HOTEL METROPOLE MONTE CARLO

Logo HOTEL METROPOLE MONTE CARLO

Ouvert en 2004, l’Hôtel Métropole Monte-Carlo a été décoré par l’architecte d’intérieur Jacques Garcia qui a créé un « palace du 21ème siècle », un hôtel contemporain et racé alliant un passé glorieux et une fraîcheur méditerranéenne. Grâce à Yoshi, étoilé au Guide Michelin en mars 2010, l’Hôtel Métropole Monte-Carlo est devenu une véritable « destination de saveurs ». Outre le restaurant japonais, l’hôtel propose également à sa clientèle locale et internationale le Restaurant Joël Robuchon Monte-Carlo - 2 étoiles au Guide Michelin - le Lobby Bar, l’endroit le plus pétillant de la Principauté et le restaurant de la Piscine, véritable havre de paix en plein cœur du Carré d’Or. Le Métropole ESPA Monte-Carlo, qui a rejoint, peu après son ouverture en 2006, le cercle très fermé des « Leading Spas of the World », offre une gamme de soins alliant techniques modernes et thérapies ancestrales du monde entier pour le plus grand bien-être du visage et du corps. Plus récemment, l’Hôtel Métropole Monte-Carlo a invité Karl Lagerfeld à réinterpréter ses espaces extérieurs comprenant la piscine, sa terrasse, ses jardins mais aussi son nouveau restaurant. Un vaste projet architectural qui verra le jour en mai 2013.


Voir leur site internet

Depuis 2007, L’Hôtel Métropole Monte-Carlo a mis en place une politique environnementale intitulée « Green Attitude » dont l’objectif principal est de réduire l’impact de son activité sur la planète et de préserver la biodiversité.

Cet engagement a été formalisé dans différentes chartes et s’adresse à tous : collaborateurs, sous-traitants, et cherche à sensibiliser sa clientèle.

L’Hôtel Métropole a également fait le choix de privilégier des fournisseurs partageant ces valeurs en les impliquant dans une politique d’achats responsable et durable.

Pour cela, l’Hôtel Métropole a mis en place le tri sélectif, le recyclage, a réfléchi pour faire des économies d’eau et d’énergie, a intensifié ses achats verts, a obtenu la certification environnementale 'Clé Verte', organise des formations pour tout le personnel, a créé un « Green Committee » composé de collaborateurs de différents services, …

En effet, l’ensemble de ses collaborateurs se sont fortement impliqués et investis au quotidien dans le respect de cette démarche.

La 'Green Attitude' s’est fortement développée, fait à présent partie intégrante de la culture d’entreprise et a de beaux projets d’actions pour l’avenir.

La ruche en images

  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO
  • La ruche HOTEL METROPOLE MONTE CARLO

L'apiculteur : Philippe C.

UTPLA apiculteur Philippe C.

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes,  il y a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales.

Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis, au sein de la réserve naturelle régionale du même nom et aux portes du Parc National du Mercantour.
Philippe pratique  la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

"ILS NE SAVAIENT PAS QUE C'ETAIT IMPOSSIBLE, ALORS ILS L'ONT FAIT."

Quelques nouvelles de nos abeilles

Chers parrains,

Après un été et un automne bien mellifère, nos ruches sont entrées en hivernage avec des réserves très confortables.
Il n’y a eu aucun besoin de nourrir, comme en 2017 où la sécheresse nous avait contraint à intervenir, malgré nos efforts, les contraintes de notre cahier des charges bio et, plus encore, nos propres idées sur ce qui est une apiculture juste et raisonnable.



Les ruches étaient bien lourdes (pitié pour nos dos…) quand, au mois d’octobre, on les a transhumées vers leur emplacement d’hivernage… dans l’Estérel, ce magnifique maquis de la Côte d’Azur.

On avait un petit espoir d’y récolter un miel, encore jamais fait : le miel d’arbousier, petit arbre typique du maquis qui porte ses fruits et ses fleurs blanches en belles grosses grappes en même temps au mois de décembre.
Il n’y a que dans le maquis que l’on puisse espérer faire un miel d’hiver !
Mais hélas, les jours ont été trop froids, trop pluvieux au temps de la floraison et les ruches n’ont pu rentrer que 200, 300 grammes de miel, quantité qu’on a pu suivre avec exactitude grâce à nos balances sous quelques ruches, interrogeables à distance via internet !
Ce sont des quantités loin de celles nécessaires pour poser les hausses de miel, mais qui peuvent pousser les reines à pondre ses œufs, destinés à devenir des larves, puis des nymphes, puis des ‘imagos’, abeilles adultes qui après émergence rejoignent la colonie pour s’occuper du couvain, ou butiner du nectar ou du pollen.
La semaine prochaine, avec le beau temps annoncé, elles iront sûrement butiner du pollen sur les mimosas en fleurs, pollinifères mais non pas nectarifères.
D’ici quelques semaines, ce sera la bruyère ‘arborescente’ ou blanche - très dense et très mellifère, puis le romarin - moins dense mais également nectarifère - qui nourrira les abeilles et, si la miellée est généreuse, l’apiculteur et ses parrains – à suivre !

Nous souhaitons aux parrains de nos ruches ainsi qu’à l’équipe d’Un Toit Pour Les Abeilles une belle année 2019, abondante en miel et autres douceurs de la vie !

Jorris et Philippe.

Voir toutes ses actualités


Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

L’incroyable recul du Gouvernement…
On parle souvent de « danse des abeilles » pour évoquer le système de communication des abeilles entre elles… Et bien le gouvernement lui aussi danse, mais d’une danse bien triste, avec le recul sur les décisions annoncées en novembre 2017 par Macron. Ce dernier a annoncé qu’une sortie totale du glyphosate en 2021 est impossible.





"Je sais qu'il y en a qui voudraient qu'...




Imprimer la page

Retour