GAUTIER SAS - GROUPE ESTIVIN

Logo GAUTIER SAS - GROUPE ESTIVIN
Gautier Brive est une filiale d'Estivin Groupe. Grossiste à service complet, Gautier Brive livre à la fois des fruits et légumes frais, de la 4ème et 5ème gammes, des produits de la marée, des volailles ou encore de l'épicerie. Gautier Brive cherche à être proche de ses producteurs locaux en créant une relation de confiance. Tout au long du processus, nous tendons à limiter notre impact environnemental en limitant nos déchets et notre empreinte carbone. Aussi nous optimisons nos tournées pour livrer nos clients et effectuer les ramasses chez nos producteurs
Les abeilles sont capitales pour maintenir une biodiversité. Il est de notre devoir d'en prendre soin, aussi il est de notre devoir d'entreprise citoyenne de participer à sa longévité et son développement. C'est pourquoi Gautier Brive est fier de parrainer la création d'une nouvelle ruche.

La ruche en images

  • La ruche GAUTIER SAS - GROUPE ESTIVIN
  • La ruche GAUTIER SAS - GROUPE ESTIVIN
  • La ruche GAUTIER SAS - GROUPE ESTIVIN

J'ai toujours travaillé avec de l'Abeille Noire depuis mes débuts.
Je voulais faire quelque chose d'utile à mon petit niveau et essayer de sauvegarder cette Abeille Noire ancestrale et endémique, "Apis Mellifera Mellifera".
Elle est plus résistante par sa rusticité naturelle. Elle était là aussi, bien avant nous, c’est la raison pour laquelle elle a toute sa place sur nos ruchers.
Je vois déjà les dégâts causés par l'importation et l'invasion des plantes ou des animaux (exemple: le frelon asiatique) et les conséquences sur les biotopes locaux sont dramatiques!
Les abeilles noires du rucher bénéficient d’une flore variée, entre champs de pissenlit au printemps et forêts d’acacias et de châtaigniers…
Pour préserver l’Abeille Noire locale, j’ai créé un lieu spécifique à la fécondation des reines, éloigné des autres ruchers voisins potentiellement environnants.
Je le nomme le rucher de fécondation temporaire.
Je prépare ensuite l'emplacement d'un nombre de ruches suffisant pour participer à la fécondation des reines.
Deux jours avant les vols de fécondation, je place les ruches souches contenant des mâles pour la fécondation et le lendemain j’y place mes ruchettes.
La fécondation doit se dérouler 2 ou 3 jours plus tard sans qu’aucun mâle d’autres ruchers extérieurs, n'aient eu le temps de repérer les phéromones des reines noires.
Ensuite une fois fécondée par les mâles noirs elle va pondre toute sa vie des larves d'abeilles noires et l'essaim sera de race noire durant toute la vie de la reine.
On peut donc ramener cet essaim sur le rucher principal et même le disposer ailleurs si on le souhaite.
Voilà comment je fonctionne. Cette méthode d’essaimage artificiel, permet d’avoir une reine élevée et fécondée naturellement et donc de respecter un maximum la nature.
Cela demande beaucoup de temps et un travail de minutie.
Merci à toutes celles et ceux qui soutiennent cette initiative au travers le parrainage et qui ont compris l’enjeux de réintroduire l’Abeille Noire ancestrale.

L'apiculteur : Manuel VIGNERON

UTPLA apiculteur Manuel VIGNERON

Manuel (38 ans) est apiculteur amateur depuis 2014, passé semi-professionnel en 2021 dans le massif central, en Corrèze (le pays vert) aux portes du parc naturel de millevaches en Limousin.
Il s'est formé au rucher école de Brive la Gaillarde, mais surtout grâce aux lectures qui lui ont permis d'essayer de nombreuses techniques pour se perfectionner.

Il possède actuellement 150 ruches "Dadant" où les abeilles butinent dans ce lieu paisible et naturel encore préservé (50% de forêts et 50% de prairies).
Son objectif est de conserver ce nombre de ruches dans le but de garder une production de miel et une méthode de travail artisanale et de qualité!

La réduction maximale des besoins énergétiques pour une apiculture durable se fait avec très peu de matériel électrique et thermique qui se résume simplement à son véhicule et son extracteur)!!!

Tous les ruchers se situent à moins de 10km à la ronde de son domicile, ce qui limite au maximum les déplacements!

La sauvegarde de l'abeille noire endémique de sa région mieux adaptée au climat et à la végétation, reste sa priorité.
Il développe par ailleurs un élevage naturel (tenant compte de la biologie collective des abeilles) pour proposer des essaims à la vente pour la filière apicole.
La sauvegarde de la biodiversité le préoccupe beaucoup, c'est pourquoi il n'utilise aucun produits chimiques ni dans la ruche, ni aux alentours.

Sa priorité n'est pas de produire un maximum de miel mais d'en laisser suffisamment aux abeilles pour la bonne santé de ces dernières.

Il a obtenu en 2017 l'attestation de conformité Nature et Progrès pour l'ensemble de ses ruchers et ses miels !
Ce label certifie une apiculture biologique et paysanne, qui intègre aussi des notions éthiques, environnementales et sociales dans le cahier des charges...

Il a obtrenu en 2023 le Label bio européen (agriculture biologique)!

Manuel est également sapeur pompier volontaire et technicien de maintenance sur défibrillateurs à temps très partiel!

