GRILLON D'OR

Les ruches en images

  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D
  • La ruche GRILLON D

L'apiculteur : Pierre Antoine et Mathieu COUVREUR - DECOSTER

UTPLA apiculteur Pierre Antoine et Mathieu COUVREUR - DECOSTER

Nous nous sommes rencontrés (Pierre-Antoine et Mathieu) en 2000 sur les bancs de l’université avant de devenirs amis et créer notre entreprise.
Nous avons tous deux un diplôme d’agronome et avons travaillé dans des secteurs différents avant de se retrouver dix ans plus tard autour d’une passion commune : l’apiculture.
Mathieu : Après mes études en agronomie, j’ai travaillé dans le secteur de l’alimentation animale et me suis beaucoup intéressé à la prévention des maladies dans le cadre de l’élevage.
Une expérience particulièrement importante pour la bonne santé des abeilles pour lesquelles j’ai développé une passion.
Pierre-Antoine : La découverte de l’apiculture s’opère dès l’adolescence pour moi, alors que je commence mon « écolage » auprès d’un ami de la famille qui possède des ruches.
Après quelques mois d’apprentissage, je possédais déjà ma propre colonie. Depuis lors, mon enthousiasme n’a fait que s’accroître au fil des ans.

Notre philosophie
"Beelgium est une entreprise à taille humaine animée par la passion du travail bien fait, toujours dans la bonne humeur. Pour Beelgium, produire du miel n’est pas qu’une question économique mais bien une question écologique. En participant à la bonne santé des colonies d’abeilles en Belgique, on renouvelle le cheptel et on prend soin de notre environnement. Notre objectif ? Produire du miel belge, de qualité, tout en favorisant le soin de notre environnement. "

Des nouvelles de Pierre Antoine et Mathieu, vos apiculteurs

Chères marraines, chers parrains. 

Ces derniers jours, nous avons pu terminer le tour de visites de nos colonies après l'hiver.
 
Dans l'ensemble ça s'est pas trop mal passé, certaines sont déjà très populeuses, d'autres ont besoin d'un peu de temps encore.
 
On a profité d'un joli mois de mars pour mettre nos trappes à pollen et récolter le pollen de saule, qui est vraiment délicieux.
 
Le temps de la transhumance à commencé et nous déplaçons nos colonies sur les champs de colza où elles pourront profiter d'entrées massives de pollen indispensables au bon développement de la colonie.
 
L'élevage de reine n'a pas encore commencé mais nous avons mis des cadres spéciaux pour avoir des mâles le plus tôt possible dans la saison, ces cadres à mâles sont maintenant pondus et operculés, l'élevage va bientôt commencer.
 
D'un point de vue opérationnel, nous avons aussi déménagé dans un nouveau lieu, dans la grange du chateau de Mielmont; un endroit paradisiaque où nous vous accueillerons très volontiers les 25 et 26 juin à l'occasion des fermes ouvertes.
 
L'équipe s'est également agrandie. Colin nous a rejoint à temps plein en octobre et Camille vient tout juste de commencer à mi-temps; L'ambiance est bonne.
 
À bientôt
 
Pierre-Antoine et Mathieu
 
  
 
 
 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Beelgium

Le Rucher de Beelgium

En intégrant le réseau Un Toit Pour Les Abeilles, nous souhaiterions partager notre passion avec des marraines et parrains engagés, tout en augmentant notre cheptel.
Les colonies profitent d’une flore belge, qui ressemble à celle du nord de la France, avec quelques zones agricoles en colza, luzerne, phacélie et des zones sauvages de tilleul, bruyère callune, saule.
Si vous souhaitez nous rejoindre sur les réseaux sociaux, nous vous partageons avec plaisir notre page facebook https://m.facebook.com/beelgiumbee/

L'apiculteur : Cyrille ANCERY

UTPLA apiculteur Cyrille ANCERY

Je m'appelle Cyrille. J'ai 29 ans.
Malgré mon jeune âge, je suis apiculteur depuis quelques années déjà.
Mon exploitation comporte environ 150 colonies. Les abeilles avec lesquelles je travaille sont adaptées à l’environnement naturel berrichon. Elles sont particulièrement douces et j’ai plaisir à travailler avec elles au quotidien en toute confiance.

Mes ruches sont "Dadant". Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille. Plus que cela, je veux montrer que l'on peut collaborer avec le monde agricole et ainsi s'inscrire dans une démarche de respect mutuel entre "apiculteurs" et "agriculteurs".
Ainsi, j’installe, en accord avec des agriculteurs des colonies sur des champs de cultures non traités. Cette opération a pour objectif de créer un rapport "donnant donnant", avec les agriculteurs et de faire doucement évoluer les pratiques agricoles pour tendre vers une pratique plus vertueuse et respectueuse de notre environnement. Tout naturellement, j’ai souhaité rejoindre le réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles pour proposer mes ruches en parrainage et créer ainsi un véritable cercle vertueux entre les abeilles, la filière et vous, parrains des ruches…

Un début de saison très prometteur

Chers parrains, quelques nouvelles à mi saison de printemps.

Un début de saison très prometteur avec une météo particulièrement favorable à nos chères abeilles. Cela faisait bien longtemps que nous n'avions pas eu de telles conditions météo au printemps et les abeilles ont pu vraiment travailler et en profiter pleinement.

Le miel de printemps sera bel et bien présent cette année pour vous remercier encore de votre soutient.  Ce beau temps a cependant créé un manque de pluie assez fort et les prochaines fleurs à venir pour Juin vont cruellement  manquer de nectar si nous n'avons pas quand même un peu de pluie.

Nous espérons que la saison apicole va continuer sur cette bonne voie et nous ne manquerons pas de venir vous donner quelques nouvelles d'ici peu.

Vous pouvez me suivre sur mon Facebook avec quelques vidéos et photos de notre quotidien aux ruches sur mon compte  " Les Ruches du Berry - Cyril Ancery "

Un grand merci encore à vous soutien.

Bzzzz

 

Voir toutes ses actualités

Les ruches du Berry

Les ruches du Berry

Mon exploitation est basée dans le BERRY, dans le département du Cher (18140) entre Sancerre et le Val de Loire.
J'ai la chance de pouvoir profiter d'une flore très diversifiée et ainsi pouvoir récolter divers miels.

Je récolte notamment un miel crémeux de Printemps. Je récolte aussi du miel d'Aubépines, de l'Acacia, du miel d'Eté, ou encore du Forêt et du Tournesol. Plus original encore, je récolte du miel de Carotte :-)

L'apiculteur : Benjamin BUREAU

UTPLA apiculteur Benjamin BUREAU

Benjamin est un jeune apiculteur "Piqué" par les abeilles en 2014 grâce à un ami.
Il a désormais l'envie que cette belle activité qui est aujourd’hui une passion, prenne de plus en plus de place dans sa vie.

En reconversion professionnelle, Benjamin a exercé 10 ans dans le tourisme d’affaires, puis à souhaité s'orienter vers une activité plus proche de la nature et de ses valeurs.
Il a obtenu en 2015 son Brevet Professionnel d'Exploitation Agricole en apiculture et souhaite développer chaque année son cheptel pour s’installer en tant que professionnel d'ici quelques années (125 ruches en Corse).
Son objectif est principalement de faire de l'élevage de reines et la création d'essaim pour développer son cheptel.

Il dispose aujourd'hui de 80 ruches peuplées d'abeilles noires d'écotype Corse, qui s'épanouissent sur les maquis de Haute Corse.

Il construit lui-même ses ruches et hausses à miel et fabrique une peinture écologique à base de farine dit "suédoise" pour protéger ses ruches.

Quelques nouvelles de vos abeilles

Chers parrains bonjour !




Tout d'abord je tiens à vous demander pardon pour cette longue période sans nouvelles.
J'ai eu quelques complications personnelles ces derniers mois, et j'ai ensuite été rattrapé par le début de saison qui m'a laissé peu de répit.


Enfin je prends le temps de vous écrire quelques nouvelles de vos protégées.

