Jordans dorset ryvita

Logo Jordans dorset ryvita


JORDANS, le goût de la vie !

C’est dans ce moulin, notre logo, que tout a commencé !
Héritiers d’une famille de meuniers anglais, Bill et David Jordan y créent nos céréales ; des recettes naturellement délicieuses, qu’ils inscrivent dans une démarche pionnière de protection de la biodiversité.
C’est cet engagement de toujours qui donne ce si bon goût à nos produits... Le goût de la vie !

Naturellement délicieux !
Le goût avant tout ! Oui, mais naturel :
- Sans colorants, conservateurs, ni arômes artificiels, sans huile de palme ni sel ajouté.
- Avec des ingrédients naturels, sources de fibres, de magnésium, phosphore, zinc... et surtout de plaisir !  

Pionniers de la biodiversité !
C’est depuis 1985 que Jordans agit pour la Biodiversité. Nous sommes fiers de nos agriculteurs partenaires qui consacrent près de 20% de leurs terres au développement de la faune et de la flore sauvage. Ce sont ainsi plus de 4000 hectares restitués à la nature, presque la surface de la ville de Lyon !
Découvrez sans plus attendre nos recettes naturellement délicieuses de céréales associées à du chocolat, des fruits ou des noix !


Voir leur site internet

Les ruches en images

  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita
  • La ruche Jordans dorset ryvita

L'apiculteur : Bruno HOUBRON

UTPLA apiculteur Bruno  HOUBRON

Après avoir été pendant de nombreuses années apiculteur amateur, dans le cadre d'une diversification professionnelle, Bruno, installé sur les monts du Forez (Puy de Dome 63) dans le Parc Naturel Régional Livradois Forez développe une activité apicole professionnelle depuis 8 ans avec pour objectif à court terme 150 ruches en production.

Les ruches sont de type VOIRNOT adaptées aux régions montagneuses et fabriquées par Bruno l'hiver avec du bois de pays (Épicéa,mélèze et scierie à 8 km).
L'exploitation est conduite de façon raisonnée en grande partie selon le cahier des charges de la production biologique par pur choix éthique .

Les abeilles qui peuplent ses ruches sont de type "noire de pays", souche adaptée au climat et flore locale.
Les ruchers sont dispersés depuis 600 mètres d'altitude jusqu'à 1300 mètres avec une pratique de la transhumance locale dans un rayon de 40 km sans descendre en dessous de 600 m. sauf pour l’Acacia , ce qui permet de ne pas côtoyer les cultures conventionnelles .

Bruno récolte divers miels de crus : Montagne, forêt, acacia , sapin et bruyère mais également pollen et propolis et fabrique du pain d'épices.
Enfin, Bruno est aussi Vannier dans son atelier et osiériculteur puisque chaque année, il fabrique sa propre matière première, l'osier.

Venez à mes portes ouvertes le 6 juillet 2024

Cher parrains,

Je vous donne rendez-vous le 06 juillet à 10h à  Saint Pierre la Bourlhonne, place de la mairie, pour découvrir mon univers apicole et nos abeilles.

Au programme :

  1. Visite du rucher
  2. Pique-nique sur site (merci d'apporter votre repas)
  3. Vente possible de miel


J'ai hâte de vous rencontrer et de partager avec vous la passion de l'apiculture !

Inscrivez-vous ici 

Bonne journée à tous. 

Bruno, votre apiculteur.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Faradia

Le rucher de Faradia
Les ruches parrainées se situent sur le rucher Faradia à 980 mètres d'altitude et produisent :
- un miel de "montagne" (mention contrôlée , soumise à autorisation) très réputé qui traduit la richesse botanique d'un environnement préservé. Exposées à des printemps longs et rudes ,les floraisons sont variées et intenses. La couleur de ce miel varie de jaune paille à brun clair souvent très odoriférant, doux, aux saveurs florales et fruitées, même si le gout diffère d'une année sur l'autre .

- un miel de forêt dont la particularité réside dans son mélange de nectars et de miellats variés.
Produit en été jusqu’à fin août début septembre, toujours sombre, brun foncé voir presque noir selon sa composition, avec selon les années, une note de bruyère ou de sapin (sapin pour 2013).

La flore présente autours de ce rucher : Aubépine, cerisier, érable, robinier, saule, sapin, châtaignier, bruyère, ronce, framboisier, scrofule, pissenlit, acacia, digitale, épilobe, lierre, miellats...ainsi que toute la flore mellifère de moyenne montagne .

L'apiculteur : David GIRAUD

UTPLA apiculteur David GIRAUD

J'ai commencé l'apiculture il y une petite dizaine d'année, je suis passé de trois ruches à une centaine de ruches réparties sur 5 ruchers.
Je suis apiculteur amateur semi-professionnel, je n'arrive pas encore à vivre de mon activité apicole, je suis donc pluriactif (pisteur de ski de fond, accompagnateur moyenne montagne, vendeur conseil en magasin espaces verts).
Pour la formation, je suis autodidacte, je me suis construit en discutant avec les anciens et en dévorant des livres, j'ai commencé avec de petits moyens et j'ai eu le temps d'apprendre de mes erreurs et de mes expériences.
Cette vocation pour l'apiculture découle de plusieurs passions qui s'entremêlent (la botanique, l'ornithologie, l'enthomologie), de plusieurs rencontres essentielles comme "Pierrot" un de mes mentors ou "Gael" mon copain de longue date avec qui j'ai commencé cette aventure (merci à vous), et enfin d'une envie très grande d'être en adéquation avec le monde naturel du vivant qui m'entoure tout en respectant les autres. Je voudrais à présent essayer de vivre de ma passion modestement en aidant la planète et en considérant à égal son prochain. C’est pour cela que je me suis lancé dans l’aventure Un Toit Pour Les Abeilles.

Nouvelles printanières

Chères marraines, chers parrains,
Si les hommes aiment les hivers doux et ensoleillés pour manger au balcon, pour les abeilles c’est loin d’être l’idéal.
La visite des ruchers en sortie d’hiver n’a pas été source de bonnes nouvelles.
De nombreuses colonies étaient soit extrêmement faibles, soit carrément décimées.
Les pertes de cet hiver 2020 s’élèvent à 40% environ, un triste hiver pour les Happykulteurs.
La grande majorité ne manquait pourtant pas de nourriture, les cadres de réserve étaient souvent encore garnis de miel.

