18 août 2018 - Portes ouvertes chez Patrick

L'apiculteur Patrick F.

C'est en 2014 que je suis devenu berger des abeilles dans le cadre d'un projet de reconversion professionnelle.
Quand j'ai conçu mon projet je me suis donné comme ligne de conduite, comme philosophie, comme éthique de ne pas transhumer mes ruches pour le bien être de mes abeilles. De là découle toute ma pratique apicole :
 
- Je ne transhume donc pas mes ruchers. Mes colonies restent toute l'année sur le même emplacement.
Je propose, chaque année, diverses saveurs de miels en fonction de la période de récolte et de la localisation des ruchers. Je peux ainsi proposer jusqu'à 6 à 7 saveurs différentes : miel du Loubatas (des collines de Peyrolles en Provence), du Luberon, de printemps, de romarin, d'été, de lavande, d'automne. Pour cela je fais de "petites" récoltes très localisées.
 
- Je ne nourris pas au sirop mes colonies (colonies de production et les essaims que je fais).
Ne transhumant pas, je choisis des emplacements qui permettent à mes abeilles de trouver de la nourriture (nectar et pollen) toute l'année.
 
- Je privilégie les petits ruchers (20 colonies au maximum)
Cela dans trois objectifs :
1.    Ne pas mettre trop d'abeilles sur une même zone de butinage,
2.    Limiter le risque de propagation de maladies (peu de ruches et limitation de la dérive)
3.    Limiter les pertes (suivant l'adage, ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier).

- Je n'achète ni reine ni essaim.
Je renouvelle mon cheptel par la réalisation d'essaims artificiels qui élèveront leur propre reine. Toutes mes colonies sont aujourd'hui issues de souches locales. Mes colonies sont mieux adaptées à évoluer en fonction de leur environnement (ressources disponibles, climat).
 
- Je récolte exclusivement des cadres de hausses et des cadres operculés. En fin de saison, je laisse les cadres non operculés à lécher.
 
- Je ne modifie pas mon miel. Une fois récolté et extrait, après quelques jours de décantation, le miel est directement mis en pots. Il n’est ni chauffé ni ensemencé et cristallise, là aussi selon les années et les saisons, plus ou moins rapidement.
 
- Les cadres dans lesquels le miel est récolté n'ont jamais été en contact avec un traitement. Cela découle du point précédent.
 
- En fonction des conditions climatiques, je privilégie mes abeilles à la récolte de miel. C'est à dire que je préfère laisser les hausses pour les abeilles plutôt que de prendre le risque de les nourrir en cas, notamment, de sécheresse. Certes, je perds une partie de la récolte mais mes colonies disposent de leur propre miel.
 
De façon plus générale, j'essaye d'être respectueux de mes abeilles et de leur développement. Elles évoluent à leur rythme.


La journée

Pour la deuxième année, ce sera avec toujours autant de plaisir que Patrick vous accueillera pour une visite de la miellerie et du rucher, le samedi 18 août en matinée

La rencontre commencera par une présentation de l’abeille, des diverses castes, des tâches effectuées par la colonie aux cours des saisons et des produits de la ruche. Vous pourrez découvrir les différents éléments qui constituent une ruche.

A la miellerie vous apprendrez comment l'on extrait le miel pour ensuite le conditionner. Patrick vous montrera les appareils et les gestes d'utilisation d'un extracteur, d'un bac à désoperculer les rayons de miel, les maturateurs.

La rencontre se poursuivra par une visite du rucher. Vous serez équipés d’une combinaison ou d’une vareuse selon la disponibilité des tailles.

Vous pourrez alors découvrir, après l’ouverture de ruches, la vie d’une colonie et avec un peu de chance apercevoir la reine.

 

 Patrick

 

Consignes à respecter et conditions de la visite :
Ne pas avoir d’appréhension envers les abeilles et ne pas être allergique à leurs piqûres.
Les abeilles sont sensibles aux odeurs. Elles peuvent être nerveuses selon les produits de toilette utilisés. Le jour de votre visite, veillez à ne mettre ni parfums ni déodorants parfumés.
Vous serez équipés d'une combinaison ou d'une vareuse, selon les disponibilités, aussi veuillez prévoir le port de pantalons et de chaussures couvrantes.
Les enfants en bas âge (- de 6 ans) n’auront pas accès au rucher et devront rester sous la surveillance de l’un de leurs parents.


Les activités proposées

Visite exploitation (miellerie, rucher), découverte du métier d'apiculteur et de la vie de la ruche.


Lieu de la visite

RDV au Rucher Saint Gervais, accueil à 8h45, début de la visite à 9h.

La visite se terminera par un apéritif offert vers 12h30 suivi d’un pique-nique. Chaque participant apporte son repas.

Accueil de 20 personnes maximum.

Le Rucher Saint Gervais
Quartier Saint Gervais, 84120 Beaumont-de-Pertuis, France
itinéraire google map


Date limite d'inscription : 18 août 2018
Participez à cette journée de découverte en cliquant sur le bouton "S'inscrire".

S'inscrire

Les inscriptions sont désormais fermées pour cet évènement