ENGIE

Les ruches en images

  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE
  • La ruche ENGIE

L'apiculteur : Céline MARTIN-JARRAND

UTPLA apiculteur Céline MARTIN-JARRAND

Nous sommes apiculteurs-récoltants dans le Parc Naturel du Vercors. Tous nos miels sont butinés dans ce territoire préservé, sans transhumance de nos abeilles. 

Nos 400 ruches sont donc sédentaires et réparties en petits ruchers de 400 à 1200 mètres d'altitude.

Nous avons à cœur de respecter le développement naturel de nos colonies, nous utilisons notamment des ruches Warré qui permettent une approche très douce vis à vis de l'abeille.
Nous nous engageons chaque année à former quelques apiculteurs amateurs et à sensibiliser le public à la préservation des abeilles.

Nous nous sommes rencontrés dans un rucher il y a 15 ans et depuis nous ne nous sommes plus quittés. Notre projet commun :

Valoriser la biodiversité de nos montagnes à travers cinq miels de pays.

Des contreforts aux plateaux, tous nos ruchers sont situés dans le territoire du Parc Naturel Régional du Vercors.

 

 

Tous nos miels sont labellisés Marque parc Vercors. Ce logo apposé sur le pot vous garantit que le miel a été produit sur le territoire du parc.

C’est un gage de transparence sur l’origine et de valorisation des miels de montagne

Tous nos miels sont certifiés Agriculture Biologique. Ce label garantit que nos abeilles bénéficient de ressources florales naturelles dans un rayon de 3km (rayon de butinage de l'abeille) et que nous n’utilisons pas de produits chimiques.

Ce label est attribué à notre ferme apicole et certifie l’ensemble de nos produits.

 
Carte des ruchers de L’Abeille du Vercors

Nous avons répartis nos ruches pour bénéficier de trois flores différentes :

ROYANS : Flore continentale (400m): boisement acacias, tilleuls et quelques châtaigniers

PLATEAU DU VERCORS : Flore de montagne (800m – 1200m) : prairies fleuries et boisement de hêtraies-sapinières

DIOIS : Flore méditerranéenne (400m – 600m) : thym, lavande, boisement de chênes, culture de lavande fine et de lavandin.

 

Notre miellerie est située à DIE.

Nous remercions tous les parrains et marraines qui soutiennent nos abeilles depuis tant d’années ! Sans vous, le miel du Vercors n'existerait plus !

UN GRAND MERCI À TOUS !
Céline et Jérôme, Apiculteurs-amoureux du Vercors

J-6, venez à notre rucher !

Chers parrains,

J'espère que vous allez toutes et tous très bien.

Nous vous proposons de venir nous rencontrer le samedi 23/03/2024 à la miellerie pour découvrir notre univers et nos abeilles !
De 14h à 16h

Il reste encore quelques places disponibles ! 

Au programme :

Je vous présenterai notre démarche d'apiculture de montagne, bio et locale. Nous observerons les abeilles sur le plancher d'envol pour découvrir cette société incroyable !
Ça sera le moment de poser toutes vos questions sur les abeilles, le miel, le métier d'apiculteur.

Pour finir, nous dégusterons les miels et autres gourmandises du Vercors.

Cette journée dédiée à la découverte de l'apiculture est gratuite.

Pour en savoir plus ou vous inscrire c'est par ICI.

* Merci de bien lire nos recommandations concernant la présence d'abeilles sur le site au moment de votre inscription.

Voir toutes ses actualités

Les abeilles du Vercors

Les abeilles du Vercors

Nos ruchers sont répartis sur 4 secteurs du Parc du Vercors : le Diois, le Royans, le plateau et les hauts plateaux. A chaque secteur correspond un étage de végétation typique :

Le miel du Diois est butiné sur les thyms, sarriettes et le miellat de chêne, c'est un miel de garrigue : Note de caramel

Le miel de Lavande de Chamaloc nous invite dans la partie méridionale du Vercors à la rencontre des plantes aromatiques.
Ici sur les terres où pousse naturellement la lavande fine, on cultive aussi le lavandin. Notes végétales et fleuries.

Le miel du haut plateau du Vercors est produit à plus de 1200 mètres d'altitude. C’est un miel de sapin, mélèze et de framboisier, typique du Vercors. Notes boisés et maltés.

Le miel du Royans nous fait découvrir les coteaux de châtaigniers et les tilleuls plantés par nos ancêtres. Notes mentholés et intenses.

Le miel de Prairies fleuries est récolté à 800 mètres d’altitude. C’est un paysage de prairies où des milliers de fleurs apparaissent au printemps.
C’est donc un miel d’une grande diversité florale : trèfle blanc, épilobe, renoué bistorte, vipérine… Notes douces et fleuries. 

Céline et Jérôme vous remercient.

 

France 3 Alpes avec Jérôme et Céline

Reportage consacré à Jérôme et Céline et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 15 Avril 2016.
Merci à Catherine, pour sa participation en tant que marraine.

L'apiculteur : Sébastien GUILLIER

UTPLA apiculteur Sébastien GUILLIER

Installé apiculteur professionnel en conventionnel depuis 20 ans, j’ai commencé en tant qu’amateur à l’âge de 10 ans avec mon père qui m’a transmis le virus de l’apiculture… Depuis, je ne les quitte plus mes petites abeilles.

Après quelques déboires qui m’ont beaucoup attristé (notamment la perte de 300 colonies en 2007, l’une des pires années apicoles), je fais vivre mes 150 ruches de type Dadant en 10 cadres avec une vraie passion !
Mes abeilles me le rendent bien avec des miels primés dans de nombreux concours départementaux, nationaux mais aussi européens.

Je fabrique aussi des pains d’épices, des bonbons au miel et des figurines en cire d’abeilles que l’on trouve dans mon petit magasin de POMOY.

J’aimerais avoir environ 100 colonies supplémentaires pour pouvoir vivre de ma passion ! Allez n’hésitez pas à me soutenir en parrainant des ruches sur mon rucher !

Cagnotte solidaire

Bonjour chères marraines et parrains,

je vous écris ces quelques lignes pour vous donner les dernières nouvelles.

Suite aux pertes hivernales que mes abeilles ont subi et pour reconstituer mon cheptel je tenais à vous informer que j'ai dû lancer une cagnotte solidaire pour trouver la trésorerie pour cet achat.

J'aimerais que vous regardiez cette cagnotte et que vous en parliez autour de vous, ceci m'aiderait beaucoup.

Merci à vous pour votre soutien et tout ce que vous faites pour nos petites zazas. 

lien vers la cagnotte ici

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pomoy

Le rucher de Pomoy

Les ruches sont installées au centre de la Haute-Saône entre plaines et massifs forestiers.
Les abeilles y sont particulièrement bien et elles y produisent plusieurs sortes de miels…
Du miel de Fleurs de Printemps, d’Acacia, ou encore du miel de Tilleul et de Fleurs d’Eté.

Plusieurs emplacements sont disposés à cet effet autour du petit village de POMOY où se situe le rucher, et où il fait bon vivre pour nos précieuses abeilles !

L'apiculteur : Jean-Philippe CALVEZ

UTPLA apiculteur Jean-Philippe CALVEZ

J'ai commencé l'apiculture il y a 6 ans avec l'envie d'aider au repeuplement de ruche en Bretagne et de partager ma passion pour les abeilles, et en particulier pour l’abeille noire.
Je me suis donc tourné vers l'élevage de reines afin de pouvoir fournir des essaims d'abeilles noires de qualité.
Mon objectif est de réussir à fournir chaque année un maximum d'essaim d'abeilles et de conseiller au mieux les débutants.
Le parrainage de ruches me permettra de vivre de cette passion qui m’anime et de développer au mieux mon activité d’élevage.

Des abeilles très motivées

Bonjour chers parrains,

Le printemps viens de commencer et les abeilles sont très motivées et butinent les fleurs avec frénésies.
L'hivernage s'est bien passé et les mortalités ne sont pas trop importantes, certaines ruches sont plus faibles, mais dans l'ensemble elles vont très bien.

