Laboratoires Arkopharma

Logo Laboratoires Arkopharma

N°1 du marché français et européen de la Phytothérapie et des compléments alimentaires, les Laboratoires pharmaceutiques Arkopharma proposent de larges gammes de "produits de santé” à base de produits naturels qui répondent à deux exigences : prévenir et guérir.

Les médecines naturelles que sont la phytothérapie et la nutrithérapie répondent particulièrement bien aux “maladies de civilisation” qu’engendrent le stress, une mauvaise alimentation et une mauvaise hygiène de vie. Elles répondent au besoin de “se sentir bien dans sa peau” et d’entretenir sa forme qui est une des plus fortes aspirations de nos sociétés avancées.

C'est avec sa marque ARKOROYAL, par exemple, qu'Arkopharma propose une gamme complète de produits fortifiants, stimulants et revitalisants à base de miels, gelée royale et propolis, aux bienfaits sur la santé reconnus. ARKOROYAL aide à stimuler et à renforcer les défenses naturelles de l'organisme des enfants, adultes et personnes plus âgées. Vous pouvez vous informer plus précisément sur www.arkopharma.fr et www.arkoroyal.fr


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Fidèle à sa philosophie, ARKOPHARMA conçoit sa mission de laboratoire pharmaceutique dans le plus grand respect de la nature et des principes éthiques fondamentaux.

Rigueur scientifique et démarche qualité contribuent à l’élaboration de médicaments naturels, innovants, sûrs et efficaces tout en tenant compte des enjeux environnementaux : préservation de la ressource énergétique, contrôle des rejets atmosphériques, préservation de la ressource en eau, maîtrise des rejets aqueux, gestion performante des déchets.

NOTRE MISSION POUR LA SAUVEGARDE DES ABEILLES AVEC UN TOIT POUR LES ABEILLES

- Participer à la sauvegarde des abeilles,
- Participer au développement des colonies en parrainant des apiculteurs.

DECOUVREZ NOS APICULTEURS…

Thierry, Isère, cheptel actuel de plus de 150 ruches, certifié Agriculture Biologique, formé auprès d’apiculteurs en Australie, privilégie une apiculture douce et respectueuse des abeilles.

Stéphane, Val d’Oise, cheptel actuel de plus de 220 colonies, apiculteur autodidacte, possède des ruchers d’élevage d’abeille et de production, il récolte 7 miels différents en fonction des saisons.

David et Karine, Pays de la Loire, cheptel actuel de plus de … ruches, partagent leur passion de l’apiculture en couple, possèdent 2 ruchers dont 1, à Angers, qui s’étend sur un site de dépollution des eaux usées traitées par un procédé de biofiltration.

Philippe, Alpes Maritimes, cheptel actuel de 100 ruches, certifié Agriculture Biologique, initié à l’apiculture en Colombie il y a une vingtaine d’année, et est également lavandiculteur.


Les ruches en images

  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma

Les ruches en vidéo

 

L'apiculteur : Philippe CHAVIGNON

UTPLA apiculteur Philippe CHAVIGNON

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes où il a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales. Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis.
Philippe pratique de la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

Bilan saison 2017

Chers parrains bonjour…
Nous sommes la mi-octobre, le temps d’un pré-bilan de cette saison 2017.
Nous avons eu de fortes pertes hivernales, environ 50 %. Mais c’est devenu le quotidien « annuel » de l’apiculture biologique. Je viens de rendre visite à un collègue provençal qui a perdu 90% de son cheptel entre empoisonnements et autres causes.

Fin d’hiver plutôt chaud et début de printemps précoce. L’élevage de reine et les colonies se développent très vite. Attention au coup de froid tardif ! J’ai le souvenir de conditions de début de saison similaires au millénaire précédent, vers 1997. Cela n’a pas loupé, deuxième quinzaine d’avril, le thermomètre affiche moins cinq. Le froid persiste quelques jours. Perte de couvain, réduction des populations, surconsommation des réserves… Il faut retirer les hausses. Le thym, en début de floraison, a souffert et ne fournira pas son divin nectar.

