Laboratoires Arkopharma

Logo Laboratoires Arkopharma

N°1 du marché français et européen de la Phytothérapie et des compléments alimentaires, les Laboratoires pharmaceutiques Arkopharma proposent de larges gammes de "produits de santé” à base de produits naturels qui répondent à deux exigences : prévenir et guérir.

Les médecines naturelles que sont la phytothérapie et la nutrithérapie répondent particulièrement bien aux “maladies de civilisation” qu’engendrent le stress, une mauvaise alimentation et une mauvaise hygiène de vie. Elles répondent au besoin de “se sentir bien dans sa peau” et d’entretenir sa forme qui est une des plus fortes aspirations de nos sociétés avancées.

C'est avec sa marque ARKOROYAL, par exemple, qu'Arkopharma propose une gamme complète de produits fortifiants, stimulants et revitalisants à base de miels, gelée royale et propolis, aux bienfaits sur la santé reconnus. ARKOROYAL aide à stimuler et à renforcer les défenses naturelles de l'organisme des enfants, adultes et personnes plus âgées. Vous pouvez vous informer plus précisément sur www.arkopharma.fr et www.arkoroyal.fr


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Fidèle à sa philosophie, ARKOPHARMA conçoit sa mission de laboratoire pharmaceutique dans le plus grand respect de la nature et des principes éthiques fondamentaux.

Rigueur scientifique et démarche qualité contribuent à l’élaboration de médicaments naturels, innovants, sûrs et efficaces tout en tenant compte des enjeux environnementaux : préservation de la ressource énergétique, contrôle des rejets atmosphériques, préservation de la ressource en eau, maîtrise des rejets aqueux, gestion performante des déchets.

NOTRE MISSION POUR LA SAUVEGARDE DES ABEILLES AVEC UN TOIT POUR LES ABEILLES

- Participer à la sauvegarde des abeilles,
- Participer au développement des colonies en parrainant des apiculteurs.

DECOUVREZ NOS APICULTEURS…

Thierry, Isère, cheptel actuel de plus de 150 ruches, certifié Agriculture Biologique, formé auprès d’apiculteurs en Australie, privilégie une apiculture douce et respectueuse des abeilles.

Stéphane, Val d’Oise, cheptel actuel de plus de 220 colonies, apiculteur autodidacte, possède des ruchers d’élevage d’abeille et de production, il récolte 7 miels différents en fonction des saisons.

David et Karine, Pays de la Loire, cheptel actuel de plus de … ruches, partagent leur passion de l’apiculture en couple, possèdent 2 ruchers dont 1, à Angers, qui s’étend sur un site de dépollution des eaux usées traitées par un procédé de biofiltration.

Philippe, Alpes Maritimes, cheptel actuel de 100 ruches, certifié Agriculture Biologique, initié à l’apiculture en Colombie il y a une vingtaine d’année, et est également lavandiculteur.


Les ruches en images

  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma
  • La ruche Laboratoires Arkopharma

Les ruches en vidéo

 

L'apiculteur : Philippe CHAVIGNON

UTPLA apiculteur Philippe CHAVIGNON

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes où il a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales. Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis.
Philippe pratique de la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

Portes ouvertes chez votre apiculteur

Bonjour,

Je vous propose de venir découvrir mon exploitation et voir vos abeilles.
Voici les informations concernant la porte ouverte :

RDV à 10 heures le dimanche 11 Juin sur la D2202 à 1,5 km en amont de Daluis en direction de Guillaumes.
Visite de Rucher et ouverture de ruches si le temps le permet en tenues de protection*
Puis direction la miellerie Villetale haute, hameau de Guillaumes où vous découvrirez l'exploitation réalisée en materiaux  de construction écologiques et locaux comme le mélèze, terre, paille, laine de mouton…et panneaux solaire.


Pique nique tiré du sac
Visite miellerie,
Extraction de miel,
Dégustation,
Pratiques apicoles de l'exploitation,
Lavandiculture,
Production d'huiles essentielles,
Découvrez l'exploitation de Philippe
Vente de miel et produits de la ruche, huiles essentielles...
Heure fin de la journée 16h00/17h00
* Merci de bien lire nos recommandations concernant la présence d'abeilles sur le site au moment de votre inscription.

 

  

 

voici le lien google map pour accéder au point de RDV de l'aire  :

Cliquez ici pour le lien

Attention, ce n'est pas l'aire à 500 mètres de Daluis mais à 1,5 km (44.038670 et 6.831792).
On reconnait le changement de paysage à la terre qui devient rouge.


 Pour vous inscrire, voici la page sur le site untoitpourlesabeilles.fr :

http://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes/63-visite-de-la-miellerie-et-la-production-d-he-de-lavande.html

Voir toutes ses actualités

Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Nouvelles de vos abeilles

Bonjour,

La sortie d'hiver a été très difficile.