Il est fort probable que l’hiver très doux et très ensoleillé que nous avons eu dans notre région en soit une des raisons.
Les ouvrières, au lieu de rester confinées (!) dans la ruche en attendant calmement le début du printemps et ses premières floraisons, sont sorties beaucoup plus tôt que d’habitude.
Or en janvier et février, même s’il faisait relativement chaud et beau, la nature était encore endormie et les fleurs n’étaient pas encore sorties.
Beaucoup d’ouvrières se sont donc épuisées à chercher des ressources en nectar et en pollen.

Elles se sont ainsi retrouvées trop peu nombreuses pour relancer la colonie efficacement.
Qu’à cela ne tienne ! Le travail des mois de mars et avril a donc consisté à reconstituer les colonies du rucher.
C’est-à-dire à renforcer les colonies les plus faibles et à diviser les colonies les plus fortes pour en créer de nouvelles (faire naitre une nouvelle reine).
Aujourd’hui, fin avril, grâce à un gros travail de division et de répartition, les ruchers sont « en forme ».
Le grand soleil de ce début de printemps a été très favorable et a permis des belles floraisons avec beaucoup de nectar et de pollen.
Au rucher des Iles, les cerisiers et les pissenlits constituent une précieuse ressource pour le développement des colonies.
Le rucher de la Pierre, plus haut en altitude, met un peu plus de temps à se remettre de ces pertes hivernales.
Mais la nature est bien faite et la vie l’emporte toujours, ce n’est qu’une question de temps avant que les hausses à miel se remplissent de bon nectar.

L’happykulteur veille sur ses avettes.
Prenez soin de vous, nous on s'occupe des abeilles :)
David et Coralie

Voir toutes ses actualités

Le Rucher des Iles

Le Rucher des Iles

Le rucher se situe à 200m d'altitude en fond de vallée entre le massif du Vercors, le massif de la Grande Chartreuse et les Chambans.
Il y a encore une centaine d'années, la rivière de l'Isère très capricieuse sortait régulièrement de son lit et créait de nombreuses iles sur le site actuel du rucher, d'où son nom.
Les petites z'abeilles se nichent dans un sympathique verger de 1000 plants de kiwi en agriculture Bio (que nos petites abeilles pollinisent en échange de la location de leur emplacement) entouré de vieux cerisiers d'une 15aine d’espèces différentes (nous y faisions de miel de cerisier lorsque la température était propice).
On retrouve dans les prairies qui l'entoure de multiple fleurs (du pissenlit, trèfle blanc, luzerne, des boutons d'or, du plantain), il y a aussi des haies et du petit bois très proches (aubépine, ronce, acacia, boulot, noisetier, lierre, peupliers, saules).
J’y récolte du miel des Îles de Moirans, miel toutes fleurs de prairies - Notes de trèfles blanc et pissenlits - Saveur fraîche, légère et printanière, zeste d’agrume - Médaille de Bronze 2017 au concours bisannuel du Syndicat Apicole Dauphinois.

L'apiculteur : Cyrille ANCERY

UTPLA apiculteur Cyrille ANCERY

Je m'appelle Cyrille. J'ai 29 ans.
Malgré mon jeune âge, je suis apiculteur depuis quelques années déjà.
Mon exploitation comporte environ 150 colonies. Les abeilles avec lesquelles je travaille sont adaptées à l’environnement naturel berrichon. Elles sont particulièrement douces et j’ai plaisir à travailler avec elles au quotidien en toute confiance.

Mes ruches sont "Dadant". Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille. Plus que cela, je veux montrer que l'on peut collaborer avec le monde agricole et ainsi s'inscrire dans une démarche de respect mutuel entre "apiculteurs" et "agriculteurs".
Ainsi, j’installe, en accord avec des agriculteurs des colonies sur des champs de cultures non traités. Cette opération a pour objectif de créer un rapport "donnant donnant", avec les agriculteurs et de faire doucement évoluer les pratiques agricoles pour tendre vers une pratique plus vertueuse et respectueuse de notre environnement. Tout naturellement, j’ai souhaité rejoindre le réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles pour proposer mes ruches en parrainage et créer ainsi un véritable cercle vertueux entre les abeilles, la filière et vous, parrains des ruches…

Nouvelles du printemps

Chers Parrains,

La saison a démarré il y a quelques semaines avec un début de printemps chaud et estival début mars. Les abeilles ont pu commencer à travailler dans des conditions très favorables.
Malheureusement, cela n'a pas duré longtemps, car depuis maintenant une quinzaine de jours, nous avons une météo fraîche et humide qui a malheureusement tout stoppé.
Les colonies ont heureusement pu constituer quelques réserves au début du printemps, mais elles ont presque tout consommé durant cette période très fraîche.
Heureusement, la météo est redevenue plus favorable ces derniers jours, et nos chères abeilles peuvent à nouveau collecter du nectar, ce qui promet une récolte de miel de printemps plutôt correcte.

Nous allons croiser les doigts. Nous vous remercions encore une fois beaucoup pour votre soutien et vos messages réguliers qui nous encouragent.
Vous pouvez également nous suivre sur notre page Facebook : Les Ruches du Berry Cyril Ancery.

Un grand merci à vous, et nous reviendrons très vite avec des nouvelles sur la récolte de miel, qui devrait démarrer d'ici environ une semaine, avant la prochaine récolte des miels toutes fleurs.

 

Voir toutes ses actualités

Les ruches du Berry

Les ruches du Berry

Mon exploitation est basée dans le BERRY, dans le département du Cher (18140) entre Sancerre et le Val de Loire.
J'ai la chance de pouvoir profiter d'une flore très diversifiée et ainsi pouvoir récolter divers miels.

