16
Jan
2017

Les abeilles, un enjeu environnemental !

En 2016, Un toit pour les abeilles aura cherché plus que jamais à « essaimer » autour d’elle, sur l’importance de sauvegarder les abeilles, gardiennes de notre environnement !

Après des saisons apicoles de plus en plus difficiles, qui se suivent et se ressemblent chaque année, il devient primordial de faire « résonner » au plus grand nombre, l’écho du drame écologique qui se trame si nous n’agissons pas, pour faire changer les choses.

Sans abeilles, c’est l’humanité toute entière qui serait mise en péril…

Et bien que cette phrase soit présentée au conditionnel, elle n’en demeure pas moins d’actualité. Après avoir déclaré certaines espèces d’abeilles en voie de disparition, les États-Unis, viennent tout juste d’annoncer que les bourdons sont également menacés.

Allons nous attendre que l’onde de choc résonne jusqu’en France pour réagir ?

Aujourd’hui plus que jamais nous devons éveiller les consciences pour que l’abeille, et les autres insectes pollinisateurs soient placés au cœur des discussions et des débats politiques autour de la préservation de la Biodiversité.

Nous devons, chacun à notre niveau et selon nos possibilités, agir concrètement pour préserver les abeilles :

  • planter et semer dans les jardins des espèces mellifères qui offriront aux abeilles des nectars et pollens
  • installer des hôtels à insectes
  • bannir les produits phytosanitaires types herbicides et autres Roundup qui détruisent notre biodiversité
  • consommer local et solidaire
  • parrainer des abeilles avec Un toit pour les abeilles

Nous vous publions ci-dessous quelques vidéos et articles phares de l’année 2016 sur les enjeux réels autour de la préservation des abeilles et l’action d’Un toit pour les abeilles.

N’hésitez pas à partager autour de vous, sur les réseaux sociaux, à vos contacts et familles…

Créons ensemble une chaine solidaire pour aider les abeilles…

MERCI à tous !

Le journal télévisé de TF1

Article Le Figaro : ici                                                                                                      Reportage RTL : ici

Reportage BFM Business

Reportage France 3 Éditions Régionale et Nationale

France 3 Alpes : ici                                                 France 3 Aquitaine : ici                                            France 3 Bourgogne : ici

09
Nov
2016

Un toit pour les abeilles vous remercie

Vous avez été très nombreux à rejoindre la grande famille Un toit pour les abeilles suite au reportage diffusé au Journal Télévisé de France 2 samedi 5 novembre dernier.

Nous n’imaginions pas un tel élan possible. Et pourtant vous avez été nombreux à vous engager à nos côtés et à rejoindre les milliers de parrains fidèles qui soutiennent déjà notre démarche environnementale.

Grâce à vous, nous allons pouvoir amplifier le soutien apporté aux apiculteurs de notre réseau et développer de nouvelles colonies d’abeilles, essentielles à l’humanité.

Nous souhaitions prendre le temps de vous dire MERCI.

Merci aux parrains fidèles engagés aux côtés d’Un toit pour les abeilles depuis plusieurs années déjà. Merci également à toutes celles et tous ceux qui ont décidé de rejoindre la grande Famille Un toit pour les abeilles en parrainant des ruches.

Et pour tous ceux d’entre vous  qui nous ont découvert au travers du reportage France 2, nous souhaitions nous présenter en quelques lignes…

Un toit pour les abeilles, c’est avant tout, une petite équipe convaincue, qu’à l’instar de la Légende du Colibri, c’est « en faisant sa part » qu’on contribue à l’évolution positive du monde…

Chacun peut ainsi, faire un geste concret, en fonction de ses aptitudes et ses moyens pour sauver les abeilles, en parrainant tout ou partie d’une ruche.

