BEE ZEN DRINKS

Logo BEE ZEN DRINKS

Bee Zen est une boisson innovante créée par une jeune entreprise française. Il s'agit d'une boisson rafraîchissante et RELAXANTE ! conçue pour libérer et détendre l'esprit afin de profiter de la vie. Bee Zen est une boisson alternative aux boissons énergisantes et aux marques de sodas traditionnelles. Bee Zen est une marque française qui se veut de qualité, plus naturelle et plus originale.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Qui de mieux placé qu'une entreprise qui a pour logo une abeille pour encourager la sauvegarde des abeilles ? Avec Bee Zen nous avons mis en place une idée originale et louable, parfaitement dans l'air du temps, qui consiste à soutenir la sauvegarde des abeilles, hélas malmenées depuis quelques temps. Nous reverserons une partie des recettes de la vente de nos canettes afin de soutenir la sauvegarde des abeilles. Cette action consiste à parrainer directement une abeille par canette vendue. Soit une Bee Zen achetée = une abeille parrainée.


La ruche en images

  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS

France 3 Alsace avec Thierry

Thierry était invité sur le plateau d'Alsace Matin pour parler de son exploitation et du projet Un toit pour les abeilles diffusé le 12 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Thierry C.

UTPLA apiculteur Thierry C.

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

Premières miellées

Bonjour à toutes et tous,

Voici quelques nouvelles de mes abeilles depuis le 28/03/2018.

Depuis le 10 Avril, c'est l'effervescence au rucher avec des températures propices à l'abeilles .

Les colonies se sont très bien développées et fin avril j'ai posé les premières hausses à miel, puis j'ai doublé celles-ci sur une dizaine de ruches car le nectar rentrait fort....sur une de mes colonies moyennes j'ai eu + 4,2 KG en 24 heures ...incroyable ce que peuvent faire nos petites amies . 

Ceci est grâce à la floraison des acacias, mais les orages de la nuit dernière ont fait des dégâts et je ne suis pas certain que la miellée repartira sur cette variété.

Mais, les conditions sont dans l'ensemble très favorables et j'espère une belle année 2018.

En ce dernier jour des saintes glaces (nous sommes le 13/05), les températures sont passées de 26 hier à 13 degrés celsius !

Cela va permettre aux colonies de mettre un peu d'ordre dans les ruches en sachant et en stockant le miel en partie hautes.
Dans la semaine je récolterai le miel de printemps, puis ce sera l'acacia ...la saison passe très vite.

Dans la semaine je ferai de l'élevage royal pour augmenter mon cheptel et arriver à 150 ruches fin de cette année.

Grâce à votre soutiens je serai à 2/3 de mon objectif.

Alors merci à vous toutes et tous, j'espère avoir la chance de rencontrer certaines et certains lors de mes portes ouvertes !

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Winterhouse

Le rucher de Winterhouse

Le premier rucher se trouve 500 m de la résidence de Thierry et le second à 6 km.
Ils sont tout deux adossés à une forêt d'Acacias qui est sa plus grosse production.

Le miel issu de cette miellée est liquide et de couleur jaune clair et d'une grande finesse gustative.
Sa seconde production est un miel polyfloral constitué de fleurs de prairie, tilleuls, cerisiers, pommiers, issus de la pollinisation qu'il effectue sur les cerisiers et pommiers proches d'un de ses ruchers.
Ainsi, vous pourrez recevoir un miel toutes fleurs ou d'acacia selon les récoltes.

Thierry utilise des ruches ZANDER qu'il se procure en Allemagne, celles-ci sont très pratiques car elles ont des hausses à miel de même dimensions que l'on appelle aussi hausse multiples ou divisibles ce qui facilite le travail même si le poids est plus important.

Thierry propose aussi le parrainage dans son rucher-maison (cf photo) ainsi, selon les places disponibles, vos abeilles pourront y être installées.
Thierry travaille avec des Apis Mellifera Carnica Sklenar. Il s’agit d’abeilles douces et avec peu d’envie d’essaimage (envol d'une partie de la colonie avec la reine) et un hivernage avec des colonies populeuses.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Après un mois d’avril souvent mitigé, oscillant entre journées douces et très fraîches, le mois de mai va donner le ton de la nouvelle saison apicole qui démarre. Si dans certaines régions, le printemps n’est pas encore tout à fait installé, d’ici très peu de temps les abeilles pourront profiter de températures supérieures à 12°C toute la journée, leur permettant de sortir à travers champs pour butiner nectars et pollens.
Les populations des ruches sont particulièrement bien développées et la Reine, qui a repris sa ponte depuis plusieurs semaines, continue de faire grossir la colonie.
Si le dicton mentionne « En mai fait ce qu’il te plaît »… ce dicton ne vaut pas pour les abeilles ! La ruche comptera bientôt entre 40 000 et 50 000 locataires.
Autant dire que l’organisation au sein de la colonie est de mise !



Zoom sur …

L’organisation de la colonie
les abeilles vont occuper plusieurs fonctions au sein de la ruche, passant ainsi de nettoyeuse à nourrice, de bâtisseuse à ventileuse ou encore de gardienne à butineuse.
L’abeille nettoyeuse : elle nettoie chaque alvéole de la ruche permettant ainsi un stockage propre et stérile du miel.
L’abeille nourrice : à partir du 5ème jour et jusqu’au 15ème jour l’abeille devient nourrice et sécrète de la nourriture permettant d’alimenter les larves. Durant cette période, elle prodiguera aux larves les soins nécessaires leur permettant une bonne évolution.
L’abeille bâtisseuse : Son rôle est de réaliser l’architecture des rayons de la ruche grâce à ses glandes cirières. C’est un travail long et minutieux réalisé de manière collégiale avec d’autres abeilles cirières…
L’abeille ventileuse : Elle transforme le nectar en miel grâce à un jeu de ventilation avec ses ailes…
L’abeille butineuse : C’est elle que l’on voit se promener de fleur en fleur et qui revient gorgée d’eau de pollen et de nectar à la ruche. Une butineuse peut effectuer jusqu’à une centaine de voyages par jour selon la proximité des fleurs. C’est une véritable ouvrière de la nature.

De son côté, l'apiculteur …
Pour l'apiculteur, mai est un mois de vigilance et d'anticipation pour éviter l’essaimage. Nous vous en avions parlé le mois dernier. En mai l’essaimage s’intensifie encore.
L’apiculteur devra intervenir rapidement pour éviter de perdre une partie de ses colonies.
Il installera volontiers de nouvelles hausses (cadres supérieurs ajoutés à la ruche) qui permettront aux abeilles d'avoir plus d'espace pour se développer.
Il peut aussi être amené à anticiper la division de ses colonies lorsque le manque de place se confirme, ce qui revient à reconstituer un essaimage au sein d'une nouvelle ruche.



Le Saviez – vous ?

En pleine activité, la température de la ruche peut grimper facilement jusque 30/35°. En effet lorsque les butineuses (près de 15 000) transportent du nectar vers la ruche, il faut compter près du double de jeunes abeilles (soit environ 30 000 abeilles) pour le transformer en miel.
Cette maturité du nectar, pour en faire du miel et l'eau qui en résulte nécessitent une température de 35°.
Il est donc important de faire attention à conserver cette température constante et d'intervenir en juste proportion pour éviter à la ruche de se refroidir.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Sois comme la fleur, épanouis-toi librement et laisse les abeilles dévaliser ton cœur ! » Râmakrishna

 




Imprimer la page

Retour