Le dispositif 

Dans son objectif d’accompagnement des apiculteurs du réseau, Un Toit Pour Les Abeilles  a mis en place un partenariat avec Connected Beekeeping, qui propose la location de balances de ruche.
Ce dispositif de balance apicole, permet notamment un suivi en temps réel du poids de la ruche et permet à l’apiculteur d’identifier les évolutions de poids sur cette même ruche.

Il s’agit d’un boitier relié à 4 pesons ou balances. Chaque balance est positionnée sous une ruche (4 ruches au total par dispositif). Le boitier est installé sur l’une des 4 ruches et connecté à chaque peson.

« Nous avons développé et mis au point la balance de ruche (balance apicole) Beescale4 (BS4). Simple et économique, elle permet de suivre 4 colonies différentes dans le même rucher. La comparaison de 4 courbes de poids vous apportera tous les éléments de décision pour gérer au mieux la santé de vos colonies. »
Jérôme ALPHONSE – Apiculteur du réseau et inventeur du dispositif Connected Beekeeping.

 Afin d’offrir au boitier un aspect à la fois ludique et une protection complémentaire, Un Toit Pour Les Abeilles a imaginé, en partenariat avec une entreprise locale 3D INOVE, une coque 3D design sous forme de petit « clin d’œil » à la ruche !

Le petit dictionnaire apicole

Cette liste n’est pas exhaustive mais elle vous permettra de mieux appréhender et comprendre les interventions de l’apiculteur sur les ruches. Elle donne des informations techniques mais aussi pédagogiques autour des abeilles et du métier d’apiculteur.

Hausse C’est ce que l’on nomme communément « le Magasin à miel ». L'apiculteur ajoute une hausse au-dessus du corps de ruche (c’est-à-dire de la maison en bois qu’occupent les abeilles) pour qu’elles puissent stocker du miel supplémentaire.

Pose d’une hausse : L’ajout d’une hausse, permet d’agrandir la ruche par le haut pour recevoir le miel qui sera ensuite récolté par l’apiculteur.

Retrait d’une hausse : Il s’agit de la récupération, par l’apiculteur de la (ou des) hausse(s) ayant servi à stocker le miel, parfois pleine parfois vide si la récolte n'a pas été bonne. Le miel contenu dans ces hausses constitue la récolte de miel de l’apiculteur qu’il va ensuite extraire en miellerie grâce à une machine du même nom : Un extracteur

Division de colonie : C’est la création, à partir d’une première ruche, d'une seconde. L’apiculteur prélève une partie des cadres de la première. La division permet notamment d’anticiper les éventuels risques d’essaimage en pic de saison apicole.

Nourrissement : Il arrive que malgré les réserves conséquentes laissées aux abeilles, ces dernières manquent de ressources. Face à cette situation l’apiculteur, pour éviter la mort certaine de la colonie, peut fournir un apport d'eau sucrée à la ruche pour compléter ses besoins en provision avant l'hiver.

Remplacement : Lorsque la colonie meurt pour diverses raisons : hivernage difficile, empoisonnement aux pesticides, infections parasitaires (varroas) ou attaque de prédateurs extérieurs (frelons asiatiques ou autres) la ruche vide est remplacée par une nouvelle ruche avec colonie.

Consommation : Il s’agit d’un allègement du poids de la ruche associé à la consommation de miel par les abeilles.

Essaimage : C’est l’envol d'une partie des abeilles de la colonie avec la vieille reine pour former un nouvel essaim dans la nature. Une « jeune reine » prend alors le relai au sein de la ruche délestée de sa reine.

Pillage : Lorsqu’une colonie disparait (Syndrome d’Effondrement des Colonies liés aux facteurs énumérés plus haut), il arrive que la ruche soit « pillée » de ses réserves par les abeilles des ruches environnantes. Elles consomment ainsi le miel resté disponible dans la ruche vidée de ses occupantes.

Miellée : On utilise le terme "miellée" lorsque du nectar ou du miellat est disponible en abondance dans l’environnement proche de la ruche.

Pollinée : On dit qu'il y a une pollinée lorsque les abeilles trouvent en abondance du pollen dans l'environnement proche de la ruche.

Population : Nombre d'abeilles dans la ruche, typiquement 10 000 en hiver et 30 000 à 50000 en été en fonction du développement de la ruche.
Voici un graphique typique en milieu naturel pour une colonie moyenne. C’est souvent sur les miellées de COLZA qu’on observe des ruches aux populations particulièrement important, avoisinant les 50 000 abeilles).

Réserves : Quantité de miel stockée dans la ruche et qui permet aux abeilles de se nourrir tout au long de l’année.

Couvain : ensemble des larves d'abeilles qui deviendront futures ouvrières. Voici le cycle de croissance de l’abeille.

Nectar : Il s’agit de la « sève » des plantes qui sort par les nectaires et que récupère l’abeille dans son jabot avant de le transformer en miel dans la ruche.

Miellat : Ce sont des sécrétions de pucerons qui ont consommé la sève des arbres et que les abeilles viennent butiner pour le transformer ensuite en miellat. Le miel de sapin par exemple est un miel de miellat.

Miel : Il s’agit d’un produit complexe au goût sucré issu du nectar ou du miellat et transformé par les enzymes des abeilles.

Pollen : Ce sont ces petites pelotes minuscules contenant les gamètes des fleurs mâles. Le pollen constitue un fort apport protéinique. Le pollen est récolté par les abeilles lors du butinage et a de nombreuses vertus pour la santé humaine.

Propolis : On appelle propolis, la résine de bourgeon récoltée par les abeilles ayant de forte propriété antiseptique, équivalente à un antibiotique à large spectre .

Gelée royale : C’est le lait secrété par les abeilles. La gelée royale est un véritable « Cadeau de la nature » offrant tout ce dont le corps et la peau ont besoin.
Tous comme le miel, la propolis ou encore la cire d’abeilles, la gelée royale est un produit naturel issu de la ruche, à cette exception près qu’elle est exclusivement réservée à la reine et aux cellules royales de la colonie, permettant une longévité de la Reine près de 40 fois supérieure à celle des autres abeilles.

Cire : Il s’agit du corps gras sécrété par les abeilles. La cire est l’un des ingrédient phare, avec l'huile d'olive des cosmétiques naturels

Reine : C’est « La Reine mère ». La seule abeille, capable de pondre au sein de la ruche.
On la reconnait aisément par sa grande taille. Elles sont trois fois plus grandes que les autres abeilles. La Reine vie beaucoup plus longtemps (jusque 6 ans) du fait de son alimentation « exclusive » à base de gelée royale.

Abeilles : Ce sont la grande majorité des occupantes de la ruche. Elles sont toutes les filles de la reine et vont occuper plusieurs fonctions au sein de la colonie durant leur existence.

Bourdon : On les compte par centaine à peine dans la ruche. L’unique rôle du bourdon est de féconder les reines lors du vol de fécondation. Mais attention, il ne faut surtout pas les envier, leur paresse leur coûte cher, lorsqu’arrive le froid d’hiver, ils sont chassés de la ruche…

Retourner à la page du projet "Ruches Connectées"