Bee engineering

Logo Bee engineering

Société de conseil en ingénierie, Bee Engineering est spécialisée dans l’industrie de l’énergie & des procédés, les infrastructures et l’industrie mécanique. Née en 2010, la société comptera 350 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 26 millions d'euros fin 2016. Présente à Paris, Lyon, Nantes et Bruxelles, Bee Engineering est à l'écoute permanente de ses partenaires et évolue en temps réel pour s'adapter aux nouvelles exigences du marché.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

La Charte de l’environnement Bee Engineering est l’expression d’une démarche volontaire de progrès incitant les salariés à adopter des gestes dit « éco citoyens » permettant la protection et la valorisation de l’environnement. À cette fin, Bee Engineering s’engage à intégrer des « éco principes » dans sa propre stratégie, son management et ses relations avec l’ensemble de ses interlocuteurs. Différents engagements : - Réduire la consommation de papier - Réduire la consommation de gobelet - Appliquer une consommation raisonnable d’électricité - Réduire les émissions de CO2.


Les ruches en images

  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering

L'apiculteur : Alain LEVIONNOIS

UTPLA apiculteur Alain LEVIONNOIS

Alain est apiculteur dans la Brie verte depuis 25 ans et s’occupe d’environ 100 ruches.
Passionné par son métier il fait partie de l’équipe du « rucher du Luxembourg » (Société Centrale d’Apiculture) où il donne des cours d’apiculture.
Alain est engagé dans une démarche Bio.
Le miel du rucher des Cours Doux détient le label "AB". Alain est aussi engagé à nos côtés dans un projet d’économie sociale au Maroc ou il assure la formation d’une trentaine de femmes.

Des récoltes maigres

Bonjour,

Suite aux pertes de fin d'hiver, j'ai du acheter quelques essaims pour remplacer les ruches qui avaient subi des mortalités.
Après avoir bien soigner celles qui restaient j'avais début mai un cheptel en forme, j'ai par ailleurs de très bon emplacements en forêt, avec acacias, tilleuls, châtaigniers et ronces.

En avril, les acacias dans notre région ont gelé donc pas de miel.
Pour le reste, la miellée a été très moyenne.
Il me reste une dernière chance: j'ai déplacé 50 ruches sur des parcelles de luzerne et sarrasin, j'aurai une réponse après le 15 août mais je ne suis pas optimiste car cette année la production de nectar est faible, es ce à cause d'un manque d'eau ?

Je vous tiendrai au courant,

Bien cordialement
Alain Levionnois.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux
Le rucher de Cours Doux est situé en plein cœur de la région de la Brie Verte à Féricy (Seine-et-Marne) dans la vallée Javot en lisière de la forêt domaniale de Barbeau.
De nombreuses variétés de plantes visitées par les abeilles sont présentes sur ce territoire.

Selon l'emplacement des ruches et la floraison variante sur chaque année, Alain vous proposera deux types de miel :
Un miel d'acacia, d'aspect liquide et brillant, au parfum délicat avec des notes florales.
Un miel de forêt, liquide également plutôt sombre et de saveurs boisées à mentholées selon la teneur en tilleul et châtaignier.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Nouvelles de vos abeilles

Bonjour,

La sortie d'hiver a été très difficile.

Nous avons perdu énormément d'essaims, au moins la moitié de mes ruches soit près de 80.
J'avais fait la visite avant hivernage courant Octobre/Novembre et l'état général était excellent (réserves de nourriture largement suffisantes, colonies en bonne santé).
Sortie d'hiver, catastrophe, j'ai retrouvé les ruches pleines de miel et plus une abeille.
Je penche fortement pour un empoisonnement ayant constaté un traitement des blés à l'arrière-saison.
Un gros coup dur...

