Bee engineering

Logo Bee engineering

Société de conseil en ingénierie, Bee Engineering est spécialisée dans l’industrie de l’énergie & des procédés, les infrastructures et l’industrie mécanique. Née en 2010, la société comptera 350 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 26 millions d'euros fin 2016. Présente à Paris, Lyon, Nantes et Bruxelles, Bee Engineering est à l'écoute permanente de ses partenaires et évolue en temps réel pour s'adapter aux nouvelles exigences du marché.


Voir leur site internet

La Charte de l’environnement Bee Engineering est l’expression d’une démarche volontaire de progrès incitant les salariés à adopter des gestes dit « éco citoyens » permettant la protection et la valorisation de l’environnement. À cette fin, Bee Engineering s’engage à intégrer des « éco principes » dans sa propre stratégie, son management et ses relations avec l’ensemble de ses interlocuteurs. Différents engagements : - Réduire la consommation de papier - Réduire la consommation de gobelet - Appliquer une consommation raisonnable d’électricité - Réduire les émissions de CO2.

Les ruches en images

  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering
  • La ruche Bee engineering

L'apiculteur : Mathieu CHIROSSEL

UTPLA apiculteur Mathieu CHIROSSEL

Mathieu pratique l’apiculture en activité principale depuis 2015.
L’apiculture est une pratique familiale ancestrale qui lui tient à cœur de faire perdurer et de développer.
Au siècle dernier, dans bon nombre de fermes, les ruches en paille étaient installées pour attirer les essaims et récolter le miel en fin d’année.
Cette pratique fut transformée au milieu du siècle dernier par  l'utilisation de la ruche Dadant une vraie révolution apicole que l’un des grands oncles de Mathieu vécu.
Aujourd’hui, ses colonies évoluent toujours dans ce modèle de ruche en pratiquant l’élevage et la sélection massale.
Après une formation en cours du soir et 4 saisons chez différents apiculteurs professionnels, il s’occupe actuellement d'une cinquantaine de ruches qu’il a développé d’année en année à partir de souches issues d’une longue sélection locale.
Soucieux de l'environnement et pour ne pas altérer la récolte, il pratique les méthodes apprises au sein de structures labellisées AB.
A terme, il cherche à passer sous la labellisation Nature et progrès pour une reconnaissance de ses pratiques actuelles.
En plus d’une pratique respectant l’abeille, l’apiculteur et la récolte, un de ses objectifs est de conserver un produit vivant.
Ses miels sont issus d'une seule et même récolte, ils sont non transformés et non mélangés avant mise en pots.

Bilan de la saison aux ruchers

Bonjour à vous, marraines et parrains du rucher du Roussillon.

L'été se termine après un beau mois de septembre propice au développement dans les colonies de ce que l'on appel l’abeille d’hiver. Cette abeille est tout juste en train de naître. Elle n'est pas différente de ses sœurs de la belle saison mais elle aura la mission de porter la colonie jusqu'aux printemps. 120 jours d’existence avec les belles journées de l'hiver en guise d’occasion pour aller explorer le monde !  
L'année se termine sur une jolie récolte sur la miellée de lavande. Comme les années précédentes, pour fuir les terres dépourvues de ressources par la sécheresse du mois de juillet et août, les colonies on été amenées en hauts des collines drômoises. Là-bas des ressources importantes en fleurs de montagne et lavande de culture leur permettent de faire leurs réserves pour tout l'hiver et éviter ainsi le nourrissage artificiel des colonies.
Vous aurez pour certains l'occasion de déguster de nouveau du miel appelé miel de fleurs d été. Il s'agit d'une récolte effectuée sur des colonies n'ayant pas été récoltées au cours de l'année. C'est donc un mélange des miellées sur le châtaignier, acacia, tilleul et autres fleurs des champs en finissant par la Lavande.

Bonne rentrée à tous et prenez soin de vous. 

