SANTARELLI GROUP

Logo SANTARELLI GROUP

Cabinet de Conseil en Propriété Industrielle et Intellectuelle, IPSIDE, dont le prédécesseur est la cabinet Schmit-Chrétien, est membre de la Compagnie Nationale des Conseils en Propriété Industrielle (CNCPI), mandataire auprès de l’Office Européen des Brevets (OEB) et de l’Office de l'Union européenne pour la propriété Intellectuelle (EUIPO). IPSIDE est également membre d’associations professionnelles dans le domaine de la Propriété Intellectuelle, telles que l’APRAM, ASPI, L'INTA. L'équipe d'IPSIDE compte plus de 80 personnes, dont plus de 20 ingénieurs brevet, plus de 10 juristes et 40 assistants et fonctions de support. Le cabinet a traité à ce jour plusieurs milliers de demandes de brevets et plus de 15 000 extensions dans une centaine de pays, dans tous les domaines techniques. De même, le cabinet a déposé des dizaines de milliers de marques dans tous les pays du Monde ou presque.


Voir leur site internet

IPSIDE est engagé depuis le début des années 2019 dans une démarche de développement durable avec pour objectif de répondre aux défis environnementaux. IPSIDE a ainsi obtenu en 2020 le label ISO 26000, et est membre du global compact. Ce partenariat avec "Un toit pour les abeilles" vient donc s'inscrire dans la politique RSE du cabinet IPSIDE, par sa démarche éco-responsable. En parrainant 2 ruches, IPSIDE aide 2 apiculteurs et protège ainsi environs 80 000 petites abeilles. La responsabilité sociale et environnementale est placée au cœur des ambitions stratégiques d'IPSIDE qui conjuguent performance économique et responsabilité. Nous sommes déterminés à être utiles et à avoir un impact positif sur l’environnement et la société.

Les ruches en images

  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP
  • La ruche SANTARELLI GROUP

L'apiculteur : Thierry SALAVIN

UTPLA apiculteur Thierry SALAVIN

Thierry est un apiculteur bio professionnel situé en Isère.
Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert.

Il a découvert et démarré l'apiculture en 2010 en récupérant des essaims vagabonds.
Sans lien familial avec l'apiculture, il a acquis son expérience en se formant en France, puis en travaillant chez des apiculteurs en Australie le temps d'un été chez eux, hiver chez nous..

Il a un cheptel actuel de 200 ruches.
Thierry utilise uniquement des ruches Warré qui privilégient une apiculture douce et respectueuse des abeilles, permettant d'éviter le nourrissement au sucre notament.

La majorité de ses ruchers sont situés sur les massifs alpins vierges de cultures aux alentours de Grenoble (Chartreuse, Vercors, Belledonne, Ecrins).
Thierry pratique la transhumance locale dans un petit rayon (40km) pendant la saison pour des miels de crus (châtaignier, acacia, haute montagne).

Belles fêtes et encore Merci !

Bonjour à tous !

L'occasion une pierre trois coups pour vous souhaiter, remercier, informer !

Primo, que les colis sont tous partis pour ceux d'entre vous qui devaient les recevoir à cette époque, avant les fêtes.
Si pas déjà parvenus, vérifiez votre boite, en espérant que tout arrive à bon port.

Pour l'autre moitié d'entre vous, ce sera au printemps ;)

 

Secundo, de vous souhaiter de très belles fêtes de fin d'années, en vous souhaitant le meilleur pour vous ! La santé, la gourmandise, la joie, la vitalité, la vie comme elle coule pour vous :)

De mon côté je vais moderer en alternant du temps social et en famille, et moment de solitude choisie, pour entretenir et garder la sérénité, l'équilibre, ne pas saturer pour que l'amitié n'en soit que plus merveilleuse.

 

Tercio Quatro pour vous redire un grand merci pour votre soutien, sentir cette communauté qui me porte pour continuer.

Franchement, cette année, ça passe, grâce à vous ! Serieusement !

 

Deux choses qui se rajoutent à la pile déjà bien grassouillette de paramètres à gérer avec les abeilles pour expliquer :

 

Peut être avez vous eu vent de la crise du bio et pour l'apiculture en particulier ?
C'est simple, notre activité, comme toute autre, est liée à la loi du marché. Dur de garder un cap stable quand tout flambe.
J'ai besoin de mettre du pétrole dans mon camion pour voir les petites zabeilles, acheter des pots, des couvercles, tout un tas de trucs. Ça, c'est la vie !
Je vous apprends rien, comme tout le monde...La ferme et le projet d'autonomie alimentaire/énergétique, bref de paysannerie, où j'habite permet de tamponner un peu mais pas tout.
Le miel fait parti des produits de luxe au prix où l'on doit le produire en France d'année en année.

