ODERIS

Logo ODERIS

Oderis est un cabinet de conseil financier et opérationnel qui accompagne ses clients depuis plus de 15 ans sur des projets de Transaction, de Transformation, d’Evaluation et de Restructuration.


Voir leur site internet

Nous avons souhaité poursuivre nos actions en matière de respect et de préservation de l’environnement à travers un soutien apporté à un toit pour les abeilles. Nous avons donc décidé de parrainer 4 ruches pour nos 4 bureaux qui sont répartis sur tout le territoire à Paris, Lyon, Bordeaux et Nantes.

Les ruches en images

  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS
  • La ruche ODERIS

L'apiculteur : David GIRAUD

UTPLA apiculteur David GIRAUD

J'ai commencé l'apiculture il y une petite dizaine d'année, je suis passé de trois ruches à une centaine de ruches réparties sur 5 ruchers.
Je suis apiculteur amateur semi-professionnel, je n'arrive pas encore à vivre de mon activité apicole, je suis donc pluriactif (pisteur de ski de fond, accompagnateur moyenne montagne, vendeur conseil en magasin espaces verts).
Pour la formation, je suis autodidacte, je me suis construit en discutant avec les anciens et en dévorant des livres, j'ai commencé avec de petits moyens et j'ai eu le temps d'apprendre de mes erreurs et de mes expériences.
Cette vocation pour l'apiculture découle de plusieurs passions qui s'entremêlent (la botanique, l'ornithologie, l'enthomologie), de plusieurs rencontres essentielles comme "Pierrot" un de mes mentors ou "Gael" mon copain de longue date avec qui j'ai commencé cette aventure (merci à vous), et enfin d'une envie très grande d'être en adéquation avec le monde naturel du vivant qui m'entoure tout en respectant les autres. Je voudrais à présent essayer de vivre de ma passion modestement en aidant la planète et en considérant à égal son prochain. C’est pour cela que je me suis lancé dans l’aventure Un Toit Pour Les Abeilles.

Nouvelles printanières

Chères marraines, chers parrains,
Si les hommes aiment les hivers doux et ensoleillés pour manger au balcon, pour les abeilles c’est loin d’être l’idéal.
La visite des ruchers en sortie d’hiver n’a pas été source de bonnes nouvelles.
De nombreuses colonies étaient soit extrêmement faibles, soit carrément décimées.
Les pertes de cet hiver 2020 s’élèvent à 40% environ, un triste hiver pour les Happykulteurs.
La grande majorité ne manquait pourtant pas de nourriture, les cadres de réserve étaient souvent encore garnis de miel.

Il est fort probable que l’hiver très doux et très ensoleillé que nous avons eu dans notre région en soit une des raisons.
Les ouvrières, au lieu de rester confinées (!) dans la ruche en attendant calmement le début du printemps et ses premières floraisons, sont sorties beaucoup plus tôt que d’habitude.
Or en janvier et février, même s’il faisait relativement chaud et beau, la nature était encore endormie et les fleurs n’étaient pas encore sorties.
Beaucoup d’ouvrières se sont donc épuisées à chercher des ressources en nectar et en pollen.

Elles se sont ainsi retrouvées trop peu nombreuses pour relancer la colonie efficacement.
Qu’à cela ne tienne ! Le travail des mois de mars et avril a donc consisté à reconstituer les colonies du rucher.
C’est-à-dire à renforcer les colonies les plus faibles et à diviser les colonies les plus fortes pour en créer de nouvelles (faire naitre une nouvelle reine).
Aujourd’hui, fin avril, grâce à un gros travail de division et de répartition, les ruchers sont « en forme ».
Le grand soleil de ce début de printemps a été très favorable et a permis des belles floraisons avec beaucoup de nectar et de pollen.
Au rucher des Iles, les cerisiers et les pissenlits constituent une précieuse ressource pour le développement des colonies.
Le rucher de la Pierre, plus haut en altitude, met un peu plus de temps à se remettre de ces pertes hivernales.
Mais la nature est bien faite et la vie l’emporte toujours, ce n’est qu’une question de temps avant que les hausses à miel se remplissent de bon nectar.

L’happykulteur veille sur ses avettes.
Prenez soin de vous, nous on s'occupe des abeilles :)
David et Coralie

Voir toutes ses actualités

Le Rucher des Iles

Le Rucher des Iles

Le rucher se situe à 200m d'altitude en fond de vallée entre le massif du Vercors, le massif de la Grande Chartreuse et les Chambans.
Il y a encore une centaine d'années, la rivière de l'Isère très capricieuse sortait régulièrement de son lit et créait de nombreuses iles sur le site actuel du rucher, d'où son nom.
Les petites z'abeilles se nichent dans un sympathique verger de 1000 plants de kiwi en agriculture Bio (que nos petites abeilles pollinisent en échange de la location de leur emplacement) entouré de vieux cerisiers d'une 15aine d’espèces différentes (nous y faisions de miel de cerisier lorsque la température était propice).
On retrouve dans les prairies qui l'entoure de multiple fleurs (du pissenlit, trèfle blanc, luzerne, des boutons d'or, du plantain), il y a aussi des haies et du petit bois très proches (aubépine, ronce, acacia, boulot, noisetier, lierre, peupliers, saules).
J’y récolte du miel des Îles de Moirans, miel toutes fleurs de prairies - Notes de trèfles blanc et pissenlits - Saveur fraîche, légère et printanière, zeste d’agrume - Médaille de Bronze 2017 au concours bisannuel du Syndicat Apicole Dauphinois.

