Kumulus vape

Logo Kumulus vape

Véritable pionnière de la cigarette électronique, Kumulus Vape s’est rapidement imposée aux premiers rangs des acteurs français de la vape. Depuis sa création en 2012, l’Entreprise est animée par une mission : proposer grâce à la vape une alternative sûre et performante au tabac fumé pour réduire ses conséquences sanitaires et environnementales. C'est dans cette perspective que Kumulus Vape a bâti l'un des catalogues les plus riches du marché avec plus de 7 000 références disponibles au travers de ses plateformes e-commerce à destination des particuliers et des boutiques spécialisées. Entre 2016 et 2020, la croissance annuelle moyenne de Kumulus Vape a dépassé les 100%. En 2020, malgré le contexte exceptionnel, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 22 M€, en hausse de 113%. La Société est basée à Corbas, dans la Métropole de Lyon, et emploie aujourd’hui près de 50 salariés. Kumulus Vape est cotée sur Euronext Growth depuis le 1er juin 2021.


Voir leur site internet

Alors que les modes de consommation connaissent des changements profonds et rapides, nos clients attendent de Kumulus Vape une approche responsable et durable pour mieux produire et mieux consommer. Afin d’apporter à cette aspiration une réponse ambitieuse et qui nous engage fermement dans la durée, Kumulus Vape s’est donné pour mission d’offrir à ses clients un monde débarrassé du tabac fumé et de ses conséquences sanitaires désastreuses. Il s’agit non seulement de fournir la meilleure offre de produits et services liés à la cigarette électronique, une information transparente et des conseils éclairés, mais aussi de garantir les meilleurs standards éthiques dans la conduite de nos affaires au quotidien, tout en agissant de manière pragmatique pour la défense de notre environnement. Cette ambition irrigue au quotidien l’action de tous nos collaborateurs, dans nos opérations courantes comme sur nos plateformes digitales, et c'est dans cette perspective que notre engagement pour la protection des abeilles aux côtés d'Un toit pour les abeilles prend tout son sens.

Les ruches en images

  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape

L'apiculteur : Céline MARTIN-JARRAND

UTPLA apiculteur Céline MARTIN-JARRAND

Nous sommes apiculteurs dans le Parc Naturel du Vercors, 100% de notre production est issue de ce territoire préservé, sans transhumance de nos abeilles.

Nous avons à cœur de respecter le développement naturel de nos colonies, nous utilisons notamment des ruches Warré qui permettent une approche très douce vis à vis de l'abeille.
Nous nous engageons chaque année à former une centaine d'apiculteurs amateurs et à sensibiliser le public à la préservation des abeilles à travers des ateliers pédagogiques et la rencontre avec cette société incroyable qu'est une colonie d'abeilles.

Après avoir fait le choix de ne plus être certifié bio ces dernières années, nous avons signé un engagement de conversion en agriculture bio pendant une durée de 1 an.
Au terme de l'année de conversion et si le cahier des charges a bien été respecté nous passerons à nouveau en Bio.

DU MIEL BIO... KESAKO ?
Au niveau du cahier des charges :
- La zone de butinage doit être composé majoritairement de fleurs sauvages ou cultures mellifères labellisées AB
- Tout ce qui entre dans la ruche doit être bio : nourrissement (en apiculture, on aime inventer des mots !) des abeilles, cire, médicaments, traitement du bois...
 
Pour nous le bio doit-être en plus :
- LOCAL, donc pas de transhumance de nos ruches ! Notre production est 100% Vercors.
Notre secteur de prédilection : le Vercors sud, du Diois au Royans en passant par le plateau (Vassieux, St Agnan, Herbouilly...)
 
- DOUX, donc nous laissons vivre nos abeilles : bâtisses naturelles des alvéoles, peu de nourrissement au sucre, toujours bio et le plus local possible (sucre de betteraves français ou allemand) ...
Nous remercions tous les parrains et marraines qui nous soutiennent depuis tant d’années ! Sans vous, le miel du Vercors n'existerait plus!

UN GRAND MERCI !!

A regret nous allons devoir annuler la visite du 6 juillet

Bonjour à tous,

Je vous envoie ce mail car je dois, avec regret, annuler notre rencontre du 6 juillet.

Avec la sécheresse, la saison passe encore plus vite. Nous ne sommes pas encore en juillet mais dans le sud, la végétation a souffert de la chaleur et du manque d'eau.
Dans certains secteurs, les lavandes sont déjà en train d'être coupées...
La saison de production touche déjà à sa fin, avec le moment des récoltes, et nous devons déjà commencer à préparer nos colonies à la lutte contre Varroa et l'hivernage.

Je suis vraiment désolée pour ce contretemps et j'espère que vous comprendrez ma situation.
Je vous propose de vous inscrire à la journée porte-ouverte organisée le 10 septembre.

Au plaisir de vous accueillir une autre fois,

Céline

Voir toutes ses actualités

Les abeilles du Vercors

Les abeilles du Vercors

Nos ruchers sont répartis sur 4 secteurs du Parc du Vercors: le Diois, le Royans, le plateau et les hauts plateaux. A chaque secteur correspond un étage de végétation typique :

Le miel du Diois est représentatif de la vallée : une année chaude et sèche et les abeilles butinent le miel de chêne : Notes puissantes et boisées.
Alors qu’une année plus humide produira un miel dominé par le thym, le tilleul, les fruitiers : Notes aromatiques et fleuries.

Le miel de Lavande de Chamaloc nous invite dans la partie méridionale du Vercors à la rencontre des plantes aromatiques.
Ici sur les terres où pousse naturellement la lavande fine, on cultive aussi le lavandin. Notes végétales et fleuries.

Le miel des Hauts Plateaux du Vercors est produit à plus de 1200 mètres d'altitude. C’est un miel de sapin blanc et de framboisier, typique du Vercors. Notes boisés et maltés.

Le miel du Royans nous fait découvrir les coteaux de châtaigniers et les tilleuls plantés par nos ancêtres. Notes mentholés et intenses.

Le miel de Prairies fleuries est récolté à 800 mètres d’altitude. C’est un paysage de prairies où des milliers de fleurs apparaissent au printemps.
C’est donc un miel d’une grande diversité florale: trèfle blanc, épilobe, ronce, framboisier, renoué bistorte, vipérine… Notes douces et fleuries.

Céline et Jérôme vous remercient (28/08/2017).

 

France 3 Alpes avec Jérôme et Céline

Reportage consacré à Jérôme et Céline et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 15 Avril 2016.
Merci à Catherine, pour sa participation en tant que marraine.

L'apiculteur : Bruno HOUBRON

UTPLA apiculteur Bruno  HOUBRON

Après avoir été pendant de nombreuses années apiculteur amateur, dans le cadre d'une diversification professionnelle, Bruno, installé sur les monts du Forez (Puy de Dome 63) dans le Parc Naturel Régional Livradois Forez développe une activité apicole professionnelle depuis 8 ans avec pour objectif à court terme 150 ruches en production.

Les ruches sont de type VOIRNOT adaptées aux régions montagneuses et fabriquées par Bruno l'hiver avec du bois de pays (Épicéa,mélèze et scierie à 8 km).
L'exploitation est conduite de façon raisonnée en grande partie selon le cahier des charges de la production biologique par pur choix éthique .

Les abeilles qui peuplent ses ruches sont de type "noire de pays", souche adaptée au climat et flore locale.
Les ruchers sont dispersés depuis 600 mètres d'altitude jusqu'à 1300 mètres avec une pratique de la transhumance locale dans un rayon de 40 km sans descendre en dessous de 600 m. sauf pour l’Acacia , ce qui permet de ne pas côtoyer les cultures conventionnelles .