Dans l’ordre en partant de la gauche : Flavie, Karima, Zakia, Régis, Olivier et Michel…

photo equipeUn toit pour les abeilles, c’est aussi plein d’autres actions visant à soutenir la filière apicole et préserver les sentinelles de notre environnement. Et parmi elles :

Et pleins d’autres actions  et projets concrets que nous vous proposons de découvrir au travers ce lien : www.untoitpourlesabeilles.fr/ca-bosse-dur-abeilles.html

Et puisqu’on ne le dit jamais assez « Un grand merci » à tous pour votre soutien et votre engagement solidaire pour les abeilles !

logo_untoit_couleur_fr

 

16
Mar
2016

Forte mortalité des abeilles malgré une meilleure récolte !

Malgré une meilleure production en 2015 avec 17 000 tonnes de miel récolté contre 10 000 tonnes l’an passé, il n’en reste pas moins que la production demeure faible. 2014 a été la pire année apicole jamais enregistrée par la filière en France et ne permet pas une véritable comparaison.

La récolte de cette année s’inscrit finalement dans la moyenne des 15 000 à 17 000 tonnes récoltées au niveau national chaque année. On reste bien loin des 35 000 tonnes qu’on récoltait jadis, dans les années 90.

Cette éclaircie dans la récolte de miel en France demeure positive et permet aux apiculteurs de « souffler un peu  » après une année 2014 catastrophique.

La mortalité des abeilles, quant à elle, demeure très élevée avec une moyenne de 30% à 50% des ruches décimées chaque année.

Dérèglement climatique, parasites type varroa, frelon asiatique, pesticides… sont autant de prédateurs pour nos abeilles ! C’est beaucoup plus qu’elles n’en peuvent supporter.

« Chaque année, ce sont 300 000 colonies d’abeilles qui meurent et qui doivent être reconstituées. Aucune filière n’accepterait de perdre 30% de son cheptel », déplore Henri Clément, Porte parole de l’UNAF (Union Nationale de l’Apiculture Française), dans Le Figaro du 12 mars dernier.

Un toit pour les abeilles continue son action en permettant aux particuliers et aux entreprises de développer de nouvelles colonies d’abeilles et soutenir une filière apicole en souffrance.

Bientot 75 000 000 d’abeilles parrainées partout en France avec plus de 1900 ruches installées sur les ruchers de nos 40 apiculteurs Un toit pour les abeilles !

chiffres-utpla

Nous vous partageons le reportage réalisé par Var Matin (15/03/16) chez notre apiculteur du Rucher du Gapeau François Gros,  évoquant la démarche Un toit pour les abeilles.

Un grand merci à Var Matin, Sophie Donsey et Guillaume Aubertin pour ce beau reportage !

Vidéo Var Matin

Sources :

Var Matin : video-var-matin-un-toit-pour-les-abeilles

www.varmatin.com/video-et-si-vous-parrainiez-une-ruche-varoise-pour-sauver-les-abeilles

LeFigaro.fr : www.lefigaro.fr/malgre-une-forte-mortalite-les-abeilles-produisent-un-peu-plus-de-miel

03
Mar
2016

« Paroles d’écoliers » : Témoignage d’une classe sur le parrainage d’abeilles

Nous vous partageons la vidéo émouvante des élèves d’une classe de CM2, parrains de 4000 abeilles chez notre apiculteur François Gros.

À voir les témoignages de ces enfants d’à peine 9 ou 10 ans, on se dit que l’on a beaucoup à apprendre de nos enfants !video ecole

Nous vous livrons également le témoignage de la maîtresse de Classe, Lydie qui a reçu les journalistes de Nice Matin et a participé activement à la réalisation de ce beau reportage.

« Oh la la c’était génial !!!

Deux journalistes sont venus à la maison, avec appareil photo, micro et caméra.  Ils ont installé un véritable studio d’enregistrement !
Les enfants ont été interrogés, filmés et photographiés à tour de rôle avec pour arrière-plan, les affiches de « Un toit pour les abeilles ».