D'ici quelques jours, je commencerai à poser les hausses pour permettre aux abeilles de stocker du bon miel.
Il faudra aussi faire des nouveaux essaims pour remplacer les ruches qui n'ont malheureusement pas passé l'hiver.
La semaine dernière, j'ai installé sur les ruchers les pièges frelons qui attraperont les reines fondatrices.

La saison commence très bien, mais je reste très inquiet concernant les importations de miel frauduleux.
Depuis plusieurs années, nous devons faire face à une augmentation de l'importation de miel coupé au sucre vendu à moins de 2 euros le kilo.
Il n'y a pas d'analyse sur la qualité du miel et de nombreux miels importés sont en réalité du sucre.

Face à cette situation très injuste, nous demandons des analyses sur le miel importés, mais à ce jour rien n'est fait.
Beaucoup d'apiculteurs n'arrivent plus à vendre leur miel et la profession d'apiculteur n'a jamais été aussi en danger qu’actuellement.

Alors MERCI pour tous vos parrainages qui m'aide énormément à faire face à la crise que nous rencontrons.
 
A bientôt Jean-Philippe Calvez


 

Voir toutes ses actualités

L'Abeille Sauvage

L

Mes ruches sont éloignées des zones de cultures intenses.
La majorité de mes ruchers se trouve proche de la Vallée de Rance.
Les ruches sont entourées par la ronce qui est la fleur dominante, mais on trouvera aussi beaucoup de châtaigner.
Le miel produit par les abeilles est un miel de Ronce avec une touche de châtaigne. Très agréable en bouche…
J'ai actuellement 48 ruches en production répartie sur 7 ruchers différents.
Je travaille dans le respect de l'abeille noire avec différents types ruches principalement de la Dadant, mais aussi quelques Warré, et une kenyane.
Tout est dit, j’espère que vous serez nombreux à me soutenir dans cette belle aventure.

L'apiculteur : Pascal SBAIZERO

UTPLA apiculteur Pascal SBAIZERO

Pascal a débuté son parcours par des études technologiques, suivies d'une formation commerciale.
Après un passage dans le domaine passionnant du vin, il s'est dirigé vers le secteur alimentaire puis choisit tout doucement un retour à la nature et l'apiculture.

Ses premiers pas en apiculture se font vers l'âge de 10 ans auprès de son papa qui lui a transmis cette passion, restée en veille dans son cœur.
Après quelques années loin des abeilles, l'odeur de la cire, la beauté d'un cadre en construction, le bruit de la ruche en activité ou encore le goût du miel fraîchement prélevé lui manquaient.
Alors une ruche, puis une autre et encore une autre .....

Dans cette aventure, il est accompagné de son plus fidèle apprenti, son fils Arthur.
Sa fille Pauline quant à elle, excelle dans le collage des étiquettes, et c'est sans oublier la reine de cette famille, son épouse Isabelle qui avoue s'amuser lors de la mise en pot du miel.

C'est parti pour une nouvelle saison

Bonjour à tous,
Pas d'excuses pour mon silence et j'en suis désolé.
Le temps semble changer de vitesse par moments mais comme cela n'est pas possible ici, j'avoue être le variateur... quel bonheur de pouvoir le regarder passer entre deux tempêtes.
Pour en revenir aux abeilles, l'hivernage a été court voire inexistant.
Cela a pour conséquence une reprise rapide de l'activité, avec samedi 5 avril le premier appel pour le 1er essaim !!!
Une chose est sûre, il y a de l'eau, j'ai un rucher inaccessible sauf en bottes ! Comme en 2016...
La végétation paraît heureuse, accompagnée par la symphonie des oiseaux en fête.
Les colis de printemps vont partir la semaine prochaine vers vous et je profite de cette transition pour vous passer un petit message intercepté hier après-midi entre deux colonies : Merci pour votre parrainage... (traduction faite par mes soins).
Bon courage à vous.
Soyez attentifs aux autres et à la nature.
Bonne journée.
Bizzz

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Checy

Le rucher de Checy
Les ruches sont situées à Mardié près de Chécy dans le Loiret et quelques unes en Sologne.
Ces emplacements permettent de récolter un miel de forêt avec des proportions variables selon les années et floraisons de Châtaigniers, Ronces , Chênes et Sapins.
Les abeilles sont de race BUCKFAST, admirables en tous points, courageuses, résistantes et douces.
Aujourd'hui elles sont ses protégées, et Pascal, leur dévoué serviteur...

L'apiculteur : Cyrille ANCERY

UTPLA apiculteur Cyrille ANCERY

Je m'appelle Cyrille. J'ai 29 ans.
Malgré mon jeune âge, je suis apiculteur depuis quelques années déjà.
Mon exploitation comporte environ 150 colonies. Les abeilles avec lesquelles je travaille sont adaptées à l’environnement naturel berrichon. Elles sont particulièrement douces et j’ai plaisir à travailler avec elles au quotidien en toute confiance.

Mes ruches sont "Dadant". Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille. Plus que cela, je veux montrer que l'on peut collaborer avec le monde agricole et ainsi s'inscrire dans une démarche de respect mutuel entre "apiculteurs" et "agriculteurs".
Ainsi, j’installe, en accord avec des agriculteurs des colonies sur des champs de cultures non traités. Cette opération a pour objectif de créer un rapport "donnant donnant", avec les agriculteurs et de faire doucement évoluer les pratiques agricoles pour tendre vers une pratique plus vertueuse et respectueuse de notre environnement. Tout naturellement, j’ai souhaité rejoindre le réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles pour proposer mes ruches en parrainage et créer ainsi un véritable cercle vertueux entre les abeilles, la filière et vous, parrains des ruches…

Nouvelles du printemps

Chers Parrains,

La saison a démarré il y a quelques semaines avec un début de printemps chaud et estival début mars. Les abeilles ont pu commencer à travailler dans des conditions très favorables.
Malheureusement, cela n'a pas duré longtemps, car depuis maintenant une quinzaine de jours, nous avons une météo fraîche et humide qui a malheureusement tout stoppé.
Les colonies ont heureusement pu constituer quelques réserves au début du printemps, mais elles ont presque tout consommé durant cette période très fraîche.
Heureusement, la météo est redevenue plus favorable ces derniers jours, et nos chères abeilles peuvent à nouveau collecter du nectar, ce qui promet une récolte de miel de printemps plutôt correcte.

Nous allons croiser les doigts. Nous vous remercions encore une fois beaucoup pour votre soutien et vos messages réguliers qui nous encouragent.
Vous pouvez également nous suivre sur notre page Facebook : Les Ruches du Berry Cyril Ancery.

Un grand merci à vous, et nous reviendrons très vite avec des nouvelles sur la récolte de miel, qui devrait démarrer d'ici environ une semaine, avant la prochaine récolte des miels toutes fleurs.

 

Voir toutes ses actualités

Les ruches du Berry

Les ruches du Berry

Mon exploitation est basée dans le BERRY, dans le département du Cher (18140) entre Sancerre et le Val de Loire.
J'ai la chance de pouvoir profiter d'une flore très diversifiée et ainsi pouvoir récolter divers miels.

Je récolte notamment un miel crémeux de Printemps. Je récolte aussi du miel d'Aubépines, de l'Acacia, du miel d'Eté, ou encore du Forêt et du Tournesol. Plus original encore, je récolte du miel de Carotte :-)

L'apiculteur : Sarah HOLTZMANN

UTPLA apiculteur Sarah HOLTZMANN

Sarah, apicultrice depuis 2007 est installée à Moussey, dans les Vosges.

Sarah s'est reconvertie professionnellement de 2004 à 2007, et quoiqu'au démarrage son exploitation comptait 26 ruches, elle en gère maintenant 300.
Sarah est aussi très attentive aux questions environnementales et utilise des peintures 100 % naturelles.

