HOTEL METROPOLE MONTE CARLO

Logo HOTEL METROPOLE MONTE CARLO

Idéalement situé dans le Carré d’Or, à deux pas du Casino de Monaco, l’Hôtel Métropole Monte-Carlo surplombe la mer Méditerranée.
Cette luxueuse propriété de style Belle Époque voit le jour en 1889.
Elle a été entièrement rénovée en 2004 par le célèbre designer français Jacques Garcia qui a su créer un palais de 125 chambres et suites au charme méditerranéen en phase avec son temps, combinant glamour, sophistication et sensorialité.
La restauration, inspirée par Joël Robuchon et orchestrée par Christophe Cussac, offre aux gourmets et fins gastronomes une expérience culinaire unique et variée.
Le restaurant « Joël Robuchon Monte-Carlo», doublement étoilé au Guide Michelin, pour y déguster des mets raffinés aux saveurs méditerranéennes - « Yoshi », le seul restaurant japonais au monde de Joël Robuchon, une étoile au guide Michelin, proposant une gastronomie typiquement japonaise dans un décor contemporain et audacieux signé Didier Gomez. Enfin « Odyssey », déploie ses charmes au bord de la piscine dans un écrin haute couture imaginé et conçu par Karl Lagerfeld.
En partenariat avec la Maison Givenchy, l’Hôtel Métropole Monte-Carlo a ouvert le « Spa Métropole By Givenchy » depuis avril 2017.
Conçu par l’architecte Didier Gomez, celui-ci incarne toute la philosophie des établissements de la Maison : le choix d’un lieu d’exception, le luxe des espaces, la sophistication des soins, le plaisir et le bien-être absolus.


Voir leur site internet

Depuis 2007, l'Hôtel Métropole Monte-Carlo a instauré une politique environnementale intitulée « Green Attitude » dont l'objectif principal est de réduire l'impact de son activité sur la planète et de préserver la biodiversité.

Cet engagement s'adresse à tous : collaborateurs, fournisseurs, sous-traitants, et cherche à sensibiliser sa clientèle.

Pour cela, l'Hôtel Métropole a mis en place le tri sélectif, le recyclage, effectue des économies d'eau et d'énergie, intensifie ses achats verts, organise des formations pour tout le personnel, a créé un « Green Committee » composé de collaborateurs de différents services, et a obtenu des certifications environnementales et récompenses internationales.

La protection de l’environnement et des océans étant une priorité de tous les instants, l'Hôtel Métropole est devenu en juin 2018 le 1er Hôtel de la Principauté de Monaco à avoir retiré les pailles en plastique de l’ensemble de ses points de restauration. Seuls certains cocktails sont depuis servis avec une paille issue de ressources renouvelables en amidon de maïs et biodégradable.

La « Green Attitude » s'est fortement développée et fait à présent partie intégrante du Métropole et de sa culture d'entreprise.
« Seul on va vite, Ensemble on va plus loin. »

La ruche en images

  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO

L'apiculteur : Philippe CHAVIGNON

UTPLA apiculteur Philippe CHAVIGNON

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes,  il y a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales.

Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis, au sein de la réserve naturelle régionale du même nom et aux portes du Parc National du Mercantour.
Philippe pratique  la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

"ILS NE SAVAIENT PAS QUE C'ETAIT IMPOSSIBLE, ALORS ILS L'ONT FAIT."

Des abeilles chamboulées...

De retour de notre rucher d'hivernage dans le massif de l'Esterel, actuellement fermé au public... mais pas aux apiculteurs !
Nous bénéficions d'autorisations dérogatoires pour divers activités apicoles et nous avons donc pu nous rendre sur ce rucher dans la Forêt Domaniale de l'Esterel avec mon neveu Pacôme.
Etrangement pour un mois de mars dans l'Esterel, les ruches n'ont plus de réserves et nous avons dû les les sauver de la famine.

Malheureusement quelques-unes sont mortes et d'autres sont en triste état. Le mois de Janvier a été inhabituellement chaud et sec.
Mais comme il avait abondamment plu en décembre, il y a dû y avoir des entrées de nectar qui ont incité les reines à reprendre la ponte précocement, d'où augmentation anormale de la population à cette époque.  
La chaleur, mais également la sècheresse ayant perduré en février, la nourriture s'est faite rare alors que les bouches à nourrir étaient anormalement nombreuses.

Encore une fois, une anomalie climatique imprévisible et inconnue.
Abondance de pluie en décembre et sécheresse et chaleur en janvier, février.
En Mars, refroidissement avec -7°C devant ma porte, et persistance de la sècheresse n'ont rien arrangé. Certaines floraisons étaient là -romarins, lavande maritime, mais pas la bruyère blanche
- hélas sans production de nectar.