Sophie et Christophe, les journalistes, m’ont dit qu’ils avaient recueilli des informations très intéressantes à propos des abeilles, et que les enfants avec leurs mots avaient exprimé un grand intérêt pour la sauvegarde de ces insectes. Une maman qui était restée chez moi a également été interviewée.

Elle a expliqué que les enfants s’étaient transformés en de véritables messagers et avaient rapporté à la maison tout ce que nous avions pu aborder en classe à propos de l’importance des abeilles.

Et cela a bien fonctionné puisque des familles ont parrainé des parties de ruche, ont cherché à connaître les moyens de protéger les abeilles et s’impliquent désormais dans cette action.
J’ai partagé un moment extraordinaire avec mes élèves. Ils étaient impressionnés mais tellement fiers à la fin ! Et quelle joie de voir que tout ce que j’ai dit et expliqué en classe, ils l’ont non seulement retenu mais ils l’ont aussi transmis.
J’ai vraiment eu la confirmation hier, que les enfants sont de merveilleux vecteurs de toutes ces valeurs, et que notre rôle d’enseignants va au-delà de tout ce qui peut être fait en classe. »

Un toit pour les abeilles tient à remercier Nice-Matin pour la réalisation de cette vidéo. Nous remercions également Lydie, la maîtresse de Classe ainsi que nos petites vedettes : Mélissa, Lilou, Camille et Antoine !

16
Juin
2014

Blog The Little Greenway – 12/06/2014

Histoires d’abeilles, sentinelles de la nature…

Chers Greeners, The Little Green Way a mené son enquête, toujours dans le but de faire partager et découvrir les faits les plus marquants en matière d’écologie.

Aujourd’hui, nous vous proposons de vous imaginer tout petit (vraiment tout petit).Vous vous promenez dans une prairie fleurie et verdoyante. Là, au cœur de la nature, dans n’importe coin, recoin du monde,  demeure un animal exceptionnel : les abeilles.

user1_pic90_1289375998

De fleurs en fleurs, d’arbres en arbres, elles butinent, transportent le pollen (éléments mâle) sur le pistil (élément femelle) pour assurer la fécondation.

Relevez la tête, vous avez là, la plus importante pollinisatrice du monde agricole, gardienne de la biodiversité et donc de notre alimentation de tous les jours.

1309510-Abeille

Ainsi, « 80% des plantes à fleurs sont pollinisées par l’animal et les abeilles sont considérées comme les meilleurs pollinisateurs ».

Bright Idea

Saviez-vous que « 30% de ce qui est dans nos assiettes est lié à la pollinisation »

Vous comprenez mieux maintenant que même du haut de ces quelques centimètres, l’abeille est garante d’un équilibre très fragile de la nature.

 

smiley-pascontent Alerte Rouge 

On ne s’en aperçoit pas du tout, mais ce peuple est en voie de disparition depuis quelques années dans plusieurs coins de la planète.

Dans certaines régions de la planète, les abeilles ont totalement disparu comme par exemple en Chine.

Nota bene : Nous parlons là des abeilles sauvages, les abeilles domestiques ne sont pas concernées par ce phénomène de disparition.

Après plusieurs études réalisées par des comités de scientifiques, le constat est frappant et reste similaire entre les différentes régions : des ruches désertées, mais à l’intérieur pas de cadavre, une reine en bonne santé et les larves en vie mais plus d’ouvrières…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce phénomène récurrent a été appelé dans les années 90 : le syndrome d’effondrement des colonies.

Mais alors quelles sont les causes de cette dissémination ?

Malheureusement, plusieurs facteurs…

L’agriculture intensive reste un facteur fondamental avec l’usage de pesticides et d’engrais chimique.

