DSM - VILLAGE NEUF

Logo DSM - VILLAGE NEUF
Royal DSM est une entreprise de sciences internationale, focalisée sur l’objectif, active dans les domaines de la nutrition, de la santé et du mode de vie écoresponsable. DSM favorise la prospérité économique, le progrès environnemental et les avancées sociales afin de créer une valeur durable pour l’ensemble de ses parties prenantes. Le site de DSM Village-Neuf (France) s’inscrit dans cette démarche en proposant des produits destinés à la nutrition humaine et animale, aux cosmétiques et à la pharma.
Chez DSM, le développement durable est une valeur clé de notre société. DSM développe et lance des solutions durables en se focalisant sur la Nutrition et la Santé, le Climat et l'Energie, les Ressources et la Circularité. C'est pourquoi, DSM met en place les ressources humaines, les partenaires et les processus nécessaires pour atteindre ses objectifs d'avoir une planète plus saine, un monde plus juste et une croissance durable et rentable pour DSM.

Les ruches en images

  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF
  • La ruche DSM - VILLAGE NEUF

L'apiculteur : Sarah HOLTZMANN

UTPLA apiculteur Sarah HOLTZMANN

Sarah, apicultrice depuis 2007 est installée à Moussey, dans les Vosges.

Sarah s'est reconvertie professionnellement de 2004 à 2007, et quoiqu'au démarrage son exploitation comptait 26 ruches, elle en gère maintenant 300.
Sarah est aussi très attentive aux questions environnementales et utilise des peintures 100 % naturelles.

En plus de la production de miel, de reines et d'essaims, Sarah se lance dans la récolte de gelée royale à destination des particuliers, ainsi que celle de la récolte de propolis pour les laboratoires pharmaceutiques.

Une année difficile pour l’apiculture

Une année rythmée par les caprices d’une météo… Sale temps pour les Abeilles
Avec des bas : un mois de mai qui nous a obligé à intervenir sur les ruches pour éviter la famine car les températures n’ont pas permis aux abeilles de sortir pour butiner les pissenlits et autres fleurs de printemps.
Et une période d’essaimage intense avec des fécondations de reines très mauvaises. C’est une période très difficile car les reines tiendront moins longtemps.
Mais surtout des hauts : un mois de juillet caniculaire qui a obligé les abeilles à ventiler plus qu’à butiner et surtout à chercher de l’eau …

Nous avons de la chance car nous sommes situés en zone de montagne avec des nuits fraîches et de la rosées le matin cela a un peu épargné nos petites protégées.
Résultat nos abeilles ont produit un peu de miel de Montagne et sur la mi-juillet un peu de miel de Sapin. C’est mieux que rien car en zone de plaine vosgienne les apiculteurs n’ont absolument rien récolté.
Un dossier de calamité apicole sera peut-être déposé dans le Grand Est !

Je voulais remercier les parrains qui ont fait le déplacement le 15 juin aux portes ouvertes.



Cela fait quelques années que vous êtes de plus en plus nombreux à venir nous rencontrer et grâce à vous j’ai renoué avec l’idée du partage autour de l’abeille.
C’est tellement gratifiant de faire découvrir ce monde fabuleux.
J’ai déjà participé à une journée de formation pour devenir ferme pédagogique.

Nous avons comme projet d’ouvrir un pôle apicole pour faire découvrir l’abeille et notre métier avec des outils pédagogiques.
Nous sommes en pleine préparation de demande de permis et des différentes autorisations avec le chiffrage pour présenter un dossier aux banques.
Si vous avez des idées n’oublier pas de nous écrire…



Si l’on veut continuer à résister aux années noires de l’apiculture Il faut diversifier l’activité. Cela demande réflexion car les journées sont déjà très chargées…
Pour conclure depuis dix ans nous avons construit une miellerie de 220 M², acheté plus de 450 ruches vides (renouvellement de ruches abîmées), acheté du matériel de miellerie extracteur, maturateurs, table de mise en pots, pompe à miel, tables inox, désoperculatrice les emprunts court encore…sur 5 ans !

Mais le plus important c’est que c’est grâce à vos parrainages et vos soutiens que nous existons depuis 10 ans.   
Petite dédicace à Mme Cécile jean « MERCI »

A bientôt
Sarah et vos filleuls

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher est situé dans le Parc Régional de la Forêt des Vosges, en plein cœur de la vallée du Rabodeau.

Il est niché à flanc de montagne, à 500 m. d'altitude, bordé d'une forêt de 12 ha composée de pins, épicéas, hêtres et bouleaux et arrosé par une rivière.

