Altimis group

Logo Altimis group

Altimis Group évolue dans le domaine des technologies et du data management : Business Intelligence, Développement de logiciels, Consulting, déploiement de solutions et formation. Nous cherchons à dépasser les attentes de nos clients à travers des approches simples et pragmatiques centrées sur l’usage, des résultats rapides et des projets encadrés. Notre groupe est constitué des sociétés AltiView et MIK, spécialisées dans la Business Intelligence et le Data management, et Soft-nrg France, experte dans le déploiement de solutions pour l’après-vente automobile.


Voir leur site internet

Le respect de la personne et de la planète est au cœur des valeurs d'Altimis Group. Notre société est consciente que par son action, incarnée par celles de ses équipes, elle influe sur son environnement. Cette année, nous avons fait le choix de renforcer la démarche RSE de l'entreprise. Nous avons donc mis en place plusieurs actions (don du sang, recyclage, conférences sur l'écologie mentale, soutien à des associations...) et comptons bien poursuivre sur cette voie. Nous voulons aujourd'hui renforcer cette initiative en soutenant une ruche proche de notre région. La préservation de notre environnement est essentielle pour les générations futures et nous avons conscience de l'importance des abeilles dans l'écosystème.

La ruche en images

  • La ruche Altimis group
  • La ruche Altimis group
  • La ruche Altimis group
  • La ruche Altimis group

L'apiculteur : Céline MARTIN-JARRAND

UTPLA apiculteur Céline MARTIN-JARRAND

Nous sommes apiculteurs dans le Parc Naturel du Vercors, 100% de notre production est issue de ce territoire préservé, sans transhumance de nos abeilles.

Nous avons à cœur de respecter le développement naturel de nos colonies, nous utilisons notamment des ruches Warré qui permettent une approche très douce vis à vis de l'abeille.
Nous nous engageons chaque année à former une centaine d'apiculteurs amateurs et à sensibiliser le public à la préservation des abeilles à travers des ateliers pédagogiques et la rencontre avec cette société incroyable qu'est une colonie d'abeilles.

Après avoir fait le choix de ne plus être certifié bio ces dernières années, nous avons signé un engagement de conversion en agriculture bio pendant une durée de 1 an.
Au terme de l'année de conversion et si le cahier des charges a bien été respecté nous passerons à nouveau en Bio.

DU MIEL BIO... KESAKO ?
Au niveau du cahier des charges :
- La zone de butinage doit être composé majoritairement de fleurs sauvages ou cultures mellifères labellisées AB
- Tout ce qui entre dans la ruche doit être bio : nourrissement (en apiculture, on aime inventer des mots !) des abeilles, cire, médicaments, traitement du bois...
 
Pour nous le bio doit-être en plus :
- LOCAL, donc pas de transhumance de nos ruches ! Notre production est 100% Vercors.
Notre secteur de prédilection : le Vercors sud, du Diois au Royans en passant par le plateau (Vassieux, St Agnan, Herbouilly...)
 
- DOUX, donc nous laissons vivre nos abeilles : bâtisses naturelles des alvéoles, peu de nourrissement au sucre, toujours bio et le plus local possible (sucre de betteraves français ou allemand) ...
Nous remercions tous les parrains et marraines qui nous soutiennent depuis tant d’années ! Sans vous, le miel du Vercors n'existerait plus!

UN GRAND MERCI !!

A regret nous allons devoir annuler la visite du 6 juillet

Bonjour à tous,

Je vous envoie ce mail car je dois, avec regret, annuler notre rencontre du 6 juillet.

Avec la sécheresse, la saison passe encore plus vite. Nous ne sommes pas encore en juillet mais dans le sud, la végétation a souffert de la chaleur et du manque d'eau.
Dans certains secteurs, les lavandes sont déjà en train d'être coupées...
La saison de production touche déjà à sa fin, avec le moment des récoltes, et nous devons déjà commencer à préparer nos colonies à la lutte contre Varroa et l'hivernage.

Je suis vraiment désolée pour ce contretemps et j'espère que vous comprendrez ma situation.
Je vous propose de vous inscrire à la journée porte-ouverte organisée le 10 septembre.

Au plaisir de vous accueillir une autre fois,

Céline

Voir toutes ses actualités

Les abeilles du Vercors

Les abeilles du Vercors

Nos ruchers sont répartis sur 4 secteurs du Parc du Vercors: le Diois, le Royans, le plateau et les hauts plateaux. A chaque secteur correspond un étage de végétation typique :

Le miel du Diois est représentatif de la vallée : une année chaude et sèche et les abeilles butinent le miel de chêne : Notes puissantes et boisées.
Alors qu’une année plus humide produira un miel dominé par le thym, le tilleul, les fruitiers : Notes aromatiques et fleuries.

Le miel de Lavande de Chamaloc nous invite dans la partie méridionale du Vercors à la rencontre des plantes aromatiques.
Ici sur les terres où pousse naturellement la lavande fine, on cultive aussi le lavandin. Notes végétales et fleuries.

Le miel des Hauts Plateaux du Vercors est produit à plus de 1200 mètres d'altitude. C’est un miel de sapin blanc et de framboisier, typique du Vercors. Notes boisés et maltés.

Le miel du Royans nous fait découvrir les coteaux de châtaigniers et les tilleuls plantés par nos ancêtres. Notes mentholés et intenses.

Le miel de Prairies fleuries est récolté à 800 mètres d’altitude. C’est un paysage de prairies où des milliers de fleurs apparaissent au printemps.
C’est donc un miel d’une grande diversité florale: trèfle blanc, épilobe, ronce, framboisier, renoué bistorte, vipérine… Notes douces et fleuries.

