Santander

Logo Santander

Née en 2015, Santander Consumer Banque est la 15ème et dernière filiale du groupe espagnol Santander Consumer Finance, leader européen du crédit à la consommation. Nous proposons des produits et services financiers à des clients particuliers et professionnels souhaitant acquérir un véhicule. Ces financements et assurances sont distribués par nos partenaires, professionnels du commerce automobile, moto, véhicules de loisirs et vélo. Véritable "start-up" au sein d'un groupe bancaire d'envergure mondiale, nous avons pour ambition de devenir un acteur en France. Pour cela, nous construisons chaque jour avec passion cette banque que nous voulons agile, innovante et flexible afin de fournir le meilleur service possible à nos clients et partenaires.


Voir leur site internet

Être la meilleure banque pour notre communauté, c’est mener des activités quotidiennes qui contribuent au progrès économique de la société dans laquelle nous évoluons. Pour nous, ce progrès passe en grande partie par la protection de la nature qui nous entoure. C’est dans cette dynamique que nous avons décidé de nous associer à Un Toit Pour Les Abeilles dans le cadre de la signature électronique de nos contrats de financement. Nous nous engageons auprès de nos acheteurs à parrainer 25 abeilles à chaque fois qu’ils signeront leur contrat digital.

Les ruches en images

  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander
  • La ruche Santander

L'apiculteur : Delphine et Stéphane ROBERT

UTPLA apiculteur Delphine et Stéphane ROBERT

Nous sommes Delphine et Stéphane, apiculteurs à Saint-Sauves d'Auvergne.
Notre exploitation se situe près du Sancy, où nous nous occupons de nos abeilles de génération en génération,
avec passion dans une nature sauvage et préservée, depuis près de 75 ans…  
Moi, Delphine, je suis presque née au milieu des abeilles.
J'ai travaillé sur l'exploitation familiale pendant presque toutes les vacances scolaires, jusqu'à la fin de mes études de comptabilité,
secteur où j'ai travaillé pendant 15 ans.
J'ai été amenée à retravailler sur l'exploitation familiale pour prêter main forte à ma famille à la suite de l'accident de ma sœur en 2016.
Mon mari, Stéphane a été licencié de son poste de technicien d'une grande entreprise en 2017,
nous avons alors décidé de tenter l'aventure en apiculture...
La formation pour nous deux s'est donc faite par transmission du savoir-faire familial.
Nous nous sommes installés apiculteurs professionnels en 2019, nous avons repris 200 ruches de
Nous pratiquons une apiculture raisonnée, comme le fait notre famille depuis des décennies.
Nos ruches, cadres et hausses sont fabriquées depuis toujours avec le bois de nos forêts, où se situe l'exploitation.
Le bois de nos ruches est trempé à l'huile de lin. Les feuilles de cire, utilisées pour nos cadres sont gaufrées par nos soins.
Nous utilisons notre propre cire, qui provient des opercules de l'année récupérées après l'extraction du miel.
Nous utilisons seulement les traitements autorisés en agriculture biologique pour soigner nos abeilles.
A terme, nous demanderons probablement la certification en agriculture biologique.

Nous prévoyons de maintenir notre cheptel autour de 200 ruches.

Nous aimons faire décourir notre beau métier au contact de la nature, notre belle région,
le délicieux miel produit par nos abeilles et pérénniser notre activité d'apiculture.

Début de saison 2024

Bonjour,

Tout d'abord, un grand merci à tous les parrains pour votre soutien.

La saison 2024 ne commence pas très bien. En effet, depuis 2019, la fin de l'hiver est trop douce et la météo printanière est trop fraîche.

La nature et les abeilles bien sûr se réveillent trop tôt et sont brutalement arrêtées par le retour du froid.

Ainsi, encore un printemps sans récolte de miel (ni pissenlit, ni arbres fruitiers, ni acacia) et des abeilles auxquelles il faut donner à manger pour qu'elles survivent.

Comme nos abeilles, nous attendons avec impatience le retour du beau temps.

 

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Apisancy

Le Rucher Apisancy

L'exploitation familiale située à Saint-Sauves dans la Haute Vallée de la Dordogne, dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne;
où nous produisons l'essentiel de nos miels (Pissenlit, Montagne, Trèfle, Framboisier, Forêt et Sapin) selon les saisons et les emplacements.
Tous nos ruchers sont situés dans le Puy de Dôme, nous vendons uniquement le miel produit par nos ruches.
L'extraction est réalisée à froid, puis le miel est mis en pot dès la récolte.
Cristallisé naturellement quelques semaines après la récolte et non chauffé,
notre miel conserve toutes ses qualités nutritionnelles; il devient crémeux, facile à tartiner.
Actuellement nous avons 170 ruches, ce sont des ruches Langstroth,
Nous produisons essentiellement du miel de montagne, puisque la plupart de nos ruches sont situées à Saint-Sauves d'Auvergne à 850m d'altitude.
En fonction de la météo, au printemps nous produisons du miel de pissenlit,
en été ce sera du miel de fleurs sauvages (framboisier, trèfle, ronces...) ou du miel de forêt comme le sapin.