Je me suis néanmoins remis en selle avec les colonies restantes qui se sont bien développées au printemps.
La plupart des ruches en production ont été ont été transhumées dans des zones plus préservées comme la forêt de Nuaillé.
Les ruches les plus populeuses ont été divisées pour former d'autres colonies.
Nous sommes repartis maintenant avec des essaims et des reines toutes jeunes de l'année qui seront prêtes l'an prochain.
Cela va nous permettre d'envisager les prochaines récoltes dans de bonnes conditions.

Cette année, elle va se faire fin juillet.
On l'a souhaite la meilleure possible.

Nous allons nous diriger pour la récolte 2017 je pense, vers à miel de forêt (acacia, chataignier, tilleul, ronces et fleurs alentours...).

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Ribou

Le rucher de Ribou
Le rucher principal s'étend sur près de 4 hectares à coté du lac de Ribou, la flore locale y est riche et variée (bocages de haies champêtres et prairies pour la plupart en agriculture biologique).

On peut y récolter un miel toutes fleurs de prairie, du miel d'acacia, de tilleul, de châtaignier, de ronce.

Ils vont également développer la vente de propolis ainsi que la fabrication de pains d'épices maison.

Les abeilles à parrainer dont de race Buckfast et d'une lignée certifiée que seul Dominique Froux, apiculteur professionnel ayant collaboré avec un grand maître de l’apiculture (le frère Adam à l’abbaye de Buckfast en Angleterre) et qui a développé cette abeille d’élevage douce et productive, peut prétendre en France. 

L'apiculteur : Jean-Christophe et Frédéric BAYET

UTPLA apiculteur Jean-Christophe et Frédéric BAYET

Nous sommes deux amis apiculteurs en Belgique dans la province de Namur, passionnés par le monde des abeilles.

Comme il est pour nous tout aussi important de produire du miel que de bien connaitre le comportement de l’abeille dans sa ruche et dans son environnement naturel proche, nous avons décidé pour améliorer nos connaissances, de suivre un cursus de deux ans et de peaufiner ce dernier par un cours spécifique sur l’élevage de reines en Avril 2013.
Ce qui nous permettra d’élever nous-mêmes les reines qui peupleront nos futurs essaims dans la perspective d’augmenter notre cheptel pour atteindre 40 à 50 ruches d’ici 3 à 4 ans.

Notre souhait étant d’apporter une brique en plus à la maison « abeilles », en effet si ces petites bêtes venaient à disparaître, ce sont près de 80% des espèces végétales qui pourraient disparaître de la surface de la terre.
A la base de l’équilibre des écosystèmes, elles représentent plus de 35% de nos ressources alimentaires…. Il faut donc en élever de plus en plus et les protéger.

Une belle saison 2017

Bonjour,

Nous venons de finir la semaine passée la récolte de printemps, savoureux mélange de colza et de fruitiers puisque les ruches sont disposées dans un verger et à proximité d'un champ.

Les ruches sont assez fortes, l'hivernage s'est bien passé et peu de pertes à déplorer en comparaison avec l'année passée.
La saison a donc pu rédémarrer assez vite.

Nous sommes intervenus pour contrôler les populations d'abeilles dans les ruches el allégeant les plus fortes et renforçant les plus faibles.
On prélève des cadres dans les ruches qu'on ajoute ou enlève selon si on veut rajouter du couvain.
Ces interventions ont permis de limiter l'essaimage (une partie de la colonie s'en va de la ruche avec la reine soit car cette dernière est trop agée ou par manque de place...).

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Vignette

Le rucher de Vignette
Frédéric et Jean-Christophe disposent aujourd’hui de deux ruchers (Vignette & Rissart) d’une dizaine de ruches proches de leur domicile afin de s'occuper au mieux des abeilles.

Ils envisagent de développer leur activité par l’installation de deux nouveaux ruchers, l’un situé en zone boisée et l’autre dans une zone naturelle sur les hauteurs de Floreffe proche de l’abbaye.

