MILLE ET UN REPAS

Logo MILLE ET UN REPAS

Mille et Un Repas société indépendante de «Gastronomie Collective®» est la seule entreprise de restauration collective associant la qualité et la créativité des plats et des menus à une démarche citoyenne symbolisée par l’Eco-Responsabilité et le «Zéro Gaspil’®».

Le «Zéro Gaspil'®» est une démarche originale, créé en 2007 par Mille et Un Repas, pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans les restaurants des établissements scolaires et d’entreprises.

Mille et Un Repas s’engage à adopter chaque jour des actions responsables modélisées dans son référentiel « Zéro Gaspil'®- Collectivement Responsables » qui illustre la volonté d’établir une relation durable et raisonnable avec les clients et convives, les collaborateurs et l’Environnement. Ce référentiel (validé par Bureau Veritas Certification, organisme indépendant de contrôle et de certification) permet d’auditer et d’officialiser, à terme, l’exemplarité de tous les restaurants « Zéro Gaspil’® » gérés par Mille et Un Repas.

En plus d’un comportement exemplaire, Mille et Un Repas participe à la santé et au bien-être de ses convives en leur proposant des aliments sains, frais, variés et de production locale tout en respectant le Plan Alimentaire et les menus équilibrés.

Mille et Un Repas démontre ainsi quotidiennement que la restauration collective peut devenir et être saveur, gourmandise et innovation. Les Chefs, formés à l’Institut Paul Bocuse et issus de restaurants traditionnels (voire étoilés), ont les moyens d’exprimer librement leur esprit créatif tout en exerçant l’Art Culinaire dans le respect de l’hygiène et d’une expertise reconnue tournée vers l’équilibre alimentaire.

Pédagogie, aide à la modification du comportement alimentaire, achats de produits naturels, locaux et bio, prévention... tout concours à la création du bien-être et à une bonne santé, harmonieuse et durable.


Voir leur site internet

La ruche en images

  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS

L'apiculteur : Mathieu CHIROSSEL

UTPLA apiculteur Mathieu CHIROSSEL

Mathieu pratique l’apiculture en activité principale depuis 2015.
L’apiculture est une pratique familiale ancestrale qui lui tient à cœur de faire perdurer et de développer.
Au siècle dernier, dans bon nombre de fermes, les ruches en paille étaient installées pour attirer les essaims et récolter le miel en fin d’année.
Cette pratique fut transformée au milieu du siècle dernier par  l'utilisation de la ruche Dadant une vraie révolution apicole que l’un des grands oncles de Mathieu vécu.
Aujourd’hui, ses colonies évoluent toujours dans ce modèle de ruche en pratiquant l’élevage et la sélection massale.
Après une formation en cours du soir et 4 saisons chez différents apiculteurs professionnels, il s’occupe actuellement d'une cinquantaine de ruches qu’il a développé d’année en année à partir de souches issues d’une longue sélection locale.
Soucieux de l'environnement et pour ne pas altérer la récolte, il pratique les méthodes apprises au sein de structures labellisées AB.
A terme, il cherche à passer sous la labellisation Nature et progrès pour une reconnaissance de ses pratiques actuelles.
En plus d’une pratique respectant l’abeille, l’apiculteur et la récolte, un de ses objectifs est de conserver un produit vivant.
Ses miels sont issus d'une seule et même récolte, ils sont non transformés et non mélangés avant mise en pots.

Et si on parlait des abeilles

Bonjour à vous, marraines et parrains du rucher du Roussillon.

L'hiver est bien là, plus de mauvais temps que de froid aux ruchers ce qui ne permet pas tellement un bon hivernage semblerait-il pour cette année.
Les colonies m'ont semblé perturbées par les bonnes chaleurs du mois de décembre.
Il est encore trop tôt pour dire si suffisamment de colonies arriveront à passer l'hiver.
Il reste encore un bon mois avant de voir venir les premières fleurs de printemps et les premiers redoux favorables à la reprise de la ponte des reines. 

Cet hiver, iI me fut possible exceptionnellement de m'éclipser pour découvrir l'apiculture du sud de l'Italie et de la Grèce.
Alors pourquoi ne pas vous en dire 2 mots !
Ces deux pays ne semblent pas souffrir comme en France de l'utilisation à outrance* de produits chimiques sur les cultures.
Toutefois, toutes les apicultures rencontrées parlent d'une baisse de production de moitié depuis 10 ans.
Le climat revient souvent dans les discussions. 

Le miel, quant à lui, est bien souvent une belle surprise.
Par ces pays où les récoltes se font jusqu'en décembre, la variété des saveurs rivalise de découverte avec nos terroirs déjà si variés. 

Bonne fin d'hiver à tous 

* plus 20% d'utilisation supplémentaire depuis 2009 au lieu d'une diminution de moitié comme envisagé par le plan Ecophyto !  

Voir toutes ses actualités


Le rucher du Roussillon

Le rucher du Roussillon

Son rucher est situé sur les bocages vallonnés du Roussillon, une zone peu cultivée avec principalement des prairies et des bois.

Cet environnement de collines riches en arbres mellifères lui permet de récolter du miel de printemps, de châtaignier, d'acacia parfois ou encore de tilleul.

Cette diversité permet d’offrir des couleurs, des saveurs et des textures très diversifiées.

Elle permet de proposer à chacun ou à chaque instant de dégustation, un plaisir différent. 

Dans une volonté d’une production de proximité, ses miels sont récoltés principalement dans une zone située à moins de 10 km à vol d’abeille de la miellerie.

Les ruches sont transhumées en fin de saison sur des secteurs d'altitude proche comme les monts du Pilat ou le Diois.

En plein été, le Roussillon n'offrant que très peu de ressources, cette transhumance permet de ne pas avoir à nourrir les ruches et les jeunes colonies en fin d’année.

Cela leur assure des réserves importantes et parfois une récolte de miel de lavande ou de miellat de sapin.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en mars ?

Introduction
« Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées »
Ce proverbe français de 1816 est toujours d’actualité en 2020, où le mois de février a été particulièrement rigoureux : les écarts de températures et les vents violents ont provoqué de nombreux dégâts parto...




Imprimer la page

Retour