Mais d’autres facteurs sont responsables de cette dissémination comme le varroa est un acarien visible à l’oeil nu, qui est passé de l’abeille d’Asie, Apis Cerena à notre abeille européenne Apis Mellifera au début des années 1980. Ce parasite a gagné la totalité des départements français et provoque des dommages considérables dans les ruchers qu’il infeste. Il s’attaque aux ouvrières et bourdons adultes, mais également aux larves.

 

acariens

 

Le frelon asiatique ne fait pas que terrifier les phobiques d’insectes, c’est aussi un réel prédateur des abeilles.

Une dizaine de frelons en vol stationnaire suffisent à décimer une colonie en quelques jours.

frelon

 Mais c’est bien une combinaison de plusieurs facteurs qui pourrait expliquer la cause de cette dissémination. Les pathologies telles que les virus, maladies et parasites, les pesticides et l’appauvrissement des ressources alimentaires.

50701362sans-titre-jpg

Alors que pouvons-nous faire ?

Des associations et entreprises existent et proposent des solutions assez accessibles pour favoriser la protection des abeilles.

Devenir parrain de centaines d’abeilles, ça vous parait surement improbable, et pourtant c’est ce que propose l’association « Un toit pour les abeilles  » !!!logo_utplaL’objectif de cette association est de proposer à des particuliers ou des entreprises de pouvoir parrainer des abeilles.

Simple et ludique, vous avez le choix entre plusieurs prestations :

Petit tours d’horizon>>

1. Choisir le nombre d’abeilles à parrainer

2. L’association installe une ruche chez l’un des apiculteur partenaire près de chez vous

3. La ruche ainsi que les pots de miel produits sont identifiés par votre nom

4. Des photos vous sont envoyés ainsi que vos pots de miel

miel

Pour une somme comprise entre 8 et 25 € par mois, l’association vous propose de parrainer jusqu’à 16 000 abeilles pour une production annuelle de 24 pots de miel.

Ce service existe aussi pour les entreprises.

Mais si vous disposez d’un parcelle de jardin et d’un peu d’huile de coude, aller jetez un œil par là :)

==> http://www.soonsoonsoon.com/bp10056

10056


 

D’autres astuces toutes simples pour aider les abeilles chez vous dans vos jardins :)

>> Tout d’abord et c’est très simple, planter un jardin favorable à la vie des insectes!!!

Achetez des graines bio chez un horticulteur spécialisé près de chez vous. Les plantes qui favorisent l’épanouissement des abeilles sont les plantes dites mellifères. Ce type de plantes sont sources de pollen et de nectar pour les abeilles.

>> Autre astuce concernant votre gazon: ne coupez pas trop court votre gazon et laisser pousser les petites fleurs comme les pissenlits, les pâquerettes, etc, en bref laisser des « zones sauvages «  dans votre jardin.

Les fleurs préférées par les abeilles :

  • les bulbes de dahlias 

images

  • les lis de nérineimages (1)

 

  • les glaïeul d’Abyssinie.

téléchargement

L’automne, l’idéal est de planter toutes les variétés de crocus qui persisteront pendant le début de l’hiver.

téléchargement (1)

>> Et encore un point important, les points d’eau sont fondamentales pour la prolifération des abeilles et leur bien être. Pourquoi ?? L’eau permet tout simplement aux abeilles de diluer le miel (celui qui nourrit les larves) et également de rafraîchir la ruche.

Mais attention, ne prévoyez pas de bassin trop profond qui risquerait de favoriser la noyade des abeilles.

Voilà les Greeners, nous avons maintenant toutes les cartes en main pour maintenir le nombre d’abeille dans nos pays, leur bien être étant complètement lié à celui de toute la nature, il est dans notre devoir de les protéger.

Cher Greener, n’hésitez pas à nous faire partager les photos de vos jardins « pro-abeilles » sur notre page Facebook.

