Perron rigot

Logo Perron rigot

Nous fabriquons en France depuis 1936, des cires à épiler (+ de 20 formules brevetées) et des soins pré et post épilation, qui sont considérés comme des références auprès des professionnelles de l’esthétique dans le monde entier : + de 4000 instituts partenaires en France. Pionniers et audacieux par nature, nous suivons les évolutions et les besoins des femmes pour prendre soin d’elles au quotidien. Nous avons fait le choix de conserver l’intégralité de notre savoir-faire en France, avec des produits pensés à Paris accompagnés par les équipes commerciales de Nice et les différentes équipes de développement basées dans le Loir-et-Cher et le Var, comme nos 2 usines. Cet ancrage français est une véritable volonté de conserver nos emplois, notre savoir-faire et la qualité supérieure de nos produits.


Voir leur site internet

Dans une volonté de réduire notre empreinte environnementale, nous travaillons à faire évoluer nos packagings afin d’améliorer leur recyclabilité et d’utiliser moins de ressources. Nous avons donc repensé nos sachets avec un nouveau matériau, afin de proposer des emballages désormais 100% recyclables. Nos pots de cires sont aussi entièrement recyclables, et ce, depuis longtemps ! Nous repensons également nos formules, afin d’être plus proche de ce que la nature nous offre. Nous avons également obtenu la certification Cosmos par l’organisme Ecocert pour notre usine du Loir-et-Cher. En tant que consommateur de cire d’abeilles et conscient de la problématique autour de l’effondrement des colonies d’abeilles et des conséquences sur la filière et sur la biodiversité, nous nous sommes engagés à parrainer des apiculteurs français afin de participer, à notre échelle, à leur préservation.

Les ruches en images

  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot
  • La ruche Perron rigot

L'apiculteur : Renald POULAIN

UTPLA apiculteur Renald POULAIN

Renald, paysan bio depuis plus d’une dizaine d’années et ancien éleveur laitier a décidé de se diversifier dans l'apiculture biologique en 2012 (certification Ecocert).
Amoureux de la nature depuis son enfance, Renald a pour éthique le respect de l’environnement et une démarche respectueuse de l’homme et des générations futures.

Il élève lui-même ses reines et ses essaims, ayant suivi une formation spécifique d'élevage.
Ses ruches sont des dadants comportant chacune 10 cadres, elles sont fabriquées en pin douglas provenant de la forêt voisine, la peinture de protection des ruches dite Suédoise est faite par ses soins, avec de la farine, de l'huile de lin et de l'ocre.


Il cultive ses terres et plante sur plusieurs dizaines d’hectares les fleurs qui permettront à ses abeilles de s’épanouir.
Il fournit également en blé sur des variétés oubliées et pauvre en gluten les boulangeries alentours.
Les miels produits par Renald n’ont subi aucune transformation (non chauffés), ne contiennent aucun additif.
Ils gardent ainsi toutes leurs propriétés gustatives et bienfaits pour la santé.

Son objectif est d'atteindre 250 ruches pour vivre de l'apiculture.

NOUVELLES DE NORMANDIE

Bonjour à tous.

Je viens vous donner quelques nouvelles après la période hivernale.

Je constate plus de pertes cette année que l'an passé, notamment à cause du frelon asiatique et d'un hiver très humide.

Les abeilles ont pu cette automne faire une bonne réserve de miel ce qui m'a permis de ne pas avoir trop à les nourrir.

La nouvelle année apicole va bientôt commencer, avec mon fils Valentin nous sommes prêts et très motivés, nous avons d'ailleurs prévu d'aller voir nos ruchers cette semaine.

Le contexte actuel est difficile à cause des importations de miel en provenance de l'étranger, ce qui affecte notre trésorerie et empêche d'écouler nos stocks.

Nous sommes cependant déterminés à continuer et à ne pas baisser les bras!

Enfin nous tenons à vous remercier pour vos parrainages et n'oubliez pas : "consommons français".

Renald et Valentin.

 

 

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la table du roi

Le rucher de la table du roi

Grâce à Alain et David, deux autres apiculteurs, Renald notre apiculteur Normand a pu découvrir le secteur de Fontenaibleau et sa forêt domaniale.
Il bénéficie de 4 beaux emplacements où seront réparties 50 ruches en parrainage.

Les abeilles pourront butiner Tilleuls, Chataîgniers, Acacias et Bruyère.

Les miels de Renald sont certifiés agriculture biologique.

