AMEG GROUP

Les ruches en images

  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP
  • La ruche AMEG GROUP

L'apiculteur : Thierry S.

UTPLA apiculteur Thierry S.

Thierry est un apiculteur bio professionnel situé en Isère.
Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert et Nature et Progrès (label biologique qui est basé non seulement sur des critères techniques mais également sur des aspects environnementaux, sociaux et économiques ou encore éthiques).

Il a découvert et démarré l'apiculture en 2010 en récupérant des essaims vagabonds.
Sans lien familial avec l'apiculture, il a acquis son expérience en se formant et en travaillant chez des apiculteurs en Australie.

Il a un cheptel actuel de plus de 200 ruches.
Thierry utilise des ruches Warré qui privilégient une apiculture douce et respectueuse des abeilles.

La majorité de ses ruchers sont situés sur les massifs alpins vierges de cultures aux alentours de Grenoble (Chartreuse, Vercors, Belledonne, Ecrins).
Thierry pratique la transhumance locale dans un petit rayon (40km) pendant la saison pour des miels de crus (châtaignier, acacia, haute montagne).

Quelques nouvelles de vos protégées

Bonjour à tous !

Nous voilà rentrés dans l'automne les abeilles et moi. Enfin, on se demande parfois, elles comme moi.
J'imagine que dans votre coin, où que vous habitiez, ce doit être le même ressenti.
Les feuilles sont loin d'être toutes tombées. Il n'a plu que 3 jours depuis septembre. Cette semaine la température avoisine les 20°c en journée.

Bon, l'avantage c'est que c'est très "pratique" pour un tas de choses, comme finir la charpente sur la grange et maison. Pendant les portes ouvertes, il y a de cela maintenant 1mois et demi, on était en plein dedans, comme vous avez pu voir pour ceux qui étaient présents. Depuis, à part une coupure radicale de 3 jours de froid où il a même neigé, pas trop de changement dans cet été indien. Un grand merci au passage aux parrains qui ont pu venir, c'était bien sympa ! Et Rdv l'année prochaine pour ceux qui n'ont pas pu venir ce coup-ci…

Voilà je vous parle un peu de la pluie et du beau temps car ça concerne nos chères abeilles qui sont comme nous tous, en lien étroit avec ce grand tout manitou.
Les conséquences de ce beau temps chaud et sec qui perdure ne sont pas très bonnes pour elles. Les abeilles sont liées aux fleurs et au soleil.
Les reines n’arrêtent pas de pondre, c'est très embêtant, car ça demande une grosse consommation des réserves.
Petit rappel : les larves d'ouvrières sont nourries avec une bouillie de miel et pollen.

Il y a certes quelques fleurs de printemps et de pissenlit, mais pas assez pour nourrir et donner une miellée. A peine de quoi stimuler faussement la ponte comme au printemps.
Et surtout ça entretient les maladies et parasites, comme l’ennemi n°1 le varroa, qui se développe dans le couvain.
Un blocage de ponte assainit la ruche, là pour le moment j'ai l'impression de faire éleveur de varroa plutôt que d’abeille.
Plusieurs ruches sont mortes à cause de ce parasite déjà, une vingtaine. Je crains pour le printemps une hécatombe. Nous verrons à ce moment.
J'avoue être plutôt fatigué que résigné de ce schéma qui est devenu norme.

Autre petit coup au moral cette semaine dans un rucher, la première confrontation avec le frelon asiatique. Il n'était pas ou peu présent en Isère jusque-là. Je savais qu'il allait progresser et être présent un jour ou l'autre, mais là ça y est c'est fait. Il va falloir conjuguer avec ce prédateur en plus du reste. Car maintenant qu'il y est, il y restera, les moyens de lutte sont trop faibles pour l’éradiquer.
Il faut que je trouve d'autres endroits dans les montagnes un peu plus protégés du frelon, ce qui n'est pas si simple.
Beaucoup de nouvelles grises dans cette info d'automne, c'est une part de la réalité.

Une autre nouvelle, un peu plus chouette, c'est qu'avec Sandra nous avançons sur les colis pour vous les envoyer. Vous commencez à un être un sacré paquet ! C'est preuve concrète d'une prise de conscience et d'une envie de votre part d’être acteur. Ça nous encourage et motive !
Et encore donc, merci pour votre soutien !
Entre Zephir (notre fils nouveau-né) et les travaux, cela nous demande un certain temps, mais c'est pour bientôt ! Promis

A très vite donc,
Thierry

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Chartreuse

Le rucher de la Chartreuse
Les ruches sont situées dans le parc naturel régional de la Chartreuse, à 800m d'altitude qui offre une diversité de milieux naturels.

Le parc est ainsi constitué de forêts qui varient du chêne à des hêtraies-sapinières jusqu'aux épicéas à 1500 m d'altitude mais aussi d'étendue de pelouse et prairies.
Les eaux de source provenant des torrents et zones humides environnant le rucher sont d'excellente qualité.

Le miel récolté par la miellerie du Peuple Zélé est selon les floraisons de forêt à dominante de tilleul et pointe de châtaignier et de fleurs de chartreuse qui sont issues des sous-bois comme les ronces et framboisiers avec un arôme floral, frais, naturellement crémeux.