Nous avons perdu énormément d'essaims, au moins la moité de mes ruches soit près de 80.
J'avais fait la visite avant hivernage courant Octobre/Novembre et l'état général était excellent (réserves de nourriture largement suffisantes, colonies en bonne santé).
Sortie d'hiver, catastrophe, j'ai retrouvé les ruches pleines de miel et plus une abeille.
Je penche fortement pour un empoisement ayant constaté un traitement des blés à l'arrière saison.
Un gros coup dur...

Je me suis néanmoins remis en selle avec les colonies restantes qui se sont bien développées au printemps.
La plupart des ruches en production ont été ont été transhumées dans des zones plus préservées comme la forêt de Nuaillé.
Les ruches les plus populeuses ont été divisées pour former d'autres colonies.
Nous sommes repartis maintenant avec des essaims et des reines toutes jeunes de l'année qui seront prêtes l'an prochain.
Cela va nous permettre d'envisager les prochaines récoltes dans de bonnes conditions.

Cette année, elle va se faire fin juillet.
On l'a souhaite la meilleure possible.

Nous allons nous diriger pour la récolte 2017 je pense, vers à miel de forêt (acacia, chataignier, tilleul, ronces et fleurs alentours...).

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de La Baumette

Le rucher de La Baumette
Le rucher principal s'étend sur le site de dépollution des eaux (Lyonnaise des eaux) à Angers.

On peut y récolter un miel toutes fleurs grâce à une flore diversifée présente sur le site.

Les eaux usées sont traitées par un procédé de biofiltration qui consiste à dégrader la pollution à l’aide de bactéries. Cette technique permet de diviser par trois les concentrations en phosphore et par quatre les concentrations en azote rejetées dans le Maine. Afin de permettre une valorisation en épandage, les boues issues du traitement biologique sont traitées puis leur volume réduit par un sécheur thermique.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Nouvelles de vos abeilles

Bonjour,

La sortie d'hiver a été très difficile.

Nous avons perdu énormément d'essaims, au moins la moité de mes ruches soit près de 80.
J'avais fait la visite avant hivernage courant Octobre/Novembre et l'état général était excellent (réserves de nourriture largement suffisantes, colonies en bonne santé).
Sortie d'hiver, catastrophe, j'ai retrouvé les ruches pleines de miel et plus une abeille.
Je penche fortement pour un empoisement ayant constaté un traitement des blés à l'arrière saison.
Un gros coup dur...

Je me suis néanmoins remis en selle avec les colonies restantes qui se sont bien développées au printemps.
La plupart des ruches en production ont été ont été transhumées dans des zones plus préservées comme la forêt de Nuaillé.
Les ruches les plus populeuses ont été divisées pour former d'autres colonies.
Nous sommes repartis maintenant avec des essaims et des reines toutes jeunes de l'année qui seront prêtes l'an prochain.
Cela va nous permettre d'envisager les prochaines récoltes dans de bonnes conditions.

Cette année, elle va se faire fin juillet.
On l'a souhaite la meilleure possible.

Nous allons nous diriger pour la récolte 2017 je pense, vers à miel de forêt (acacia, chataignier, tilleul, ronces et fleurs alentours...).

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Ribou

Le rucher de Ribou
Le rucher principal s'étend sur près de 4 hectares à coté du lac de Ribou, la flore locale y est riche et variée (bocages de haies champêtres et prairies pour la plupart en agriculture biologique).

On peut y récolter un miel toutes fleurs de prairie, du miel d'acacia, de tilleul, de châtaignier, de ronce.

Ils vont également développer la vente de propolis ainsi que la fabrication de pains d'épices maison.

Les abeilles à parrainer dont de race Buckfast et d'une lignée certifiée que seul Dominique Froux, apiculteur professionnel ayant collaboré avec un grand maître de l’apiculture (le frère Adam à l’abbaye de Buckfast en Angleterre) et qui a développé cette abeille d’élevage douce et productive, peut prétendre en France. 

L'apiculteur : Thierry SALAVIN

UTPLA apiculteur Thierry SALAVIN

Thierry est un apiculteur bio professionnel situé en Isère.
Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert et Nature et Progrès (label biologique qui est basé non seulement sur des critères techniques mais également sur des aspects environnementaux, sociaux et économiques ou encore éthiques).

Il a découvert et démarré l'apiculture en 2010 en récupérant des essaims vagabonds.
Sans lien familial avec l'apiculture, il a acquis son expérience en se formant et en travaillant chez des apiculteurs en Australie.

Il a un cheptel actuel de plus de 200 ruches.
Thierry utilise des ruches Warré qui privilégient une apiculture douce et respectueuse des abeilles.