Mathieu

 

Pour le plaisir, quelques photos des ruches sur la lavande du haut Diois 

  

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Roussillon

Le rucher du Roussillon

Son rucher est situé sur les bocages vallonnés du Roussillon, une zone peu cultivée avec principalement des prairies et des bois.

Cet environnement de collines riches en arbres mellifères lui permet de récolter du miel de printemps, de châtaignier, d'acacia parfois ou encore de tilleul.

Cette diversité permet d’offrir des couleurs, des saveurs et des textures très diversifiées.

Elle permet de proposer à chacun ou à chaque instant de dégustation, un plaisir différent. 

Dans une volonté d’une production de proximité, ses miels sont récoltés principalement dans une zone située à moins de 10 km à vol d’abeille de la miellerie.

Les ruches sont transhumées en fin de saison sur des secteurs d'altitude proche comme les monts du Pilat ou le Diois.

En plein été, le Roussillon n'offrant que très peu de ressources, cette transhumance permet de ne pas avoir à nourrir les ruches et les jeunes colonies en fin d’année.

Cela leur assure des réserves importantes et parfois une récolte de miel de lavande ou de miellat de sapin.

L'apiculteur : Alain LEVIONNOIS

UTPLA apiculteur Alain LEVIONNOIS

Alain est apiculteur dans la Brie verte depuis 25 ans et s’occupe d’environ 100 ruches.
Passionné par son métier il fait partie de l’équipe du « rucher du Luxembourg » (Société Centrale d’Apiculture) où il donne des cours d’apiculture.
Alain est engagé dans une démarche Bio.
Le miel du rucher des Cours Doux détient le label "AB". Alain est aussi engagé à nos côtés dans un projet d’économie sociale au Maroc ou il assure la formation d’une trentaine de femmes.

Quelques mots de vos apiculteurs

Bonjour à tous,

La récolte d'été a été bonne, ronces,  tilleuls, châtaigniers un mélange boisé délicieux.

A cette période les abeilles sont fortement agressées par les frelons asiatiques mais, cette année j'en vois peu, j'espère qu'ils sont confinés et qu'ils y resteront.

L'activité dans les ruches s'est réduite, les abeilles butinent les dernières fleurs avant de se mettre au repos hivernal, avec leurs provisions de miels elles vont vivre au ralenti jusqu'au retour du printemps.

Merci de votre soutien, bonne fin d'été, prenez bien soin de vous.

Alain et Marie-Noëlle Levionnois

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux est situé en plein cœur de la région de la Brie Verte à Féricy (Seine-et-Marne) dans la vallée Javot en lisière de la forêt domaniale de Barbeau.
De nombreuses variétés de plantes visitées par les abeilles sont présentes sur ce territoire.

Selon l'emplacement des ruches et la floraison variante sur chaque année, Alain vous proposera deux types de miel :
Un miel d'acacia, d'aspect liquide et brillant, au parfum délicat avec des notes florales.
Un miel de forêt, liquide également plutôt sombre et de saveurs boisées à mentholées selon la teneur en tilleul et châtaignier.

L'apiculteur : Frédéric GOFFIN

UTPLA apiculteur Frédéric GOFFIN

Je suis apiculteur en Belgique dans la province de Namur, passionné par le monde des abeilles.

Comme il est pour moi tout aussi important de produire du miel que de bien connaitre le comportement de l’abeille dans sa ruche
et dans son environnement naturel proche, j'ai décidé pour améliorer mes connaissances, de suivre un cursus de deux ans et de
peaufiner ce dernier par un cours spécifique sur l’élevage de reines.
Ce qui me permet d’élever moi-même les reines qui peuplent les futurs essaims dans la perspective d’augmenter mon cheptel pour
atteindre 40 à 50 ruches d’ici quelques années.