Bruno récolte divers miels de crus : Montagne, forêt, acacia , sapin et bruyère mais également pollen et propolis et fabrique du pain d'épices.
Enfin, Bruno est aussi Vannier dans son atelier et osiériculteur puisque chaque année, il fabrique sa propre matière première, l'osier.

Une bonne saison enfin !

Bien que cette année, chaude et sèche a été correcte pour nos colonies, plusieurs récoltes ont été réalisées printemps, acacia, ronce, châtaignier, montagne et callune, la chaleur et la sécheresse ont tout de même fait beaucoup de dégâts sur certaines floraisons, qui ont grillées ; seule la ronce semble apprécier ce climat .

Une nouvelle fois toutes les ruches ont été divisées en fin de saison, afin d’augmenter le cheptel : mon objectif de cheptel sera atteint grâce à vous, merci !

Vous n'aurez donc pas de photo individuelle de vos ruches, mais une vue générale des essaims, cela va me permettre de gratter et nettoyer les caisses vides .

Le frelon asiatique est arrivé : piégeage et vigilance sont de rigueur, un soucis de plus !

A bientôt ! Je prépare en ce moment les colis !

Bruno

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Faradia

Le rucher de Faradia
Les ruches parrainées se situent sur le rucher Faradia à 980 mètres d'altitude et produisent :
- un miel de "montagne" (mention contrôlée , soumise à autorisation) très réputé qui traduit la richesse botanique d'un environnement préservé. Exposées à des printemps longs et rudes ,les floraisons sont variées et intenses. La couleur de ce miel varie de jaune paille à brun clair souvent très odoriférant, doux, aux saveurs florales et fruitées, même si le gout diffère d'une année sur l'autre .

- un miel de forêt dont la particularité réside dans son mélange de nectars et de miellats variés.
Produit en été jusqu’à fin août début septembre, toujours sombre, brun foncé voir presque noir selon sa composition, avec selon les années, une note de bruyère ou de sapin (sapin pour 2013).

La flore présente autours de ce rucher : Aubépine, cerisier, érable, robinier, saule, sapin, châtaignier, bruyère, ronce, framboisier, scrofule, pissenlit, acacia, digitale, épilobe, lierre, miellats...ainsi que toute la flore mellifère de moyenne montagne .

L'apiculteur : Thierry SALAVIN

UTPLA apiculteur Thierry SALAVIN

Thierry est un apiculteur bio professionnel situé en Isère.
Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert.

Il a découvert et démarré l'apiculture en 2010 en récupérant des essaims vagabonds.
Sans lien familial avec l'apiculture, il a acquis son expérience en se formant et en travaillant chez des apiculteurs en Australie.

Il a un cheptel actuel de plus de 200 ruches.
Thierry utilise des ruches Warré qui privilégient une apiculture douce et respectueuse des abeilles.

La majorité de ses ruchers sont situés sur les massifs alpins vierges de cultures aux alentours de Grenoble (Chartreuse, Vercors, Belledonne, Ecrins).
Thierry pratique la transhumance locale dans un petit rayon (40km) pendant la saison pour des miels de crus (châtaignier, acacia, haute montagne).

Venez partager un moment avec vos abeilles

Chères marraines, chers parrains, 

Je serai très heureux de vous accueillir chez moi, si vous le souhaitez pour un moment de découverte et de convivialité
le Dimanche 2 Octobre 2022 MATIN.

Au programme :

Rdv à 10h sur la ferme. Prévoyez le temps de marche pour venir ! ;)
Départ groupé pour les ruches, observation en tenues de protection.
Fin de la visite vers 12h30 env.
Pique-nique convivial où chacun amène un plat que nous partagerons tous.

La matinée d'observation aura lieu à la ferme de Thierry dites "Les Moulinières" accessible uniquement par un chemin forestier de 20/30 minutes de marche (200m de denivelé). Les voitures sont donc invitées à être laissées sur le parking avant d'emprunter ce sentier.

Bien entendu, le bon déroulement de la journée sera fonction de la météo puisque les abeilles n'aiment pas la pluie et dans ce cas le report de l'évènement se fera sur un prochain wk d'octobre.

Cette journée est gratuite.

Rendez-vous sur la page de nos portes ouvertes pour vous inscrire : https://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Chartreuse

Le rucher de la Chartreuse
Les ruches sont situées dans le parc naturel régional de la Chartreuse, à 800m d'altitude qui offre une diversité de milieux naturels.

Le parc est ainsi constitué de forêts qui varient du chêne à des hêtraies-sapinières jusqu'aux épicéas à 1500 m d'altitude mais aussi d'étendue de pelouse et prairies.
Les eaux de source provenant des torrents et zones humides environnant le rucher sont d'excellente qualité.

Le miel récolté par la miellerie du Peuple Zélé est selon les floraisons de forêt à dominante de tilleul et pointe de châtaignier et de fleurs de chartreuse qui sont issues des sous-bois comme les ronces et framboisiers avec un arôme floral, frais, naturellement crémeux.

Thierry pratique un élevage et une sélection massale de ces abeilles afin de tirer le meilleur parti de chaque abeille (productivité, caractère...).
Il a ainsi commencé son cheptel avec des abeilles locales ou dites "noires" issus d'essaims cueillis dans la Vallée et qui ont permis la création d'autres colonies d'abeilles avec des croisements naturels contrôlés. Aujourd'hui il a des colonies avec un brassage d'origines qui sont adaptées localement.

L'apiculteur : Mathieu CHIROSSEL

UTPLA apiculteur Mathieu CHIROSSEL

Mathieu pratique l’apiculture en activité principale depuis 2015.
L’apiculture est une pratique familiale ancestrale qui lui tient à cœur de faire perdurer et de développer.
Au siècle dernier, dans bon nombre de fermes, les ruches en paille étaient installées pour attirer les essaims et récolter le miel en fin d’année.
Cette pratique fut transformée au milieu du siècle dernier par  l'utilisation de la ruche Dadant une vraie révolution apicole que l’un des grands oncles de Mathieu vécu.
Aujourd’hui, ses colonies évoluent toujours dans ce modèle de ruche en pratiquant l’élevage et la sélection massale.
Après une formation en cours du soir et 4 saisons chez différents apiculteurs professionnels, il s’occupe actuellement d'une cinquantaine de ruches qu’il a développé d’année en année à partir de souches issues d’une longue sélection locale.
Soucieux de l'environnement et pour ne pas altérer la récolte, il pratique les méthodes apprises au sein de structures labellisées AB.
A terme, il cherche à passer sous la labellisation Nature et progrès pour une reconnaissance de ses pratiques actuelles.
En plus d’une pratique respectant l’abeille, l’apiculteur et la récolte, un de ses objectifs est de conserver un produit vivant.
Ses miels sont issus d'une seule et même récolte, ils sont non transformés et non mélangés avant mise en pots.

L'été est terminé

Bonjour à vous, marraines et parrains du rucher du Roussillon.
 
L’été est terminé, pour les colonies aussi !

Leur transhumance sur la lavande a permis une année de plus de ne pas trop s’inquiéter pour elles durant ces longues semaines de chaleur.  Le remplissage des nourrisseurs* en eau fut la seule préoccupation.

*(Le nourrisseur est un élément entre le dernier élément de la ruche, corps ou hausse et le toit. Il permet la contenance d’un liquide accessible par les abeilles de la ruche uniquement)  

A la dernière visite, les ruches sont bien lourdes en miel et en bonne santé ce qui devrait assurer un bel hivernage.  


