Bee engineering

Logo Bee engineering

Société de conseil en ingénierie, Bee Engineering est spécialisée dans l’industrie de l’énergie & des procédés, les infrastructures et l’industrie mécanique. Née en 2010, la société compte près de 780 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 50 millions d'euros fin 2021. Présente à Paris, Lyon, Nantes, Rennes, Annecy, Aix-en-Provence, Mulhouse et Toulouse, Bee Engineering est à l'écoute permanente de ses partenaires et évolue en temps réel pour s'adapter aux nouvelles exigences du marché.


Voir leur site internet

L'engagement responsable de Bee Engineering est l’expression d’une démarche volontaire de progrès incitant les salariés à adopter des gestes dit « éco citoyens » permettant la protection et la valorisation de l’environnement. À cette fin, Bee Engineering s’engage à intégrer des « éco principes » dans sa propre stratégie, son management et ses relations avec l’ensemble de ses interlocuteurs. Différents engagements : - Réduire la consommation de papier - Réduire la consommation de gobelet - Appliquer une consommation raisonnable d’électricité - Réduire les émissions de CO2.

Les ruches en images

  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering

L'apiculteur : Mathieu CHIROSSEL

UTPLA apiculteur Mathieu CHIROSSEL

Mathieu pratique l’apiculture en activité principale depuis 2015.
L’apiculture est une pratique familiale ancestrale qui lui tient à cœur de faire perdurer et de développer.
Au siècle dernier, dans bon nombre de fermes, les ruches en paille étaient installées pour attirer les essaims et récolter le miel en fin d’année.
Cette pratique fut transformée au milieu du siècle dernier par  l'utilisation de la ruche Dadant une vraie révolution apicole que l’un des grands oncles de Mathieu vécu.
Aujourd’hui, ses colonies évoluent toujours dans ce modèle de ruche en pratiquant l’élevage et la sélection massale.
Après une formation en cours du soir et 4 saisons chez différents apiculteurs professionnels, il s’occupe actuellement d'une cinquantaine de ruches qu’il a développé d’année en année à partir de souches issues d’une longue sélection locale.
Soucieux de l'environnement et pour ne pas altérer la récolte, il pratique les méthodes apprises au sein de structures labellisées AB.
A terme, il cherche à passer sous la labellisation Nature et progrès pour une reconnaissance de ses pratiques actuelles.
En plus d’une pratique respectant l’abeille, l’apiculteur et la récolte, un de ses objectifs est de conserver un produit vivant.
Ses miels sont issus d'une seule et même récolte, ils sont non transformés et non mélangés avant mise en pots.

L'été est terminé

Bonjour à vous, marraines et parrains du rucher du Roussillon.
 
L’été est terminé, pour les colonies aussi !

Leur transhumance sur la lavande a permis une année de plus de ne pas trop s’inquiéter pour elles durant ces longues semaines de chaleur.  Le remplissage des nourrisseurs* en eau fut la seule préoccupation.

*(Le nourrisseur est un élément entre le dernier élément de la ruche, corps ou hausse et le toit. Il permet la contenance d’un liquide accessible par les abeilles de la ruche uniquement)  

A la dernière visite, les ruches sont bien lourdes en miel et en bonne santé ce qui devrait assurer un bel hivernage.  


Bel Automne à vous toutes et à vous tous !
Bien à vous,
Mathieu C.

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Roussillon

Le rucher du Roussillon

Son rucher est situé sur les bocages vallonnés du Roussillon, une zone peu cultivée avec principalement des prairies et des bois.

Cet environnement de collines riches en arbres mellifères lui permet de récolter du miel de printemps, de châtaignier, d'acacia parfois ou encore de tilleul.

Cette diversité permet d’offrir des couleurs, des saveurs et des textures très diversifiées.

Elle permet de proposer à chacun ou à chaque instant de dégustation, un plaisir différent. 

Dans une volonté d’une production de proximité, ses miels sont récoltés principalement dans une zone située à moins de 10 km à vol d’abeille de la miellerie.

Les ruches sont transhumées en fin de saison sur des secteurs d'altitude proche comme les monts du Pilat ou le Diois.

En plein été, le Roussillon n'offrant que très peu de ressources, cette transhumance permet de ne pas avoir à nourrir les ruches et les jeunes colonies en fin d’année.

Cela leur assure des réserves importantes et parfois une récolte de miel de lavande ou de miellat de sapin.

