OGC Consulting

Logo OGC Consulting

Les ruches en images

  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting
  • La ruche OGC Consulting

L'apiculteur : Justine HENNION

UTPLA apiculteur Justine HENNION

Installée en couple depuis 2017, avec 250 ruches à bichonner !
Je tiens ma passion pour l'apiculture de mon père Yvan, passionné par les abeilles qui m’a transmis son savoir.
La ferme au carré typique de la région Lilloise a été reprise en 1998 par mon père (fils d’agriculteur dans les Flandres).
Auparavant ses grands-parents élevaient de nombreux animaux tels que vaches, cochons, poules et lapins…
Depuis il y a eu bien du changement ; les broutards ont été remplacés par des butineuses.
En 2012, j’ai rejoint la ruche en me spécialisant dans l'élevage des reines.
Je travaille actuellement encore sur l'exploitation familiale en plus de mes colonies.
Florian, mon compagnon qui a lui aussi été piqué par les abeilles est paysagiste de base.
Il est encore salarié dans le paysage pendant l'hiver (en attendant que l'exploitation soit pérenne).
Il se consacre à temps plein aux abeilles pendant la saison estivale.

Bientôt, la nouvelle saison...

Chers parrains,
Le soleil de ces derniers jours laisse croire que le printemps est arrivé…
Les abeilles en profitent pour se "dégourdir les ailes" et faire des "vols de propreté".
Les saules marceaux et les noisetiers sont bien en fleurs, ce qui permet d'apporter un peu de pollen à la colonie, qui se prépare pour une nouvelle saison.

Avec les jours qui se rallongent ainsi que la luminosité qui augmente, les reines ont commencé à pondre, pour laisser place aux jeunes abeilles.
L'hiver n'est pas fini mais pour le moment, la mortalité est plutôt faible (4%).
Espérons que le froid qui s'annonce ne soit pas trop rude pour nos abeilles.

On attend avec impatience le retour définitifs des beaux jours, qui marquera le début de la nouvelle saison apicole.
Je vous fais à tous une bizzz
Justine

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Senlis

Le rucher de Senlis

Elles sont réparties sur plusieurs ruchers essentiellement dans le département du Nord.
Le rucher que Florian, mon compagnon et moi-même proposons au parrainage est situé à Senlis (Oise) dans un sous-bois. 
Les abeilles y produisent du miel de fleurs ou tilleul selon les floraisons.
L’exploitation familiale compte une miellerie, où est extrait et conditionné le miel.
On retrouve les produits de la ruche en vente au petit magasin de la ferme et auprès de différents revendeurs de la région et principalement des agriculteurs proposant la vente en directe.

L'apiculteur : Eric FRANQUELIN

UTPLA apiculteur Eric FRANQUELIN

Eric est apiculteur amateur en Picardie depuis 2008, cette passion l'a piqué en vacances lors de la visite d’un musée de l’abeille.

Il se forme à l’apiculture auprès d’un apiculteur local ainsi qu’au Rucher École de l’Oise Apicole où il suit des cours sur l'apiculture.
Il a ensuite acquis une ruche, des abeilles, le matériel de base.

Aujourd'hui, il accomplit sa passion avec un petit rucher d’une vingtaine d’essaims qui sont situées au milieu de jardins potagers et près d'une forêt.
Il vit l'apiculture à la cadence des abeilles et selon l’éclosion des fleurs mellifères.
Eric pratique à petite échelle la transhumance pour le miel d’Acacia, il déplace quatre à cinq ruches au moment de la floraison de l'arbre.

Il espère agrandir son cheptel dès le printemps 2016 composé d'abeilles noires et d'abeilles Buckfast grâce aux parrainages.

Quelques nouvelles avant les fêtes !

Chères marraines et chers parrains,

Je viens de terminer la préparation de l’hivernage des ruches, après avoir remplacé les anciennes partitions par de belles et efficaces partitions fabriquées en bois et paraffinées.
Investissement de 35 partitions réalisé grâce à vos parrainages, je vous en remercie.
Ensuite j’ai constaté que la moyenne des colonies étaient moins populeuses que d’habitude. En revanche, ce qui me rassure c’est qu’il reste du couvain à naitre.
Le poids des ruches est correct, celui-ci varie pour une ruche dix cadres entre 34 et 38 kg et pour une ruche douze cadres entre 35 et 40 kg.
Je n’ai pas réussi à réduire le nombre de cadre dans les ruches comme je l’aurai souhaité par manque de temps.
Il me reste les ruchettes et les nucléis à rapprocher au maximum pour qu’elles se tiennent chaud et à laisser passer l’hiver tout en surveillant le poids des ruches.
Malgré l’apparition précoce des frelons asiatiques, ceux-ci ont également souffert de la météo, donc j’ai constaté une baisse significative des individus, je vous l’avoue les abeilles et moi ne nous en plaignons pas.
Les opercules de cire sont fondus. Elles me serviront à gaufrer mes nouveaux cadres pour la saison 2020.
La récolte de pomme de terre est bonne en nombre mais pas en taille, c’est la nature… L’année prochaine sera meilleure, je l’espère.
Le deuxième pêcher a bien repris et de nombreuses feuilles sont apparues, deux, peut-être trois boutures de figuier ont repris, on perçoit déjà quelques feuilles et de bourgeons.

