DCM

Les ruches en images

  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM
  • La ruche DCM

Les ruches en vidéo

L'apiculteur : Jérôme CLAVEL

UTPLA apiculteur Jérôme CLAVEL

Jérôme a 24 ans et fils d'un apiculteur amateur mais pas moins passionné.
Il est aujourd'hui à son tour épris de ces petites bêtes merveilleuses que sont les abeilles.
Il a toujours évolué auprès du rucher familial en Lozère.
En 2014, il créé son activité apicole.
Après des études agricoles, il souhaitait s'installer en apiculture.
Compte tenu des difficultés générales rencontrées dans le secteur, il a décidé dans un premier temps d'en faire une activité secondaire.
Son objectif est de maintenir des colonies fortes et de pérenniser l'activité afin que cela soit un jour, il l'espère, une activité à part entière.
Un toit pour les abeilles est un réel atout selon Jérôme étant donné les pertes hivernales qu'il subit chaque hiver.

La saison s'achève...

Chers soutiens,
Je vous écris pour vous donner des nouvelles de nos ruches et leurs locataires.
Votre soutien m’est essentiel, et plus encore cette année. La saison a été particulièrement catastrophique dans notre secteur (Lozère, Aveyron). Mais je crois que c’est national !

Avec un printemps fort maussade, nos colonies ont eu du mal à démarrer, des fleurs vite coupées dans les prairies ... puis une période de grande chaleur pour une production catastrophique.
Je suis en train de m’installer afin de vivre du métier d’apiculteur (mon rêve depuis mon plus jeune âge) et cette année j’ai dû augmenter mon cheptel en réalisant des essaims artificiels (C’est une manière naturelle d’augmenter mon nombre de ruches en les scindant en deux pour en faire une autre).

Malgré la saison compliquée, nous avons tout de même réussi à faire une petite production de qualité grâce à la ronce, le trèfle, la luzerne et toutes les fleurs sauvages de nos montagnes (épilobe).
Encore merci d’être là. Vous être un renfort dans mon activité de tous les jours.

Je vais bientôt réaliser une campagne de dons afin de développer encore plus vite mon rucher réparti maintenant entre la Lozère et l’Aveyron (sur l’Aubrac principalement). J’espère que vous pourrez m’aider à poursuivre mon rêve !
Je vous salue toutes et tous et vous remercie encore pour votre gentillesse.
J’espère que le miel que vous recevez cet automne vous plaira…

A très vite,
Jérôme

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Chanac

Le rucher de Chanac

Ses ruches sont situées au cœur de la Lozère près des Gorges du Tarn (inscrit au patrimoine de l'humanité).
Il y produit un miel toutes fleurs de montagne dans le respect le plus total de ses protégées, avec un cheptel composé d'une trentaine de ruches.
Le miel de Jérôme est doux, représentatif de la région, varié en saveurs : C'est un véritable cocktail floral.
Sa vision de l'apiculture est de ne pas exploiter ses abeilles mais pouvoir vivre et évoluer avec elles.
Il est sur un modèle extensif vous l'aurez compris.
Jérôme est actuellement dans des démarches pour être certifié «Nature et Progrès» à moyen terme.
Il transforme son miel (bonbons, madeleines, pains d'épices...) afin de valoriser au mieux sa production et le terroir Lozérien et Occitan.

Jérôme vous remercie.

L'apiculteur : Patrick FAVER

UTPLA apiculteur Patrick FAVER

C’est en 2014 que je suis devenu berger des abeilles dans le cadre d’un projet de reconversion professionnelle.
J’avais deux ruches et face au marché du travail sinistré de mon ancien secteur professionnel, je me suis lancé dans ce projet un peu fou : vivre de la nature et avec la nature tout en contribuant à préserver ce prodigieux animal.

Pour me lancer et durant une année, j’ai suivi une formation au sein d’une association qui réunit 150 apiculteurs. Depuis, j’en suis devenu l’un des administrateurs et j’y forme avec mes collègues les débutants.

