YON-KA

Logo YON-KA

 

Yon-Ka, la quintessence du soin phyto-aromatique

Créée en 1954, pionnière des soins phyto-aromatiques et riche d’une expérience internationale, 

Yon-Ka apporte à votre peau ce que la plante a de plus précieux : son huile essentielle vitalisante chargée d’énergie solaire et ses actifs complémentaires - vitamines, acides de fruits, polyphénols, peptides, oligoéléments…Une synergie qui répond avec précision, douceur et efficacité aux besoins

spécifiques des peaux les plus exigeantes.

 

Au cœur des produits et des soins Yon-Ka, la « Quintessence » et ses 5 huiles essentielles aux extraordinaires pouvoirs - la lavande, le géranium, le romarin, le cyprès, le thym -un trésor olfactif et une formule exclusive qui renforce l’efficacité d’actifs naturels issus de plantes venues du monde entier.

 

Yon-Ka, the Quintessence of the phyto-aromatic care

Created in 1954, pioneer in the realm of phytoaromatic treatments and rich with international

experience, Yon-Ka provides your skin with the most precious part of plants: their revitalizing essential oils full of solar energy and complementary active ingredients - vitamins, fruit acids, polyphenols, peptides, oligoelements... – Synergy which acts with precision, kindness and effectiveness for the specific needs of the most demanding skin types.

 

In the heart of Yon-Ka products and treatments, the «Quintessence» and its 5 essential oils with extraordinary powers - lavender, geranium, rosemary, cypress,thyme - a treat for the senses and an exclusive formula which reinforces the effectiveness of the natural active ingredients from plantsfrom all over the world.

 

 


Voir leur site internet

L’expertise Yon-Ka

Formulé, fabriqué, contrôlé et distribué par les Laboratoires Multaler, société française et familiale, chaque produit est un gage

d’authenticité et de rigueur dictées par l’éthique de la marque et la technicité de ses équipes de scientifiques : ingénieurs chimistes,

docteurs en pharmacie et en biologie.

Diffusée en France et dans le monde par plus de 5000 professionnels du soin - les Spas et Instituts - Yon-Ka offre ainsi à chaque femme

une réponse sur mesure et l’assurance d’un résultat durable et immédiatement visible.

 

 

Yon-Ka Expertise

Formulated, manufactured, tested and distributed by Laboratoires Multaler, a French family company, each product comes with a promise of authenticity and rigor, dictated by the brand’s ethics and the scientists’techniques: chemical engineers, pharmacy and biology doctors.

Distributed in France and across the world by over 5000 treatment professionals – Spas and Salons - Yon-Ka offers every person

customized solution and the promise of a striking and immediately visible result at all ages in life

Les ruches en images

  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA

Les ruches en vidéo

L'apiculteur : Philippe CHAVIGNON

UTPLA apiculteur Philippe CHAVIGNON

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes,  il y a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales.

Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis, au sein de la réserve naturelle régionale du même nom et aux portes du Parc National du Mercantour.
Philippe pratique  la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

"ILS NE SAVAIENT PAS QUE C'ETAIT IMPOSSIBLE, ALORS ILS L'ONT FAIT."

Nouvelles de votre apiculteur après les intempéries

Bonjour à tous,

Quelques nouvelles après les intempéries.

Etant, ou ayant été, dans le cadre de certaines de mes activités un expert en matière de risques naturels, et plus précisément dans l'étude du fonctionnement des torrents, voici quelques explications:

Le phénomène météo a dû être suffisamment explicité sur les médias, mais pour ceux qui sont loin d'ici ou qui n'ont pas suivi attentivement.