Je renouvelle mes remerciements à toutes et tous pour votre soutien, les mails et messages de remerciements lors de la réception de votre miel m’ont touché.
Un grand merci à l’équipe d’Un Toit Pour Les Abeilles sans qui le rapprochement des uns et des autres n’existerait pas. Je vous souhaite à toutes et tous de joyeuses fêtes de fin d’année. A l’année prochaine….
Votre apiculteur…
Eric

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Saint Just

Le Rucher de Saint Just

Le rucher d’Éric est situé au nord de l’Oise.
Celui-ci se compose d’une vingtaine de ruches de modèle Dadant, entouré de jardins et près d’une forêt.

Le miel récolté est le reflet des différentes fleurs mellifères et arbres fruitiers qui entourent son rucher dont il suit les variations et les floraisons.
L’extraction est artisanal pour en préserver les arômes et les propriétés nutritionnelles.
Le miel est un miel toutes fleurs, liquide et crémeux doté d’un arôme polyfloral de caractère.

Eric laisse le corps de ses ruches rempli de miel pour que les abeilles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

L'apiculteur : Jimmy GAMBIER

UTPLA apiculteur Jimmy GAMBIER

Passionné par la nature, je me suis investi avec mon épouse dans la plantation d’un verger.
Conscient du manque de pollinisateurs dans la nature, j’ai fait une formation de 2 ans à l’USAP (Union Syndicale des Apiculteurs Picard) pour apprendre à soigner au mieux ces merveilleuses créatures.
Lors de cette formation j’ai été littéralement « piqué » par les abeilles.
Après une longue période de réflexion, j’ai décidé dans faire mon métier.
Car vivre de son métier c’est bien, mais vivre de sa passion c’est encore mieux !
J’ai donc entrepris une formation diplômante (Brevet Professionnel de Responsable d’exploitation Agricole option apiculture) que j’ai obtenu.
Cette formation m’a permis d’approfondir mes connaissances dans le domaine de l’apiculture. J'ai constitué alors mon cheptel. Je compte aujourd'hui une quarantaine de ruches, situées sur 4 ruchers différents.
En 2019, j'ai décidé de créer mon premier rucher de protection de l'Abeille Noire.

Pause hivernale pour nos petites

Chers soutiens, protecteurs de l’abeille noire,

En ce moment les essaims sont en hivernation. Les abeilles ne dorment pas, mais leur activité est très réduite dans la ruche.
Les abeilles se serrent entre elles pour rester bien au chaud pendant la période de froid.
La reine pond très peu et va arrêter de pondre pendant un bon mois.
Je contrôle une fois par mois la bonne santé des essaims et la quantité de nourriture.
Grâce aux parrainages, j’ai pu installer en 2019, 18 ruches en abeilles noires sur le rucher.
Pour la saison prochaine (2020) je compte passer à une quarantaine de ruches sur le rucher. Voire une soixantaine de ruches en abeilles noires si la saison démarre sous de bons auspices.
Développer un rucher en abeilles noires cela demande beaucoup d’énergie et d’effort, mais grâce aux soutiens indispensables des parrains, nous y arrivons.
Un beau projet collaboratif qui grandit, Merci à vous.

A très bientôt,
Jimmy

Voir toutes ses actualités

Les abeilles noires de Picardie

Les abeilles noires de Picardie

Je travaille avec l’Abeille Noire qui est en fort déclin dans nos régions.
Il en reste en France à peine 10%.
Les ruches se trouvent dans un paysage bocager (pâturages, bois avec aubépines, châtaigniers, merisiers…).
Le miel produit est un Miel de Fleurs de Printemps et d’Eté.
Aujourd’hui j’ai le pied à l’étrier, et ouvre mon rucher en Abeille Noire pour repeupler ma région avec l’abeille locale endémique.
En parrainant des abeilles sur mon rucher avec Un toit pour les abeilles, vous faites deux grands actes solidaires :  
Vous m’aidez à m’installer et en plus de cela vous sauvegardez l’Abeille Noire. Merci pour vos soutiens

L'apiculteur : Frédéric GOFFIN

UTPLA apiculteur Frédéric GOFFIN

Je suis apiculteur en Belgique dans la province de Namur, passionné par le monde des abeilles.