Ce cadre permet aux abeilles de butiner des essences de montagne : sapin, fleurs d'altitudes...
Le miel ainsi récolté est un miel de montagne issu de miellats (miel de sapins, bouleaux...) qui est une grande source d'apport en acides aminés.
Liquide à sirupeux (avant cristallisation) et foncé, il est très aromatique et de saveur douce et maltée. En fonction de l'emplacement des ruches et des floraisons alentours, la proportion en fleurs d'altitude peut y être plus importante ainsi, Sarah vous proposera alors un miel de même consistance, de couleur plus clair et fleuri avec des notes de sous-bois.

JT de 13h TF1 avec Sarah

Reportage consacré à Sarah et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 27 Août 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Thierry COLIN

UTPLA apiculteur Thierry COLIN

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

Nouvelles, avenir et ambition

La fin de saison est déjà là, nouvelles, avenir et ambition…

Et oui nous sommes déjà fin août et la saison apicole se termine déjà.
En ce qui concerne les récoltes de miel, elles ne sont pas aussi abondantes que 2018, mais c’est le lot de ce métier qui est rythmé par la météo et les floraisons diverses.

Pour beaucoup c’est la reprise après des vacances sous un grand soleil et peu de pluie…
Le temps de rêve pour les vacanciers, mais pas pour la nature qui a souffert de ce genre de condition sous nos latitudes.
Le temps chaud assèche les fleurs et donc raréfie le nectar.
De plus les abeilles doivent plus ventiler que récolter, sans oublier la nature qui a beaucoup de mal à s’adapter au temps sec et chaud de plus en plus présent depuis quelques années.

Alors l’apiculteur s’adapte aussi en se diversifiant et en profitant de nouveau emplacement pour poser ses ruches.
Pour moi cette année ce fût « le rucher des Marie » qui se trouve le long du Rhin en zone Natura 2000, un emplacement plein d’espoir et surtout plein de fleurs diverses et variées durant toute l’année qui font le bonheur des abeilles.
Après une année test pour voir le potentiel de ce lieu, je vais augmenter le nombre de ruches pour arriver à 40 sur ce rucher d’ici deux ans.

Autre nouveauté pour moi ce fût l’apparition de Maya et Oscar au rucher d’Oberbronn (mes deux chèvres naines) qui d’ici 15 jours seront accompagnées de deux nouveaux ami(e)s, Mi-laine et Shun des moutons de Ouessant de 4 mois.
Par la suite ce sera poules/lapins/canards et à terme la création d’une ferme pédagogique avec l’aide de ma compagne.

Des projets plein la tête et une envie de partager avec le plus grand nombre comme lors des portes ouvertes qui sont toujours de très beaux moments de partage.
Aujourd’hui j’ai 150 colonies qui rentrent en hivernage et dans les prochaines années j’augmenterai de 50 colonies par an pour m’arrêter au environ de 250 ruches en production, ce qui correspond à la vision de mon futur car je souhaite rester seul à gérer mon cheptel.

Alors OUI mon avenir se construit doucement vers une reconversion qui est prévue au plus tard fin 2023 et ceci grâce à votre aide et soutien, encore MERCI aux marraines et parrains.
Sans oublier la formidable équipe D’UN TOIT POUR LES ABEILLES que je remercie chaleureusement pour tout ce qu’ils font pour moi, les apiculteurs et surtout les abeilles.   
Thierry

Voir toutes ses actualités

Le Rucher d’Oberbronn

Le Rucher d’Oberbronn

Début d’année 2017, Thierry a ouvert son nouveau rucher à Oberbronn sur le piémont Vosgien.
Ce sont 25 ruches de type Zander mais cette fois avec des abeilles Buckfast venant d’une exploitation apicole dans la vallée de Urmatt (environ à 80 km) qui butineront dans ce havre de paix.
Ce sont donc des abeilles « habituées » à cet écosystème et donc aux conditions climatiques.
Le lieu sera aussi une station d’élevage de mes futures reines.

Ce projet est en construction depuis un an et pour des raisons de météo, il n’a pas pu voir le  jour en 2016.
C’est grâce à vos parrainages et celui d’une autre plateforme de financement participatif qu'il a pu le réaliser, alors un grand MERCI à toutes et tous pour votre aide.
Ce rucher se situe donc un espace éloigné des grandes cultures céréalières et se trouve dans un verger de 5000 m² avec une forêt de châtaigniers et des nombreuses prairies aux alentours (donc éloigné de nombreux produits phytosanitaires).
Le miel provenant de ce lieu, sera du miel toutes fleurs puis du miel de châtaigniers.

L'apiculteur : Lucas HOLTZMANN

UTPLA apiculteur Lucas HOLTZMANN

Je tiens ma passion pour l’apiculture de ma mère Sarah, apicultrice professionnelle dans les Vosges et qui fait également partie du réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles.
Et oui, chez nous l’apiculture c’est une histoire de famille… Les abeilles, on les a dans le sang chez les Holtzmann !