L'apiculteur : Dominique MEIGNIEN

UTPLA apiculteur Dominique MEIGNIEN

Apiculteur amateur depuis 2016. J’ai repris la gestion d’une vingtaine de ruches que mes parents exploitaient pour leurs consommations et faire de la vente artisanale.

Après 30 ans dans le domaine de la communication visuelle, fin 2020 et avec l’envie de redonner du sens à ma vie, je me dis qu’il est important d’essayer d’accompagner nos amies "les mayas" dans ce changement climatique.

Dès 2021, dans le cadre de ma reconversion professionnelle je me forme, j'apprends, je découvre, je pratique afin de trouver l'apicole qui me permette de garder cette connexion avec l’abeille et la nature. Je suis partisan aujourd'hui d’une apiculture douce et naturelle.

Aujourd’hui j'ai une soixantaine de ruches. Je suis un HappyCulteur avec un esprit de transmission et de partage pour sensibiliser les personnes voulant en savoir plus sur cette fabuleuse société qui est la société des abeilles avec toutes les castes qui la composent. Fin 2022 je me lance dans la création d'une boutique, miellerie collaborative et 3 ruchers pédagogiques.

Aujourd'hui la boutique est ouverte et la miellerie disponible. Pour cet été, j'espère pouvoir mettre en place mes 3 ruchers pédagogiques afin d'organiser des ateliers.

Je remercie Un toit pour les Abeilles pour leur accompagnement et leur confiance dans mon projet qui n’a pas fini d’évoluer.

La Chaleur arrive mais il est trop tard

Triste printemps 2024, entre averses, froid et les rares rayons de soleil le miel de printemps ne sera pas au rdv.

Je ne parle pas des colonies qui ont essaimé au moindre petits rayons de soleil.

Alors c'est la course aux essaims pour compenser et contribuer à fournir des habitats mais les ressources en nourriture vont vite décliner.

Une petite récolte pendant la visite de mai pour se mettre du baume au coeur sinon prochain passage fin juin ou en juillet pour espérer récolter une miellée de fleurs d'été.

Rdv en septembre 

Voir toutes ses actualités

Le rucher des Bruyères

Le rucher des Bruyères

Le Rucher familial « Le Rucher des Bruyères », mon grand-père l’a implanté sur la propriété familiale au début des années 1960 sur la commune de Chaource dans l’Aube.
L’environnement est plutôt protégé car pas d’agriculture intensive, sur un territoire de prairies, vergers, foret avec un massif d’acacia et sur un périmètre protégé en AOP pour de la production de lait.
La souche d’origine est plutôt de l’Abeille noires avec des ruches Dadant 10 cadres en bois.
Je prépare pour la saison prochaine la création de plusieurs ruchers allant de 2 à 15 ruches suivant l’environnement mellifères afin d’apporter un maximum à la biodiversité et à la pollinisation.
Je remercie Un toit pour les Abeilles pour leur accompagnement et leur confiance dans mon projet qui n’a pas fini d’évoluer.

L'apiculteur : Amandine et Grégory BONVIN

UTPLA apiculteur Amandine et Grégory BONVIN

Nous sommes âgées respectivement de 39 ans et 40 ans, mariés avec 3 enfants de 8 ans et de 5 ans (des jumeaux).
Depuis longtemps, nous sommes amateurs de miel et de ses préparations dérivées.
Le monde de l’apiculture et surtout le fonctionnement au sein de la ruche ont amplifié notre intérêt et notre curiosité pour cette société miniature.
C’est en 2019, après plus de 16 ans en cabinets comptables et les naissances de nos 3 enfants, qu’Amandine prend la décision de changer son orientation professionnelle avec 2 objectifs majeurs :
* Être en phase avec ses convictions écologiques et familiales
* Être responsable de son devenir et de ses choix professionnels : « depuis longtemps, je souhaite entreprendre et créer mon entreprise ».
Quant à Grégory, partageant cette passion et après plus de 20 ans dans le milieu de l’ingénierie industrielle aéronautique, il a pu profiter d’une possibilité de départ de son entreprise avec la conjoncture Covid.

