LABORATOIRE NUTERGIA

Logo LABORATOIRE NUTERGIA
Se nourrir en conscience, se respecter, se préserver, tels sont les fondements de tout le travail du Laboratoire NUTERGIA. Depuis plus de 25 ans, le Laboratoire NUTERGIA, situé dans l’Aveyron élabore, fabrique et commercialise plus de 75 compléments des compléments alimentaires de qualité dont l’expertise est reconnue par de nombreux professionnels de santé. Créé par Claude LAGARDE, pharmacien biologiste, NUTERGIA, le laboratoire de la Nutrition Cellulaire Active® fait référence à une démarche scientifique qui accorde une importance fondamentale aux micronutriments ou « molécules de vie », exclusivement apportées par une alimentation qualitative.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Le développement durable, en particulier la préservation des ressources naturelles, font partie des priorités de l’entreprise depuis sa création. Cet engagement fort se décline dans toutes les activités de l'entreprise à travers une charte éco-citoyenne traduisant un effort constant pour limiter au maximum l'impact environnemental : certification ISO 14001, consommation d’énergies 100% renouvelables, flotte de véhicules hybrides, éco-emballages, sélection des fournisseurs selon une charte environnement, construction d’un nouveau laboratoire de 7 000 m2 avec éco-chantier, intégration paysagère, géothermie, toits végétalisés, énergie solaire, matériaux sobres, isolants naturels, parkings sous-terrain et espaces arborés. Le parrainage d’une ruche s’inscrit donc dans la continuité de notre démarche environnementale, mais aussi au cœur même de notre métier dont un des axes majeurs est la pédagogie à la santé grâce à une alimentation saine et un mode de vie équilibré. Les abeilles rendent un service écologique indispensable à la préservation de la biodiversité, elles participent à produire un tiers de notre alimentation. Leur protection est une urgence à laquelle nous souhaitons participer.

La ruche en images

  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA
  • La ruche LABORATOIRE NUTERGIA

L'apiculteur : Jacques HAZECHNOUR

UTPLA apiculteur Jacques HAZECHNOUR

Jacques est apiculteur depuis plus de 30 ans au nord de l’Aveyron dans les montagnes du Carladez.
Il s’occupe d’une centaine de ruches et travaille avec la race locale de l’abeille noire qui est bien adaptée à son environnement.
Jacques pratique une apiculture de type sédentaire et ses essaims proviennent uniquement de ses propres ruchers afin de pérenniser la variété d’abeilles qu’il a sélectionnée.
Sylvie sa compagne, assure la fabrication du pain d’épices, la commercialisation du miel et participe aux travaux sur les ruchers.

Ils souhaitent agrandir raisonnablement leur exploitation, partager leur expérience apicole et vous invitent à découvrir leur région qui est encore préservée.

Premières visites de Printemps

Bonjour à toutes et à tous.


Les visites de printemps ont débuté.
Nous avons installé les ruches restaurées et ré-numérotées, donc il est possible que certains ne reconnaissent pas leur ruche mais nous tenons à vous rassurer : ce sont bien les mêmes abeilles à l'intérieur.
Pour l'instant, nous avons la chance de ne pas avoir rencontré de mortalité sur les ruchers visités...Les petites abeilles se portent bien et avec l'arrivée des pissenlits, elles sont bien occupées. ..
Nous espérons encore quelques jours de beau temps pour continuer nos interventions sur les ruchers.
Nous ferons un petit bilan quand la visite de printemps sera terminée.
En vous remerciant pour votre soutien.


Jacques et Sylvie

Voir toutes ses actualités


Le rucher du Carladez

Le rucher du Carladez
Les ruchers sont situés à 800m d’altitude dans les montagnes du Carladez aux confins de l’Aubrac, du plomb du Cantal et de la vallée du Lot.
Loin de toute grande culture et de source de pollution, dans un environnement souvent difficile d’accès, les abeilles produisent un miel de montagnes toutes fleurs.
La récolte se fait une fois par an autour du 15 Aout ce qui permet d’obtenir un miel contenant l’ensemble des saveurs de la flore grâce à des miellées successives : pissenlits, fleurs de printemps, ronciers, trèfles, tilleuls, chênes et châtaigniers.
Après maturation, le miel d’un gout subtil à dominante tilleul-châtaignier et d’une belle couleur ambrée est mis en pots de verre afin de conserver toutes ses qualités.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Les premiers jours du mois de juillet suivent le même rythme que juin, avec une activité très dense à la ruche. Exception faites dès quelques jours de pluies que nous venons d’essuyer dans de nombreuses régions de France, le soleil est enfin de retour et avec lui, la reprise d’activité au sein des colonies. Les prévisions saisonnières annoncent le retour du soleil sur la quasi-totalité du territoire ce qui signifie que les abeilles vous pouvoir reprendre de plus belle leurs va-et-vient incessants, de la ruche aux champs et des champs à la ruche.