Céline et Jérôme vous remercient (28/08/2017).

 

France 3 Alpes avec Jérôme et Céline

Reportage consacré à Jérôme et Céline et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 15 Avril 2016.
Merci à Catherine, pour sa participation en tant que marraine.

L'apiculteur : Yves ROBERT

UTPLA apiculteur Yves ROBERT

Yves et Chantal ont débuté en 2010 avec 3 ruches. Aujourd'hui ils en comptent près de 80, dont une soixantaine soutenues par les parrains Un Toit Pour Les Abeilles.

Yves et Chantal privilégient une production locale et une conduite douce des ruches. Ce choix est motivé par une éthique personnelle et professionnelle engagée pour la protection de l’environnement, ceci dans une optique d’exploitation apicole prospère économiquement.

Chantal et Yves ne pratiquent pas la transhumance, puisque tous leurs ruchers sont fixes, ce qui réduit considérablement les dépenses en carburant, les besoins en mécanisation et ainsi l'impact carbone.

Ils ont choisi des ruches Warré plus respectueuses des abeilles et proposent un miel de terroir.
Outre le miel, Les apiculteurs produisent leurs propres essaims naturels (sans importation de reine), ils récoltent du pollen, de la propolis, de la cire d’abeille...

Yves est l'auteur du "Petit manuel d'apiculture douce en ruche Warré" aux éditions Terre Vivante paru au printemps 2019.

La situation au rucher en octobre 2022

La situation au rucher en octobre 2022

Cette saison 2022, il s’agissait, en priorité, de multiplier les colonies pour reconstituer les effectifs, comme je l’ai indiqué dans le bilan précédent.

Manque de chance, cela a été plus compliqué que d’habitude avec une population de mâles extrêmement réduite et sans doute insuffisante à certains « points de rendez » où se réalisent la fécondation des jeunes « reines » vierge.

Ah oui, ces « points de rendez », sans doute balisés par des phéromones, sont répartis sur le territoire selon la population de ruches et de mâles dans ces ruches.

Les essaims élèvent une nouvelle mère, appelée pompeusement « reine ». Mais pour remplir sa mission de reproduction de la population dans la ruche, il lui faut être fécondée par plusieurs dizaines de mâles différents, lors d’un unique vol « nuptial ».

Or, ce printemps, les effectifs de mâles étaient assez limités ; les « points de rendez » ont dû être plus dispersés… La fécondation des jeunes reines a été assez aléatoire.

En outre, les colonies avaient mille activités à mener simultanément, du fait notamment de la précipitation dans la succession des floraisons.

Puis, la sécheresse s’installant, les floraisons disparaissant, j’ai stoppé la récolte de miel, afin de garantir le maintien dans les ruches d’un stock suffisant de miel pour l'autoconsommation des colonies en rapport avec la population à nourrir.

Moyennant cette décision, je n’ai pas eu à nourrir au sirop, contrairement à nombre de mes confrères.

De plus, les colonies ont parfaitement fait face au frelon asiatique qui s’implante en Bourgogne à la faveur du réchauffement climatique. Comme le montre cette vidéo que j’ai prise :

Cliquez ici pour regarder la vidéo

Le frelon asiatique a été tenu en respect par mes colonies d’abeilles !

Je détermine ma conduite de ruches, dans le but d’assurer la préservation de l'écosystème des colonies par l’implantation judicieuse des ruches, la qualité de leur habitat, la prise en compte des risques météorologiques accrus et l'adaptation aux conditions locales.

C’est une approche productive qui prend aussi en compte la résilience.

C’est la démarche que nous proposons aussi dans nos stages :

Cliquez ici pour plus d'informations :

Les ruches sont prêtes pour hiverner : leur nombre est inférieur à mes objectifs de cette saison, après les grosses pertes enregistrées à la sortie de l’hiver précédent.

Espérons qu’au printemps 2023, les « points de rendez-vous » pour la fécondation des « reines » soient plus nombreux et fréquentés !...

A très bientôt !

Yves Robert

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Sennecey

Le rucher de Sennecey

Le rucher est situé près du hameau de Tallant dans le canton de Sennecey-le-Grand en Saône-et-Loire (Bourgogne du Sud).

Il occupe un verger bordé de haies, de pâtures et prairies qui s'étendent à flanc de colline jusqu'au bois qui coiffe le sommet.
Cet environnement est riche d'une flore diversifiée qui s'épanouit dès le printemps (pissenlit, fruitiers, aubépine...) et se prolonge tout l'été (acacia, ronce, trèfle...).

La première récolte sera polyflorale puisqu’issue des variétés citées ci dessus.
Ainsi, selon la proportion en tilleul et acacia, le miel pourra être liquide à crémeux (ces deux espèces mellifères influençant sur la fluidité du miel).

Chantal et Yves travaillent avec des reines de souche Buckfast fécondées naturellement et issues du cheptel bio de Jérôme Alphonse (autre apiculteur partenaire Un toit pour les abeilles). Cette race d'abeilles est connue pour être douce et productive.

France 3 Bourgogne avec Chantal et Yves

Reportage diffusé le jeudi 6 Octobre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

C’est le mois de décembre ! Youpi
C’est une période symbolique à bien des égards… Le mois de décembre vient clôturer une année qui nous a apporté son lot de joies et de déconvenues…
C’est aussi une période de nostalgie, de fête et de petits bonheurs partagés !
Alors pour commencer notre lettre mensuelle, nous souhaitions vous partager quelques petites nouvelles qui, nous l’...




Imprimer la page

Retour