Amandine a pu forger son expérience en apiculture notamment dans la production de gelée royale et dans la gestion de son cheptel d’une centaine de ruche.
Mais ce projet a aussi une autre dimension.
Dans une volonté de continuité et de transmission familiale, nous avons choisi de reprendre les ruches du père de Grégory, décédé en 2012, qui étaient restées en l’état depuis 8 ans.
Cela devient donc un projet de couple et de famille.
Nous nous connaissons depuis plus de 20 ans et nous sommes complémentaires avec Amandine sur la gestion du cheptel de production de gelée royale et de miel, la maitrise technique de ce type d’élevage et la partie comptabilité de l’exploitation.
Grégory aura la charge de la gestion génétique du cheptel (production de cellules royales, de reines fécondées et d’essaims), de la transformation des produits, de la gestion des process de fabrication, de la partie commerciale et de la communication.
La récolte et les visites de routine des ruchers seront faites conjointement.
Nous proposons aussi des visites pédagogiques de notre exploitation et des séances d’éveil sensoriel au miel.

Fin d'hiver, bientôt le retour sur les ruches !!!

L'hiver se termine.

Même si l'hiver a une nouvelle fois été pluvieux et sans réelle baisse des températures permettant d'avoir une rupture de ponte efficace à la gestion du varroa, les colonies ont globalement bien passé l'hiver avec un niveau de pertes inférieures à l'année passée. 

Notre temps hivernal a été partagé entre les actions de vente de nos productions (marchés de noêl, vente CSE...) et les travaux d'aménagement de notre future boutique, miellerie et laboratoires.

La fréquentation des marchés de Noël nous a permis de beaux échanges sur le monde des abeilles avec nos clients.

Nous avons aussi fait découvrir notre gelée royale fraîche, peu connue sur le département.

L'hiver est aussi propice à travailler sur les outils de communication de l'exploitation.

Cette nouvelle année voit la création de notre site internet qui nous facilitera la vente d'essaims et de reines.

Nous allons maintenant finaliser la préparation de la saison avec le cirage des cadres, préparation des ruchettes pour les futurs essaims et dès la semaine prochaine réaliser la visite de printemps... si la météo le permet.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Saint Branchs

Le rucher de Saint Branchs

Notre rucher principal se situe dans une prairie fleurie de 6000m² entourée de haies champêtre et bordée d’un ruisseau ce qui permet d’avoir une riche diversité de nourriture tout au long de l’année pour nos abeilles.
Elles produisent ainsi un miel propre à notre terroir de Touraine de différentes variétés de fleurs : l'acacia, le tilleul, l'aubépine, le trèfle blanc, la ronce ou encore la luzerne ou le pissenlit.
C'est un miel crémeux et cristallin, qui peut varier de la couleur blanche à jaune doré en fonction des floraisons.
Parfumé fleuri et gourmand, c’est un miel idéal pour les tartines, sucrer vos boissons chaudes, vos pâtisseries ou agrémenter vos marinades estivales.
Notre méthode d’apiculture est en Dadant 10 cadres en apiculture raisonnée (démarche de certification bio à partir de 2022/2023).
Nous sommes en abeilles Buckfast pour la production de miel et en Ligustica (italienne) pour la gelée royale.
Nous faisons des transhumances mais intra-départementales pour aller chercher des miellées propres à notre terroir (Printemps, Forêt, Acacias, Tilleul, Châtaignier, Eté toutes fleurs, Sarrasin).

L'apiculteur : Wilfrid BOUCHER

UTPLA apiculteur Wilfrid BOUCHER

Je m'appelle Wilfrid, je suis origiaire de la Réunion et apiculteur en Haute Normandie dans l'Eure.
J'ai trouvé le goût à l’apiculture depuis mon enfance grâce à mon grand père qui possédait plusieurs ruches.
En 2009, j'ai commencé par prendre des cours d'apiculture dans un rucher école du syndicat apicole de Haute Normandie.
Puis en 2010, je me suis remis à l'apiculture, avec une ruche fabriquée par mes soins et un essaim récupéré dans un arbre.
Peu de temps après, j'ai développé mon rucher en récupérant les essaims de mes premières ruches, tout en apprenant à les gérer.
Depuis, pris de passion, je gère moi-même mes propres ruches qui sont placées au Marais Vernier.

J'ai rejoint Un Toit Pour Les Abeilles en mai 2014, puisque je veux vraiment lutter contre la disparition des abeilles dans le monde, disparition qui ne cesse de croitre.
En 2015, j'ai obtenu mon BP Responsable Exploitation Agricole en Apiculture.
Depuis peu, je suis devenu apiculteur professionnel et je m'occupe de quelques 200 colonies.

Des news!

Bonjour chers parrains,

Nous espérons que vous vous portez bien!

