Kumulus vape

Logo Kumulus vape

Véritable pionnière de la cigarette électronique, Kumulus Vape s’est rapidement imposée aux premiers rangs des acteurs français de la vape. Depuis sa création en 2012, l’Entreprise est animée par une mission : proposer grâce à la vape une alternative sûre et performante au tabac fumé pour réduire ses conséquences sanitaires et environnementales. C'est dans cette perspective que Kumulus Vape a bâti l'un des catalogues les plus riches du marché avec plus de 7 000 références disponibles au travers de ses plateformes e-commerce à destination des particuliers et des boutiques spécialisées. Entre 2016 et 2020, la croissance annuelle moyenne de Kumulus Vape a dépassé les 100%. En 2020, malgré le contexte exceptionnel, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 22 M€, en hausse de 113%. La Société est basée à Corbas, dans la Métropole de Lyon, et emploie aujourd’hui près de 50 salariés. Kumulus Vape est cotée sur Euronext Growth depuis le 1er juin 2021.


Voir leur site internet

Alors que les modes de consommation connaissent des changements profonds et rapides, nos clients attendent de Kumulus Vape une approche responsable et durable pour mieux produire et mieux consommer. Afin d’apporter à cette aspiration une réponse ambitieuse et qui nous engage fermement dans la durée, Kumulus Vape s’est donné pour mission d’offrir à ses clients un monde débarrassé du tabac fumé et de ses conséquences sanitaires désastreuses. Il s’agit non seulement de fournir la meilleure offre de produits et services liés à la cigarette électronique, une information transparente et des conseils éclairés, mais aussi de garantir les meilleurs standards éthiques dans la conduite de nos affaires au quotidien, tout en agissant de manière pragmatique pour la défense de notre environnement. Cette ambition irrigue au quotidien l’action de tous nos collaborateurs, dans nos opérations courantes comme sur nos plateformes digitales, et c'est dans cette perspective que notre engagement pour la protection des abeilles aux côtés d'Un toit pour les abeilles prend tout son sens.

Les ruches en images

  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape
  • La ruche Kumulus vape

L'apiculteur : Céline MARTIN-JARRAND

UTPLA apiculteur Céline MARTIN-JARRAND

Nous sommes apiculteurs-récoltants dans le Parc Naturel du Vercors. Tous nos miels sont butinés dans ce territoire préservé, sans transhumance de nos abeilles. 

Nos 400 ruches sont donc sédentaires et réparties en petits ruchers de 400 à 1200 mètres d'altitude.

Nous avons à cœur de respecter le développement naturel de nos colonies, nous utilisons notamment des ruches Warré qui permettent une approche très douce vis à vis de l'abeille.
Nous nous engageons chaque année à former quelques apiculteurs amateurs et à sensibiliser le public à la préservation des abeilles.

Nous nous sommes rencontrés dans un rucher il y a 15 ans et depuis nous ne nous sommes plus quittés. Notre projet commun :

Valoriser la biodiversité de nos montagnes à travers cinq miels de pays.

Des contreforts aux plateaux, tous nos ruchers sont situés dans le territoire du Parc Naturel Régional du Vercors.

 

 

Tous nos miels sont labellisés Marque parc Vercors. Ce logo apposé sur le pot vous garantit que le miel a été produit sur le territoire du parc.

C’est un gage de transparence sur l’origine et de valorisation des miels de montagne

Tous nos miels sont certifiés Agriculture Biologique. Ce label garantit que nos abeilles bénéficient de ressources florales naturelles dans un rayon de 3km (rayon de butinage de l'abeille) et que nous n’utilisons pas de produits chimiques.

Ce label est attribué à notre ferme apicole et certifie l’ensemble de nos produits.

 
Carte des ruchers de L’Abeille du Vercors

Nous avons répartis nos ruches pour bénéficier de trois flores différentes :

ROYANS : Flore continentale (400m): boisement acacias, tilleuls et quelques châtaigniers

PLATEAU DU VERCORS : Flore de montagne (800m – 1200m) : prairies fleuries et boisement de hêtraies-sapinières

DIOIS : Flore méditerranéenne (400m – 600m) : thym, lavande, boisement de chênes, culture de lavande fine et de lavandin.

 

Notre miellerie est située à DIE.

Nous remercions tous les parrains et marraines qui soutiennent nos abeilles depuis tant d’années ! Sans vous, le miel du Vercors n'existerait plus !

UN GRAND MERCI À TOUS !
Céline et Jérôme, Apiculteurs-amoureux du Vercors

J-6, venez à notre rucher !

Chers parrains,

J'espère que vous allez toutes et tous très bien.

Nous vous proposons de venir nous rencontrer le samedi 23/03/2024 à la miellerie pour découvrir notre univers et nos abeilles !
De 14h à 16h

Il reste encore quelques places disponibles ! 

Au programme :

Je vous présenterai notre démarche d'apiculture de montagne, bio et locale. Nous observerons les abeilles sur le plancher d'envol pour découvrir cette société incroyable !
Ça sera le moment de poser toutes vos questions sur les abeilles, le miel, le métier d'apiculteur.

Pour finir, nous dégusterons les miels et autres gourmandises du Vercors.

Cette journée dédiée à la découverte de l'apiculture est gratuite.

Pour en savoir plus ou vous inscrire c'est par ICI.

* Merci de bien lire nos recommandations concernant la présence d'abeilles sur le site au moment de votre inscription.

Voir toutes ses actualités

Les abeilles du Vercors

Les abeilles du Vercors

Nos ruchers sont répartis sur 4 secteurs du Parc du Vercors : le Diois, le Royans, le plateau et les hauts plateaux. A chaque secteur correspond un étage de végétation typique :

Le miel du Diois est butiné sur les thyms, sarriettes et le miellat de chêne, c'est un miel de garrigue : Note de caramel

Le miel de Lavande de Chamaloc nous invite dans la partie méridionale du Vercors à la rencontre des plantes aromatiques.
Ici sur les terres où pousse naturellement la lavande fine, on cultive aussi le lavandin. Notes végétales et fleuries.

Le miel du haut plateau du Vercors est produit à plus de 1200 mètres d'altitude. C’est un miel de sapin, mélèze et de framboisier, typique du Vercors. Notes boisés et maltés.

Le miel du Royans nous fait découvrir les coteaux de châtaigniers et les tilleuls plantés par nos ancêtres. Notes mentholés et intenses.

Le miel de Prairies fleuries est récolté à 800 mètres d’altitude. C’est un paysage de prairies où des milliers de fleurs apparaissent au printemps.
C’est donc un miel d’une grande diversité florale : trèfle blanc, épilobe, renoué bistorte, vipérine… Notes douces et fleuries. 

Céline et Jérôme vous remercient.

 

France 3 Alpes avec Jérôme et Céline

Reportage consacré à Jérôme et Céline et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 15 Avril 2016.
Merci à Catherine, pour sa participation en tant que marraine.

L'apiculteur : Bruno HOUBRON

UTPLA apiculteur Bruno  HOUBRON

Après avoir été pendant de nombreuses années apiculteur amateur, dans le cadre d'une diversification professionnelle, Bruno, installé sur les monts du Forez (Puy de Dome 63) dans le Parc Naturel Régional Livradois Forez développe une activité apicole professionnelle depuis 8 ans avec pour objectif à court terme 150 ruches en production.

Les ruches sont de type VOIRNOT adaptées aux régions montagneuses et fabriquées par Bruno l'hiver avec du bois de pays (Épicéa,mélèze et scierie à 8 km).
L'exploitation est conduite de façon raisonnée en grande partie selon le cahier des charges de la production biologique par pur choix éthique .

Les abeilles qui peuplent ses ruches sont de type "noire de pays", souche adaptée au climat et flore locale.
Les ruchers sont dispersés depuis 600 mètres d'altitude jusqu'à 1300 mètres avec une pratique de la transhumance locale dans un rayon de 40 km sans descendre en dessous de 600 m. sauf pour l’Acacia , ce qui permet de ne pas côtoyer les cultures conventionnelles .

Bruno récolte divers miels de crus : Montagne, forêt, acacia , sapin et bruyère mais également pollen et propolis et fabrique du pain d'épices.
Enfin, Bruno est aussi Vannier dans son atelier et osiériculteur puisque chaque année, il fabrique sa propre matière première, l'osier.

dernière neige

bonjour

derniere neige ??? dernière neige dernière neige dernière neige dernière neige dernière neige dernière neige dernière neige dernière neige

30 cm du 2 au 3 mars

@++

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Faradia

Le rucher de Faradia
Les ruches parrainées se situent sur le rucher Faradia à 980 mètres d'altitude et produisent :
- un miel de "montagne" (mention contrôlée , soumise à autorisation) très réputé qui traduit la richesse botanique d'un environnement préservé. Exposées à des printemps longs et rudes ,les floraisons sont variées et intenses. La couleur de ce miel varie de jaune paille à brun clair souvent très odoriférant, doux, aux saveurs florales et fruitées, même si le gout diffère d'une année sur l'autre .

- un miel de forêt dont la particularité réside dans son mélange de nectars et de miellats variés.
Produit en été jusqu’à fin août début septembre, toujours sombre, brun foncé voir presque noir selon sa composition, avec selon les années, une note de bruyère ou de sapin (sapin pour 2013).