Des masses d'air chaudes - réchauffées par leur passage sur la Méditerranée - chargées d'humidité atteignent le littoral - lui encore relativement chaud vu les T° du mois de septembre et de l'été - provoquant de fortes pluviométries, plus la masse d'air pénètre à l'intérieur des terres , en particulier dans les vallées perpendiculaires à la côte, donc orientées plutôt sud-nord-Roya, Vésubie, Tinée - plus elles rencontrent des reliefs élevés - jusqu'à 3000m d'altitude - qui provoquent l'élévation de la masse d'air et donc son refroidissement induisant lui-même la condensation et donc les précipitations. Cette condensation a été d'autant plus violentes que les jours précédents, le vent du nord avait soufflé et que la terre en altitude était refroidie -2°C chez moi à 1300m réduisant à néant mon potager, je n'ai plus de serre depuis la neige de novembre 2019.

D'où des cumuls impressionnants jusqu'à 500mm sur St Martin Vésubie. Imaginez une montagne couverte d'une couche de 50cm d'eau qui dévale et se concentre vers la vallée. A partir d'un certain seuil, les forêts et leurs sols, qui jouent le rôle d'éponge tampon sont saturés et n'ont plus aucun effet. Tant que l'eau reste dans le lit mineur les dégats sont minimes, mais lorsque le charriage de matériaux solides augmente, le débit augmente proportionnellement et la capacité érosive du torrent s'accroit de manière exponentielle. La vie des torrents peut se résumer à leur capacité de charriage étroitement liée à la pente , donc la vitesse, et d'autres facteurs comme la nature des substrats traversés, granulométrie....Le département des Alpes Maritimes est le plus escarpé de France. L'eau claire a une forte capacité de transport et au fur et à mesure qu'elle se charge, cette capacité de transport se réduit. Si l'écoulement rencontre une zone de plus faible pente, donc en fond de vallée là où sont situées les zones urbanisées, il va y avoir une tendance  au dépôt de matériaux charriés. Le lit du torrent s'exhausse, le lit s'élargit et l'écoulement commence à saper les berges protégeant les infrastructures généralement situées à un niveau supérieur - anciennes terrasses alluvionnaires - de ce que l'on appelle le lit majeur. Le lit mineur a tendance à se superposer au lit majeur et à détruire tout ce qui y avait été construit. Cette crue est exceptionnelle - sans doute d'ordre millénaire - en se référant à ce que l'on connait du passé. En ce qui concerne le futur, du fait du dérèglement climatique, ce qui était millénaire pourrait devenir centennal ou pire décennal ! Elle a provoqué un remaniement géomorphologique du cours d'eau. C'est à dire qu'un cours d'eau dont le lit mineur était large de 10 ou 20m, occupe maintenant une largeur de 100m, voire 200m et plus, du fait des dépots et de l'exhaussement du lit. A contrario, les crues "liquides" ont plutôt tendance à provoquer, un enfoncement du lit, ce qui réduit les risques de débordements et d'atteinte aux infrastructures, même si elles peuvent provoquer des éboulements de berges, des glissements de terrains....C'est ce qui s'est passé dans la partie supérieure des bassins versants qui a alimenté l'aval en matériaux solides.

D'est en ouest les dégâts vont en s'amenuisant dans le département. La haute vallée du Var où se situe Guillaumes n'a donc souffert que de fortes pluviométries sans dégâts matériels importants. Une partie de mon cheptel apicole que j'avais sur un rucher à Valberg - 1700m d'altitude - venait d'être rapatrié près de Villetale Haute - 1200m - n'a pas subi de dommages. Le cheminement du Var depuis la côte formant une sorte de chaise, nous avons été protégés par les reliefs orientés Est-Ouest. Le débit du Var à l'embouchure a atteint un pic de 3300m3/seconde proche du débit d'étiage du Rhône dont le bassin versant est incomparable avec celui du Var.

En ce qui concerne les journées portes ouvertes, pour ceux qui ont pu s'inscrire, elles sont donc maintenues.

Pour l'accès, à ce jour, il faut passer par la vallée de l'Esteron - Gillette, Roquesteron , Puget Thénier - Compter 45 mn de plus. A voir si d'ici samedi, la D6202 -ex N202- sera réouverte.

