13
Sep
2022

Fraude au miel : comment reconnaître le vrai miel ?

Le miel est un produit qui manque de transparence et qui est trop souvent trompeur pour le consommateur.

Un pot sur 3 vendu en grande surface est frauduleux : origine trompeuse, ajout de sirop de sucre, de fructose ou d’eau qui altère sa composition et ses bienfaits… Le miel est le 3ème produit le plus frelaté au monde après l’huile d’olive et le lait.

Bien que la loi relative à la transparence impose de faire apparaître les origines de manière claire sur les pots de miel, les magasins étalent encore dans leurs rayons une multitude de produits dont la traçabilité est souvent vague…Pire encore, certains visuels sur les étiquettes sont trompeurs et c’est hélas souvent intentionnel.

Petit exemple vu récemment : Sur une étiquette en sépia on aperçoit le portrait d’une apicultrice française souriante en tenue de protection devant une ruche. Un texte en citation :

 « Mon grand-père était apiculteur, mon père est apiculteur et j’ai à cœur de perpétuer le savoir-faire ancestral des générations avant moi. »

Quel beau tableau me direz-vous.

Certains s’arrêteront là et se diront « ça c’est un miel de qualité ! »

Et puis voilà une mention à peine lisible tant les caractères sont petits : « Origine : voir au bas du pot ». Et là c’est la douche froide. Voilà qu’on lit sur ce même pot, qui donnait envie quelques instants auparavant, « Origine : Roumanie : 50%, Ukraine 29%, Chine : 10%, Espagne 10% et France : 1% ».

Le tout pour 4,50€ TTC. Comment les apiculteurs français peuvent-ils faire face à une telle concurrence ? Et comment le consommateur peut-il être autant trompé sur le produit qu’il achète ?

Afin de vous aider à différencier le bon miel du mauvais, nous avons réalisé cet article mettant en avant les techniques utilisées dans le but de tromper le consommateur. De quoi vous permettre de devenir un as de la chasse aux fraudes.

Quelques informations sur la consommation de miel en France

Les Français consomment entre 40 et 45 000 tonnes de miel. Pourtant la France n’en produit que 10 à 15 000 tonnes. Les causes : la sécheresse et les pesticides mais aussi les produits bas de gamme et peu chers qui évincent les apiculteurs français. L’importation étant nécessaire, il n’est pas question de la remettre en cause. Cependant, il est important de constater que certaines pratiques utilisées pour la production de miel, sont dans de nombreux pays, aux antipodes des pratiques de nos producteurs locaux.

Il existe diverses fraudes qu’il est important de prendre en compte dans le choix de son pot de miel et voici les plus importantes.

Le miel de synthèse

La Chine est connue comme étant le plus grand producteur de miel. Pourtant si elle produit bien évidemment du miel, elle est aussi connue hélas pour sa production de miel de synthèse.

Un peu d’histoire

En avril 1960, Mao Zedong décide de mettre en place la campagne contre les « 4 nuisibles », après avoir constaté que les moustiques, mouches, rats et moineaux perturbaient le pays. N’ayant pas conscience que cette action allait « casser » la chaine alimentaire, il provoqua la prolifération de nuisibles. Afin de les éliminer, un épandage massif de pesticides fut mis en place dans le pays et sur les champs agricoles. Une action qui ne fut pas sans conséquences. En effet, celle-ci provoqua la disparition partielle voir totale des abeilles dans certaines provinces comme celle de Sichuan.

N’ayant plus assez d’abeilles pour la production de miel, la Chine dut trouver de nouvelles alternatives.

Des recherches ont permis de découvrir qu’il était possible de réaliser du miel de synthèse à l’aide de sucre, d’eau, de colorants, de sirop et d’enzymes. Une pratique utilisée en Chine qui revend des tonnes de sirop, sous l’appellation « miel » à des prix imbattables.

Le miel adultéré

Ce miel chinois, à bas coût, est mélangé aux miels des autres pays afin d’assurer un goût et une couleur stable au produit qui sera conditionné puis vendu en grande surface. Cette technique empêche donc la traçabilité du produit. C’est par exemple le cas de l’Espagne qui ne possède pas de règlementation sur l’étiquetage et l’origine du miel et qui peut donc mélanger les miels sans pour autant préciser leur provenance.

Pour un consommateur lambda, il est très difficile de voir la différence mais il y a tout de même certains points permettant de le repérer :

  • Il n’y a pas d’indication florale hormis la dénomination « toutes fleurs »
  • L’origine géographique du produit n’est pas mise en évidence
  • La mention la plus souvent utilisée est « mélange de miels originaires de l’UE et hors UE »

Le miel altéré

Pour le côté pratique, de nombreux consommateurs choisissent des pots de miel possédant un système de pompe. Ils sont, en effet, moins salissants mais sont-ils meilleurs ?

En effet, la cristallisation est un phénomène naturel du miel qui semble compliquer sa commercialisation.

En France, la règlementation indique que la chauffe du miel ne peut pas excéder les 40°C. Cependant, cette règle n’étant pas présente dans tous les pays, certains en profitent pour le surchauffer, jusqu’à 70°C. Ceci permet d’empêcher la cristallisation en « cassant les cristaux du miel ». Une pratique qui altère la qualité du produit. Le miel perd son goût, ses vertus ainsi que ses qualités initialement présents.

Pour plus d’information sur la cristallisation du miel, vous pouvez consulter l’article suivant : Le miel dans tous ses états

Au-delà de ces différentes fraudes, il existe aussi de nombreuses pratiques de production et de récolte qui ne correspondent pas aux valeurs de nos apiculteurs locaux.

Les États-Unis et la récolte intensive

De nombreux apiculteurs américains sont malheureusement attirés par la production massive et le gain financier qui en découle. Pour cela, ils utilisent des pratiques de récolte souvent douteuses et mettant en danger la vie des abeilles.

