Alice Délice Thiais

La ruche en images

  • La ruche Alice Délice Thiais
  • La ruche Alice Délice Thiais
  • La ruche Alice Délice Thiais

L'apiculteur : Manuel VIGNERON - Ruche : Maya (Le Lonzac)

UTPLA apiculteur Manuel VIGNERON - Ruche : Maya (Le Lonzac)

Manuel est apiculteur amateur depuis 2014 dans le massif central en Corrèze (le pays vert) aux portes du parc naturel de millevaches en Limousin.
Il s'est formé au rucher école de Brive la Gaillarde, mais surtout grâce aux lectures qui lui ont permis d'essayer de nombreuses techniques pour se perfectionner.

Il possède actuellement 70 ruches dadant où les abeilles butinent dans ce lieu paisible et naturel encore préservé qui fait leur bonheur.
Son objectif est d'atteindre une centaine de ruches environ dans le but de garder une production de miel et une méthode de travail artisanale: (réduction maximale du matériel électrique et thermique qui se résume à sa camionette et son extracteur électrique)!!!

La sauvegarde de l'abeille noire endémique de sa région mieux adaptée au climat et à la végétation, reste sa priorité.
Il développe par ailleurs un élevage naturel (tenant compte de la biologie collective des abeilles) pour proposer des essaims à la vente.
La sauvegarde de la biodiversité le préoccupe beaucoup, c'est pourquoi il n'utilise aucun produits chimiques ni dans la ruche, ni aux alentours.
L'extraction et le conditionnement du miel se font température ambiante, il n'est donc jamais chauffé.

Sa priorité n'est pas de produire un maximum de miel mais d'en laisser suffisamment aux abeilles pour la bonne santé de ces dernières.

Manuel a obtenu en 2017 l'attestation de conformité Nature et Progrès pour l'ensemble de ses ruchers et ses miels !
Ce label certifie une apiculture biologique et paysanne, qui intègre aussi des notions éthiques, environnementales et sociales dans le cahier des charges...

Nouvelles de vos abeilles

Bonjour à tous et à toutes!
Je profite d'un moment de répit pour vous adresser quelques nouvelles!

Je viens de terminer il y a quelques jours le dernier traitement à base d'acide oxalique (Apibioxal) contre le varroa.
Ce traitement est très efficace quand il n'y a plus de larves d'abeilles dans les ruches car le produit ne traverse pas les opercules du couvain où le parasite se développe.
Il a donc un impact fort sur les varroas phorétiques (se trouvant sur les abeilles) et il fait parti d'une longue lutte stratégique menée depuis le printemps.
J'ai énormément perdu de ruches ces dernières années à cause de ce parasite, j'ai donc voulu me concentrer au maximum sur ce principal danger pour mes abeilles.
J'avais commencé avec un traitement à base de de lanières imbibées d'acide oxalique et glycérine qui, contrairement au traitement flash, s'est diffusé lentement et sur une longue période.

Ensuite, plusieurs passages avec du Varromed (liquide à appliquer directement sur les abeilles) furent nécessaires pour les ruches les plus infestées.
Le tout en contrôlant et comptant régulièrement les chutes naturelles du varroa sur la plaque d'hivernage qui se situe sous le plateau aéré des ruches.
Tout ça pour avoir la bonne surprise de constater que mes colonies ont l'air majoritairement en pleine forme avec beaucoup d'abeilles pour affronter l'hiver.

Bien sûr, rien n'est gagné d'avance et il faudra attendre patiemment le mois de mars pour tirer des conclusions. Mais, j'ai fait beaucoup de progrès dans ce domaine et ai beaucoup moins de pertes avant de commencer l'hiver!
Le varroa est un peu comme l'épidémie de la COVID 19, il se propage de façon exponentielle: il atteint un seuil critique au mois d'août et doit à tout pris être stoppé avant la catastrophe!

Sinon le reste du travail reste le même, je surveille régulièrement l'état des réserves de nourriture surtout pour les petits essaims d'abeilles noires que j'ai créé au printemps!

J'ai aussi remarqué depuis le mois d'août un bon nombre de frelons asiatiques qui viennent attaquer les abeilles, mais grâce aux entrées anti-frelon mesurant 5,5mm il ne sont pas censés pouvoir entrer dans les ruches.
Mais fin novembre sur un rucher d'une 10aine de colonies, des centaines de frelons se sont postés devant les ruches.
Une quantité impressionnante de frelons ont essayé de pénétrer par la force à l'intérieur; ils ont réussi à en détruire une complétement...
J'ai aussitôt embarqué les autres ruches dans mon camion pour les poser devant chez moi à plusieurs kilomètres de cet endroit...

Je pense être arrivé au bon moment, car 2 ou 3 jours plus tard, ils auraient exterminé le rucher complétement!
J'ai immédiatement fait le tour de l'intégralité des ruchers pour vérifier que la même chose ne s'était pas produite ailleurs. Heureusement, non!

Je suppose qu'un ou plusieurs nid(s) de frelons se sont formés juste à côté car je n'avais jamais vu ça depuis que j'ai commencé l'apiculture. C'est aussi la première fois que je dois déplacer des ruches.
Cela s'explique en parti par une année propice au développement du frelon avec un hiver et un printemps doux et stables.
Cette attaque massive à ce moment précis vient du fait qu'ils ne trouvent quasiment plus rien pour se nourrir à cette période. Avec le froid qui arrive, ils se sont acharnés sur les abeilles!
Normalement, la météo très froide et pluvieuse de cette semaine devrait les anéantir...

Finalement je m'en sors plutôt bien et je vais essayer de passer les fêtes de Noël sereinement!

Je vous remercie pour votre soutien!

Manuel

PS: voici une photo du rucher devant chez moi!

 

 

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Pierrefitte

Le rucher de Pierrefitte

Le rucher se trouve à côté du massif des monédières qui culmine à 919 mètres où la variété florale est assez grande.
Il sélectionne l'emplacement de ses ruchers selon le niveau de diversité des plantes et l'état naturel de l'environnement dans le but d'avoir un miel différent des autres avec de nombreuses saveurs !

Selon la météo et les floraisons, Manuel pourra proposer du miel monofloral de châtaignier ou acacia, mais surtout du miel toutes fleurs de printemps (pissenlit, saules, arbres fruitiers, centaurées, myrtille, rosacées, aubépine, trèfle blanc, érable…) et d'été (tilleul, ronce, châtaignier, sarrasin, luzerne, callune ...).
Il est en partenariat avec plusieurs maraîchers tournés vers l'agriculture biologique ainsi que des producteurs de plantes aromatiques et médicinales bio chez qui il pose ses ruches, afin de proposer aux abeilles un maximum de plantes à butiner en toutes saisons. (Toutes ses ruches se trouvent d’ailleurs à moins de 10km à la ronde de son domicile pour limiter les déplacements).
Cette diversité essentielle aux abeilles (nectar, pollen) va permettre une bonne santé générale de la colonie et une production de miel optimale.
Il vend sa production localement (dépôt-vente, marchés de pays…) et n'effectue aucune transhumance.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en février ?

Introduction
L’année 2021 marquera-t-elle le retour des enjeux climatiques sur le devant de la scène internationale ?
C’est ce que nous espérons vivement avec la prise de fonction de Joe Biden, nouveau président des Etats-Unis d’Amérique.
Dès son premier jour de mandat, il a en effet annoncé le retour des Etats-Unis dans l’Accord de Paris sur le climat.
Esp&eacut...




Imprimer la page

Retour