L'apiculteur : David GIRAUD

UTPLA apiculteur David GIRAUD

J'ai commencé l'apiculture il y une petite dizaine d'année, je suis passé de trois ruches à une centaine de ruches réparties sur 5 ruchers.
Je suis apiculteur amateur semi-professionnel, je n'arrive pas encore à vivre de mon activité apicole, je suis donc pluriactif (pisteur de ski de fond, accompagnateur moyenne montagne, vendeur conseil en magasin espaces verts).
Pour la formation, je suis autodidacte, je me suis construit en discutant avec les anciens et en dévorant des livres, j'ai commencé avec de petits moyens et j'ai eu le temps d'apprendre de mes erreurs et de mes expériences.
Cette vocation pour l'apiculture découle de plusieurs passions qui s'entremêlent (la botanique, l'ornithologie, l'enthomologie), de plusieurs rencontres essentielles comme "Pierrot" un de mes mentors ou "Gael" mon copain de longue date avec qui j'ai commencé cette aventure (merci à vous), et enfin d'une envie très grande d'être en adéquation avec le monde naturel du vivant qui m'entoure tout en respectant les autres. Je voudrais à présent essayer de vivre de ma passion modestement en aidant la planète et en considérant à égal son prochain. C’est pour cela que je me suis lancé dans l’aventure Un Toit Pour Les Abeilles.

Nouvelles printanières

Chères marraines, chers parrains,
Si les hommes aiment les hivers doux et ensoleillés pour manger au balcon, pour les abeilles c’est loin d’être l’idéal.
La visite des ruchers en sortie d’hiver n’a pas été source de bonnes nouvelles.
De nombreuses colonies étaient soit extrêmement faibles, soit carrément décimées.
Les pertes de cet hiver 2020 s’élèvent à 40% environ, un triste hiver pour les Happykulteurs.
La grande majorité ne manquait pourtant pas de nourriture, les cadres de réserve étaient souvent encore garnis de miel.

Il est fort probable que l’hiver très doux et très ensoleillé que nous avons eu dans notre région en soit une des raisons.
Les ouvrières, au lieu de rester confinées (!) dans la ruche en attendant calmement le début du printemps et ses premières floraisons, sont sorties beaucoup plus tôt que d’habitude.
Or en janvier et février, même s’il faisait relativement chaud et beau, la nature était encore endormie et les fleurs n’étaient pas encore sorties.
Beaucoup d’ouvrières se sont donc épuisées à chercher des ressources en nectar et en pollen.

Elles se sont ainsi retrouvées trop peu nombreuses pour relancer la colonie efficacement.
Qu’à cela ne tienne ! Le travail des mois de mars et avril a donc consisté à reconstituer les colonies du rucher.
C’est-à-dire à renforcer les colonies les plus faibles et à diviser les colonies les plus fortes pour en créer de nouvelles (faire naitre une nouvelle reine).
Aujourd’hui, fin avril, grâce à un gros travail de division et de répartition, les ruchers sont « en forme ».
Le grand soleil de ce début de printemps a été très favorable et a permis des belles floraisons avec beaucoup de nectar et de pollen.
Au rucher des Iles, les cerisiers et les pissenlits constituent une précieuse ressource pour le développement des colonies.
Le rucher de la Pierre, plus haut en altitude, met un peu plus de temps à se remettre de ces pertes hivernales.
Mais la nature est bien faite et la vie l’emporte toujours, ce n’est qu’une question de temps avant que les hausses à miel se remplissent de bon nectar.

L’happykulteur veille sur ses avettes.
Prenez soin de vous, nous on s'occupe des abeilles :)
David et Coralie

Voir toutes ses actualités

Le Rucher des Iles

Le Rucher des Iles

Le rucher se situe à 200m d'altitude en fond de vallée entre le massif du Vercors, le massif de la Grande Chartreuse et les Chambans.
Il y a encore une centaine d'années, la rivière de l'Isère très capricieuse sortait régulièrement de son lit et créait de nombreuses iles sur le site actuel du rucher, d'où son nom.
Les petites z'abeilles se nichent dans un sympathique verger de 1000 plants de kiwi en agriculture Bio (que nos petites abeilles pollinisent en échange de la location de leur emplacement) entouré de vieux cerisiers d'une 15aine d’espèces différentes (nous y faisions de miel de cerisier lorsque la température était propice).
On retrouve dans les prairies qui l'entoure de multiple fleurs (du pissenlit, trèfle blanc, luzerne, des boutons d'or, du plantain), il y a aussi des haies et du petit bois très proches (aubépine, ronce, acacia, boulot, noisetier, lierre, peupliers, saules).
J’y récolte du miel des Îles de Moirans, miel toutes fleurs de prairies - Notes de trèfles blanc et pissenlits - Saveur fraîche, légère et printanière, zeste d’agrume - Médaille de Bronze 2017 au concours bisannuel du Syndicat Apicole Dauphinois.