Pour samedi, il y a la foire mensuelle de Guillaumes. Je vous propose de choisir entre un picnic à Guillaumes ou un repas organisé par le groupement des agriculteurs de la vallée :

Menu : agneau, ratatouille, semoule, fromage ou dessert, possibilité de repas végétarien . Tarif adulte : 15 euros. Tarif réduit pour enfants.

Merci de me faire savoir au plus vite pour ceux qui souhaiteraient réserver des repas, par SMS à mon tél 06 40 67 71 33

Dimanche, picnic à Villetalle haute.

Si la D6202 n'est pas réouverte, le rdv à l'aire de Rua sera reporté à 10h30 pour tenir compte des délais de route rallongés.

A bientôt dans les Gorges Rouges.

Merci à tous et prenez soin de vous.

Philippe

 

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

L'apiculteur : Aude GALMICHE

UTPLA apiculteur Aude GALMICHE

Aude a démarré l’apiculture en 2009, un peu par hasard, en accompagnant un ami dans ses ruches. Depuis, elle a eu ses premières ruches, puis une dizaine, une vingtaine puis 120. 
Après quelques années dans le Vaucluse, elle a racheté une ferme isolée dans les hautes alpes, dans le parc régional du Queyras, département d’origine de son conjoint.
Ceci correspond à son souhait de conduire ses ruches dans un milieu encore préservé, proche de la nature et au rythme des saisons.
Dans cette logique, la majorité des ruches sont sédentaires entre 900 et 1200m d’altitude.

Aude récolte principalement des miels de montagne et de lavande.

Elle développe aussi la production de gelée royale avec la mise en place d’un atelier.
La conduite de ruches se fait le plus possible selon le cahier des charges de l’agriculture biologique dans l’optique d’une certification d’ici quelques années.

Nouvelles hivernales

Bonjour,

La première neige de l’année est arrivée aujourd’hui. C’est donc le moment du repos pour les abeilles et les hommes.

Le miel est en pot, le premier marché de Noël a lieu dimanche.
Coté rucher, les colonies sont principalement en Provence pour l’hiver.
Seul un rucher est resté sur les Hautes Alpes.
C’est un souhait de diminuer les transhumances et de garder les colonies en montagne toute l’année.
La réalisation va prendre un peu de temps car la recherche d’emplacements adaptés à l’hiver dans cette région au climat difficile est délicate.
Il reste encore du travail pour préparer le matériel pour la saison prochaine.
D’autant que le rucher a connu d’importantes pertes de colonies sur l’arrière-saison, liées au varroa ainsi qu’à une période de mauvais temps début septembre.
Les ruches maintenant vides doivent être nettoyées avant de recevoir un nouvel essaim au printemps.
Les visites des ruchers reprendront en janvier afin de prévenir le risque de disette.

Passez de bonnes fêtes et prenez soin de vous

Cordialement

Aude

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Queyras

Le rucher du Queyras

La saison est courte.
Elle démarre au printemps sur le noisetier par les belles journées de février puis les fruitiers et les pissenlits.
Certaines ruches montent ensuite plus en altitude dans les alpages pour les mois les plus chauds.
Enfin un rucher descend sur les lavandes, pour produire ce miel tant recherché.
Aude produit un peu de pollen, qui aujourd’hui est consommé par les abeilles.

Les abeilles du Queyras sur la planche d'envol


Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Belle & heureuse année 2021 à toutes et tous !

Quel plaisir de débuter cette nouvelle année à vos côtés.
Toute l’équipe d’Un Toit Pour Les Abeilles se joint à vos apiculteurs préférés pour vous souhaiter une très belle année 2021.
Nous espérons qu’elle sera douce : pour vous comme pour la planète !




L’heure du bilan ?



Ce début d&r...




Imprimer la page

Retour