Source : thelittlegreenway.com/histoires-dabeilles-sentinelles-de-la-nature/

13
Juin
2014

Article de presse – Lorraine Magazine daté juin 2014

Sarah & les abeilles

Mettre du miel sur sa tartine de beurre le matin et avoir bonne conscience, tel est le principe du parrainage proposé par « Un toit pour les abeilles ». L’entreprise met en contact entreprises et particuliers avec des apiculteurs de toutes les régions françaises. En Lorraine, les abeilles de Sarah Holtzmann offrent tout le goût de leur terroir à leurs parrains. Une idée gourmande et généreuse.

En Europe, en France, vit le plus beau des insectes : l’abeille. Gracile dans son jaune et noir, elle danse de fleur en fleur et en les pollinisant, elle joue un rôle essentiel dans la préservation de la biodiversité. Depuis presque vingt ans, sa population en France ne cesse de diminuer, jusqu’à 30 % par an. « Un toit pour les abeilles » tente de renverser la vapeur et remettre ces petites monarchies mobiles sur leur trône. Depuis sa création en 2009, plus de 300 entreprises et 4000 particuliers ont été séduits par ce projet. En parrainant une ou plusieurs ruches, ces derniers participent au travail de protection des ouvrières et de leur reine. Mais ce n’est pas tout : en échange, ils ont aussi la chance de goûter le fruit de leur butinage et de faire connaissance avec un producteur et sa région.

LM30-025

Le cœur à l’ouvrage

Disparition de colonies, changements climatiques brutaux, pesticides, les ennemis des abeilles et de leur apiculteur sont nombreux. Résultats : la production de miel baisse et l’apiculture elle-même est menacée. « Il y a deux ans, j’ai fait face à une perte d’abeilles. À l’intérieur des ruches, tout était mort et il n’y avait aucun miel à récolter. Je me suis tournée vers « Un toit pour les abeilles », au lieu d’aller vers une banque. Ce partenariat, c’est une sacrée béquille. On ne se sent plus seuls face aux difficultés », révèle Sarah Holtzmann. Elle fait partie des premiers apiculteurs à s’être lancés dans l’aventure d’ « un toit pour les abeilles » en 2010. De cent ruches la première année, elle en possède aujourd’hui 260. Pour améliorer sa production et être plus autonome, Sarah Holtzmann élève aussi ses propres reines et renouvelle ainsi ses cheptels, sans avoir à introduire des souveraines importées du Chili ou d’Argentine. Cela n’empêche pas son métier d’être soumis aux aléas de la nature, du temps et des hommes.

LM30-024 LM30-023

Le goût des Vosges en pot

L’apicultrice voit les pratiques et les consciences évoluer doucement : « Dans la vallée du Rabodeau où je suis installée, il y a seulement des petits agriculteurs de montagne. Mais les pesticides utilisés par les jardiniers amateurs peuvent être tout aussi néfastes. Heureusement les gens reviennent sur ces pratiques ». Sarah Holtzmann ne se décourage pas pour autant. Attachée au terroir vosgien, elle partage avec ses parrains et clients un goût prononcé pour le miel de sapin.  « Il a une saveur spécifique, difficile à obtenir. Sa production repose sur deux insectes : l’abeille et le puceron », explique l’apicultrice. En effet, ce dernier absorbe la sève des conifères et, ne pouvant la digérer entièrement, la « rejette ». L’abeille vient l’en délester. Dans dix à quinze jours, Sarah réalisera sa première récolte de miel de fleurs sauvages. Une collecte exceptionnelle grâce à un printemps précoce. Mais la lutte pour sauver les abeilles continue et nos tartines crient déjà famine.

Source : http://www.lorrainemag.com/a-faire/sarah-les-abeilles/

30
Avr
2014

1 minute 1 idée

Olivier Demaegdt qui a collaboré étroitement au projet Un toit pour les abeilles explique pour la section L’entreprise du journal L’express, le principe de parrainage en 1 minute .

 

Retrouvez également le blog d’Olivier quotidiendurable.com

 

 

 

Ecrit par Un toit pour les abeilles dans : Articles de presse UTPLA | Commenter cet article
31
Mar
2014

Parrainer une ruche, c’est possible !