 

L'apiculteur : Lionel POTRON

UTPLA apiculteur Lionel POTRON

Je suis apiculteur amateur depuis plus de 20 ans, en pro depuis 2016.
Passionnés d’apiculture, amoureux de la nature et Parisien, c’est tout naturellement que je me suis dirigé vers la production de miel de Paris en créant APIS CIVI.
Les premières ruches de notre société ont été installées en 2016 à proximité des parcs et jardins de la capitale afin de contribuer directement à la pollinisation
des arbres et fleurs qui composent la biodiversité de Paris.
Le 16ème arrondissement avec sa proximité du Bois de Boulogne et le parc des Buttes-Chaumont nous ont ouvert les bras et c’est ainsi que le miel de Paris APIS CIVI a commencé.
Les Champs-Elysées, Montmartre ainsi que Belleville ou encore les Batignolles ont donc été peuplées de nos ruches.
En 2019, la société a travaillé sur le déploiement sur la rive gauche et ce sont les 13ème, 14ème et 15ème  arrondissements qui ont été développés.
En 2017, unique producteur de miel labélisé « fabriqué à Paris », APIS CIVI reçoit de la part de la Mairie de Paris le coup de cœur d’un jury.
En 2018, le miel de Paris APIS CIVI a obtenu la médaille d’or du Concours Général Agricole pour la catégorie des miels multifleurs clairs.
En effet, notre miel de Paris sans pesticide profite d’une variété de fleurs exceptionnelle composée notamment de tilleuls, marronniers,
acacias ou encore des sophoras du Japon qui lui procure une qualité gustative unique.
Paris recense aujourd’hui plus de 2000 espèces d’arbres et de fleurs différentes que butinent nos abeilles grâce au maillage de nos ruchers.

Nouvelles de cet été

Chers parrains, marraines,

la saison s'achève et cette année ne peut être que meilleure comparée à l'an passé.

Les colonies se sont bien développées au printemps grâce à une météo clémente.

Beaucoup de travail avec un essaimage très présent du aux pics de chaleurs qui s'en sont suivis.

C’est à dire que la plupart des essaims cherchaient à se diviser en deux et à s’envoler… cela a occasionné un travail intensif.

La météo avec alternance de pluie et de soleil a permis de belles floraisons et des miellées correctes.

Actuellement je prépare l'hivernage avec quelques dernières hausses de miel à récupérer sur les ruches, veiller à ce que les colonies aient suffisamment de réserves aussi pour passer l'hiver.

Enfin c'est la période du traitement contre le varroa. Ce parasite se développe dans le couvain et peut affecter de manière importante la santé des abeilles, en propageant des maladies et en affaiblissant les abeilles. Prodiguer les soins est donc nécessaire à l'apiculteur pour maintenir ses populations d'abeilles saines et préparer déjà 2024.

Bien à vous !

 

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Boulogne

Le Rucher de Boulogne

Ce rucher possède 10 ruches et peut en accepter 10 de plus.
Les espèces d’arbres alentours sont le chêne, le pin, l’érable et le faux acacia.
Le miel de fleurs produit est liquide et boisé.
Ruches : Dadant, Langstroth, Kenyanne, Warre et tronc

L'apiculteur : Pascal BOYARD

UTPLA apiculteur Pascal BOYARD

Apiculteurs à Briis sous Forges, notre petite exploitation familiale nous permet de produire exclusivement dans notre région des miels de qualité.
Depuis 20 ans nous produisons des miels de cru pour le plus grand plaisir de nos clients.
Notre production artisanale, est réalisée à partir d’abeilles sélectionnées sur des critères de rusticité et d’adaptation à l’environnement local, seuls gages de la conservation d’une abeille autonome.
Les premières fleurs qui apparaissent sont celles des épines noires, petits buissons produisant de prunelles violettes remarquables à l’automne.
Suivent les floraisons des merisiers de la forêt puis des arbres fruitiers de nos jardins, les pissenlits, marronniers d'inde, érable, aubépines, reine des prés.
Puis viennent les floraisons d’acacias, suivies des tilleuls, ronces, chardons, trèfles, ombellifères puis la saison se termine vers mi-juillet par les châtaigniers.
Nous militons pour une approche locale et développons des partenariats valorisant les acteurs de notre environnement économique.
De formation agricole, c'est dans la continuité de ma relation à mon terroir que je me suis rapproché des abeilles que j'avais rencontrées vers l'âge de 8 ans.
L'objectif du parrainage est une manière pour moi de partager mes abeilles, faire profiter à plus de personnes des produits de mes ruches, sans que cela ne me demande plus de temps en commercialisation.