La flore présente autours de ce rucher : Aubépine, cerisier, érable, robinier, saule, sapin, châtaignier, bruyère, ronce, framboisier, scrofule, pissenlit, acacia, digitale, épilobe, lierre, miellats...ainsi que toute la flore mellifère de moyenne montagne .

L'apiculteur : Thierry SALAVIN

UTPLA apiculteur Thierry SALAVIN

Thierry est un apiculteur bio professionnel situé en Isère.
Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert.

Il a découvert et démarré l'apiculture en 2010 en récupérant des essaims vagabonds.
Sans lien familial avec l'apiculture, il a acquis son expérience en se formant en France, puis en travaillant chez des apiculteurs en Australie le temps d'un été chez eux, hiver chez nous..

Il a un cheptel actuel de 200 ruches.
Thierry utilise uniquement des ruches Warré qui privilégient une apiculture douce et respectueuse des abeilles, permettant d'éviter le nourrissement au sucre notament.

La majorité de ses ruchers sont situés sur les massifs alpins vierges de cultures aux alentours de Grenoble (Chartreuse, Vercors, Belledonne, Ecrins).
Thierry pratique la transhumance locale dans un petit rayon (40km) pendant la saison pour des miels de crus (châtaignier, acacia, haute montagne).

Belles fêtes et encore Merci !

Bonjour à tous !

L'occasion une pierre trois coups pour vous souhaiter, remercier, informer !

Primo, que les colis sont tous partis pour ceux d'entre vous qui devaient les recevoir à cette époque, avant les fêtes.
Si pas déjà parvenus, vérifiez votre boite, en espérant que tout arrive à bon port.

Pour l'autre moitié d'entre vous, ce sera au printemps ;)

 

Secundo, de vous souhaiter de très belles fêtes de fin d'années, en vous souhaitant le meilleur pour vous ! La santé, la gourmandise, la joie, la vitalité, la vie comme elle coule pour vous :)

De mon côté je vais moderer en alternant du temps social et en famille, et moment de solitude choisie, pour entretenir et garder la sérénité, l'équilibre, ne pas saturer pour que l'amitié n'en soit que plus merveilleuse.

 

Tercio Quatro pour vous redire un grand merci pour votre soutien, sentir cette communauté qui me porte pour continuer.

Franchement, cette année, ça passe, grâce à vous ! Serieusement !

 

Deux choses qui se rajoutent à la pile déjà bien grassouillette de paramètres à gérer avec les abeilles pour expliquer :

 

Peut être avez vous eu vent de la crise du bio et pour l'apiculture en particulier ?
C'est simple, notre activité, comme toute autre, est liée à la loi du marché. Dur de garder un cap stable quand tout flambe.
J'ai besoin de mettre du pétrole dans mon camion pour voir les petites zabeilles, acheter des pots, des couvercles, tout un tas de trucs. Ça, c'est la vie !
Je vous apprends rien, comme tout le monde...La ferme et le projet d'autonomie alimentaire/énergétique, bref de paysannerie, où j'habite permet de tamponner un peu mais pas tout.
Le miel fait parti des produits de luxe au prix où l'on doit le produire en France d'année en année.

Alors je comprends bien qu'enormement de gens en font l'impasse, en tant que produit "non essentiel" ou de "niche" quand les temps sont durs.
En plus de certains magasins bio qui ont mis la clé sous la porte, ceux qui me restent commandent beaucoup moins souvent et en petite quantité.
Je ferai le vrai bilan à la fin de l'année mais c'est entre 70 et 80% de commande en moins, donc de revenu en moins, c'est colossal.

Tous les apiculteurs sont concernés, bio ou pas.

Il y a eut une mobilisation nationale à Paris le 30 novembre pour défendre les apicultrices et apiculteurs face aux importations de miel à bas prix par les négociants.
J'avais les enfants, je n'y suis pas allé, mais, loin des yeux, près du coeur.

Tout ça pour vous expliquer que oui, j'arrive à me dépatouiller financièrement pour boucler l'année juste grâce à votre soutien et à la stabilité du parrainage encore cette année qui est un volume équivalent en miel pré-vendu et fixé. C'est complètement concret. Merci !!!

 

L'autre chose est le frelon..
Ca y est, il est dans tous les ruchers ici cette année.
Il était discret jusqu'à mi octobre, bien occupé sur le lierre. Quand la floraison fut finie, ils sont tombés sur les ruches d'un coup.
On s'est tous fais surprendre ici, n'ayant jamais vu cela avant. La météo leur a été clémente, aux "parasites" en général avec le changement climatique.
Espérons un gros coup de gel cet hiver.. bref, des colonies ont fondu en population, certaines se sont carrément vidées, ce n'est pas le varroa.

Je vous joint une photo d'une ruche attaquée par les frelons, qui ont réussi à rentrer mais se sont fait coincés par la grille à reine pour ceux qui sont restés.
Seule une poignée d'abeilles était encore présente dans un coin.
La ruche à côté avec le petit coeur est morte, pas faute d'avoir marqué au rouge un symbole de vie et d'amour, l'intention des fois ne suffit pas..
J'en suis à 17 ruches mortes par les frelons, le temps de reduire les entrées, mettre des pièges.. c'est fulgurant.

 


Ce n'est pas fini, d'autant plus que beaucoup beaucoup de colonies ont fondu où parfois il ne reste qu'une petite grappe qui a très peu de chances de passer l'hiver.

Les ruches qui restent ont changé leurs comportements. On sent le stress maintenant.
Elles ont fait une petite grappe devant la ruche pour se défendre, le reste semblant rester dans la ruche, comme confiné, pour nous rappeler des mauvais souvenirs dans l'histoire de l'humanité..

La dynamique de la colonie et son bon développement avant l'hiver est arrêté si il n'y a plus d'entrées/sorties.. le frelon sort aussi a faible températures, j'en ai même vu sous la pluie, rentrer dans les ruches.. a présent qu'il y a eut un peu de neige et froid, je n'en vois plus.

Je me suis senti comme tous les autres apiculteurs, démuni. C'est donc encore un nouveau paramètre à gérer, sans trop savoir comment. Ca va changer mon travail, augmenter des coûts, à terme encore le prix du miel.. :-(

J'ai investi par exemple dans des harpes électriques à mettre devant les ruches pour l'année prochaine, c'est normalement ce qui les protègent le plus. A suivre aussi donc..

 

Voilà un looooong mail, dans nos vies plus que débordantes et où le temps d'écran est peut être comme moi de plus en plus energivore.

Je m'en excuse pour ça.
La lecture, comme l'écriture, a cette solitude qu'elle vous impose ma confession. Merci pour vos oreilles.

Je préfère vous exprimer au mieux la situation, que du blabla social superflu, la situation faisant un vrai changement et une réelle incertitude à continuer dans l'apiculture.. que j'aime de moins en moins, à cause de tout ça,
CSe que l'homme rajoute d'année en année en boulversement divers, tout en gardant l'amour intact pour les abeilles.

C'est un sentiment particulier, limite schyzo, en tout cas épuisant de se sentir Don Quichotte ou David contre Goliath.

Sans doute, l'occasion de m'adapter, réinventer, pour y voir le positif.. pour garder l'espoir.

J'ai le sentiment d'avoir atteint une limite dans le soin et l'effort à fournir aux abeilles pour les accompagner dans leurs propres autonomies et bien être.

Mes interventions sont de plus en plus nombreuses, complexes, mais surtout la conséquence du lien de dépendance de l'abeille à l'humain de plus en plus grand, et ça, ça me fait un frisson dans le dos..

A ceux qui sont venus aux portes ouvertes, nous avons un peu échangé à ce sujet. Je me souviens de ce beau temps et de l'émerveillement dans les gens. Cadeau. Il n'y avait pas encore le frelon..

Je garde ces instants précieux dans mon coffre à merveilles, comme on réouvre une boîte à musique pour retomber dans l'innocence.

 

Je vais préparer le printemps pendant l'hiver, faire comme si et espérer qu'il n'y ait pas trop trop trop de casse.. il y a encore un petit traitement à faire contre le varroa, qui me semble à present limite familier, presque comme un "ami".. et je verrai bien au printemps, en sorti d'hiver, ce qu'il en ait, en comptant les vivantes.

 

Voilà ce que j'aime aussi d'être avec le vivant, la paysannerie, et spécialement l'abeille, c'est qu'il faut constament anticiper en étant connecté au présent, ce qui me fait considérer que tout est en relation, afin de garder présent la nécessité de l'ajustement aux constellations changeantes de l'existence.
Fatiguant remuant, engagé, le vivant, vibrant, ne se trouve pas dans le confort mais la recherche d'équilibre. Cette leçon de subtilité je l'ai bien apprise encore cette saison..

Je vous souhaite encore de belles fêtes de fin d'années, en recherchant au mieux ce qui est de votre équilibre.

Ainsi qu'un très grand merci !

Thierry

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Chartreuse

Le rucher de la Chartreuse

Les ruches sont situées dans le parc naturel régional de la Chartreuse, à 800m d'altitude qui offre une diversité de milieux naturels.

