NATURLAND

Logo NATURLAND

La Phytothérapie : une médecine naturelle.

 NATURLAND développe et commercialise depuis 20 ans une large gamme de compléments alimentaires à base de plantes issues de l’Agriculture Biologique, certifiés par Ecocert et Qualité France.
L’Agriculture Biologique est une réponse à la crise environnementale tant au niveau agricole avec un impact positif maximum sur l'environnement, qu’alimentaire avec la production d'aliments sains, répondant à des normes strictes de qualité.
Rigueur scientifique et démarche qualité contribuent à l’élaboration de produits naturels, innovants, efficaces et sûrs.
En plus de notre engagement Bio et pour rester fidèles à notre philosophie, NATURLAND a souhaité en 2008 s’impliquer dans la démarche Equitable, Solidaire et Responsable en développant des extraits fluides Bio issus du Commerce Equitable.
Ce partenariat commercial a pour but de parvenir à un développement durable avec des producteurs défavorisés des pays du Sud dans le respect des principes éthiques, sociaux et environnementaux.

 


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

NATURLAND, le respect des hommes et de l’environnement

Nous sensibilisons notre personnel à la protection de l’environnement en leur faisant adopter les « écogestes ». Cela passe par le biais du tri des déchets (papiers, cartons, plastiques, piles…), nous utilisons des containers spécifiques en vue du recyclage, nous réduisons la consommation de ressources et leurs gaspillages tel que le papier, la consommation d’énergie…
Le respect de l’environnement s’inscrit dans une vision globale ayant pour objectif la réduction de l’impact de l’ensemble des activités.
Notre adhésion à Eco Emballage permet de revaloriser ou de faciliter le recyclage de nos emballages.
Une grande partie de nos documents grand public sont imprimés chez des imprimeurs  adhérents à la charte « Imprim’vert ».

Les ruches en images

  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND
  • La ruche NATURLAND

L'apiculteur : Philippe CHAVIGNON

UTPLA apiculteur Philippe CHAVIGNON

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes où il a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales. Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis.
Philippe pratique de la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

Bilan d'année 2015

Chers parrains,

L’année  2015 a été marquée par des périodes de sècheresses prolongées. Mais  grâce à des transhumances judicieuses, nous avons réussi à tirer le meilleur partie des petites pluies localisées mais  providentielles. Cette année a ainsi été, pour moi,  la meilleure année apicole connue depuis longtemps, et ce en terme de production et de ventes, après trois années particulièrement éprouvantes, à lutter pour la survie de nos colonies et donc de mon activité !

En octobre et novembre, presque toutes les ruches ont été mises en hivernage dans le massif de l’Esterel à 1 km de la mer, près de la station de Ski de Valberg (1700 mètres). Un véritable choc thermique!

Mais la douceur automnale a stimulé les ruches qui ont butiné sur l’arbousier et le romarin. Le début de floraison du mimosa a débuté vers le 20 décembre, soit avec près d’un mois et demi d’avance, du jamais vu !

Ceci a permis la stimulation de la ponte et début janvier les ruches étaient assez fortes et les pertes peu importantes. A toute bonne nouvelle, sa contrepartie. En effet la ponte qui finalement ne s’est pas arrêtée a permis le développement du varroa, ce parasite qui vient attaquer nos abeilles. Je dois donc demeurer vigilant.

Le bilan des pertes hivernales se fait en mars, voire en avril, lors des visites de printemps qui signent la véritable reprise d’activité des ruches. Toutes les ruches parrainées seront repeuplées fin mars s’il y a eu de la mortalité cet hiver et nous enverrons des photos du rucher de l’Estérel.

Je vous dis à très bientôt,

Amitiés, Philippe

Voir toutes ses actualités


Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Après un mois d’avril souvent mitigé, oscillant entre journées douces et très fraîches, le mois de mai va donner le ton de la nouvelle saison apicole qui démarre. Si dans certaines régions, le printemps n’est pas encore tout à fait installé, d’ici très peu de temps les abeilles pourront profiter de températures supérieures à 12°C toute la journée, leur permettant de sortir à travers champs pour butiner nectars et pollens.
Les populations des ruches sont particulièrement bien développées et la Reine, qui a repris sa ponte depuis plusieurs semaines, continue de faire grossir la colonie.
Si le dicton mentionne « En mai fait ce qu’il te plaît »… ce dicton ne vaut pas pour les abeilles ! La ruche comptera bientôt entre 40 000 et 50 000 locataires.
Autant dire que l’organisation au sein de la colonie est de mise !



Zoom sur …

L’organisation de la colonie
les abeilles vont occuper plusieurs fonctions au sein de la ruche, passant ainsi de nettoyeuse à nourrice, de bâtisseuse à ventileuse ou encore de gardienne à butineuse.
L’abeille nettoyeuse : elle nettoie chaque alvéole de la ruche permettant ainsi un stockage propre et stérile du miel.
L’abeille nourrice : à partir du 5ème jour et jusqu’au 15ème jour l’abeille devient nourrice et sécrète de la nourriture permettant d’alimenter les larves. Durant cette période, elle prodiguera aux larves les soins nécessaires leur permettant une bonne évolution.
L’abeille bâtisseuse : Son rôle est de réaliser l’architecture des rayons de la ruche grâce à ses glandes cirières. C’est un travail long et minutieux réalisé de manière collégiale avec d’autres abeilles cirières…
L’abeille ventileuse : Elle transforme le nectar en miel grâce à un jeu de ventilation avec ses ailes…
L’abeille butineuse : C’est elle que l’on voit se promener de fleur en fleur et qui revient gorgée d’eau de pollen et de nectar à la ruche. Une butineuse peut effectuer jusqu’à une centaine de voyages par jour selon la proximité des fleurs. C’est une véritable ouvrière de la nature.

De son côté, l'apiculteur …
Pour l'apiculteur, mai est un mois de vigilance et d'anticipation pour éviter l’essaimage. Nous vous en avions parlé le mois dernier. En mai l’essaimage s’intensifie encore.
L’apiculteur devra intervenir rapidement pour éviter de perdre une partie de ses colonies.
Il installera volontiers de nouvelles hausses (cadres supérieurs ajoutés à la ruche) qui permettront aux abeilles d'avoir plus d'espace pour se développer.
Il peut aussi être amené à anticiper la division de ses colonies lorsque le manque de place se confirme, ce qui revient à reconstituer un essaimage au sein d'une nouvelle ruche.



Le Saviez – vous ?

En pleine activité, la température de la ruche peut grimper facilement jusque 30/35°. En effet lorsque les butineuses (près de 15 000) transportent du nectar vers la ruche, il faut compter près du double de jeunes abeilles (soit environ 30 000 abeilles) pour le transformer en miel.
Cette maturité du nectar, pour en faire du miel et l'eau qui en résulte nécessitent une température de 35°.
Il est donc important de faire attention à conserver cette température constante et d'intervenir en juste proportion pour éviter à la ruche de se refroidir.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Sois comme la fleur, épanouis-toi librement et laisse les abeilles dévaliser ton cœur ! » Râmakrishna

 




Imprimer la page

Retour