CERIB

Logo CERIB

 Etablissement d’utilité publique, le Centre d’Etudes et de Recherches de l’Industrie du Béton (CERIB) a pour objet de promouvoir le progrès technique, de participer à l’amélioration des procédés et à la garantie de la qualité, et plus généralement de contribuer au développement durable.

Le CERIB a son siège à Epernon (Région Centre) et bénéficie d'un rayonnement national en particulier grâce à la présence de collaborateurs sur l'ensemble du territoire. 

La mise en œuvre d’équipements, dont certains uniques en Europe, la participation aux instances de normalisation européenne et internationale et les partenariats internationaux tissés dans le cadre de ses programmes de recherche confèrent au CERIB une reconnaissance et une écoute internationale.  

Résolument tourné vers l’avenir, le CERIB entend jouer pleinement son rôle et accompagner l’industrie des produits en béton en matière de construction et d’aménagement durable. A travers sa charte de développement durable adoptée fin 2010, le CERIB affirme pleinement cet engagement sociétal.


Voir leur site internet

Le CERIB vise à optimiser son mode de fonctionnement pour réduire l'impact de ses activités: réduction des émissions de GES, gestion des déchets et de l'eau, entretien des espaces verts,..... Le  CERIB a récemment initié un SME sur la base de d'un diagnostic environnemental complet.

En 2010 a été inauguré sur le site du CERIB,  EnérGé, un bâtiment BéPOS exemplaire,  lauréat de l'appel à projets  ADEME/Région Centre  "Efficacité énergétique dans les bâtiments".

C'est également à travers son programme de recherches et son plan d'accompagnement des PME qui constituent l'industrie des produits en béton que le CERIB oeuvre au quotidien pour la préservation de la qualité de l'environnement.

La ruche en images

  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB
  • La ruche CERIB

L'apiculteur : Pascal S.

UTPLA apiculteur Pascal S.

Pascal a débuté son parcours par des études technologiques, suivies d'une formation commerciale.
Après un passage dans le domaine passionnant du vin, il s'est dirigé vers le secteur alimentaire puis choisit tout doucement un retour à la nature et l'apiculture.

Ses premiers pas en apiculture se font vers l'âge de 10 ans auprès de son papa qui lui a transmis cette passion, restée en veille dans son cœur.
Après quelques années loin des abeilles, l'odeur de la cire, la beauté d'un cadre en construction, le bruit de la ruche en activité ou encore le goût du miel fraîchement prélevé lui manquaient.
Alors une ruche, puis une autre et encore une autre .....

Dans cette aventure, il est accompagné de son plus fidèle apprenti, son fils Arthur.
Sa fille Pauline quant à elle, excelle dans le collage des étiquettes, et c'est sans oublier la reine de cette famille, son épouse Isabelle qui avoue s'amuser lors de la mise en pot du miel.

Fin de saison pour les abeilles !

Chers parrains,
En ce mois de décembre, je vous écris pour vous souhaiter, un peu en avance, d'heureuses fêtes de fin d'année.
L’occasion aussi de vous donner quelques nouvelles du rucher.
Cette année, un mal aura touché toute la filière sans exception : les frelons asiatiques ! Prédateur sanguinaire, venus d'Asie, mettre à feu et à sang les cheptels français.

Pourtant j'ai du mal à tout lui mettre sur le dos à ce pauvre insecte, importé par erreur, par l'homme.
Car oui, c'est encore notre faute tout cela. Avec nos envies de posséder toujours plus, pour remplir nos placards, ou par confort.
A vouloir s’entourer de plus en plus de technologie « made in china », et hop ! avec la livraison de portables, une compagnie de frelons offerte !

Bon sérieusement nos abeilles...
Très peu de pertes avant hivernage, et je pense expliquer cela par le fait que les ruches ayant produit des quantités de miel anormalement élevées entre le 15 mai et le 15 juin,
j’ai pris la décision de ne pas les faire produire sur l’été.
C’est pour cela qu’en septembre, malgré la longue période de sècheresse, elles étaient populeuses et lourdes.

Sommes-nous parfois trop gourmands avec la nature ?
Derrière la ruche, il n’y a pas de réseaux identiques à ceux qui alimentent nos robinets d’eau ou nos interrupteurs pour nous donner la lumière.
Il y a la nature...
L’apiculteur pour produire du miel est le seul lien entre la nature (et ses aléas), la colonie (qui est au cœur de la tourmente) et si possible le pot de miel...
Son rôle c'est de respecter et d'aider cette nature fragile.
Je remercie tous nos parrains qui comprennent le métier d'apiculteur et qui ne se plaignent pas pour une semaine ou deux de retard sur la livraison des pots.
Comme l'abeille, je suis le rythme imposé par Dame Nature.

Chacun doit observer et apprendre à lire son environnement en sortant le profit du premier plan.
Je remercie donc tous les parrains qui me soutiennent et on comprit cela.
Je vous souhaite de passer de très bonnes fêtes entourées par ceux que vous portez dans vos cœurs.

Sans oublier la meilleure des colonies ! l’équipe de « Un toit pour les abeilles »
BZzz et bon courage
Pascal

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Checy

Le rucher de Checy
Les ruches sont situées à Mardié près de Chécy dans le Loiret et quelques unes en Sologne.
Ces emplacements permettent de récolter un miel de forêt avec des proportions variables selon les années et floraisons de Châtaigniers, Ronces , Chênes et Sapins.
Les abeilles sont de race BUCKFAST, admirables en tous points, courageuses, résistantes et douces.
Aujourd'hui elles sont ses protégées, et Pascal, leur dévoué serviteur...

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Actus abeilles
En préambule des nouvelles des abeilles, nous vous transmettons les premiers résultats d’une enquête nationale relative aux mortalités des colonies d’abeilles durant l’hiver 2017/2018.
Cette étude a été menée à grande échelle par la Plateforme ESA (Epidémiosurveillance Santé Animale). Elle a été réalisée auprès de la filière et a obtenu ...




Imprimer la page

Retour