En plus de la production de miel, de reines et d'essaims, Sarah se lance dans la récolte de gelée royale à destination des particuliers, ainsi que celle de la récolte de propolis pour les laboratoires pharmaceutiques.

Quelques nouvelles des Vosges

ERRATUM

Suite à un imprévu, nous sommes obligés de décaler le jour de nos portes ouvertes du 24 juin 2023 au samedi 1er juillet 2023. Encore mes excuses et je vous remercie pour votre compréhension.

Voir le programme et s'inscrire à la porte ouverte

 

LA SAISON COMMENCE

Bien que l'hiver eu été plutôt doux, il a beaucoup plu en ce début de printemps ce qui est certes bon pour les sapins mais a considérablement retardé ce début de saison.
Depuis deux semaines, il y a du grand soleil et ça mielle!! On espère que ça va durer ainsi.
Je vous envoie au fur et mesure des photos de vos ruches mais cela prend du temps.
Je fais de mon mieux mais en ce moment c'est visite de ruches 7j/7.
D'ailleurs beaucoup d'essaimeuses cette année, c'est du sport de les rattraper!

HEBERGEMENTS

Vous êtes très nombreux à nous l'avoir demandé et c'est enfin prêt.
Vous avez enfin la possibilité de réserver votre séjour à la ferme parmi nous pour prolonger votre immersion dans le monde merveilleux des abeilles.

Plus d'infos dans les liens ci-dessous:

Voir l'appartement 6 voyageurs

Voir l'appartement 4 voyageurs

Voir le loft 4 voyageurs

 

  

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher est situé dans le Parc Régional de la Forêt des Vosges, en plein cœur de la vallée du Rabodeau.

Il est niché à flanc de montagne, à 500 m. d'altitude, bordé d'une forêt de 12 ha composée de pins, épicéas, hêtres et bouleaux et arrosé par une rivière.

Ce cadre permet aux abeilles de butiner des essences de montagne : sapin, fleurs d'altitudes...
Le miel ainsi récolté est un miel de montagne issu de miellats (miel de sapins, bouleaux...) qui est une grande source d'apport en acides aminés.
Liquide à sirupeux (avant cristallisation) et foncé, il est très aromatique et de saveur douce et maltée. En fonction de l'emplacement des ruches et des floraisons alentours, la proportion en fleurs d'altitude peut y être plus importante ainsi, Sarah vous proposera alors un miel de même consistance, de couleur plus clair et fleuri avec des notes de sous-bois.

JT de 13h TF1 avec Sarah

Reportage consacré à Sarah et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 27 Août 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Dominique MEIGNIEN

UTPLA apiculteur Dominique MEIGNIEN

Apiculteur amateur depuis 2016. J’ai repris la gestion d’une vingtaine de ruches que mes parents exploitaient pour leurs consommations et faire de la vente artisanale.

Après 30 ans dans le domaine de la communication visuelle, fin 2020 et avec l’envie de redonner du sens à ma vie, je me dis qu’il est important d’essayer d’accompagner nos amies "les mayas" dans ce changement climatique.

Dès 2021, dans le cadre de ma reconversion professionnelle je me forme, j'apprends, je découvre, je pratique afin de trouver l'apicole qui me permette de garder cette connexion avec l’abeille et la nature. Je suis partisan aujourd'hui d’une apiculture douce et naturelle.

Aujourd’hui j'ai une soixantaine de ruches. Je suis un HappyCulteur avec un esprit de transmission et de partage pour sensibiliser les personnes voulant en savoir plus sur cette fabuleuse société qui est la société des abeilles avec toutes les castes qui la composent. Fin 2022 je me lance dans la création d'une boutique, miellerie collaborative et 3 ruchers pédagogiques.

Aujourd'hui la boutique est ouverte et la miellerie disponible. Pour cet été, j'espère pouvoir mettre en place mes 3 ruchers pédagogiques afin d'organiser des ateliers.

Je remercie Un toit pour les Abeilles pour leur accompagnement et leur confiance dans mon projet qui n’a pas fini d’évoluer.

Le PRINTEMPS n'est pas là

28 Mars 2024 : l'humidité domine beaucoup de pluie sur ma région et avec un hiver doux, ce qui fait que la nature est en avance d'un mois.

Tout est pratiquement en fleurs sauf les pommiers et les poiriers mais la pluie tombe et le froid s'installe donc des sorties très aléatoires pour les abeilles.

Le Colza est en fleurs depuis 1 semaine... avec toutes ces tempètes à répétition et ces bouleversements climatiques juste eu le temps de nourrir une dizaine de ruches.

La saison va surement être tardive pour la visite de printemps d'ici 10 jours il devrait faire 17/18°c d'après les prévisions de la météo agricole.

Croisons les doigts que cela se rechauffe vite pour que les colonies puissent reconstituer leurs réserves de miel et que nous puissions récolter un peu de miel.

Sinon depuis fin février j'ai ouvert un boutique de matériel apicole, de produits de la ruche avec des produits éthique Made in Aube et Made in France.

Je vais préparer l'organisation d'ateliers pédagogiques pour les écoles, les entreprises et durant la saison touristique dans ma région avec la création de ruchers pédagogiques en zones urbaines et rurales.

Donc de beaux moments en perspective.

A bientôt

Voir toutes ses actualités

Le rucher des Bruyères

Le rucher des Bruyères

Le Rucher familial « Le Rucher des Bruyères », mon grand-père l’a implanté sur la propriété familiale au début des années 1960 sur la commune de Chaource dans l’Aube.
L’environnement est plutôt protégé car pas d’agriculture intensive, sur un territoire de prairies, vergers, foret avec un massif d’acacia et sur un périmètre protégé en AOP pour de la production de lait.
La souche d’origine est plutôt de l’Abeille noires avec des ruches Dadant 10 cadres en bois.
Je prépare pour la saison prochaine la création de plusieurs ruchers allant de 2 à 15 ruches suivant l’environnement mellifères afin d’apporter un maximum à la biodiversité et à la pollinisation.
Je remercie Un toit pour les Abeilles pour leur accompagnement et leur confiance dans mon projet qui n’a pas fini d’évoluer.

L'apiculteur : Eric FRANQUELIN

UTPLA apiculteur Eric FRANQUELIN

Eric est apiculteur amateur en Picardie depuis 2008, cette passion l'a piqué en vacances lors de la visite d’un musée de l’abeille.

Il se forme à l’apiculture auprès d’un apiculteur local ainsi qu’au Rucher École de l’Oise Apicole où il suit des cours sur l'apiculture.
Il a ensuite acquis une ruche, des abeilles, le matériel de base.

Aujourd'hui, il accomplit sa passion avec un petit rucher d’une vingtaine d’essaims qui sont situées au milieu de jardins potagers et près d'une forêt.
Il vit l'apiculture à la cadence des abeilles et selon l’éclosion des fleurs mellifères.
Eric pratique à petite échelle la transhumance pour le miel d’Acacia, il déplace quatre à cinq ruches au moment de la floraison de l'arbre.

Il espère agrandir son cheptel dès le printemps 2016 composé d'abeilles noires et d'abeilles Buckfast grâce aux parrainages.

Le printemps arrive...

Chers marraines et chers parrains,

J’espère que vous allez bien et j’en profite pour vous renouveler mes remerciements pour vos parrainages.

Dès qu’il y a un rayon de soleil, vos abeilles sortent et récoltent du pollen, signe que le printemps n’est pas loin.

Elles butinent actuellement sur les pruniers, abricotiers, le colza et quelques fleurs sauvages.

La sortie d’hiver se passe bien, quelques aides partielles en apport de nourriture pour des ruchettes qui ne possèdent que 6 cadres au lieu de 10 dans les ruches, dont la population est élevée et les réserves épuisées.

Je suis impatient d’attaquer la saison apicole et d’ouvrir les ruches, il faut une température d’environ 17 degrés pendant plusieurs jours pour sortir les cadres des ruches et observer la reprise de ponte de la reine sans risque de refroidir le couvain (larves d’abeilles). Je vous dis à très vite.