Les journées se rallongent. Les matinées sont encore fraîches, malgré quelques après-midi ensoleillés où les abeilles sortent butiner.

Les visites de printemps vont bientôt reprendre. Pour le moment, nous finissons les derniers préparatifs : nettoyage des ruchettes, cirage des cadres, entre autre.

A ce jour, nous comptons peu de pertes hivernales.

Nous vous remercions chaleureusement pour votre soutien et espérons que vous vous êtes bien régalés du bon miel fourni par vos abeilles.

Concernant les derniers évènements agricoles en France, votre soutien est aujourd'hui plus que nécessaire car la concurrence de miels étrangers rend la commercialisation du miel français plus difficile.

Encore merci à vous.

Nous vous souhaitons un bon printemps.

A bientôt.

Emilie & Wilfrid

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Marais-Vernier

Le rucher de Marais-Vernier

Le Marais Vernier est vaste zone humide de 4500 hectares avec ses roselières, ses prairies humides et sa tourbière de 2000 hectares (la plus grande tourbière de France).
Classé Natura 2000, la richesse du Marais Vernier tient à la fois de sa grande diversité de milieux et de la qualité de ceux-ci.

Les ruches installées dans cet environnement pourront butiner arbres fruitiers, nectars de la forêt et des prairies.
Le miel récolté sera un miel de toutes fleurs avec des notes de Châtaignier.
Wilfrid travaille avec des ruches dites DADAN et des abeilles noires (abeilles de pays).

L'apiculteur : Justine HENNION

UTPLA apiculteur Justine HENNION

Installée en couple depuis 2017, avec 300 ruches à bichonner !
Justine tient sa passion pour l'apiculture de son père Yvan, passionné par les abeilles qui lui a transmis son savoir.

C'est en 2012 qu'elle a rejoint la ruche en se spécialisant dans l'élevage des reines.

Florian, son compagnon a lui aussi été piqué par les abeilles, il était paysagiste mais il se consacre maintenant à temps plein pour les abeilles. 

Originaire du Nord, en quête de nature et d'une vie plus "simple" nous avons emménagé en Correze en 2021. 

 

Point de la saison

Cette année fut une année riche en émotion, nous avons eu une petite fille Isalyne, qui est née début avril. Elle est arrivée en même temps que les abeilles. 

Florian a donc du gérer l'ensemble des colonies seul, pour le début de saison.

Nous avons été épaulé par Nadine qui est une apicultrice en reconversion, elle souhaite s'installer par la suite en apiculture. 

L'année fut plutôt bonne, un printemps mitigé mais les abeilles ont pu se rattraper pendant l'été.

Les colonies sont prêtes à passer l'hiver, elles devraient rentrer un peu de nectar de lierre sur les prochains jours afin de constituer quelques réserves pour l'hiver.

 

Justine

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Senlis

Le rucher de Senlis

Elles sont réparties sur plusieurs ruchers essentiellement dans le département de la Corrèze .
Nos ruchers sont toujours disposés proches ou dans la forêt afin que nos abeilles aient un bol alimentaire riche et varrié
Les abeilles y produisent du miel toutes fleurs.
Nous avons une miellerie, où est extrait et conditionné le miel.

L'apiculteur : Matthias LAGARROSSE

UTPLA apiculteur Matthias LAGARROSSE

Je pratique l'apiculture depuis mon enfance.
Mon père, était lui-même apiculteur amateur.
J'ai eu aussi la chance d'assister un apiculteur sur l'île de La Réunion où j'ai vécu un moment.
Il possédait une centaine de ruches. C'est de lui qu’est née ma vocation d'en faire ma profession. 
En 2007, j'ai sauté le pas et j’ai passé une formation (Brevet Professionnel) à Auterrive près de Toulouse.
J'ai appris la profession auprès d'un maître de stage dans le Gers, lui-même passionné par les abeilles. 
Ensuite, j'ai travaillé chez différents professionnels, et ma route m'a mené en Charente sur la terre de mes ancêtres, où j'ai décidé de m'installer.

En 2012, j'ai donc pris le statut d'exploitant agricole et je me suis lancé pleinement dans l'aventure.
L'hiver suivant fût catastrophique, car 80% de mon cheptel a disparu dans des conditions plus que suspectes... De 200 ruches, je passais à 40 le printemps suivant.
Depuis, je m'acharne à tenter de reconstituer mes ruches perdues.
Certaines années plus favorables succèdent à d'autres moins belles, voire catastrophiques, ce qui rend le métier un peu difficile, bien que nécessaire et passionnant !