Je récolte notamment un miel crémeux de Printemps. Je récolte aussi du miel d'Aubépines, de l'Acacia, du miel d'Eté, ou encore du Forêt et du Tournesol. Plus original encore, je récolte du miel de Carotte :-)

L'apiculteur : Frédéric WUATELET CECCALDI

UTPLA apiculteur Frédéric WUATELET CECCALDI

J'avais en tête une reconversion agricole depuis plusieurs années déjà…
J’ai d’abord travaillé comme skipper pro durant une quinzaine d'année dans les Antilles, le Pacifique et bien sûr la Méditerranée.
Par la suite, j’ai souhaité réhabiliter et remettre en production des terrains de famille en haute corse que je possède ;
Notamment une châtaigneraie d'une quinzaine d'hectares.
Malheureusement, il a été difficile de mener à bien ce projet, essentiellement pour des raisons topographiques et de charge de travail.
Le temps que je mette tout en route, j’aurais probablement atteint l’âge de la retraite ;-)
Finalement, ma femme et moi avons acquis, avec des amis un terrain d'une trentaine d'hectares où j'ai pu développer mon activité.
J'ai également deux ruchers de montagnes sur Frasseto et Corrano ainsi que deux ruchers du coté de Coti Chiavari.
Il y a cinq ans, je me suis passionné pour l'apiculture, aidé en cela par celui qui allait devenir, par la suite, mon maitre de stage.
J'ai acquis mes cinq premières ruches en 2015 et j'ai à l’heure actuelle une centaine de ruches en production.
Je travaille en langstroth, format de ruche bien adapté à notre abeille endémique « Apis Mellifera Mellifera Corsica »,
sous espèce de notre abeille noire d'Europe.
Elle est plus petite, mois productive et plus agressive que les abeilles que l'on trouve sur le continent.
Mais elle est plus adaptée à notre flore locale, notamment grâce à sa langue plus longue qui lui permet de butiner certaines plantes de la région.

News printemps 2024

Bonjour à toutes et tous, 

quelques lignes afin de vous tenir informé du début de saison.

Cette année encore, le printemps est arrivé très en avance les abeilles se sont remises en activité sans aide de ma part.

J'ai transhumé de la montagne à la mer afin de leur donner l occasion de saisir la miellée de bruyère.

Les ruches sont belles sur 7 à 9 couvains.

Les premières récoltes ne devrait plus tarder et je vais démarrer l'élevage des reines 2024 afin de renouveler le cheptel. 
encore merci pour votre soutien et l intérêt que vous portez à mes abeilles. 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher d'Acciola

Le Rucher d

A l'heure actuelle je possède quatre ruchers qui me permettent de suivre les floraisons, en variant les altitudes.
Je passe de 200m d’altitude au printemps, à presque 800m pour le châtaignier ou l'arbousier.
J'ai adhéré, dès mes premières ruches, au syndicat AOP Miel de corse « Mele Di Corsica ».
Il nous permet à travers un cahier des charges assez rigoureux, d’avoir une gamme variétale complète en Appellation d'Origine Protégée (la seule en France).
Elle comprend le Miel de Printemps (saules, lotiers littoraux mimosas, asphodèle chardons etc..).
Mais aussi, le Maquis de Printemps (genêts, bruyères, lavande maritime.),
le Miellat du maquis, issu du puceron du chêne aussi nommé « metcalfa » (qui se fait hélas de plus en plus rare ces dernières années),
le Miel de Maquis d'Eté (anthyllis, thym corse, ronces et germandrées).
Ce dernier miel est plus rare car souvent concomitant à la miellée de châtaignier.
Le Miel de châtaigneraie (châtaignier mais aussi ronces, clématites, anthyllis, népita et genêts) et enfin,
le Miel de Maquis d'Automne (arbousier, lierre salsepareille et inule visqueuse).
Je n'arrive pour l'heure qu'à produire, selon les années, du Miel de Printemps, Maquis de Printemps, Châtaigneraie et Maquis d'Automne.
Mais je travaille à l'obtention de nouveaux ruchers qui pourraient, par la suite me permettre de produire plus de miel de la gamme variétale, notamment je l'espère, le Maquis d’Été.
Le parrainage de ruches, me permettra, je l’espère, et grâce à vous d’accomplir mon rêve !

L'apiculteur : Thierry COLIN

UTPLA apiculteur Thierry COLIN

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

Visite de ruches chez votre apiculteur

Chers parrains et marraines, 

Je vous accueille chez moi Samedi 29 juin 2024 de 13h00 à 18h00.

Rendez-vous au 84 rue du Général de Gaulle 67530 Saint-Nabor à 13h00 !


Au programme :

Visite de la miellerie avec explication des différents appareils (extracteur/ maturateur/pompe doseuse)...
Ouverture d'une ruche,
Dégustation du miel fraîchement récolté...
Decouverte des balances connectées.
La visite du rucher deSaint Nabor... Là où je fais mon élevage de reines et la création des nouvelles colonies.

Cette journée dédiée à l'apiculture est gratuite.

Inscrivez-vous ici. 

* Merci de bien lire nos recommandations concernant la présence d'abeilles sur le site au moment de votre inscription.

Bonne journée, 

Votre apiculteur, Thierry.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Wintershouse

Le rucher de Wintershouse

Le premier rucher se trouve 500 m de la résidence de Thierry et le second à 6 km.
Ils sont tout deux adossés à une forêt d'Acacias qui est sa plus grosse production.

Le miel issu de cette miellée est liquide et de couleur jaune clair et d'une grande finesse gustative.
Sa seconde production est un miel polyfloral constitué de fleurs de prairie, tilleuls, cerisiers, pommiers, issus de la pollinisation qu'il effectue sur les cerisiers et pommiers proches d'un de ses ruchers.
Ainsi, vous pourrez recevoir un miel toutes fleurs ou d'acacia selon les récoltes.

Thierry utilise des ruches ZANDER qu'il se procure en Allemagne, celles-ci sont très pratiques car elles ont des hausses à miel de même dimensions que l'on appelle aussi hausse multiples ou divisibles ce qui facilite le travail même si le poids est plus important.

Thierry propose aussi le parrainage dans son rucher-maison (cf photo) ainsi, selon les places disponibles, vos abeilles pourront y être installées.
Thierry travaille avec des Apis Mellifera Carnica Sklenar. Il s’agit d’abeilles douces et avec peu d’envie d’essaimage (envol d'une partie de la colonie avec la reine) et un hivernage avec des colonies populeuses.

France 3 Alsace avec Thierry

Thierry était invité sur le plateau d'Alsace Matin pour parler de son exploitation et du projet Un toit pour les abeilles diffusé le 12 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Eric FRANQUELIN

UTPLA apiculteur Eric FRANQUELIN

Eric est apiculteur amateur en Picardie depuis 2008, cette passion l'a piqué en vacances lors de la visite d’un musée de l’abeille.

