18
Déc
2019

Prendre soin des abeilles et des pollinisateurs

article transmis pour publication à Bourgogne Nature.

Pression croissante d’un système économique mortifère

La disparition des pollinisateurs suit la courbe générale de chute de la biodiversité depuis le début de l’expansion industrielle. Ces causes sont clairement identifiées : un modèle économique[1] en guerre contre le vivant. L’industrialisation de l’agriculture a, en effet, inversé les valeurs humaines relatives aux activités en relation avec la nature : il ne s’agit plus d’en prendre soin, mais de l’exposer à toutes les sollicitations, sans limite. L’économie libérale de marché a, bel et bien, consacré l’instrumentalisation du vivant, y compris, le plus ordinaire.

Affaiblissement des effectifs et de la diversité génétique des espèces de pollinisateurs

La destruction et le morcellement des habitats est la première cause de chute des effectifs de la faune,  en général. Avant leur quasi disparition par l’exploitation intensive des forêts et des sols, les pollinisateurs trouvaient naturellement leur gite dans des biotopes ordinaires. Pour les uns, dans les troncs d’arbres creux, et, pour les autres, dans des sols tendres et stables, où ils leurs est possible de creuser des galeries suffisamment profondes qui ne se rebouchent pas, en vue de la reproduction et de l’hivernage.

La raréfaction des habitats, leur très grande dispersion, ne réduit pas seulement la population des espèces de polinisateurs, dont certaines ont déjà disparues ; mais limite considérablement les possibilités de brassage génétique. Or, on connait l’importance de la diversité génétique dans l’adaptabilité des espèces sur une zone géographique donnée.

Pour les abeilles mellifères, les incidences de diversité a été mise en évidence à aux moins trois niveau :

  • La chute de longévité des reines, insuffisamment fécondées par un nombre insuffisant de mâles,
  • Les carences de coopération dans une colonie où la diversité génétique est insuffisante,
  • La mise en péril des races locales adaptées, moins sensibles aux aléas météorologiques et pressions parasitaires, par introduction trop massive de races exotiques commerciales venant compenser les effectifs en chute, ou encore à seul fin de productivité immédiate.

Indisponibilité et pollution des ressources mellifères

Le recul de la flore spontanée a débuté avec l’augmentation de l’emprise agricole ; les surfaces conquises pour la culture et l’exploitation des forêts. Les forêts feuillus comptent parmi les écosystèmes les plus riches, y compris pour les pollinisateurs. La sélection dans la reproduction des essences ayant la plus grande valeur marchande – en bois d’œuvre, mais également de chauffage – se fait en défaveur des essences les plus mellifères (tilleuls, aulnes, saules, bouleaux…)

Avec l’industrialisation de l’agriculture, les plaines ont connu une intensification paroxystiques des pratiques agricoles intrusives et destructrices : citons pour exemple la suppression des haies pour l’agrandissement de surfaces en monoculture; et l’usage immodéré des pesticides. En France, le NODU (nombre de doses unités) est un indicateur de suivi du recours aux produits phytosanitaires qui a été défini dans le cadre du plan Écophyto. Malgré les intensions affichées, la progression de cet indicateur, rapporté à la surface utile cultivée, ne s’est toujours pas infléchi. L’agriculture, soumise aux impératifs des marchés, en reste totalement dépendante.

Réchauffement climatique et désynchronisation flore-faune

Le réchauffement climatique a un impact prépondérant en plaine[2], alors même que s’y trouvent les écosystèmes sont déjà les plus dégradés, par ailleurs.

La tendance générale d’augmentation des températures est aussi assortie de fluctuations importantes locales annuelles très importantes, notamment en début de printemps, période cruciale pour la survie des pollinisateurs sortant d’hivernage. Des variations trop importantes entre flore et faune pourraient être fatal, à termes, à certaines espèces fortement dépendantes de floraisons très impactées ; notamment les floraisons précoces, aux dates très fluctuantes, ou, encore les floraisons estivales, dont la production en nectar est réduite par le stresse hydrique accrue par les températures caniculaires.

Le climat est un chef d’orchestre, dont la conduite est de plus en plus irrégulière ; créant une désynchronisation des partitions jouées respectivement par la faune et la flore, où il manque déjà beaucoup de notes, tant en diversité qu’en quantité.

Cette conjonction de difficultés pourrait être fatale aux pollinisateurs

Non seulement les facteurs de fragilisation continuent de s’aggraver, mais leurs effets sont cumulatifs:

  • les populations déclinantes et leur appauvrissement génétique,
  • la chute de disponibilité des ressources, et,
  • l’impact du réchauffement climatique,

La chute de disponibilité des ressources se trouve significativement impactée par le réchauffement climatique, particulièrement en plaine.

Sur une base de population réduite à la génétique appauvrie, les espèces de pollinisateurs sont soumises à un défi d’adaptation qu’elles pourraient ne plus être en mesure de relever, face à l’accumulation de facteurs défavorables s’accentuant[3].

Dans ce contexte, le mouvement de disparition des populations et espèces pourraient s’accentuer, entrainant des ruptures du service de pollinisation, déjà constatées, dans plusieurs régions du globe à trop forte exploitation agricole. Le vivant soumis à des stress continuels et cumulés ne dispose pas d’une résilience sans limite. La somme des perturbations peut être à l’origine de phénomènes de disparition accélérés et incontrôlables, dont le terme d’effondrement traduit bien le caractère brusque  et irréversible.

