YON-KA

Logo YON-KA

 

Yon-Ka, la quintessence du soin phyto-aromatique

Créée en 1954, pionnière des soins phyto-aromatiques et riche d’une expérience internationale, 

Yon-Ka apporte à votre peau ce que la plante a de plus précieux : son huile essentielle vitalisante chargée d’énergie solaire et ses actifs complémentaires - vitamines, acides de fruits, polyphénols, peptides, oligoéléments…Une synergie qui répond avec précision, douceur et efficacité aux besoins

spécifiques des peaux les plus exigeantes.

 

Au cœur des produits et des soins Yon-Ka, la « Quintessence » et ses 5 huiles essentielles aux extraordinaires pouvoirs - la lavande, le géranium, le romarin, le cyprès, le thym -un trésor olfactif et une formule exclusive qui renforce l’efficacité d’actifs naturels issus de plantes venues du monde entier.

 

Yon-Ka, the Quintessence of the phyto-aromatic care

Created in 1954, pioneer in the realm of phytoaromatic treatments and rich with international

experience, Yon-Ka provides your skin with the most precious part of plants: their revitalizing essential oils full of solar energy and complementary active ingredients - vitamins, fruit acids, polyphenols, peptides, oligoelements... – Synergy which acts with precision, kindness and effectiveness for the specific needs of the most demanding skin types.

 

In the heart of Yon-Ka products and treatments, the «Quintessence» and its 5 essential oils with extraordinary powers - lavender, geranium, rosemary, cypress,thyme - a treat for the senses and an exclusive formula which reinforces the effectiveness of the natural active ingredients from plantsfrom all over the world.

 

 


Voir leur site internet

L’expertise Yon-Ka

Formulé, fabriqué, contrôlé et distribué par les Laboratoires Multaler, société française et familiale, chaque produit est un gage

d’authenticité et de rigueur dictées par l’éthique de la marque et la technicité de ses équipes de scientifiques : ingénieurs chimistes,

docteurs en pharmacie et en biologie.

Diffusée en France et dans le monde par plus de 5000 professionnels du soin - les Spas et Instituts - Yon-Ka offre ainsi à chaque femme

une réponse sur mesure et l’assurance d’un résultat durable et immédiatement visible.

 

 

Yon-Ka Expertise

Formulated, manufactured, tested and distributed by Laboratoires Multaler, a French family company, each product comes with a promise of authenticity and rigor, dictated by the brand’s ethics and the scientists’techniques: chemical engineers, pharmacy and biology doctors.

Distributed in France and across the world by over 5000 treatment professionals – Spas and Salons - Yon-Ka offers every person

customized solution and the promise of a striking and immediately visible result at all ages in life

Les ruches en images

  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA
  • La ruche YON-KA

Les ruches en vidéo

 

 

L'apiculteur : Philippe CHAVIGNON

UTPLA apiculteur Philippe CHAVIGNON

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes,  il y a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales.

Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis, au sein de la réserve naturelle régionale du même nom et aux portes du Parc National du Mercantour.
Philippe pratique  la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

"ILS NE SAVAIENT PAS QUE C'ETAIT IMPOSSIBLE, ALORS ILS L'ONT FAIT."

Quelques nouvelles de nos abeilles

Chers parrains,

Après un été et un automne bien mellifère, nos ruches sont entrées en hivernage avec des réserves très confortables.
Il n’y a eu aucun besoin de nourrir, comme en 2017 où la sécheresse nous avait contraint à intervenir, malgré nos efforts, les contraintes de notre cahier des charges bio et, plus encore, nos propres idées sur ce qui est une apiculture juste et raisonnable.



Les ruches étaient bien lourdes (pitié pour nos dos…) quand, au mois d’octobre, on les a transhumées vers leur emplacement d’hivernage… dans l’Estérel, ce magnifique maquis de la Côte d’Azur.

On avait un petit espoir d’y récolter un miel, encore jamais fait : le miel d’arbousier, petit arbre typique du maquis qui porte ses fruits et ses fleurs blanches en belles grosses grappes en même temps au mois de décembre.
Il n’y a que dans le maquis que l’on puisse espérer faire un miel d’hiver !
Mais hélas, les jours ont été trop froids, trop pluvieux au temps de la floraison et les ruches n’ont pu rentrer que 200, 300 grammes de miel, quantité qu’on a pu suivre avec exactitude grâce à nos balances sous quelques ruches, interrogeables à distance via internet !
Ce sont des quantités loin de celles nécessaires pour poser les hausses de miel, mais qui peuvent pousser les reines à pondre ses œufs, destinés à devenir des larves, puis des nymphes, puis des ‘imagos’, abeilles adultes qui après émergence rejoignent la colonie pour s’occuper du couvain, ou butiner du nectar ou du pollen.
La semaine prochaine, avec le beau temps annoncé, elles iront sûrement butiner du pollen sur les mimosas en fleurs, pollinifères mais non pas nectarifères.
D’ici quelques semaines, ce sera la bruyère ‘arborescente’ ou blanche - très dense et très mellifère, puis le romarin - moins dense mais également nectarifère - qui nourrira les abeilles et, si la miellée est généreuse, l’apiculteur et ses parrains – à suivre !