Le parc est ainsi constitué de forêts qui varient du chêne à des hêtraies-sapinières jusqu'aux épicéas à 1500 m d'altitude mais aussi d'étendue de pelouse et prairies.
Les eaux de source provenant des torrents et zones humides environnant le rucher sont d'excellente qualité.

Le miel récolté par la miellerie du Peuple Zélé est selon les floraisons de forêt à dominante de tilleul et pointe de châtaignier et de fleurs de chartreuse qui sont issues des sous-bois comme les ronces et framboisiers avec un arôme floral, frais, naturellement crémeux.

Thierry pratique un élevage et une sélection massale de ces abeilles afin de tirer le meilleur parti de chaque abeille (productivité, caractère...).
Il a ainsi commencé son cheptel avec des abeilles locales ou dites "noires" issus d'essaims cueillis dans la Vallée et qui ont permis la création d'autres colonies d'abeilles avec des croisements naturels contrôlés. Aujourd'hui il a des colonies avec un brassage d'origines qui sont adaptées localement.

L'apiculteur : Mathieu CHIROSSEL

UTPLA apiculteur Mathieu CHIROSSEL

Mathieu pratique l’apiculture en activité principale depuis 2015.
L’apiculture est une pratique familiale ancestrale qui lui tient à cœur de faire perdurer et de développer.
Au siècle dernier, dans bon nombre de fermes, les ruches en paille étaient installées pour attirer les essaims et récolter le miel en fin d’année.
Cette pratique fut transformée au milieu du siècle dernier par  l'utilisation de la ruche Dadant une vraie révolution apicole que l’un des grands oncles de Mathieu vécu.
Aujourd’hui, ses colonies évoluent toujours dans ce modèle de ruche en pratiquant l’élevage et la sélection massale.
Après une formation en cours du soir et 4 saisons chez différents apiculteurs professionnels, il s’occupe actuellement d'une cinquantaine de ruches qu’il a développé d’année en année à partir de souches issues d’une longue sélection locale.
Soucieux de l'environnement et pour ne pas altérer la récolte, il pratique les méthodes apprises au sein de structures labellisées AB.
A terme, il cherche à passer sous la labellisation Nature et progrès pour une reconnaissance de ses pratiques actuelles.
En plus d’une pratique respectant l’abeille, l’apiculteur et la récolte, un de ses objectifs est de conserver un produit vivant.
Ses miels sont issus d'une seule et même récolte, ils sont non transformés et non mélangés avant mise en pots.

Nouvelles du printemps

Bonjour à vous, marraines et parrains du rucher du Roussillon.

Le printemps est prometteur cette année.

Les colonies sont sorties en bonne forme de l’hiver.

Le colza a pu donner une première récolte.

Les acacias commencent à fleurir tout juste ici. Reste à savoir si la météo permettra une récolte de cette miellée là aussi.

En espérant que tout cela continue pour refaire les stocks et vous proposer de nouveau des miels variés à la dégustation.

Bonne semaine à vous ! 

Mathieu

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Roussillon

Le rucher du Roussillon

Son rucher est situé sur les bocages vallonnés du Roussillon, une zone peu cultivée avec principalement des prairies et des bois.

Cet environnement de collines riches en arbres mellifères lui permet de récolter du miel de printemps, de châtaignier, d'acacia parfois ou encore de tilleul.

Cette diversité permet d’offrir des couleurs, des saveurs et des textures très diversifiées.

Elle permet de proposer à chacun ou à chaque instant de dégustation, un plaisir différent. 

Dans une volonté d’une production de proximité, ses miels sont récoltés principalement dans une zone située à moins de 10 km à vol d’abeille de la miellerie.

Les ruches sont transhumées en fin de saison sur des secteurs d'altitude proche comme les monts du Pilat ou le Diois.

En plein été, le Roussillon n'offrant que très peu de ressources, cette transhumance permet de ne pas avoir à nourrir les ruches et les jeunes colonies en fin d’année.

Cela leur assure des réserves importantes et parfois une récolte de miel de lavande ou de miellat de sapin.

L'apiculteur : David GIRAUD

UTPLA apiculteur David GIRAUD

J'ai commencé l'apiculture il y une petite dizaine d'année, je suis passé de trois ruches à une centaine de ruches réparties sur 5 ruchers.
Je suis apiculteur amateur semi-professionnel, je n'arrive pas encore à vivre de mon activité apicole, je suis donc pluriactif (pisteur de ski de fond, accompagnateur moyenne montagne, vendeur conseil en magasin espaces verts).
Pour la formation, je suis autodidacte, je me suis construit en discutant avec les anciens et en dévorant des livres, j'ai commencé avec de petits moyens et j'ai eu le temps d'apprendre de mes erreurs et de mes expériences.
Cette vocation pour l'apiculture découle de plusieurs passions qui s'entremêlent (la botanique, l'ornithologie, l'enthomologie), de plusieurs rencontres essentielles comme "Pierrot" un de mes mentors ou "Gael" mon copain de longue date avec qui j'ai commencé cette aventure (merci à vous), et enfin d'une envie très grande d'être en adéquation avec le monde naturel du vivant qui m'entoure tout en respectant les autres. Je voudrais à présent essayer de vivre de ma passion modestement en aidant la planète et en considérant à égal son prochain. C’est pour cela que je me suis lancé dans l’aventure Un Toit Pour Les Abeilles.

Nouvelles printanières

Chères marraines, chers parrains,
Si les hommes aiment les hivers doux et ensoleillés pour manger au balcon, pour les abeilles c’est loin d’être l’idéal.
La visite des ruchers en sortie d’hiver n’a pas été source de bonnes nouvelles.
De nombreuses colonies étaient soit extrêmement faibles, soit carrément décimées.
Les pertes de cet hiver 2020 s’élèvent à 40% environ, un triste hiver pour les Happykulteurs.
La grande majorité ne manquait pourtant pas de nourriture, les cadres de réserve étaient souvent encore garnis de miel.

Il est fort probable que l’hiver très doux et très ensoleillé que nous avons eu dans notre région en soit une des raisons.
Les ouvrières, au lieu de rester confinées (!) dans la ruche en attendant calmement le début du printemps et ses premières floraisons, sont sorties beaucoup plus tôt que d’habitude.
Or en janvier et février, même s’il faisait relativement chaud et beau, la nature était encore endormie et les fleurs n’étaient pas encore sorties.
Beaucoup d’ouvrières se sont donc épuisées à chercher des ressources en nectar et en pollen.

Elles se sont ainsi retrouvées trop peu nombreuses pour relancer la colonie efficacement.
Qu’à cela ne tienne ! Le travail des mois de mars et avril a donc consisté à reconstituer les colonies du rucher.
C’est-à-dire à renforcer les colonies les plus faibles et à diviser les colonies les plus fortes pour en créer de nouvelles (faire naitre une nouvelle reine).
Aujourd’hui, fin avril, grâce à un gros travail de division et de répartition, les ruchers sont « en forme ».
Le grand soleil de ce début de printemps a été très favorable et a permis des belles floraisons avec beaucoup de nectar et de pollen.
Au rucher des Iles, les cerisiers et les pissenlits constituent une précieuse ressource pour le développement des colonies.
Le rucher de la Pierre, plus haut en altitude, met un peu plus de temps à se remettre de ces pertes hivernales.
Mais la nature est bien faite et la vie l’emporte toujours, ce n’est qu’une question de temps avant que les hausses à miel se remplissent de bon nectar.

L’happykulteur veille sur ses avettes.
Prenez soin de vous, nous on s'occupe des abeilles :)
David et Coralie

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de la Pierre

Le Rucher de la Pierre

Le rucher se situe sur une friche sauvage avec un jardin potager et des arbres fruitiers, d'orientation plein sud ou sur l'adret pour les puristes avec une terre assez pauvre et caillouteuse plutôt calcaire.
Ce terrain se situe à 500m d'altitude, entouré de quelques pâturages avec pissenlits, primevères, pâquerettes et autres trèfles. Il est bordé en aval d'une belle petite rivière " la Morge" avec ses zones inondables de roseaux et ses peupliers, et en amont d'une forêt de feuillus avec érables, chênes, châtaigniers, tilleuls, merisiers, aubépines.
Le panorama sur la montagne de la " Grande Sure " environ 2000m d'altitude est magnifique.
J’y récolte du miel du Massif de Chartreuse, miel toutes fleurs forestier de moyenne montagnes -Notes marquées de châtaignier et plus subtil de tilleuls - Saveur boisée, caramélisée et fumée, fruits confits - un miel assez fort en bouche de couleur foncé - Médaille d'Or 2015 et de Bronze 2017 concours bisannuel du Syndicat Apicole Dauphinois.

