OTIS

Logo OTIS

Otis est le Numéro Un mondial en matière de fabrication, d'installation et de maintenance d'ascenseurs, d'escalators, de trottoirs roulants et de systèmes de transport horizontal.
Basée à Farmington, Connecticut, Otis emploie 66 000 salariés à travers le monde, propose ses produits et services dans plus de 200 pays et territoires et assure la maintenance de 2 millions d’ascenseurs et d’escalators.

En conjuguant la passion des sciences et l'ingénierie de précision, Otis veut encourager l’innovation afin de créer les indispensables solutions environnementales.

Pour plus d’informations, consultez le site www.otis.com ou suivez Otis sur :
LinkedIn : https://fr.linkedin.com/company/otis_elevators
YouTube : https://www.youtube.com/user/OtisElevatorCompany
Mais également avec @OtisElevatorCo : http://www.twitter.com/otiselevatorco
Twitter : https://twitter.com/otiselevatorco?lang=fr
Facebook :  https://www.facebook.com/OtisElevatorCo/
et Instagram : https://www.instagram.com/otiselevatorco/


Voir leur site internet

Depuis plusieurs années, la société OTIS dont l’un de ses principaux centres de Production et de Recherche et Développement est basé à Gien (Loiret), a mis en œuvre une stratégie produit respectueuse de l’environnement, dont un des axes est la recherche de solutions visant à utiliser des sources d’énergies alternatives.

Cette démarche a débouché notamment sur la commercialisation d’un ascenseur basse tension (Gen2 Switch) fonctionnant sur batteries alimentées à l'aide de panneaux solaires photovoltaïques. Quatre panneaux de 250 Wc en moyenne sont suffisants. Des installations sont en service en France, Belgique, Espagne, Portugal, Caraïbes…………….

Cette initiative des employés du centre Recherche et Développement de Gien auprès de un Toit pour les Abeilles s’inscrit pleinement dans la cadre de la politique environnementale de l’entreprise.

Les ruches en images

  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS
  • La ruche OTIS

L'apiculteur : Yves ROBERT

UTPLA apiculteur Yves ROBERT

Yves et Chantal ont débuté en 2010 avec 3 ruches. Aujourd'hui ils en comptent près de 80, dont une soixantaine soutenues par les parrains Un Toit Pour Les Abeilles.

Yves et Chantal privilégient une production locale et une conduite douce des ruches. Ce choix est motivé par une éthique personnelle et professionnelle engagée pour la protection de l’environnement, ceci dans une optique d’exploitation apicole prospère économiquement.

Chantal et Yves ne pratiquent pas la transhumance, puisque tous leurs ruchers sont fixes, ce qui réduit considérablement les dépenses en carburant, les besoins en mécanisation et ainsi l'impact carbone.

Ils ont choisi des ruches Warré plus respectueuses des abeilles et proposent un miel de terroir.
Outre le miel, Les apiculteurs produisent leurs propres essaims naturels (sans importation de reine), ils récoltent du pollen, de la propolis, de la cire d’abeille...

Yves est l'auteur du "Petit manuel d'apiculture douce en ruche Warré" aux éditions Terre Vivante paru au printemps 2019.

Un printemps 2021 sans récolte de miel

Ce printemps a été chaotique, obligeant les colonies d’abeilles à limiter considérablement leur développement, voire à le stopper.

Pour retrouver un printemps plus frais que cette année, il faut remonter à l’année 2013, qui a été une très mauvaise année apicole en vallée de Saône.

Les modifications climatiques allant vers un réchauffement global ; il est cependant plus juste de parler de dérèglement climatique, car il y a aussi des phases de baisse des températures, qui au printemps font beaucoup de dégâts.

Cela a débuté par un mois de Mars avec une période quasi estivale. Les colonies sorties d’hivernage les plus tôt - un quart de mes effectifs de colonies - sont les seules à présenter, actuellement, un léger excédent de miel.

« Une semaine après les beaux jours de mars, un courant de nord a fait circuler de l’air glacial sur la France du 6 au 8 avril.
Cette fois-ci, ce sont les records mensuels de froids qui ont été battus.
Les bourgeons ont donc subi de gros dégâts lors de cette période de fortes gelées1 ».
Cela a été dommageable aux cultures, mais aussi aux autres ressources mellifères, comme l’acacia en vallée de Saône. Avril a connu aussi un fort déficit de pluie.

En Mai, « ce sont des records absolus de cumuls de pluie en 24 heures qui ont été observés », lessivant les floraisons de fruitiers et d’aubépine, entre autres. Les périodes propices au butinage ont été extrêmement restreintes.