L'apiculture est pour moi bien plus qu'un travail, c'est une passion et un mode de vie.
L'Abeille est un symbole de notre ère, la protéger c'est protéger l'humanité et la nature dans leur ensemble.
Echouer à la préserver serait à mon sens le signe de notre incapacité à vivre harmonieusement sur cette planète.

Bientôt le printemps

Chers parrains,

En ce début d'année 2024, le rucher des Versannes entame sa 14e saison d'existence avec une profonde gratitude pour tout le soutien et l'encouragement que vous nous avez apportés tout au long de ces années. Chaque saison apporte son lot de défis, mais nous restons résolus à affronter ces difficultés avec force et détermination.

Nous avons été confrontés à de nombreux défis au fil des ans, notamment la lutte contre varroa destructor, ce parasite implacable qui a affaibli nos colonies. Tel une tique il vide les abeilles de leur hémolymphe et, en affaiblissant la colonie, il permet à d'autres pathogènes de s'installer et de finir la funeste tâche qu'il a commencé.

En 2004, c’est le terrible Vespa Velutina, alias le frelon asiatique, qui faisait son apparition en France, vraisemblablement dans des poteries importées (tiens! L'importation aurait elle un caractère récurrent dans nos soucis?) pour s'y établir durablement.
Aujourd’hui, installé sur tout le territoire, son éradication semble désormais impossible, il se goinfre copieusement de nos abeilles, qu'elles soient domestiques ou sauvages et amenuise les colonies quand il ne les détruit pas totalement.
Malgré cela, nous avons appris à nous adapter et à renforcer nos pratiques pour protéger nos précieuses abeilles. Grâce à des efforts conjoints, nous avons réussi à minimiser son impact sur nos ruchers.

Nous sommes reconnaissants pour chaque journée où nos abeilles peuvent butiner en toute sécurité.

Bien que les pressions environnementales et économiques demeurent, nous restons déterminés à préserver notre patrimoine apicole. Nous comprenons l'importance cruciale de maintenir des habitats naturels sains et de promouvoir des pratiques agricoles durables pour assurer la survie de nos abeilles et de notre écosystème dans son ensemble.

Malgré les défis économiques auxquels nous sommes confrontés, comme beaucoup de professions agricoles, votre soutien indéfectible nous donne la force de persévérer.

Les prix dérisoires des miels importés le sont grâce à une main d'oeuvre sous-payée avec des conditions sociales minimales sinon inexistantes... Actuellement le miel français sur le marché de gros est acheté à des prix plus bas que les coûts de production, quand il est acheté. De nombreux apiculteurs se retrouvent avec leur production sur les bras, faute d'avoir trouvé acquéreur.

La filière apicole française est plus que jamais en danger
Votre engagement envers notre rucher et notre mission nous inspire et nous encourage à poursuivre notre travail avec passion et dévouement.

Alors que nous nous préparons pour la saison à venir, nous sommes remplis d'espoir et d'anticipation. Bientôt, nos ruchers seront remplis du doux bourdonnement de nos abeilles qui vaquent à leurs tâches vitales.
C’est le temps de préparer les cadres pour les futurs essaims, de nettoyer les ruches qui vont les accueillir et de s'assurer du bon fonctionnement du matériel de miellerie

Nous autres apiculteurs, humbles bergers dévoués corps et âmes à nos abeilles, continuerons à l'assister dans sa destinée en lui apportant tous les soins nécessaires.

Pour ma part, l'enthousiasme qui précède chaque nouvelle saison chasse tous les doutes, et l'impatience d'ouvrir à nouveau les ruches pour retrouver mes abeilles me confirme bien que j'occupe la place qui m'est destinée! 

Ensemble, nous sommes une communauté dédiée à la préservation de nos précieuses abeilles et à la promotion d'un avenir plus durable pour tous. Merci infiniment pour votre soutien continu et votre partenariat précieux.

Bonne saison 2024 à vous tous, et au plaisir de vous retrouver au cœur de l'action pour échanger des nouvelles passionnantes de nos ruchers!

Voir toutes ses actualités

Le Rucher des Versannes

Le Rucher des Versannes

Le rucher se trouve dans un petit village médiéval pittoresque de la région Poitou Charentes, dans la vallée de l'Argentor (nom de la rivière qui traverse le village), là où la vallée est la plus profonde.
Les ruches sont installées au beau milieu d'un bois composé de châtaigniers et d'acacias en grande partie.
On y trouve également des saules, merisiers et érables champêtres…
C'est un très bel environnement pour les abeilles.
Ma région à la flore diversifiée me permet de produire 5 variétés de miel les bonnes années.
Un miel de Printemps (Pissenlit Aubépine), mais aussi du miel d’Acacia, de Châtaignier, de Sarrasin et du Toutes Fleurs d'été.
Je transhume mes ruches de manière raisonnée dans un rayon de 40 km autour de la miellerie.