L'apiculteur : Pierre Antoine et Mathieu COUVREUR - DECOSTER

UTPLA apiculteur Pierre Antoine et Mathieu COUVREUR - DECOSTER

Nous nous sommes rencontrés (Pierre-Antoine et Mathieu) en 2000 sur les bancs de l’université avant de devenirs amis et créer notre entreprise.
Nous avons tous deux un diplôme d’agronome et avons travaillé dans des secteurs différents avant de se retrouver dix ans plus tard autour d’une passion commune : l’apiculture.
Mathieu : Après mes études en agronomie, j’ai travaillé dans le secteur de l’alimentation animale et me suis beaucoup intéressé à la prévention des maladies dans le cadre de l’élevage.
Une expérience particulièrement importante pour la bonne santé des abeilles pour lesquelles j’ai développé une passion.
Pierre-Antoine : La découverte de l’apiculture s’opère dès l’adolescence pour moi, alors que je commence mon « écolage » auprès d’un ami de la famille qui possède des ruches.
Après quelques mois d’apprentissage, je possédais déjà ma propre colonie. Depuis lors, mon enthousiasme n’a fait que s’accroître au fil des ans.

Notre philosophie
"Beelgium est une entreprise à taille humaine animée par la passion du travail bien fait, toujours dans la bonne humeur. Pour Beelgium, produire du miel n’est pas qu’une question économique mais bien une question écologique. En participant à la bonne santé des colonies d’abeilles en Belgique, on renouvelle le cheptel et on prend soin de notre environnement. Notre objectif ? Produire du miel belge, de qualité, tout en favorisant le soin de notre environnement. "

Des nouvelles de Pierre Antoine et Mathieu, vos apiculteurs

Chères marraines, chers parrains. 

Ces derniers jours, nous avons pu terminer le tour de visites de nos colonies après l'hiver.
 
Dans l'ensemble ça s'est pas trop mal passé, certaines sont déjà très populeuses, d'autres ont besoin d'un peu de temps encore.
 
On a profité d'un joli mois de mars pour mettre nos trappes à pollen et récolter le pollen de saule, qui est vraiment délicieux.
 
Le temps de la transhumance à commencé et nous déplaçons nos colonies sur les champs de colza où elles pourront profiter d'entrées massives de pollen indispensables au bon développement de la colonie.
 
L'élevage de reine n'a pas encore commencé mais nous avons mis des cadres spéciaux pour avoir des mâles le plus tôt possible dans la saison, ces cadres à mâles sont maintenant pondus et operculés, l'élevage va bientôt commencer.
 
D'un point de vue opérationnel, nous avons aussi déménagé dans un nouveau lieu, dans la grange du chateau de Mielmont; un endroit paradisiaque où nous vous accueillerons très volontiers les 25 et 26 juin à l'occasion des fermes ouvertes.
 
L'équipe s'est également agrandie. Colin nous a rejoint à temps plein en octobre et Camille vient tout juste de commencer à mi-temps; L'ambiance est bonne.
 
À bientôt
 
Pierre-Antoine et Mathieu
 
  
 
 
 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Beelgium

Le Rucher de Beelgium

En intégrant le réseau Un Toit Pour Les Abeilles, nous souhaiterions partager notre passion avec des marraines et parrains engagés, tout en augmentant notre cheptel.
Les colonies profitent d’une flore belge, qui ressemble à celle du nord de la France, avec quelques zones agricoles en colza, luzerne, phacélie et des zones sauvages de tilleul, bruyère callune, saule.
Si vous souhaitez nous rejoindre sur les réseaux sociaux, nous vous partageons avec plaisir notre page facebook https://m.facebook.com/beelgiumbee/

L'apiculteur : Jean-Philippe CALVEZ

UTPLA apiculteur Jean-Philippe CALVEZ

J'ai commencé l'apiculture il y a 6 ans avec l'envie d'aider au repeuplement de ruche en Bretagne et de partager ma passion pour les abeilles, et en particulier pour l’abeille noire.
Je me suis donc tourné vers l'élevage de reines afin de pouvoir fournir des essaims d'abeilles noires de qualité.
Mon objectif est de réussir à fournir chaque année un maximum d'essaim d'abeilles et de conseiller au mieux les débutants.
Le parrainage de ruches me permettra de vivre de cette passion qui m’anime et de développer au mieux mon activité d’élevage.