Cette année, je suis particulièrement surpris par la résilience de nos abeilles.
La sortie d'hiver a été un peu compliqué, et les ruches en mars étaient en souffrance.
Habituellement très populeuses dès le début du mois de mars, cette année on découvre de petites colonies, avec des réserves très limitées.
Le manque de pluie durant de long mois a fait souffrir le maquis, la bruyère n'a pas ou très peu fleuri, et donc les ruches ont eu du mal à se développer.
Et puis la pluie arrive courant avril, suivie de températures clémentes, et là c'est l'effervescence.
En quelques semaines, les ruches sont méconnaissables, belles et en développement.
Tout ça est très beau à observer, mais le problème est que pour l'instant pas de miel de printemps à récolter... 
J'espère quand même réussir à récolter quelque chose d'ici une dizaine de jours, mais ça ne sera pas exceptionnel.

Comme j'ai eu des pertes un peu plus importantes que d'habitudes durant la saison dernière et l'hiver, un de mes objectifs cette année était de créer des essaims en quantité.
C'est donc, en partie, ce qui m'occupe pas mal ces dernières semaines.
La création d'essaims consiste à prendre 2 ou 3 cadres d'abeilles à une ou plusieurs ruches,
ainsi qu'un cadre de réserves de miel et pollen, et de les mettre dans une autre ruche, éloignée de plusieurs kilomètres de leurs ruches d'origine.

J'y introduis ensuite une reine vierge, que j'ai élevé en parallèle.
L'élevage de reines est un passage quasi indispensable de nos jours, pour avoir un peu de contrôle sur la génétique de son cheptel,
et donc tenter de reproduire des reines de qualité, douces, productives, qui n'essaiment pas etc...


Très rapidement, l'élevage de reines consiste en confiant des très jeunes larves d'une souche d'abeilles qui nous intéresse, à une population d'abeilles orpheline.
Ces abeilles ont donc d'instinct l'unique but d'élever des reines, garants de la survie de la colonie orphelinée.


On récupère ces jeunes reines à la naissance, vierges, et les introduisons dans nos essaims préalablement constitués.
Si tout va bien, cette reine sera acceptée par l'essaim, se fera fécondée par plusieurs mâles lors de son vol nuptial, et 2 à 3 semaines plus tard,
on peut constater un début de ponte et donc le développement d'une nouvelle colonie.

J'espère que je ne vous ai pas perdu avec ces explications un peu techniques :)

Sinon autre occupation des jours à venir, préparer la miellée de châtaignier qui commence généralement mi-juin.
Il faut donc débroussailler les terrains que j'ai pu trouver au cœur des belles châtaigneraies corses, y amener des palettes pour accueillir mes ruches que je transporterai d'ici 15 jours.

Et puis il va y avoir l'extraction du miel de printemps, la mise en pot et l'étiquetage, la commercialisation, les livraisons... bref de quoi pas s'ennuyer !

Voilà ce que je pouvais vous dire de mon actualité de mi-mai ! Je vous remercie de m'avoir lu jusqu'au bout, et je vous remercie surtout de continuer à me suivre dans les parrainages !

A très bientôt !

Benjamin

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Castellaccia

Le rucher de Castellaccia

Ses ruches sont situées à une vingtaine de km au sud du Bastia au coeur du Maquis.

La nature y est généreuse et ses abeilles ont un terrain de jeu exceptionnel pour butiner toute l'année.

Les miels corses sont issus de fleurs sauvages et spontanées en grande majorité.


Le maquis tout proche est riche en bruyère, romarin, thym, asphodèle...et permet de produire de beaux miels de printemps.

Vers mi juin, certaines ruches sont transhumées sous des chataigneraies de Haute Corse pour y produire un miel ambré et typé qu'est le miel de chataîgnier. 
A la fin de l'été, elles descendent un peu plus en plaine pour y produire un miellat de metcalfa: un miel foncé, caramélisé aux arômes de fruits murs, réglisse ou encore caramel.
Enfin, à l'automne, les arbousiers fleurissent et leur assurent de bonnes réserves pour l'hiver.

Selon les récoltes qui dépendent de l'abondance des floraisons, Benjamin vous proposera un assortiment de miel de printemps, miel de chataîgnier, miellat de maquis plutôt "corsé",  et/ou metcafla.

Benjamin est adhérant du Syndicat AOP Miel de Corse, et ses miels ont donc le label "AOP Miel de Corse".
Ce label de qualité impose à l'apiculteur un cahier des charges précis et exigeant, assurant au consommateur un produit d'exception.

L'apiculteur : Alexis CHINOUILH

UTPLA apiculteur Alexis CHINOUILH

Je m'appelle Alexis, j'ai 57 ans, j’ai débuté l’apiculture en amateur en 2011.
J’ai acheté mes deux premières ruches aux Ruchers de Lorraines et deux autres m’ont été offertes…
J’ai ainsi fait grandir une dizaine de colonies en 2012 chez moi, sur mon terrain (j'ai 2 Ha de
terrains à LE PUID ).
Puis de 10 colonies je suis passé à 20 en 2013.
J’ai pris ma retraite professionnelle et me suis reconverti en 2014 (lycée agricole de VESOUL).
J'ai obtenu mon BPREA (Brevet professionnel de responsable d'Exploitation agricole - option
Apiculture) en juillet 2014.
D’ailleurs j’ai été stagiaire de Sarah, l’apicultrice vosgienne d’Un Toit Pour Les Abeilles…
J’ai gardé une très belle relation personnelle et professionnelle avec Sarah.
Aujourd’hui je compte quelques 100 ruches en abeilles noires, abeilles endémiques de la région.
J’aide ainsi à sa préservation car il n’en reste en France que 10% à peine !
Je suis donc actuellement pluriactif, je travaille seul, j'élève mes reines naturellement par divisions successives chaque année pour en renouveler suffisamment.
Je suis titulaire du diplôme de TSA (Technicien sanitaire en apiculture) délivré par la FNOSAD
(Fédération nationale des organisations sanitaires départementales - voir leur site internet)
Ma raison sociale commerciale est Le Rucher du Raybois -www.lerucherduraybois.fr -site
débutant en 2019 .
Je fais partie du syndicat apicole Les Ruchers Vosgiens (100 adhérents ) et du syndicat de
l'AOP miel de sapin des Vosges ( voir le site internet tout est explicité).
Mes ruches étant en sédentaire dans la montagne vosgienne, je ne produis que du miel de sapin ou à défaut de montagne.
mes abeilles sont à l'abri des pesticides, dans une zone géographique de montagne (10Km autour de chez moi maxi) ne possédant aucun agriculteur en intensif.
C'est un choix personnel d'une aire exempte de produits nocifs pour les abeilles et restant à l'état d'îlot de biodiversité préservée.

Une petite citation qui me ressemble je pense : " les abeilles sont loyales , alors sois-le toi même avec tout ton entourage! "

La saison 2022 démarre mieux que celle de 2021 !

La saison 2022  démarre mieux que celle de 2021 !

J'ai travaillé dur pour remonter mon cheptel de ruches en faisant de l'élevage et en investissant dans  de nouvelles colonies pour renouveler le potentiel génétique de mes abeilles.

J'espère que la miellée de sapin qui a commencé ne va pas s’arrêter trop rapidement.

Le dimanche 5 juin la pluie est revenue de même que ce jour le 07 juin. 

Cela fait du bien à la forêt, mais a contrario les nuits sont fraîches (11°C) pour nos abeilles.

Ma porte ouverte est prévue le samedi 13 juin 2022 : sept personnes se sont inscrites et il y a encore un peu de place.

Je suis content de faire connaissance avec les parrains , marraines à chaque fois.

C'est un moment de partage important et d'explications sur l'apiculture.

A bientôt  Alexis .www.lerucherduraybois.fr

Voir toutes ses actualités

Le Rucher du Raybois

Le Rucher du Raybois

Aujourd’hui, mon objectif principal avec le parrainage de ruche c’est de sensibiliser sur la défense de l'abeille noire locale.
Je produits deux miels : Un miel de Sapin des Vosges en AOP ou de Montagne.
Mes ruches sont en zone de Montagne - LE PUID est situé entre 500m à 600m en montagne vosgienne. J’ai également des ruchers sur les communes environnantes (BELVAL, MENIL DE SENONES, DENIPAIRE ST-JEAN-d'ORMONT, BAN DE SAPT)
LE PUID fait partie du massif Vosgien exceptionnel par sa diversité florale, de biotope granitique et gréseux alterné, de forêts de sapins blancs Picéa Alba (à tort appelé sapin noir en raison de la proximité allemande de la forêt noire). Il est aussi composé d’épicéas et d’une multitude de races de pucerons endémiques des sapins, apportant fin mai jusque parfois septembre plusieurs miellées successives de miellat de sapin récolté par les abeilles sur les aiguilles des sapins (c'est l'exsudat des pucerons) voir mieldesapindesvosges.fr

L'apiculteur : Sébastien GIRAUDET

UTPLA apiculteur Sébastien GIRAUDET

Sébastien est apiculteur en Charente Maritime et 4ème de sa génération sur la commune de Charron.