Bel Automne à vous toutes et à vous tous !
Bien à vous,
Mathieu C.

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Roussillon

Le rucher du Roussillon

Son rucher est situé sur les bocages vallonnés du Roussillon, une zone peu cultivée avec principalement des prairies et des bois.

Cet environnement de collines riches en arbres mellifères lui permet de récolter du miel de printemps, de châtaignier, d'acacia parfois ou encore de tilleul.

Cette diversité permet d’offrir des couleurs, des saveurs et des textures très diversifiées.

Elle permet de proposer à chacun ou à chaque instant de dégustation, un plaisir différent. 

Dans une volonté d’une production de proximité, ses miels sont récoltés principalement dans une zone située à moins de 10 km à vol d’abeille de la miellerie.

Les ruches sont transhumées en fin de saison sur des secteurs d'altitude proche comme les monts du Pilat ou le Diois.

En plein été, le Roussillon n'offrant que très peu de ressources, cette transhumance permet de ne pas avoir à nourrir les ruches et les jeunes colonies en fin d’année.

Cela leur assure des réserves importantes et parfois une récolte de miel de lavande ou de miellat de sapin.

L'apiculteur : David GIRAUD

UTPLA apiculteur David GIRAUD

J'ai commencé l'apiculture il y une petite dizaine d'année, je suis passé de trois ruches à une centaine de ruches réparties sur 5 ruchers.
Je suis apiculteur amateur semi-professionnel, je n'arrive pas encore à vivre de mon activité apicole, je suis donc pluriactif (pisteur de ski de fond, accompagnateur moyenne montagne, vendeur conseil en magasin espaces verts).
Pour la formation, je suis autodidacte, je me suis construit en discutant avec les anciens et en dévorant des livres, j'ai commencé avec de petits moyens et j'ai eu le temps d'apprendre de mes erreurs et de mes expériences.
Cette vocation pour l'apiculture découle de plusieurs passions qui s'entremêlent (la botanique, l'ornithologie, l'enthomologie), de plusieurs rencontres essentielles comme "Pierrot" un de mes mentors ou "Gael" mon copain de longue date avec qui j'ai commencé cette aventure (merci à vous), et enfin d'une envie très grande d'être en adéquation avec le monde naturel du vivant qui m'entoure tout en respectant les autres. Je voudrais à présent essayer de vivre de ma passion modestement en aidant la planète et en considérant à égal son prochain. C’est pour cela que je me suis lancé dans l’aventure Un Toit Pour Les Abeilles.

Nouvelles printanières

Chères marraines, chers parrains,
Si les hommes aiment les hivers doux et ensoleillés pour manger au balcon, pour les abeilles c’est loin d’être l’idéal.
La visite des ruchers en sortie d’hiver n’a pas été source de bonnes nouvelles.
De nombreuses colonies étaient soit extrêmement faibles, soit carrément décimées.
Les pertes de cet hiver 2020 s’élèvent à 40% environ, un triste hiver pour les Happykulteurs.
La grande majorité ne manquait pourtant pas de nourriture, les cadres de réserve étaient souvent encore garnis de miel.

Il est fort probable que l’hiver très doux et très ensoleillé que nous avons eu dans notre région en soit une des raisons.
Les ouvrières, au lieu de rester confinées (!) dans la ruche en attendant calmement le début du printemps et ses premières floraisons, sont sorties beaucoup plus tôt que d’habitude.
Or en janvier et février, même s’il faisait relativement chaud et beau, la nature était encore endormie et les fleurs n’étaient pas encore sorties.
Beaucoup d’ouvrières se sont donc épuisées à chercher des ressources en nectar et en pollen.

Elles se sont ainsi retrouvées trop peu nombreuses pour relancer la colonie efficacement.
Qu’à cela ne tienne ! Le travail des mois de mars et avril a donc consisté à reconstituer les colonies du rucher.
C’est-à-dire à renforcer les colonies les plus faibles et à diviser les colonies les plus fortes pour en créer de nouvelles (faire naitre une nouvelle reine).
Aujourd’hui, fin avril, grâce à un gros travail de division et de répartition, les ruchers sont « en forme ».
Le grand soleil de ce début de printemps a été très favorable et a permis des belles floraisons avec beaucoup de nectar et de pollen.
Au rucher des Iles, les cerisiers et les pissenlits constituent une précieuse ressource pour le développement des colonies.
Le rucher de la Pierre, plus haut en altitude, met un peu plus de temps à se remettre de ces pertes hivernales.
Mais la nature est bien faite et la vie l’emporte toujours, ce n’est qu’une question de temps avant que les hausses à miel se remplissent de bon nectar.

L’happykulteur veille sur ses avettes.
Prenez soin de vous, nous on s'occupe des abeilles :)
David et Coralie

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de la Pierre

Le Rucher de la Pierre

Le rucher se situe sur une friche sauvage avec un jardin potager et des arbres fruitiers, d'orientation plein sud ou sur l'adret pour les puristes avec une terre assez pauvre et caillouteuse plutôt calcaire.
Ce terrain se situe à 500m d'altitude, entouré de quelques pâturages avec pissenlits, primevères, pâquerettes et autres trèfles. Il est bordé en aval d'une belle petite rivière " la Morge" avec ses zones inondables de roseaux et ses peupliers, et en amont d'une forêt de feuillus avec érables, chênes, châtaigniers, tilleuls, merisiers, aubépines.
Le panorama sur la montagne de la " Grande Sure " environ 2000m d'altitude est magnifique.
J’y récolte du miel du Massif de Chartreuse, miel toutes fleurs forestier de moyenne montagnes -Notes marquées de châtaignier et plus subtil de tilleuls - Saveur boisée, caramélisée et fumée, fruits confits - un miel assez fort en bouche de couleur foncé - Médaille d'Or 2015 et de Bronze 2017 concours bisannuel du Syndicat Apicole Dauphinois.

L'apiculteur : Delphine et Stéphane ROBERT

UTPLA apiculteur Delphine et Stéphane ROBERT

Nous sommes Delphine et Stéphane, apiculteurs à Saint-Sauves d'Auvergne.
Notre exploitation se situe près du Sancy, où nous nous occupons de nos abeilles de génération en génération,
avec passion dans une nature sauvage et préservée, depuis près de 75 ans…  
Moi, Delphine, je suis presque née au milieu des abeilles.
J'ai travaillé sur l'exploitation familiale pendant presque toutes les vacances scolaires, jusqu'à la fin de mes études de comptabilité,
secteur où j'ai travaillé pendant 15 ans.
J'ai été amenée à retravailler sur l'exploitation familiale pour prêter main forte à ma famille à la suite de l'accident de ma sœur en 2016.
Mon mari, Stéphane a été licencié de son poste de technicien d'une grande entreprise en 2017,
nous avons alors décidé de tenter l'aventure en apiculture...
La formation pour nous deux s'est donc faite par transmission du savoir-faire familial.
Nous nous sommes installés apiculteurs professionnels en 2019, nous avons repris 200 ruches de
Nous pratiquons une apiculture raisonnée, comme le fait notre famille depuis des décennies.
Nos ruches, cadres et hausses sont fabriquées depuis toujours avec le bois de nos forêts, où se situe l'exploitation.
Le bois de nos ruches est trempé à l'huile de lin. Les feuilles de cire, utilisées pour nos cadres sont gaufrées par nos soins.
Nous utilisons notre propre cire, qui provient des opercules de l'année récupérées après l'extraction du miel.
Nous utilisons seulement les traitements autorisés en agriculture biologique pour soigner nos abeilles.
A terme, nous demanderons probablement la certification en agriculture biologique.