Printemps froid et pluvieux.

Chers parrains bonjour !

 

Le dérèglement climatique est bien là.

Après un hiver très humide, certains ruchers restaient inaccessibles car les chemins qui nous y conduisent étaient inondés ; les tracteurs étant également incapables de circuler, il était impossible de prendre soin des abeilles.

Lorsque la température a augmenté et que la pluie a cessé, ce moment de chaleur idéal à 25°C a permis aux abeilles de démarrer leur activité et de produire un peu de miel.

Puis, la situation a brusquement basculé vers la pluie et le froid, bloquant les abeilles au fond des ruches, consommant une partie de la récolte.

À la fin de la floraison des aubépines, nous avons pu récolter quelques kilos de miel, soit 1/4 de ce que nous récoltons habituellement.

Depuis, les périodes de beau temps très courtes ont permis aux abeilles de produire juste assez de miel d'acacia et de sureau pour survivre.

Pour les ruches qui n'ont pas d'acacias ni de sureaux, des générations de butineuses se sont suicidées faute de ressources à récolter et pour laisser le peu de miel de la ruche aux générations suivantes.

C'est la manière des abeilles d'être résilientes.

La floraison des ronces permet aux abeilles de récolter un peu de miel qu'elles reconsomment dès que la pluie revient, car les colonies sont très fortes et cela fait beaucoup de bouches à nourrir.

Les tilleuls ont fleuri mais les températures sont restées fraîches, ce qui a limité la production de nectar.

La floraison des châtaigniers avec de la chaleur, permet aux ruches de refaire des réserves et de produire un peu de miel pour nous.

Comparé aux années précédentes, nous avons près de 2 semaines de retard sur les floraisons.

La récolte de miel d'été aura lieu certainement fin juillet.

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher L'Abeille Hurepoise

Le Rucher L

Avec moins de 50 ruches de production, je sélectionne et reproduis les meilleures abeilles de notre cheptel afin de pouvoir transmettre des abeilles aux générations futures.
Nous commercialisons majoritairement nos produits en circuit court (AMAP, Groupement de Consom'Acteurs, associations, marchés locaux, vente directe...)

L'apiculteur : Amandine et Grégory BONVIN

UTPLA apiculteur Amandine et Grégory BONVIN

Nous sommes âgées respectivement de 39 ans et 40 ans, mariés avec 3 enfants de 8 ans et de 5 ans (des jumeaux).
Depuis longtemps, nous sommes amateurs de miel et de ses préparations dérivées.
Le monde de l’apiculture et surtout le fonctionnement au sein de la ruche ont amplifié notre intérêt et notre curiosité pour cette société miniature.
C’est en 2019, après plus de 16 ans en cabinets comptables et les naissances de nos 3 enfants, qu’Amandine prend la décision de changer son orientation professionnelle avec 2 objectifs majeurs :
* Être en phase avec ses convictions écologiques et familiales
* Être responsable de son devenir et de ses choix professionnels : « depuis longtemps, je souhaite entreprendre et créer mon entreprise ».
Quant à Grégory, partageant cette passion et après plus de 20 ans dans le milieu de l’ingénierie industrielle aéronautique, il a pu profiter d’une possibilité de départ de son entreprise avec la conjoncture Covid.

Amandine a pu forger son expérience en apiculture notamment dans la production de gelée royale et dans la gestion de son cheptel d’une centaine de ruche.
Mais ce projet a aussi une autre dimension.
Dans une volonté de continuité et de transmission familiale, nous avons choisi de reprendre les ruches du père de Grégory, décédé en 2012, qui étaient restées en l’état depuis 8 ans.
Cela devient donc un projet de couple et de famille.
Nous nous connaissons depuis plus de 20 ans et nous sommes complémentaires avec Amandine sur la gestion du cheptel de production de gelée royale et de miel, la maitrise technique de ce type d’élevage et la partie comptabilité de l’exploitation.
Grégory aura la charge de la gestion génétique du cheptel (production de cellules royales, de reines fécondées et d’essaims), de la transformation des produits, de la gestion des process de fabrication, de la partie commerciale et de la communication.
La récolte et les visites de routine des ruchers seront faites conjointement.
Nous proposons aussi des visites pédagogiques de notre exploitation et des séances d’éveil sensoriel au miel.

Fin d'hiver, bientôt le retour sur les ruches !!!

L'hiver se termine.