Après avoir constaté des pertes annuelles de ruches de l'ordre de 50% par an à cause de l'utilisation massive de pesticides, Sébastien décide de se tourner vers des pratiques biologiques.

En respectant le cahier des charges d'une apiculture bio, ce dernier obtient le label agriculture biologique sur ces ruches cependant, la proximité de cultures conventionnelles ne lui permet pas la certification AB de son miel.

Sébastien exerce aussi une activité de maraichage bio avec une production de légumes de saisons et de fruits (poires, framboises...)

Un beau début de saison

Bonjour chères marraines, chers parrains.

Voici quelques nouvelles de nos petites protégées
Les premières récoltes de l'année sont sur le point de s'achever.
Les abeilles s’en sont données à cœur joie !

La première miellée de printemps a été correcte mais le gel tardif et la sécheresse sont venus contrarier les suivantes.
Place dorénavant aux miellées d'été.
Les abeilles se portent bien, il semble vouloir pleuvoir un peu, nous croisons les doigts.

Bien amicalement.
Sébastien

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Charron

Le rucher de Charron
La ruche se trouvera à proximité de la commune de Charron en Charente Maritime en plein cœur du Parc inter-régional du Marais Poitevin en Val de Sèvre et en Vendée.

Les abeilles de Sébastien sont des Apis Melifera Melifera ou abeilles noires.

Ce lieu bénéficie d'un des meilleurs ensoleillements de la façade atlantique.
Ses ruches sont disposées sur plus de 4 ha de terrain.

Le miel, issu de bocages, bois et haies est un miel toutes fleurs. Il est composé de fleurs des marais, tournesol, colza, prunelier avec des notes de châtaigner et acacia. Il s'agit d'un miel de consistance cristalline (solide) à crémeuse avec un grain très fin. Son gout parfumé et acidulé plaira à tous; il est parfait pour être dégusté sur des tartines ou pour accompagner vos recettes.

L'apiculteur : Rémi FELICIANNE

UTPLA apiculteur Rémi FELICIANNE

J’ai été apiculteur amateur pendant 10 ans, puis je suis passé professionnel en 2017.
J'ai une formation d'éducateur environnement. Je suis également diplômé de l'école d'apiculture de Vesoul, et suis formé à la production de gelée royale.
J'ai effectué mon stage chez Philippe KINDTS, dans le Gers, lui-même déjà apiculteur du réseau Un toit pour les abeilles.
Il m’a beaucoup aidé dans mon orientation vers l’apiculture professionnelle.

J'ai commencé avec 2 ruches au fond de mon jardin grâce à un ami qui m'a montré les premiers gestes en apiculture.
J'ai ensuite augmenté mon cheptel très rapidement, et je possède aujourd’hui une centaine de ruches notamment de race Buckfast et de l'abeille noire.

Je suis en conversion bio et dès 2019, ma production sera labellisée !
J'ai travaillé pendant huit ans pour une enseigne BIO. C’est pour cela que j'ai une sensibilité particulière pour l'agriculture biologique, et que naturellement mes ruches sont élevées selon ce mode.
J’ai souhaité tout naturellement rejoindre Un toit pour les abeilles, parce que j’ai envie de vous partager ma passion et vous faire découvrir notre univers, tout en protégeant nos précieuses abeilles.
J’ai même transmis le virus des abeilles à mon beau-frère, Frédéric, qui m’épaule aujourd’hui dans mon activité !

Un petit tour de notre exploitation !

Chéres marraines, chers parrains,

Nous voici bien avancé dans l’année 2022, et nous pouvons dire que ce début de saison est meilleur que l'année 2021, qui fut chaotique pour l'apiculture Française en général.

Nous n'avons donc pas échappé à la règle, mais nous sommes toujours là, toujours passionnés, et toujours motivés.


Dans cette petite lettre nous allons parler un peu de nos évolutions pour faire un petit tour de notre exploitation.

Présentation générale :


Nous sommes deux associés, Fréderic Jolly, et Rémi Felicianne. Nous gérons une exploitation de 200 ruches transhumantes. Nous proposons différentes sortes de miels, de produits de la ruche ainsi que des produits transformés. Nous effectuons 90 % de notre commercialisation en vente directe, sur les marchés de plein vent, foires de noël...

La pollinisation :

Depuis trois ans, nous avons, cette année encore, porté nos ruches près d’un champ de colza semence afin qu’il soit pollinisé. Les agriculteurs qui produisent de la semence font appel à nous pour optimiser la pollinisation de leurs cultures afin d'augmenter la quantité et la qualité de leurs graines.
Nous avons eu, cette année 3 contrats :
80 ruches pour du colza semence
12 ruches pour de la carotte semence
15 ruches pour du chicon semence.

Pour nous ces contrats sont très importants car nous facturons le service, et si le temps le permet nous faisons un peu de miel.

 

 

Le miel :

Nous produisons différentes sortes de miel : printemps, acacia, forêt, châtaignier, été, bruyère, pastel, carotte,
Pour en savoir plus sur notre activité apicole vous pouvez nous suivre sur les réseaux sociaux :
https://www.facebook.com/lesruchersdefely/
https://www.instagram.com/lesruchersdefely/

 

Un Toit Pour Les Abeilles :

Nous faisons deux envois par an : un au printemps et un autre à l'automne.
Pour nous, ces envois sont très importants.
En effet, ils nous permettent de distribuer du miel dans toute la France, cela nous permet également de pouvoir toucher un grand nombre de consommateurs amateurs de notre miel !
C'est pour nous une vraie joie de préparer les colis de nos parrains chaque année et de nous rendre compte du soutien de tous nos parrains ainsi que d’Un Toit Pour Les abeilles.

Voici une petite présentation de notre exploitation en juin 2022.

Pour l'instant, la saison se présente pas trop mal, mais il est encore trop tôt pour faire un bilan. Il reste encore beaucoup de miellée à récolter, et la canicule qui s'annonce ne nous rassure pas beaucoup.
Nous restons totalement dépendant de la nature, des conditions climatiques, ainsi que des pratiques agricoles environnantes.
Au fil des années, notre exploitation prend sa place dans le paysage local. Nous nous perfectionnons d'un point de vue technique et commercial.
Nous souhaitons pour l'avenir continuer à développer notre cheptel, pour pouvoir proposer tout au long de l'année une large gamme de miels.
Nous souhaitons continuer à développer notre partenariat avec nos consommateurs, nos agriculteurs, et bien sûr Un Toit Pour Les Abeilles.

Un grand merci pour votre soutien !

Fréderic et Rémi

 

Voir toutes ses actualités

Les ruchers de Fely

Les ruchers de Fely

Le rucher se situe à Astaffort, un petit village du Lot et Garonne pas tellement connu pour son miel, pourtant très savoureux, mais surtout pour être le village natal de Francis Cabrel, un enfant du village qui habite toujours sur la commune.
Nous avons la chance, Frédéric et moi, d’adoucir la voix du chanteur grâce à notre miel justement…
La région Astaffortaise est une région de polycultures élevages. Le paysage est essentiellement agricole et vallonné, un mélange de cultures et de prairies. Quelques bois matérialisent le haut des collines.
Aujourd'hui j'ai à peu près une centaine de ruches dites « Dadant », transhumantes et sédentaires.
Je transhume essentiellement pour l'acacia en bordure des Landes de Gascogne, et pour le châtaignier en Dordogne.
Nous produisons ainsi différentes variétés de miel : Fleurs de Printemps, Fleurs d’Eté, Acacia ou encore Châtaignier…
Nous produisons aussi du pollen, de la propolis, du pain d’épices, différentes préparations à base de miel.