Votre apiculteur,

Eric

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Picardie

Le Rucher de Picardie

Le rucher d’Éric est situé au nord de l’Oise à Saint Just.
Celui-ci se compose d’une vingtaine de ruches de modèle Dadant, entouré de jardins et près d’une forêt.

Le miel récolté est le reflet des différentes fleurs mellifères et arbres fruitiers qui entourent son rucher dont il suit les variations et les floraisons.
L’extraction est artisanal pour en préserver les arômes et les propriétés nutritionnelles.
Le miel est un miel toutes fleurs, liquide et crémeux doté d’un arôme polyfloral de caractère.

Eric laisse le corps de ses ruches rempli de miel pour que les abeilles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

L'apiculteur : Jimmy GAMBIER

UTPLA apiculteur Jimmy GAMBIER

Passionné par la nature, je me suis investi avec mon épouse dans la plantation d’un verger.
Conscient du manque de pollinisateurs dans la nature, j’ai fait une formation de 2 ans à l’USAP (Union Syndicale des Apiculteurs Picard) pour apprendre à soigner au mieux ces merveilleuses créatures.
Lors de cette formation j’ai été littéralement « piqué » par les abeilles.
Après une longue période de réflexion, j’ai décidé d'en faire mon métier.
Car vivre de son métier c’est bien, mais vivre de sa passion c’est encore mieux !
J’ai donc entrepris une formation diplômante (Brevet Professionnel de Responsable d’exploitation Agricole option apiculture) que j’ai obtenu.
Cette formation m’a permis d’approfondir mes connaissances dans le domaine de l’apiculture.
J'ai constitué alors mon cheptel avec  une quarantaine de ruches, situées sur 4 ruchers différents.
En 2019, j'ai décidé de créer mon premier rucher de protection de l'Abeille Noire.
Grâce aux soutiens des Marraines et Parrains, la petite entreprise a grandi passant de 40 ruches à 160 ruches!

Dans la lancée, j'ai entrepris en 2021 une conversion en BIO.
L'intégralité des ruches sont labéllisées BIO ce qui vous garantit que les abeilles ne sont pas traitées pour le varroa avec des produits chimiques, nourries avec du sucre conventionnel pour le complément du stock d'hivernage.
De plus, nous sommse soumis à un contrôle annuel par écocert pour vérifier notre bonne conduite.
En me soutenant via le parrainage vous recevrez du miel BIO, cependant si je n'ai pas assez de miel BIO, vous aurez un complément en miel non certifié à cause de certaines cultures sur d'autre ruchers.

 

Encore temps de vous souhaiter une belle année

Chères Marraines et chers Parrains,

 

Ces quelques lignes pour vous souhaiter une bonne année 2024 et surtout la santé pour vous et vos proches!

Pour l'instant; l'hivernage se passe mieux que l'an dernier (~ 35% de mortalité), cela reste toutefois élevé mais au regard de l'hiver dernier (70% de mortalité) cela reste tout de même encourageant!

En espérant que cette saison sera propice pour les abeilles avec un temps clément du nectar et du pollen en abondance.

Un très grand MERCI pour votre fidèle soutien!

 

Les abeilles et votre apiculteur.

Jimmy Gambier  

Voir toutes ses actualités

Les abeilles noires de Picardie

Les abeilles noires de Picardie

Je travaille avec l’Abeille Noire qui est en fort déclin dans nos régions.
Il en reste en France à peine 10%.
Les ruches se trouvent dans un paysage bocager (pâturages, bois avec aubépines, châtaigniers, merisiers…).
Le miel produit est un Miel de Fleurs de Printemps et d’Eté.
Aujourd’hui j’ai le pied à l’étrier, et ouvre mon rucher en Abeille Noire pour repeupler ma région avec l’abeille locale endémique.
En parrainant des abeilles sur mon rucher avec Un toit pour les abeilles, vous faites deux grands actes solidaires :  
Vous m’aidez à m’installer et en plus de cela vous sauvegardez l’Abeille Noire. Merci pour vos soutiens

L'apiculteur : Nicolas et Francesco DESFORGES

UTPLA apiculteur Nicolas et Francesco DESFORGES

Nicolas et Francesco sont deux amis apiculteurs du Nord de la Seine et Marne.
Ils ont décidé de travailler ensemble en exploitant chacun leurs ruches sur des ruchers partagés et en ayant investi dans du matériel commun pour la miellerie.
Tous les deux pratiquent une apiculture sédentaire et respectueuse de l’abeille.
Ils sont sensibilisés aux problèmes de la biodiversité.
Leur cheptel est de 70 ruches environ.
Ils travaillent avec des ruches Dadant 10 cadres.

Ils consacrent principalement leur activité à la production de miels.
Ils font également de l'élevage de reines pour créer des essaims destinés pour la cheptel et à la vente.  

Mais ou est le Printemps

Chers parrains,

Nous sommes le 22 avril, les températures sont très en dessous les normales de saison.

A cette période de l'année, nous avons habituellement une ou deux hausses remplies de miel de Printemps. Cette année, c'est mal engagé.

La pluie et les 360 mm d'eau cumulés depuis le 1er janvier ont perturbé ce début de saison.

Les acacias ont déjà des fleurs de formés. Le froid devrait retarder leur floraison. Espèrons qu'ils ne géleront pas.

En ce début de saison contrariée, nous suivons nos colonies de près pour anticiper toute envie d'essaimage qui serait synonyme de fin de saison pour la colonie.

Nous avons mis en place notre atelier d'élevage de reines. Cette année nous allons accroite notre production d'essaims d'une part pour compenser les pertes à venir (cette hiver elles étaient de 35%) et augmenter notre cheptel pour les années à venir.

Les travaux ne manquent pas.

A bientôt 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Violette

Le rucher de la Violette

Le rucher de la Violette est installé dans une zone de bois et de culture.

Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : aubépine, prunellier, acacia, tilleul, châtaignier, luzerne...

L'apiculteur : Brahim BEN TALEB

UTPLA apiculteur Brahim BEN TALEB

Mon premier rendez-vous avec les abeilles était à l’âge de deux ans.

Deux essaims venaient de se poser en plein milieu de notre maison au Maroc.
Ma grand-mère aveugle a demandé à une apicultrice qui tournait à 150 ruches en osier de les enlever par peur de piqûres.

Le deuxième rendez-vous en 2016 à la ville de Rambouillet en France.

Une dame a installé une ruche chez nous au centre équestre et elle venait la visiter régulièrement et je commence à m’intéresser aux abeilles puis j’ai commencé par 7 ruches vers juillet 2016.

Avec beaucoup de lecture et des vidéos je me suis inscrit au rucher école SIARP, puis à l'abeille eurélienne qui m'a permis de bénéficier de la formation TSA avec gds centre et l’équipe de la FNOSAD.

Une formation insémination également avec APINOV.

SAISON 2024

Bonjour,
Conditions très difficiles pour faire un peu de miel de printemps.
Changement des corps de ruches et planchers.
Pose de quelques hausses.
Surveillance des réserves en fait quelques ruches sont en surpopulation du coup,  la consommation est plus conséquente.
Les comptages varroa toujours en cours.
Quelques essaimages.
Un début d'élevage de reine timide avec un greffage d'une centaine de larves aujourd'hui.

Voir toutes ses actualités

Rucher du Château de Rambouillet

Rucher du Château de Rambouillet

Installées dans le parc du château géré par le domaine de Chambord, C’est un parc de 980 hectares hectares en pleine forêt de Rambouillet. On y trouve notamment beaucoup de tilleuls mais aussi des d’acacias et châtaigniers.