L’abeille locale peut s’adapter à de très fortes perturbations de la météo. C’est d’ailleurs son point fort : elle est très économe et prudente au démarrage du printemps.
C’est une leçon qu’elle a tiré après avoir survécu à la dernière grande glaciation, il y a 20 000 ans.

Les colonies d’abeilles se sont adaptées aux perturbations climatiques, mais pas l’apiculteur qui a vraiment beaucoup plus de mal, à rester zen en voyant sa récolte de printemps compromise, bien qu’il ait appris à faire confiance à ses colonies d’abeilles !

L’apiculteur prélevant, normalement, l’excédent des productions de la colonie, dans des épisodes météorologiques si peu propices, il lui faut admettre qu’il n’y a jusqu’à maintenant rien à récolter.
Il reste à miser sur un été moins catastrophique…

Yves R.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Sennecey

Le rucher de Sennecey

Le rucher est situé près du hameau de Tallant dans le canton de Sennecey-le-Grand en Saône-et-Loire (Bourgogne du Sud).

Il occupe un verger bordé de haies, de pâtures et prairies qui s'étendent à flanc de colline jusqu'au bois qui coiffe le sommet.
Cet environnement est riche d'une flore diversifiée qui s'épanouit dès le printemps (pissenlit, fruitiers, aubépine...) et se prolonge tout l'été (acacia, ronce, trèfle...).

La première récolte sera polyflorale puisqu’issue des variétés citées ci dessus.
Ainsi, selon la proportion en tilleul et acacia, le miel pourra être liquide à crémeux (ces deux espèces mellifères influençant sur la fluidité du miel).

Chantal et Yves travaillent avec des reines de souche Buckfast fécondées naturellement et issues du cheptel bio de Jérôme Alphonse (autre apiculteur partenaire Un toit pour les abeilles). Cette race d'abeilles est connue pour être douce et productive.

France 3 Bourgogne avec Chantal et Yves

Reportage diffusé le jeudi 6 Octobre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Pascal SBAIZERO

UTPLA apiculteur Pascal SBAIZERO

Pascal a débuté son parcours par des études technologiques, suivies d'une formation commerciale.
Après un passage dans le domaine passionnant du vin, il s'est dirigé vers le secteur alimentaire puis choisit tout doucement un retour à la nature et l'apiculture.

Ses premiers pas en apiculture se font vers l'âge de 10 ans auprès de son papa qui lui a transmis cette passion, restée en veille dans son cœur.
Après quelques années loin des abeilles, l'odeur de la cire, la beauté d'un cadre en construction, le bruit de la ruche en activité ou encore le goût du miel fraîchement prélevé lui manquaient.
Alors une ruche, puis une autre et encore une autre .....

Dans cette aventure, il est accompagné de son plus fidèle apprenti, son fils Arthur.
Sa fille Pauline quant à elle, excelle dans le collage des étiquettes, et c'est sans oublier la reine de cette famille, son épouse Isabelle qui avoue s'amuser lors de la mise en pot du miel.

L'arrivée du printemps

Bonjour à tous, 

Avec les années compliquées qui se succèdent j'ai toujours l'impression que la pire est derrière ! Mais ce printemps vient encore ajouter une graduation sur l'échelle de ma petite lecture de la nature...

Nulle trace de miel de printemps dans les hausses, des colonies très affaiblies que j'ai été obligé de nourrir durant quelques semaines pour les maintenir en vie.

Il faut tout de même préciser que je ne fais pas de transhumance avec mes ruches.

En ce qui me concerne je suis à la moitié de la saison, il faut donc espérer que la météo soit clémente de juin à début juillet. 

Bon courage à tous, très bon déconfinement, profitez bien les uns des autres....en terrasse, au resto, dans les bars, les guinguettes ou à la maison !!!

N'oubliez pas de prendre une petite cuillère de miel le matin si vous avez trop chanté à fêter l'événement

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Checy

Le rucher de Checy
Les ruches sont situées à Mardié près de Chécy dans le Loiret et quelques unes en Sologne.
Ces emplacements permettent de récolter un miel de forêt avec des proportions variables selon les années et floraisons de Châtaigniers, Ronces , Chênes et Sapins.
Les abeilles sont de race BUCKFAST, admirables en tous points, courageuses, résistantes et douces.
Aujourd'hui elles sont ses protégées, et Pascal, leur dévoué serviteur...

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction
Début juillet, les journées sont longues et les floraisons encore nombreuses. Les abeilles sont donc encore très actives.
Elles travaillent jusqu’à 15 heures par jour pour rapporter du pollen et du nectar à la ruche !
A la fin du mois, nous observons un ralentissement de leur activité qui annonce la fin de la saison.



Que se passe-t-il dans la ruche en juillet ?
Les premiers jours de juillet se poursuivent sur le même...




Imprimer la page

Retour