Si tout se passe bien, ce monde fascinant des abeilles pourrait leur faire passer à 50 ruches voir plus d’ici 2016, leur ouvrant alors les portes de l’apiculture professionnelle…

L'apiculteur : Mathieu CHIROSSEL

UTPLA apiculteur Mathieu CHIROSSEL

Mathieu pratique l’apiculture en activité principale depuis 2015.
L’apiculture est une pratique familiale ancestrale qui lui tient à cœur de faire perdurer et de développer.

Au siècle dernier, dans bon nombre de fermes, les ruches en paille étaient installées pour attirer les essaims et récolter le miel en fin d’année.
Cette pratique fut transformée au milieu du siècle dernier par  l'utilisation de la ruche Dadant une vraie révolution apicole que l’un des grands oncles de Mathieu vécu.
Aujourd’hui, ses colonies évoluent toujours dans ce modèle de ruche en pratiquant l’élevage et la sélection massale.

Après une formation en cours du soir et 4 saisons chez différents apiculteurs professionnels, il s’occupe actuellement d'une cinquantaine de ruches qu’il a développé d’année en année à partir de souches issues d’une longue sélection locale.

Soucieux de l'environnement et pour ne pas altérer la récolte, il pratique les méthodes apprises au sein de structures labellisées AB.
A terme, il cherche à passer sous la labellisation Nature et progrès pour une reconnaissance de ses pratiques actuelles.

 En plus d’une pratique respectant l’abeille, l’apiculteur et la récolte, un de ses objectifs est de conserver un produit vivant.
Ses miels sont issus d'une seule et même récolte, ils sont non transformés et non mélangés avant mise en pots.

Nouvelles de la ferme

Les colonies sont très populeuses à cette époque et on entend le passage des butineuses au dessus de nos têtes à plusieurs dizaines de mètres du rucher.
La Ferme aux Mille fleurs c'est aussi une activité maraîchage biologique avec 7000m² de cultures sous serres non chauffées et en plein champ.
Je cultive une quarantaine de légumes différents par an que je commercialise en majorité en vente directe.
Sont également présentes sur la ferme 80 poules pondeuses élevées avec les méthodes de l'agriculture biologique et en plein air.

 

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Roussillon

Le rucher du Roussillon

Son rucher est situé sur les bocages vallonnés du Roussillon, une zone peu cultivée avec principalement des prairies et des bois.

Cet environnement de collines riches en arbres mellifères lui permet de récolter du miel de printemps, de châtaignier, d'acacia parfois ou encore de tilleul.

Cette diversité permet d’offrir des couleurs, des saveurs et des textures très diversifiées.

Elle permet de proposer à chacun ou à chaque instant de dégustation, un plaisir différent. 

Dans une volonté d’une production de proximité, ses miels sont récoltés principalement dans une zone située à moins de 10 km à vol d’abeille de la miellerie.

Les ruches sont transhumées en fin de saison sur des secteurs d'altitude proche comme les monts du Pilat ou le Diois.

En plein été, le Roussillon n'offrant que très peu de ressources, cette transhumance permet de ne pas avoir à nourrir les ruches et les jeunes colonies en fin d’année.

Cela leur assure des réserves importantes et parfois une récolte de miel de lavande ou de miellat de sapin.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Belle et Heureuse année 2018…
2017 nous a quitté et c’est 2018 qui rentre en piste. Nous vous souhaitons, chers parrains, une nouvelle année douce et mielleuse. Que cette année vous apporte la santé bien entendu, mais aussi beaucoup de bonheur et de réussite dans vos projets, qu’ils soient personnels ou professionnels.
Le moment des vœux est un moment que nous aimons chez Un toit pour les abeilles, car il nous permet de remercier les milliers de parrains qui forment cette grande famille solidaire.
Aujourd’hui nous sommes quelques 28 000 parrains particuliers et 1 150 entreprises investis et engagés dans cette cause fondamentale qu’est la sauvegarde des abeilles. Nous avons pu, grâce à votre soutien, à la fois précieux et surtout fidèle, installer près de 4 000 ruches partout en France.