L'apiculteur : Nicolas et Francesco DESFORGES

UTPLA apiculteur Nicolas et Francesco DESFORGES

Nicolas et Francesco sont deux amis apiculteurs du Nord de la Seine et Marne.
Ils ont décidé de travailler ensemble en exploitant chacun leurs ruches sur des ruchers partagés et en ayant investi dans du matériel commun pour la miellerie.
Tous les deux pratiquent une apiculture sédentaire et respectueuse de l’abeille.
Ils sont sensibilisés aux problèmes de la biodiversité.
Leur cheptel est de 70 ruches environ.
Ils travaillent avec des ruches Dadant 10 cadres.

Ils consacrent principalement leur activité à la production de miels.
Ils font également de l'élevage de reines pour créer des essaims destinés pour la cheptel et à la vente.  

Bonne année

Chers parrains

Nous vous souhaitons une bonne année 2024. Merci encore pour votre soutien.

L'hiver est là avec des températures négatives. C'est bien pour la végétation et nos abeilles qui se reposent.

En cette période hivernale nous préparons la saison prochaine qui devrait démarrer mi mars avec les visites de printemps.

Un point sanitaire indispensable en début de saison.

En attendant ces premiéres ouvertures de ruches, nous nettoyons les vieux cadres, fonte de la cire, rangement,...les activités ne manquent pas.

A bientôt.

Nicolas & Francesco

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Violette

Le rucher de la Violette

Le rucher de la Violette est installé dans une zone de bois et de culture.

Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : aubépine, prunellier, acacia, tilleul, châtaignier, luzerne...

L'apiculteur : Alexandre BLOIS

UTPLA apiculteur Alexandre BLOIS

Qui suis-je ?
Un jeune apiculteur habitant le magnifique département de la Gironde.
Après avoir longtemps travaillé pour une société de construction, je me suis remis en question et je me suis tourné vers un métier où la nature joue un rôle central.
D’abord pratiqué comme un hobby, peu à peu, je passe plus de temps sur mon rucher.
J’ai fini par laisser de côté ma profession pour me consacrer exclusivement à ses jolies demoiselles.

Pourquoi avoir choisi de devenir apiculteur ?
Parce qu’aujourd’hui, si les abeilles n’étaient plus là, le monde serait sans couleur, sans saveur et sans odeur.
Face à des conditions climatiques et environnementales qui ne cessent de se détériorer, je suis persuadé que les abeilles sont notre avenir et que sans elles, le monde ne ressemblerait plus à ce qu’il est aujourd’hui.

L’univers apicole est un monde particulièrement intéressant.
La hiérarchie, leur organisation… Tout ce qui compose leur système peut nous apprendre beaucoup de choses sur le monde dans lequel on vit.
Aujourd’hui, j’apprécie particulièrement partager mon expérience avec les enfants afin de les sensibiliser à la cause des insectes pollinisateurs car tout comme eux, elles sont notre avenir.

Pourquoi avoir choisi de travailler avec un toit pour les abeilles ?
Comme beaucoup de professions liées à l’agriculture ou à l’élevage, il s’agit d’un secteur en tension.
La pénibilité du travail peut en rebuter certains et de nos jours, il est compliqué de vivre correctement de l’apiculture.
Un Toit Pour Les Abeilles nous permet de revaloriser notre profession et de partager notre passion.
Grâce à un partenariat avec CBK, ils nous proposent de nouvelles technologies afin d’assurer le bien-être de nos abeilles lors de leur hivernation mais aussi pouvoir les surveiller si un problème quelconque surgit.
Tout cela est un véritable plus pour la profession.

Préparation des ruches neuves chez ma petite abeille !

Le mois de février vient tout juste de débuter en Gironde.

Alexandre est partagé entre l’impatience et l’allégresse de la saison qui devrait bientôt débuter.

Les colonies se portent bien et pour le moment, seule une colonie s’est éteinte lors de ce dernier hivernage.

Un véritable bonheur d’avoiraussi peu de pertes pendant la saison froide !

Certaines colonies étaient faibles mais grâce à du candipollen (nourriture particulièrement riche pour les abeilles), celles-ci sont reparties de plus belle.

Déjà, certains jours quand il fait beau et assez chaud, les abeilles sortent et ramènent du pollen à la ruche.

Vous pourrez bientôt les voir butiner pissenlits, trèfles et tout ce que le printemps peut nous apporter comme jolies fleurs.