Il se forme à l’apiculture auprès d’un apiculteur local ainsi qu’au Rucher École de l’Oise Apicole où il suit des cours sur l'apiculture.
Il a ensuite acquis une ruche, des abeilles, le matériel de base.

Aujourd'hui, il accomplit sa passion avec un petit rucher d’une vingtaine d’essaims qui sont situées au milieu de jardins potagers et près d'une forêt.
Il vit l'apiculture à la cadence des abeilles et selon l’éclosion des fleurs mellifères.
Eric pratique à petite échelle la transhumance pour le miel d’Acacia, il déplace quatre à cinq ruches au moment de la floraison de l'arbre.

Il espère agrandir son cheptel dès le printemps 2016 composé d'abeilles noires et d'abeilles Buckfast grâce aux parrainages.

Le printemps arrive...

Chers marraines et chers parrains,

J’espère que vous allez bien et j’en profite pour vous renouveler mes remerciements pour vos parrainages.

Dès qu’il y a un rayon de soleil, vos abeilles sortent et récoltent du pollen, signe que le printemps n’est pas loin.

Elles butinent actuellement sur les pruniers, abricotiers, le colza et quelques fleurs sauvages.

La sortie d’hiver se passe bien, quelques aides partielles en apport de nourriture pour des ruchettes qui ne possèdent que 6 cadres au lieu de 10 dans les ruches, dont la population est élevée et les réserves épuisées.

Je suis impatient d’attaquer la saison apicole et d’ouvrir les ruches, il faut une température d’environ 17 degrés pendant plusieurs jours pour sortir les cadres des ruches et observer la reprise de ponte de la reine sans risque de refroidir le couvain (larves d’abeilles). Je vous dis à très vite.

Votre apiculteur,

Eric

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Picardie

Le Rucher de Picardie

Le rucher d’Éric est situé au nord de l’Oise à Saint Just.
Celui-ci se compose d’une vingtaine de ruches de modèle Dadant, entouré de jardins et près d’une forêt.

Le miel récolté est le reflet des différentes fleurs mellifères et arbres fruitiers qui entourent son rucher dont il suit les variations et les floraisons.
L’extraction est artisanal pour en préserver les arômes et les propriétés nutritionnelles.
Le miel est un miel toutes fleurs, liquide et crémeux doté d’un arôme polyfloral de caractère.

Eric laisse le corps de ses ruches rempli de miel pour que les abeilles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

L'apiculteur : Manuel VIGNERON

UTPLA apiculteur Manuel VIGNERON

Manuel (38 ans) est apiculteur amateur depuis 2014, passé semi-professionnel en 2021 dans le massif central, en Corrèze (le pays vert) aux portes du parc naturel de millevaches en Limousin.
Il s'est formé au rucher école de Brive la Gaillarde, mais surtout grâce aux lectures qui lui ont permis d'essayer de nombreuses techniques pour se perfectionner.

Il possède actuellement 150 ruches "Dadant" où les abeilles butinent dans ce lieu paisible et naturel encore préservé (50% de forêts et 50% de prairies).
Son objectif est de conserver ce nombre de ruches dans le but de garder une production de miel et une méthode de travail artisanale et de qualité!

La réduction maximale des besoins énergétiques pour une apiculture durable se fait avec très peu de matériel électrique et thermique qui se résume simplement à son véhicule et son extracteur)!!!

Tous les ruchers se situent à moins de 10km à la ronde de son domicile, ce qui limite au maximum les déplacements!

La sauvegarde de l'abeille noire endémique de sa région mieux adaptée au climat et à la végétation, reste sa priorité.
Il développe par ailleurs un élevage naturel (tenant compte de la biologie collective des abeilles) pour proposer des essaims à la vente pour la filière apicole.
La sauvegarde de la biodiversité le préoccupe beaucoup, c'est pourquoi il n'utilise aucun produits chimiques ni dans la ruche, ni aux alentours.

Sa priorité n'est pas de produire un maximum de miel mais d'en laisser suffisamment aux abeilles pour la bonne santé de ces dernières.

Il a obtenu en 2017 l'attestation de conformité Nature et Progrès pour l'ensemble de ses ruchers et ses miels !
Ce label certifie une apiculture biologique et paysanne, qui intègre aussi des notions éthiques, environnementales et sociales dans le cahier des charges...

Il a obtrenu en 2023 le Label bio européen (agriculture biologique)!

Manuel est également sapeur pompier volontaire et technicien de maintenance sur défibrillateurs à temps très partiel!

Une saison en enfer…

Bonjour à toutes et à tous,

Quel mois de mai horrible pour les abeilles et pour l’apiculteur ! J’ai l’impression de vivre un cauchemar depuis début avril, de faire la même chose tous les jours et de constater avec la même impuissance la famine dans les ruches…

Je suis en train de vivre exactement le même scénario qu’en 2021, mais en pire car j’ai beaucoup plus de ruches. En effet, un gel tardif fin avril 2021 (presque -10 degrés) avait tout détruit et la nature avait mis plus d’un mois à s’en remettre. Et bien, au moins je savais à quoi m’attendre. De toute façon, les abeilles ne pouvaient pas vraiment sortir à cause des températures trop froides et surtout de la pluie. Encore 198 mm du 1er au 26 mai, ce qui en fait le mois le plus humide de 2024 pour atteindre, accrochez-vous bien, 1860 mm de précipitations en 1 an et 1 mois.

Mais ce qui m’inquiète le plus, c’est la végétation qui a gelé après un départ très précoce. Même les chênes et les châtaigniers ont eu les feuilles et boutons floraux impactés. Ce qui donne un paysage très étrange ici avec des arbres bien verts et d’autres marron, brûlés par le gel…

Et même les journées un peu plus ensoleillées auront aggravé les choses car les abeilles, ne trouvant rien à butiner, se fatiguent et consomment beaucoup de réserves pour zéro nectar récolté, juste un peu de pollen…

Je passe donc mes journées depuis presque 2 mois à remplir les nourrisseurs de sirop. J’ai déjà apporté plus de 2 tonnes de sucre aux abeilles (immédiatement consommées) et je suis en train de me ruiner financièrement… Le tout sous la pluie et dans la boue, sinon ce n’est pas drôle…

La météo est responsable d’une grande partie des dégâts, mais je dois aussi de mon côté travailler beaucoup plus à améliorer la génétique de mes abeilles et les rendre plus réactives, résilientes et résistantes aux conditions climatiques de plus en plus extrêmes… Je dois donc sélectionner les meilleures souches et essayer de les multiplier tout en supprimant les moins bonnes en changeant les reines…

Toujours pas d’amélioration en vue. Les ronces vont bientôt fleurir et j’espère revoir un peu les cadres se remplir naturellement de nectar.