Au printemps 2016, j’ai également pu bénéficier d’une formation sur l’élevage de reines.

Ayant débuté avec une vingtaine de ruches, j’ai progressivement augmenté mon cheptel.
Je conduis actuellement 120 colonies réparties sur 6 ruchers.
Mon objectif est de maintenir un cheptel de 120 à 150 ruches.
Pour remplacer les pertes mais aussi pour augmenter mon cheptel je produis mes propres essaims et vends ceux que j’ai en excédent.

J’ai débuté avec des abeilles de race Buckfast et je m’oriente de plus en plus vers l’abeille noire locale.

Troisième porte ouverte avec Un toit pour les abeilles

Chers parrains,
Pour la troisième année consécutive, j'ai accueilli les marraines et parrains qui soutiennent mon projet par le biais d'Un Toit Pour Les Abeilles.

Durant la matinée, nous avons pris le temps d'échanger sur la vie et l'organisation des abeilles.
Je leur ai fait découvrir de quoi est constituée une ruche, comment la colonie s'y développe au fil des saisons et comment l'apiculteur accompagne et suit ses abeilles.

Dans ma petite miellerie, je leur ai montré les gestes et procédés d'extraction et de conditionnement du miel.

Puis, par petit groupe, nous sommes allés observer les abeilles au rucher et dans leur ruche.

La matinée s'est prolongée, jusqu'en début d'après-midi, par un apéritif et un repas convivial à l'ombre de notre majestueux saule pleureur.

Pour l'occasion une équipe de France3 Provence-Alpes Côte d'Azur est venue faire un petit reportage diffusé le soir-même dans l'édition régionale du 19/20.
Je vous partage la vidéo et remercie sincèrement tous les parrains venus me rendre visite !

Belle fin d'été à tous !
Patrick

Voir toutes ses actualités

Le rucher Saint-Gervais

Le rucher Saint-Gervais

Ses ruches se situent dans la pointe sud-est du Vaucluse, dans le parc naturel du Luberon, entre le massif du Grand Luberon et la Durance, proche du plateau de Valensole, au cœur de la Provence.  
C’est un site épargné par les cultures intensives où la plupart des agriculteurs travaillent en méthode raisonnée sur de petites parcelles peu nombreuses.
Les milieux naturels et sauvages, sur cette zone occupent la majeure partie de l’espace.
La flore y est très riche. Elle fournit aux abeilles : les fleurs des noisetiers, pruneliers, cornouillers, aubépines, amandiers, acacias, buis, ciste, chênes… pour les arbres et arbustes et pour les plantes, les fleurs de romarin, pissenlit, trèfle blanc, thym, ronce, lavande sauvage et cultivée, luzerne, sainfoin, chardon, immortelle, lierre, ainsi que de nombreuses plantes messicoles.

Patrick a fait le choix de ne pas transhumer ses ruches afin d'offrir aux abeilles un cadre de développement optimal.
Sédentaires, les abeilles produisent un miel de printemps toutes fleurs assez doux et un miel d'été de garrigue, d’un jaune prononcé à ambré, puissant à très puissant en goût selon les années.
Une fois extrait, le miel, après quelques jours de décantation, est directement mis en pots.
Il n’est ni chauffé ni ensemencé et cristallise, là aussi selon les années et les saisons, plus ou moins rapidement tout en gardant une granulation assez fine.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Les fêtes approchent à grands pas !
Période de joie, de partage et de remerciements…

Nous souhaitions donc en préambule de ce courrier vous dire, et surtout vous redire MERCI du fond du cœur pour tout ce que vous nous permettez d’accomplir . Nous avons très souvent des témoignages de parrains qui s’excusent de ne pas pouvoir parrainer plus... Le soutien que vous nous apportez est IMMENSE et plus encore votre fidéli...




Imprimer la page

Retour