L'apiculteur : Delphine et Stéphane ROBERT

UTPLA apiculteur Delphine et Stéphane ROBERT

Nous sommes Delphine et Stéphane, apiculteurs à Saint-Sauves d'Auvergne.
Notre exploitation se situe près du Sancy, où nous nous occupons de nos abeilles de génération en génération,
avec passion dans une nature sauvage et préservée, depuis près de 75 ans…  
Moi, Delphine, je suis presque née au milieu des abeilles.
J'ai travaillé sur l'exploitation familiale pendant presque toutes les vacances scolaires, jusqu'à la fin de mes études de comptabilité,
secteur où j'ai travaillé pendant 15 ans.
J'ai été amenée à retravailler sur l'exploitation familiale pour prêter main forte à ma famille à la suite de l'accident de ma sœur en 2016.
Mon mari, Stéphane a été licencié de son poste de technicien d'une grande entreprise en 2017,
nous avons alors décidé de tenter l'aventure en apiculture...
La formation pour nous deux s'est donc faite par transmission du savoir-faire familial.
Nous nous sommes installés apiculteurs professionnels en 2019, nous avons repris 200 ruches de
Nous pratiquons une apiculture raisonnée, comme le fait notre famille depuis des décennies.
Nos ruches, cadres et hausses sont fabriquées depuis toujours avec le bois de nos forêts, où se situe l'exploitation.
Le bois de nos ruches est trempé à l'huile de lin. Les feuilles de cire, utilisées pour nos cadres sont gaufrées par nos soins.
Nous utilisons notre propre cire, qui provient des opercules de l'année récupérées après l'extraction du miel.
Nous utilisons seulement les traitements autorisés en agriculture biologique pour soigner nos abeilles.
A terme, nous demanderons probablement la certification en agriculture biologique.

Nous prévoyons de maintenir notre cheptel autour de 200 ruches.

Nous aimons faire décourir notre beau métier au contact de la nature, notre belle région,
le délicieux miel produit par nos abeilles et pérénniser notre activité d'apiculture.

Début de saison 2024

Bonjour,

Tout d'abord, un grand merci à tous les parrains pour votre soutien.

La saison 2024 ne commence pas très bien. En effet, depuis 2019, la fin de l'hiver est trop douce et la météo printanière est trop fraîche.

La nature et les abeilles bien sûr se réveillent trop tôt et sont brutalement arrêtées par le retour du froid.

Ainsi, encore un printemps sans récolte de miel (ni pissenlit, ni arbres fruitiers, ni acacia) et des abeilles auxquelles il faut donner à manger pour qu'elles survivent.

Comme nos abeilles, nous attendons avec impatience le retour du beau temps.

 

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Apisancy

Le Rucher Apisancy

L'exploitation familiale située à Saint-Sauves dans la Haute Vallée de la Dordogne, dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne;
où nous produisons l'essentiel de nos miels (Pissenlit, Montagne, Trèfle, Framboisier, Forêt et Sapin) selon les saisons et les emplacements.
Tous nos ruchers sont situés dans le Puy de Dôme, nous vendons uniquement le miel produit par nos ruches.
L'extraction est réalisée à froid, puis le miel est mis en pot dès la récolte.
Cristallisé naturellement quelques semaines après la récolte et non chauffé,
notre miel conserve toutes ses qualités nutritionnelles; il devient crémeux, facile à tartiner.
Actuellement nous avons 170 ruches, ce sont des ruches Langstroth,
Nous produisons essentiellement du miel de montagne, puisque la plupart de nos ruches sont situées à Saint-Sauves d'Auvergne à 850m d'altitude.
En fonction de la météo, au printemps nous produisons du miel de pissenlit,
en été ce sera du miel de fleurs sauvages (framboisier, trèfle, ronces...) ou du miel de forêt comme le sapin.

L'apiculteur : Camille DUBRAY

UTPLA apiculteur Camille DUBRAY

J’ai cueilli mes premiers essaims d’abeilles en 2013.
J’avais envie, par curiosité, de m’occuper d’abeilles et de mieux les comprendre.
J’avais aussi envie de m’investir dans une activité qui avait du sens pour moi.
Passionné et autodidacte, j’ai appris grâce aux livres et principalement en ouvrant mes propres ruches énormément au début.
Je me suis aussi formé auprès d’amis apiculteurs professionnels pour les gestes spécifiques ou techniques.
Enfin, je me suis spécialisé dans le sanitaire et les maladies des abeilles en 2018 en devenant technicien sanitaire apicole.
Je trouve que la cueillette crée un joli lien avec l’essaim.
On va le chercher quelque part, bien souvent on le sauve car peu de gens se déplacent pour cueillir et les particuliers sont souvent démunis ;
On le soigne, on en prend soin, puis on l’installe dans le rucher.
Chaque ruche a un peu sa propre histoire.

J’ai ainsi développé un cheptel constitué uniquement d’essaims sauvages issus de la cueillette entre 2013 et 2018,
en passant tout en douceur de 4 essaims cueillis en 2013 à 24 colonies en 2014, puis à 60 en 2015, puis à 100, 120, puis 160 colonies d’abeilles en 2018.
C’est cette année-là que j’ai commencé à gagner ma vie grâce à l’apiculture, et ce sans jamais avoir acheté d’essaim d’abeille.
Comme mes abeilles sont issues de la cueillette, j’ai principalement de l’abeille noire dans mes ruches.
Je travaille avec des ruches de type dadant qui me semblent mieux adaptées aux contraintes modernes de l’abeille.
Je compte augmenter doucement mon cheptel pour atteindre les 200 ruches (statut paysan).
Je n’en veux pas plus car il me semble plus difficile de bien s’en occuper si on en a plus.

Je suis ravi d’avoir pu intégrer Un Toit Pour Les Abeilles.
Cela représente une opportunité pour moi de m’assurer qu’une partie de ma production sera vendue au sein d’un projet porteur pour l’abeille,
et de surcroît à un tarif convenable pour l’apiculteur.
Ça me permet aussi de dégager plus de temps au rucher à m’occuper des abeilles. C’est une chance pour moi car je suis passionné par les abeilles
et je préfère nettement le temps passé au rucher à celui passé à la commercialisation.
Même s’il faut bien gagner sa vie, les abeilles restent toujours la priorité dans notre métier.
C’est aussi stimulant d’intégrer des projets plus vastes que son petit projet à soi de sauvegarde de l’abeille.

Des nouvelles des abeilles

Chers Parrains,

 

J'espère que vous allez bien !

 

Le début de saison a été catastrophique. Le pire depuis les 11 ans que j'ai commencé l'apiculture.
La fin d'hiver a été très douce et ensoleillée en Drôme et les colonies se sont parfaitement bien développées jusqu'à devenir bien populeuses.

Mais le froid, puis la pluie, puis le vent se sont installés d'un coup avec d'abord un vent du nord polaire vers la mi avril, confinant les abeilles dans les ruches durant trois semaines.

Les colonies ayant alors beaucoup de bouches à nourrir, elles ont consommé rapidement leurs réserves et se sont retrouvées au bord de la famine.

J'ai donc du nourrir afin que les abeilles ne meurent pas de faim et ce pour la deuxième fois de ma vie en saison (mes abeilles ne consomment que leur propre miel sauf quand elles risquent de mourir de faim).

Tout cela s'est passé pendant la miellée d'acacia.

La production est donc nulle malgré que le travail de préparation des colonies, des ruchers et du matériel ait été aussi pénible et prenant que si j'avais fait du miel.

Mais c'est là la vie d'un agriculteur, il faut l'accepter, ne pas s’appesantir et repartir de l'avant.

 

Afin de mieux percevoir ce que je fais, je me suis rendu compte qu'il serait peut être judicieux de présenter la façon dont je suis venu à l'apiculture ainsi que ma démarche :

 

J’ai constitué l’ensemble de mon cheptel par la cueillette d’essaims d’abeille dans la nature, ou chez des particuliers, dans des arbres avec les pompiers, dans des écoles… bref partout où des essaims posés ou installés dérangeaient et risquaient la destruction.
J’ai commencé cette activité en 2013 en fabriquant mes premières ruches avec des planches offertes par mon voisin qui s’en débarrassait car il savait que j’avais un poêle à bois.


J’avais envie, par curiosité, de m’occuper d’abeilles et de mieux les comprendre.
J’avais aussi envie de m’investir dans une activité qui avait du sens pour moi.
Passionné et autodidacte, j’ai appris grâce aux livres et principalement en ouvrant mes propres ruches énormément au début. Je me suis aussi formé auprès d’amis apiculteurs professionnels pour les gestes spécifiques ou techniques.
Enfin, je me suis spécialisé dans le sanitaire, les maladies des abeilles et les soins apportés aux colonies en 2018 en devenant technicien sanitaire apicole.

J’ai ainsi développé un cheptel constitué uniquement d’essaims sauvages issus de la cueillette en passant tout en douceur de 4 essaims cueillis en 2013 à 24 colonies en 2014, puis à 60 en 2015, puis à 100, 120, puis 160 colonies d’abeilles en 2018 et 200 aujourd’hui.
Ayant commencé l’apiculture dans l’Hérault, j’ai une dominance d’abeilles noires dans mon cheptel car c’est une abeille très présente là-bas. 

J’élève mes reines et je sélectionne mes abeilles sur des critères de rusticité. Je veux des colonies qui sont le plus proches possible de leurs caractéristiques naturelles, qui ont le moins possible besoin de la main de l’homme pour survivre. Des abeilles résistantes aux maladies, soucieuses de conserver constamment d’importantes réserves de nourriture, ayant une bonne puissance de vol pour butiner par grand vent et échapper aux frelons asiatiques… La raison est d’abord philosophique, je ne suis que de passage dans l’évolution des abeilles qui se fait depuis des millions d’années. Il serait je trouve déloyal de les rendre ultra productives et donc souvent moins résistantes, moins adaptables et adaptées pour mon propre intérêt.