Pour nous, l’hiver n’a pas été de tout repos. Nous avons commencé à préparer de nouvelles ruches pour y accueillir de jeunes colonies qui, nous l’espérons, profiterons pleinement du printemps et de l’été.

Les ruches ont été peintes avec une peinture écologique, étudiée pour les abeilles et nous avons eu recours à la méthode Shou-sugi-ban pour brûler l’intérieur de la ruche.

C’est une technique utilisée depuis des décennies au Japon pour protéger naturellement le bois. Pourquoi brûler l’intérieur d’une ruche ?

C’est tout simplement que les abeilles n’apprécient guère l’odeur de la ruche neuve et pourraient essaimer* si la ruche venait à ne pas leur convenir.

Pour cela, soit l’apiculteur utilise un chalumeau, soit on peut aussi mettre de la paille ou des journaux dans la ruche que l’on fait brûler. Eh oui, c’est tout un art de préparer l’habitat des abeilles !

Petite nouveauté pour nous, nous avons choisi d’investir dans une petite machine pour mettre en pot. Jusqu’à présent, nous faisions tout manuellement.

Mais, pour éviter trop de manutention (port de charges lourdes) et pour gagner du temps, nous avons fait ce choix.

Cela nous permettra de passer encore plus de temps auprès de nos abeilles !

La nouvelle saison arrive, ne la manquez surtout pas !

 

* Essaimer : Quitter la ruche en essaim pour aller s'installer ailleurs.

  

Voir toutes ses actualités

Ma petite abeille de Bordeaux

Ma petite abeille de Bordeaux

Nous avons 23 ruches qui sont situées sur des sites Natura 2000 ayant une flore et une faune exceptionnelle.
La diversité biologique garantit à nos abeilles d'être dans un environnement sain et équilibré qui leur assure un bien-être absolu, ce qui était notre priorité.
Nous essayons d'avoir le moins d'impact possible sur le travail de nos abeilles, leur apportant seulement ce dont elles ont besoin.
Les ruches au cœur des acacias : La seconde partie de notre rucher se trouve en plein milieu d'une forêt d'acacias.
Aucun traitement, aucune nuisance, aucun bruit si ce n'est celui de la nature. I
l y a 23 ruches dadants dans ces forêts qui ne sont dérangées que par les soins que nous venons leur prodiguer.
Notre projet, étant d'agrandir notre rucher avec l'achat d'une cinquantaine de ruches l'an prochain est de s'inscrire dans une démarche de sauvegarde des abeilles.
Nous espérons, cette année, pouvoir récolter du miel d'acacias, de ronces et de fleurs.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Un bilan 2022 somme toute positif

La saison apicole 2022 a été une année extrêmement particulière compte tenu des conditions climatiques.

Il a fallu apporter des réserves d'eau près des ruchers car les abeilles ont recherché l'eau en permanence compte tenu des chaleurs excessives.

Nous avons réussi à faire du miel de fleurs ainsi que du miel de forêt.

Nous pensons que la récolte  a été bonne compte tenu des conditions climatiques défavorables.

Nous avons eu beaucoup de chance contrairement à d'autres collègues car nous avons bénéficié d'orages qui ont été accompagnés de grosses pluies ce qui a favorisé la miellée de la fleur de ronce.

Les abeilles semblent en  bonne santé malgré des attaques persistantes des frelons asiatiques. Sur certains ruchers nous avons été obligés de déplacer les ruches car il y avait beaucoup trop d'attaques de frelons.

Les colonies semblent en bonne santé et populeuses, nous verrons cela à la sortie de l'hiver si notre diagnostic a été bon.

Nous remercions l'ensemble des parents particuliers et entreprises de nous soutenir dans notre activité ainsi qu'Un Toit Pour Les Abeilles qui a toujours été présente dans les coups durs.

David et karine 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Ribou

Le rucher de Ribou
Le rucher principal s'étend sur près de 4 hectares à coté du lac de Ribou, la flore locale y est riche et variée (bocages de haies champêtres et prairies pour la plupart en agriculture biologique).

On peut y récolter un miel toutes fleurs de prairie, du miel d'acacia, de tilleul, de châtaignier, de ronce.

Ils vont également développer la vente de propolis ainsi que la fabrication de pains d'épices maison.

Les abeilles à parrainer dont de race Buckfast et d'une lignée certifiée que seul Dominique Froux, apiculteur professionnel ayant collaboré avec un grand maître de l’apiculture (le frère Adam à l’abbaye de Buckfast en Angleterre) et qui a développé cette abeille d’élevage douce et productive, peut prétendre en France. 

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction
Chers Parrains, chères Marraines,

Notre collecte de fonds pour le pot végétal a pris fin le 31 janvier dernier.
Et voilà c'est grâce à vous ! Vous êtes une communauté en or !




Maintenant, place aux abeilles...


Que se passe-t-il dans la ruche au mois de février ?
 
Le mois de février est une période importante pour les abeilles, marquant la transition entre la fin de l'hivernage et l...




Imprimer la page

Retour