Il faudra attendre la deuxième semaine de Juin pour qu’enfin les hausses se remplissent.
Beaucoup de miellats –miels issu des « digestions » de pucerons que les abeilles récoltent : les plus connus sont le sapin, châtaignier et dans le cas présent sans doute le pin.
Nous transhumons sur le châtaignier sans grand espoir, la floraison est très partielle. La gelée tardive a détruit les bourgeons floraux sur 50% des arbres. Récolte nulle.

Les fortes chaleurs et la sècheresse s’étant installées dès la dernière semaine de mai, la floraison de lavande s’annonce précoce. Les conditions météorologiques me rappellent 2003 et je m’attends à un été chaud et sec. Nous transhumons le 15 Juin, seulement 25 ruches vu les perspectives, 10 à 15 jours plus tôt que d’habitude. Grand bien nous en pris car alors que j’avais des craintes dues à la sècheresse qui commençait à sévir, les lavandins plutôt beaux ont été généreux en début de floraison. Nous ajouterons d’autres ruches plus tard mais sans grand résultat, la miellée ayant eu lieu essentiellement la première semaine. La récolte sera moyenne, mais nous nous en contentons. Sur le plateau de Valensole nous sommes confrontés, ces dernières années à un problème – un de plus !- récurrent. Des agriculteurs s’essaient à de nouvelles cultures –sauge sclarée, anis, coriandre,…- ce qui complique la récolte d’un miel de lavande suffisamment pur.

Début juillet, j’effectue plusieurs reconnaissances en haute montagne pour trouver des fleurs « butinables », mais la sècheresse a déjà sévi. Nous installons finalement un rucher d’essaims de l’année près du col de La Cayolle à 1800m, ouvert sur des alpages jusqu’à 2600m. Petite miellée, mais 15 jours plus tard, il faudra retirer les hausses vides et bientôt nourrir les essaims.
Malgré les prévisions météos qui nous ont parfois redonné espoir, en vain, le déficit en eau a continué à s’accentuer. La végétation herbacée et arbustive est grillée, pire qu’en 2003.
La sarriette, a tenté, sans doute par programmation génétique, de produire quelques fleurs, mais le résultat est insignifiant. Il faut continuer à nourrir.

La récolte globale est plutôt médiocre. A peine mieux qu’en 2016, la pire année que nous ayons connu !

Nous avons certes réussi à augmenter le cheptel, grâce à l’élevage de reine, mais aussi l’achat d’essaims. Nous avons procédé pour la deuxième année consécutive à des encagements de reines pour provoquer des arrêts de pontes estivaux favorables aux traitements contre les varroas et qui contrarient le développement de ceux-ci.

Le plus gros du cheptel est maintenant dans l’Esterel et nous gardons un rucher dans les Gorges de Daluis pour essayer de revenir à un hivernage en montagne que nous avions abandonné pour cause de pertes excessives.

Rendez-vous en mars pour le bilan de l’hivernage. En attendant, dégustez votre miel avec parcimonie, les stocks de miel français sont au plus bas historiques !
Mais dégustez-le avec amour – le même que je vous porte, à vous parrains engagés qui me soutenez !
Philippe

 

 

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Nouvelles de vos abeilles

Bonjour,

La sortie d'hiver a été très difficile.

Nous avons perdu énormément d'essaims, au moins la moité de mes ruches soit près de 80.
J'avais fait la visite avant hivernage courant Octobre/Novembre et l'état général était excellent (réserves de nourriture largement suffisantes, colonies en bonne santé).
Sortie d'hiver, catastrophe, j'ai retrouvé les ruches pleines de miel et plus une abeille.
Je penche fortement pour un empoisement ayant constaté un traitement des blés à l'arrière saison.
Un gros coup dur...

Je me suis néanmoins remis en selle avec les colonies restantes qui se sont bien développées au printemps.
La plupart des ruches en production ont été ont été transhumées dans des zones plus préservées comme la forêt de Nuaillé.
Les ruches les plus populeuses ont été divisées pour former d'autres colonies.
Nous sommes repartis maintenant avec des essaims et des reines toutes jeunes de l'année qui seront prêtes l'an prochain.
Cela va nous permettre d'envisager les prochaines récoltes dans de bonnes conditions.

Cette année, elle va se faire fin juillet.
On l'a souhaite la meilleure possible.

Nous allons nous diriger pour la récolte 2017 je pense, vers à miel de forêt (acacia, chataignier, tilleul, ronces et fleurs alentours...).