Et croyez-moi, les abeilles ne sont pas aux 35h. Elles peuvent ainsi parcourir plusieurs kilomètres à la recherche de provisions florales et s’en revenir à la ruche les pattes chargées de pollen et le jabot gorgé de nectar sucré pendant plusieurs heures. Elles travaillent ainsi entre 12h et jusque 15h par jour… A cette époque de l’année leur durée de vie est d’ailleurs plus restreinte que durant l’hiver. En moyenne une abeille durant l’été vivra quelques semaines à peine, environ 5 à 6 semaines, alors que durant l’hiver l’abeille vit entre 5 et 6 mois.

Zoom sur … La fabrication du Miel
Saviez-vous que le miel est le résultat des interactions entre trois protagonistes ?
En effet à l'origine du miel, il y a la rencontre fortuite entre trois acteurs essentiels ; Les fleurs, les abeilles et... le temps.



Tout n'est alors qu'une question d'alchimie. La fleur s'offrira à l'abeille qui, attirée par l'odeur viendra puiser en elle un doux jus sucré.
Les abeilles butineuses et receveuses par un savant échange viendront façonner le nectar.
Les receveuses, durant la régurgitation du nectar, vont sécréter une enzyme, « l’invertase » qui va transformer le saccharose en glucose et fructose. Une certaine quantité de glucose va à son tour se transformer grâce à une seconde enzyme, « le glucose oxydase ».
Ce savant mélange ira doucement mûrir dans les alvéoles de cire prévues à cet effet dans la ruche. L’eau contenue dans la substance sera ensuite évacuée partiellement grâce à la chaleur maintenue dans la ruche par le battement d’ailes des ouvrières (environ 35°).

C’est lorsque la teneur en eau du miel est réduite à entre 17% et 22% environ qu’il est mûr. Les alvéoles de miel sont ensuite operculées par une fine pellicule de cire, protégeant ainsi le miel de l’humidité de l’air.

Un peu de temps et un soupçon de magie et c'est un merveilleux miel aux mille vertus qui verra bientôt le jour, offrant aux abeilles comme aux hommes un véritable trésor de la ruche aux bienfaits innombrables.

De son côté, l’apiculteur …
L’apiculteur, lors de la récolte de miel, vient prélever dans la ruche, les cadres de miel, bien remplis et aux rayons operculés, qu’il remplace par de nouveaux cadres. C’est ici que son expertise et son savoir-faire sont alors mis à contribution, puisqu’il doit à ce moment, veiller à laisser aux abeilles, suffisamment de réserves pour subvenir à leurs besoins durant la période hivernale.
Une ruche peur produire plus de 3 kg de miel par jour. Cette production dépasse largement le besoin en réserves des abeilles. L’apiculteur récolte et commercialise ainsi l’excédent de miel de la ruche.

Le Saviez – vous ?
Peu importe le type de miel extrait (crémeux, liquide), il finira par cristalliser (se figer).
La cristallisation du miel est un phénomène naturel lié à la teneur du miel en fructose, glucose et eau. Il touche presque tous les miels à plus ou moins long terme. Des miels pourront ainsi se figer au bout de quelques jours, semaines mois ou encore années.
Il est possible de retarder ou modifier temporairement la texture du miel pour le rendre plus liquide, bien qu’il soit préférable de le consommer en l’état pour conserver les apports nutritionnels et les qualités du miel.  Vous pourrez notamment le chauffer au bain marie à une température qui ne devra pas dépasser les 40°. Nous vous déconseillons fortement le chauffage à la micro-onde qui risque de « cuire » le miel et lui fera perdre tous ses attraits. Le mieux reste de le consommer tel quel pour profiter de tous ses bienfaits…

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d'exister. Pour l'homme, c’est de le savoir et de s'en émerveiller. » Jacques-Yves Cousteau




Imprimer la page

Retour