MILLE ET UN REPAS

Logo MILLE ET UN REPAS

Mille et Un Repas société indépendante de «Gastronomie Collective®» est la seule entreprise de restauration collective associant la qualité et la créativité des plats et des menus à une démarche citoyenne symbolisée par l’Eco-Responsabilité et le «Zéro Gaspil’®».

Le «Zéro Gaspil'®» est une démarche originale, créé en 2007 par Mille et Un Repas, pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans les restaurants des établissements scolaires et d’entreprises.

Mille et Un Repas s’engage à adopter chaque jour des actions responsables modélisées dans son référentiel « Zéro Gaspil'®- Collectivement Responsables » qui illustre la volonté d’établir une relation durable et raisonnable avec les clients et convives, les collaborateurs et l’Environnement. Ce référentiel (validé par Bureau Veritas Certification, organisme indépendant de contrôle et de certification) permet d’auditer et d’officialiser, à terme, l’exemplarité de tous les restaurants « Zéro Gaspil’® » gérés par Mille et Un Repas.

En plus d’un comportement exemplaire, Mille et Un Repas participe à la santé et au bien-être de ses convives en leur proposant des aliments sains, frais, variés et de production locale tout en respectant le Plan Alimentaire et les menus équilibrés.

Mille et Un Repas démontre ainsi quotidiennement que la restauration collective peut devenir et être saveur, gourmandise et innovation. Les Chefs, formés à l’Institut Paul Bocuse et issus de restaurants traditionnels (voire étoilés), ont les moyens d’exprimer librement leur esprit créatif tout en exerçant l’Art Culinaire dans le respect de l’hygiène et d’une expertise reconnue tournée vers l’équilibre alimentaire.

Pédagogie, aide à la modification du comportement alimentaire, achats de produits naturels, locaux et bio, prévention... tout concours à la création du bien-être et à une bonne santé, harmonieuse et durable.


Voir leur site internet


La ruche en images

  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS
  • La ruche MILLE ET UN REPAS

L'apiculteur : Baptiste LE ROUX

UTPLA apiculteur Baptiste LE ROUX

Baptiste à commencé l'apiculture par passion transmise par son oncle qu'il épaule depuis 2007.
Son rucher s'est constitué petit à petit au grès des essaims vagabonds récupérés.
Il a choisi une installation progressive pour maîtriser les risques, son but étant de développer une exploitation de taille humaine en Apiculture et Maraîchage biologique.
Il possède 40 ruches de type Dadant et pratique une apiculture non intensive pour le respect de l'abeille et souhaite convertir le rucher en bio dès 2017.
Ses ruches se situent dans une zone peu cultivée avec principalement des prairies et des bois.
Il pratique la transhumance locale (40 km) pour permettre la production de miel de crus (printemps, acacia, châtaigner, ...)

Nouvelles de la ferme

Les colonies sont très populeuses à cette époque et on entend le passage des butineuses au dessus de nos têtes à plusieurs dizaines de mètres du rucher.
La Ferme aux Mille fleurs c'est aussi une activité maraîchage biologique avec 7000m² de cultures sous serres non chauffées et en plein champ.
Je cultive une quarantaine de légumes différents par an que je commercialise en majorité en vente directe.
Sont également présentes sur la ferme 80 poules pondeuses élevées avec les méthodes de l'agriculture biologique et en plein air.

 

 

Voir toutes ses actualités


Le rucher des mille fleurs

Le rucher des mille fleurs
Baptiste travaille majoritairement avec des abeilles "noires" (pas de sélection) et dispose actuellement de 40 ruches.

Son rucher est situé dans une zone peu cultivée avec principalement des prairies et des bois.

Cet environnement très varié lui permet de récolter un miel de printemps, de châtaignier, d'acacia, et un miel toutes fleurs d'été.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
En juin, avec les journées ensoleillées plus nombreuses, l’activité à la ruche s’intensifie encore.
Si la reine est suffisamment active, généralement lorsqu’elle a entre 2 et 3 ans, la ponte est intense sur la période. Plus de 2000 œufs par jour. A ce rythme-là, la colonie va rapidement devenir très populeuse. Elle pourra atteindre près de 50 000 abeilles au sein de la ruche. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les essaimages sont si nombreux au printemps. L’essaimage ce sont ces grappes d’abeilles particulièrement spectaculaires qu’on voit se loger dans les arbres ou autres lieux insolites. Cette année encore, il y a eu de nombreux essaimages partout en France.

Nous vous mettons quelques liens d’essaimages du côté de La Rochelle ou Régis, Fondateur et Apiculteur Un toit pour les abeilles a dû intervenir… Cliquez sur chaque photo pour découvrir un article.

         

Zoom sur …Le Pollen
Durant le printemps, les abeilles butinent à tout va et reviennent à la ruche gorgées de nectar et les pattes pleines de pollen. Le pollen c’est en fait, chez les plantes à graines, l’élément fécondant mâle produit par la fleur. Ce sont d’infimes grains d’à peine quelques micromètres.



Petit mais costaud le pollen !
C’est un véritable concentré d’énergies : protéines, acides aminés, vitamines A, B, C, D et E. Il contient également des minéraux.

C’est d’ailleurs le pollen contenu dans le miel qui permet, au cours d’analyses de trouver l’origine florale d’un miel.
Il constitue le seul apport protéinique des abeilles. Il est donc primordial à la colonie. D’ailleurs sans pollen la Reine ne pont plus !

L’apiculteur pourra récolter un peu de pollen s’il le souhaite. Pour ce faire, il installera par exemple des peignes à pollen à l’entrée des ruches. Ils permettront d’empêcher les plus grosses pelotes de pollen de rentrer. Ces dernières tombent dans un tiroir placé en dessous…

De son côté, l'apiculteur …
Pour l’apiculteur, comme pour les abeilles, juin est un moins de pleine activité…
Il récolte ses premiers cadres pleins et operculés, remplis de miel qui feront la récolte de printemps.



Il doit aussi vérifier la densité de population au sein des ruches et ajouter rapidement des hausses si besoin. Il pourra aussi profiter de cette période pour diviser les colonies et éviter des essaimages potentiels. Ça lui permet ainsi de reconstituer de nouveaux essaims pour le rucher. Bref, il n’y a pas de congés, pas de pause, sur cette période de tous les enjeux.

En juin, l’apiculteur commence donc à avoir une idée concrète de ce que va être la saison. Il lui reste, une fois toutes les interventions effectuées sur le rucher à espérer que la météo joue son rôle de régulateur… De trop grosses chaleurs pourraient fragiliser ce bel équilibre…

Le Saviez – vous ?
En juin où l'activité s'intensifie substantiellement et où les abeilles travaillent beaucoup, ces dernières ne vivent que 5 à 6 semaines.
En opposition, les abeilles qui naissent à l'automne, et pour lesquelles l'activité au sein de la ruche est réduite, elles peuvent vivre jusqu'à 6 mois. La Reine quant à elle, peut vivre entre 5 et 6 ans !

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Où il y a des abeilles, il y aura du miel. » Proverbe anglais




Imprimer la page

Retour