Grâce à cette pratique, leurs chances de survie quand elles retournent à l’état sauvage en est augmentée.
C’est le cas chaque année, d’entre 20 et 40 essaims de mon cheptel qui repartent de mes colonies s’installer dans un mur, un trou d’arbre…. Vu que mes colonies sont issues de la cueillette d’essaims sauvages, c’est un peu un prêté pour un rendu. Enfin, d’un point de vue pratique, cette façon de travailler avec les abeilles génère moins de stress et de labeur.
Elle est cependant moins productive en terme de volume de miel produit et donc de rémunération. 

Je suis très content de faire partie de ce partenariat au travers de ce parrainage.
Cela me permet d’avoir la certitude que les coûts de la colonie parrainée sont couverts, que le miel qu’elle produira sera d’une certaine façon vendu au parrain (comme sur le principe de l’amap). Ça me permet ainsi de gagner en tranquillité et surtout de dégager plus de temps au rucher à m’occuper des abeilles.
Et puis ça fait plaisir de se sentir soutenu dans un projet positif pour la nature, la biodiversité et l’environnement.

Pour information, le 20 mai c’est la journée mondiale des abeilles, journée décrétée par les nations unies pour attirer l’attention de tous sur le rôle clé que jouent les pollinisateurs, sur les menaces auxquelles ils sont confrontés et sur leur importante contribution au développement durable. 

Encore merci pour votre soutien !

 

Cordialement,

 

Camille Dubray

Apiculteur à Mirmande

 

ps : la photo est un piège à frelon asiatique que j'ai fabriqué avec un bidon récupérer à la piscine à côté de chez moi.



Voir toutes ses actualités

Le rucher de Mirmande

Le rucher de Mirmande

Je m’occupe de 160 colonies installées tout près de chez moi.
La plupart de mes ruchers sont fixes, c’est à dire que les abeilles ne se déplacent pas.
Je transhume deux d’entre eux au milieu des champs de lavande (20 kilomètres) et des forêts de châtaigniers (40 kilomètres) chaque année.
Autour de chez moi, on trouve pas mal de fruitiers qui assurent bien le début de saison, des prairies en jachère des phacélies ou encore de la luzerne.
Il y aussi beaucoup de pruniers sauvages en forêt, de ronce, d’aubépine, de nombreux acacia, du tilleul.

L'apiculteur : Sébastien GUILLIER

UTPLA apiculteur Sébastien GUILLIER

Installé apiculteur professionnel en conventionnel depuis 20 ans, j’ai commencé en tant qu’amateur à l’âge de 10 ans avec mon père qui m’a transmis le virus de l’apiculture… Depuis, je ne les quitte plus mes petites abeilles.

Après quelques déboires qui m’ont beaucoup attristé (notamment la perte de 300 colonies en 2007, l’une des pires années apicoles), je fais vivre mes 150 ruches de type Dadant en 10 cadres avec une vraie passion !
Mes abeilles me le rendent bien avec des miels primés dans de nombreux concours départementaux, nationaux mais aussi européens.

Je fabrique aussi des pains d’épices, des bonbons au miel et des figurines en cire d’abeilles que l’on trouve dans mon petit magasin de POMOY.

J’aimerais avoir environ 100 colonies supplémentaires pour pouvoir vivre de ma passion ! Allez n’hésitez pas à me soutenir en parrainant des ruches sur mon rucher !

Cagnotte solidaire

Bonjour chères marraines et parrains,

je vous écris ces quelques lignes pour vous donner les dernières nouvelles.

Suite aux pertes hivernales que mes abeilles ont subi et pour reconstituer mon cheptel je tenais à vous informer que j'ai dû lancer une cagnotte solidaire pour trouver la trésorerie pour cet achat.

J'aimerais que vous regardiez cette cagnotte et que vous en parliez autour de vous, ceci m'aiderait beaucoup.

Merci à vous pour votre soutien et tout ce que vous faites pour nos petites zazas. 

lien vers la cagnotte ici

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pomoy

Le rucher de Pomoy

Les ruches sont installées au centre de la Haute-Saône entre plaines et massifs forestiers.
Les abeilles y sont particulièrement bien et elles y produisent plusieurs sortes de miels…
Du miel de Fleurs de Printemps, d’Acacia, ou encore du miel de Tilleul et de Fleurs d’Eté.

Plusieurs emplacements sont disposés à cet effet autour du petit village de POMOY où se situe le rucher, et où il fait bon vivre pour nos précieuses abeilles !

L'apiculteur : Jean-Philippe CALVEZ

UTPLA apiculteur Jean-Philippe CALVEZ

J'ai commencé l'apiculture il y a 6 ans avec l'envie d'aider au repeuplement de ruche en Bretagne et de partager ma passion pour les abeilles, et en particulier pour l’abeille noire.
Je me suis donc tourné vers l'élevage de reines afin de pouvoir fournir des essaims d'abeilles noires de qualité.
Mon objectif est de réussir à fournir chaque année un maximum d'essaim d'abeilles et de conseiller au mieux les débutants.
Le parrainage de ruches me permettra de vivre de cette passion qui m’anime et de développer au mieux mon activité d’élevage.

Des abeilles très motivées

Bonjour chers parrains,

Le printemps viens de commencer et les abeilles sont très motivées et butinent les fleurs avec frénésies.
L'hivernage s'est bien passé et les mortalités ne sont pas trop importantes, certaines ruches sont plus faibles, mais dans l'ensemble elles vont très bien.

D'ici quelques jours, je commencerai à poser les hausses pour permettre aux abeilles de stocker du bon miel.
Il faudra aussi faire des nouveaux essaims pour remplacer les ruches qui n'ont malheureusement pas passé l'hiver.
La semaine dernière, j'ai installé sur les ruchers les pièges frelons qui attraperont les reines fondatrices.

La saison commence très bien, mais je reste très inquiet concernant les importations de miel frauduleux.
Depuis plusieurs années, nous devons faire face à une augmentation de l'importation de miel coupé au sucre vendu à moins de 2 euros le kilo.
Il n'y a pas d'analyse sur la qualité du miel et de nombreux miels importés sont en réalité du sucre.

Face à cette situation très injuste, nous demandons des analyses sur le miel importés, mais à ce jour rien n'est fait.
Beaucoup d'apiculteurs n'arrivent plus à vendre leur miel et la profession d'apiculteur n'a jamais été aussi en danger qu’actuellement.

Alors MERCI pour tous vos parrainages qui m'aide énormément à faire face à la crise que nous rencontrons.
 
A bientôt Jean-Philippe Calvez


 

Voir toutes ses actualités

L'Abeille Sauvage

L

Mes ruches sont éloignées des zones de cultures intenses.
La majorité de mes ruchers se trouve proche de la Vallée de Rance.
Les ruches sont entourées par la ronce qui est la fleur dominante, mais on trouvera aussi beaucoup de châtaigner.
Le miel produit par les abeilles est un miel de Ronce avec une touche de châtaigne. Très agréable en bouche…
J'ai actuellement 48 ruches en production répartie sur 7 ruchers différents.
Je travaille dans le respect de l'abeille noire avec différents types ruches principalement de la Dadant, mais aussi quelques Warré, et une kenyane.
Tout est dit, j’espère que vous serez nombreux à me soutenir dans cette belle aventure.

L'apiculteur : Cyrille ANCERY

UTPLA apiculteur Cyrille ANCERY

Je m'appelle Cyrille. J'ai 29 ans.
Malgré mon jeune âge, je suis apiculteur depuis quelques années déjà.
Mon exploitation comporte environ 150 colonies. Les abeilles avec lesquelles je travaille sont adaptées à l’environnement naturel berrichon. Elles sont particulièrement douces et j’ai plaisir à travailler avec elles au quotidien en toute confiance.

Mes ruches sont "Dadant". Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille. Plus que cela, je veux montrer que l'on peut collaborer avec le monde agricole et ainsi s'inscrire dans une démarche de respect mutuel entre "apiculteurs" et "agriculteurs".
Ainsi, j’installe, en accord avec des agriculteurs des colonies sur des champs de cultures non traités. Cette opération a pour objectif de créer un rapport "donnant donnant", avec les agriculteurs et de faire doucement évoluer les pratiques agricoles pour tendre vers une pratique plus vertueuse et respectueuse de notre environnement. Tout naturellement, j’ai souhaité rejoindre le réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles pour proposer mes ruches en parrainage et créer ainsi un véritable cercle vertueux entre les abeilles, la filière et vous, parrains des ruches…

Nouvelles du printemps

Chers Parrains,

La saison a démarré il y a quelques semaines avec un début de printemps chaud et estival début mars. Les abeilles ont pu commencer à travailler dans des conditions très favorables.
Malheureusement, cela n'a pas duré longtemps, car depuis maintenant une quinzaine de jours, nous avons une météo fraîche et humide qui a malheureusement tout stoppé.
Les colonies ont heureusement pu constituer quelques réserves au début du printemps, mais elles ont presque tout consommé durant cette période très fraîche.
Heureusement, la météo est redevenue plus favorable ces derniers jours, et nos chères abeilles peuvent à nouveau collecter du nectar, ce qui promet une récolte de miel de printemps plutôt correcte.