Quelques nouvelles en cet automne très doux

Bonjour,

Quelques nouvelles en cet automne très doux : les frelons sont de plus en plus présents sur les différents ruchers. Ils ont malheureusement pris le contrôle du rucher de Lanvallay en arrivant par centaines devant les ruches.
Après de nombreuses tentatives pour protéger les ruches, j'ai dû me résoudre à les déplacer sur des ruchers beaucoup plus calmes et ainsi éviter la catastrophe. Maintenant les abeilles sont en sécurité et recommencent à butiner normalement, mais il y aura inévitablement quelques mortalités cet hiver parce que certaines ruches ont moins d'abeilles à cause des frelons. Cette fin de saison a été particulièrement difficile et j'ai dû déplacer plus de 40 ruches pour les protéger des frelons.
Vu la situation cette année je suis très attentif à l'hivernage des ruches et malgré tout j'ai bon espoir pour l'année prochaine. A part les frelons, la saison s'est très bien passée avec une très belle récolte de miel de printemps et une faible récolte de miel d'été. Les jeunes essaims de l’année se portent bien et serviront à remplacer les éventuelles mortalités de cet hiver. Le miel d'été cette année sera un peu plus doux que d'habitude, car la météo sans pluie n'a pas permis aux châtaigniers de donner du nectar (miel).
Le miel de châtaignier, qui est la plus gros récolte de l'année, et donne au miel un goût un peu plus corsé avec une légère amertume, ne sera pas ou peu présent dans le miel cette année.
Les abeilles ont essentiellement butiné de la ronce et du tilleul...

Merci, pour vos parrainages dont l'argent servira à acheter des nouveaux toits pour les ruches et du bois pour fabriquer des pièges à frelons très élaborés.

Merci aussi à tous ceux présents lors la journée porte ouverte et j’espère que vous avez tous passé un bon moment.
A bientôt Jean-Philippe C.

Voir toutes ses actualités

L'Abeille Sauvage

L

Mes ruches sont éloignées des zones de cultures intenses.
La majorité de mes ruchers se trouve proche de la Vallée de Rance.
Les ruches sont entourées par la ronce qui est la fleur dominante, mais on trouvera aussi beaucoup de châtaigner.
Le miel produit par les abeilles est un miel de Ronce avec une touche de châtaigne. Très agréable en bouche…
J'ai actuellement 48 ruches en production répartie sur 7 ruchers différents.
Je travaille dans le respect de l'abeille noire avec différents types ruches principalement de la Dadant, mais aussi quelques Warré, et une kenyane.
Tout est dit, j’espère que vous serez nombreux à me soutenir dans cette belle aventure.

L'apiculteur : Thierry COLIN

UTPLA apiculteur Thierry COLIN

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

Une entrée en hivernage qui commence

Bonjour

 

En ce jour de rentrée scolaire, c'est l'entrée en hivernage pour mes colonies également ; elles sont déjà presque toutes en "mode hiver" et elles s'activent à trouver du nectar et pollen pour constituer les réserves qui leur permettront de passer les prochains mois. 

Je termine ma première saison comme apiculteur pro, en tout cas au niveau des récoltes : la suite sera plus calme car il s'agira de mettre en pots le miel qu'elles ont récolté durant cette année.

Et elles ont bien travaillé, car avec des températures caniculaires à partir de mi-juin et peu d'eau, ce ne fut pas chose facile pour elles.

En ce début septembre, mes colonies sont belles et populeuses et les reines se sont remis à pondre car les fortes chaleurs ont eu une incidence sur les colonies ; le peu de nectar a freiné la ponte des reines.

Je suis cependant heureux de cette année en 100%, à m'occuper des abeilles et de mon nouveau lieu de vie.

J'ai pu faire deux portes ouvertes où il y a eu de magnifiques moments de partage et de bonne humeur.

 

Je vous souhaite à toutes et tous une belle rentrée et encore un grand merci pour votre soutien, car il est clair que les dérèglements seront de plus en plus présents dans les années à venir, et il est temps de changer nos façons de faire à tous les niveaux.

Chaque geste est important et votre soutien est très appréciable.

 

A bientôt

 

Thierry

Voir toutes ses actualités

Le rucher connecté de St Nabor

Le rucher connecté de St Nabor

Un petit rucher connecté situé à Saint-Nabor, petit village du nord est de la France juste sous le Mont Saint Odile.