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de La Baumette

Le rucher de La Baumette
Le rucher principal s'étend sur le site de dépollution des eaux (Lyonnaise des eaux) à Angers.

On peut y récolter un miel toutes fleurs grâce à une flore diversifée présente sur le site.

Les eaux usées sont traitées par un procédé de biofiltration qui consiste à dégrader la pollution à l’aide de bactéries. Cette technique permet de diviser par trois les concentrations en phosphore et par quatre les concentrations en azote rejetées dans le Maine. Afin de permettre une valorisation en épandage, les boues issues du traitement biologique sont traitées puis leur volume réduit par un sécheur thermique.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Nouvelles de vos abeilles

Bonjour,

La sortie d'hiver a été très difficile.

Nous avons perdu énormément d'essaims, au moins la moité de mes ruches soit près de 80.
J'avais fait la visite avant hivernage courant Octobre/Novembre et l'état général était excellent (réserves de nourriture largement suffisantes, colonies en bonne santé).
Sortie d'hiver, catastrophe, j'ai retrouvé les ruches pleines de miel et plus une abeille.
Je penche fortement pour un empoisement ayant constaté un traitement des blés à l'arrière saison.
Un gros coup dur...

Je me suis néanmoins remis en selle avec les colonies restantes qui se sont bien développées au printemps.
La plupart des ruches en production ont été ont été transhumées dans des zones plus préservées comme la forêt de Nuaillé.
Les ruches les plus populeuses ont été divisées pour former d'autres colonies.
Nous sommes repartis maintenant avec des essaims et des reines toutes jeunes de l'année qui seront prêtes l'an prochain.
Cela va nous permettre d'envisager les prochaines récoltes dans de bonnes conditions.

Cette année, elle va se faire fin juillet.
On l'a souhaite la meilleure possible.

Nous allons nous diriger pour la récolte 2017 je pense, vers à miel de forêt (acacia, chataignier, tilleul, ronces et fleurs alentours...).

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Ribou

Le rucher de Ribou
Le rucher principal s'étend sur près de 4 hectares à coté du lac de Ribou, la flore locale y est riche et variée (bocages de haies champêtres et prairies pour la plupart en agriculture biologique).

On peut y récolter un miel toutes fleurs de prairie, du miel d'acacia, de tilleul, de châtaignier, de ronce.

Ils vont également développer la vente de propolis ainsi que la fabrication de pains d'épices maison.

Les abeilles à parrainer dont de race Buckfast et d'une lignée certifiée que seul Dominique Froux, apiculteur professionnel ayant collaboré avec un grand maître de l’apiculture (le frère Adam à l’abbaye de Buckfast en Angleterre) et qui a développé cette abeille d’élevage douce et productive, peut prétendre en France. 

L'apiculteur : Thierry SALAVIN

UTPLA apiculteur Thierry SALAVIN

Thierry est un apiculteur bio professionnel situé en Isère.
Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert et Nature et Progrès (label biologique qui est basé non seulement sur des critères techniques mais également sur des aspects environnementaux, sociaux et économiques ou encore éthiques).

Il a découvert et démarré l'apiculture en 2010 en récupérant des essaims vagabonds.
Sans lien familial avec l'apiculture, il a acquis son expérience en se formant et en travaillant chez des apiculteurs en Australie.

Il a un cheptel actuel de plus de 200 ruches.
Thierry utilise des ruches Warré qui privilégient une apiculture douce et respectueuse des abeilles.

La majorité de ses ruchers sont situés sur les massifs alpins vierges de cultures aux alentours de Grenoble (Chartreuse, Vercors, Belledonne, Ecrins).
Thierry pratique la transhumance locale dans un petit rayon (40km) pendant la saison pour des miels de crus (châtaignier, acacia, haute montagne).

Un beau moment de partage

Mardi 10/10/2017

Samedi 7 octobre dernier, c’est Thierry SALAVIN, votre apiculteur du Rucher de la Chartreuse qui vous ouvrait ses portes pour une journée immersion avec les abeilles…

Au programme :
Visite de sa miellerie et départ groupé pour aller voir les ruches et observer les abeilles.
La journée a été ponctuée par un pique-nique convivial où chacun a pu partager des plats délicieux et pleins de saveurs… Un véritable moment de partages, de douceur et de bonne humeur !