Une saison en enfer…

Bonjour à toutes et à tous,

Quel mois de mai horrible pour les abeilles et pour l’apiculteur ! J’ai l’impression de vivre un cauchemar depuis début avril, de faire la même chose tous les jours et de constater avec la même impuissance la famine dans les ruches…

Je suis en train de vivre exactement le même scénario qu’en 2021, mais en pire car j’ai beaucoup plus de ruches. En effet, un gel tardif fin avril 2021 (presque -10 degrés) avait tout détruit et la nature avait mis plus d’un mois à s’en remettre. Et bien, au moins je savais à quoi m’attendre. De toute façon, les abeilles ne pouvaient pas vraiment sortir à cause des températures trop froides et surtout de la pluie. Encore 198 mm du 1er au 26 mai, ce qui en fait le mois le plus humide de 2024 pour atteindre, accrochez-vous bien, 1860 mm de précipitations en 1 an et 1 mois.

Mais ce qui m’inquiète le plus, c’est la végétation qui a gelé après un départ très précoce. Même les chênes et les châtaigniers ont eu les feuilles et boutons floraux impactés. Ce qui donne un paysage très étrange ici avec des arbres bien verts et d’autres marron, brûlés par le gel…

Et même les journées un peu plus ensoleillées auront aggravé les choses car les abeilles, ne trouvant rien à butiner, se fatiguent et consomment beaucoup de réserves pour zéro nectar récolté, juste un peu de pollen…

Je passe donc mes journées depuis presque 2 mois à remplir les nourrisseurs de sirop. J’ai déjà apporté plus de 2 tonnes de sucre aux abeilles (immédiatement consommées) et je suis en train de me ruiner financièrement… Le tout sous la pluie et dans la boue, sinon ce n’est pas drôle…

La météo est responsable d’une grande partie des dégâts, mais je dois aussi de mon côté travailler beaucoup plus à améliorer la génétique de mes abeilles et les rendre plus réactives, résilientes et résistantes aux conditions climatiques de plus en plus extrêmes… Je dois donc sélectionner les meilleures souches et essayer de les multiplier tout en supprimant les moins bonnes en changeant les reines…

Toujours pas d’amélioration en vue. Les ronces vont bientôt fleurir et j’espère revoir un peu les cadres se remplir naturellement de nectar.

Et pour couronner le tout, les abeilles se sentant à l’étroit dans les ruches (dû à l’impossibilité d’ouvrir les ruches pour les contrôler et aussi à cause de la météo) ont décidé d’essaimer en masse le même jour du 24 mai. J’ai récupéré 4 essaims ce jour-là dans les arbres… je vous envoie des photos.

Voilà, passons aux bonnes nouvelles maintenant : l’herbe est bien verte et la nature ne souffre pas de sécheresse ni de chaleur (pour l’instant) et les abeilles sont toujours vivantes (mais à quel prix ?…).

À bientôt,

Manuel.

       

 

 

Voir toutes ses actualités


Le Rucher de l'Abeille Noire Limousine

Le Rucher de l

J'ai toujours travaillé avec de l'Abeille Noire depuis mes débuts.
Je voulais faire quelque chose d'utile à mon petit niveau et essayer de sauvegarder cette Abeille Noire ancestrale et endémique, "Apis Mellifera Mellifera".
Elle est plus résistante par sa rusticité naturelle. Elle était là aussi, bien avant nous, c’est la raison pour laquelle elle a toute sa place sur nos ruchers.
Je vois déjà les dégâts causés par l'importation et l'invasion des plantes ou des animaux (exemple: le frelon asiatique) et les conséquences sur les biotopes locaux sont dramatiques!
Les abeilles noires du rucher bénéficient d’une flore variée, entre champs de pissenlit au printemps et forêts d’acacias et de châtaigniers…
Pour préserver l’Abeille Noire locale, j’ai créé un lieu spécifique à la fécondation des reines, éloigné des autres ruchers voisins potentiellement environnants.
Je le nomme le rucher de fécondation temporaire.
Je prépare ensuite l'emplacement d'un nombre de ruches suffisant pour participer à la fécondation des reines.
Deux jours avant les vols de fécondation, je place les ruches souches contenant des mâles pour la fécondation et le lendemain j’y place mes ruchettes.
La fécondation doit se dérouler 2 ou 3 jours plus tard sans qu’aucun mâle d’autres ruchers extérieurs, n'aient eu le temps de repérer les phéromones des reines noires.
Ensuite une fois fécondée par les mâles noirs elle va pondre toute sa vie des larves d'abeilles noires et l'essaim sera de race noire durant toute la vie de la reine.
On peut donc ramener cet essaim sur le rucher principal et même le disposer ailleurs si on le souhaite.
Voilà en gros pour vous expliquer comment je fonctionne. Cette méthode d’essaimage artificiel, permet d’avoir une reine élevée et fécondée naturellement et donc de respecter un maximum la nature.
Cela demande beaucoup de temps et un travail de minutie.
Merci à toutes celles et ceux qui soutiennent cette initiative au travers le parrainage et qui ont compris l’enjeux de réintroduire l’Abeille Noire ancestrale.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?


L’été pointe enfin le bout de son nez, apportant avec lui on espère le soleil ! C’est le moment parfait pour admirer la nature en pleine effervescence.
Les derniers pots de miel, légèrement retardés par un début de saison capricieux, arrivent enfin chez nos marraines et parrains qui ont fait preuve d’une patience admirable.

Un grand merci d'ailleurs pour vos superbes photos partagées sur les réseaux sociaux,...




Imprimer la page

Retour