L'apiculteur : Denis SIGUIER

UTPLA apiculteur Denis SIGUIER

Je suis originaire de Corse et pratique l’apiculture depuis 1998.
J’ai d’abord été initié et formé à l’apiculture par un ami apiculteur professionnel.
Travaillant dans la conservation des variétés fruitières et légumières locales et la sauvegarde des savoir-faire traditionnels,
j’en ai profité pour développer mes connaissances en apiculture auprès des anciens.
Puis j’ai franchi le pas et décidé de devenir apiculteur professionnel, mais après plusieurs années de travaux,
mon cheptel a été totalement détruit par un immense incendie qui a ravagé le Cap Corse…

Titulaire d’une solide formation agricole Bac agricole (Agronomie, aménagement-environnement),
du brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (en apiculture),
d’un BTS agricole Gestion et Protection de la Nature (spécialité Gestion d’Espaces Naturels),
et d’une formation d’Ingénieur Ecologue, j’ai recommencé à zéro et choisi de créer mon exploitation en Charente (en Agriculture Biologique).
Ma connaissance de la nature me permet de sélectionner les meilleurs environnements non seulement pour produire des miels AB de qualité,
mais aussi pour contribuer activement à la conservation de la nature et de la biodiversité.

Je suis actuellement en cours de constitution de mon cheptel et d’installation agricole (prévue mi 2019).
Les abeilles, la nature et moi, avons aujourd’hui besoin de votre soutien !

Activité réalisée dans le cadre d’un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise au sein de Champs du Partage,
association loi 1901, SIRET : 812 624 161 00012
siège social : Maison de l'Economie Sociale et Solidaire,
07 rue Sainte-Claire Déville, 79000 NIORT - Terme du Contrat CAPE 2 Juillet 2019.

Visite de rucher et découverte de la Vallée de l'Or - La Ruche.Bio

Réservé aux marraines-parrains de ruches Un Toit pour les Abeilles et leurs familles. 

N.B. : pour marraines et parrains particuliers et entreprises avec moins de 3 ruches (des visites dédiées à l'entreprise sont organisêes sur demande pour les parrains de plus des 3 ruches)

Rendez-vous le 22 Mai, à Champagne-Mouton (16 350) en Charente Limousine pour une rencontre avec votre apiculteur Bio et les abeilles.

Le rucher est situé à proximité de la ferme, dans une vallée préservée à découvrir.
Une petite marche avec l’apiculteur (400 m) permettra de s'imprégner de l'ambiance de la vallée pour découvrir le rucher dans de bonnes conditions.

Au programme :
   - pique-nique de midi en commun dans la vallée, dégustation de miels et autres produits de La Ruche.Bio,
   - découverte de l'environnement et du rucher,
   - présentation des spécificités de l'apiculture Biologique,
   - découverte de la ruche et du travail de l’apiculteur,
   - ouverture de ruches, observations des abeilles et de leur travail.
   - ouverture de ruche par les parrains qui le désirent (avec accompagnement de l’apiculteur).

   - possibilité de visite libre de la vallée après le temps d'accueil au rucher.


Cette journée dédiée à l'apiculture est gratuite.


Consignes à respecter : prévoir vêtements adaptés (chaussures hautes ou montantes, pantalon épais et ample, veste manches longues, casquette ou chapeau).
Des vareuses apicoles seront prétées
Prévoir svp des gants épais pour protéger vos mains.

Age minimum ; enfants raisonnables de plus de 150 cm pour l'accès au rucher.

Allergiques aux piqûres d’abeilles ou personnes ayant déjà fait des chocs toxiques s’abstenir bien entendu ;-)

N.B : votre Maître apiculteur Bio est aussi Technicien Sanitaire Apicole (diplôme donnant le statut de formateur en apiculture), berger (brebis et agneaux de race Solognot à découvrir), Ecologue (avec une démarche de conservation de la biodiversité en patenariat avec Un Toit pour les Abeilles et le Conservatoire des Espaces Naturels de Nouvelle-Aquitaine), Sapeur-Pompier (visites en sécurité avec secouriste sur place assisté d'une apicultrice surveillant le bien-être des invités pendant l'ouverture des ruches).

Rendez-vous sur la page de nos portes ouvertes pour vous inscrire : https://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes

Au plaisir de cette rencontre !
Pour La Ruche.Bio,
Votre apiculteur, Denis

Voir toutes ses actualités

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher parrainé par un « Toit pour les abeilles » est situé au cœur d’une vaste forêt (3 km de rayon) afin de garantir la production de Miels Bio.
Cette forêt de Charente Limousine est classée en ZNIEFF de type 1 (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique)
au sein d’un vaste ensemble naturel avec rivières, prairies et boisements (classé en ZNIEFF de type 2).

Ce rucher environné de feuillus et de résineux est un véritable sanctuaire pour les abeilles
qui y trouvent toute l’année des ressources de qualité !
Ce rucher permet de produire des Miels certifiés AB (Agriculture Biologique – France, certification par Ecocert)
de Châtaigner, Acacia, Forêt, voire de Ronce et Callune (« Bruyère »).
Des miels authentiques issus de la flore naturelle !

L'apiculteur : Isabelle MANSAIS

UTPLA apiculteur Isabelle MANSAIS

La Papillonne est une entreprise apicole créée en 2010. Elle tient son origine à une passion forte que j’ai eu très tôt pour les abeilles…
Je suis installée depuis 9 ans à présent. Juste avant ce projet apicole, j’étais technicienne / responsable en élevage porcins.
Dans mon jeune âge j’ai fait un BTS ACSE à Bourges.
Actuellement, je compte quelques 200 ruches sur plusieurs ruchers et j’élève mes propres reines.
Aujourd’hui, face aux pertes annuelles qui touchent toute la filière, j’ai besoin d’augmenter mon cheptel pour parer aux pertes annuelles et améliorer la qualité de mon travail (achats de matériels etc…).
C’est la raison pour laquelle j’ai souhaitais participer à l’aventure d’Un Toit Pour Les Abeilles.
Je vous propose aujourd’hui de soutenir mon activité en parrainant des ruches chez moi.
Je voudrais aussi sensibiliser les personnes au milieu apicole et les informer des difficultés de notre métier. Parler de l’abeille, sa fragilité et son rôle essentiel dans la nature.
Et puis, j’aimerais que ma fille, qui prépare un BTS PA puisse me rejoindre sur l’exploitation.

Les beaux jours sont là

Bonjour à tous,

Nous voilà dans une phase de beaux jours et ils rallongent pour le bonheur de nos petites abeilles !!
Nous préparons activement le début de l’activité des abeilles, nous sommes en pleine visite de printemps.

Ses visites servent à contrôler si une reine est présente dans la colonie, contrôler la ponte, l’état des ruches...

Si les conditions météo le permettent nous espérons pouvoir récolter du miel d’acacia et ensuite du miel d’aubépine !

A bientôt !
Isabelle

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de la Papillonne

Le Rucher de la Papillonne

Nos ruches se situent sur plusieurs ruchers distincts pour bénéficier de floraisons variées.
Principalement sur deux secteurs qui se démarquent par rapport aux autres…
Le premier se situe au niveau de l’exploitation.
Les abeilles peuvent y apprécier différentes floraisons riches et variées : Acacia, Châtaignier, Tilleul, et toutes Fleurs.
Le second rucher se situe à 15km environ. Les abeilles y butinent principalement du Châtaignier ainsi que du Forêt.

L'apiculteur : Alban GORE

UTPLA apiculteur Alban GORE

Alban est installé au cœur des Corbières, dans l'Aude, où l'apiculture a connu son apogée avec les romains qui installés ici, pratiquaient la culture de la vigne et des abeilles.

Après avoir commencé en 2000 à constituer son cheptel et fabriqué ses premières 150 ruches, il obtient en 2001 son BPREA (Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole) apicole en alternance et, en 2007, il reprend l'activité en professionnel de son oncle apiculteur qui part en retraite. Il récupère alors les ruches et le matériel de miellerie.

Il est convaincu que les abeilles doivent garder un cycle proche du cycle de leur écotype (environnement) et de fait, effectue la transhumance très raisonnablement (Aude et départements limitrophes).
Il vend sa production localement puisqu'il est présent sur les marchés de Carcassonne et de Lezignan Corbières quasiment toute l'année. Du producteur au consommateur !!

Les abeilles vont bien

Bonjour chers parrains,

Après un hiver sans réel froid, les abeilles vont assez bien cette année chez moi.

J’ai pu, ce printemps, faire pas mal d’essaims qui, après bien des péripéties, s’en sortent bien.

La production de miel reste faible et la période de l' essaimage a été très intense mais la santé des abeilles compense.