Connaitre le vivant et le respecter pour interagir intelligemment en faveur des pollinisateurs

Prendre un tel risque de rupture relève de l’incompréhension des enjeux du vivant, qui ne peut se réduire pas à un instrument de production. Le vivant est irremplaçable et sa sophistication et son essence sont inimitables. D’ailleurs, les plus récentes études et expérimentations confirment que la productivité des écosystèmes est conditionnée directement par le foisonnement de  biodiversité qui y prospère[4].

Dans leurs volets préconisations, les rapports internationaux, comme celui du GIEC, plébiscitent les approches agro-écologiques, où la prise en compte des besoins propres aux écosystèmes contribue à une meilleure productivité globale, en réduisant considérablement les risques d’effets dévastateurs.

Les pollinisateurs y jouent un rôle de choix, tout à la fois comme contributeur à un service fondamental, celui de la pollinisation, mais également, comme indicateur de la biodiversité.

Préserver et multiplier les habitats naturels et artificiels

Les habitats détruits, encore plus que les ressources, ne se reconstituent que sur le temps long. C’est pourquoi, en phase de restauration des écosystèmes, il est indispensable de prévoir la mise à disposition d’habitats « artificiels ». Ils portent cette appellation, parce qu’ils ont été fabriqués de la main de l’homme, par opposition aux habitats « naturels ».

Comme :

  • les conditions de prospection et de choix des habitats par les différentes espèces de pollinisateurs, tout comme,
  •  l’existence même des espèces de pollinisateurs présentes ou susceptibles de conquérir un territoire

ne peuvent être parfaitement connues, il convient de prévoir une diversité de nature et de localisation d’habitats artificiels, pour augmenter les chances d’occupation.

Même pour les abeilles mellifères, qui disposent déjà des habitats domestiques que sont les ruches des apiculteurs, il convient de prévoir des « nichoirs » pour des colonies d’abeilles, qui les occuperont sans aucune intervention humaine[5]. Ces colonies dites « sauvages » constituent une réserve génétique précieuse et un indicateur plus fiable qu’une colonie sur laquelle les activités de l’apiculteur interfèrent parfois lourdement.

Redéployer la biodiversité florale

La flore spontanée est très propice aux pollinisateurs, puisque, en moyenne, 85 % de plantes à fleurs qui s’y trouvent profitent de la visite des pollinisateurs. Sa présence ne nécessite aucune intervention ; même exige qu’il n’y en est aucune : ni semi, ni fauche, ni, bien sûr, désherbage.

La reconquête par la biodiversité ordinaire suppose :

  • le contrôle des réflexes interventionnistes, conditionnés par la pression culturelle et sociale,
  • un changement de point sur les « mauvaises » herbes et la flore sauvage, et,
  • la valorisation des économies de moyens ainsi réalisées, pour être complet sur le bilan écologique globale de l’incitation à l’objection à l’action écocide.

En matière de pratique professionnelle agricole, il s’agit d’une véritable révolution culturelle, dont l’acceptation même suscite, d’emblée, des réactions d’hostilité marquées.

Recréer des écosystèmes agricoles riches et résilients

Pablo Servigne et Gauthier Chapelle[6] expliquent qu’en définitive les systèmes agricoles résilients ont des caractéristiques diamétralement opposées aux systèmes agricoles industriels actuels et parfois mêmes ancestraux:

  • fondée sur l’observation des mécanismes naturels (bio mimétisme)
  • à faible taux de mécanisation (intensive en savoir faire), et,
  • plaçant l’arbre au centre du système productif (contrairement, à ce qui a été fait depuis le néolithique, dans les civilisations occidentales.)

Il se trouve aussi que, les pollinisateurs y renouant avec un contexte de développement favorable, de tels systèmes agricoles résilients mettent fait à l’accumulation des facteurs actuels précarisant à l’extrême leur existence et survie.

Promouvoir l’apiculture douce

Cette agriculture, plus intelligente et respectueuse de la nature, peut se concevoir, à nouveau, en synergie avec l’activité apicole. Celle-ci a aussi sa « révolution culturelle » a opérée, vis-à-vis des dérives du productivisme actuel:

  • sélection génétique outrancière, visant des résultats à trop courts termes,
  • déplacements continuels des ruches et nourrissage au sucre sans état d’âme[7], et,
  • retrait excessif de miel des colonies

Tout comme pour la permaculture, les petits porteurs de projets apicoles alternatifs, non dépendants des financements, et les amateurs sont les promoteurs de ces nouvelles pratiques. Ils apportent la preuve que la dégradation spectaculaire et silencieuse de la biodiversité et la disparition des pollinisateurs, ne sont pas une fatalité.

La dénonciation des méfaits de l’économie agricole de marché en sera d’autant accentuée. Les consommateurs avertis auront un rôle prépondérant dans la révolution agricole à venir,  absolument indispensable à la survie de la civilisation humaine de type occidentale.


  • [1] Allocution en mars 2019 de Nicolas Hulot, transmise sur Youtube, où il affirme, sans ambiguité, que le système économique actuel n’est pas la solution mais bien le problème.
  • [2] http://www.notre-planete.info/actualites/3116-forets_plaine_changement_climatique
  • [3] Avis de gros temps sur la pollinisation, François Villatte, revue « Abeilles en liberté » n°4 octobre 2019
  • [4] https://www.fondationbiodiversite.fr/la-biodiversite-favorise-t-elle-la-productivite-des-ecosystemes/
  • [5] uchesdebiodiversite.fr
  • [6] Agriculture post-carbone – Servigne/Chapelle – 2ème Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable
  • [7] Nourrissement : du sucre sans état d’âme, dossier coordonné par Stéphane Bonnet, revue « Abeilles en liberté » n°4 octobre 2019

Pas de commentaire »

Flux RSS des commentaires pour cet article.

Laisser un commentaire

 

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | un toit pour les abeilles