Nous prévoyons de maintenir notre cheptel autour de 200 ruches.
L'objectif du parrainage est de faire découvrir notre beau métier au contact de la nature, notre belle région,
le délicieux miel produit par nos abeilles et de nous aider à pérenniser notre activité d'apiculture.

Une récolte assez variée

Chères marraines, chers parrains,

 

Après une saison courte mais intense, nous avons pu, malgré tout, faire une récolte assez variée de miel (printemps, pissenlit, montagne, forêt).

Les ruches ont réussi tant bien que mal à supporter les fortes chaleurs de cet été et la sécheresse. Maintenant, nous devons être attentifs à leurs provisions pour l'hiver car certaines ruches sont très peuplées comme au printemps.

Nous devons également surveiller de près l'état de santé de nos colonies.

Nous vous remercions pour votre précieux soutien !

 

Delphine et Stéphane

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Apisancy

Le Rucher Apisancy

L'exploitation familiale située à Saint-Sauves dans la Haute Vallée de la Dordogne, dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne;
où nous produisons l'essentiel de nos miels (Pissenlit, Montagne, Trèfle, Framboisier, Forêt et Sapin) selon les saisons et les emplacements.
Tous nos ruchers sont situés dans le Puy de Dôme, nous vendons uniquement le miel produit par nos ruches.
L'extraction est réalisée à froid, puis le miel est mis en pot dès la récolte.
Cristallisé naturellement quelques semaines après la récolte et non chauffé,
notre miel conserve toutes ses qualités nutritionnelles; il devient crémeux, facile à tartiner.
Actuellement nous avons 170 ruches, ce sont des ruches Langstroth,
Nous produisons essentiellement du miel de montagne, puisque la plupart de nos ruches sont situées à Saint-Sauves d'Auvergne à 850m d'altitude.
En fonction de la météo, au printemps nous produisons du miel de pissenlit,
en été ce sera du miel de fleurs sauvages (framboisier, trèfle, ronces...) ou du miel de forêt comme le sapin.
L'année 2020 a été une année où nous avons récolté surtout du miel de forêt, nous espérons, pour 2021,
pouvoir récolter du miel d'acacia et de framboisier, mais c'est la nature qui décidera...

L'apiculteur : Camille DUBRAY

UTPLA apiculteur Camille DUBRAY

J’ai cueilli mes premiers essaims d’abeilles en 2013.
J’avais envie par curiosité, de m’occuper d’abeilles et de mieux les comprendre.
J’avais aussi envie de m’investir dans une activité qui avait du sens pour moi.
Passionné et autodidacte, j’ai appris grâce aux livres et principalement en ouvrant mes propres ruches énormément à mes débuts.
Je me suis aussi formé auprès d’amis apiculteurs professionnels pour les gestes spécifiques ou techniques.
Enfin, je me suis spécialisé dans le sanitaire et les maladies des abeilles en 2018 en devenant technicien sanitaire apicole.
Je trouve que la cueillette crée un joli lien avec l’essaim.
On va le chercher quelque part, bien souvent on le sauve car peu de gens se déplace pour cueillir et les particuliers sont souvent démunis ;
On le soigne, on en prend soin, puis on l’installe dans le rucher.
Chaque ruche a un peu sa propre histoire.

J’ai ainsi développé un cheptel constitué uniquement d’essaims sauvages issus de la cueillette entre 2013 et 2018
en passant tout en douceur de 4 essaims cueillis en 2013 à 24 colonies en 2014, puis à 60 en 2015 puis à 100, 120, puis 160 colonies d’abeilles en 2018.
C’est cette année-là que j’ai commencé à gagner ma vie grâce à l’apiculture, et ce sans jamais avoir acheté d’essaim d’abeille.
Comme mes abeilles sont issues de la cueillette, j’ai principalement de l’abeille noire dans mes ruches.
Je travaille avec des ruches de type dadant qui me semblent mieux adaptées aux contraintes modernes de l’abeille.
Je compte augmenter doucement mon cheptel pour atteindre les 200 ruches (statut paysan).
Je n’en veux pas plus car il me semble plus difficile de bien s’en occuper si on en a plus.

Je suis ravi d’avoir pu intégrer Un Toit Pour Les Abeilles.
Cela représente une opportunité pour moi de m’assurer qu’une partie de ma production sera vendue au sein d’un projet porteur pour l’abeille,
et de surcroît à un tarif convenable pour l’apiculteur.
Ça me permet aussi de dégager plus de temps au rucher à m’occuper des abeilles. C’est une chance pour moi car je suis passionné par les abeilles
et je préfère nettement le temps passé au rucher à celui passé à la commercialisation.
Même s’il faut bien gagner sa vie, les abeilles restent toujours la priorité dans notre métier.
C’est aussi stimulant d’intégrer des projets plus vastes que son petit projet à soi de sauvegarde de l’abeille.

L'année 2022 va bientôt prendre fin

Chers parrains,

L’année 2022 va bientôt prendre fin. Cela viendra mettre un terme à une saison et plus précisément un été très difficile.

Difficile à cause du manque d’eau qui a particulièrement impacté les colonies et les récoltes. Difficile à cause de la chaleur qui a rendu le travail des abeilles comme de l’apiculteur particulièrement pénible. Enfin, difficile car les perspectives climatiques ne sont vraiment pas bonnes, que l’on sait que nos conditions de travail vont aller en se détériorant, et que si cette saison devait devenir une saison normale, nombre d’entre nous devront arrêter ce métier.

Au niveau du positif, le printemps a été convenable pour le développement des colonies et aussi pour faire du miel, le début d’automne a lui aussi permis aux colonies de se refaire une petite santé après cet été catastrophique, ce qui laisse penser qu’une plus grande partie que prévu va pouvoir passer l’hiver.

Plus que jamais, merci pour votre soutien auprès des apiculteurs et des abeilles.

Cordialement,

Camille D.

Apiculteur à Mirmande 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Mirmande

Le rucher de Mirmande

Je m’occupe de 160 colonies installées tout près de chez moi.
La plupart de mes ruchers sont fixes, c’est à dire que les abeilles ne se déplacent pas.
Je transhume deux d’entre eux au milieu des champs de lavande (20 kilomètres) et des forêts de châtaigniers (40 kilomètres) chaque année.
Autour de chez moi, on trouve pas mal de fruitiers qui assurent bien le début de saison, des prairies en jachère des phacélies ou encore de la luzerne.
Il y aussi beaucoup de pruniers sauvages en forêt, de ronce, d’aubépine, de nombreux acacia, du tilleul.

L'apiculteur : Sébastien GUILLIER

UTPLA apiculteur Sébastien GUILLIER

Installé apiculteur professionnel en conventionnel depuis 20 ans, j’ai commencé en tant qu’amateur à l’âge de 10 ans avec mon père qui m’a transmis le virus de l’apiculture… Depuis, je ne les quitte plus mes petites abeilles.

Après quelques déboires qui m’ont beaucoup attristé (notamment la perte de 300 colonies en 2007, l’une des pires années apicoles), je fais vivre mes 150 ruches de type Dadant en 10 cadres avec une vraie passion !
Mes abeilles me le rendent bien avec des miels primés dans de nombreux concours départementaux, nationaux mais aussi européens.

Je fabrique aussi des pains d’épices, des bonbons au miel et des figurines en cire d’abeilles que l’on trouve dans mon petit magasin de POMOY.

J’aimerais avoir environ 100 colonies supplémentaires pour pouvoir vivre de ma passion ! Allez n’hésitez pas à me soutenir en parrainant des ruches sur mon rucher !