Nous souhaitions aussi profiter de l’occasion pour vous remercier chaleureusement pour tous vos messages de vœux et de soutiens que nous avons reçu par mails ou sur les réseaux sociaux. Tous vos messages nous touchent et nous confortent dans cette belle mission qu’est la nôtre.
Que se passe-t-il dans la ruche ?
Ce début d’année 2018 est très agité d’un point de vue des conditions météorologiques. Il fait froid dehors, et les températures sont passées en négatives dans plusieurs régions de France. On voit également ce début d’année chahuté par de violentes rafales de vent. La vigilance est donc de mise sur les ruchers de nos apiculteurs. Les ruches doivent demeurer à l’abris du vent, des fortes pluies et de la neige fréquents sur cette période.

Les abeilles restent confinées à l’intérieur des ruches, formant une grappe organisée pour se maintenir au chaud. L’activité de la colonie est restreinte et les abeilles puisent doucement dans les réserves qu’elles ont accumulé durant les beaux jours.

Dans quelques semaines, les températures devraient doucement remonter… Toute fin janvier, début février, la Reine, avec le retour de températures plus clémentes, devrait reprendre la ponte pour former ce qui sera bientôt, la nouvelle colonie de printemps !

Zoom sur … La reprise de la ponte
Durant la période d’hivernage, la Reine suspend naturellement la ponte. Cette dernière a un rôle de régulateur de la population au sein de la colonie. Il serait compliqué en effet d’entretenir du couvain sans avoir suffisamment de réserves pour les nourrir. Vers la fin janvier, lorsque les températures remontent, il n’est pas rare de voir quelques abeilles, ici où là, dans votre jardin. Elles viennent aspirer les quelques gouttes d'eau fraiches, sur les feuillages persistants ou les points d’eau.

Ces « Porteuses d'eau » ou « Buveuses d'eau », comme on les nomme communément, sont annonciatrices de la reprise de la ponte par la Reine. L'eau est en effet un élément indispensable à la fabrication de la gelée royale, qui servira à nourrir la Reine en pleine reprise d'activité ainsi que toutes les larves de la ruche.

De son côté, l'apiculteur …
Tout comme en décembre, les interventions de l’apiculteur en janvier sont limitées sur le rucher. Inspections visuelles et contrôle des ruches par pesée permettront à l’apiculteur de s’assurer que les colonies vont bien

Le Saviez – vous ?
Durant la période de froid, et pour conserver une bonne température corporelle, les abeilles consomment leurs réserves de miel. Les défécations liées à cette consommation ne sont pas faites au sein de la ruche…Les abeilles sont propres. Elles vont profiter de redoux pour effectuer un « Vol de propreté » durant lequel elles vont rejeter les déchets accumulés durant plusieurs semaines ! La Nature est bien faite non !?

Nouveauté… Recette cuisine
Pour la nouvelle année, on vous propose chaque mois, une recette avec pour ingrédient phare (je vous laisse deviner !) : le Miel

Première recette de l’année : Galettes au Miel

Liste d’ingrédients :
- 3 œufs
- 100 g de sucre semoule
- 1 sachet de sucre vanillé
- 80 g de miel
- 1/2 c. à café de sel
- 8 cl. d'huile de tournesol
- 480 g de farine
- 14 g de levure chimique
- Un œuf pour la dorure

Recette :
Préchauffez le four à 180°C. Dans un récipient, mélangez les œufs avec le sucre et le sucre vanillé. Ajoutez le miel, l'huile et le sel. Incorporez ensuite la farine et la levure chimique et mélangez pour obtenir une pâte homogène. Enduisez vos mains d’un peu d'huile et confectionnez des boules de la taille d'un œuf. Déposez-les en les espaçant sur une plaque tapissée de papier sulfurisé et les laisser s'étaler. Enduisez les boules d’un peu d’œuf et décorez-les à l'aide d'une fourchette. Laissez cuire au four pendant 15 à 20 mn.
C’est prêt, laissez refroidir et régalez-vous !




Imprimer la page

Retour