Votre apiculteur Thierry, enchanté par cette journée de rencontre avec ses parrains, a souhaité vous partager ces quelques mots…

« Je voulais vous dire un grand merci pour la journée qu’on a passé tous ensemble.

On était bien nombreux, j’appréhendais un peu. Et j’ai passé une chouette journée avec vous et les abeilles. Chacun a pu trouver sa place joyeusement dans ce groupe engagé à notre cause !

J’ai trouvé tout le monde particulièrement chaleureux. De joyeuses colonies d’abeilles et d’humains mêlées !
Partager un peu de mon quotidien et de celui des abeilles m’a nourri. Merci pour les p’tis plats partagés qui ont ravi nos papilles également !!! La journée était douce. La douceur de la météo nous a influencé aussi. C’est aussi cela l’apiculture… Notre quotidien avec les abeilles c’est l’apprentissage de la douceur et de l’attention. C’était vraiment chouette de vous voir expérimenter le contact avec les abeilles.
J’ai l’impression que ce contact a touché chacun de vous et que vous êtes repartis dans votre quotidien avec ça, c’est un beau cadeau je trouve.

Merci encore, et bel automne à tous ! »




Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Chartreuse

Le rucher de la Chartreuse
Les ruches sont situées dans le parc naturel régional de la Chartreuse, à 800m d'altitude qui offre une diversité de milieux naturels.

Le parc est ainsi constitué de forêts qui varient du chêne à des hêtraies-sapinières jusqu'aux épicéas à 1500 m d'altitude mais aussi d'étendue de pelouse et prairies.
Les eaux de source provenant des torrents et zones humides environnant le rucher sont d'excellente qualité.

Le miel récolté par la miellerie du Peuple Zélé est selon les floraisons de forêt à dominante de tilleul et pointe de châtaignier et de fleurs de chartreuse qui sont issues des sous-bois comme les ronces et framboisiers avec un arôme floral, frais, naturellement crémeux.

Thierry pratique un élevage et une sélection massale de ces abeilles afin de tirer le meilleur parti de chaque abeille (productivité, caractère...).
Il a ainsi commencé son cheptel avec des abeilles locales ou dites "noires" issus d'essaims cueillis dans la Vallée et qui ont permis la création d'autres colonies d'abeilles avec des croisements naturels contrôlés. Aujourd'hui il a des colonies avec un brassage d'origines qui sont adaptées localement.

L'apiculteur : Stéphane JOURDAIN

UTPLA apiculteur Stéphane JOURDAIN

Stéphane a débuté il y a 4 ans, suite à un arbre mort, un noyer creux, qui s'est écrasé, dans la cour de son atelier, et qui logeait un bel essaim que personne n'avait vu à 7 mètres du sol.
Les abeilles l'ont toujours attiré depuis enfant, et cette occasion l'a poussé à franchir le pas.

Il dispose maintenant, après 4 ans de travail, d'une vingtaine de ruchers, soit des ruchers d’élevage d'abeilles, soit des ruchers de production, ces derniers migrant en fonction des floraisons.
Il récolte 7 miels différents en fonction des saisons et des emplacements des ruches dans un rayon de 40 km autour de son atelier, exclusivement sur le vexin.

Stéphane est inscrit à titre professionnel depuis quelques mois, comme agriculteur, branche apiculture.
Il a tout appris par lui-même, en lisant beaucoup et en faisant beaucoup de bêtises; il a la chance d'apprendre vite et d'être autodidacte.

Reportage au rucher ce jeudi 15h30

23/10/17

Chers parrains,

Comme vous le savez probablement, l'actualité autour de l'utilisation renouvelée pour quelques années encore, de certains pesticides que l'on sait "tueurs d'abeilles", créée beaucoup d'incompréhension et de colère auprès de la filière....
Nous nous battons au quotidien pour préserver nos sentinelles, mais on se sent parfois seul face à un mur. Hélas, que représente le poids d'une poignée d'apiculteurs face aux lobbies de grands industriels de l'agrochimie tels que Monsanto. C'est décourageant pour nous. Pourtant il est hors de question de baisser les bras.