La majorité de ses ruchers sont situés sur les massifs alpins vierges de cultures aux alentours de Grenoble (Chartreuse, Vercors, Belledonne, Ecrins).
Thierry pratique la transhumance locale dans un petit rayon (40km) pendant la saison pour des miels de crus (châtaignier, acacia, haute montagne).

Votre apiculteur vous attend

Bonjour,

Thierry vous propose 3 dates pour venir visiter son exploitation et vous faire partager son métier au quotidien avec vos petites abeilles.

Une journée de découverte spécial parrains le samedi 7 Octobre 2017 où, si la météo le permet, vous aurez loisir d'approcher de très près les abeilles.

Thierry propose également d'ouvrir sa miellerie les samedis 16 et mercredi 20 Septembre 2017. dans le cadre de la campagne « manger bio et local c’est l’idéal ».

Pour en savoir plus et vous inscrire (attention les places sont limitées pour le samedi 7 Octobre) :

voir les dates de Thierry

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Chartreuse

Le rucher de la Chartreuse
Les ruches sont situées dans le parc naturel régional de la Chartreuse, à 800m d'altitude qui offre une diversité de milieux naturels.

Le parc est ainsi constitué de forêts qui varient du chêne à des hêtraies-sapinières jusqu'aux épicéas à 1500 m d'altitude mais aussi d'étendue de pelouse et prairies.
Les eaux de source provenant des torrents et zones humides environnant le rucher sont d'excellente qualité.

Le miel récolté par la miellerie du Peuple Zélé est selon les floraisons de forêt à dominante de tilleul et pointe de châtaignier et de fleurs de chartreuse qui sont issues des sous-bois comme les ronces et framboisiers avec un arôme floral, frais, naturellement crémeux.

Thierry pratique un élevage et une sélection massale de ces abeilles afin de tirer le meilleur parti de chaque abeille (productivité, caractère...).
Il a ainsi commencé son cheptel avec des abeilles locales ou dites "noires" issus d'essaims cueillis dans la Vallée et qui ont permis la création d'autres colonies d'abeilles avec des croisements naturels contrôlés. Aujourd'hui il a des colonies avec un brassage d'origines qui sont adaptées localement.

L'apiculteur : Stéphane JOURDAIN

UTPLA apiculteur Stéphane JOURDAIN

Stéphane a débuté il y a 4 ans, suite à un arbre mort, un noyer creux, qui s'est écrasé, dans la cour de son atelier, et qui logeait un bel essaim que personne n'avait vu à 7 mètres du sol.
Les abeilles l'ont toujours attiré depuis enfant, et cette occasion l'a poussé à franchir le pas.

Il dispose maintenant, après 4 ans de travail, d'une vingtaine de ruchers, soit des ruchers d’élevage d'abeilles, soit des ruchers de production, ces derniers migrant en fonction des floraisons.
Il récolte 7 miels différents en fonction des saisons et des emplacements des ruches dans un rayon de 40 km autour de son atelier, exclusivement sur le vexin.

Stéphane est inscrit à titre professionnel depuis quelques mois, comme agriculteur, branche apiculture.
Il a tout appris par lui-même, en lisant beaucoup et en faisant beaucoup de bêtises; il a la chance d'apprendre vite et d'être autodidacte.

La presse en parle... on a besoin de vous

Chers parrains,

J'espère que vous allez bien et que vous avez pu profiter d'une petite pause estivale...
Pour moi c'est encore un peu la course au rucher mais je tiens bon et suis le rythme de nos petites abeilles.

Et je suis content car des médias m'ont contacté ces derniers mois pour évoquer les difficultés du métier d'apiculteur, les dangers autour des pesticides et bien sûr pour sensibiliser autour du rôle essentiel joué par l'abeille.
C'est d'ailleurs la raison de ce petit mail qui j'espère récoltera quelques retours favorables.

J'ai en effet besoin de vous, sur mon rucher pour un reportage BFM TV qui se tourne en ce moment. Le journaliste souhaiterait pouvoir interviewer un parrain des ruches du Vexin demain, mardi 8/08/17 dans la journée.
L'une ou l'un d'entre vous serait-il disponible pour venir me rendre visite ainsi qu'à vos abeilles ? Ce serait vraiment une très heureuse nouvelle. Rien de bien compliqué... Il faudrait juste expliquer au journaliste ce qui vous a poussé à parrainer des abeilles... Votre prise de conscience autour de la disparition des abeilles et du rôle essentiel de pollinisatrice qu'elles jouent dans la nature ! Bref, laissez parler votre coeur ;-)
Si vous êtes disponible, pourriez vous contacter directement Pierre au 06 40 70 45 53 qui répondra à vos questions et vous en dira plus sur le reportage en lui même...
On ne le répètera jamais assez : ON A BESOIN DE VOUS !
Stéphane,

 

Voir toutes ses actualités

Aux ruchers du Vexin

Aux ruchers du Vexin

L'atelier de l'exploitation naissante est situé à Enfer (95420) ca ne s'invente pas; quoi de mieux pour faire du miel d'Enfer?
Printemps crémeux, tilleul crémeux, acacia, toute fleurs d'été et forêt forte tendance châtaignier... un autre miel de forêt sans châtaigner très doux et parfumé mais aussi un spécial de fleurs de falaises calcicoles riches en huiles essentielles, ramassé en septembre (coteaux de seine).