L'apiculteur : Joël LOUET

UTPLA apiculteur Joël LOUET

Passionnés par le monde des abeilles depuis 8 ans, notre exploitation apicole compte une soixantaine de ruches peuplées d'abeilles noires.
Nous avons cinq ruchers situés dans un rayon de 15 kms autour de la commune nouvelle de LIVAROT Pays d'Auge.
La qualité des lieux, l’environnement privilégié avec ses prairies, ses forêts, ses fleuves et rivières (la Touques et la Vie), mais aussi ses nombreuses sources, sont autant d’éléments naturels apportant bien-être et sérénité à nos abeilles.
On récolte chaque année un délicieux miel de Printemps et d'Eté.
Adepte d'une apiculture saine et naturelle, nous avons fait le choix d'intégrer et de respecter la Chartre BIO.
Depuis l'année 2019, nos miels sont certifiés AB (Agriculture Biologique certifié par Ecocert).
Notre lien par rapport à l'abeille évoluant au fil des année, depuis 2021 nous respectons le cahiers des charges de " Nature et Progrès ".

Nouvelles d'après hivernage 2023/2024

Chères marraines et parrains

Depuis mes dernières nouvelles datant de novembre 2023, voici le temps de la fin d'hivernage qui par ailleurs s'est très bien déroulé pour l'ensemble de mon cheptel.

La douceur du climat dans le pays d'auge au mois de décembre et janvier m'a permis d'apprécier l'activité naissante des colonies.

Un peu trop à mon gout puisqu'à cette époque ce sont encore les abeilles d'hiver et le risque de fin de vie prématurée n'est pas anodin.

Depuis début février les floraisons ont commencées, le pollen (noisetier, saule marsault ) rentre à nouveau, nourriture des futures abeilles mélangées avec du miel : le pain d'abeille.

Depuis une semaine le temps pluvieux et venteux empèche la sortie des abeilles (dommage).

Apiculteur référent de trois ruchers pédagogiques installés autour de la commune de livarot pays d'auge, les animations scolaires apicole vont recommencer en classe.

Pour info, la commune de Livarot Pays d'Auge s'est vue attribuée ses 3 abeilles concernat le Label APICITE.

Nous nous donnons rendez vous pour la récolte de printemps 2024.

Un grand merci pour vos parrainages.

  

Voir toutes ses actualités

Les Ruchers de la Bouvrie

Les Ruchers de la Bouvrie

Parce qu'elle s'adapte parfaitement au climat Normand et à sa flore locale et grâce à sa résistance hivernale, ses capacités de vol, sa rusticité hors pair nous avons privilégié la race d'abeille noire endémique au territoire Normand.
Ces abeilles vivent dans des ruches "Dadant ". Les ruchers sont sédentaires ce qui est un atout pour leur bienêtre.
Les abeilles s’épanouissent dans l’environnement du rucher, entre prairies, forêts et rivières…
Le parrainage est un moyen de faire grandir de façon pérenne nos ruchers. Je suis également à titre bénévole formateur de rucher école et technicien Sanitaire Apicole. Je m'occupe également de trois ruchers pédagogiques municipaux et des animations scolaires.
Je suis ravi de faire partie de l’aventure apicole Un Toit Pour Les Abeilles.

L'apiculteur : Denis SIGUIER

UTPLA apiculteur Denis SIGUIER

"Les arbres volent,
de places en places,
sur le dos des abeilles." (DS)

Je suis originaire de Corse et pratique l’apiculture depuis 1998.
J’ai d’abord été initié et formé à l’apiculture par un ami apiculteur professionnel.
Travaillant dans la conservation des variétés fruitières et légumières locales et la sauvegarde des savoir-faire traditionnels,
j’en ai profité pour développer mes connaissances en apiculture auprès des anciens.
Puis j’ai franchi le pas et décidé de devenir apiculteur professionnel, mais après plusieurs années de travaux,
mon cheptel a été totalement détruit par un immense incendie qui a ravagé le Cap Corse…

Titulaire d’une solide formation agricole Bac agricole (Agronomie, aménagement-environnement),
du brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (en apiculture),
d’un BTS agricole Gestion et Protection de la Nature (spécialité Gestion d’Espaces Naturels),
et d’une formation d’Ingénieur Ecologue, j’ai recommencé à zéro et choisi de créer mon exploitation en Charente (en Agriculture Biologique).
Ma connaissance de la nature me permet de sélectionner les meilleurs environnements non seulement pour produire des miels AB de qualité,
mais aussi pour contribuer activement à la conservation de la nature et de la biodiversité.

Après constitution de mon cheptel, et installation agricole, je suis en phase de développement de mon projet de conservation de la biodiversité dans la Vallée de l'Or (en partenariat avec le Conservatoire des Espaces Naturels de Nouvelle-Aquitaine).

Les abeilles, la nature et moi, avons aujourd’hui besoin de votre soutien !

Miels et produits de la ruche certifiés Agriculture Biologique - France par Ecocert, labellisés "Bio Sud-Ouest france" (garantie d'origine). En cours de labellisation "Paysan de Nature".

EARL Ferme Apicole et éco-logis de la Vallée de l'Or
16 350 - Champagne-Mouton
SIREN : 892 180 258 00014

Des saisons apicoles de plus en plus compliquées…

Chère marraine, cher parrain,

L’apiculture est une activité qui nécessite une programmation stratégique à moyen terme et court terme (il faut repérer des emplacements favorables et qui offriront une ressource satisfaisante à une bonne miellée, en imaginant le goût et la qualité du miel produit, trouver les propriétaires, signer des conventions de mise à disposition, préparer les ruchers, réaliser un plan de rotation des ruchers en fonction de la succession des floraisons, tout en organisant les travaux des différentes saisons).
Mais en même temps, l’apiculture est l’élevage dont les animaux ont le cycle de vie le plus bref, nécessitant une forte réactivité et une grande capacité d’adaptation à la météo et aux différentes problématiques rencontrées.

La pratique d’une apiculture biologique et respectueuse de la nature, ajoute de nombreuses contraintes qui limitent les choix possibles (emplacements favorables sont beaucoup plus rares qu’en conventionnel), les temps de travaux plus longs (sans compter les démarches et travaux liées à la traçabilité et à la certification), les fournitures plus rares (cires, essaims, reines notamment) et coûteuses. 

Précisons également que l’apiculture est le seul élevage dans lequel on fournit le gîte aux animaux tout en laissant les portes du logement ouvertes… en cas d’oublis ou de mauvais soins les essaims et colonies peuvent quitter les ruches. Et dans ce cas, on ne peut pas courir après pour les rattraper !

Depuis les années 90, le parasitisme généralisé par Varroa destructor (sorte de poux qui leur suce le « sang » - hémolymphe – et transmet des virus), diminue fortement le volume des récoltes et surtout cause de fortes pertes de ruches. Ces pertes de ruches sont amplifiées par les pesticides et maintenant par la prédation massive par le frelon à pattes jaunes (Vespa velutina), dit « frelon asiatique ».

L’apiculteur essaie d’adapter ses pratiques à ces nouvelles contraintes mais les marges de manœuvre diminuent et les résultats (production, élevage de reines, survie à l’hivernage) sont dépendants  de la météorologie. En outre, si avant on recourrait à l’expérience et aux techniques des anciens, le nouveau contexte oblige à chercher, tester, inventer et innover (avec le risque d’erreurs associé…). 

Par exemple, depuis 2 ans, la douceur climatique a repoussé la mort des frelons au 10 décembre générant des pertes de ruches importantes.
Et, comme pour chaque problématique exposée, chaque problème génère des temps de travaux supplémentaires et des pertes sèches.
En l’occurrence, les pertes de ruches obligent à réaliser beaucoup plus d’élevage de reines et production d’essaims, voire d’achats de cheptels.

L’élevage de reines et la production se fait au printemps, au détriment de la production de miels.
Et justement, la météo printanière est de plus en plus clémente, avec des floraisons abondantes et de plus en plus groupées.
Ainsi, celui qui pratique l’élevage de reines passe à côté du plus gros potentiel de production.

Cette année comme l’an dernier, des canicules précoces ont fortement diminué la production de miel de châtaigner.
Comme vous devez le savoir, partageant notre amour pour les abeilles, nos butineuses vont récolter du nectar dans les fleurs (se couvrant de pollen pour assurer la pollinisation) et la production de nectar est fonction de la température ambiante.
Pour chaque fleur, il y a une température limite au-delà de laquelle la production de nectar devient nulle (la plante préservant ses maigres ressources en eau). Cette température est par exemple de 24° C pour le Sarrasin.