Thierry pratique un élevage et une sélection massale de ces abeilles afin de tirer le meilleur parti de chaque abeille (productivité, caractère...).
Il a ainsi commencé son cheptel avec des abeilles locales ou dites "noires" issus d'essaims cueillis dans la Vallée et qui ont permis la création d'autres colonies d'abeilles avec des croisements naturels contrôlés. Aujourd'hui il a des colonies avec un brassage d'origines qui sont adaptées localement.

L'apiculteur : Mathieu C.

UTPLA apiculteur Mathieu C.

Mathieu pratique l’apiculture en activité principale depuis 2015.
L’apiculture est une pratique familiale ancestrale qui lui tient à cœur de faire perdurer et de développer.
Au siècle dernier, dans bon nombre de fermes, les ruches en paille étaient installées pour attirer les essaims et récolter le miel en fin d’année.
Cette pratique fut transformée au milieu du siècle dernier par  l'utilisation de la ruche Dadant une vraie révolution apicole que l’un des grands oncles de Mathieu vécu.
Aujourd’hui, ses colonies évoluent toujours dans ce modèle de ruche en pratiquant l’élevage et la sélection massale.
Après une formation en cours du soir et 4 saisons chez différents apiculteurs professionnels, il s’occupe actuellement d'une cinquantaine de ruches qu’il a développé d’année en année à partir de souches issues d’une longue sélection locale.
Soucieux de l'environnement et pour ne pas altérer la récolte, il pratique les méthodes apprises au sein de structures labellisées AB.
A terme, il cherche à passer sous la labellisation Nature et progrès pour une reconnaissance de ses pratiques actuelles.
En plus d’une pratique respectant l’abeille, l’apiculteur et la récolte, un de ses objectifs est de conserver un produit vivant.
Ses miels sont issus d'une seule et même récolte, ils sont non transformés et non mélangés avant mise en pots.

L'hiver arrive... Fin de saison

Bonjour à vous, marraines et parrains du rucher du Roussillon

Les colonies d’abeilles sont allées récolter fin août, sur leur emplacement du nord de la drome, la Lavande.
C’est ce miel là que je vous propose de déguster et que je vous ai envoyé tout récemment. Le miel devrait arriver dans vos boites aux lettres très vite.
Il commence tout juste à cristalliser, pour changer doucement d’aspect, de texture…

La cristallisation est un phénomène naturel et plus ou moins rapide selon les nectars, mais il concerne tous les miels.
Sa composition est un fameux mélange de nectars de lavande de population, de lavandin et de lavande sauvage des collines drômoises.

Depuis, les ruches sont revenues sur leur emplacement d’hivernage pour attendre patiemment le retour du printemps. Cela ne les empêche pas de sortir encore fréquemment, en cette belle semaine de redoux.
Les prairies se couvrent de fleurs de lotiers qu’elles viennent butiner, pour cumuler quelques réserves supplémentaires de pollens et de nectars.



Bientôt l’hiver sera définitivement là, et les abeilles resteront confinées dans les ruches jusqu’au retour du beau temps.

A la miellerie l’activité est très calme, l’extracteur va hiverner dans un coin lui aussi. C’est l’heure de nettoyer une partie du matériel, assembler de nouvelles ruches, filer les cadres pour l’an prochain etc… et profiter au petit matin et au goûter des récoltes de cette belle année !

Je vous souhaite à toutes et tous un très bel hiver, et (un peu en avance) de très belles fêtes de fin d’année !
Merci encore pour tout le soutien que vous m’offrez.
Mathieu

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Roussillon

Le rucher du Roussillon

Son rucher est situé sur les bocages vallonnés du Roussillon, une zone peu cultivée avec principalement des prairies et des bois.

Cet environnement de collines riches en arbres mellifères lui permet de récolter du miel de printemps, de châtaignier, d'acacia parfois ou encore de tilleul.

Cette diversité permet d’offrir des couleurs, des saveurs et des textures très diversifiées.

Elle permet de proposer à chacun ou à chaque instant de dégustation, un plaisir différent. 

Dans une volonté d’une production de proximité, ses miels sont récoltés principalement dans une zone située à moins de 10 km à vol d’abeille de la miellerie.

Les ruches sont transhumées en fin de saison sur des secteurs d'altitude proche comme les monts du Pilat ou le Diois.

En plein été, le Roussillon n'offrant que très peu de ressources, cette transhumance permet de ne pas avoir à nourrir les ruches et les jeunes colonies en fin d’année.

Cela leur assure des réserves importantes et parfois une récolte de miel de lavande ou de miellat de sapin.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Belle et Heureuse année 2019…L’Equipe Un toit pour les abeilles s’associe à l’ensemble des apiculteurs du réseau pour vous présenter ses Meilleurs Vœux pour 2019 !
Que cette nouvelle année vous soit douce et chaleureuse.
Qu’elle vous apporte bonheur et réussite dans tous vos projets, qu’ils soient d’ordre personnel ou professionnel.
Nous vous remercions pour l’immense soutien que vous nous a...




Imprimer la page

Retour