Vos petites zazas se portent bien !

Chères marraines, chers parrains,

Voici quelques nouvelles de votre apiculteur : vos petites zazas se portent bien et ont produit du bon miel pour vous.

En ce moment, je les prépare à l'hivernage en faisant un traitement anti-varroa.

Elles vont bientôt profiter de la floraison des lierres qui sont les dernières fleurs de l'année pour finir de faire les stocks pour l'hiver. 

De mon côté, je prépare la mise en pots pour les envois de votre miel et je fabrique des bougies que vous trouverez sur le site internet.

Encore un grand MERCI pour votre soutien et je vous dis à bientôt.

Sébastien

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pomoy

Le rucher de Pomoy

Les ruches sont installées au centre de la Haute-Saône entre plaines et massifs forestiers.
Les abeilles y sont particulièrement bien et elles y produisent plusieurs sortes de miels…
Du miel de Fleurs de Printemps, d’Acacia, ou encore du miel de Tilleul et de Fleurs d’Eté.

Plusieurs emplacements sont disposés à cet effet autour du petit village de POMOY où se situe le rucher, et où il fait bon vivre pour nos précieuses abeilles !

L'apiculteur : Jean-Philippe CALVEZ

UTPLA apiculteur Jean-Philippe CALVEZ

J'ai commencé l'apiculture il y a 6 ans avec l'envie d'aider au repeuplement de ruche en Bretagne et de partager ma passion pour les abeilles, et en particulier pour l’abeille noire.
Je me suis donc tourné vers l'élevage de reines afin de pouvoir fournir des essaims d'abeilles noires de qualité.
Mon objectif est de réussir à fournir chaque année un maximum d'essaim d'abeilles et de conseiller au mieux les débutants.
Le parrainage de ruches me permettra de vivre de cette passion qui m’anime et de développer au mieux mon activité d’élevage.

Quelques nouvelles en cet automne très doux

Bonjour,

Quelques nouvelles en cet automne très doux : les frelons sont de plus en plus présents sur les différents ruchers. Ils ont malheureusement pris le contrôle du rucher de Lanvallay en arrivant par centaines devant les ruches.
Après de nombreuses tentatives pour protéger les ruches, j'ai dû me résoudre à les déplacer sur des ruchers beaucoup plus calmes et ainsi éviter la catastrophe. Maintenant les abeilles sont en sécurité et recommencent à butiner normalement, mais il y aura inévitablement quelques mortalités cet hiver parce que certaines ruches ont moins d'abeilles à cause des frelons. Cette fin de saison a été particulièrement difficile et j'ai dû déplacer plus de 40 ruches pour les protéger des frelons.
Vu la situation cette année je suis très attentif à l'hivernage des ruches et malgré tout j'ai bon espoir pour l'année prochaine. A part les frelons, la saison s'est très bien passée avec une très belle récolte de miel de printemps et une faible récolte de miel d'été. Les jeunes essaims de l’année se portent bien et serviront à remplacer les éventuelles mortalités de cet hiver. Le miel d'été cette année sera un peu plus doux que d'habitude, car la météo sans pluie n'a pas permis aux châtaigniers de donner du nectar (miel).
Le miel de châtaignier, qui est la plus gros récolte de l'année, et donne au miel un goût un peu plus corsé avec une légère amertume, ne sera pas ou peu présent dans le miel cette année.
Les abeilles ont essentiellement butiné de la ronce et du tilleul...

Merci, pour vos parrainages dont l'argent servira à acheter des nouveaux toits pour les ruches et du bois pour fabriquer des pièges à frelons très élaborés.

Merci aussi à tous ceux présents lors la journée porte ouverte et j’espère que vous avez tous passé un bon moment.
A bientôt Jean-Philippe C.

Voir toutes ses actualités

L'Abeille Sauvage

L

Mes ruches sont éloignées des zones de cultures intenses.
La majorité de mes ruchers se trouve proche de la Vallée de Rance.
Les ruches sont entourées par la ronce qui est la fleur dominante, mais on trouvera aussi beaucoup de châtaigner.
Le miel produit par les abeilles est un miel de Ronce avec une touche de châtaigne. Très agréable en bouche…
J'ai actuellement 48 ruches en production répartie sur 7 ruchers différents.
Je travaille dans le respect de l'abeille noire avec différents types ruches principalement de la Dadant, mais aussi quelques Warré, et une kenyane.
Tout est dit, j’espère que vous serez nombreux à me soutenir dans cette belle aventure.

L'apiculteur : Cyrille ANCERY

UTPLA apiculteur Cyrille ANCERY

Je m'appelle Cyrille. J'ai 29 ans.
Malgré mon jeune âge, je suis apiculteur depuis quelques années déjà.
Mon exploitation comporte environ 150 colonies. Les abeilles avec lesquelles je travaille sont adaptées à l’environnement naturel berrichon. Elles sont particulièrement douces et j’ai plaisir à travailler avec elles au quotidien en toute confiance.

Mes ruches sont "Dadant". Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille. Plus que cela, je veux montrer que l'on peut collaborer avec le monde agricole et ainsi s'inscrire dans une démarche de respect mutuel entre "apiculteurs" et "agriculteurs".
Ainsi, j’installe, en accord avec des agriculteurs des colonies sur des champs de cultures non traités. Cette opération a pour objectif de créer un rapport "donnant donnant", avec les agriculteurs et de faire doucement évoluer les pratiques agricoles pour tendre vers une pratique plus vertueuse et respectueuse de notre environnement. Tout naturellement, j’ai souhaité rejoindre le réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles pour proposer mes ruches en parrainage et créer ainsi un véritable cercle vertueux entre les abeilles, la filière et vous, parrains des ruches…

La saison apicole 2022 touche à sa fin

Chères Marraines, chers Parrains,

La saison apicole 2022 touche à sa fin, avec une météo bien automnale qui n'est pas pour déplaire à nos chères abeilles.

Elles ont pu ces dernières semaines profiter des derniers nectars des lierres en forêt pour finaliser leurs réserves pour l'hiver.

Ce dernier va vite pointer le bout de son nez, et nos chères abeilles ne vont pas tarder à vouloir hiverner en attendant les fleurs du printemps prochain.

Pour nous, cette saison a été marquée par une bonne année de manière générale, mais avec un gros manque de nourriture durant l'été, en raison de la sécheresse qui a touché une grande partie de notre territoire.

Malgré tout, nos chères abeilles ont pu trouver de quoi de se nourrir et nous fournir un peu de miel, pour vous ravir nos papilles, nous espérons une fois de plus. 

Vos colis de miels ne devraient pas tarder à arriver et nous les préparerons dès que possible pour vous les faire parvenir au plus vite.

Nous tenons, une fois de plus, à vous remercier pour votre soutien qui nous apporte beaucoup et qui nous motive à toujours faire plus et mieux avec nos chères travailleuses. 

Merci encore à vous, et n'oubliez pas que vous pouvez me suivre sur Facebook : Cyril Ancery - Les Ruches du Berry

Voir toutes ses actualités

Les ruches du Berry

Les ruches du Berry

Mon exploitation est basée dans le BERRY, dans le département du Cher (18140) entre Sancerre et le Val de Loire.
J'ai la chance de pouvoir profiter d'une flore très diversifiée et ainsi pouvoir récolter divers miels.

