13
Juin
2017

Le miel dans tous ses états

Les protagonistes

Pour fabriquer un bon miel, les abeilles ont besoin d’un ingrédient précieux : Le Nectar
Ce dernier est le fruit des interactions entre trois acteurs :
Les fleurs mellifères qui abritent un mélange de saccharoses, d’eau, mais surtout d’oligo-éléments, de minéraux et de vitamines. Un véritable concentré de bienfaits pour la santé et un trésor pour notre organisme.
Les abeilles butineuses qui partent dans la nature récolter le liquide.
Enfin les abeilles receveuses qui vont travailler cette substance pour en faire le miel qui réjouit nos papilles.

 

Le processus de fabrication

Lors du butinage de fleurs mellifères, les abeilles, attirées par l’odeur et le goût du nectar vont stocker le liquide dans leur jabot, aussi appelé « estomac à miel » . De retour à la ruche, les abeilles receveuses sont aux aguets, aux portes de la colonie. Elles vont alors prendre le relai. Les butineuses régurgitent le nectar pour le faire passer dans le jabot des receveuses et s’en repartent butiner les champs voisins.
C’est alors que s’opère la transformation du nectar en miel…

Les receveuses, durant la régurgitation du nectar, sécrètent en effet une enzyme nommée  « invertase »  qui va transformer le saccharose en glucose et fructose. Une certaine quantité de glucose est à son tour transformée par une seconde enzyme,  « le glucose oxydase ».

Ce savant mélange est ensuite disposé dans les alvéoles des cadres où il prendra le temps de mûrir doucement. L’eau contenu dans la substance sera ensuite évacuée partiellement grâce à la chaleur maintenue dans la ruche par le battement d’ailes des ouvrières…
C’est lorsque la teneur en eau du miel est réduite à entre 17% et 22% environ qu’il est mûr. Les alvéoles de miel sont ensuite operculées par une fine pellicule de cire, protégeant ainsi le miel de l’humidité de l’air.
Le miel ainsi récolé et fabriqué par les abeilles, est le  « reflet » de l’environnement floral et naturel des ruches.

 

Les différents types de miel

Il existe différents types de miel selon les régions géographiques et leur flore dominante. Il pourra être monofloral ou ploryfloral en fonction des zones de butinage.
On citera pour exemple le Miel d’Acacia, de Châtaignier, de Colza, de Forêt, de Lavande, de Montagne, de Saule, de Bruyère, de Tilleul, de Fleurs…
Certains miels possèdent une Appellation d’Origine Protégée (AOP) comme le « Miel de Corse » ou encore le « Miel de Sapin des Vosges ».
Tous ces miels sont issus des nectars prélevés dans les fleurs.

Il existe d’autres types de miel comme le Miellat, ou encore le miel de Metcalfa. Dans ce processus, des insectes intermédiaires comme les pucerons, cochenilles, papillons, viennent piquer et sucer la sève des arbres. C’est la substance sucrée rejetée par ces insectes que les abeilles butinent pour créer le Miellat.

La couleur et la consistance du miel varient selon les fleurs butinées par les abeilles. Le miel sera ainsi plus ou moins foncé, sucré, liquide, avec plus ou moins de caractère…

Un miel de Fleurs du marais par exemple vous proposera une couleur ambrée et une texture crémeuse et douce.
Un miel de Montagne sera plus foncé et la plupart du temps liquide. Il aura plus de caractère en bouche.

Enfin et peu importe le type de miel extrait (crémeux, liquide), il finira par cristalliser (se figer).

 

Le Phénomène de cristallisation

C’est un phénomène naturel lié à la teneur du miel en fructose, glucose et eau. Il touche presque tous les miels à plus ou moins long terme. Des miels pourront ainsi se figer au bout de quelques jours, semaines mois ou encore années.
Selon les cristaux formés (fins ou plus gros), le miel sera crémeux comme le Colza (cristallisation fine), ou solide comme le miel de Lavande. Dans ce 2nd cas on parlera de « cristallisation grossière ».
Il est possible de retarder ou modifier temporairement la texture du miel pour le rendre plus liquide, bien qu’il soit préférable de le consommer en l’état pour conserver les apports nutritionnels et les *qualités organoleptiques du miel.  Vous pourrez notamment le chauffer au bain marie à une température qui ne devra pas dépasser les 40°. Nous vous déconseillons fortement le chauffage au micro-ondes qui risque de « cuire » le miel et lui fera perdre tous ses attraits. Le mieux reste de le consommer tel quel pour profiter de tous ses bienfaits…

 

Le Miel, Trésor de la Nature

Le miel est un véritable « Trésor de la Nature ». Aujourd’hui, de nombreux concours sont réalisés partout en France pour déterminer les meilleurs Miels !
Il est finalement comme un bon vin. On l’évalue selon différents critères comme le goût, l’odeur, l’aspect, ou encore la texture.
Balsamique, mentholée, caramel, cassonade, frais, floral, boisé…
En saveur et en odeur, on parle d’arômes de tête, d’arômes stables ou encore persistants, de notes, de longueur en bouche…
Il existe enfin une palette de couleurs pour décrire « sa robe » ; blond, ambré, maïs, jade…
On prend le temps de l’apprécier, comme les abeilles ont pris le temps de le façonner. On le hume, on le déguste et il met tous nos sens en éveil !
Nous laissons la nature faire son travail et elle le fait merveilleusement bien…

* Qualités organoleptiques : Il s’agit de l’ensemble des propriétés du produit qui mettent en éveil les sens du consommateur (l’aspect visuel, la texture, le goût, l’odeur…).

Pas de commentaire »

Flux RSS des commentaires pour cet article. URL de TrackBack

Laisser un commentaire

 

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | un toit pour les abeilles