Même si l'hiver a une nouvelle fois été pluvieux et sans réelle baisse des températures permettant d'avoir une rupture de ponte efficace à la gestion du varroa, les colonies ont globalement bien passé l'hiver avec un niveau de pertes inférieures à l'année passée. 

Notre temps hivernal a été partagé entre les actions de vente de nos productions (marchés de noêl, vente CSE...) et les travaux d'aménagement de notre future boutique, miellerie et laboratoires.

La fréquentation des marchés de Noël nous a permis de beaux échanges sur le monde des abeilles avec nos clients.

Nous avons aussi fait découvrir notre gelée royale fraîche, peu connue sur le département.

L'hiver est aussi propice à travailler sur les outils de communication de l'exploitation.

Cette nouvelle année voit la création de notre site internet qui nous facilitera la vente d'essaims et de reines.

Nous allons maintenant finaliser la préparation de la saison avec le cirage des cadres, préparation des ruchettes pour les futurs essaims et dès la semaine prochaine réaliser la visite de printemps... si la météo le permet.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Saint Branchs

Le rucher de Saint Branchs

Notre rucher principal se situe dans une prairie fleurie de 6000m² entourée de haies champêtre et bordée d’un ruisseau ce qui permet d’avoir une riche diversité de nourriture tout au long de l’année pour nos abeilles.
Elles produisent ainsi un miel propre à notre terroir de Touraine de différentes variétés de fleurs : l'acacia, le tilleul, l'aubépine, le trèfle blanc, la ronce ou encore la luzerne ou le pissenlit.
C'est un miel crémeux et cristallin, qui peut varier de la couleur blanche à jaune doré en fonction des floraisons.
Parfumé fleuri et gourmand, c’est un miel idéal pour les tartines, sucrer vos boissons chaudes, vos pâtisseries ou agrémenter vos marinades estivales.
Notre méthode d’apiculture est en Dadant 10 cadres en apiculture raisonnée (démarche de certification bio à partir de 2022/2023).
Nous sommes en abeilles Buckfast pour la production de miel et en Ligustica (italienne) pour la gelée royale.
Nous faisons des transhumances mais intra-départementales pour aller chercher des miellées propres à notre terroir (Printemps, Forêt, Acacias, Tilleul, Châtaignier, Eté toutes fleurs, Sarrasin).

L'apiculteur : Jorris VAN BERGEN

UTPLA apiculteur Jorris VAN BERGEN

J’ai commencé l ’apiculture aux Pays-Bas, avec une dizaine de ruches dans le jardin de mes parents, et comme hobby à côté de mon emploi en tant que prof de français dans un collège.
En recherche d’un meilleur endroit pour les abeilles - et pour l’apiculteur surtout - je suis parti en voyage en 2014 et j’ai abouti dans les Alpes Maritimes,
où j’ai fait du wwoofing (Lien : www.wwoof.fr) chez un autre apiculteur du réseau Un Toit pour les Abeilles, Philippe Chavignon.
Ebloui par la beauté environnante et le bien-être des abeilles, j’ai fini par trouver ma vie dans cet endroit.
Je m’installerai apiculteur à titre exclusif en 2019 après avoir obtenu mon diplôme agricole avec spécialisation apicole.
Je conduis mes ruches en AB, label qui correspond à mes valeurs et à ma personnalité.
Je m’installerai à Saint-Léger, pittoresque village à 45 minutes du "Rucher des Gorges de Daluis" sur lequel est greffé mon exploitation, que j’ai baptisée le "Rucher Au Septième Miel".

Une saison difficile

Chères marraines, chers parrains,

Un petit mot pour vous raconter l’état de mes abeilles et l’avancement de ma saison.

Ma saison a été difficile, sans doute la plus difficile depuis mon installation. Une sortie d’hiver ok mais avec beaucoup de besoin de nourrir les ruches. Ensuite des récoltes qui n’atteignent même pas le quart de ce que l’on fait d’habitude au printemps, puis les pluies très très attendues en fin de printemps.