C'est la raison pour laquelle de nouveau je fais appel à vous. Une journaliste du média en ligne Partage Social Club souhaite me rencontrer, avec l'un de mes parrains, sur le rucher du Vexin ce jeudi 26/10 à 15h30. elle souhaiterait notamment évoquer la mortalité des abeilles liée à l'utilisation des néonicotinoïdes.
J'espère que vous répondrez présent. Nous avons besoin d'éveiller les consciences sur la situation environnementale autour des abeilles et autes insectes. l'équilibre de tout notre éco-système est en jeu.
J'espère que l'un de mes parrains pourra me rendre visite aux Ruchers du Vexin ce jeudi 15h30, pour évoquer avec la journaliste son parrainage de ruche et pourquoi il a décidé de me soutenir...
Si l'un d'entre est disponible, je vous invite à contacter Un toit pour les abeilles (Zakia) pour confirmer votre venue svp.
Merci encore mille fois pour toute votre aide, au quotidien.

Stéphane

Voir toutes ses actualités

Aux ruchers du Vexin

Aux ruchers du Vexin

L'atelier de l'exploitation naissante est situé à Enfer (95420) ca ne s'invente pas; quoi de mieux pour faire du miel d'Enfer?
Printemps crémeux, tilleul crémeux, acacia, toute fleurs d'été et forêt forte tendance châtaignier... un autre miel de forêt sans châtaigner très doux et parfumé mais aussi un spécial de fleurs de falaises calcicoles riches en huiles essentielles, ramassé en septembre (coteaux de seine).

En 2016, Stéphane a 220 colonies. 80 étant une base pour l'élevage, le reste des colonies de production.
Comme tous les ans, un certain nombre sont défectueuses et nécessitent d'être remplacées.

A terme d'ici 3 ans, Stéphane désire atteindre un nombre de ruches de production de miel de 350 ruches et de 100 ruches souches de production d'essaims.
Il pense aussi faire des transformations à partir de ses miels comme du pain d'épices au feu de bois, nougats et autres bonbons, et spiritueux. Il a par ailleurs suivi des formations en pâtisserie et en confiseries, sur bases miel en 2015.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Edito

Avant de vous donner quelques nouvelles de la vie des ruches au mois de novembre, nous vous partageons les dernières actus autour du glyphosate.
Le report mercredi 25/10 dernier de la décision sur la ré autorisation du glyphosate, herbicide classé « cancérigène certain pour les animaux, et probable pour l’homme », témoigne de l’impact réel des mouvements citoyens contre l’utilisation de cet herbicide « tueur d’abeilles ».
Entre dépendance agricole, recherche de rendement, et menace de poursuites de Monsanto en cas de non prise de décision avant le 15/12/17, date d’expiration de la licence pour le glyphosate, le « Round up » devient un sujet sensible pour les hautes instances gouvernementales.
Pourtant son impact réel sur la biodiversité et sur les hommes a été démontré par le CIRC, Centre international de recherche sur le cancer.

Jusque-là, il était question de renouveler la licence du glyphosate pour une durée de 10 ans.
Aujourd’hui force est de constater que la Commission Européenne, face à la pression des concitoyens et de certains Etats membres n’a d’autre possibilité que de revoir sa copie !
Aujourd’hui on parle d’une prolongation réduite de 5 à 7 ans pour la Commission Européenne.
La France, sous l’égide de Nicolas HULOT, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, évoque une prolongation réduite de 3 à 4 ans maximum.
Une chose est certaine, le mouvement citoyen qui s’est créé autour de l’interdiction du glyphosate a su peser dans la balance. Espérons que les autorités politiques sauront écouter la voix juste et avisée du peuple !

 

 

 

 

 

 

 

  Source :  Marianne 

En attendant, outre le glyphosate, 2 nouveaux pesticides, dont la molécule principale active est le sulfoxaflor, très proche des néonicotinoïdes, viennent d’être autorisés. Un véritable scandale ! « Sortis par la porte, les néonicotinoïdes reviennent par la fenêtre ».
Un toit pour les abeilles poursuit son action environnementale pour préserver cette espèce essentielle à la vie. Grâce à votre soutien, nous avons installé et nous installons chaque année des milliers de ruches partout en France, et contribuons, à notre échelle à la sauvegarde de millions d’abeilles.
Nous ne pouvons rester inactifs face à cette situation ! Vous nous avez soutenu hier… Nous avons encore besoin de vous aujourd’hui !