Nous allons croiser les doigts. Nous vous remercions encore une fois beaucoup pour votre soutien et vos messages réguliers qui nous encouragent.
Vous pouvez également nous suivre sur notre page Facebook : Les Ruches du Berry Cyril Ancery.

Un grand merci à vous, et nous reviendrons très vite avec des nouvelles sur la récolte de miel, qui devrait démarrer d'ici environ une semaine, avant la prochaine récolte des miels toutes fleurs.

 

Voir toutes ses actualités

Les ruches du Berry

Les ruches du Berry

Mon exploitation est basée dans le BERRY, dans le département du Cher (18140) entre Sancerre et le Val de Loire.
J'ai la chance de pouvoir profiter d'une flore très diversifiée et ainsi pouvoir récolter divers miels.

Je récolte notamment un miel crémeux de Printemps. Je récolte aussi du miel d'Aubépines, de l'Acacia, du miel d'Eté, ou encore du Forêt et du Tournesol. Plus original encore, je récolte du miel de Carotte :-)

L'apiculteur : Benjamin BUREAU

UTPLA apiculteur Benjamin BUREAU

Benjamin est un jeune apiculteur "Piqué" par les abeilles en 2014 grâce à un ami.
Il a désormais l'envie que cette belle activité qui est aujourd’hui une passion, prenne de plus en plus de place dans sa vie.

En reconversion professionnelle, Benjamin a exercé 10 ans dans le tourisme d’affaires, puis à souhaité s'orienter vers une activité plus proche de la nature et de ses valeurs.
Il a obtenu en 2015 son Brevet Professionnel d'Exploitation Agricole en apiculture et souhaite développer chaque année son cheptel pour s’installer en tant que professionnel d'ici quelques années (125 ruches en Corse).
Son objectif est principalement de faire de l'élevage de reines et la création d'essaim pour développer son cheptel.

Il dispose aujourd'hui de 80 ruches peuplées d'abeilles noires d'écotype Corse, qui s'épanouissent sur les maquis de Haute Corse.

Il construit lui-même ses ruches et hausses à miel et fabrique une peinture écologique à base de farine dit "suédoise" pour protéger ses ruches.

Nouvelles de mai

Chers parrains, bonjour !

Nous sommes début mai et la saison est déjà bien avancée. Cette année, tout a commencé début mars avec une belle floraison de bruyère blanche, des températures clémentes et une explosion florale au fil des semaines. Au printemps, mes ruches se trouvent dans le maquis, bénéficiant d'une grande variété de nectars et de pollens. Bruyère, asphodèle, lavande, romarin, genêt, aubépine, pour ne citer que quelques essences présentes dans notre bel environnement, permettent de produire un miel toutes fleurs d'une grande richesse aromatique. Les abeilles ont beaucoup travaillé en mars et jusqu'au début avril, rentrant beaucoup de nectar et laissant présager une belle récolte. Seulement, la météo en a décidé autrement, avec une forte baisse des températures alliée à près de deux semaines de précipitations, ce qui a mis un sérieux coup de frein à la miellée. Les abeilles ont consommé une bonne partie de ce qu'elles avaient récolté, et ce qu'il reste pour leur berger est moins beau qu'espéré ! En même temps, vous me direz que c'est bien normal qu'elles consomment leurs réserves, et vous avez bien raison :) Cette météo très variable d'avril a également permis de bien renflouer les nappes phréatiques, et c'est tant mieux pour la suite de la saison.

Depuis mi-mars, j'ai également relancé mon élevage de reines afin de renouveler mon cheptel et d'assurer des reines de qualité. Le principe est de sélectionner des ruches qui m'intéressent pour tenter de reproduire leurs qualités : douceur, bonne santé, qui ont tendance à ne pas trop essaimer, productivité, etc. On récupère les larves d'une telle colonie et on les fait prendre en charge par une colonie orpheline. Cette dernière nourrira ces larves exclusivement à la gelée royale, ce qui donnera des reines environ 13 jours plus tard. Je récupère ces reines vierges et les introduis dans des petites colonies orphelines (essaims) que j'ai créées au préalable. Au bout de quelques jours, la jeune reine vierge effectue un ou plusieurs vols de fécondation, où elle sera fécondée par plusieurs mâles. Quelques jours après la fécondation, la nouvelle reine commence à pondre ses premiers œufs et une nouvelle colonie est en marche. La reine pourra ainsi pondre pendant 2 à 3 ans ! Cette année, la météo a un peu compromis les vols de fécondation, et j'ai plusieurs reines qui sont encore vierges après plusieurs semaines... Espérons qu'elles trouvent un moment pour rencontrer l'amour et que mes essaims finissent par démarrer !!

Voilà pour les actualités du moment !!
Merci encore de me suivre et de me soutenir, je vous dis à très bientôt,

Benjamin. 

                    



Voir toutes ses actualités

Le rucher de Castellaccia

Le rucher de Castellaccia

Ses ruches sont situées à une vingtaine de km au sud du Bastia au coeur du Maquis.

La nature y est généreuse et ses abeilles ont un terrain de jeu exceptionnel pour butiner toute l'année.

Les miels corses sont issus de fleurs sauvages et spontanées en grande majorité.


Le maquis tout proche est riche en bruyère, romarin, thym, asphodèle...et permet de produire de beaux miels de printemps.

Vers mi juin, certaines ruches sont transhumées sous des chataigneraies de Haute Corse pour y produire un miel ambré et typé qu'est le miel de chataîgnier. 
A la fin de l'été, elles descendent un peu plus en plaine pour y produire un miellat de metcalfa: un miel foncé, caramélisé aux arômes de fruits murs, réglisse ou encore caramel.
Enfin, à l'automne, les arbousiers fleurissent et leur assurent de bonnes réserves pour l'hiver.

Selon les récoltes qui dépendent de l'abondance des floraisons, Benjamin vous proposera un assortiment de miel de printemps, miel de chataîgnier, miellat de maquis plutôt "corsé",  et/ou metcafla.

Benjamin est adhérant du Syndicat AOP Miel de Corse, et ses miels ont donc le label "AOP Miel de Corse".
Ce label de qualité impose à l'apiculteur un cahier des charges précis et exigeant, assurant au consommateur un produit d'exception.

L'apiculteur : Justine HENNION

UTPLA apiculteur Justine HENNION

Installée en couple depuis 2017, avec 300 ruches à bichonner !
Justine tient sa passion pour l'apiculture de son père Yvan, passionné par les abeilles qui lui a transmis son savoir.

C'est en 2012 qu'elle a rejoint la ruche en se spécialisant dans l'élevage des reines.

Florian, son compagnon a lui aussi été piqué par les abeilles, il était paysagiste mais il se consacre maintenant à temps plein pour les abeilles. 

Originaire du Nord, en quête de nature et d'une vie plus "simple" nous avons emménagé en Correze en 2021. 

 

Point de la saison

Cette année fut une année riche en émotion, nous avons eu une petite fille Isalyne, qui est née début avril. Elle est arrivée en même temps que les abeilles. 

Florian a donc du gérer l'ensemble des colonies seul, pour le début de saison.

Nous avons été épaulé par Nadine qui est une apicultrice en reconversion, elle souhaite s'installer par la suite en apiculture. 

L'année fut plutôt bonne, un printemps mitigé mais les abeilles ont pu se rattraper pendant l'été.

Les colonies sont prêtes à passer l'hiver, elles devraient rentrer un peu de nectar de lierre sur les prochains jours afin de constituer quelques réserves pour l'hiver.

 

Justine

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Senlis

Le rucher de Senlis

Elles sont réparties sur plusieurs ruchers essentiellement dans le département de la Corrèze .
Nos ruchers sont toujours disposés proches ou dans la forêt afin que nos abeilles aient un bol alimentaire riche et varrié
Les abeilles y produisent du miel toutes fleurs.
Nous avons une miellerie, où est extrait et conditionné le miel.

L'apiculteur : Rémi FELICIANNE

UTPLA apiculteur Rémi FELICIANNE

J’ai été apiculteur amateur pendant 10 ans, puis je suis passé professionnel en 2017.
J'ai une formation d'éducateur environnement. Je suis également diplômé de l'école d'apiculture de Vesoul, et suis formé à la production de gelée royale.
J'ai effectué mon stage chez Philippe KINDTS, dans le Gers, lui-même déjà apiculteur du réseau Un toit pour les abeilles.
Il m’a beaucoup aidé dans mon orientation vers l’apiculture professionnelle.

J'ai commencé avec 2 ruches au fond de mon jardin grâce à un ami qui m'a montré les premiers gestes en apiculture.
J'ai ensuite augmenté mon cheptel très rapidement, et je possède aujourd’hui une centaine de ruches notamment de race Buckfast et de l'abeille noire.

Je suis en conversion bio et dès 2019, ma production sera labellisée !
J'ai travaillé pendant huit ans pour une enseigne BIO. C’est pour cela que j'ai une sensibilité particulière pour l'agriculture biologique, et que naturellement mes ruches sont élevées selon ce mode.
J’ai souhaité tout naturellement rejoindre Un toit pour les abeilles, parce que j’ai envie de vous partager ma passion et vous faire découvrir notre univers, tout en protégeant nos précieuses abeilles.
J’ai même transmis le virus des abeilles à mon beau-frère, Frédéric, qui m’épaule aujourd’hui dans mon activité !