Actuellement je transhume les ruches sur les châtaigniers dont la floraison va débuter bientôt.
Je vous mets quelques photos


 


A bientôt vous lire
Alban

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Massif des Corbières

Le rucher du Massif des Corbières

Alban travaille avec des ruches Dadant  10 cadres (modèle qui permet plus d'autonomie aux abeilles).
Il pratique l'élevage de reines  et crée ses essaims sur l'exploitation même.
Alban travaille depuis quelques années avec des Abeilles Caucasienne et Catalane, types d'abeilles se rapprochant le plus des abeilles "noires" dites locales que l'on ne voit plus dans les Corbières depuis longtemps.
Elles ont l'avantage d'être plus rustiques mais ne sont pas commodes par moment.
Installé au cœur des Corbières, l'environnement est constitué de Garrigues basses et plutôt sèches avec de très fortes températures  en été (40°C a 50°C sans problème) et beaucoup de vent (quand ce n est pas le "marin" c'est le "cers" fréquent avec ses rafales entre 50 et 80 km/heure).
Ce n'est pas pour rien que  les passionnés pratique la planche a voile sur littoral audois !!
Les abeilles ont d'ailleurs ici le comportement de voler à ras du sol, slalomant entre les genêts, scorpions et les romarins.
Les miels "phares" de nos Corbières sont le miel de romarin (plantes aux vertus merveilleuses mais aux miellées  précoces et aléatoires) et les miels de "garrigues", de printemps, d’été ou d'automne, suivant les saisons et les floraisons.
Les abeilles vont au fil du temps sur les romarins, les thyms, les dorycniums, les roquettes blanches, les clématites, les buplèvres, les lavandes sauvages et les sédums ou en fin de saison, sur les arbousiers, les lierres ou les inules visqueuses.
En plaine du coté de Carcassonne, là ou les cultures s’étendent, les abeilles pourront faire du miel sur le tournesol.
Viennent ensuite les miels de maquis ou de montagne faits de bruyère blanche, de serpolet, de ronce ou de bruyère cendrée ou callune ou même, de châtaignier (l'arbre à pain providence qui apporte l'énergie nécessaire aux jeunes essaims pour se préparer à l'hivernage).

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Les ruches vont bien !

Bonjour à toutes et à tous, 


Les ruches vont bien.

J'ai eu peu de mortalité hivernale cette année.

Dès le début du printemps, j'ai créé beaucoup de nouveaux essaims pour créer de nouvelles ruches. Alors, les divisions se sont bien passées mais la réussite est aléatoire pour créer de nouveaux essaims, c'est à dire que l'essaim n'arrive pas toujours à créer de nouvelles reines.

Ça dépend de la météo (pluie, vent, température, ...), du lieu, ... Globalement ça va, mais ça aurait pu mieux marcher. 

Le printemps a été très différent cette année, beaucoup mieux pour l'apiculture.

Il faut s'adapter aux conditions naturelles au fur et à mesure. 
Je suis en train de préparer les ruches pour les miellées de cet été, que j'espère importantes bien sûr !

Et je commence à poser les hausses dans lesquelles les abeilles entreposeront le miel.

Je fais tout pour qu'elles soient dans les meilleures conditions possibles.

Après, ça ne dépend plus de moi : je croise les doigts !

 

A très bientôt
Grégoire Heinrich

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Montagne Noire

Mondouzil est à une dizaine de kms de Toulouse.
C'est un petit rucher bien placé sur un petit terrain en pente.
Au niveau de la flore, on va trouver principalement du colza, de l'acacia, de l'aubépine, des ronces et du tournesol.
Les abeilles peuvent aussi récolter du miellat en été.

10 ruches sont installées et proposées en parrainage sur ce lieu.

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Les ruches vont bien !

Bonjour à toutes et à tous, 


Les ruches vont bien.

J'ai eu peu de mortalité hivernale cette année.

Dès le début du printemps, j'ai créé beaucoup de nouveaux essaims pour créer de nouvelles ruches. Alors, les divisions se sont bien passées mais la réussite est aléatoire pour créer de nouveaux essaims, c'est à dire que l'essaim n'arrive pas toujours à créer de nouvelles reines.

Ça dépend de la météo (pluie, vent, température, ...), du lieu, ... Globalement ça va, mais ça aurait pu mieux marcher. 

Le printemps a été très différent cette année, beaucoup mieux pour l'apiculture.

Il faut s'adapter aux conditions naturelles au fur et à mesure. 
Je suis en train de préparer les ruches pour les miellées de cet été, que j'espère importantes bien sûr !

Et je commence à poser les hausses dans lesquelles les abeilles entreposeront le miel.

Je fais tout pour qu'elles soient dans les meilleures conditions possibles.

Après, ça ne dépend plus de moi : je croise les doigts !

 

A très bientôt
Grégoire Heinrich

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Castelnaudary

Le rucher est situé sur la commune de Castelnaudary, proche de la Montagne Noire...
Les abeilles sont heureuses sur le rucher.
Elles peuvent apprécier une belle diversité florale, offrant des nectars et pollens variés.

Parmi les floraisons nombreuses, tout au long de l'année, celle de colza, d'aubépines, de carottes, d'oignons...
On y récolte aussi un savoureux miellat et du tournesol...

L'apiculteur : Arielle et Eric MAIDON

UTPLA apiculteur Arielle et Eric MAIDON

Eric : J'ai travaillé longtemps comme plombier chauffagiste. Mais quand j'ai eu 50 ans,
j'ai dit « Stop ! Maintenant je vais faire ce que j'ai envie de faire ! » et je suis reparti à l'école pour passer un BPREA d'apiculture.
Après avoir acheté 25 ruches en 2013, j'ai construit les autres et commencé à agrandir mon cheptel.
En 2018, celui-ci s'élevait à environ 200 colonies et obtenait une certification AB.
Arielle : J'étais institutrice depuis une trentaine d'années. J'ai pris ma retraite et je me suis engagée avec lui dans cette nouvelle voie.
Je donne un coup de main au rucher et à la miellerie, mais je m'occupe plutôt de la transformation (granolas, gâteaux, pâtes à tartiner...) et des marchés.
Je garde un contact avec l'éducation en animant parfois des ateliers de sensibilisation au peuple des abeilles, auprès des enfants d'âge scolaire.
Cette nouvelle vie nous satisfait, elle est cohérente avec nos envies d'écologie et de mieux vivre, et nous avons l'impression de contribuer à une alimentation plus saine avec nos produits !
Le parrainage de ruches avec Un Toit Pour Les Abeilles est pour nous une réelle opportunité de faire face aux difficultés auxquelles sont confrontées les abeilles et les apiculteurs de nos jours.
Merci pour tous vos parrainages !

C'est la période des essaimages

Bonjour à tous !
En saison, nous recevons fréquemment des appels de personnes qui se retrouvent en présence d'un essaim chez eux.
Ici, un essaim s'était installé dans un arbre creux ; Lorsque l'agriculteur l'a abattu et a commencé à l'ébrancher, les abeilles sont sorties.
Il a prudemment abandonné le chantier et nous a appelé.



Nous avons coupé la partie du tronc que nous pensions creuse dans l'idée de le rapporter chez nous et de faire une ruche-tronc.
Le trou était bien plus grand que prévu, et l'arbre tellement abîmé qu'il est parti en morceaux.
Nous avons donc récupéré les abeilles dans une ruchette qui est venue rejoindre le rucher de la Coumette.
Elles ont l'air de s'y plaire et ont accepté de rester !

A bientôt pour plus de nouvelles !
Arielle et Eric

Voir toutes ses actualités

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le rucher est situé chez nous dans le Gers, avec environ 200 ruches dont 160 actuellement en production.
Etant situés à l'intersection du Gers, de la Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées, nous sommes idéalement placés pour effectuer de petites transhumances vers des zones mellifères :
tilleul, châtaignier et suivant les années bruyère callune dans le piémont pyrénéen, acacia, tournesol et sarrasin en plaine.
Également colza et tournesol en miel conventionnel.

L'apiculteur : Fabien et Laurie GOURRAT

UTPLA apiculteur Fabien et Laurie GOURRAT

Au fil des années, face à une urgence environnementale de plus en plus présente et avec notre famille qui s’est agrandie,
nos parcours ont petit à petit convergé vers l’expérience d’un mieux vivre ensemble, proche des rythmes saisonniers.
Avec au cœur des interactions, sociétales, culturelles, naturelles & environnementales…. Les abeilles ! 
Véritables sentinelles de notre mère nature, elles sont à l’image de notre société, en dégradation.
« La vie n’est pas un tableau Excel ! » Laurie et Fabien G.