L'apiculteur : Alban HERITIER

UTPLA apiculteur Alban HERITIER

Je m'appelle Alban, j'ai 32 ans.
Comme vous pouvez le deviner sur la photo, je suis un amoureux de la bonne gastronomie. Donc je suis très attaché aux produits sains et de qualité.
Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille et de la biodiversité. C'est pour cela que mes abeilles sont toutes creusoises et donc habituées au climat local. J'utilise uniquement des ruches Dadant.
L'apiculture m'a toujours attiré, mais j'ai réellement découvert l'apiculture il y a 4 ans grâce à un collègue qui m’a offert mon premier essaim. Une fois piqué, on devient accro...

Je me suis formé au sein des 2 ruchers école du département, mais également en partageant avec les apiculteurs expérimentés, et avec beaucoup de lecture. Je suis actuellement en contact avec des écoles pour développer encore mes connaissances.

Et c'est comme cela que la passion est née. Je ne vis pas de l'apiculture, je fais cela par passion uniquement.
Le terme « rendement » ne fait pas parti de mon vocabulaire.
Mon miel est extrait à l'aide d'un extracteur manuel, pour une extraction en douceur.
Je récolte également la propolis et la cire. Je vais cette année expérimenter les baumes à lèvres, les crèmes hydratantes pour les mains, les bougies, ainsi que la teinture mère de propolis.

Découvrez les jardins de Mélina

Chers amoureux des abeilles,

Je vous invite à partager un moment avec moi et nos abeilles, le Dimanche 23 juin 2024 de 14h à 18h.

Nous partagerons ensemble un moment convivial autour des ruches.

Je vous expliquerai l'organisation de la colonie et comment je profite de cette passion au quotidien.

Vous pourrez poser toutes vos questions autour des abeilles et de notre biodiversité !

Inscrivez-vous ici.

Alban

Voir toutes ses actualités

Les Jardins de Mélina

Les Jardins de Mélina

Le département de la creuse est un département peu connu, où la nature à la chance d'être très préservée. L’agriculture locale est surtout l’élevage de bovins et ovins.
Il y a peu de cultures, donc peu de risques d’exposer mes abeilles aux pesticides.
Je collabore avec « un toit pour les abeilles » car je trouve la démarche intéressante. Les entreprises ou les particuliers participent à l’activité apicole, se sensibilisent à la protection des abeilles, mais sensibilisent également leur entourage.
Et ce fonctionnement permet aux apiculteurs de pouvoir développer leur cheptel.
Je dispose actuellement d’une trentaine de colonies, que je surveille tout au long de l’année.
Chaque année, comme j’ai une profession qui ne me permet pas de visiter mes ruchers tous les jours, je laisse partir des essaims en pleine santé dans la nature lors des essaimages. Cela permet de repeupler doucement la campagne environnante.
Mes ruches se situent sur quatre ruchers distincts, offrant aux abeilles une pluralité florale importante. Selon le rucher, je récolte des miels de tilleuls doux au parfum délicat, des miels de châtaigniers, de caractère, boisé, corsé un peu amère, ou encore des miels de Fleurs de prairies délicats.

L'apiculteur : Arielle et Eric MAIDON

UTPLA apiculteur Arielle et Eric MAIDON

Eric : J'ai travaillé longtemps comme plombier chauffagiste. Mais quand j'ai eu 50 ans,
j'ai dit « Stop ! Maintenant je vais faire ce que j'ai envie de faire ! » et je suis reparti à l'école pour passer un BPREA d'apiculture.
Après avoir acheté 25 ruches en 2013, j'ai construit les autres et commencé à agrandir mon cheptel.
En 2018, celui-ci s'élevait à environ 200 colonies et obtenait une certification AB.
Arielle : J'étais institutrice depuis une trentaine d'années. J'ai pris ma retraite et je me suis engagée avec lui dans cette nouvelle voie.
Je donne un coup de main au rucher et à la miellerie, mais je m'occupe plutôt de la transformation (granolas, gâteaux, pâtes à tartiner...) et des marchés.
Je garde un contact avec l'éducation en animant parfois des ateliers de sensibilisation au peuple des abeilles, auprès des enfants d'âge scolaire.
Cette nouvelle vie nous satisfait, elle est cohérente avec nos envies d'écologie et de mieux vivre, et nous avons l'impression de contribuer à une alimentation plus saine avec nos produits !
Le parrainage de ruches avec Un Toit Pour Les Abeilles est pour nous une réelle opportunité de faire face aux difficultés auxquelles sont confrontées les abeilles et les apiculteurs de nos jours.
Merci pour tous vos parrainages !