Le côté positif, c'est que nous avons bivouaqué - c'est interdit, mais à circonstances exceptionnelles... !
- au milieu de ce paysage exceptionnel de l'Esterel , avec vue sur la mer et un silence que la Nature n'avait plus connu depuis probablement plusieurs siècles,
pour terminer notre mission et éviter un déplacement supplémentaire -à trois heures de mon domicile-.
Comme une ambiance d'éclipse à période de retour pluriséculaire, de passage de comète....
Sensation d'être des privilégiés, avec une pensée de compassion pour tous ceux qui vivent confinés, et pas toujours dans des conditions décentes, ici et ailleurs...
sur cette planète qui est peut-être en train de nous dire qu'il est temps d'arrêter nos caprices d'enfants gâtés, insatiables et irresponsablement hyperconsommateurs.
Les abeilles en cent millions d'années d'évolution en ont certes vu d'autres...

Voir toutes ses actualités

Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

L'apiculteur : Philippe HUGUEL

UTPLA apiculteur Philippe HUGUEL

L’apiculture est pratiquée dans la famille de Philippe et Nicolas depuis deux générations : Ils ont repris l’exploitation apicole de leur père il y a maintenant plus de 10 ans.
Les deux frères gèrent aujourd’hui plus de 500 ruches et ont mis en place une activité d’élevage de reines et de création de nouvelles colonies d’abeilles (essaims).
On peut les retrouver chaque jour sur les marchés de Cavaillon, Bagnols sur Cèze, Arles, Orange, Carpentras et Avignon, où ils vendent leur miel,mais aussi de la brèche (miel en rayon), ou encore du pollen.

Philippe est aussi Président du syndicat des apiculteurs de Vaucluse, qui fédère plus de 150 apiculteurs.

Quelques nouvelles de nos petites protégées

Chères marraines, chers parrains
Depuis la mi-mars le pays est plus ou moins confiné, mais nos abeilles ne le sont pas, alors nous non plus.
Les apiculteurs, comme les agriculteurs, munis d’une attestation de déplacement, peuvent se rendre sur les ruchers.
 
Le temps ne s’arrête pas et les colonies se développent.
Dans le travail de ce dernier mois, il y a eu la visite de printemps, pour constater l’état des colonies en sortie d’hivernage.
 
Depuis la troisième semaine du mois de mars, j’ai attaqué l’élevage de reines sur mon exploitation.
Depuis début avril, nous avons avec mon frère commencé à faire des essaims, pour renouveler le cheptel et remplacer les colonies mortes cet hiver.
Pour le moment nous sommes en préparation des colonies qui vont être transhumées sur les emplacements d’acacia (Isère, Nord Drome).
 
Depuis trois semaines, nous avons aussi commencé à récolter du Pollen, pour notre clientèle sur les marchés.
 Cela fait aussi un mois que nous ne faisons plus de marchés, donc plus de recettes avec la vente directe de nos produits.
Il ne faudrait pas que cela perdure, mais nous restons optimistes pour le reste de la saison.
 Portez-vous bien.
 
Philippe

Voir toutes ses actualités

Le rucher D'Entraigues

Le rucher D
Les ruches de Philippe et Nicolas sont installés à proximité d’Avignon sur la commune d’Entraigues près de Gigogan, sur une zone de Garrigues et de forêts.

Philippe travaille avec des abeilles de races Caucasienne, un peu de Buckfast et depuis 2011, sélectionne un peu de Carnica.

De façon à suivre les floraisons, les deux frères pratiquent chaque année la transhumance de leurs ruches vers le plateau d’Albion, les Alpilles ou l’Isère.

Le miel récolté pour un toit pour les abeilles est un miel toutes fleurs de consistance cristalline (solide) à crémeuse composé notamment de miellat (à partir de la sève des plantes) qui est une grande source d'apport en acides aminés et lui confère un gout assez relevé, très parfumé et une couleur plutôt sombre.
On y retrouve aussi des notes de fleurs d'amandiers butinées au printemps et un mélange floral de prairies (pissenlits, trèfles, pruniers sauvages...)

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en juillet ?

Introduction
Alors que la vie semble reprendre prudemment son cours en France avec la réouverture des restaurants et des cinémas,
nous gardons en tête cette parenthèse qui a permis à la nature de s’épanouir loin des activités humaines, pendant quelques mois.
Saurons-nous tirer des conclusions et faire évoluer nos modes de consommation pour préserver cette biodiversité q...




Imprimer la page

Retour