Nous souhaitons aux parrains de nos ruches ainsi qu’à l’équipe d’Un Toit Pour Les Abeilles une belle année 2019, abondante en miel et autres douceurs de la vie !

Jorris et Philippe.

Voir toutes ses actualités

Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

L'apiculteur : Aude GALMICHE

UTPLA apiculteur Aude GALMICHE

Aude a démarré l’apiculture en 2009, un peu par hasard, en accompagnant un ami dans ses ruches. Depuis, elle a eu ses premières ruches, puis une dizaine, une vingtaine puis 120. 
Après quelques années dans le Vaucluse, elle a racheté une ferme isolée dans les hautes alpes, dans le parc régional du Queyras, département d’origine de son conjoint.
Ceci correspond à son souhait de conduire ses ruches dans un milieu encore préservé, proche de la nature et au rythme des saisons.
Dans cette logique, la majorité des ruches sont sédentaires entre 900 et 1200m d’altitude.

Aude récolte principalement des miels de montagne et de lavande.

Elle développe aussi la production de gelée royale avec la mise en place d’un atelier.
La conduite de ruches se fait le plus possible selon le cahier des charges de l’agriculture biologique dans l’optique d’une certification d’ici quelques années.

L'hiver n'a pas encore dit son dernier mot !

Chers parrains,
Depuis les dernières nouvelles, les transhumances ne se sont pas tout à fait déroulées comme prévu.
Un rucher en Provence est resté inaccessible à la suite de précipitations nombreuses sur la région.
Puis c’est l’accès au rucher montagnard qui est devenu dangereux à cause du sol glissant.
Le temps que le sol sèche, c’est la neige qui est arrivée…

Une quarantaine de jeunes essaims est restée bloquée dans des conditions assez rudes tout l’hiver.
Des ruches de production auraient pu le supporter mais pas des essaims.
Il y a plus de 80% de pertes sur ce rucher. Ce sont les aléas du métier !

Plus positif, un domaine viticole du Vaucluse m’a proposé au pied levé de partager un emplacement avec un autre apiculture local.
Un super élan de solidarité qui a permis à une trentaine de ruches de passer l’hiver dans la garrigue au milieu du thym, romarin et sauge.
Toujours dans le sud, les ruches ont l’air d’avoir bien passé l’hiver.
Pas beaucoup de froid, ni de grosse consommation des réserves. L’arrivée des fleurs (amandiers et romarins avant de continuer avec les cerisiers) va permettre de lancer les colonies.

Les visites de printemps vont démarrer dans la première quinzaine de mars. De quoi faire un premier bilan de l’hivernage et de l’état des colonies.
En montagne, il est encore urgent d’attendre.

La chaleur des dernières semaines réveille les colonies mais il est très fréquent que les conditions se dégradent après un mois de février très chaud.
Un démarrage trop précoce des colonies leur serait alors préjudiciable.
Mis à part le « rucher oublié », les ruches restées en montagne sont des colonies en production avec des reines jeunes, une forte population et des réserves importantes.
Le seul risque pour elles serait un démarrage de l’élevage avant une nouvelle période de froid et de mauvais temps.
Les besoins du couvain épuiseraient trop rapidement le stock de miel.

Voilà, je reste vigilante encore quelques semaines et espère vous revenir avec de belles nouvelles au moment de la reprise concrète de la saison.
En attendant je vous redis merci pour tout,
A très bientôt,

Aude



Voir toutes ses actualités

Le rucher du Queyras

Le rucher du Queyras

La saison est courte.
Elle démarre au printemps sur le noisetier par les belles journées de février puis les fruitiers et les pissenlits.
Certaines ruches montent ensuite plus en altitude dans les alpages pour les mois les plus chauds.
Enfin un rucher descend sur les lavandes, pour produire ce miel tant recherché.
Aude produit un peu de pollen, qui aujourd’hui est consommé par les abeilles.

Les abeilles du Queyras sur la planche d'envol


Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Le printemps est là, et si les abeilles s’agitent dans La ruche, chez Un Toit Pour Les Abeilles on s’active tout autant. Nous avons plein de belles choses à vous partager…
D’abord, cet écrit est l’occasion de souhaiter « la bienvenue » à tous les nouveaux parrains qui nous ont rejoint récemment après nos passages médiatiques dans Terra Terre, France 3 et Happinez.
Et p...




Imprimer la page

Retour