Fabien pratique l’apiculture depuis une dizaine d’année... Amoureux du miel, il rencontre des abeilles au Burkina Faso puis croise les ruchers colorés de Slovénie...
Un stage découverte de l’apiculture et hop ! voilà toute la famille embarquée dans l’aventure.
Habitant joyeusement quelques années en Creuse, un territoire préservé propice à l’apiculture,
nous avons eu la chance d’aller à la rencontre d’apiculteurs en parallèle de nos activités professionnelles.
En 2017, nous nous installons dans le Tarn-et-Garonne avec nos 3 enfants, et nos 50 ruches.
Fabien prend le statut d’agriculteur afin d’installer notre ferme familiale de production de miel, et de spiruline.
Notre objectif est simple, pratiquer une apiculture telle que nous l’aimons et la pratiquons, au rythme naturel des abeilles.

Nous avons développé au fil des saisons, une activité de transformation à partir de notre production apicole, une gamme d’épicerie « culture ouvrière » purement miel !
Nous proposons des biscuits, pâte à tartiner, granolas, miel à la propolis, etc.… un moyen d’expression singulière à travers notre production de miel.
A chaque saison, notre pratique est requestionnées. Nous développons peu à peu l’élevage de reines afin de maintenir la dynamique de notre cheptel malgré des pratiques voisines agricoles, souvent à revoir.

Un Toit Pour Les Abeilles est pour nous une belle initiative à laquelle nous sommes heureux de participer, faire découvrir notre métier, notre passion, partager et soutenir.

En plein cœur de la saison !

Bonjour à tous!

Nous sommes en plein coeur de la saison, c'est une belle année de miel qui est en cours !
Après les récoltes de miel de printemps réalisées dans les ruchers situés à proximité de la ferme, nous avons emmené les ruches sur nos deux ruchers de montagne.
Les abeilles sont aujourd'hui dans la Vallée du Lot pour le miel de châtaigniers et vers les Monts de Lacaune pour le miel de fleurs sauvages.
Avec les fortes températures, tout est allé plus vite cette saison et nous n'avons pas pris le temps de prendre beaucoup de photos mais nous prévoyons des visites dans les jours à venir : nous prendrons des photos pour les partager avec vous!

Pour vos commandes de miel, la palette est partie de chez nous la semaine dernière !
Désolés pour l'attente, nous avons eu des imprévus logistiques, les cartons d'envois se sont fait attendre!


Merci pour votre soutien,
A bientôt!

Laurie et Fabien

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Culture Ouvrière

Le Rucher Culture Ouvrière

Nous pratiquons une transhumance en relation avec notre territoire de vie, le pays midi-Quercy.
Des gorges de l’Aveyron pour l’acacia, de la vallée du lot pour le châtaignier,
nous allons également sur les monts de Lacaune pour une flore de montagne, sauvage et finissons la saison sur les causses blanches sur le tournesol.

Tous nos miels sont labélisés en agriculture biologique, y compris notre miel de tournesol.

L'apiculteur : Osama AHLASA

UTPLA apiculteur Osama AHLASA

Je n’ai jamais su vivre sans la nature et je n’ai jamais su me contenter d’une seule activité.
En Libye, ma famille a une exploitation maraîchère dans les montagnes et c’est là que mon intérêt pour le monde fascinant des abeilles est né.
En 2016 j’ai installé une vingtaine de ruchettes près de Tripoli et j'ai récolté une centaine de kilos de miel.
Je pouvais rester à observer les essaims pendant des heures pour mieux en comprendre l’organisation.
Rapidement, en France, alors que je n’étais encore que demandeur d’asile, à ma demande,
j’ai été mis en contact avec des apiculteurs du Tarn et autorisé à me rendre sur leur rucher pour comprendre et connaître la manière de travailler des apiculteurs français.
Ceux-ci ont eu la gentillesse de mettre deux ruches à ma disposition et dès ma première saison, j’ai extrait environ 50 kilos de miel de ces deux ruches.
M’occuper de ces ruches a été d’un grand secours moral pendant cette période difficile et récolter ce miel, une grande fierté.
J’étais surtout un activiste médiatique pacifiste luttant pour la cause du peuple Amazigh (berbère) victime d’oppression.
Ce sont les persécutions subies et liées à cette activité qui me valent d’être dorénavant en France avec ma petite famille.

Quelques mots de votre apiculteur

Bonjour à tous, 

Après avoir extrait le miel, j'ai enlevé toutes les hausses des ruches pour les traiter contre le varroa.

A l'approche de l'hiver, nous allons enlever les cadres dont les abeilles n'ont pas besoin et nous devrons aussi nous assurer qu'elles auront suffisamment de ressources alimentaires pour passer l'hiver. Pour le moment, nos abeilles se portent et se préparent pour passer l'hiver.

Merci pour votre soutien. Prenez soin de vous.

Amicalement.

 

Osama

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Terre d'Accueil

Le Rucher Terre d

J'ai 22 ruches dadant et 4 ruchettes à aujourd’hui.
Elles sont situées dans quatre ruchers différents dont trois à Rabastens et un à Couffouleux.
Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

L'apiculteur : Philippe HUGUEL

UTPLA apiculteur Philippe HUGUEL

L’apiculture est pratiquée dans la famille de Philippe et Nicolas depuis deux générations : Ils ont repris l’exploitation apicole de leur père il y a maintenant plus de 10 ans.
Les deux frères gèrent aujourd’hui plus de 500 ruches et ont mis en place une activité d’élevage de reines et de création de nouvelles colonies d’abeilles (essaims).
On peut les retrouver chaque jour sur les marchés de Cavaillon, Bagnols sur Cèze, Arles, Orange, Carpentras et Avignon, où ils vendent leur miel,mais aussi de la brèche (miel en rayon), ou encore du pollen.

Philippe est aussi Président du syndicat des apiculteurs de Vaucluse, qui fédère plus de 150 apiculteurs.

Des nouvelles de Philippe, votre apiculteur

Bonjour à toutes et tous,
 
Un petit mot sur notre début de saison en Vaucluse (PACA).
 
 
Je vais commencer par me plaindre, non pas du mal de dos, mais d'un énorme déficit de pluie.
C'est sec, voire très sec : il y a eu moins de 20 mm de précipitation depuis le début de l'année.
 
 
Il n'y a onc pas beaucoup de nectar pour nos petites Avettes.
Il y a quand même du pollen, donc avec un petit apport de sirop elles se développent malgré tout.
 
Cela a compliqué la miellée de romarin, nous attendons maintenant d' ici une grosse quinzaine de jours la miellée d'acacia. Pour le moment les aubépines sont en pleine fleur.
L' élevage de reines est en cours depuis la mi Mars et j'ai déjà réalisé environ 150 essaims.
Les premières fécondations se sont bien passées.
 
Nous croisons les doigts pour enfin voir de la pluie cette semaine.
 
A très bientôt.
 
Philippe
 
 

Voir toutes ses actualités

Le rucher D'Entraigues

Le rucher D
Les ruches de Philippe et Nicolas sont installés à proximité d’Avignon sur la commune d’Entraigues près de Gigogan, sur une zone de Garrigues et de forêts.

Philippe travaille avec des abeilles de races Caucasienne, un peu de Buckfast et depuis 2011, sélectionne un peu de Carnica.

De façon à suivre les floraisons, les deux frères pratiquent chaque année la transhumance de leurs ruches vers le plateau d’Albion, les Alpilles ou l’Isère.

Le miel récolté pour un toit pour les abeilles est un miel toutes fleurs de consistance cristalline (solide) à crémeuse composé notamment de miellat (à partir de la sève des plantes) qui est une grande source d'apport en acides aminés et lui confère un gout assez relevé, très parfumé et une couleur plutôt sombre.
On y retrouve aussi des notes de fleurs d'amandiers butinées au printemps et un mélange floral de prairies (pissenlits, trèfles, pruniers sauvages...)