Vous le comprendrez aisément, cette année comme l’année dernière, la production estivale de miels a été très faible faute de production de nectar du fait des canicules et du manque d’eau…

Les apiculteurs touchent donc aux limites de leurs capacités d’adaptation ; nous ne maîtrisons pas la météo et la subissons de plus en plus…

Plus de travail pour moins de miels, voilà la tendance de ces années qui battent des records de températures moyennes.
Et pourtant, les temps nécessaires aux autres travaux ne diminuent pas (on rêverait par exemple que la charge administrative diminue, mais la tendance est plutôt à l’inverse…).
La diminution de la production génère une baisse de rentabilité aggravée par l’inflation et l’augmentation de tous les coûts.

Voici le tableau de l’apiculture actuelle… les abeilles sont de plus en plus menacées.
Mais de plus en plus ce sont les apiculteurs qui sont menacés !

En cet automne, été indien sans fleurs, il me semblait important de vous expliquer les difficultés que rencontre la filière apicole en France plutôt que de vous parler de mon petit cas particulier.

Allez, à charge de revanche, je vous relaterai les avancées des (autres !) travaux de cette année dans mes nouvelles de cet hiver. J’espère que nous aurons l’occasion de nous rencontrer lors des visites de rucher au printemps afin de pouvoir vous expliquer tout cela plus en détail et répondre à vos questions.

En espérant que ces mots vous trouvent ainsi que vos proches en bonne santé et épanouis, je vous adresse de ma part, et surtout de celle des abeilles un grand merci de votre soutien (qui devient de plus en nécessaire dans ce contexte compliqué !).

Votre apiculteur AB pour Un toit pour les Abeilles,

Denis

Voir toutes ses actualités

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher parrainé par un « Toit pour les abeilles » est situé au cœur d’une vaste forêt (3 km de rayon) afin de garantir la production de Miels Bio.
Cette forêt de Charente Limousine est classée en ZNIEFF de type 1 (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique)
au sein d’un vaste ensemble naturel avec rivières, prairies et boisements (classé en ZNIEFF de type 2).

Ce rucher environné de feuillus et de résineux est un véritable sanctuaire pour les abeilles
qui y trouvent toute l’année des ressources de qualité !
Ce rucher permet de produire des Miels certifiés AB (Agriculture Biologique – France, certification par Ecocert)
de Châtaigner, Acacia, Forêt, voire de Ronce et Callune (« Bruyère »).
Des miels authentiques issus de la flore naturelle !

L'apiculteur : Alexandre BLOIS

UTPLA apiculteur Alexandre BLOIS

Qui suis-je ?
Un jeune apiculteur habitant le magnifique département de la Gironde.
Après avoir longtemps travaillé pour une société de construction, je me suis remis en question et je me suis tourné vers un métier où la nature joue un rôle central.
D’abord pratiqué comme un hobby, peu à peu, je passe plus de temps sur mon rucher.
J’ai fini par laisser de côté ma profession pour me consacrer exclusivement à ses jolies demoiselles.

Pourquoi avoir choisi de devenir apiculteur ?
Parce qu’aujourd’hui, si les abeilles n’étaient plus là, le monde serait sans couleur, sans saveur et sans odeur.
Face à des conditions climatiques et environnementales qui ne cessent de se détériorer, je suis persuadé que les abeilles sont notre avenir et que sans elles, le monde ne ressemblerait plus à ce qu’il est aujourd’hui.

L’univers apicole est un monde particulièrement intéressant.
La hiérarchie, leur organisation… Tout ce qui compose leur système peut nous apprendre beaucoup de choses sur le monde dans lequel on vit.
Aujourd’hui, j’apprécie particulièrement partager mon expérience avec les enfants afin de les sensibiliser à la cause des insectes pollinisateurs car tout comme eux, elles sont notre avenir.

Pourquoi avoir choisi de travailler avec un toit pour les abeilles ?
Comme beaucoup de professions liées à l’agriculture ou à l’élevage, il s’agit d’un secteur en tension.
La pénibilité du travail peut en rebuter certains et de nos jours, il est compliqué de vivre correctement de l’apiculture.
Un Toit Pour Les Abeilles nous permet de revaloriser notre profession et de partager notre passion.
Grâce à un partenariat avec CBK, ils nous proposent de nouvelles technologies afin d’assurer le bien-être de nos abeilles lors de leur hivernation mais aussi pouvoir les surveiller si un problème quelconque surgit.
Tout cela est un véritable plus pour la profession.

Préparation des ruches neuves chez ma petite abeille !

Le mois de février vient tout juste de débuter en Gironde.

Alexandre est partagé entre l’impatience et l’allégresse de la saison qui devrait bientôt débuter.

Les colonies se portent bien et pour le moment, seule une colonie s’est éteinte lors de ce dernier hivernage.

Un véritable bonheur d’avoiraussi peu de pertes pendant la saison froide !

Certaines colonies étaient faibles mais grâce à du candipollen (nourriture particulièrement riche pour les abeilles), celles-ci sont reparties de plus belle.

Déjà, certains jours quand il fait beau et assez chaud, les abeilles sortent et ramènent du pollen à la ruche.

Vous pourrez bientôt les voir butiner pissenlits, trèfles et tout ce que le printemps peut nous apporter comme jolies fleurs.

Pour nous, l’hiver n’a pas été de tout repos. Nous avons commencé à préparer de nouvelles ruches pour y accueillir de jeunes colonies qui, nous l’espérons, profiterons pleinement du printemps et de l’été.

Les ruches ont été peintes avec une peinture écologique, étudiée pour les abeilles et nous avons eu recours à la méthode Shou-sugi-ban pour brûler l’intérieur de la ruche.

C’est une technique utilisée depuis des décennies au Japon pour protéger naturellement le bois. Pourquoi brûler l’intérieur d’une ruche ?

C’est tout simplement que les abeilles n’apprécient guère l’odeur de la ruche neuve et pourraient essaimer* si la ruche venait à ne pas leur convenir.

Pour cela, soit l’apiculteur utilise un chalumeau, soit on peut aussi mettre de la paille ou des journaux dans la ruche que l’on fait brûler. Eh oui, c’est tout un art de préparer l’habitat des abeilles !

Petite nouveauté pour nous, nous avons choisi d’investir dans une petite machine pour mettre en pot. Jusqu’à présent, nous faisions tout manuellement.

Mais, pour éviter trop de manutention (port de charges lourdes) et pour gagner du temps, nous avons fait ce choix.

Cela nous permettra de passer encore plus de temps auprès de nos abeilles !

La nouvelle saison arrive, ne la manquez surtout pas !

 

* Essaimer : Quitter la ruche en essaim pour aller s'installer ailleurs.

  

Voir toutes ses actualités

Ma petite abeille de Bordeaux

Ma petite abeille de Bordeaux

Nous avons 23 ruches qui sont situées sur des sites Natura 2000 ayant une flore et une faune exceptionnelle.
La diversité biologique garantit à nos abeilles d'être dans un environnement sain et équilibré qui leur assure un bien-être absolu, ce qui était notre priorité.
Nous essayons d'avoir le moins d'impact possible sur le travail de nos abeilles, leur apportant seulement ce dont elles ont besoin.
Les ruches au cœur des acacias : La seconde partie de notre rucher se trouve en plein milieu d'une forêt d'acacias.
Aucun traitement, aucune nuisance, aucun bruit si ce n'est celui de la nature. I
l y a 23 ruches dadants dans ces forêts qui ne sont dérangées que par les soins que nous venons leur prodiguer.
Notre projet, étant d'agrandir notre rucher avec l'achat d'une cinquantaine de ruches l'an prochain est de s'inscrire dans une démarche de sauvegarde des abeilles.
Nous espérons, cette année, pouvoir récolter du miel d'acacias, de ronces et de fleurs.