Mon souhait est d’apporter une brique en plus à la maison « abeilles ». En effet si ces petites bêtes venaient à disparaître,
ce sont près de 80% des espèces végétales qui pourraient disparaître de la surface de la terre.
A la base de l’équilibre des écosystèmes, elles représentent plus de 35% de nos ressources alimentaires…
Il faut donc en élever de plus en plus et les protéger.

Une saison rythmée

Très chères marraines, très chers parrains,
Ce printemps 2020 a été un peu particulier avec cette crise que tout le monde a connue.
Dans notre malheur, elle a fait profiter nos abeilles d'un peu de calme et de moins de pollution que d’habitude (beaucoup moins de trafic routier et aérien).
Cette période estivale a été une réussite du côté des miellées : Un printemps avec des nuits froides, mais des journées bien ensoleillées et chaudes,
ce qui favorise les sorties de nos butineuses pour aller chercher le nectar et pollen.
En général, à la fin de la miellée de colza et pissenlit, une petite période de repos (creux de miellée) s'installe.
Mais cette année il n'y a pas eu « ce creux de miellée » et nos avettes ont immédiatement repris le travail sur la miellée des aubépines.
Nos campagnes ont été recouvertes de ce magnifique voile blanc associé à ces arbustes.
Les fruitiers ont très bien donné aussi et actuellement nous pouvons en profiter pour récolter en grand nombre nos cerises et fraises.
Bientôt les autres fruitiers nous donneront leurs présents grâce à une bonne pollinisation de nos petites protégées.

La saison d'été a déjà commencé pour nos abeilles.
Elles sont en ce moment en train de butiner ou vont butiner très bientôt les grands arbres, comme le robinier faux acacia, les tilleuls, ou encore les châtaigniers...
Du côté de l'apiculteur, ce n'est pas de tout repos non plus, comme pour nos petites protégées.
Les journées sont très longues et intenses aussi.
Durant cette période très courte (de début avril à fin juillet), nous n'avons pas beaucoup de temps pour nous poser des questions et flâner.
Mais notre récompense est dans la bonne santé de nos abeilles ou encore lorsque le miel coule à flot dans notre extracteur avec ce parfum bien caractéristique.
Encore une fois je souhaite remercier tous nos parrains et marraines pour le soutien que vous nous apportez.
A bientôt pour d'autres nouvelles,
Frédéric

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Vignette

Le rucher de Vignette

Je dispose aujourd'hui de plusieurs ruchers dans la commune de Floreffe (Province de Namur) et de ses alentours.
 
Les ruchers sont placés à des endroits stratégiques ou une étude des plantes mellifères a été faite pour pouvoir donner à manger à nos petites protégées
le plus longtemps possible et dans des conditions favorables pour elles.

J'ai aussi un rucher d'élevage de reines proche de la Miellerie, car cette activité demande beaucoup de temps et surtout beaucoup d'opérations, mais grâce
à ce rucher nous pouvons améliorer la génétique de nos reines pour l'acclimatation des nouvelles conditions météorologiques à venir et surtout améliorer
l'aspect hygiénique de nos abeilles pour combattre l'acarien 'Varroa Destructor' qui est une catastrophe pour leur survie.
 
Suite à la demande en miel de plus en plus conséquente chaque année, le nombre de ruche ne fait que d'augmenter d'année en année, mais souvent nous
devons faire des essaims supplémentaires pour pallier les pertes hivernales.

Mon activité est semi-professionnelle, car en Belgique il est très difficile dans vivre et surtout le risque de perdre son cheptel est trop élevé, mais ce qui me
fait continuer dans cette voie est la passion pour cet insecte vraiment incroyable et fascinant et surtout de pouvoir retransmettre aux générations futures
mes connaissances apicoles et l'importance de protéger les abeilles (domestique et sauvage), car sans elles nous mourrions de faim.

