tabac presse

Logo tabac presse

La ruche en images

  • La ruche tabac presse
  • La ruche tabac presse
  • La ruche tabac presse

France 3 Bourgogne avec Chantal et Yves

Reportage diffusé le jeudi 6 Octobre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Yves ROBERT

UTPLA apiculteur Yves ROBERT

Yves et Chantal ont débuté en 2010 avec 3 ruches. Aujourd'hui ils en comptent près de 80, dont une soixantaine soutenues par les parrains Un Toit Pour Les Abeilles.

Yves et Chantal privilégient une production locale et une conduite douce des ruches. Ce choix est motivé par une éthique personnelle et professionnelle engagée pour la protection de l’environnement, ceci dans une optique d’exploitation apicole prospère économiquement.

Chantal et Yves ne pratiquent pas la transhumance, puisque tous leurs ruchers sont fixes, ce qui réduit considérablement les dépenses en carburant, les besoins en mécanisation et ainsi l'impact carbone.

Ils ont choisi des ruches Warré plus respectueuses des abeilles et proposent un miel de terroir.
Outre le miel, Les apiculteurs produisent leurs propres essaims naturels (sans importation de reine), ils récoltent du pollen, de la propolis, de la cire d’abeille...

Yves est l'auteur du "Petit manuel d'apiculture douce en ruche Warré" aux éditions Terre Vivante paru au printemps 2019.

La situation au rucher en octobre 2022

La situation au rucher en octobre 2022

Cette saison 2022, il s’agissait, en priorité, de multiplier les colonies pour reconstituer les effectifs, comme je l’ai indiqué dans le bilan précédent.

Manque de chance, cela a été plus compliqué que d’habitude avec une population de mâles extrêmement réduite et sans doute insuffisante à certains « points de rendez » où se réalisent la fécondation des jeunes « reines » vierge.

Ah oui, ces « points de rendez », sans doute balisés par des phéromones, sont répartis sur le territoire selon la population de ruches et de mâles dans ces ruches.

Les essaims élèvent une nouvelle mère, appelée pompeusement « reine ». Mais pour remplir sa mission de reproduction de la population dans la ruche, il lui faut être fécondée par plusieurs dizaines de mâles différents, lors d’un unique vol « nuptial ».

Or, ce printemps, les effectifs de mâles étaient assez limités ; les « points de rendez » ont dû être plus dispersés… La fécondation des jeunes reines a été assez aléatoire.

En outre, les colonies avaient mille activités à mener simultanément, du fait notamment de la précipitation dans la succession des floraisons.

Puis, la sécheresse s’installant, les floraisons disparaissant, j’ai stoppé la récolte de miel, afin de garantir le maintien dans les ruches d’un stock suffisant de miel pour l'autoconsommation des colonies en rapport avec la population à nourrir.

Moyennant cette décision, je n’ai pas eu à nourrir au sirop, contrairement à nombre de mes confrères.

De plus, les colonies ont parfaitement fait face au frelon asiatique qui s’implante en Bourgogne à la faveur du réchauffement climatique. Comme le montre cette vidéo que j’ai prise :

Cliquez ici pour regarder la vidéo

Le frelon asiatique a été tenu en respect par mes colonies d’abeilles !

Je détermine ma conduite de ruches, dans le but d’assurer la préservation de l'écosystème des colonies par l’implantation judicieuse des ruches, la qualité de leur habitat, la prise en compte des risques météorologiques accrus et l'adaptation aux conditions locales.

C’est une approche productive qui prend aussi en compte la résilience.

C’est la démarche que nous proposons aussi dans nos stages :

Cliquez ici pour plus d'informations :

Les ruches sont prêtes pour hiverner : leur nombre est inférieur à mes objectifs de cette saison, après les grosses pertes enregistrées à la sortie de l’hiver précédent.

Espérons qu’au printemps 2023, les « points de rendez-vous » pour la fécondation des « reines » soient plus nombreux et fréquentés !...

A très bientôt !

Yves Robert

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Sennecey

Le rucher de Sennecey

Le rucher est situé près du hameau de Tallant dans le canton de Sennecey-le-Grand en Saône-et-Loire (Bourgogne du Sud).

Il occupe un verger bordé de haies, de pâtures et prairies qui s'étendent à flanc de colline jusqu'au bois qui coiffe le sommet.
Cet environnement est riche d'une flore diversifiée qui s'épanouit dès le printemps (pissenlit, fruitiers, aubépine...) et se prolonge tout l'été (acacia, ronce, trèfle...).

La première récolte sera polyflorale puisqu’issue des variétés citées ci dessus.
Ainsi, selon la proportion en tilleul et acacia, le miel pourra être liquide à crémeux (ces deux espèces mellifères influençant sur la fluidité du miel).

Chantal et Yves travaillent avec des reines de souche Buckfast fécondées naturellement et issues du cheptel bio de Jérôme Alphonse (autre apiculteur partenaire Un toit pour les abeilles). Cette race d'abeilles est connue pour être douce et productive.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

C’est le mois de décembre ! Youpi
C’est une période symbolique à bien des égards… Le mois de décembre vient clôturer une année qui nous a apporté son lot de joies et de déconvenues…
C’est aussi une période de nostalgie, de fête et de petits bonheurs partagés !
Alors pour commencer notre lettre mensuelle, nous souhaitions vous partager quelques petites nouvelles qui, nous l’...




Imprimer la page

Retour