bellon import

Logo bellon import

Les ruches en images

  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import
  • La ruche bellon import

L'apiculteur : Benjamin BUREAU

UTPLA apiculteur Benjamin BUREAU

Benjamin est un jeune apiculteur "Piqué" par les abeilles en 2014 grâce à un ami.
Il a désormais l'envie que cette belle activité qui est aujourd’hui une passion, prenne de plus en plus de place dans sa vie.

En reconversion professionnelle, Benjamin a exercé 10 ans dans le tourisme d’affaires, puis à souhaité s'orienter vers une activité plus proche de la nature et de ses valeurs.
Il a obtenu en 2015 son Brevet Professionnel d'Exploitation Agricole en apiculture et souhaite développer chaque année son cheptel pour s’installer en tant que professionnel d'ici quelques années (125 ruches en Corse).
Son objectif est principalement de faire de l'élevage de reines et la création d'essaim pour développer son cheptel.

Il dispose aujourd'hui de 80 ruches peuplées d'abeilles noires d'écotype Corse, qui s'épanouissent sur les maquis de Haute Corse.

Il construit lui-même ses ruches et hausses à miel et fabrique une peinture écologique à base de farine dit "suédoise" pour protéger ses ruches.

Bonne année 2020 !

Bonne année à toutes et à tous !

Pace è Salute comme on dit ici en Corse, Paix et Santé à vous et à vos proches !
Souhaitons aussi un peu de paix et de répit à notre pauvre planète qui est bien malmenée ces temps-ci...
Je suis ravi d'entamer une nouvelle année aux côtés d'Un Toit Pour Les Abeilles, et donc à vos côtés !
C'est la 5ème année que cette belle aventure dure et vos soutiens sont toujours aussi précieux, merci !

Une nouvelle année, c'est une nouvelle saison qui se prépare, avec ses attentes, ses projets, ses joies, ses incertitudes... !
C'est une saison qui s'annonce particulièrement dense pour moi cette année, car en plus de ma petite exploitation grandissante,
je vais travailler auprès d'un autre apiculteur aguerri, pour parfaire mes connaissances et technicités.
Ce sera donc une saison sportive :) Je compte également continuer à augmenter mon cheptel pour essayer de dépasser les 150 ruches à hiverner l'hiver prochain.
Voilà pour les objectifs, nous verrons la réalité en temps voulu !

Mes abeilles passent pour le moment un bon hivernage, et ont des réserves suffisantes.
Nous avons des journées très ensoleillées depuis un moment et des températures très (ou trop...) clémentes.
On n'ouvre pas pour autant les ruches à cette période, mais on peut observer aux belles heures de la journée une activité assez importante.
Les abeilles reviennent chargées de pollen, qu'elles trouvent sur l'oxalis, les noisetiers ou encore les mimosas.

La reine reprend sa ponte tranquillement et les premières grosses floraisons printanières peuvent arriver dès fin février avec la bruyère arborescente.
Il faut donc être prêt avant le rush du début de printemps.
Voilà pour les nouvelles de début d'année, qui j'espère vous trouveront toutes et tous en bonne forme !
A bientôt,

Benjamin



Voir toutes ses actualités

Le rucher de Castellaccia

Le rucher de Castellaccia

Ses ruches sont situées à une vingtaine de km au sud du Bastia au coeur du Maquis.

La nature y est généreuse et ses abeilles ont un terrain de jeu exceptionnel pour butiner toute l'année.

Les miels corses sont issus de fleurs sauvages et spontanées en grande majorité.


Le maquis tout proche est riche en bruyère, romarin, thym, asphodèle...et permet de produire de beaux miels de printemps.

Vers mi juin, certaines ruches sont transhumées sous des chataigneraies de Haute Corse pour y produire un miel ambré et typé qu'est le miel de chataîgnier. 
A la fin de l'été, elles descendent un peu plus en plaine pour y produire un miellat de metcalfa: un miel foncé, caramélisé aux arômes de fruits murs, réglisse ou encore caramel.
Enfin, à l'automne, les arbousiers fleurissent et leur assurent de bonnes réserves pour l'hiver.

Selon les récoltes qui dépendent de l'abondance des floraisons, Benjamin vous proposera un assortiment de miel de printemps, miel de chataîgnier, miellat de maquis plutôt "corsé",  et/ou metcafla.

Benjamin est adhérant du Syndicat AOP Miel de Corse, et ses miels ont donc le label "AOP Miel de Corse".
Ce label de qualité impose à l'apiculteur un cahier des charges précis et exigeant, assurant au consommateur un produit d'exception.