Je récolte notamment un miel crémeux de Printemps. Je récolte aussi du miel d'Aubépines, de l'Acacia, du miel d'Eté, ou encore du Forêt et du Tournesol. Plus original encore, je récolte du miel de Carotte :-)

L'apiculteur : Benjamin BUREAU

UTPLA apiculteur Benjamin BUREAU

Benjamin est un jeune apiculteur "Piqué" par les abeilles en 2014 grâce à un ami.
Il a désormais l'envie que cette belle activité qui est aujourd’hui une passion, prenne de plus en plus de place dans sa vie.

En reconversion professionnelle, Benjamin a exercé 10 ans dans le tourisme d’affaires, puis à souhaité s'orienter vers une activité plus proche de la nature et de ses valeurs.
Il a obtenu en 2015 son Brevet Professionnel d'Exploitation Agricole en apiculture et souhaite développer chaque année son cheptel pour s’installer en tant que professionnel d'ici quelques années (125 ruches en Corse).
Son objectif est principalement de faire de l'élevage de reines et la création d'essaim pour développer son cheptel.

Il dispose aujourd'hui de 80 ruches peuplées d'abeilles noires d'écotype Corse, qui s'épanouissent sur les maquis de Haute Corse.

Il construit lui-même ses ruches et hausses à miel et fabrique une peinture écologique à base de farine dit "suédoise" pour protéger ses ruches.

Quelques nouvelles depuis le rucher

Bonjour,

Nous vous partageons une vidéo de votre apiculteur Benjamin prise il y a quelques jours et qui s'adresse à vous parrains.

Belle lecture et bon week end !

https://youtu.be/GWqDdoWwoOk

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Castellaccia

Le rucher de Castellaccia

Ses ruches sont situées à une vingtaine de km au sud du Bastia au coeur du Maquis.

La nature y est généreuse et ses abeilles ont un terrain de jeu exceptionnel pour butiner toute l'année.

Les miels corses sont issus de fleurs sauvages et spontanées en grande majorité.


Le maquis tout proche est riche en bruyère, romarin, thym, asphodèle...et permet de produire de beaux miels de printemps.

Vers mi juin, certaines ruches sont transhumées sous des chataigneraies de Haute Corse pour y produire un miel ambré et typé qu'est le miel de chataîgnier. 
A la fin de l'été, elles descendent un peu plus en plaine pour y produire un miellat de metcalfa: un miel foncé, caramélisé aux arômes de fruits murs, réglisse ou encore caramel.
Enfin, à l'automne, les arbousiers fleurissent et leur assurent de bonnes réserves pour l'hiver.

Selon les récoltes qui dépendent de l'abondance des floraisons, Benjamin vous proposera un assortiment de miel de printemps, miel de chataîgnier, miellat de maquis plutôt "corsé",  et/ou metcafla.

Benjamin est adhérant du Syndicat AOP Miel de Corse, et ses miels ont donc le label "AOP Miel de Corse".
Ce label de qualité impose à l'apiculteur un cahier des charges précis et exigeant, assurant au consommateur un produit d'exception.

L'apiculteur : Justine HENNION

UTPLA apiculteur Justine HENNION

Installée en couple depuis 2017, avec 300 ruches à bichonner !
Justine tient sa passion pour l'apiculture de son père Yvan, passionné par les abeilles qui lui a transmis son savoir.

C'est en 2012 qu'elle a rejoint la ruche en se spécialisant dans l'élevage des reines.

Florian, son compagnon a lui aussi été piqué par les abeilles, il était paysagiste mais il se consacre maintenant à temps plein pour les abeilles. 

Originaire du Nord, en quête de nature et d'une vie plus "simple" nous avons emménagé en Correze en 2021. 

 

Beaucoup de végétaux ont souffert

Bonjour,

Les abeilles ont profité des fleurs de lierres afin de se constituer des réserves en pollen et nectar pour l'hiver. 

Nous avons eu beaucoup d'incertitudes avec la sécheresse de cet été : les abeilles ont manqué de ressources. Les colonies se sont beaucoup affaiblies, mais le lierre a vraiment été propice. 

Nous espérons que les années à venir seront moins sèches car malheureusement beaucoup de végétaux ont souffert...

A bientôt 

Justine 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Senlis

Le rucher de Senlis

Elles sont réparties sur plusieurs ruchers essentiellement dans le département de la Corrèze .
Nos ruchers sont toujours disposés proches ou dans la forêt afin que nos abeilles aient un bol alimentaire riche et varrié
Les abeilles y produisent du miel toutes fleurs.
Nous avons une miellerie, où est extrait et conditionné le miel.

L'apiculteur : Rémi FELICIANNE

UTPLA apiculteur Rémi FELICIANNE

J’ai été apiculteur amateur pendant 10 ans, puis je suis passé professionnel en 2017.
J'ai une formation d'éducateur environnement. Je suis également diplômé de l'école d'apiculture de Vesoul, et suis formé à la production de gelée royale.
J'ai effectué mon stage chez Philippe KINDTS, dans le Gers, lui-même déjà apiculteur du réseau Un toit pour les abeilles.
Il m’a beaucoup aidé dans mon orientation vers l’apiculture professionnelle.

J'ai commencé avec 2 ruches au fond de mon jardin grâce à un ami qui m'a montré les premiers gestes en apiculture.
J'ai ensuite augmenté mon cheptel très rapidement, et je possède aujourd’hui une centaine de ruches notamment de race Buckfast et de l'abeille noire.

Je suis en conversion bio et dès 2019, ma production sera labellisée !
J'ai travaillé pendant huit ans pour une enseigne BIO. C’est pour cela que j'ai une sensibilité particulière pour l'agriculture biologique, et que naturellement mes ruches sont élevées selon ce mode.
J’ai souhaité tout naturellement rejoindre Un toit pour les abeilles, parce que j’ai envie de vous partager ma passion et vous faire découvrir notre univers, tout en protégeant nos précieuses abeilles.
J’ai même transmis le virus des abeilles à mon beau-frère, Frédéric, qui m’épaule aujourd’hui dans mon activité !

Le bilan est plutôt positif

Un petit bilan de la saison qui vient de s'écouler.

Pour nous le bilan est plutôt positif, même si le début de saison est un peu décevant.

Le miel de Colza a été présent dans une moindre mesure, quand au miel miel d'acacia, il a été carrément aux abonnés absents... Il nous a fallu attendre le miel de châtaignier pour avoir une récolte digne de ce nom.

Ce qui nous sauve une fois de plus c'est le miel d'été qui fait 80 % de notre volume. Nous avons pu profiter des dernières pluies de fin juin début juillet, qui ont gorgé les fleurs de nectar. Nous avons récolté avec quinze jours d'avance par rapport à l'année dernière.

Nous venons de finir la mise en hivernage, même si à l'heure où j’écris ces quelques lignes, il fait encore presque 30 degrés.

Nous avons également fait le traitement antivarroa à base d'acide oxalyque, un traitement autorisé en agriculture biologique. Nous avons aussi réduit les entrées des ruches pour éviter au mulots, souris, frelons... de rentrer à l’intérieur de la ruche, et provoquer des dégâts.

Nous allons bientôt procéder à un comptage varroa sur 40 ruches par prélèvement d'abeilles afin de connaître le taux d'infestation de nos ruches.

Les prélèvements sont ainsi envoyé à l 'ADANA qui est une association qui aide les apiculteur dans leur suivi technique. Cette association effectue également des suivis scientifiques pour aider au développement de la filière apicole.

Nous continuons bien évidement la commercialisation sur les marchés de plein vent, et les marchés de noël ne vont pas tarder non plus.

Nous espérons un bon passage de l'hiver pour nos ruches qui est une des période critique pour les abeilles.