Alors je comprends bien qu'enormement de gens en font l'impasse, en tant que produit "non essentiel" ou de "niche" quand les temps sont durs.
En plus de certains magasins bio qui ont mis la clé sous la porte, ceux qui me restent commandent beaucoup moins souvent et en petite quantité.
Je ferai le vrai bilan à la fin de l'année mais c'est entre 70 et 80% de commande en moins, donc de revenu en moins, c'est colossal.

Tous les apiculteurs sont concernés, bio ou pas.

Il y a eut une mobilisation nationale à Paris le 30 novembre pour défendre les apicultrices et apiculteurs face aux importations de miel à bas prix par les négociants.
J'avais les enfants, je n'y suis pas allé, mais, loin des yeux, près du coeur.

Tout ça pour vous expliquer que oui, j'arrive à me dépatouiller financièrement pour boucler l'année juste grâce à votre soutien et à la stabilité du parrainage encore cette année qui est un volume équivalent en miel pré-vendu et fixé. C'est complètement concret. Merci !!!

 

L'autre chose est le frelon..
Ca y est, il est dans tous les ruchers ici cette année.
Il était discret jusqu'à mi octobre, bien occupé sur le lierre. Quand la floraison fut finie, ils sont tombés sur les ruches d'un coup.
On s'est tous fais surprendre ici, n'ayant jamais vu cela avant. La météo leur a été clémente, aux "parasites" en général avec le changement climatique.
Espérons un gros coup de gel cet hiver.. bref, des colonies ont fondu en population, certaines se sont carrément vidées, ce n'est pas le varroa.

Je vous joint une photo d'une ruche attaquée par les frelons, qui ont réussi à rentrer mais se sont fait coincés par la grille à reine pour ceux qui sont restés.
Seule une poignée d'abeilles était encore présente dans un coin.
La ruche à côté avec le petit coeur est morte, pas faute d'avoir marqué au rouge un symbole de vie et d'amour, l'intention des fois ne suffit pas..
J'en suis à 17 ruches mortes par les frelons, le temps de reduire les entrées, mettre des pièges.. c'est fulgurant.

 


Ce n'est pas fini, d'autant plus que beaucoup beaucoup de colonies ont fondu où parfois il ne reste qu'une petite grappe qui a très peu de chances de passer l'hiver.

Les ruches qui restent ont changé leurs comportements. On sent le stress maintenant.
Elles ont fait une petite grappe devant la ruche pour se défendre, le reste semblant rester dans la ruche, comme confiné, pour nous rappeler des mauvais souvenirs dans l'histoire de l'humanité..

La dynamique de la colonie et son bon développement avant l'hiver est arrêté si il n'y a plus d'entrées/sorties.. le frelon sort aussi a faible températures, j'en ai même vu sous la pluie, rentrer dans les ruches.. a présent qu'il y a eut un peu de neige et froid, je n'en vois plus.

Je me suis senti comme tous les autres apiculteurs, démuni. C'est donc encore un nouveau paramètre à gérer, sans trop savoir comment. Ca va changer mon travail, augmenter des coûts, à terme encore le prix du miel.. :-(

J'ai investi par exemple dans des harpes électriques à mettre devant les ruches pour l'année prochaine, c'est normalement ce qui les protègent le plus. A suivre aussi donc..

 

Voilà un looooong mail, dans nos vies plus que débordantes et où le temps d'écran est peut être comme moi de plus en plus energivore.

Je m'en excuse pour ça.
La lecture, comme l'écriture, a cette solitude qu'elle vous impose ma confession. Merci pour vos oreilles.

Je préfère vous exprimer au mieux la situation, que du blabla social superflu, la situation faisant un vrai changement et une réelle incertitude à continuer dans l'apiculture.. que j'aime de moins en moins, à cause de tout ça,
CSe que l'homme rajoute d'année en année en boulversement divers, tout en gardant l'amour intact pour les abeilles.

C'est un sentiment particulier, limite schyzo, en tout cas épuisant de se sentir Don Quichotte ou David contre Goliath.

Sans doute, l'occasion de m'adapter, réinventer, pour y voir le positif.. pour garder l'espoir.

J'ai le sentiment d'avoir atteint une limite dans le soin et l'effort à fournir aux abeilles pour les accompagner dans leurs propres autonomies et bien être.

Mes interventions sont de plus en plus nombreuses, complexes, mais surtout la conséquence du lien de dépendance de l'abeille à l'humain de plus en plus grand, et ça, ça me fait un frisson dans le dos..