A vous de jouer

Bonjour marraines et parrains

Vous connaissez forcément le lien entre les abeilles et les pommes... en effet, pas d'abeilles, pas de fruits. Cela nous a donné une idée, sur notre ferme apicole de la Coumette.

Et si on plantait un verger à proximité du rucher ? Soutenus par le projet "Vergers en transition" dans le cadre du Projet de Relance de l'Alimentation Gersoise, accompagnés par l'ADEAR 32, nous voici lancés dans l'aventure grâce à un site de financement participatif, la plateforme BlueBees.

Et encore une fois, nous faisons appel à vous! Pour partager, diffuser et pourquoi pas contribuer à la réussite de notre projet, qui repose sur un appel aux dons.

Pour cela, suivez le lien Notre projet sur BlueBees  qui vous explique tout de À à Z. 

Et si vous préférez nous écouter de vive voix, voici le lien vers une interview qui vous racontera tout: Ecouter l'interview

Attention, plus que 19 jours avant la fin de cette campagne...

C'est parti!!!

Voir toutes ses actualités

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le rucher est situé chez nous dans le Gers, avec environ 200 ruches dont 160 actuellement en production.
Etant situés à l'intersection du Gers, de la Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées, nous sommes idéalement placés pour effectuer de petites transhumances vers des zones mellifères :
tilleul, châtaignier et suivant les années bruyère callune dans le piémont pyrénéen, acacia, tournesol et sarrasin en plaine.
Également colza et tournesol en miel conventionnel.

L'apiculteur : Osama AHLASA

UTPLA apiculteur Osama AHLASA

Je n’ai jamais su vivre sans la nature et je n’ai jamais su me contenter d’une seule activité.
En Libye, ma famille a une exploitation maraîchère dans les montagnes et c’est là que mon intérêt pour le monde fascinant des abeilles est né.
En 2016 j’ai installé une vingtaine de ruchettes près de Tripoli et j'ai récolté une centaine de kilos de miel.
Je pouvais rester à observer les essaims pendant des heures pour mieux en comprendre l’organisation.
Rapidement, en France, alors que je n’étais encore que demandeur d’asile, à ma demande,
j’ai été mis en contact avec des apiculteurs du Tarn et autorisé à me rendre sur leur rucher pour comprendre et connaître la manière de travailler des apiculteurs français.
Ceux-ci ont eu la gentillesse de mettre deux ruches à ma disposition et dès ma première saison, j’ai extrait environ 50 kilos de miel de ces deux ruches.
M’occuper de ces ruches a été d’un grand secours moral pendant cette période difficile et récolter ce miel, une grande fierté.
J’étais surtout un activiste médiatique pacifiste luttant pour la cause du peuple Amazigh (berbère) victime d’oppression.
Ce sont les persécutions subies et liées à cette activité qui me valent d’être dorénavant en France avec ma petite famille.

"Au Cœur de la Ruche : Dynamique et Défis de l'Apiculture au Printemps"

Chers parrains et marraines,

Ces derniers mois ont été particulièrement animés dans l'apiculture malgré des conditions météorologiques peu clémentes.
Nous sommes en avril, et nous avons posé les hausses à miel en espérant que la récolte sera bonne. Les abeilles travaillent remarquablement bien, ce qui est encourageant.
En parallèle, c'est également la période où nous procédons à des divisions des colonies pour favoriser leur développement et maintenir une bonne santé générale de l'apiary.

Les journées sont bien remplies, entre le suivi des colonies, la gestion des équipements et la préparation à la future récolte de miel. Les abeilles sont incroyablement résilientes et continuent de prospérer malgré le temps capricieux.
C'est toujours un plaisir de les observer et de participer à leur monde fascinant.

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Terre d'Accueil

Le Rucher Terre d

J'ai 22 ruches dadant et 4 ruchettes à aujourd’hui.
Elles sont situées dans quatre ruchers différents dont trois à Rabastens et un à Couffouleux.
Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

L'apiculteur : Anne-Laure FORGERIT

UTPLA apiculteur Anne-Laure FORGERIT

Installée au cœur du Marais Breton Vendéen à Notre Dame de Monts, la miellerie « Au pré des abeilles » est née en 2017.
Le Marais Breton est composé de différents paysages :
la forêt dunaire avec ses pins et ses chênes verts, le marais salé avec ses anciens marais salants,
le marais doux avec ses prairies et ses roselières et le polder avec ses cultures.
Il abrite au fil des saisons de nombreuses espèces rares et protégées, comme le hibou des marais,
la barge à queue noire, l’avocette élégante, le leste à grands stigmas, la loutre d’Europe …
Riche d’une grande biodiversité, ce territoire est classé en zone Natura 2000 et en Zone Naturelle
d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF).