A très vite

Rémi et Frédéric

Les ruchers de Fély

Voir toutes ses actualités

Les ruchers de Fely

Les ruchers de Fely

Le rucher se situe à Astaffort, un petit village du Lot et Garonne pas tellement connu pour son miel, pourtant très savoureux, mais surtout pour être le village natal de Francis Cabrel, un enfant du village qui habite toujours sur la commune.
Nous avons la chance, Frédéric et moi, d’adoucir la voix du chanteur grâce à notre miel justement…
La région Astaffortaise est une région de polycultures élevages. Le paysage est essentiellement agricole et vallonné, un mélange de cultures et de prairies. Quelques bois matérialisent le haut des collines.
Aujourd'hui j'ai à peu près une centaine de ruches dites « Dadant », transhumantes et sédentaires.
Je transhume essentiellement pour l'acacia en bordure des Landes de Gascogne, et pour le châtaignier en Dordogne.
Nous produisons ainsi différentes variétés de miel : Fleurs de Printemps, Fleurs d’Eté, Acacia ou encore Châtaignier…
Nous produisons aussi du pollen, de la propolis, du pain d’épices, différentes préparations à base de miel.

L'apiculteur : Clément LEROY

UTPLA apiculteur Clément LEROY

Je m’appelle Clément. Je suis apiculteur récoltant par passion installé à Poitiers.
C'est au printemps 2015 que j'ai fait l'acquisition auprès d'un apiculteur en Vienne de mes trois premières ruches.
Après plusieurs années de travail, de rencontre et de pratique, mon expérience apicole m'a amené
à devenir le gardien d'une cinquantaine de colonies.

La saison se termine

Chers parrains,

Les températures particulièrement élevées de ces dernières semaines font consommer les colonies de manières excessive et font durer la prédation des frelons asiatiques. Espérons que ça n’impactera pas trop la qualité d’hivernage de nos chères protégées.

Il est malgré tout important de noter que la saison fut convenable pour les abeilles et leur apiculteur avec un taux de fécondation des reines correct et une bonne production de miel.

La semaine dernière s’est déroulée un congrès européen d’apiculture à Quimper. Une grande partie des acteurs du domaine étaient présents pour partager sur les dernières études et sur les dernières avancées technologiques. Il est toujours agréable de pouvoir échanger de la saison et des problématiques avec des collègues.

C’est désormais sur la saison 2023 que je suis tourné, avec une grande nouveauté pour le printemps : la production de gelée royale. La production de gelée royale demande une grande technicité et beaucoup de rigueur. J’espère pouvoir vous présenter cet atelier lors de mes prochaines portes ouvertes.

A peine la saison terminée que je suis déjà impatient de voir le printemps arriver...

A très bientôt !

Clément L.

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Porteau

Le rucher du Porteau

Les colonies des « Prés Leroy » sont actuellement réparties en trois ruchers :
un rucher mobile, un rucher en sud Deux-Sèvres sur un terrain de 2,5 hectares acquis et reboisé de 1600 arbres et arbustes en 2018
et un rucher niché dans les falaises de Poitiers offrant la vallée du Clain en espace de butinage.
Ces trois ruchers me permettent actuellement de pouvoir récolter sept miels différents :
printemps, colza, acacia, châtaignier, fleurs, crémeux et tournesol).
Grâce au soutien des parrains « Un Toit Pour Les Abeilles », je souhaite pouvoir développer dans de bonnes conditions le nombre de
ruches et continuer à créer de nouveaux espaces de butinage et de biodiversité dans ma région.


L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

L'activité sur les ruches diminue

Chères marraines, chers parrains,

L'activité sur les ruches diminue depuis les dernières récoltes de cet été.

Après les récoltes en Août (petites cette année à cause des canicules et du manque d'eau), il a fallu ranger le matériel, les hausses, le matériel de miellerie, nettoyer, ....

Depuis mi-septembre, j'ai commencé et fini la mise en pots (pour toute l'année), ça fait un gros travail d'un coup mais c'est fait. 
Le 1er Octobre, on s'est retrouvé pour une après-midi autour des ruches. C'était un moment très agréable de partage !

Et depuis la semaine dernière j'ai commencé la préparation des colis de miel, et j'y suis toujours.

Après il faudra encore ranger, nettoyer les ruchers si le temps le permet, puis penser aux commandes de matériel pour la saison prochaine, .... et se reposer après une longue saison. 

Je vous remercie pour votre soutien très précieux en ces temps difficiles, et je vous souhaite un bel automne.

A bientôt.

Grégoire

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Castelnaudary

Le rucher est situé sur la commune de Castelnaudary, proche de la Montagne Noire...
Les abeilles sont heureuses sur le rucher.
Elles peuvent apprécier une belle diversité florale, offrant des nectars et pollens variés.

Parmi les floraisons nombreuses, tout au long de l'année, celle de colza, d'aubépines, de carottes, d'oignons...
On y récolte aussi un savoureux miellat et du tournesol...

L'apiculteur : Osama AHLASA

UTPLA apiculteur Osama AHLASA

Je n’ai jamais su vivre sans la nature et je n’ai jamais su me contenter d’une seule activité.
En Libye, ma famille a une exploitation maraîchère dans les montagnes et c’est là que mon intérêt pour le monde fascinant des abeilles est né.
En 2016 j’ai installé une vingtaine de ruchettes près de Tripoli et j'ai récolté une centaine de kilos de miel.
Je pouvais rester à observer les essaims pendant des heures pour mieux en comprendre l’organisation.
Rapidement, en France, alors que je n’étais encore que demandeur d’asile, à ma demande,
j’ai été mis en contact avec des apiculteurs du Tarn et autorisé à me rendre sur leur rucher pour comprendre et connaître la manière de travailler des apiculteurs français.
Ceux-ci ont eu la gentillesse de mettre deux ruches à ma disposition et dès ma première saison, j’ai extrait environ 50 kilos de miel de ces deux ruches.
M’occuper de ces ruches a été d’un grand secours moral pendant cette période difficile et récolter ce miel, une grande fierté.
J’étais surtout un activiste médiatique pacifiste luttant pour la cause du peuple Amazigh (berbère) victime d’oppression.
Ce sont les persécutions subies et liées à cette activité qui me valent d’être dorénavant en France avec ma petite famille.

RUCHER EN FEU - Appel à la solidarité

Chères marraines, chers parrains d'Osama,

Nous avions découvert Osama il y a quelques années.

Passionné d’apiculture, ce dernier venait d’arriver en France avec sa petite famille en tant que réfugié politique suite à l’oppression vécue dans son pays.
Nous avions alors décidé de l’aider en l’intégrant au réseau.

Ce dernier a été victime il y  a quelques jours d’un accident tragique sur son rucher, un incendie s’est déclaré.
Impuissant face aux flammes, il a tenté de sauver ses ruches mais a été brulé au second degré sur la jambe.
Tout l’enjeu d’Un Toit Pour Les Abeilles c’est d’aider et soutneir nos apiculteurs dans la difficulté, et nous le faisons avec et grâce à vous.
Nous faisons appel à vous parrains, marraines afin de pouvoir aider en fonction de vos possibilités Osama. Nous participons également à cette aide.

Voici le lien vers la cagnotte d’Osama : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/agrandissement-de-mon-rucher

Merci pour lui
L'Equipe Un Toit Pour Les Abeilles

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Terre d'Accueil

Le Rucher Terre d

J'ai 22 ruches dadant et 4 ruchettes à aujourd’hui.
Elles sont situées dans quatre ruchers différents dont trois à Rabastens et un à Couffouleux.
Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Petit retour sur la saison

Chères marraines, chers parrains,

Cette année nous avons pu constater une faible mortalité de nos colonies à la sortie de l'hiver (-5%).
C’est une très bonne nouvelle par rapport à l'année dernière où les pertes étaient énormes...
Après un début de printemps extrêmement favorable d'un point de vue météorologique (grande douceur, alternance de pluie et soleil), les abeilles ont bien commencé la saison avec un butinage actif.