Ce rucher se situe en lisière de forêt à environ 360 mètres d'altitude. Le miel qui y sera produit sera un miel de forêt ou de sapin en fonction des années.
Les abeilles vont pouvoir évoluer tranquillement dans le pré qui est à leur disposition et butiner les fleurs au fil des saisons ce qui vous permettra de déguster un miel reflet du terroir de ce petit coin d'Alsace.

 

L'apiculteur : Alain LEVIONNOIS

UTPLA apiculteur Alain LEVIONNOIS

Alain est apiculteur dans la Brie verte depuis 25 ans et s’occupe d’environ 100 ruches.
Passionné par son métier il fait partie de l’équipe du « rucher du Luxembourg » (Société Centrale d’Apiculture) où il donne des cours d’apiculture.
Alain est engagé dans une démarche Bio.
Le miel du rucher des Cours Doux détient le label "AB". Alain est aussi engagé à nos côtés dans un projet d’économie sociale au Maroc ou il assure la formation d’une trentaine de femmes.

Préparation de l'hivernage

Chères marraines, chers parrains,

Après des pertes  assez importantes à la sortie de l 'hiver, s'est installé un beau printemps sans gelée, suivi d'un mois de juin doux et ensoleillé ce qui a permis une bonne récolte de miel de printemps et d'été.

Nos abeilles ont bien supporté les fortes chaleurs de juillet car nos ruchers se trouvent dans des forêts humides de la Brie.

A ce jour, notre travail consiste à préparer les abeilles pour passer un bon hiver : provisions suffisantes, protection contre le frelon asiatique et sait-on jamais si le froid arrive, pas de cols roulés mais des couvertures adaptées aux ruches.

Je précise aussi que suite aux pertes du début de saison Un Toit Pour Les Abeilles nous a bien aidé.

Merci à tous pour votre soutien !

Nous vous souhaitons un bel automne.

Alain et Marie Noelle .

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux est situé en plein cœur de la région de la Brie Verte à Féricy (Seine-et-Marne) dans la vallée Javot en lisière de la forêt domaniale de Barbeau.
De nombreuses variétés de plantes visitées par les abeilles sont présentes sur ce territoire.

Selon l'emplacement des ruches et la floraison variante sur chaque année, Alain vous proposera deux types de miel :
Un miel d'acacia, d'aspect liquide et brillant, au parfum délicat avec des notes florales.
Un miel de forêt, liquide également plutôt sombre et de saveurs boisées à mentholées selon la teneur en tilleul et châtaignier.

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

L'activité sur les ruches diminue

Chères marraines, chers parrains,

L'activité sur les ruches diminue depuis les dernières récoltes de cet été.

Après les récoltes en Août (petites cette année à cause des canicules et du manque d'eau), il a fallu ranger le matériel, les hausses, le matériel de miellerie, nettoyer, ....

Depuis mi-septembre, j'ai commencé et fini la mise en pots (pour toute l'année), ça fait un gros travail d'un coup mais c'est fait. 
Le 1er Octobre, on s'est retrouvé pour une après-midi autour des ruches. C'était un moment très agréable de partage !

Et depuis la semaine dernière j'ai commencé la préparation des colis de miel, et j'y suis toujours.

Après il faudra encore ranger, nettoyer les ruchers si le temps le permet, puis penser aux commandes de matériel pour la saison prochaine, .... et se reposer après une longue saison. 

Je vous remercie pour votre soutien très précieux en ces temps difficiles, et je vous souhaite un bel automne.

A bientôt.

Grégoire

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Montagne Noire

Mondouzil est à une dizaine de kms de Toulouse.
C'est un petit rucher bien placé sur un petit terrain en pente.
Au niveau de la flore, on va trouver principalement du colza, de l'acacia, de l'aubépine, des ronces et du tournesol.
Les abeilles peuvent aussi récolter du miellat en été.

10 ruches sont installées et proposées en parrainage sur ce lieu.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Petit retour sur la saison

Chères marraines, chers parrains,

Cette année nous avons pu constater une faible mortalité de nos colonies à la sortie de l'hiver (-5%).
C’est une très bonne nouvelle par rapport à l'année dernière où les pertes étaient énormes...
Après un début de printemps extrêmement favorable d'un point de vue météorologique (grande douceur, alternance de pluie et soleil), les abeilles ont bien commencé la saison avec un butinage actif.