Parrainer une ruche, c’est possible !

 Article du 28/03/2014 paru dans MesCoursesPourLaPlanète.com

 

« On sait l’importance capitale des abeilles pour l’équilibre des écosystèmes et le rendement de l’agriculture. Pourtant, ces pollinisatrices sont chaque jour un peu plus menacées. En cause : l’utilisation des pesticides dans une agriculture toujours plus intensive. Alors qu’un label vient d’éclore pour promouvoir les systèmes de production respectueux des pollinisateurs, d’autres initiatives se développent pour enrayer la disparition progressive des abeilles. Citons la start-up rochelaise Un Toit pour les Abeilles qui, depuis 2010, permet aux particuliers et entreprises de parrainer des ruches. Il vous en coûtera au moins 8 euros par mois (96 euros sur une année) pour parrainer 4 000 abeilles, soit 10% d’une ruche. En échange, on reçoit 6 pots de miel par an avec son nom inscrit dessus et un suivi de sa ruche – localisée à la Rochelle ou ailleurs dans l’Hexagone. Bonne nouvelle ! Le concept a séduit de nombreuses entreprises : elles sont désormais 300 à avoir déjà parrainé une ruche. Parmi elles : la marque de cosmétiques bio Pulpe de Vie, Picard… et bien d’autres. Au total, 998 ruches ont trouvé leurs parrains grâce à Un Toit pour les Abeilles et les apiculteurs, sous contrat, sont encouragés à poursuivre leurs activités. Les abeilles travailleuses de cette start-up ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin : il se chuchote qu’une marque de cosmétiques à base de miel verra bientôt le jour… En attendant, on se régale de cette initiative qui a le goût du changement ! »

Mescoursespourlaplanete.com, Le premier guide pratique en ligne de la consommation responsable

Source : www.mescoursespourlaplanete.com/Parrainer_une_ruche.html

 

20
Fév
2014

A La Rochelle, on peut devenir le parrain des abeilles

Article Sud Ouest du mercredi 19/02/2014

La PME rochelaise compte 998 ruches dans son parc, que financent 300 entreprises et 4 000 particuliers. Un espoir pour un secteur apicole fragilisé.

 

A La Rochelle, on peut devenir le parrain des abeillesLes ruches sont implantées à La Rochelle, Charron et partout où il y a de la demande, mais toujours en France.© PHOTO 

 

PHOTO XAVIER LÉOTY

La production de miel a chuté de 40 000 tonnes à moins de 10 000 en l’espace de quinze ans, en France, sous l’effet des pesticides et de la concurrence des miels à bas coût venus de l’étranger. Et le printemps très pluvieux de l’an dernier a douché les derniers espoirs de voir la production nationale se redresser au bénéfice d’un regain d’intérêt pour le « made in France ». De quoi filer le bourdon à plus d’un apiculteur… Mais dans ce contexte morose, Un Toit pour les abeilles fait clairement figure de petit rayon de soleil.

Publicité

Une croissance soutenue

Le potentiel de jepartage.fr
Régis Lippinois n’en est pas à sa première aventure d’entreprise. En 1999, il crée une association pour organiser et développer le covoiturage sur Internet qui aboutit, en 2006, à la création de l’entreprise Ecolutis rachetée, l’an dernier, par la SNCF. Le partage, c’est son credo et son fonds de commerce. Le Rochelais a ainsi acquis les droits de jepartage.com, un concept qu’il décline déjà sur Internet sous différentes formes, comme autant de galops d’essai. jepartagemonjardin.fr met ainsi en relation ceux qui ont un terrain qu’ils n’exploitent pas et ceux qui cherchent une parcelle pour faire un potager. Jepartagemonbureau.fr vise à rapprocher les entreprises qui souhaitent louer les mètres carrés dont elles n’ont pas l’usage et des entrepreneurs en quête de place. Le site jepartagemongarage.com peut permettre, par exemple, à quelqu’un qui vient travailler à La Rochelle tous les jours, à 8 heures, de se garer dans le garage de quelqu’un dont le garage se vide à la même heure et reste inoccupé jusqu’au soir… Des concepts innovants qui peuvent donner lieu à des créations d’entreprises, peut-être, un jour. C’est en tout cas comme ça qu’a démarré Écolutis avant de prendre un essor national…