L'apiculteur : Yvon TORCAT

UTPLA apiculteur Yvon TORCAT

Je m'appelle Yvon TORCAT.
Je suis apiculteur depuis une trentaine d'années.
J'ai appris l'apiculture très jeune en aidant un apiculteur retraité dans mon village de VAL DE CHALVAGNE dans les Alpes de Haute Provence.
Il m'a transmis sa passion des abeilles et le respect de la nature.
Je suis fasciné depuis trente ans par l'intelligence des abeilles et leur pouvoir de transformer le nectar des fleurs en miel.
Je vis au rythme des abeilles et de la floraison des fleurs mellifères.
Je travaille sur des ruches langroth avec l'abeille locale: l'abeille noire.
Je possède quatre vingt ruches: j'aimerai bien augmenter mon cheptel mais chaque année j'ai de nombreuses pertes dues à l'hiver et aux frelons asiatiques.
Aujourd'hui, je transmets mes connaissances en apiculture à un jeune homme motivé.
Je propose uniquement un miel de lavande.

A quand un peu de pluie...

Bonjour à tous,
Très chère marraines, très chers parrains,

Voici quelques nouvelles de mes ruchers.
J’ai reconstitué des nouvelles colonies pour compenser mes pertes hivernales.
J’essaie de maintenir toujours à peu près le même nombre de colonies d’une année sur l’autre.

Le problème actuel est toujours le même que le mois dernier : le manque d’eau.

Je regarde désespérément la météo et le ciel: quasiment pas de pluie.
Ce qui entraine très peu de fleurs et de nectar : donc très peu de miel dans les ruches.
Contrairement à beaucoup d’apiculteurs je vais faire encore qu’ une seule récolte de miel dans l’année.
Ce sera du miel de lavande .
J’espère qu’il va pleuvoir au moins une fois sur les lavandes en fleurs.
Je vais transporter mes ruches la nuit aux alentours du 15 juin dans les champs de lavande.
Ce sera le début de la floraison.

Je vous donnerai alors des nouvelles de la récolte
A très bientôt,
Yvon

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Val de Chalvagne

Le rucher de Val de Chalvagne

Les ruches passent la majeure partie de l'année dans la vallée, à 800 m d'altitude, dans l'arrière pays niçois.

Il s'agit d'un territoire ayant su préserver son environnement de tous pesticides et insecticides.
Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : thym, tilleul, sarriette,lavande sauvage, fleurs des champs et des sous bois…
Les ruches sont transhumées la nuit sur le plateau de Valensole dans les grands champs de lavande vers le 10 juin pour une seule récolte de miel de lavande.
Les lavandes poussent sur des sols calcaires secs.

La plupart des lavandes , très odorantes sont largement utilisées en parfumerie et en cosmétologie.
De nombreux apiculteurs n'hésitent pas à faire plusieurs centaines de kilométres pour récolter ce " miel des miels".
La floraison a lieu de mi  juin à fin juillet. La récolte du miel a lieu dès que les lavandes sont coupées à la fin du mois de juillet.

Le miel de lavande représente le fleuron des miels produits en France.
Il est très parfumé et offre des atouts à la dégustation qui en font sa réputation.
Il sait se faire apprécier de tous grâce a son parfum typé, blond.
Son odeur est délicat et fort agréable. Ses aromes boisés, végétaux et floraux restent longtemps en bouche et enchantent tous les palais délicats.
Nombreux sont les amateurs qui n'hésitent pas à clamer haut et fort que c'est de très loin le meilleur miel au monde.
Le miel de lavande a des vertus antiseptiques. Il est bénéfique en période de toux, c'est un anti-inflammatoire pour les voies respiratoires et un anti rhumatisme naturel.

L'apiculteur : Denis FIORILE

UTPLA apiculteur Denis FIORILE

C’est à l’âge de 45 ans, suite à un plan social que Denis s’oriente pour une conversion dans l’agriculture (option polyculture : vignes, oliviers, fourrage et pourquoi pas 5 ruches avec un ami…)
Puis, il prend goût ‘’à mettre les mains dans les ruches’’ et, la saison suivante, se décide de doubler le cheptel !
L’année suivante il double de nouveau et, comme lui dit un vieil apiculteur : « Méfie Petit, quand on met une main dedans, c’est le bras tout entier qui y passe ! »

En effet, il continue à doubler, se forme, se perfectionne, et après une bonne saison apicole, et un soutien collectif, se décide à se lancer dans l’apiculture !
Aujourd’hui, il a 200 ruches mais hélas, qu’une centaine de colonies !

Depuis plusieurs années c’est l’hécatombe et, entre les conditions climatiques, les parasites et la chimie, faire perdurer un cheptel relève d’une gageure !
Il perd (comme beaucoup de ses confrères), entre 30 et 50% de son cheptel chaque année !  

Alors, on se remet en cause, on se forme, on refait des essaims, on en achète, on s’entête et quelquefois on se sent soutenu…alors on continue… avec l’objectif de remplir de nouveau les 200 ruches !!!

Invitation aux portes ouvertes de Denis

Bonjour à tous,

Je vous invite, ainsi que Jean Charles B, autre apiculteur du réseau Un Toit Pour Les Abeilles dans la région, a ma miellerie afin d'y découvrir le métier, l'extraction du miel ainsi qu'ouvrir quelques ruches pour parler abeille !

Rdv le samedi 11/06/2022 à 10h

Avec Jean Charles nous travaillons depuis plus de 5 ans ensemble...
Nous pourrons partager un repas tous ensemble (chacun ramène des tartes salées / sucrées / boissons) et nous partagerons un moment gourmand tous ensemble proches des ruches).

Denis et Jean-Charles

Rendez-vous sur la page de nos portes ouvertes pour vous inscrire : https://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Moulin Blanc

Le rucher du Moulin Blanc

Situé en plein coeur du massif de la Sainte-Baume, le parc du Moulin Blanc bénéficie d'un cadre exceptionnel.
Il fait partie des jardins remarquables sélectionnés par Le Ministère de la Culture et de la Communication et a reçu le prix VMF : Emile GARCIN pour la sauvegarde du patrimoine.

Ce lieu dispose d'une variété exceptionnelle d'arbres centenaires et une biodiversité riche (Arboretum avec essences rares de hêtres, conifères...).
Les cultures environnantes (sainfoin, luzerne, prairie naturelle) et collines avoisinantes (piémont du massif de la Ste Baume : thym, romarin, sarriette…) apportent une alimentation variée aux abeilles.

C'est dans cet endroit que Denis a installé son rucher d'élevage et qu'une dizaine de ruches seront proposés au parrainage.

Les ruches parrainées seront ensuite en Juillet et Août en villégiature sur les plateaux de lavande de haute Provence afin de pouvoir butiner des nectars plus tardifs.
Les parrains pourront déguster selon les récoltes des miels de Romarin, Garrigue et Lavande.

L'apiculteur : Frédéric JULIEN

UTPLA apiculteur Frédéric JULIEN

Apiculteur depuis une quinzaine d’années, j’ai débuté avec seulement quelques ruches au départ…
Suite à une reconversion il y a 3 ans, je me suis installé en professionnel avec un cheptel qui compte aujourd’hui une centaine de ruches.

Mes ruchers d’hivernage se trouvent au pied du Garlaban, ce qui me permet, selon les années de récolter du miel de Romarin, de Thym ou de Garrigue.
Je suis apiculteur transhumant sur les châtaigniers d’Ardèche, la lavande des Alpes de Hautes Provence ou en Montagne.
Depuis le début de mon activité, je m’efforce de respecter le cahier des charges de l’apiculture biologique. Depuis maintenant deux ans, je suis certifié apiculteur bio avec le label AB..
Au cours de l’année, toute la famille participe aussi aux diverses activités : mon fils pour les transhumances, ma femme pour les visites de rucher, ma fille pour l’extraction et le mise en pots. L’apiculture chez nous est un engagement familial !

En plus de la vente de miel, je me suis spécialisé dans l’élevage et la sélection de reines. Je propose à la vente des essaims, des reines ou cellules royales.
Voilà un petit aperçu, et si vous passez par chez nous, nous serons heureux de vous accueillir pour vous faire découvrir le rucher des JULIEN.

Une bonne récolte

Bonjour les parrains,


La saison est maintenant bien avancée.
Malgré la sécheresse depuis le début de l’année et les températures caniculaires de ces derniers jours, les abeilles s’en sortent pas trop mal.
Elles nous ont fourni un peu de miel de romarin et de printemps.
Nous les avons transhumé une partie sur les lavandes et l’autre partie sur les châtaigniers.
Les essaims de cette année continuent de bien se développer ; ils seront les ruches de productions de l’année prochaine.
A bientôt pour de prochaines nouvelles !

Fred, apiculteur qui vous remercie pour votre démarche.