La récolte a commencé début juillet, elle est plus qu'honorable cette année. L'ensemble du cheptel est en très bon état.
Les ruchers sont répartis en forêt, prairies et nous avons transhumé des colonies sur du tournesol.
En espérant vous offrir bientôt un miel de qualité, fruit du travail acharné de nos abeilles et grâce à votre soutien fidèle qui nous a permis de nous relancer dans notre activité.

Apicalement vôtre."
Karine et David

Très bonnes vacances à vous !

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Ribou

Le rucher de Ribou
Le rucher principal s'étend sur près de 4 hectares à coté du lac de Ribou, la flore locale y est riche et variée (bocages de haies champêtres et prairies pour la plupart en agriculture biologique).

On peut y récolter un miel toutes fleurs de prairie, du miel d'acacia, de tilleul, de châtaignier, de ronce.

Ils vont également développer la vente de propolis ainsi que la fabrication de pains d'épices maison.

Les abeilles à parrainer dont de race Buckfast et d'une lignée certifiée que seul Dominique Froux, apiculteur professionnel ayant collaboré avec un grand maître de l’apiculture (le frère Adam à l’abbaye de Buckfast en Angleterre) et qui a développé cette abeille d’élevage douce et productive, peut prétendre en France. 

L'apiculteur : Frédéric JULIEN

UTPLA apiculteur Frédéric JULIEN

Apiculteur depuis une quinzaine d’années, j’ai débuté avec seulement quelques ruches au départ…
Suite à une reconversion il y a 3 ans, je me suis installé en professionnel avec un cheptel qui compte aujourd’hui une centaine de ruches.

Mes ruchers d’hivernage se trouvent au pied du Garlaban, ce qui me permet, selon les années de récolter du miel de Romarin, de Thym ou de Garrigue.
Je suis apiculteur transhumant sur les châtaigniers d’Ardèche, la lavande des Alpes de Hautes Provence ou en Montagne.
Depuis le début de mon activité, je m’efforce de respecter le cahier des charges de l’apiculture biologique. Depuis maintenant deux ans, je suis certifié apiculteur bio avec le label AB..
Au cours de l’année, toute la famille participe aussi aux diverses activités : mon fils pour les transhumances, ma femme pour les visites de rucher, ma fille pour l’extraction et le mise en pots. L’apiculture chez nous est un engagement familial !

En plus de la vente de miel, je me suis spécialisé dans l’élevage et la sélection de reines. Je propose à la vente des essaims, des reines ou cellules royales.
Voilà un petit aperçu, et si vous passez par chez nous, nous serons heureux de vous accueillir pour vous faire découvrir le rucher des JULIEN.

La saison se termine

Bonjour chers parrains,

La saison se termine : les ruches vont peu à peu rejoindre le calme de leur rucher d’hivernage dans les collines.

De notre côté, la miellerie a droit à son grand nettoyage d’automne. Nous commençons à remplir vos pots de miel pour les prochains envois.

Finalement la saison n’a pas été aussi désastreuse que prévu avec cette sécheresse. Les abeilles se sont montrées très persévérantes pour récolter le précieux nectar.

Par contre, en cette saison, elles luttent contre un nouveau fléau apparu depuis 2-3 ans dans notre région : le Frelon asiatique.       

A très bientôt.

Frédéric

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Garlaban

Le Rucher de Garlaban

Le rucher est situé au pied du Garlaban, colline chère à Marcel Pagnol, Situé au-dessus du petit village de Lascours.
Il domine toute la vallée de l’Huveaune et le pays d’Aubagne.

Il est niché sur des restanques, « bancaou » en provençal.
Les abeilles partent butiner les romarins, thyms, sumacs et autres plantes aromatiques de la garrigue.
Ce qui permet de récolter un miel de printemps très clair au parfum de thym et romarin, puis un miel de garrigues beaucoup plus foncé et plus fort en bouche.
Elles apportent aussi un excellent pollen de cistes cotonneux.

Suivant les années, je peux aussi récolter du miellat de chêne.
Au mois de juin, le rucher transhume sur les champs de lavande, pour y revenir ensuite au début de l’hiver.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Bientôt une vitrine pour nos apiculteurs !

Nous avons tout récemment passé le 2nd palier de notre collecte.
Nous touchons du doigt notre rêve de créer une boutique solidaire des apiculteurs et des abeilles. Et c’est en partie grâce à vous chers parrains, merci !
Les fêtes approchant tout doucement, nous proposons en contreparties de vos contributions tout un panel de coffrets qui constitueront de très jolis cadeaux pour vos f...




Imprimer la page

Retour