En 2016, Stéphane a 220 colonies. 80 étant une base pour l'élevage, le reste des colonies de production.
Comme tous les ans, un certain nombre sont défectueuses et nécessitent d'être remplacées.

A terme d'ici 3 ans, Stéphane désire atteindre un nombre de ruches de production de miel de 350 ruches et de 100 ruches souches de production d'essaims.
Il pense aussi faire des transformations à partir de ses miels comme du pain d'épices au feu de bois, nougats et autres bonbons, et spiritueux. Il a par ailleurs suivi des formations en pâtisserie et en confiseries, sur bases miel en 2015.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?



Septembre marque la période de transition entre l’été, très actif pour les abeilles et la période d’hivernage durant laquelle, le rythme au sein de la colonie va fortement se ralentir.
Dehors, les ultimes floraisons d’été s’étiolent peu à peu et c‘est toute la colonie qui va devoir s’adapter à cette nouvelle situation.
La reine ralentit dorénavant sa ponte. Elle passe ainsi de 2000 œufs pondus par jour durant le pic estival, à 200 œufs à peine. Cette réduction intensive de la ponte s’opère à partir du 15 août et marque le passage dans l’hivernage.
Les abeilles vont profiter des alvéoles disponibles pour y engranger les dernières réserves récoltées dans la nature qui constituent les miellées tardives (bruyère callune, lierre...).
C'est aussi la période des cultures intermédiaires après les moissons, qui jouent le rôle de pièges à nitrate comme la phacélie, la moutarde ou le sarrasin que les abeilles apprécient.
Les vas et vient sur la planche d’envol vont se faire beaucoup plus rares.
La colonie ainsi constituée durant l’été va s’organiser pour la période d’hiver. Les larves vont se nourrir davantage durant le froid formant une nouvelle catégorie d’abeilles, les Abeilles d'Hiver.

Zoom sur … L'Abeille d'Hiver

Car oui il existe deux types d’abeilles, celle d’été qui travaille à un rythme effréné et ne vivra que quelques semaines (entre 3 et 4 semaines), et l’abeille d’hiver.
Cette dernière voit le jour en période de froid et va devoir survivre jusqu’au printemps. Elle n’a pas le même rôle que les abeilles d’été, et vit en moyenne entre 5 et 6 mois.
Elle doit donc réaliser d'énormes réserves corporelles pour survivre à la période hivernale. Ces abeilles se gorgent de protéines, glucides et lipides, leurs organismes sont différents.
Elles vont naître beaucoup plus lourdes qu'au printemps. Elles sont également plus velues...



Leur rôle : Assurer l’hivernage ; Elever le premier couvain printanier et enfin butiner dès le retour des beaux jours.

De son côté, l'apiculteur …
A partir de la fin Août, après les dernières récoltes estivales, l’apiculteur va opérer la mise en hivernage de ses ruches. Tout va s’accélérer.
Le rôle de l’apiculteur est alors d’extraire l’excédent de miel qu’il mettra en maturateur avant mise en pot.

 

Il s’occupera aussi de vérifier l’état des colonies avant leur mise en hivernage. Ainsi il pourra notamment décider de réunir deux essaims trop petits ou faibles leur permettant de consolider ainsi une colonie plus forte.
Il s’assurera également que l’ensemble des colonies a suffisamment de réserves pour passer la période hivernale.
Bien entendu il vérifiera l’état des ruches et s’assurera de leur étanchéité et de leur bon état général. Il réduira les entrées par l’installation de grilles évitant ainsi les attaques de prédateurs telles que les souris, les mésanges etc…
Il faudra ensuite choisir un lieu à l’abri du vent notamment, où placer les ruches. Il évitera de les placer sous les arbres dont les branches pourraient tomber…
On voit souvent de grosses pierres ainsi placées sur le toit des ruches. Leur rôle et de maintenir la ruche fermée car si le toit venez à s’arracher la colonie mourrait. Les abeilles ne supportent pas le froid ni même l’humidité.



Le Saviez – vous ?
La colonie hiverne normalement à l'emplacement du dernier couvain sur des rayons vides afin de pouvoir se former en grappe d'hivernage dans de bonnes conditions.

Un peu de poésie … La citation du mois!
« Une poignée d'abeilles vaut mieux qu'un sac de mouches. » Proverbe arabe




Imprimer la page

Retour