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Des nouvelles après l'incident survenu au rucher

Bonjour à tous,

Merci pour vos messages de soutien.
Je voulais faire un autre message.  
Il y a eu cet événement naturel. Surprenant. J’avais fait au mieux et je dois dire plutôt bien au printemps dans ce contexte pas facile (pour tout le monde).
Pour les apiculteurs le printemps est vraiment le moment à ne pas louper.
La phase intense et la plus complexe étaient en train de se terminer et tout d’un coup…
Un agriculteur m’appelle pour me dire que mes ruches sont sous l’eau.
Sur le moment, j’ai fait comme j’ai pu. J’en ai sauvé certaines mais qui vont prendre du retard de développement.
Et d’autres ont été noyées, j’ai même retrouvé des ruches à plus de 50 m plus bas dans le ruisseau.
Alors, j’ai commencé à récupérer les ruches emportées, les toits, les couvre-cadres, les cadres, …. J’ai commencé à nettoyer le rucher et à tout réorganiser.
Je vais remettre des essaims dans les ruches vides.
Sur les autres ruchers, le bilan du printemps est plutôt très bon.
Et le bilan général de cette période est plutôt bon malgré cet événement.
Alors en tant qu’apiculteur et amoureux de la nature, ça a été une vraie peine de voir toutes ces abeilles mortes.
Mais au bout du compte, je crois que la vie gagne toujours. Et je vais l’y aider à ma mesure.
En repeuplant de milliers de petits insectes, grandes expertes du miel, toutes les ruches qui avaient été vidées... qui seront bientôt débordantes de vie.
Bon courage à tous !

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Mondouzil

Mondouzil est à une dizaine de kms de Toulouse.
C'est un petit rucher bien placé sur un petit terrain en pente.
Au niveau de la flore, on va trouver principalement du colza, de l'acacia, de l'aubépine, des ronces et du tournesol.
Les abeilles peuvent aussi récolter du miellat en été.

10 ruches sont installées et proposées en parrainage sur ce lieu.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Petit retour sur la saison

Chères marraines, chers parrains,

Cette année nous avons pu constater une faible mortalité de nos colonies à la sortie de l'hiver (-5%).
C’est une très bonne nouvelle par rapport à l'année dernière où les pertes étaient énormes...
Après un début de printemps extrêmement favorable d'un point de vue météorologique (grande douceur, alternance de pluie et soleil), les abeilles ont bien commencé la saison avec un butinage actif.

La récolte a commencé début juillet, elle est plus qu'honorable cette année. L'ensemble du cheptel est en très bon état.
Les ruchers sont répartis en forêt, prairies et nous avons transhumé des colonies sur du tournesol.
En espérant vous offrir bientôt un miel de qualité, fruit du travail acharné de nos abeilles et grâce à votre soutien fidèle qui nous a permis de nous relancer dans notre activité.

Apicalement vôtre."
Karine et David

Très bonnes vacances à vous !

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Ribou

Le rucher de Ribou
Le rucher principal s'étend sur près de 4 hectares à coté du lac de Ribou, la flore locale y est riche et variée (bocages de haies champêtres et prairies pour la plupart en agriculture biologique).

On peut y récolter un miel toutes fleurs de prairie, du miel d'acacia, de tilleul, de châtaignier, de ronce.

Ils vont également développer la vente de propolis ainsi que la fabrication de pains d'épices maison.

Les abeilles à parrainer dont de race Buckfast et d'une lignée certifiée que seul Dominique Froux, apiculteur professionnel ayant collaboré avec un grand maître de l’apiculture (le frère Adam à l’abbaye de Buckfast en Angleterre) et qui a développé cette abeille d’élevage douce et productive, peut prétendre en France. 

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction :

Les températures baissent, les feuilles des arbres rougissent et nous ressortons les plaids moelleux pour des soirées cocooning :
pas de doute, le mois d’octobre est là ! Les abeilles font aussi face à ce changement de climat et toute la ruche se réorganise pour débuter la saison froide.
Partons en immersion dans le quotidien de nos butineuses préférées en ce début d’automne !


...




Imprimer la page

Retour