Et pour couronner le tout, les abeilles se sentant à l’étroit dans les ruches (dû à l’impossibilité d’ouvrir les ruches pour les contrôler et aussi à cause de la météo) ont décidé d’essaimer en masse le même jour du 24 mai. J’ai récupéré 4 essaims ce jour-là dans les arbres… je vous envoie des photos.

Voilà, passons aux bonnes nouvelles maintenant : l’herbe est bien verte et la nature ne souffre pas de sécheresse ni de chaleur (pour l’instant) et les abeilles sont toujours vivantes (mais à quel prix ?…).

À bientôt,

Manuel.

       

 

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pierrefitte

Le rucher de Pierrefitte

Le rucher se trouve à côté du massif des monédières qui culmine à 919 mètres où la variété florale est assez grande.
Il sélectionne l'emplacement de ses ruchers selon le niveau de diversité des plantes et l'état naturel de l'environnement dans le but d'avoir un miel différent des autres avec de nombreuses saveurs !

Selon la météo et les floraisons, Manuel pourra proposer du miel monofloral de châtaignier ou acacia, mais surtout du miel toutes fleurs de printemps (pissenlit, saules, arbres fruitiers, centaurées, myrtille, rosacées, aubépine, trèfle blanc, érable…) et d'été (tilleul, ronce, châtaignier, sarrasin, luzerne, callune ...).
Il est en partenariat avec plusieurs maraîchers tournés vers l'agriculture biologique ainsi que des producteurs de plantes aromatiques et médicinales bio chez qui il pose ses ruches, afin de proposer aux abeilles un maximum de plantes à butiner en toutes saisons. (Toutes ses ruches se trouvent d’ailleurs à moins de 10km à la ronde de son domicile pour limiter les déplacements).
Cette diversité essentielle aux abeilles (nectar, pollen) va permettre une bonne santé générale de la colonie et une production de miel optimale.
Il vend sa production localement (dépôt-vente, marchés de pays…) et n'effectue aucune transhumance.

Le rucher se trouve à côté du massif des monédières qui culmine à 919 mètres où la variété florale est assez grande.
Il sélectionne l'emplacement de ses ruchers selon le niveau de diversité des plantes et l'état naturel de l'environnement dans le but d'avoir un miel différent des autres avec de nombreuses saveurs !

Selon la météo et les floraisons, Manuel pourra proposer du miel monofloral de châtaignier ou acacia, mais surtout du miel toutes fleurs de printemps (pissenlit, saules, arbres fruitiers, centaurées, myrtille, rosacées, aubépine, trèfle blanc, érable…) et d'été (tilleul, ronce, châtaignier, sarrasin, luzerne, callune ...).
Il est en partenariat avec plusieurs maraîchers tournés vers l'agriculture biologique ainsi que des producteurs de plantes aromatiques et médicinales bio chez qui il pose ses ruches, afin de proposer aux abeilles un maximum de plantes à butiner en toutes saisons. (Toutes ses ruches se trouvent d’ailleurs à moins de 10km à la ronde de son domicile pour limiter les déplacements).
Cette diversité essentielle aux abeilles (nectar, pollen) va permettre une bonne santé générale de la colonie et une production de miel optimale.
Il vend sa production localement (dépôt-vente, marchés de pays…) et n'effectue aucune transhumance.

L'apiculteur : Alban HERITIER

UTPLA apiculteur Alban HERITIER

Je m'appelle Alban, j'ai 32 ans.
Comme vous pouvez le deviner sur la photo, je suis un amoureux de la bonne gastronomie. Donc je suis très attaché aux produits sains et de qualité.
Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille et de la biodiversité. C'est pour cela que mes abeilles sont toutes creusoises et donc habituées au climat local. J'utilise uniquement des ruches Dadant.
L'apiculture m'a toujours attiré, mais j'ai réellement découvert l'apiculture il y a 4 ans grâce à un collègue qui m’a offert mon premier essaim. Une fois piqué, on devient accro...

Je me suis formé au sein des 2 ruchers école du département, mais également en partageant avec les apiculteurs expérimentés, et avec beaucoup de lecture. Je suis actuellement en contact avec des écoles pour développer encore mes connaissances.

Et c'est comme cela que la passion est née. Je ne vis pas de l'apiculture, je fais cela par passion uniquement.
Le terme « rendement » ne fait pas parti de mon vocabulaire.
Mon miel est extrait à l'aide d'un extracteur manuel, pour une extraction en douceur.
Je récolte également la propolis et la cire. Je vais cette année expérimenter les baumes à lèvres, les crèmes hydratantes pour les mains, les bougies, ainsi que la teinture mère de propolis.

Découvrez les jardins de Mélina

Chers amoureux des abeilles,

Je vous invite à partager un moment avec moi et nos abeilles, le Dimanche 23 juin 2024 de 14h à 18h.

Nous partagerons ensemble un moment convivial autour des ruches.

Je vous expliquerai l'organisation de la colonie et comment je profite de cette passion au quotidien.

Vous pourrez poser toutes vos questions autour des abeilles et de notre biodiversité !

Inscrivez-vous ici.

Alban

Voir toutes ses actualités

Les Jardins de Mélina

Les Jardins de Mélina

Le département de la creuse est un département peu connu, où la nature à la chance d'être très préservée. L’agriculture locale est surtout l’élevage de bovins et ovins.
Il y a peu de cultures, donc peu de risques d’exposer mes abeilles aux pesticides.
Je collabore avec « un toit pour les abeilles » car je trouve la démarche intéressante. Les entreprises ou les particuliers participent à l’activité apicole, se sensibilisent à la protection des abeilles, mais sensibilisent également leur entourage.
Et ce fonctionnement permet aux apiculteurs de pouvoir développer leur cheptel.
Je dispose actuellement d’une trentaine de colonies, que je surveille tout au long de l’année.
Chaque année, comme j’ai une profession qui ne me permet pas de visiter mes ruchers tous les jours, je laisse partir des essaims en pleine santé dans la nature lors des essaimages. Cela permet de repeupler doucement la campagne environnante.
Mes ruches se situent sur quatre ruchers distincts, offrant aux abeilles une pluralité florale importante. Selon le rucher, je récolte des miels de tilleuls doux au parfum délicat, des miels de châtaigniers, de caractère, boisé, corsé un peu amère, ou encore des miels de Fleurs de prairies délicats.