L'apiculteur : Denis FIORILE

UTPLA apiculteur Denis FIORILE

C’est à l’âge de 45 ans, suite à un plan social que Denis s’oriente pour une conversion dans l’agriculture (option polyculture : vignes, oliviers, fourrage et pourquoi pas 5 ruches avec un ami…)
Puis, il prend goût ‘’à mettre les mains dans les ruches’’ et, la saison suivante, se décide de doubler le cheptel !
L’année suivante il double de nouveau et, comme lui dit un vieil apiculteur : « Méfie Petit, quand on met une main dedans, c’est le bras tout entier qui y passe ! »

En effet, il continue à doubler, se forme, se perfectionne, et après une bonne saison apicole, et un soutien collectif, se décide à se lancer dans l’apiculture !
Aujourd’hui, il a 200 ruches mais hélas, qu’une centaine de colonies !

Depuis plusieurs années c’est l’hécatombe et, entre les conditions climatiques, les parasites et la chimie, faire perdurer un cheptel relève d’une gageure !
Il perd (comme beaucoup de ses confrères), entre 30 et 50% de son cheptel chaque année !  

Alors, on se remet en cause, on se forme, on refait des essaims, on en achète, on s’entête et quelquefois on se sent soutenu…alors on continue… avec l’objectif de remplir de nouveau les 200 ruches !!!

Début Février 2020

Bien chers marraines et parrains,

Début février 2020.

Nous, les abeilles et leur berger attendons toujours l’hiver !!!
On s’est préparés, on a mis de grosses pierres sur les toits des ruches, calé, soupesé les réserves de provisions, obturé les entrées, traité le Varroa en attendant le froid ; On a même mis des chaussettes à chaque reine !!!
C’est un rituel annuel indispensable.
Mais on sent bien les uns et les autres que Mr hiver ne viendra plus !
C’est un peu déroutant pour notre activité totalement connectée…à la nature, mais on voit bien quand on se connecte … aux infos, que nous vivons au plus près ce changement climatique !
Ce passage de l’hiver est toujours un peu difficile car on ne sait jamais si on va retrouver toutes nos colonies vivantes aux 1ers rayons de soleil un peu plus chauds.
Donc automne très très pluvieux, la terre-mère se ressource, mais la température n’étant pratiquement jamais descendue en dessous de 0°, des petits bouquets de fleurs violettes ornent les tiges de romarin et, entre 11 et 15h il n’est pas rare de voir des abeilles s’y abreuver de nectar !
Et, la 1ere petite visite que j’ai faite aujourd’hui me le confirme : « ça repart !!! », Les amandiers très pollinifères fleurissent, ce qui donnent le signal aux reines pour se remettre à pondre - prudemment pour l’instant - mais le cycle est enclenché !
Notre grande crainte est toujours météorologique : s’il y a un coup de froid qui dure, la population commençant à s’accroitre, auront-elles suffisamment de provisions ?! Février est toujours un mois très stressant…
Dès que ce cap difficile sera passé, les visites de printemps pourront commencer, avec on l’espère grâce aux énormes pluies, une jolie floraison qui devrait présager de belles récoltes de miel de Romarin et de Garrigues.
Merci pour votre soutien, Bien apicalement,
Denis

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Moulin Blanc

Le rucher du Moulin Blanc

Situé en plein coeur du massif de la Sainte-Baume, le parc du Moulin Blanc bénéficie d'un cadre exceptionnel.
Il fait partie des jardins remarquables sélectionnés par Le Ministère de la Culture et de la Communication et a reçu le prix VMF : Emile GARCIN pour la sauvegarde du patrimoine.

Ce lieu dispose d'une variété exceptionnelle d'arbres centenaires et une biodiversité riche (Arboretum avec essences rares de hêtres, conifères...).
Les cultures environnantes (sainfoin, luzerne, prairie naturelle) et collines avoisinantes (piémont du massif de la Ste Baume : thym, romarin, sarriette…) apportent une alimentation variée aux abeilles.

C'est dans cet endroit que Denis a installé son rucher d'élevage et qu'une dizaine de ruches seront proposés au parrainage.

Les ruches parrainées seront ensuite en Juillet et Août en villégiature sur les plateaux de lavande de haute Provence afin de pouvoir butiner des nectars plus tardifs.
Les parrains pourront déguster selon les récoltes des miels de Romarin, Garrigue et Lavande.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en mars ?

Introduction
« Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées »
Ce proverbe français de 1816 est toujours d’actualité en 2020, où le mois de février a été particulièrement rigoureux : les écarts de températures et les vents violents ont provoqué de nombreux dégâts parto...




Imprimer la page

Retour