La start-up rochelaise de l’écologie, créée en 2010 par Régis Lippinois et Olivier Demaegdt, a réalisé un chiffre d’affaires de 570 000 euros l’an dernier, en hausse de 20 % (+40 % si on intègre toutes les ventes). Après des années 2012 à +52 % et 2011 à +47 %, « on reste sur une forte croissance », assure Régis Lippinois.

Le concept est, il est vrai, particulièrement innovant. La petite entreprise, qui emploie quatre salariés aux Minimes, propose aux entreprises comme aux particuliers de participer à la sauvegarde des abeilles – les apiculteurs et… le monde : ne dit-on pas que sans les abeilles, l’humanité n’aurait plus que quatre ans à vivre faute de pollinisation des cultures – en parrainant des ruches ! Comment ça marche ? Une ruche compte environ 40 000 abeilles. La SARL propose aux particuliers d’en parrainer tout ou partie, à partir de 96 euros par an. En échange, ils reçoivent une certaine quantité de pots de miel à leur nom, à chaque récolte.

Même chose pour les entreprises, qui payent entre 800 euros pour une ruche classique et 3 000 euros pour un essaim posé sur leur toit. La concession Porsche d’Aytré, par exemple, a choisi cette dernière formule. Localement, la SARL Un Toit pour les abeilles compte aussi parmi ses clients l’éco-concession Toyota.

Des enseignes nationales ou internationales telles qu’Arkopharma, un laboratoire spécialisé dans les médicaments naturels, ou bien comme le groupe Auchan ont également souscrit. Faut-il y voir un alibi écologique ou la marque d’un vrai militantisme en faveur de la biodiversité et du développement durable ? Régis Lippinois dit veiller au grain, pour qu’un pollueur notoire ne s’achète pas une image à bon compte, sans être trop exigeant. « Nous sommes aussi une entreprise. » À ce jour, Un Toit pour les abeilles compte tout de même 300 entreprises parmi ses clients, ainsi que 4 000 particuliers, pour un total de 998 ruches parrainées et localisées à La Rochelle, à Charron, dans le Marais poitevin et un peu partout dans l’Hexagone mais rien qu’en France. « Il y a un vrai savoir-faire dans notre pays qu’il faut défendre. » Les apiculteurs concernés sont sous contrat. Et la PME les aide financièrement à produire.

Vers des cosmétiques

Alors, c’est sans doute peu de chose au final au regard des importations en provenance d’Asie qui déferlent, chaque année sur le marché français. Mais d’autres entreprises et associations ont vu le jour, depuis 2010 et la création d’Un Toit pour les abeilles, sur le même principe. Le gérant de la SARL en a compté 40. Ce qui constitue un atout pour l’apiculture française. Mais crée également les conditions d’une concurrence potentiellement redoutable. Les associations ont en effet la possibilité de proposer une déduction fiscale de 70 % aux « parrains », pas les entreprises. La start-up rochelaise sait pouvoir profiter, quelque temps encore, du fait d’avoir été pionnière. Mais, jamais à court d’idées (lire ci-contre), son patron la prépare déjà à élargir sa gamme. Un Toit pour les abeilles devrait ainsi lancer sa marque de cosmétiques à base de miel en fin d’année.

Source :

www.sudouest.fr/un-toit-pour-les-abeilles-fait-son-miel-du-parrainage

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | un toit pour les abeilles