BEE ZEN DRINKS

Logo BEE ZEN DRINKS

Bee Zen est une boisson innovante créée par une jeune entreprise française. Il s'agit d'une boisson rafraîchissante et RELAXANTE ! conçue pour libérer et détendre l'esprit afin de profiter de la vie. Bee Zen est une boisson alternative aux boissons énergisantes et aux marques de sodas traditionnelles. Bee Zen est une marque française qui se veut de qualité, plus naturelle et plus originale.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Qui de mieux placé qu'une entreprise qui a pour logo une abeille pour encourager la sauvegarde des abeilles ? Avec Bee Zen nous avons mis en place une idée originale et louable, parfaitement dans l'air du temps, qui consiste à soutenir la sauvegarde des abeilles, hélas malmenées depuis quelques temps. Nous reverserons une partie des recettes de la vente de nos canettes afin de soutenir la sauvegarde des abeilles. Cette action consiste à parrainer directement une abeille par canette vendue. Soit une Bee Zen achetée = une abeille parrainée.


La ruche en images

  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS
  • La ruche BEE ZEN DRINKS

France 3 Alsace avec Thierry

Thierry était invité sur le plateau d'Alsace Matin pour parler de son exploitation et du projet Un toit pour les abeilles diffusé le 12 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Thierry COLIN

UTPLA apiculteur Thierry COLIN

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

Fin de la saison, bilan et perspectives d'avenir

Bonjour à toutes et tous,

La saison des récoltes de miel est terminée depuis une dizaine de jours.

Le bilan est positif dans l’ensemble avec une saison apicole bien remplie. J’ai pu développer mon cheptel pour atteindre 100 ruches prêtes à être hivernées.

Cette saison a donc été axée sur le création de nucleïs (nouveaux essaims) et la récolte du miel des différentes floraisons en Alsace (acacias/châtaigniers/sapins /toutes fleurs).
Même si depuis le 1er Juillet le constat est mitigé, car forte chaleur puis une météo pluvieuse , ce qui n’ a pas permis de faire beaucoup de miel, mais les colonies sont belles et populeuses .

En cette période les abeilles font des réserves en nectar pour passer l’hiver et les reines pondent les futures abeilles d’hiver qui vivront 5 à 6 mois.
Le pollen rentre en quantité suffisante grâce aux verges d’or et Balsamines, ainsi qu’aux engrais verts comme la phacelie.

De mon côté, je commence les traitements contre le varroas et je veille à ce qu’elles ne manquent de rien.

.Je commence également la mise en pots que j’enverrai aux parrains de mes abeilles.

Une nouvelle année apicole se termine doucement, les interventions aux ruches vont diminuer et j’aurai plus de temps pour penser à 2018 où je prévois une augmentation de 20% environ du cheptel, mais pour cela il va me falloir trouver un nouvel emplacement pour constituer un nouveau rucher…

Donc en 2018 je continue à augmenter mon cheptel avec le but d’atteindre les 200 d’ici quelques années (4 est le but fixé), mais tout dépendra du temps et des saisons à venir .

Fin 2017 ce sera aussi une année de reprise « d’étude » pour moi, car je commence une formation de moniteur apicole qui se déroule de septembre 2017 à juin 2019.

Merci à toutes et tous pour votre aide.

Thierry

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Winterhouse

Le rucher de Winterhouse

Le premier rucher se trouve 500 m de la résidence de Thierry et le second à 6 km.
Ils sont tout deux adossés à une forêt d'Acacias qui est sa plus grosse production.

Le miel issu de cette miellée est liquide et de couleur jaune clair et d'une grande finesse gustative.
Sa seconde production est un miel polyfloral constitué de fleurs de prairie, tilleuls, cerisiers, pommiers, issus de la pollinisation qu'il effectue sur les cerisiers et pommiers proches d'un de ses ruchers.
Ainsi, vous pourrez recevoir un miel toutes fleurs ou d'acacia selon les récoltes.

Thierry utilise des ruches ZANDER qu'il se procure en Allemagne, celles-ci sont très pratiques car elles ont des hausses à miel de même dimensions que l'on appelle aussi hausse multiples ou divisibles ce qui facilite le travail même si le poids est plus important.