A ceux qui sont venus aux portes ouvertes, nous avons un peu échangé à ce sujet. Je me souviens de ce beau temps et de l'émerveillement dans les gens. Cadeau. Il n'y avait pas encore le frelon..

Je garde ces instants précieux dans mon coffre à merveilles, comme on réouvre une boîte à musique pour retomber dans l'innocence.

 

Je vais préparer le printemps pendant l'hiver, faire comme si et espérer qu'il n'y ait pas trop trop trop de casse.. il y a encore un petit traitement à faire contre le varroa, qui me semble à present limite familier, presque comme un "ami".. et je verrai bien au printemps, en sorti d'hiver, ce qu'il en ait, en comptant les vivantes.

 

Voilà ce que j'aime aussi d'être avec le vivant, la paysannerie, et spécialement l'abeille, c'est qu'il faut constament anticiper en étant connecté au présent, ce qui me fait considérer que tout est en relation, afin de garder présent la nécessité de l'ajustement aux constellations changeantes de l'existence.
Fatiguant remuant, engagé, le vivant, vibrant, ne se trouve pas dans le confort mais la recherche d'équilibre. Cette leçon de subtilité je l'ai bien apprise encore cette saison..

Je vous souhaite encore de belles fêtes de fin d'années, en recherchant au mieux ce qui est de votre équilibre.

Ainsi qu'un très grand merci !

Thierry

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Chartreuse

Le rucher de la Chartreuse

Les ruches sont situées dans le parc naturel régional de la Chartreuse, à 800m d'altitude qui offre une diversité de milieux naturels.

Le parc est ainsi constitué de forêts qui varient du chêne à des hêtraies-sapinières jusqu'aux épicéas à 1500 m d'altitude mais aussi d'étendue de pelouse et prairies.
Les eaux de source provenant des torrents et zones humides environnant le rucher sont d'excellente qualité.

Le miel récolté par la miellerie du Peuple Zélé est selon les floraisons de forêt à dominante de tilleul et pointe de châtaignier et de fleurs de chartreuse qui sont issues des sous-bois comme les ronces et framboisiers avec un arôme floral, frais, naturellement crémeux.

Thierry pratique un élevage et une sélection massale de ces abeilles afin de tirer le meilleur parti de chaque abeille (productivité, caractère...).
Il a ainsi commencé son cheptel avec des abeilles locales ou dites "noires" issus d'essaims cueillis dans la Vallée et qui ont permis la création d'autres colonies d'abeilles avec des croisements naturels contrôlés. Aujourd'hui il a des colonies avec un brassage d'origines qui sont adaptées localement.

L'apiculteur : Lionel POTRON

UTPLA apiculteur Lionel POTRON

Je suis apiculteur amateur depuis plus de 20 ans, en pro depuis 2016.
Passionnés d’apiculture, amoureux de la nature et Parisien, c’est tout naturellement que je me suis dirigé vers la production de miel de Paris en créant APIS CIVI.
Les premières ruches de notre société ont été installées en 2016 à proximité des parcs et jardins de la capitale afin de contribuer directement à la pollinisation
des arbres et fleurs qui composent la biodiversité de Paris.
Le 16ème arrondissement avec sa proximité du Bois de Boulogne et le parc des Buttes-Chaumont nous ont ouvert les bras et c’est ainsi que le miel de Paris APIS CIVI a commencé.
Les Champs-Elysées, Montmartre ainsi que Belleville ou encore les Batignolles ont donc été peuplées de nos ruches.
En 2019, la société a travaillé sur le déploiement sur la rive gauche et ce sont les 13ème, 14ème et 15ème  arrondissements qui ont été développés.
En 2017, unique producteur de miel labélisé « fabriqué à Paris », APIS CIVI reçoit de la part de la Mairie de Paris le coup de cœur d’un jury.
En 2018, le miel de Paris APIS CIVI a obtenu la médaille d’or du Concours Général Agricole pour la catégorie des miels multifleurs clairs.
En effet, notre miel de Paris sans pesticide profite d’une variété de fleurs exceptionnelle composée notamment de tilleuls, marronniers,
acacias ou encore des sophoras du Japon qui lui procure une qualité gustative unique.
Paris recense aujourd’hui plus de 2000 espèces d’arbres et de fleurs différentes que butinent nos abeilles grâce au maillage de nos ruchers.

Nouvelles de cet été

Chers parrains, marraines,

la saison s'achève et cette année ne peut être que meilleure comparée à l'an passé.

Les colonies se sont bien développées au printemps grâce à une météo clémente.

Beaucoup de travail avec un essaimage très présent du aux pics de chaleurs qui s'en sont suivis.

C’est à dire que la plupart des essaims cherchaient à se diviser en deux et à s’envoler… cela a occasionné un travail intensif.