J’ai été piqué tout petit et ma mère m’a tout naturellement guidé dans mon apprentissage apicole. Je l’ai longtemps aidé à gérer le rucher. Et puis j’ai décidé de me lancer en 2017 en tant qu’apiculteur amateur, avec une trentaine de ruches Dadant 10 cadres, habitées par des abeilles issues de l’élevage familiale.
L’une de mes plus grandes préoccupations, après celle de protéger nos petites butineuses, c’est de récolter un miel de qualité sans produits chimiques, et toujours dans le respect de la nature et des abeilles.

J’extrais le miel à froid par exemple, pour en conserver toutes les vertus. Mon objectif ce serait de pouvoir augmenter le nombre de mes ruches sur le cheptel. J’aimerais pouvoir récolter différents miels tout au long de la saison et qui sait, dans un avenir plus ou moins proche, obtenir un label Bio pour mes productions de miel.

Alors, tout comme ma maman a fait appel à Un toit pour les abeilles, à mon tour, je fais appel à vous au travers le parrainage de mes ruches, afin d’écrire, avec vous, une belle histoire environnementale et artisanale…

Une saison compliquée

Comme vous le savez je baigne dans l’apiculture depuis tout petit, avec Sarah, ma mère, apicultrice du réseau.
Cette année, j’ai souhaité me lancer et créer mon propre rucher…
Mon objectif pour cette première saison a été de passer de 28 ruches à quelques 50 ruches en fin de saison.
Grâce à vos parrainages, ça a été possible et je vous en remercie profondément…



Pour ce qui est de la saison, nous avons eu un début de printemps très chaud en avril, ce qui a permis un développement accéléré des colonies.
Malheureusement, le grand froid qui a suivi sur mai a sonné le coup d’arrêt de ce développement prématuré.
Ça a provoqué de grands dégâts au niveau des fécondations des reines et les colonies ont dû consommer les maigres réserves accumulées un mois auparavant…
                          
Durant le mois d’avril j’ai ciré mes 300 cadres de corps et 540 cadres de hausses.
J’ai fait tremper mes 60 hausses dans de l’huile de lin chaude afin de les protéger !
La méteo exceptionnelle d’avril m’a tout de même permis de mettre mes 30 corps de ruche en peinture.

                   
           
Nous avons eu une vague d’essaimage incontrôlable avec des fécondations difficiles du fait des conditions météos défavorables.
Une combinaison détonante entre pluie et froid !
                                                                   
Durant la période de mai et juin j’ai accompagné mes colonies au mieux que j’ai pu, mais avec les conditions météos capricieuses, ça n’a pas été chose simple…
Les abeilles ne se sont pas développées correctement.
J’ai eu trois ruches bourdonneuses, c’est-à-dire trois ruches sans reine en ponte et plus d’œufs pour l’élevage…
Heureusement nous avons des reines en réserve pour pallier ce phénomène de plus en plus courant (mauvaises fécondations des reines.)
La miellée de miel crémeux (colza) a été inexistante, le colza n’a rien donné : trop froid et trop de pluie. Et la miellée de miel d’acacia a été faible.



Tout n’est pas si noir, nos abeilles ont quand même pu récolter du miel de Fleurs (fleurs/tilleul).

Les portes ouvertes de juin ont été très appréciées… Par les parrains, mais également par Sarah et moi ! Une belle journée d’échange autour de l’abeille et de notre beau métier.
Merci à tous ceux venus nous rendre visite !


 
Mais les températures étant de plus en plus chaudes j’ai décidé de transhumer mes ruches en forêt vosgiennes pour profiter des nuits fraiches…
            
La saison n’est pas finie mais ce n’est pas une année à retenir sauf pour les records de températures, signe (si l’en fallait un) du dérèglement climatique.
Je vous souhaite à tous une belle fin d’été et aurai plaisir à vous retrouver très bientôt pour des nouvelles fraiches de nos petites butineuses,
Lucas

Voir toutes ses actualités

Le Rucher d'Osiris

Le Rucher d

Le rucher se situe entre Nancy et Lunéville, et jouit d’un cadre idyllique entre grandes prairies et petites forêts.
Ces paysages mixtes offrent aux abeilles une multitudes de nectars à butiner, ce qui permet de produire des miels très fleuris.

On pourra espérer sur le rucher un miel de fleurs crémeux, ou encore des miels aux notes prononcées d’acacia ou de tilleul…

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

C’EST LA RENTREE !
Retour sur les derniers rebondissements autour de la loi Biodiversité

Depuis qu’il a rédigé un arrêté anti-pesticides sur sa commune, en mai dernier, le maire breton de Langouët fait figure de « porte-parole » des « défenseurs de l’environnement ».
Daniel CUEFF, c’est son nom, a pourtant vu son arrêté suspendu le 27/08 dernier, pour motif « qu’il n’...




Imprimer la page

Retour