L'apiculteur : Alban GORE

UTPLA apiculteur Alban GORE

Alban est installé au cœur des Corbières, dans l'Aude, où l'apiculture a connu son apogée avec les romains qui installés ici, pratiquaient la culture de la vigne et des abeilles.

Après avoir commencé en 2000 à constituer son cheptel et fabriqué ses premières 150 ruches, il obtient en 2001 son BPREA (Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole) apicole en alternance et, en 2007, il reprend l'activité en professionnel de son oncle apiculteur qui part en retraite. Il récupère alors les ruches et le matériel de miellerie.

Il est convaincu que les abeilles doivent garder un cycle proche du cycle de leur écotype (environnement) et de fait, effectue la transhumance très raisonnablement (Aude et départements limitrophes).
Il vend sa production localement puisqu'il est présent sur les marchés de Carcassonne et de Lezignan Corbières quasiment toute l'année. Du producteur au consommateur !!

C est l époque des essaims nouveaux

Chers parrains, 

Quelques nouvelles du moment. 

Avril mai est l'époque de la création d'essaims pour remplacer les colonies qui n'ont pas survécu à l'hiver et surtout l'an dernier au frelon asiatique. 

Nous créons donc des essaims nouveaux en ponctionnant des cadres dans les colonies qui vont bien et en introduisant de nouvelles reines soit de notre élevage soit acquises auprès d'éleveurs reconnus pour leur travail de qualité. 

Ce sont des opérations aux multiples détails importants qui sont très chronophages mais il en va de la réussite des colonies futures... 

Je vous met quelques photos pour l'occasion 

Cordialement 

Gore alban

  

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Massif des Corbières

Le rucher du Massif des Corbières

Alban travaille avec des ruches Dadant  10 cadres (modèle qui permet plus d'autonomie aux abeilles).
Il pratique l'élevage de reines  et crée ses essaims sur l'exploitation même.
Alban travaille depuis quelques années avec des Abeilles Caucasienne et Catalane, types d'abeilles se rapprochant le plus des abeilles "noires" dites locales que l'on ne voit plus dans les Corbières depuis longtemps.
Elles ont l'avantage d'être plus rustiques mais ne sont pas commodes par moment.
Installé au cœur des Corbières, l'environnement est constitué de Garrigues basses et plutôt sèches avec de très fortes températures  en été (40°C a 50°C sans problème) et beaucoup de vent (quand ce n est pas le "marin" c'est le "cers" fréquent avec ses rafales entre 50 et 80 km/heure).
Ce n'est pas pour rien que  les passionnés pratique la planche a voile sur littoral audois !!
Les abeilles ont d'ailleurs ici le comportement de voler à ras du sol, slalomant entre les genêts, scorpions et les romarins.
Les miels "phares" de nos Corbières sont le miel de romarin (plantes aux vertus merveilleuses mais aux miellées  précoces et aléatoires) et les miels de "garrigues", de printemps, d’été ou d'automne, suivant les saisons et les floraisons.
Les abeilles vont au fil du temps sur les romarins, les thyms, les dorycniums, les roquettes blanches, les clématites, les buplèvres, les lavandes sauvages et les sédums ou en fin de saison, sur les arbousiers, les lierres ou les inules visqueuses.
En plaine du coté de Carcassonne, là ou les cultures s’étendent, les abeilles pourront faire du miel sur le tournesol.
Viennent ensuite les miels de maquis ou de montagne faits de bruyère blanche, de serpolet, de ronce ou de bruyère cendrée ou callune ou même, de châtaignier (l'arbre à pain providence qui apporte l'énergie nécessaire aux jeunes essaims pour se préparer à l'hivernage).

L'apiculteur : Emilien CAMIADE

UTPLA apiculteur Emilien CAMIADE

Je m'appelle Emilien et j'ai 24 ans. 
J'ai commencé par suivre des études en génie mécanique mais ce que je désirais vraiment, c'est être indépendant en travaillant avec le vivant à l'extérieur avec l'espoir que cela puisse être utile à la société. 
J'ai alors découvert l'apiculture et le monde fascinant des abeilles dont je suis tombé amoureux. 
J'ai eu la chance de travailler deux saisons chez des apiculteurs expérimentés qui m'ont formé notamment à la production de gelée royale. 
C'est une activité technique qui demande de l'observation, de la patience et beaucoup de minutie. 
Aujourd´hui, me voici apiculteur professionnel spécialisé en production de gelée royale et c'est une grande joie. 
Le choix du bio fait parti d'une cohérence qui s'est imposée naturellement.

nouvelles de vos abeilles

Chers Parrains,

La saison est déja bien entamée, les beaux jours ont tardé et les abeilles tout comme moi sommes impatients de pouvoir enfin produire du miel.

Pour le moment, les nombreux jours de pluie ont certainement contribué à hydrater le sol et la végétation sen porte à merveille d'ailleurs mais les floraisons des frutiers et des aubépines sont passées sans que vos protégées n'en aient profité.

Aussi, les rares fois où la météo a permis au abeilles de sortir pour butiner, l´anormale fraicheur des nuits leur a fait tout consommer pour maintenir une température suffisante dans la ruche afin de réchauffer le couvain (larves et nymphes d´abeilles).

C´est un printemps comme je n´en ai jamais vu de ma vie d´apiculteur...d´ailleurs je n´ai pas récolté de miel de printemps, le peu qu´il y a, je l´ai laissé aux abeilles pour ne pas qu´elles meurent de faim.

Il y a deux jours j´ai transhumé les ruches sur la côte dans l´espoir que nos vaillantes récoltent le nectar du robinier (dit l´acacia), j´espère que la météo sera bonne.

Je vous enverrai le miel la semaine prochaine, aussi je souhaite vous prévenir que contrairement à ce qui était prévu de vous envoyer, c´est à dire le miel de printemps, je vous enverrai du miel de sarrasin.

Merci de votre compréhension.

Merci encore pour votre soutien et j´espère pouvoir organiser une porte ouverte pour vous accueillir voir vos abeilles durant la saison.

 

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Futaie

Le rucher de la Futaie

Mon rucher principal est situé sur des terres en bio à l'orée d'une forêt riche en châtaigniers.
Les abeilles profitent au printemps des haies du bocage, prunus, saules marsault, fruitiers, aubépines mais aussi des pissenlits et les trèfles blancs qui abondent les nombreuses prairies autour.
En été, ce sont principalement les châtaigniers, la luzerne et le sarrasin qui fourniront le nectar à l'élaboration des miels.
Le format de mes ruches correspond à une demi ruche dadant classique. Ce petit format se rapproche davantage de ce que les abeilles utilisent dans la nature.
Cela leur demande moins d'espace pour chauffer l'hiver et au printemps, la colonie est plus dynamique.

L'apiculteur : Jean-Charles BUREAU

UTPLA apiculteur Jean-Charles BUREAU

Artiste et apiculteur, j'ai suivi mes études au beaux-arts de Paris.
Je suis maintenant artiste, vous pouvez voir mon travail sur mon site jean-charlesbureau.com.
En parallèle, je me suis lancé en tant qu'apiculteur, par passion et pour trouver un équilibre financier entre ces deux activités.
L'apiculture m'est venue assez jeune, par le biais malheureux de la sclérose en plaque de ma mère.
En regardant les bénéfices potentiels des produits de la ruche pour ce genre de maladie, mon intérêt s'est naturellement orienté sur les abeilles.

J'ai énormément lu sur le sujet jusqu'au jour où j'ai sauté le pas.
Je me suis formé auprès d'un apiculteur en Bretagne.
Dès mon arrivée à Marseille il y a deux ans, j'ai continué à travailler avec un autre apiculteur du réseau Un Toit Pour Les Abeilles, Denis Fiorile auprès duquel je me forme encore et à qui je rachète l'exploitation au fur et à mesure.
J'ai commencé mon exploitation avec une quarantaine de ruches, je suis dorénavant avec une centaine et le projet à venir dans les prochaines années est de monter à 200 ruches et labélisé Bio mon exploitation
Vous pouvez suivre mon exploitation tout au long de la saison sur instagram ou facebook sur MIEL BUREAU. J’y explique précisément le travail effectué au jour le jour.