La récolte a commencé début juillet, elle est plus qu'honorable cette année. L'ensemble du cheptel est en très bon état.
Les ruchers sont répartis en forêt, prairies et nous avons transhumé des colonies sur du tournesol.
En espérant vous offrir bientôt un miel de qualité, fruit du travail acharné de nos abeilles et grâce à votre soutien fidèle qui nous a permis de nous relancer dans notre activité.

Apicalement vôtre."
Karine et David

Très bonnes vacances à vous !

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Ribou

Le rucher de Ribou
Le rucher principal s'étend sur près de 4 hectares à coté du lac de Ribou, la flore locale y est riche et variée (bocages de haies champêtres et prairies pour la plupart en agriculture biologique).

On peut y récolter un miel toutes fleurs de prairie, du miel d'acacia, de tilleul, de châtaignier, de ronce.

Ils vont également développer la vente de propolis ainsi que la fabrication de pains d'épices maison.

Les abeilles à parrainer dont de race Buckfast et d'une lignée certifiée que seul Dominique Froux, apiculteur professionnel ayant collaboré avec un grand maître de l’apiculture (le frère Adam à l’abbaye de Buckfast en Angleterre) et qui a développé cette abeille d’élevage douce et productive, peut prétendre en France. 

L'apiculteur : Emilien CAMIADE

UTPLA apiculteur Emilien CAMIADE

Je m'appelle Emilien et j'ai 24 ans. 
J'ai commencé par suivre des études en génie mécanique mais ce que je désirais vraiment, c'est être indépendant en travaillant avec le vivant à l'extérieur avec l'espoir que cela puisse être utile à la société. 
J'ai alors découvert l'apiculture et le monde fascinant des abeilles dont je suis tombé amoureux. 
J'ai eu la chance de travailler deux saisons chez des apiculteurs expérimentés qui m'ont formé notamment à la production de gelée royale. 
C'est une activité technique qui demande de l'observation, de la patience et beaucoup de minutie. 
Aujourd´hui, me voici apiculteur professionnel spécialisé en production de gelée royale et c'est une grande joie. 
Le choix du bio fait parti d'une cohérence qui s'est imposée naturellement.

En route pour l'hivernage

Chères marraines, chers parrains, 

Les colonies hivernées ont bien démarré au printemps, et malgré une perte hivernale importante, les survivantes ont compensé, par leur production de miel de printemps, qui était satisfaisante.

J'ai ensuite amené les plus fortes d´entre elles sur la côte pour faire du miel d´acacia qui est particulièrement goûteux cette année. J´ai également fait des essaims pour l´atelier de gelée royale. Le développement de ces derniers était très lent d’abord, puis,  lorsque les ronces, le trèfle blanc et le châtaigniers ont fleuri, la variété et la richesse des pollens ont contribué à la forte croissance des colonies. Ces dernières ont produit de la gelée royale jusqu'à fin juillet et les rendements étaient heureusement au rendez-vous.

En effet, la sécheresse ici a empêché la production de miel de châtaignier sur lequel je comptais beaucoup en transhumant une grande partie de mes colonies.

Contrairement au miel, la production de gelée royale, bien que très technique, est moins sujette aux aléas climatiques. Vous pourrez d'ailleurs retrouver ma gelée royale sur la toute nouvelle boutique en ligne d´Un Toit Pour Les Abeilles.

Après la dernière petite récolte de miel polyfloral, j´ai procédé aux soins contre le terrible parasite qu´est le varroa destructor et qui fait beaucoup de dégâts.

Maintenant, les abeilles d'hiver sont nées et font leurs dernières réserves grâce à la floraison des lierres qui est abondante par ici. 

Je vous remercie pour votre soutien : sachez que vos protégées se portent bien.

Emilien

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Futaie

Le rucher de la Futaie

Mon rucher principal est situé sur des terres en bio à l'orée d'une forêt riche en châtaigniers.
Les abeilles profitent au printemps des haies du bocage, prunus, saules marsault, fruitiers, aubépines mais aussi des pissenlits et les trèfles blancs qui abondent les nombreuses prairies autour.
En été, ce sont principalement les châtaigniers, la luzerne et le sarrasin qui fourniront le nectar à l'élaboration des miels.
Le format de mes ruches correspond à une demi ruche dadant classique. Ce petit format se rapproche davantage de ce que les abeilles utilisent dans la nature.
Cela leur demande moins d'espace pour chauffer l'hiver et au printemps, la colonie est plus dynamique.

L'apiculteur : Christophe CARDONA

UTPLA apiculteur Christophe CARDONA

Christophe Cardona est producteur de miel bio, depuis 2009, à Plan d’Orgon avec 450 ruches.
Il propose différentes sortes de miel (lavande, châtaignier, prairie, garrigues, fleurs, tilleul ).
La récolte se fait essentiellement l'été.
Fils et petits fils de maraîchers, il a eu sa première ruche à 18 ans.
Après avoir été garde d'eau à Plan d'Orgon, il a monté son projet il y a 13 ans et développé ses ruches.
Aujourd’hui à 45 ans, ce qu'il aime le plus dans son métier, c'est d'être dehors, la proximité avec la nature par l'observation des colonies.
Il transhume ses ruches sur la lavande vers Valensole (04), sur le châtaignier vers Lamastre (07) ; le transport s’effectue de nuit, dans un camion ouvert, dans le respect du rythme de l'animal.
Le reste du miel, est produit par ses abeilles à proximité de sa miellerie : Salon de Provence, Orgon, Cabannes, Aureille, dans les Bouches du Rhône.
Le choix du bio s'est fait naturellement, afin d être fidèle au respect de la nature et de l'espèce animale qui animent Christophe depuis toujours.

Nouvelles des ruchers

Chers parrains,

j'ai mené les ruches  autour des champs de lavande et de lavandin à Allemagne en Provence (Alpes de Haute Provence).
Comme j'ai l'habitude de le faire les autres années avant de faire partie d'Un Toit Pour Les Abeilles.
La récolte n'est pas à la hauteur des espérances mais j'aurai du miel de lavande à vous proposer.
Une course contre la montre se déroule et pour descendre les ruches autours de chez moi et pour bénéficier de la végétation arrosée grâce aux nombreux canaux d'irrigation.
bizzzz, Christophe

Voir toutes ses actualités

Le rucher Plan d'Orgon

Le rucher Plan d

Christophe utilise des ruches dites dadant et ses abeilles sont des noires provençales.
Il dispose de plusieurs emplacements ensoleilles, à l'abri du vent dans différents types de végétations telles que les prairies, la garrigue et les fleurs.

Les abeilles y sont la majeure partie de l’année et vont aux floraisons sur la lavande et/ou le châtaignier.
Selon les récoltes, vous pourrez ainsi déguster un miel de lavande, de châtaignier, de garrigue, de tilleul ou encore de prairie.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Bientôt une vitrine pour nos apiculteurs !

Nous avons tout récemment passé le 2nd palier de notre collecte.
Nous touchons du doigt notre rêve de créer une boutique solidaire des apiculteurs et des abeilles. Et c’est en partie grâce à vous chers parrains, merci !
Les fêtes approchant tout doucement, nous proposons en contreparties de vos contributions tout un panel de coffrets qui constitueront de très jolis cadeaux pour vos f...




Imprimer la page

Retour