La ruche Naty-Boyer

Une ruche accueille environ 40 000 abeilles. Votre parrainage permet le soutien d'une partie de la colonie, l'installation d'une ruche est une action mutualisée rendue possible grâce à un groupe de parrains. Vous retrouvez ici votre nom, le nom de votre ruche a quant à lui été attribué par l'équipe Un toit pour les abeilles.
La ruche
Ruche en cours d'installation

Aucun parrainage sur cette ruche


Le Rucher connecté L'Abeille de Romain

Le Rucher connecté L

Je travaille principalement avec des ruches DADAN dix cadres.
Je fais de la transhumance au printemps pour que les abeilles puissent profiter des rotations de floraisons. Elles commencent d’abord par les fruitiers : aubépine et colza principalement.
Ensuite elles partent vers l’acacia.
Enfin, le rucher est divisé en deux parties : quelques ruches vont profiter des floraisons du châtaignier, pendant que les autres vont butiner le tilleul…
Pour terminer la saison, je les regroupent ensemble sur la luzerne.


L'apiculteur : Romain N.

Ça fait aujourd'hui douze ans que je pratique l'apiculture.
Au départ, j'étais simplement apiculteur amateur et je suis devenu professionnel il y a maintenant 3 ans (j’entre dans ma quatrième saison apicole).

J'ai découvert cette passion avec mon ancien président de Vélo qui, quand je suis arrivé chez lui, était en pleine récolte.
Je lui ai dit que s'il avait besoin d’aide pour la prochaine récolte il pouvait compter sur moi, que ça m'intéressait beaucoup de savoir comment fonctionne une ruche, l'extraction etc.
Et vous savez quoi, il m’a rappelé.

Quand je suis rentré chez moi, j'ai demandé à mon père qui travaille le bois pour ses loisirs de nous fabriquer notre première ruche. La machine était alors lancée.
Durant quelques années, nous avons eu mon père et moi dix ou douze ruches. Ensuite j'ai décidé de le faire plus sérieusement donc j’ai pris mon envol afin d’augmenter mon cheptel.

Mon frère Mathieu est allé faire une école d'apiculture dans le sud dans le but de devenir professionnel (sur Orléans où il est actuellement).
C’est à ce moment-là que j'ai compris que je pourrais en vivre.

J'ai donc décidé avec l'accord de mon employeur de travailler à mi-temps. Une fois que j'ai bien augmenté mon cheptel, j'ai arrêté complètement mon travail afin de me consacrer uniquement à l'apiculture.
Aujourd'hui, je vis de mon activité apicole et j’en suis ravi !
Grâce au partenariat avec Un Toit Pour Les Abeilles, j’espère développer encore mon cheptel…

Lire les actualités de l'apiculteur