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Garlaban

Le Rucher de Garlaban

Le rucher est situé au pied du Garlaban, colline chère à Marcel Pagnol, Situé au-dessus du petit village de Lascours.
Il domine toute la vallée de l’Huveaune et le pays d’Aubagne.

Il est niché sur des restanques, « bancaou » en provençal.
Les abeilles partent butiner les romarins, thyms, sumacs et autres plantes aromatiques de la garrigue.
Ce qui permet de récolter un miel de printemps très clair au parfum de thym et romarin, puis un miel de garrigues beaucoup plus foncé et plus fort en bouche.
Elles apportent aussi un excellent pollen de cistes cotonneux.

Suivant les années, je peux aussi récolter du miellat de chêne.
Au mois de juin, le rucher transhume sur les champs de lavande, pour y revenir ensuite au début de l’hiver.

L'apiculteur : Jorris VAN BERGEN

UTPLA apiculteur Jorris VAN BERGEN

J’ai commencé l ’apiculture aux Pays-Bas, avec une dizaine de ruches dans le jardin de mes parents, et comme hobby à côté de mon emploi en tant que prof de français dans un collège.
En recherche d’un meilleur endroit pour les abeilles - et pour l’apiculteur surtout - je suis parti en voyage en 2014 et j’ai abouti dans les Alpes Maritimes,
où j’ai fait du wwoofing (Lien : www.wwoof.fr) chez un autre apiculteur du réseau Un Toit pour les Abeilles, Philippe Chavignon.
Ebloui par la beauté environnante et le bien-être des abeilles, j’ai fini par trouver ma vie dans cet endroit.
Je m’installerai apiculteur à titre exclusif en 2019 après avoir obtenu mon diplôme agricole avec spécialisation apicole.
Je conduis mes ruches en AB, label qui correspond à mes valeurs et à ma personnalité.
Je m’installerai à Saint-Léger, pittoresque village à 45 minutes du "Rucher des Gorges de Daluis" sur lequel est greffé mon exploitation, que j’ai baptisée le "Rucher Au Septième Miel".

Nouvelles de votre apiculteur, Jorris

Chères parraines, Chers parrains,

Cela fait un long moment que je ne vous ai pas donné de nouvelles de notre petite ferme à abeilles qui nous a beaucoup occupé - et fatigué … - cette saison.
Nous ne pouvons pas nous plaindre du résultat de notre saison – notre troupeau ailé a bien travaillé -, mais nous avons été surpris et débordé par la quantité du travail qui a empêché l’apiculteur de prendre suffisamment de repos.
J’ai eu beaucoup de chance cette saison, car contrairement aux collègues ailleurs dans le pays j’ai réussi à faire des récoltes correctes. Parfois il suffit d’un petit microclimat favorable pour pouvoir faire du miel et nous l’avons vu ce printemps car certains ruchers ont réussi beaucoup mieux que d’autres ruchers pas si éloignés.

Malheureusement, j’ai dû constater certaines maladies que je n’avais pas vu depuis quelques années. Entre autres la ‘maladie noire’, causée par un virus qui se répand entre abeilles par un contact ‘peau à peau’.
Les colonies comptant plusieurs dizaines de milliers d’abeilles ne connaissent pas le concept de la distanciation sociale et aucun passe sanitaire n’est demandé à l’entrée de la ruche.
Par contre, les abeilles montrant des symptômes visibles sont parfois écartées par certaines ruches pour éviter la pandémie.
Heureusement, il s’agit d’une maladie qui ne tue pas directement la ruche même si elle l’affaiblit au point de ne pas faire de récoltes suffisamment abondantes pour être enlevées ou même pour passer l’hiver et donc ces ruches dépendent de l’apiculteur pour leur survie.
J’aide ces ruches à passer l’hiver en les nourrissant et je change leur reine car il paraît que la sensibilité à cette maladie a une forte composante génétique.
C’est d’ailleurs l’apparition de ces maladies infectieuses qui nous empêche de nourrir les ruches en carence avec l’aliment le plus naturel et le plus logique : le miel.
En effet, ce miel est récolté sur des dizaines de ruches à la fois et il est impossible de le stocker individuellement par ruche.

Si l’on nourrit les abeilles avec du miel, on nourrit donc inévitablement avec du miel issu de plusieurs dizaines de ruches et le risque de présence d’un pathogène ou autre est simplement trop important.
La ‘stérilisation’ du miel n’est pas possible car sa chauffe provoque une altération chimique faisant apparaître du HMF, inoffensif pour l’homme, toxique pour l’abeille.
Nous nourrissons donc les colonies en besoin avec du sucre bio, en accord avec la charte bio, qui, contrairement aux croyances publiques, semble être un très bon aliment pour les abeilles.

Par contre, nous nous plions en quatre pour que JAMAIS ce sucre ne vienne adultérer le miel que nous récoltons.
Pour cela, nous sortons de production pendant plusieurs semaines chaque colonie nourrie et nous ne récoltons pas dans les corps de ruche, mais uniquement dans les hausses, éléments de la ruche posés vides bien après le nourrissage.
Notre miel subit régulièrement des analyses au laboratoire pour s’assurer de l’absence de tout résidu de saccharose.

Lorsqu’on me demande comment il faut faire pour s’assurer de l’achat d’un ‘vrai’ miel naturel sur un marché de producteurs, je conseille toujours de poser quelques questions à l’apiculteur dont la plus importante serait peut-être de demander à cet apiculteur s’il nourrit ses colonies au sucre.
S’il répond par la négative, je ne lui ferais aucune confiance alors que s’il donne une réponse autour des lignes que je vous ai exposées, il est honnête et ne vous cache rien.
Je connais beaucoup de collègues apiculteurs - certains sont des exemples pour moi, des référents dans leur métier et produisent des miels de qualité exceptionnelle – aucun d’entre eux ne se passe du sucre pour le nourrissage (ou le nourrissement comme on le dit en apiculture).
Il faut des sacrifices pour être un bon apiculteur, car ces petites filles-insectes demandent beaucoup d’attention et la petite famille humaine mérite elle aussi qu’on lui consacre du temps.

Parlant de petite famille – elle s’agrandira d’ici peu car Tiffanie est enceinte de 8 mois.
Roua, notre première, ne cesse pas de nous émerveiller avec ces petits et grands pas dans l’apprentissage de la vie. En me promenant avec elle, après des journées de travail avec les abeilles, elle me fait penser, elle aussi, à une abeille – elle adore les fleurs et cherche à sentir chaque fleur qui croise son chemin.
Le grand défi pour la saison prochaine sera de mieux combiner vie professionnelle et familiale, en faisant prévaloir cette dernière un peu plus souvent.

A cette fin, j’aurais bientôt le plaisir d’accueillir une salariée sur l’exploitation, jeune passionnée des abeilles venant de finir sa formation d’apiculture professionnelle – le brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole avec comme spécialisation, l’apiculture !

En vous remerciant pour votre grand soutien,
Jorris

Voir toutes ses actualités

Le Rucher au Septième Miel

Le Rucher au Septième Miel

Je suis passionné par le monde des abeilles et par l’apiculture, et j’ai aujourd’hui la formidable chance d’en faire mon métier.
Je possède actuellement une centaine de ruches, et le projet est d’atteindre les 300 ruches, ce qui me permettrait à moi et à ma famille de vivre de cette activité.
C’est un très beau métier, mais qui connaît beaucoup de défis au quotidien, non seulement liés à la fragilité de l’abeille dans la nature de moins en moins sauvage,
mais aussi aux charges de travail très concentrés sur la saison apicole.
J’élève moi-même les reines et les essaims nécessaires pour l’exploitation, ce qui est un facteur clef dans la réussite en bio.
C’est ce qui me permet d’avoir des reines de qualité, l’offre sur le marché étant très limitée.
Voilà tout est dit, si ce n’est que j’ai besoin de vous pour aboutir à ce rêve ambitieux mêlant préservation de la nature et protection de l’abeille.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction
Le mois de juin est une période de forte activité pour les abeilles.
Les floraisons sont nombreuses et la ruche bourdonne de toute part.
C’est donc aussi une période intense pour l’apiculteur, qui doit redoubler de vigilance. Immersion dans le monde des abeilles en juin !



Que se passe-t-il dans la ruche en juin ?
Jusqu’au 20 juin environ, la Reine pond très activement, jusqu’à 2 000 œufs par jour !
La ru...




Imprimer la page

Retour