe proche de l’abbaye.

Si tout se passe bien, ce monde fascinant des abeilles pourrait leur faire passer à 50 ruches voir plus d’ici 2016, leur ouvrant alors les portes de l’apiculture professionnelle…

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?



Septembre marque la période de transition entre l’été, très actif pour les abeilles et la période d’hivernage durant laquelle, le rythme au sein de la colonie va fortement se ralentir.
Dehors, les ultimes floraisons d’été s’étiolent peu à peu et c‘est toute la colonie qui va devoir s’adapter à cette nouvelle situation.
La reine ralentit dorénavant sa ponte. Elle passe ainsi de 2000 œufs pondus par jour durant le pic estival, à 200 œufs à peine. Cette réduction intensive de la ponte s’opère à partir du 15 août et marque le passage dans l’hivernage.
Les abeilles vont profiter des alvéoles disponibles pour y engranger les dernières réserves récoltées dans la nature qui constituent les miellées tardives (bruyère callune, lierre...).
C'est aussi la période des cultures intermédiaires après les moissons, qui jouent le rôle de pièges à nitrate comme la phacélie, la moutarde ou le sarrasin que les abeilles apprécient.
Les vas et vient sur la planche d’envol vont se faire beaucoup plus rares.
La colonie ainsi constituée durant l’été va s’organiser pour la période d’hiver. Les larves vont se nourrir davantage durant le froid formant une nouvelle catégorie d’abeilles, les Abeilles d'Hiver.

Zoom sur … L'Abeille d'Hiver

Car oui il existe deux types d’abeilles, celle d’été qui travaille à un rythme effréné et ne vivra que quelques semaines (entre 3 et 4 semaines), et l’abeille d’hiver.
Cette dernière voit le jour en période de froid et va devoir survivre jusqu’au printemps. Elle n’a pas le même rôle que les abeilles d’été, et vit en moyenne entre 5 et 6 mois.
Elle doit donc réaliser d'énormes réserves corporelles pour survivre à la période hivernale. Ces abeilles se gorgent de protéines, glucides et lipides, leurs organismes sont différents.
Elles vont naître beaucoup plus lourdes qu'au printemps. Elles sont également plus velues...



Leur rôle : Assurer l’hivernage ; Elever le premier couvain printanier et enfin butiner dès le retour des beaux jours.

De son côté, l'apiculteur …
A partir de la fin Août, après les dernières récoltes estivales, l’apiculteur va opérer la mise en hivernage de ses ruches. Tout va s’accélérer.
Le rôle de l’apiculteur est alors d’extraire l’excédent de miel qu’il mettra en maturateur avant mise en pot.

 

Il s’occupera aussi de vérifier l’état des colonies avant leur mise en hivernage. Ainsi il pourra notamment décider de réunir deux essaims trop petits ou faibles leur permettant de consolider ainsi une colonie plus forte.
Il s’assurera également que l’ensemble des colonies a suffisamment de réserves pour passer la période hivernale.
Bien entendu il vérifiera l’état des ruches et s’assurera de leur étanchéité et de leur bon état général. Il réduira les entrées par l’installation de grilles évitant ainsi les attaques de prédateurs telles que les souris, les mésanges etc…
Il faudra ensuite choisir un lieu à l’abri du vent notamment, où placer les ruches. Il évitera de les placer sous les arbres dont les branches pourraient tomber…
On voit souvent de grosses pierres ainsi placées sur le toit des ruches. Leur rôle et de maintenir la ruche fermée car si le toit venez à s’arracher la colonie mourrait. Les abeilles ne supportent pas le froid ni même l’humidité.



Le Saviez – vous ?
La colonie hiverne normalement à l'emplacement du dernier couvain sur des rayons vides afin de pouvoir se former en grappe d'hivernage dans de bonnes conditions.

Un peu de poésie … La citation du mois!
« Une poignée d'abeilles vaut mieux qu'un sac de mouches. » Proverbe arabe




Imprimer la page

Retour