Saison 2023

 Nous avons débuté la saison avec un taux de perte hivernale assez faible, 15 % environ. L'objectif étant d'approcher les 5 % qui représente le pourcentage de mort naturelle des colonies.

Un début de saison plutôt encourageant...

Les différents Miels

Colza :

Nous avons commencé la saison par le miel de Colza à proximité de l'exploitation. Il y a autour de chez nous, des champs de Colza semences (pour la graine) ou conso (pour l'huile) qui nous permettent de produire le premier miel de printemps.

Acacia :

Cette année les acacias nous ont offert un peu de leur nectar. Cela nous a permis de produire une petite quantité de ce miel doux et très recherché par les consommateurs

Châtaignier : 

Début juin sonne le moment de la transhumance vers le châtaignier en Dordogne. C'est l'un de nos plus gros déplacements, environ 1h 30 de route pour se rendre sur place.

Tilleul : 

Cette année et pour la première fois nous avons trouvé un emplacement pour le Tilleul. Nous y avons donc porté une douzaine de ruches pour faire un test. Le test ayant été concluant, nous pouvons proposer à nos clients un miel au goût mentholé très original.

Miel de Carotte : 

Nous avons lors d'un contrat de pollinisation pour la carotte semences, apporté une trentaine de ruches. Les inflorescences de carottes ont permis la production d'un miel orangé au goût végétal.

Miel d'été :

C'est notre dernière miellée. Elle est bien souvent abondante et nous permet de proposer toute l'année ce miel très jaune et qui cristallise durement. C'est le miel que nous vendons les plus, notre best seller...

 

La pollinisation : 

Cette année encore nous avons eu des contrats de pollinisation pour le colza semence environs 120 colonies. Ensuite nous avons porté une trentaines de colonies pour la pollinisation de la carotte.

Et cette année une nouveauté pour la pollinisation du chicon, une petite fleur violette qui fleuri principalement le matin.

Ces contrats de pollinisation sont importants pour les agriculteurs, afin d'augmenter la quantité et la qualité de la graine. C’est aussi important pour nous apiculteurs, car ce service nous apporte une rémunération complémentaire.

La commercialisation : 

Nous effectuons 90 % de notre commercialisation en vente directe sur les marchés de plein vent de notre région :

les vendredis à Lectoure (32) et Aiguillon (47)

les samedis matin à Nérac (47) et Astaffort (47)

La saison n'est pas encore terminée.

Il nous reste à faire les traitements anti Varroas (parasite de l'abeille), préparer nos ruches pour l'hivernage et bien sûr préparer le miel pour nos parrains d'Un Toit Pour Les Abeilles.

Merci pour votre soutien !

Frédéric et Rémi

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir toutes ses actualités

Les ruchers de Fely

Les ruchers de Fely

Le rucher se situe à Astaffort, un petit village du Lot et Garonne pas tellement connu pour son miel, pourtant très savoureux, mais surtout pour être le village natal de Francis Cabrel, un enfant du village qui habite toujours sur la commune.
Nous avons la chance, Frédéric et moi, d’adoucir la voix du chanteur grâce à notre miel justement…
La région Astaffortaise est une région de polycultures élevages. Le paysage est essentiellement agricole et vallonné, un mélange de cultures et de prairies. Quelques bois matérialisent le haut des collines.
Aujourd'hui j'ai à peu près une centaine de ruches dites « Dadant », transhumantes et sédentaires.
Je transhume essentiellement pour l'acacia en bordure des Landes de Gascogne, et pour le châtaignier en Dordogne.
Nous produisons ainsi différentes variétés de miel : Fleurs de Printemps, Fleurs d’Eté, Acacia ou encore Châtaignier…
Nous produisons aussi du pollen, de la propolis, du pain d’épices, différentes préparations à base de miel.

L'apiculteur : Clément LEROY

UTPLA apiculteur Clément LEROY

Je m’appelle Clément. Je suis apiculteur récoltant par passion installé à Poitiers.
C'est au printemps 2015 que j'ai fait l'acquisition auprès d'un apiculteur en Vienne de mes trois premières ruches.
Après plusieurs années de travail, de rencontre et de pratique, mon expérience apicole m'a amené
à devenir le gardien d'une cinquantaine de colonies.

Un printemps à Poitiers

Nous sommes aux portes du printemps, la nature se réveille doucement.

La reine a accentué sa ponte depuis plusieurs semaines pour faire gonfler les colonies.

 

Dans les jours qui viennent, je pourrai faire un points précis sur l’état du cheptel après hiver.

Mais il est déjà facile de voir que, comme ce à quoi je m’attendais, les ruches qui ont subi une forte prédation des frelons à l’automne ont vu leur espérance de survie pendant l’hiver très fortement chuter.

 

Le plan de bataille cette année sera donc l’installation de harpes électrique sur les ruchers.

C’est un dispositif très coûteux mais qui semble être efficace.

J’ai aussi opté pour me former à la destruction des nids et à l’acquisition de matériel adapté à cette pratique.

J’espère que cet effort et ces importants investissements permettront une protection suffisante aux abeilles et ainsi limiter leurs pertes.

En attendant, je réorganise mes ruchers pour me faciliter le travail et en installe des nouveaux.

 

Je ne vous ai pas publié de photos depuis un certain temps mais après ce travail effectué et le retour de l’activité des abeilles je vais rapidement pouvoir vous partager de jolies prises de vue.

En espérant pouvoir vous rencontrer lors de portes ouvertes cet été, je vous souhaite un très beau printemps.

 

Merci pour votre soutien

Clément

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Porteau

Le rucher du Porteau

Les colonies des « Prés Leroy » sont actuellement réparties en trois ruchers :
un rucher mobile, un rucher en sud Deux-Sèvres sur un terrain de 2,5 hectares acquis et reboisé de 1600 arbres et arbustes en 2018
et un rucher niché dans les falaises de Poitiers offrant la vallée du Clain en espace de butinage.
Ces trois ruchers me permettent actuellement de pouvoir récolter sept miels différents :
printemps, colza, acacia, châtaignier, fleurs, crémeux et tournesol).
Grâce au soutien des parrains « Un Toit Pour Les Abeilles », je souhaite pouvoir développer dans de bonnes conditions le nombre de
ruches et continuer à créer de nouveaux espaces de butinage et de biodiversité dans ma région.


L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Printemps compliqué

Bonjour à tous, 

voici quelques nouvelles. 

C'est un début de saison pas facile.

Pour commencer la météo n'est pas très clémente pour les abeilles et les apiculteurs, le froid, la pluie... 
Et puis j'ai perdu pas mal de colonies cet hiver.
Et là-dessus, mon véhicule m'a lâché, le moteur est mort fin avril.
Ca avance depuis hier, ça s'est débloqué, mais le temps de faire les travaux, il y en a encore pour un mois avant que je puisse le récuperer. 


Alors, comment je fais avec tout ça? Ben, au mieux, au fur et à mesure, comme je peux avec ce qui est possible

.
Je vais faire en sorte que tout rentre dans l'ordre au plus vite :)

A très bientôt

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Castelnaudary

Le rucher est situé sur la commune de Castelnaudary, proche de la Montagne Noire...
Les abeilles sont heureuses sur le rucher.
Elles peuvent apprécier une belle diversité florale, offrant des nectars et pollens variés.

Parmi les floraisons nombreuses, tout au long de l'année, celle de colza, d'aubépines, de carottes, d'oignons...
On y récolte aussi un savoureux miellat et du tournesol...

L'apiculteur : Osama AHLASA

UTPLA apiculteur Osama AHLASA

Je n’ai jamais su vivre sans la nature et je n’ai jamais su me contenter d’une seule activité.
En Libye, ma famille a une exploitation maraîchère dans les montagnes et c’est là que mon intérêt pour le monde fascinant des abeilles est né.
En 2016 j’ai installé une vingtaine de ruchettes près de Tripoli et j'ai récolté une centaine de kilos de miel.
Je pouvais rester à observer les essaims pendant des heures pour mieux en comprendre l’organisation.
Rapidement, en France, alors que je n’étais encore que demandeur d’asile, à ma demande,
j’ai été mis en contact avec des apiculteurs du Tarn et autorisé à me rendre sur leur rucher pour comprendre et connaître la manière de travailler des apiculteurs français.
Ceux-ci ont eu la gentillesse de mettre deux ruches à ma disposition et dès ma première saison, j’ai extrait environ 50 kilos de miel de ces deux ruches.
M’occuper de ces ruches a été d’un grand secours moral pendant cette période difficile et récolter ce miel, une grande fierté.
J’étais surtout un activiste médiatique pacifiste luttant pour la cause du peuple Amazigh (berbère) victime d’oppression.
Ce sont les persécutions subies et liées à cette activité qui me valent d’être dorénavant en France avec ma petite famille.

"Au Cœur de la Ruche : Dynamique et Défis de l'Apiculture au Printemps"

Chers parrains et marraines,

Ces derniers mois ont été particulièrement animés dans l'apiculture malgré des conditions météorologiques peu clémentes.
Nous sommes en avril, et nous avons posé les hausses à miel en espérant que la récolte sera bonne. Les abeilles travaillent remarquablement bien, ce qui est encourageant.
En parallèle, c'est également la période où nous procédons à des divisions des colonies pour favoriser leur développement et maintenir une bonne santé générale de l'apiary.