L’Equipe Un Toit Pour Les Abeilles
Et tous les apiculteurs soutenus au travers du parrainage !

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Cela fait une semaine déjà que les températures ont commencé doucement à baisser. Nous allons rentrer dans la période froide. Dans certaines régions, novembre est même annonciateur des premières gelées. C’est encore un peu tôt mais les prévisions météos pour la 2nde période de novembre nous annoncent des températures clairement inférieures.

C'est une période très calme pour les abeilles qui entrent concrètement en période d'hivernage. L'activité sur la planche d'envol est très limitée, voire inexistante. On espère pour nos abeilles qu’il fera, cette fois-ci, suffisamment froid pour maintenir les abeilles au chaud et en activité réduite au sein des ruches. Souvenez-vous, l’une des raisons expliquant les colonies fragilisées de l’an passé a été la météo trop clémente qui n’a pas permis un bel hivernage. Les abeilles ont continué à sortir de la ruche et donc à consommer les réserves, sans trouver pour autant en retour suffisamment de nectar ou pollen dans la nature…
Dans la ruche, les abeilles vont bientôt se tenir serrées les unes contre les autres pour former une grappe et se tenir chaud pour passer l'hiver.

Zoom sur … Les Visites des ruches en hiver



L’ouverture des ruches en période froide n’est pas recommandée. On ne voudrait pas que les locataires des ruches ne prennent froid !  Une ouverture, même rapide de la ruche, peut mettre en péril la colonie. Les abeilles n'aiment ni le froid, ni l'humidité.

L’apiculteur préfèrera le contrôle visuel régulier des ruches, pour vérifier qu'aucun prédateur (rongeurs, oiseaux etc…) ne menace les ruches. On voit aussi à cette période de grosses pierres joncher les toits des ruches, pour éviter qu'un coup de vent ne vienne les faire tomber.

Quant aux frelons asiatiques, ils sont toujours actifs en novembre. Ils peuvent rentrer dans les ruches et décimer la colonie toute entière. Des grilles spéciales trop étroites pour le frelon lui bloqueront l'entrée.

De son côté, l'apiculteur …
Durant cette période les interventions de l'apiculteur sur les ruches sont limitées. Il en profite pour empoter le miel extrait il y a quelques semaines à peine et qui fera le bonheur des parrains et clients. Il peut aussi se consacrer à la commercialisation de son miel à la Miellerie ou sur les marchés ainsi qu'à l'entretien du matériel pour la saison suivante. C'est aussi l'occasion de débroussailler les ruchers ou de préparer de nouveaux emplacements pour l'année à venir.

Le Saviez – vous ?
Le climat environnant le rucher est très important, particulièrement en période de froid. Une intervention au rucher ne pourra se faire que par temps ensoleillé, avec une température supérieure à 15°C, et en l'absence de vent.

Un peu de poésie … La citation du mois qui fera écho à la nouvelle récente selon laquelle l'abeille est en voie de disparition...
« Et un jour les abeilles mourront. Et le miel, ce vieux compagnon d’Abel, disparaîtra. Ce sera l’annonce de la fin de l’histoire humaine des hommes. Caïn et Abel de Martin Gray

C'était il y a tout juste un an ...
Le 5 novembre 2016
ne vous dira probablement rien !
Pourtant cette date résonne en nous comme un jour symbolique. Celui où des milliers de personnes ont intégré à leur tour, la grande famille des parrains Un Toit Pour Les Abeilles, suite au passage dans le JT de France 2.

Nous n’avons pas oublié ce jour magique. Souvenez-vous...



MERCI  

Merci à tous les parrains qui nous ont rejoint suite à ce passage télévisé. Merci également à tous nos parrains historiques qui nous suivent depuis le tout début de cette belle aventure solidaire !

Cette histoire environnementale nous l'écrivons ensemble... Il reste encore des pages à écrire et vous pouvez poursuivre l'action avec nous !
On espère de tout cœur que vous maintiendrez ce lien étroit que vous avez su tisser avec vos abeilles, votre apiculteur, et avec nous…
Bon dimanche à vous !




Imprimer la page

Retour