Comme il est pour moi tout aussi important de produire du miel que de bien connaitre le comportement de l’abeille dans sa ruche
et dans son environnement naturel proche, j'ai décidé pour améliorer mes connaissances, de suivre un cursus de deux ans et de
peaufiner ce dernier par un cours spécifique sur l’élevage de reines.
Ce qui me permet d’élever moi-même les reines qui peuplent les futurs essaims dans la perspective d’augmenter mon cheptel pour
atteindre 40 à 50 ruches d’ici quelques années.

Mon souhait est d’apporter une brique en plus à la maison « abeilles ». En effet si ces petites bêtes venaient à disparaître,
ce sont près de 80% des espèces végétales qui pourraient disparaître de la surface de la terre.
A la base de l’équilibre des écosystèmes, elles représentent plus de 35% de nos ressources alimentaires…
Il faut donc en élever de plus en plus et les protéger.

Le temps d'une pause...

Chers parrains,
Je vous présente tout d’abord mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui débute.
 La fin de saison d'été 2019 a été très bonne dans notre région (sud de la Belgique), un miel de qualité exceptionnel, des quantités de miel
exceptionnelles et le plus important, des abeilles en bonne santé pour affronter l'hiver.

Nous avons été le plus prudent possible et avons essayé d'agir au mieux en début d'automne contre le parasite le plus agressif de l'abeille
(le varroa destructor) pour essayer de garder nos abeilles en bonne santé pour affronter cet hiver.

Actuellement, nos petites protégées sont au repos et c'est à nous 'apiculteurs' de nous assurer qu'elles ne manquent de rien en vérifiant de
temps en temps le niveau de nourriture pour pouvoir réagir au plus vite en cas de problème.
Si nos avettes se reposent, l'apiculteur lui, reste très actif durant cette période : formations, réparation des ruches, du matériel, préparation
de la saison à venir, mise en pot, envoi des colis, nettoyage des ruchers ...

Malgré tout cela, c'est pour nous apiculteurs toujours un plaisir et une joie de faire gouter nos miels aux amateurs et surtout de partager
notre passion avec vous tous.

Nos/vos abeilles vous remercient de vos parrainages, qui nous permettent (nous apiculteurs) d'essayer d'améliorer leur situation.
Je vous souhaite à tous une très bonne année 2020
Frédéric

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Vignette

Le rucher de Vignette

Je dispose aujourd'hui de plusieurs ruchers dans la commune de Floreffe (Province de Namur) et de ses alentours.
 
Les ruchers sont placés à des endroits stratégiques ou une étude des plantes mellifères a été faite pour pouvoir donner à manger à nos petites protégées
le plus longtemps possible et dans des conditions favorables pour elles.

J'ai aussi un rucher d'élevage de reines proche de la Miellerie, car cette activité demande beaucoup de temps et surtout beaucoup d'opérations, mais grâce
à ce rucher nous pouvons améliorer la génétique de nos reines pour l'acclimatation des nouvelles conditions météorologiques à venir et surtout améliorer
l'aspect hygiénique de nos abeilles pour combattre l'acarien 'Varroa Destructor' qui est une catastrophe pour leur survie.
 
Suite à la demande en miel de plus en plus conséquente chaque année, le nombre de ruche ne fait que d'augmenter d'année en année, mais souvent nous
devons faire des essaims supplémentaires pour pallier les pertes hivernales.

Mon activité est semi-professionnelle, car en Belgique il est très difficile dans vivre et surtout le risque de perdre son cheptel est trop élevé, mais ce qui me
fait continuer dans cette voie est la passion pour cet insecte vraiment incroyable et fascinant et surtout de pouvoir retransmettre aux générations futures
mes connaissances apicoles et l'importance de protéger les abeilles (domestique et sauvage), car sans elles nous mourrions de faim.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en février ?

Commençons le mois de février avec une nouvelle qui ravira les défenseurs de la biodiversité : depuis le 1er janvier 2020, un décret paru au Journal Officiel interdit la commercialisation en France de deux pesticides de la famille des néonicotinoïdes, fabriqués à base de sulfoxaflor. Apparus dans les années 1990, les néonicotinoïdes sont devenus les insecticides ...




Imprimer la page

Retour