Ca y est la saison commence!

Chèr.es Marraines et Parrains,

 

Les abeilles sont bien sorties d'hivernags (si on peu dire qu'elles y sont rentrées un jour).

Le romarin est en fleur, la pluie est au rdv mais le froid et le vent cassent un peu le rythme de croissance des colonies.

Aujourd'hui le travail est surtout de bien suivre les colonies.

Elles sont en pleine croissance et consomment beaucoup de provisions afin de chauffer le couvain.

Il faut donc bien surveiller la présence de nourriture.

Je vous tiens au courant rapidement des suites de la saison.

 

A bientôt!

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Roquevaire

Le rucher de Roquevaire

Ce rucher se situe à Roquevaire, une vue majestueuse sur le Garlaban.
Les abeilles iront butiner principalement sur le romarin dès le début du printemps, très tôt par ici. Un miel de Garrigues se présentera petit à petit avec l'arrivée du thym.
Les abeilles se chargeront en pollen avant la grande transhumance sur les champs de lavande de Provence.

Ces trente ruches en activité mélangent des abeilles noires locales et la buckfast classique.

L'apiculteur : Jorris VAN BERGEN

UTPLA apiculteur Jorris VAN BERGEN

J’ai commencé l ’apiculture aux Pays-Bas, avec une dizaine de ruches dans le jardin de mes parents, et comme hobby à côté de mon emploi en tant que prof de français dans un collège.
En recherche d’un meilleur endroit pour les abeilles - et pour l’apiculteur surtout - je suis parti en voyage en 2014 et j’ai abouti dans les Alpes Maritimes,
où j’ai fait du wwoofing (Lien : www.wwoof.fr) chez un autre apiculteur du réseau Un Toit pour les Abeilles, Philippe Chavignon.
Ebloui par la beauté environnante et le bien-être des abeilles, j’ai fini par trouver ma vie dans cet endroit.
Je m’installerai apiculteur à titre exclusif en 2019 après avoir obtenu mon diplôme agricole avec spécialisation apicole.
Je conduis mes ruches en AB, label qui correspond à mes valeurs et à ma personnalité.
Je m’installerai à Saint-Léger, pittoresque village à 45 minutes du "Rucher des Gorges de Daluis" sur lequel est greffé mon exploitation, que j’ai baptisée le "Rucher Au Septième Miel".

Une saison difficile

Chères marraines, chers parrains,

Un petit mot pour vous raconter l’état de mes abeilles et l’avancement de ma saison.

Ma saison a été difficile, sans doute la plus difficile depuis mon installation. Une sortie d’hiver ok mais avec beaucoup de besoin de nourrir les ruches. Ensuite des récoltes qui n’atteignent même pas le quart de ce que l’on fait d’habitude au printemps, puis les pluies très très attendues en fin de printemps.

Après ces pluies abondantes, la miellée sur les lavandes allait être magnifique -  on y croyait tous. J’ai même mobilisé ma trésorerie pour investir dans des hausses car je pensais en manquer. La déception n’aurait guère pu être plus grande : le sirocco (vent sec du sud) s’est levé vers la mi-août mettant fin à toute miellée. Et ce qui est pire : des chenilles ont dévoré les plants de lavande. Les apiculteurs provençaux peinent cette année, mais pour les lavandiculteurs c’est la catastrophe totale et il y en a pas mal qui jettent l’éponge. Aujourd’hui, le plateau de Valensole constitue des champs de lavandes arrachées à perte de vue. L’apiculture provençale est en danger : la filière de cette région à climat souvent sec est très dépendante de la miellée généreuse de lavande sur le plateau de Valensole. Pour maintes apiculteurs ce miel constitue la moitié, voire plus, de leur chiffre d’affaires et c’est mon cas. L’avenir est donc incertain et nous vivrons dorénavant de saison en saison.

Aujourd’hui, mes colonies sont plus faibles que d’habitude à cette époque. En cause est un manque de pollen diversifié, suite à une canicule prolongée qui a beaucoup fait souffrir la végétation. Nous avons perdu une soixantaine de ruches cet été – il est vrai que je n’avais plus l’habitude de ce genre de perte. De plus, je suis assez pessimiste pour l’avenir proche même si je suis content des pluies récentes très attendues. Je crains juste qu’elles aient été trop tardives. Les abeilles ont besoin d’une période de forte dynamique entre septembre et octobre pour constituer les abeilles d’hiver : ces abeilles vivent beaucoup plus longtemps – passent l’hiver – et ont une constitution physique différente que les abeilles d’été qui ne vivent qu’un mois. Les abeilles d’hiver ont besoin de recevoir une nourriture de grande qualité au stade larvaire, mais en manque de pollen les nourrices ne peuvent pas offrir cette nourriture extrêmement riche en acides aminées et autres protéines. Les abeilles d’hiver naissent donc faibles et mourront précocement en sortie d’hiver. Les colonies peineront au mois de février/mars et je le sais déjà. Il n’y a rien que je puisse faire, car étant en Agriculture Biologique, le nourrissage de protéines est proscrit. Je comprends bien pourquoi, mais parfois on aimerait juste donner tout ce qu’on peut à ces abeilles et c’est un peu frustrant que ce ne soit pas autorisé.

Il y a aussi de bonnes nouvelles : j’ai occupé de nouveaux emplacements dont certains ont fait de jolies surprises. Un emplacement en particulier, à 1400 mètres d’altitude, a fourni aux ruches présentes une belle miellée de lavande sauvage. Malheureusement, ces lieux sont assez rares et la miellée de lavande fine est très capricieuse.

Une autre bonne nouvelle c’est que j’ai réussi à faire un beau progrès sur le potentiel génétique de mes colonies. J’ai pu sélectionner des souches importées dans mon exploitation aux qualités rustiques et j’observe vraiment leur meilleure adaptabilité face notamment aux aléas climatiques et aux creux de miellées prolongés. Il est extrêmement important pour la survie de l’abeille d’être à la recherche d’une génétique pouvant faire face aux changements climatiques et je pense être sur la bonne voie. Le changement climatique reste à mon avis le défi le plus dur de l’apiculture de demain.

A bientôt, chers parrains, et merci beaucoup pour votre soutien qui semble être plus pertinent que jamais.

Jorris

 

 

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher au Septième Miel

Le Rucher au Septième Miel

Je suis passionné par le monde des abeilles et par l’apiculture, et j’ai aujourd’hui la formidable chance d’en faire mon métier.
Je possède actuellement une centaine de ruches, et le projet est d’atteindre les 300 ruches, ce qui me permettrait à moi et à ma famille de vivre de cette activité.
C’est un très beau métier, mais qui connaît beaucoup de défis au quotidien, non seulement liés à la fragilité de l’abeille dans la nature de moins en moins sauvage,
mais aussi aux charges de travail très concentrés sur la saison apicole.
J’élève moi-même les reines et les essaims nécessaires pour l’exploitation, ce qui est un facteur clef dans la réussite en bio.
C’est ce qui me permet d’avoir des reines de qualité, l’offre sur le marché étant très limitée.
Voilà tout est dit, si ce n’est que j’ai besoin de vous pour aboutir à ce rêve ambitieux mêlant préservation de la nature et protection de l’abeille.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe t’il dans la ruche en MAI ?

Introduction
Chères marraines, chers parrains,
Si chez Un Toit Pour Les Abeilles on cébère tous les jours et depuis plus de 15 ans (le temps passe si vite !)  les abeilles et la nature, nous avons décidé de mettre les bouchées doubles en mai !
Pourquoi en mai ? Parce que ce mois comprend deux dates très importantes, probablement déjà inscrites dans vos agendas...
Le 20 mai,...




Imprimer la page

Retour