Les journées sont bien remplies, entre le suivi des colonies, la gestion des équipements et la préparation à la future récolte de miel. Les abeilles sont incroyablement résilientes et continuent de prospérer malgré le temps capricieux.
C'est toujours un plaisir de les observer et de participer à leur monde fascinant.

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Terre d'Accueil

Le Rucher Terre d

J'ai 22 ruches dadant et 4 ruchettes à aujourd’hui.
Elles sont situées dans quatre ruchers différents dont trois à Rabastens et un à Couffouleux.
Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Un bilan 2022 somme toute positif

La saison apicole 2022 a été une année extrêmement particulière compte tenu des conditions climatiques.

Il a fallu apporter des réserves d'eau près des ruchers car les abeilles ont recherché l'eau en permanence compte tenu des chaleurs excessives.

Nous avons réussi à faire du miel de fleurs ainsi que du miel de forêt.

Nous pensons que la récolte  a été bonne compte tenu des conditions climatiques défavorables.

Nous avons eu beaucoup de chance contrairement à d'autres collègues car nous avons bénéficié d'orages qui ont été accompagnés de grosses pluies ce qui a favorisé la miellée de la fleur de ronce.

Les abeilles semblent en  bonne santé malgré des attaques persistantes des frelons asiatiques. Sur certains ruchers nous avons été obligés de déplacer les ruches car il y avait beaucoup trop d'attaques de frelons.

Les colonies semblent en bonne santé et populeuses, nous verrons cela à la sortie de l'hiver si notre diagnostic a été bon.

Nous remercions l'ensemble des parents particuliers et entreprises de nous soutenir dans notre activité ainsi qu'Un Toit Pour Les Abeilles qui a toujours été présente dans les coups durs.

David et karine 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Ribou

Le rucher de Ribou
Le rucher principal s'étend sur près de 4 hectares à coté du lac de Ribou, la flore locale y est riche et variée (bocages de haies champêtres et prairies pour la plupart en agriculture biologique).

On peut y récolter un miel toutes fleurs de prairie, du miel d'acacia, de tilleul, de châtaignier, de ronce.

Ils vont également développer la vente de propolis ainsi que la fabrication de pains d'épices maison.

Les abeilles à parrainer dont de race Buckfast et d'une lignée certifiée que seul Dominique Froux, apiculteur professionnel ayant collaboré avec un grand maître de l’apiculture (le frère Adam à l’abbaye de Buckfast en Angleterre) et qui a développé cette abeille d’élevage douce et productive, peut prétendre en France. 

L'apiculteur : Emilien CAMIADE

UTPLA apiculteur Emilien CAMIADE

Je m'appelle Emilien et j'ai 24 ans. 
J'ai commencé par suivre des études en génie mécanique mais ce que je désirais vraiment, c'est être indépendant en travaillant avec le vivant à l'extérieur avec l'espoir que cela puisse être utile à la société. 
J'ai alors découvert l'apiculture et le monde fascinant des abeilles dont je suis tombé amoureux. 
J'ai eu la chance de travailler deux saisons chez des apiculteurs expérimentés qui m'ont formé notamment à la production de gelée royale. 
C'est une activité technique qui demande de l'observation, de la patience et beaucoup de minutie. 
Aujourd´hui, me voici apiculteur professionnel spécialisé en production de gelée royale et c'est une grande joie. 
Le choix du bio fait parti d'une cohérence qui s'est imposée naturellement.

nouvelles de vos abeilles

Chers Parrains,

La saison est déja bien entamée, les beaux jours ont tardé et les abeilles tout comme moi sommes impatients de pouvoir enfin produire du miel.

Pour le moment, les nombreux jours de pluie ont certainement contribué à hydrater le sol et la végétation sen porte à merveille d'ailleurs mais les floraisons des frutiers et des aubépines sont passées sans que vos protégées n'en aient profité.

Aussi, les rares fois où la météo a permis au abeilles de sortir pour butiner, l´anormale fraicheur des nuits leur a fait tout consommer pour maintenir une température suffisante dans la ruche afin de réchauffer le couvain (larves et nymphes d´abeilles).

C´est un printemps comme je n´en ai jamais vu de ma vie d´apiculteur...d´ailleurs je n´ai pas récolté de miel de printemps, le peu qu´il y a, je l´ai laissé aux abeilles pour ne pas qu´elles meurent de faim.

Il y a deux jours j´ai transhumé les ruches sur la côte dans l´espoir que nos vaillantes récoltent le nectar du robinier (dit l´acacia), j´espère que la météo sera bonne.

Je vous enverrai le miel la semaine prochaine, aussi je souhaite vous prévenir que contrairement à ce qui était prévu de vous envoyer, c´est à dire le miel de printemps, je vous enverrai du miel de sarrasin.

Merci de votre compréhension.

Merci encore pour votre soutien et j´espère pouvoir organiser une porte ouverte pour vous accueillir voir vos abeilles durant la saison.

 

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Futaie

Le rucher de la Futaie

Mon rucher principal est situé sur des terres en bio à l'orée d'une forêt riche en châtaigniers.
Les abeilles profitent au printemps des haies du bocage, prunus, saules marsault, fruitiers, aubépines mais aussi des pissenlits et les trèfles blancs qui abondent les nombreuses prairies autour.
En été, ce sont principalement les châtaigniers, la luzerne et le sarrasin qui fourniront le nectar à l'élaboration des miels.
Le format de mes ruches correspond à une demi ruche dadant classique. Ce petit format se rapproche davantage de ce que les abeilles utilisent dans la nature.
Cela leur demande moins d'espace pour chauffer l'hiver et au printemps, la colonie est plus dynamique.

L'apiculteur : Christophe CARDONA

UTPLA apiculteur Christophe CARDONA

Christophe Cardona est producteur de miel bio, depuis 2009, à Plan d’Orgon avec 450 ruches.
Il propose différentes sortes de miel (lavande, châtaignier, prairie, garrigues, fleurs, tilleul ).
La récolte se fait essentiellement l'été.
Fils et petits fils de maraîchers, il a eu sa première ruche à 18 ans.
Après avoir été garde d'eau à Plan d'Orgon, il a monté son projet il y a 13 ans et développé ses ruches.
Aujourd’hui à 45 ans, ce qu'il aime le plus dans son métier, c'est d'être dehors, la proximité avec la nature par l'observation des colonies.
Il transhume ses ruches sur la lavande vers Valensole (04), sur le châtaignier vers Lamastre (07) ; le transport s’effectue de nuit, dans un camion ouvert, dans le respect du rythme de l'animal.
Le reste du miel, est produit par ses abeilles à proximité de sa miellerie : Salon de Provence, Orgon, Cabannes, Aureille, dans les Bouches du Rhône.
Le choix du bio s'est fait naturellement, afin d être fidèle au respect de la nature et de l'espèce animale qui animent Christophe depuis toujours.

Une perte exceptionnelle de colonies

Je recommence l'année avec de grosses pertes de colonies.

Le frelon est l'une des causes principales.

C'est pourquoi l'agglomération de commune  m'a donné  7 pièges à frelons. 

J'ai attrappé deux fondatrices ce mois ci (photo en annexe).

L'automne dernier, j'ai été submergé par leurs attaques. J'ai même deux ruchers que j'ai abandonné dont j'ai perdu la totalité des abeilles.

Les piège à l'automne attrappent qu'une partie des frelons.

D'autres pieges artisanaux de ma fabrication sont sur les autres ruchers.

Cette année, je vais piéger le plus que je peux.

D'autre part le varroa (acariens, gros comme une tête d'épingle, suceur de sang) a été très présent cet automne. 

J'ai été obligé de consacrer 3 semaines entières pour traiter les colonies en septembre 2023.  Du coup, cette année, j'ai utilisé de l'acide oxalique en bandelettes comme traitement dès le mois de février. Une première pour moi. 

Je vais devoir faire un maximum d'essaims pour remonter le cheptel.

Je vous tiens au courant. 

Merci pour votre soutien.

Christophe 

  

Voir toutes ses actualités

Le rucher Plan d'Orgon

Le rucher Plan d

Christophe utilise des ruches dites dadant et ses abeilles sont des noires provençales.
Il dispose de plusieurs emplacements ensoleilles, à l'abri du vent dans différents types de végétations telles que les prairies, la garrigue et les fleurs.

Les abeilles y sont la majeure partie de l’année et vont aux floraisons sur la lavande et/ou le châtaignier.
Selon les récoltes, vous pourrez ainsi déguster un miel de lavande, de châtaignier, de garrigue, de tilleul ou encore de prairie.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe t’il dans la ruche en MAI ?

Introduction
Chères marraines, chers parrains,
Si chez Un Toit Pour Les Abeilles on cébère tous les jours et depuis plus de 15 ans (le temps passe si vite !)  les abeilles et la nature, nous avons décidé de mettre les bouchées doubles en mai !
Pourquoi en mai ? Parce que ce mois comprend deux dates très importantes, probablement déjà inscrites dans vos agendas...
Le 20 mai,...




Imprimer la page

Retour