L'apiculteur : Alexandre BOUVIER

UTPLA apiculteur Alexandre BOUVIER

Je m'appelle Alexandre Bouvier (33 ans). Mon intérêt pour la nature et les plantes m'a poussé à aller découvrir le monde merveilleux des abeilles en 2015.
Après deux saisons auprès d’apiculteurs confirmés dans le Tarn et en Lot-et-Garonne, je me suis lancé avec mes 10 premières ruches progressivement dans le projet de vivre de ce magnifique métier.
Pour compléter mes acquis, je me suis formé au rucher école local et ensuite fait une formation agricole (BPREA) afin d’avoir toutes les clés pour démarrer cette belle aventure.
Fin 2018, 160 personnes m’ont soutenu dans ma campagne de financement participatif. Grâce à eux, j’ai l’occasion de travailler auprès des abeilles à temps plein depuis le printemps 2019.  
Le sens de l’organisation et du collectif chez l’abeille m’émerveillera toujours !  En tant qu’apiculteur nous avons la chance de la voir évoluer et de faire un métier diversifié et enrichissant.
L’idée du parrainage fleuri fortement dans mon esprit depuis quelques années. Je pense que nos paysages ressemblent de plus en plus à un désert pour les pollinisateurs.
Il est temps que collectivement nous travaillons à repenser nos écosystèmes afin que les divers acteurs replacent le vivant au centre des décisions, que ce soit le particulier dans son jardin,
les collectivités dans leurs gestions de l’espace public, les agriculteurs sur leurs champs, etc.
Le soutien de parrains est pour moi l’une des clés pour recréer les liens entre les divers acteurs concernés et mettre en lumière l’importance de notre biodiversité.

Et puis je souhaite que le parrainage m’aide à réaliser un vieux rêve.
J’aimerais créer des collaborations avec des éleveurs locaux pour que leurs prairies deviennent un paradis aussi bien pour les animaux que les insectes/abeilles.
En retravaillant sur des programmes de plantation de haies et prairies enrichies en fleurs.
Cependant, les éleveurs ont souvent besoin de soutien financier et technique pour mettre en place ces démarches. Ils sont un maillon essentiel pour que la flore de France reste diversifiée !
J’ai actuellement 120 ruches dadant avec des abeilles de diverses races. La diversité c’est bien aussi chez les abeilles.  
Elles sont situées sur divers secteurs pour bénéficier de floraisons durant toute la saison.

A bientôt pour une nouvelle saison

Bonjour à tous,

Comme vous l’avez surement entendu, l’hiver a été compliqué pour les apiculteurs.

Nous avons du mal à vendre notre miel cette année, en grande partie car les supers et hypermarchés ont décidé de freiner leurs achats de miel produit sur le territoire.

Une décision qui fragilise notre métier et qui pousse les conditionneurs à être frileux.

Les abeilles ont également connu une fin de saison 2023 compliquée.

L’été interminable a rendu la tâche compliquée aux abeilles, avec des récoltes insuffisantes de nectars et pollens.

Est venue s’ajouter la pression du frelon asiatique qui était très élevée cette année.

Malgré mon support, de nombreuses colonies ont de faibles populations.

J’ai hâte d’être au printemps pour faire un bilan global de l’état du cheptel et ’aider au maximum les colonies dans le besoin.

Ça tombe bien, je commence à avoir des fourmis dans les mains ! Hâte d’aller les visiter !

Merci pour votre soutien ! Sans consommateurs, pas d’agriculteurs.

 

Belle journée,

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher d'Angiroux

Le rucher d

La flore locale permet aux abeilles de butiner au printemps les fleurs des arbres fruitiers (ici notamment les pruniers), buissons sauvages, pissenlit, colza,
ainsi que de l’aubépine, de l’acacia et plus tard dans la saison du miellat et du tournesol.
Durant les périodes de disette, une partie des colonies sont ensuite disposées auprès des bourdaines et bruyères Landaises ainsi que des châtaigniers de Dordogne
afin de leurs apporter des pollens et nectars de qualité. Les abeilles et l’apiculteur sont gagnants !  
Nous profitons des diverses miellées de nos terroirs pour offrir une gamme variée de gouts, couleurs et de textures. Des miels crémeux jusqu'à des miels aromatiques et complexes :
Miel de printemps, d´acacia, de toutes fleurs, de bourdaine, de châtaignier, de foret, de tournesol, du crémeux de printemps et d’été !

L'apiculteur : Alban GORE

UTPLA apiculteur Alban GORE

Alban est installé au cœur des Corbières, dans l'Aude, où l'apiculture a connu son apogée avec les romains qui installés ici, pratiquaient la culture de la vigne et des abeilles.

Après avoir commencé en 2000 à constituer son cheptel et fabriqué ses premières 150 ruches, il obtient en 2001 son BPREA (Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole) apicole en alternance et, en 2007, il reprend l'activité en professionnel de son oncle apiculteur qui part en retraite. Il récupère alors les ruches et le matériel de miellerie.

Il est convaincu que les abeilles doivent garder un cycle proche du cycle de leur écotype (environnement) et de fait, effectue la transhumance très raisonnablement (Aude et départements limitrophes).
Il vend sa production localement puisqu'il est présent sur les marchés de Carcassonne et de Lezignan Corbières quasiment toute l'année. Du producteur au consommateur !!

Mes portes ouvertes ce 16 juin 2024

Bonjour à tous,

Rendez-vous ce Dimanche 16/06/2024 dans le cadre de l'évènement de Ferme en Ferme à Caunettes-en-Val Aude (11).
Suivre les panneaux "De Ferme en Ferme" !


Ce sera l'occasion de visiter plusieurs fermes (7) dont celle d'Alban.
Des marchés ainsi que de la restauration sont organisés dans certaines d'entre elles avec producteurs locaux.