Thierry propose aussi le parrainage dans son rucher-maison (cf photo) ainsi, selon les places disponibles, vos abeilles pourront y être installées.
Thierry travaille avec des Apis Mellifera Carnica Sklenar. Il s’agit d’abeilles douces et avec peu d’envie d’essaimage (envol d'une partie de la colonie avec la reine) et un hivernage avec des colonies populeuses.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Pré-bilan 2017
Nous sommes en octobre…
Les apiculteurs réalisent les dernières visites des ruchers avant l’hiver.
Bien qu’il faille attendre le réveil des colonies en février prochain pour dresser un bilan complet de cette saison apicole, nous avons déjà quelques remontées des apiculteurs de notre réseau.
Il en découle que 2017 aura été une année contrastée pour la filière. Les conditions météo ont été particulièrement rudes cette année et en décalage avec les besoins des colonies et des floraisons.
Il a fait trop froid en mai, avec des gelées sur certaines régions. La sécheresse de juin, notamment dans le sud de la France, a mis à mal les floraisons. Les pluies qui ont suivies en juillet et août sont venues perturber la fin de saison. Seuls les ruchers situés en montagne auront été préservés cette année. La météo n’aura pas été le seul élément perturbateur. Les incendies dans le sud de la France et en Corse ont noirci également le tableau de cette triste saison…
« On essuie une nouvelle année noire » explique Philippe HUGUEL, apiculteur du Rucher d’Entraigues. « Après 2016, la saison 2017 va nous faire encore beaucoup de mal… Deux années noires coup sur coup c’est dur pour la filière… »
Le réveil des colonies au printemps prochain nous en dira davantage sur le bilan de cette saison. Jusque-là, il faut tenir bon… Vos soutiens, nombreux, et surtout fidèles nous aident à pallier aux difficultés rencontrées sur les ruchers de nos apiculteurs, surtout lors de saison comme celle-ci. MERCI profondément pour cela !

Que se passe-t-il dans la ruche ?

Ca y est, nous sommes bel et bien en automne ! On approche tout doucement des températures de saison. Elles avoisinent les 5 à 10°C le matin et 16 à 20°C l’après-midi.



Bref, il commence à faire froid pour les abeilles qui préfèrent rester au chaud dans les ruches. Elles se sont organisées : Exit les faux bourdons qui n’ont plus de rôle à jouer au sein de la colonie. La Reine aussi a largement ralenti sa ponte. Elle ne tardera pas à la suspendre bientôt, lorsque l’hiver aura démarré. Les abeilles vont rester confinées, en effectif réduit, au sein de la colonie tout l’hiver, puisant sur les réserves engrangées durant l’été.

Zoom sur … L'hivernage

Les abeilles n’hibernent pas durant la période de froid. Elles ne dorment pas à proprement parler. Leur activité se réduit considérablement, mais elles continuent à vivre, au ralenti, confinées au sein de la ruche. C’est l’hivernage. Elles vont ainsi se tenir bien au chaud, serrées les unes contre les autres, en forme de grappe. L’objectif pour elles : conserver une température intérieure de 30-35°C.


Cette température est le résultat de cette grappe que forment entres elles les abeilles et de la ventilation qui s’opère au sein de la ruche, par leurs battements d’ailes. C’est cette même ventilation qui permet de les protéger de l’humidité, leur pire ennemi !

De son côté, l'apiculteur …
L’apiculteur a terminé sa récolte d’été. Il a laissé les abeilles récolter les derniers nectars et pollens disponibles dans la nature, pour accumuler quelques provisions supplémentaires. Les dernières floraisons sont à présent épuisées et le froid de retour. Les abeilles vont à présent rester dans les ruches. Le travail de l’apiculteur est double à cette période.
Aux ruchers, il réalise les dernières visites d’avant l’hiver et s’assure que toutes les ruches sont prêtes à rentrer en hivernage. Elles doivent être suffisamment chargées en réserves, doivent être en bon état et bien isolées pour éviter les agressions extérieures, liées à la météo ou aux attaques de prédateurs.
Il faut aussi les positionner à l’abri du vent. Souvent l’apiculteur place une grosse pierre sur le dessus des ruches pour éviter qu’un vent trop fort ne souffle les toits.
A la miellerie, il termine la mise en pots du miel fraichement récolté qu’il vendra sur les marchés de Noel ou qu’il enverra à ses parrains dans notre cas.


Le Saviez – vous ?
Pour affronter l'hiver, les apiculteurs estiment qu'une ruche « en bonne santé », c'est-à-dire suffisamment chargée en ressources naturelles pour assurer l'hivernage, doit contenir au minimum entre 15 et 20kg de miel. En dessous de ce niveau, la ruche est considérée comme « en péril », elle ne passera pas l'hiver.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Une sentinelle attend toujours l’aurore, et l’aurore toujours la sentinelle » Cesbron






Imprimer la page

Retour