La météo avec alternance de pluie et de soleil a permis de belles floraisons et des miellées correctes.

Actuellement je prépare l'hivernage avec quelques dernières hausses de miel à récupérer sur les ruches, veiller à ce que les colonies aient suffisamment de réserves aussi pour passer l'hiver.

Enfin c'est la période du traitement contre le varroa. Ce parasite se développe dans le couvain et peut affecter de manière importante la santé des abeilles, en propageant des maladies et en affaiblissant les abeilles. Prodiguer les soins est donc nécessaire à l'apiculteur pour maintenir ses populations d'abeilles saines et préparer déjà 2024.

Bien à vous !

 

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Paris 16

Le Rucher de Paris 16

Ce rucher possède 4 ruches et il peut en accepter 6 de plus.
Les espèces d’arbres alentours sont le marronnier, le tilleul et l’acacia.
Cela produit un miel de fleurs liquide aux saveurs florales.
Ruches : Langstroth et Dadant

L'apiculteur : Alexandre PLANTIN

UTPLA apiculteur Alexandre PLANTIN

Cela fait un peu plus de 6 ans que je pratique l’apiculture sur les terres de mon enfance.
Pour ma part je n’ai eu aucune formation. Je me suis formé sur place, avec les abeilles.
J’ai aussi énormément lu sur l’apiculture, beaucoup de livres tout autant passionnants qu’instructifs…
Et puis j’ai appris sur le terrain, en demandant des conseils à des apiculteurs de mon entourage.
Cette vocation m’est venue naturellement, en trouvant un jour une ruche oubliée par un apiculteur dans la bruyère…
Elle était en très mauvais état. Je l’ai restaurée et posée sur le terrain de mes parents.
La magie de la nature s’est opérée… Un essaim est venu prendre place dans la ruche, à peine un mois après que je l’avais installé sur le terrain. C’est ainsi que l’aventure a démarré.
Aujourd’hui, je voudrais proposer mes ruches en parrainage avec Un Toit Pour Les Abeilles, pour développer mon cheptel et pouvoir, plus tard, vivre de cette passion qui m’amine.
Je voudrais partager mon amour pour ce métier fantastique avec les parrains.

Des nouvelles de vos abeilles

Bonjour tous les parrains et marraines,

j'espère que vous allez bien.

Je suis désolé de ne pas avoir écris avant mais quelques contretemps se sont ajoutés ces derniers mois.

J'ai passé un hiver très compliqué car j'ai perdu beaucoup d'abeilles à cause des frelons. J'ai été envahi en fin d'année et jusqu'à mi-novembre et ces derniers m'ont anéanti 25 ruches.

Début mai, vos abeilles vont bien, les colonies restantes sont belles malgré que le soleil se soit fait très rare mais j'espère va arriver une bonne fois quand même. 

Je vous ferais des photos la prochaine fois quand j'irai au rucher.

à très vite 

Merci encore de me parrainer, ce n'est pas facile tous les jours avec ses petites bêtes mais on les aiment !

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Mellonia

Le Rucher Mellonia

J’ai actuellement une soixantaine de ruches.
Je travaille principalement avec des ruches de type Langstroth.
Les abeilles bénéficient d’une variété florale forte sur le rucher :
Bourdaine, Bruyère (Erica Callune), Acacia et Châtaignier.
Tout est dit… J’espère que vous serez nombreux à me parrainer ;-)

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH - Ruche : Joy (Toulouse)

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH - Ruche : Joy (Toulouse)

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Bonne année

Bonjour à tous,

Je vous souhaite une merveilleuse année 2024 ! 

C'est la saison calme pour l'apiculture.

Les abeilles ont une activité réduite.

Petit à petit, cette activité va se développer jusqu'au printemps.

La reine va reprendre la ponte.

Pour moi, c'est un temps calme aussi.

Garder un oeil sur les ruches, préparer le matériel, penser à l'organisation,... préparer pour que tout soit prêt vers la mi-mars et l'arrivée du printemps où la vie explose dans les ruches. 

Merci pour votre soutien !

A bientôt 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Lavaur

Le rucher de Lavaur

Le 1er rucher est situé à côté de Lavaur dans le Tarn, à 35 min de Toulouse.

Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe t’il dans la ruche en MAI ?

Introduction
Chères marraines, chers parrains,
Si chez Un Toit Pour Les Abeilles on cébère tous les jours et depuis plus de 15 ans (le temps passe si vite !)  les abeilles et la nature, nous avons décidé de mettre les bouchées doubles en mai !
Pourquoi en mai ? Parce que ce mois comprend deux dates très importantes, probablement déjà inscrites dans vos agendas...
Le 20 mai,...




Imprimer la page

Retour