Chez Alban, visite de la miellerie, du matériel exposé, ruche vitrée. Mais aussi vente de miels et autres produits de la ruche : pollen et propolis...
De 9h à 18h (dans le village visite de l'atelier voisin qui producteur/transformateur de plantes aromatiques).

Incrivez-vous ici. 

Bonne journée à tous. 

Votre apiculteur, Alban.

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Massif des Corbières

Le rucher du Massif des Corbières

Alban travaille avec des ruches Dadant  10 cadres (modèle qui permet plus d'autonomie aux abeilles).
Il pratique l'élevage de reines  et crée ses essaims sur l'exploitation même.
Alban travaille depuis quelques années avec des Abeilles Caucasienne et Catalane, types d'abeilles se rapprochant le plus des abeilles "noires" dites locales que l'on ne voit plus dans les Corbières depuis longtemps.
Elles ont l'avantage d'être plus rustiques mais ne sont pas commodes par moment.
Installé au cœur des Corbières, l'environnement est constitué de Garrigues basses et plutôt sèches avec de très fortes températures  en été (40°C a 50°C sans problème) et beaucoup de vent (quand ce n est pas le "marin" c'est le "cers" fréquent avec ses rafales entre 50 et 80 km/heure).
Ce n'est pas pour rien que  les passionnés pratique la planche a voile sur littoral audois !!
Les abeilles ont d'ailleurs ici le comportement de voler à ras du sol, slalomant entre les genêts, scorpions et les romarins.
Les miels "phares" de nos Corbières sont le miel de romarin (plantes aux vertus merveilleuses mais aux miellées  précoces et aléatoires) et les miels de "garrigues", de printemps, d’été ou d'automne, suivant les saisons et les floraisons.
Les abeilles vont au fil du temps sur les romarins, les thyms, les dorycniums, les roquettes blanches, les clématites, les buplèvres, les lavandes sauvages et les sédums ou en fin de saison, sur les arbousiers, les lierres ou les inules visqueuses.
En plaine du coté de Carcassonne, là ou les cultures s’étendent, les abeilles pourront faire du miel sur le tournesol.
Viennent ensuite les miels de maquis ou de montagne faits de bruyère blanche, de serpolet, de ronce ou de bruyère cendrée ou callune ou même, de châtaignier (l'arbre à pain providence qui apporte l'énergie nécessaire aux jeunes essaims pour se préparer à l'hivernage).

L'apiculteur : Arielle et Eric MAIDON

UTPLA apiculteur Arielle et Eric MAIDON

Eric : J'ai travaillé longtemps comme plombier chauffagiste. Mais quand j'ai eu 50 ans,
j'ai dit « Stop ! Maintenant je vais faire ce que j'ai envie de faire ! » et je suis reparti à l'école pour passer un BPREA d'apiculture.
Après avoir acheté 25 ruches en 2013, j'ai construit les autres et commencé à agrandir mon cheptel.
En 2018, celui-ci s'élevait à environ 200 colonies et obtenait une certification AB.
Arielle : J'étais institutrice depuis une trentaine d'années. J'ai pris ma retraite et je me suis engagée avec lui dans cette nouvelle voie.
Je donne un coup de main au rucher et à la miellerie, mais je m'occupe plutôt de la transformation (granolas, gâteaux, pâtes à tartiner...) et des marchés.
Je garde un contact avec l'éducation en animant parfois des ateliers de sensibilisation au peuple des abeilles, auprès des enfants d'âge scolaire.
Cette nouvelle vie nous satisfait, elle est cohérente avec nos envies d'écologie et de mieux vivre, et nous avons l'impression de contribuer à une alimentation plus saine avec nos produits !
Le parrainage de ruches avec Un Toit Pour Les Abeilles est pour nous une réelle opportunité de faire face aux difficultés auxquelles sont confrontées les abeilles et les apiculteurs de nos jours.
Merci pour tous vos parrainages !

A vous de jouer

Bonjour marraines et parrains

Vous connaissez forcément le lien entre les abeilles et les pommes... en effet, pas d'abeilles, pas de fruits. Cela nous a donné une idée, sur notre ferme apicole de la Coumette.

Et si on plantait un verger à proximité du rucher ? Soutenus par le projet "Vergers en transition" dans le cadre du Projet de Relance de l'Alimentation Gersoise, accompagnés par l'ADEAR 32, nous voici lancés dans l'aventure grâce à un site de financement participatif, la plateforme BlueBees.

Et encore une fois, nous faisons appel à vous! Pour partager, diffuser et pourquoi pas contribuer à la réussite de notre projet, qui repose sur un appel aux dons.

Pour cela, suivez le lien Notre projet sur BlueBees  qui vous explique tout de À à Z. 

Et si vous préférez nous écouter de vive voix, voici le lien vers une interview qui vous racontera tout: Ecouter l'interview

Attention, plus que 19 jours avant la fin de cette campagne...

C'est parti!!!

Voir toutes ses actualités

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le rucher est situé chez nous dans le Gers, avec environ 200 ruches dont 160 actuellement en production.
Etant situés à l'intersection du Gers, de la Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées, nous sommes idéalement placés pour effectuer de petites transhumances vers des zones mellifères :
tilleul, châtaignier et suivant les années bruyère callune dans le piémont pyrénéen, acacia, tournesol et sarrasin en plaine.
Également colza et tournesol en miel conventionnel.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Un bilan 2022 somme toute positif

La saison apicole 2022 a été une année extrêmement particulière compte tenu des conditions climatiques.

Il a fallu apporter des réserves d'eau près des ruchers car les abeilles ont recherché l'eau en permanence compte tenu des chaleurs excessives.

Nous avons réussi à faire du miel de fleurs ainsi que du miel de forêt.

Nous pensons que la récolte  a été bonne compte tenu des conditions climatiques défavorables.

Nous avons eu beaucoup de chance contrairement à d'autres collègues car nous avons bénéficié d'orages qui ont été accompagnés de grosses pluies ce qui a favorisé la miellée de la fleur de ronce.

Les abeilles semblent en  bonne santé malgré des attaques persistantes des frelons asiatiques. Sur certains ruchers nous avons été obligés de déplacer les ruches car il y avait beaucoup trop d'attaques de frelons.