Fin d'été et dernières récoltes !

Depuis la mi-août les jours diminuent rapidement. 

Les abeilles sont déjà en train de se préparer pour l'hiver à venir, elles rentrent les derniers nectars et pollens et commencent à réduire les entrées de ruches avec de la propolis.

Pour moi c'est l'heure des dernières récoltes du miel d'été, maintenant les colonies butineront pour compléter leurs réserves. Les jours à venir seront consacrés à l'extraction du miel et à sa mise en pot.

Puis il sera temps de commencer la mise en hivernage des colonies et de transhumer certains ruchers pour les ramener sur des emplacements plus à l'abris du vent.

Il faudra encore lutter tant bien que mal contre le frelon asiatique.

Le travail aux ruches va être plus calme mais c est une période importante pour le devenir des colonies, espérons que la météo sera clémente et les frelons pas trop présents.

 

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Au Près des abeilles

Le Rucher Au Près des abeilles

J’ai eu mes premières ruches en 2008, petit à petit le nombre de ruches a augmenté et aujourd’hui j’en possède environs 200.  
J’ai décidé de faire de l’apiculture mon métier car cela me permet de travailler dans, avec et pour la nature.
J’ai la chance d’être sur un territoire où il y a beaucoup de prairies naturelles et peu de grandes cultures.
Je peux ainsi pratiquer une apiculture qui correspond à mes valeurs, c’est pourquoi je me suis engagée dans une certification agriculture biologique.
Mes ruchers sont de petite taille, entre 12 et 16 ruches en général.
Mes abeilles butinent la multitude de fleurs sauvages présentes dans les prairies :
renoncules, crépis, guimauves, ...
Le miel « de prairie » qu’elles produisent cristallise rapidement, il est parfumé et long en bouche.

L'apiculteur : Dominique HARDOUIN

UTPLA apiculteur Dominique HARDOUIN

Suite à une carrière de technicien au sein de France Télévision, j'ai entamé une reconversion professionnelle en avril 2019.
J'ai démarré cette activité en 2010 de façon totalement amatrice pour augmenter les récoltes de mon potager.
Puis progressivement, j'ai augmenté mon cheptel.
Aujourd'hui, je m'occupe d'environ de 120 ruches et grâce notamment à votre soutien je souhaite devenir apiculteur à titre principal cette année.

Ainsi, avec mes abeilles, je vole de floraisons en floraisons au gré des saisons.
De la plaine des Maures aux monts des Cévennes en passant par le Verdon, je récolte chaque année un large panel de miels.

A Rucyclette avec Paulette

Chers amiculteurs, j'ai tardé à vous donner des nouvelles car le début de saison fut un tantinet compliqué.

Nous avons subi dans le sud six épisodes cévenols consécutifs. C'était le déluge....

 

Malgré tout les colonies se sont développées et sont devenues fortes et même très très fortes pour certaines d'entre elles.
Comment, je n'en sais fichtre rien et cela restera un mystère.

Depuis début avril et l'arrivée du soleil, la nature explose.
Les fleurs sont là, à profusion et vos abeilles se régalent.
Du coup, je dispatche les ruches sur les différents ruchers, rééquilibre les colonies (c'est à dire, donner des cadres de couvain aux plus faibles, prélevés sur les très fortes) et je fais de nouveaux essaims.
Enfin bref, le mois d'avril est, comme tous les ans, le mois où les apiculteurs ne savent plus où donner de la tête mais qui restera le plus jouissant de l'année.

 

Mes amis je vous laisse et j'y retourne.

 

Apicalement vôtre

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Cannet des Maures

Le rucher du Cannet des Maures

Ce rucher situé sur la commune du Cannet des Maures dans le centre Var, est au bord du massif des Maures. Cette terre anciennnement volcanique est scilicieuse et acide. On y trouve des plantes typiques des maquis, tel la bruyère blanche arboricole, la lavande stoecha, l'immortelle, etc...

Ce biotop remarquable, me permet d'y recolter du miel de maquis, de chataignier et quelques fois d'arbousier.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?


L’été pointe enfin le bout de son nez, apportant avec lui on espère le soleil ! C’est le moment parfait pour admirer la nature en pleine effervescence.
Les derniers pots de miel, légèrement retardés par un début de saison capricieux, arrivent enfin chez nos marraines et parrains qui ont fait preuve d’une patience admirable.

Un grand merci d'ailleurs pour vos superbes photos partagées sur les réseaux sociaux,...




Imprimer la page

Retour