Après ces pluies abondantes, la miellée sur les lavandes allait être magnifique -  on y croyait tous. J’ai même mobilisé ma trésorerie pour investir dans des hausses car je pensais en manquer. La déception n’aurait guère pu être plus grande : le sirocco (vent sec du sud) s’est levé vers la mi-août mettant fin à toute miellée. Et ce qui est pire : des chenilles ont dévoré les plants de lavande. Les apiculteurs provençaux peinent cette année, mais pour les lavandiculteurs c’est la catastrophe totale et il y en a pas mal qui jettent l’éponge. Aujourd’hui, le plateau de Valensole constitue des champs de lavandes arrachées à perte de vue. L’apiculture provençale est en danger : la filière de cette région à climat souvent sec est très dépendante de la miellée généreuse de lavande sur le plateau de Valensole. Pour maintes apiculteurs ce miel constitue la moitié, voire plus, de leur chiffre d’affaires et c’est mon cas. L’avenir est donc incertain et nous vivrons dorénavant de saison en saison.

Aujourd’hui, mes colonies sont plus faibles que d’habitude à cette époque. En cause est un manque de pollen diversifié, suite à une canicule prolongée qui a beaucoup fait souffrir la végétation. Nous avons perdu une soixantaine de ruches cet été – il est vrai que je n’avais plus l’habitude de ce genre de perte. De plus, je suis assez pessimiste pour l’avenir proche même si je suis content des pluies récentes très attendues. Je crains juste qu’elles aient été trop tardives. Les abeilles ont besoin d’une période de forte dynamique entre septembre et octobre pour constituer les abeilles d’hiver : ces abeilles vivent beaucoup plus longtemps – passent l’hiver – et ont une constitution physique différente que les abeilles d’été qui ne vivent qu’un mois. Les abeilles d’hiver ont besoin de recevoir une nourriture de grande qualité au stade larvaire, mais en manque de pollen les nourrices ne peuvent pas offrir cette nourriture extrêmement riche en acides aminées et autres protéines. Les abeilles d’hiver naissent donc faibles et mourront précocement en sortie d’hiver. Les colonies peineront au mois de février/mars et je le sais déjà. Il n’y a rien que je puisse faire, car étant en Agriculture Biologique, le nourrissage de protéines est proscrit. Je comprends bien pourquoi, mais parfois on aimerait juste donner tout ce qu’on peut à ces abeilles et c’est un peu frustrant que ce ne soit pas autorisé.

Il y a aussi de bonnes nouvelles : j’ai occupé de nouveaux emplacements dont certains ont fait de jolies surprises. Un emplacement en particulier, à 1400 mètres d’altitude, a fourni aux ruches présentes une belle miellée de lavande sauvage. Malheureusement, ces lieux sont assez rares et la miellée de lavande fine est très capricieuse.

Une autre bonne nouvelle c’est que j’ai réussi à faire un beau progrès sur le potentiel génétique de mes colonies. J’ai pu sélectionner des souches importées dans mon exploitation aux qualités rustiques et j’observe vraiment leur meilleure adaptabilité face notamment aux aléas climatiques et aux creux de miellées prolongés. Il est extrêmement important pour la survie de l’abeille d’être à la recherche d’une génétique pouvant faire face aux changements climatiques et je pense être sur la bonne voie. Le changement climatique reste à mon avis le défi le plus dur de l’apiculture de demain.

A bientôt, chers parrains, et merci beaucoup pour votre soutien qui semble être plus pertinent que jamais.

Jorris

 

 

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher au Septième Miel

Le Rucher au Septième Miel

Je suis passionné par le monde des abeilles et par l’apiculture, et j’ai aujourd’hui la formidable chance d’en faire mon métier.
Je possède actuellement une centaine de ruches, et le projet est d’atteindre les 300 ruches, ce qui me permettrait à moi et à ma famille de vivre de cette activité.
C’est un très beau métier, mais qui connaît beaucoup de défis au quotidien, non seulement liés à la fragilité de l’abeille dans la nature de moins en moins sauvage,
mais aussi aux charges de travail très concentrés sur la saison apicole.
J’élève moi-même les reines et les essaims nécessaires pour l’exploitation, ce qui est un facteur clef dans la réussite en bio.
C’est ce qui me permet d’avoir des reines de qualité, l’offre sur le marché étant très limitée.
Voilà tout est dit, si ce n’est que j’ai besoin de vous pour aboutir à ce rêve ambitieux mêlant préservation de la nature et protection de l’abeille.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?


L’été pointe enfin le bout de son nez, apportant avec lui on espère le soleil ! C’est le moment parfait pour admirer la nature en pleine effervescence.
Les derniers pots de miel, légèrement retardés par un début de saison capricieux, arrivent enfin chez nos marraines et parrains qui ont fait preuve d’une patience admirable.

Un grand merci d'ailleurs pour vos superbes photos partagées sur les réseaux sociaux,...




Imprimer la page

Retour