Les colonies semblent en bonne santé et populeuses, nous verrons cela à la sortie de l'hiver si notre diagnostic a été bon.

Nous remercions l'ensemble des parents particuliers et entreprises de nous soutenir dans notre activité ainsi qu'Un Toit Pour Les Abeilles qui a toujours été présente dans les coups durs.

David et karine 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Ribou

Le rucher de Ribou
Le rucher principal s'étend sur près de 4 hectares à coté du lac de Ribou, la flore locale y est riche et variée (bocages de haies champêtres et prairies pour la plupart en agriculture biologique).

On peut y récolter un miel toutes fleurs de prairie, du miel d'acacia, de tilleul, de châtaignier, de ronce.

Ils vont également développer la vente de propolis ainsi que la fabrication de pains d'épices maison.

Les abeilles à parrainer dont de race Buckfast et d'une lignée certifiée que seul Dominique Froux, apiculteur professionnel ayant collaboré avec un grand maître de l’apiculture (le frère Adam à l’abbaye de Buckfast en Angleterre) et qui a développé cette abeille d’élevage douce et productive, peut prétendre en France. 

L'apiculteur : Yvon TORCAT

UTPLA apiculteur Yvon TORCAT

Je m'appelle Yvon TORCAT.
Je suis apiculteur depuis une trentaine d'années.
J'ai appris l'apiculture très jeune en aidant un apiculteur retraité dans mon village de VAL DE CHALVAGNE dans les Alpes de Haute Provence.
Il m'a transmis sa passion des abeilles et le respect de la nature.
Je suis fasciné depuis trente ans par l'intelligence des abeilles et leur pouvoir de transformer le nectar des fleurs en miel.
Je vis au rythme des abeilles et de la floraison des fleurs mellifères. Je travaille sur des ruches langroth avec l'abeille locale: l'abeille noire.
Je renouvelle mes colonies par la création d essaims artificiels: je n'achète aucun essaim.

Je ne nourris pas au sirop mes colonies car je privilégie mes abeilles à la récolte de miel .

Je pratique une apiculture douce car je fais une seule récolte de miel par an (miel de lavande) contrairement à beaucoup d'apiculteurs: je ne cherche pas  le rendement à outrance.

Je ne veux pas épuiser mes reines et mes ouvrières: elles vivent ainsi plus longtemps.

Je privilégie les petits ruchers (25 colonies au maximum) tout cela pour ne pas mettre trop d'abeilles sur une même superficie, éviter trop de pertes dues aux frelons asiatiques et limiter la propagation des maladies.

 


Je possède quatre vingt ruches: j'aimerai bien augmenter mon cheptel mais chaque année j'ai de nombreuses pertes dues à l'hiver et aux frelons asiatiques.
Aujourd'hui, je transmets mes connaissances en apiculture à un jeune homme motivé.
Je propose uniquement un miel de lavande:il n 'existe pas vraiment de différence entre un miel de lavande et un miel de lavande bio.Contrairement a une idée reçue un miel ne peut pas contenir de pesticide, quelque soit son origine car l abeille sert de filtre...Lorsqu'elle butine des fleurs traitées aux herbicides: c est elle qui meurt.

 

 

FAIRE ce que tu aimes c 'est la liberté.

AIMER ce que tu fais ,c'est le bonheur.

Une météo surprenante

Bonjour à tous,

Quelques nouvelles de l'activité de nos abeilles : les colonies d'abeilles ont bien démarré au mois de mars. J'ai pu effectuer de nombreuses divisions pour compenser un nombre important de mortalité d'essaims pendant l'hiver.

Depuis le début du mois d'avril, les nombreuses pluies ont fait du bien à la végétation, mais les températures restent basses. Cela a pour effet de stopper l'activité des butineuses, car les fleurs n'ont pas de nectar.

Pour l'instant, il n'y a quasiment pas de miel dans les ruches. J'attends avec impatience la hausse des températures pour que les abeilles puissent rattraper leur retard.

L'année dernière, il faisait chaud très tôt, mais c'était très sec. Cette année, c'est l'inverse : il a bien plu, mais il ne fait pas chaud.

Heureusement que les lavandes sont belles grâce à la météo pluvieuse.

En espérant que le beau temps persiste, je vous dis à bientôt.

 

Votre apiculteur, Yvon. 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Val de Chalvagne

Le rucher de Val de Chalvagne

Les ruches passent la majeure partie de l'année dans la vallée, à 800 m d'altitude, dans l'arrière pays niçois.

Il s'agit d'un territoire ayant su préserver son environnement de tous pesticides et insecticides.
Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : thym, tilleul, sarriette,lavande sauvage, fleurs des champs et des sous bois…
Les ruches sont transhumées la nuit sur le plateau de Valensole dans les grands champs de lavande vers le 10 juin pour une seule récolte de miel de lavande.
Les lavandes poussent sur des sols calcaires secs.

La plupart des lavandes , très odorantes sont largement utilisées en parfumerie et en cosmétologie.
De nombreux apiculteurs n'hésitent pas à faire plusieurs centaines de kilométres pour récolter ce " miel des miels".
La floraison a lieu de mi  juin à fin juillet. La récolte du miel a lieu dès que les lavandes sont coupées à la fin du mois de juillet.

Le miel de lavande représente le fleuron des miels produits en France.
Il est très parfumé et offre des atouts à la dégustation qui en font sa réputation.
Il sait se faire apprécier de tous grâce a son parfum typé, blond.
Son odeur est délicat et fort agréable. Ses aromes boisés, végétaux et floraux restent longtemps en bouche et enchantent tous les palais délicats.
Nombreux sont les amateurs qui n'hésitent pas à clamer haut et fort que c'est de très loin le meilleur miel au monde.
Le miel de lavande a des vertus antiseptiques. Il est bénéfique en période de toux, c'est un anti-inflammatoire pour les voies respiratoires et un anti rhumatisme naturel.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en ce mois de juin qui débute ?


 
En juin, les abeilles ne chôment pas !
C’est bientôt l’été, même si la météo a été particulièrement capricieuse cette année, avec un temps plutôt maussade et humide pour un mois de mai.
Mais voici le soleil timide qui fait tout doucement son entrée pour le plus grand bonheur des abeilles.
Les ruches bourdonnent...




Imprimer la page

Retour