Afin d’obtenir de meilleurs rendements, les apiculteurs utilisent la technique des ruchers itinérants. Ils se déplacent au fil de l’année dans les régions américaines les plus propices à la pollinisation. Leur objectif étant de produire un maximum de miel. Cependant, cette pratique n’est guère en accord avec la santé des abeilles qui est remise en question suite à l’utilisation intensive de pesticides et la surreprésentation de colonies étrangères, propice à la prolifération de maladies et de parasites.

Soucieux de l’efficacité de leurs colonies, certains professionnels (pour nous, ce ne sont pas des apiculteurs) nourrissent les abeilles d’eau sucrée et d’antibiotiques.

Une pratique ayant un double impact : la maltraitance des abeilles dans un premier temps mais aussi la médiocrité du miel vendu qui se retrouve chargé de résidus de médicaments.

L’impatience des producteurs chinois

L’operculation d’un miel est le signe que celui-ci peut être récolté. Le miel étant composé d’eau, les abeilles le ventilent à l’aide de leurs ailes dans le but de réduire le taux d’humidité. C’est une fois cette ventilation réalisée que le miel est operculé par des alvéoles de cire afin de garantir une meilleure conservation.

En Chine, cette étape de la fabrication du miel est souvent mise de côté. En effet, afin d’obtenir une quantité importante de miel en très peu de temps, les apiculteurs et/ou producteurs font le choix de récupérer le miel avant même que celui-ci ne soit operculé. 

La règlementation française accepte entre 17% et 20% de taux d’humidité. En effet, le processus d’operculation permet de conserver le miel correctement. Sans cette étape, le miel va fermenter en quelques mois, voire en quelques semaines pour certains.

L’importation de miel et sa provenance ne sont pas à remettre en cause. Cependant les pratiques et règlementations mises en place à l’étranger ne correspondent pas aux valeurs de nos apiculteurs locaux. Chez Un Toit Pour Les Abeilles, nous avons à cœur de soutenir leur démarche responsable et respectueuse des abeilles et de l’environnement.

Nos producteurs locaux

Les apiculteurs du réseau Un Toit Pour Les Abeilles sont engagés dans une démarche de sauvegarde des abeilles.

Au-delà du respect de ces petites bêtes, ils ont pour souhait de vous garantir un miel de qualité en prenant soin des ruches et en attachant une importance particulière à la récolte du miel.

Les apiculteurs que nous soutenons récoltent des miels, reflets des terroirs environnants leurs ruchers. Ces miels ne subissent aucun mélange, aucune altération et sont certifiés 100% français.

Le miel récolté provient exclusivement des hausses, le corps de la ruche est laissé aux abeilles afin qu’elles puissent bénéficier des réserves nécessaires de miel durant leur hivernage.

Afin de satisfaire les règlementations, les apiculteurs prennent soin de ne récolter que du miel bien operculé permettant de garantir un taux d’humidité compris entre 17% et 20%.

C’est donc pour tout ce travail méticuleux que nous souhaitons aider les apiculteurs locaux, en mettant en avant leurs récoltes. Alors joignez-vous à nous pour les soutenir et choisissez de consommer local !

Source : Des abeilles et des hommes

15
Juin
2022

VAGUE DE CHALEUR : Comment aider les abeilles et la fauve sauvage ?

Le Soleil est bien là…

Annonciateur de la période estivale à venir, il est aussi un indicateur du dérèglement climatique.

Annonciateur de la période estivale à venir, il est aussi un indicateur du dérèglement climatique.
Cette vague de chaleur touche toute la France avec des pics entre 30 et 40°C annoncés cette semaine.
Alors comment aider la faune sauvage face à ces pics de chaleur ?

1. Un abreuvoir pour les abeilles et leurs amis

une coupelle peu profonde, quelques brindilles et des cailloux qui permettront aux insectes volants de se pauser en toute sécurité, et un peu d’eau fraîche. Le tour est joué !
Pensez à remplacer l’eau régulièrement pour éviter la prolifération de bactéries.

2. Des provisions pour les hérissons

Savez-vous comment faire plaisir aux hérissons ? Rien de plus simple : Installez une coupelle profonde, bien calée dans un coin d’ombre au sol avec de l’eau. Ajoutez si vous le pouvez une seconde coupelle avec quelques croquettes pour chat ou chien. Ils seront aux anges !

3. Une peu de boue pour les hirondelles

Avec la sécheresse des derniers jours, les sols sont secs.

Avec la sécheresse des derniers jours, les sols sont secs.
C’est à cette période que les hirondelles fabriquent les nids qui accueilleront les futurs oisillons. La boue constitue la matière première à la conception de ces nids. Vous pouvez alors les aider en créant un petit bac de boue en mélangeant un peu de terre et de l’eau.

4. Et les oiseaux alors…

Comme pour les abeilles, c’est principalement de l’eau qu’ils recherchent par cette chaleur. Préférez un récipient en hauteur, sur le rebord d’une fenêtre ou d’un balcon. Ils se poseront en toute sécurité pour s’abreuver et se rafraîchir…
Admirer un oiseau jouer avec l’eau est un spectacle enchanteur 🙂

Ça ne vous coute rien, mais ça leur fera le plus grand bien !
Merci pour les abeilles et pour la faune environnante 🙂


4. Et pour celles et ceux qui veulent rejoindre notre mouvement

Vous pouvez devenir marraine ou parrain d’abeilles. En quelques clics vous agissez concrètement pour préserver les abeilles et soutenez nos apiculteurs partout en France .
Rendez-vous sur www.untoitpourlesabeilles.fr

20
Avr
2022

Sur le versant lumineux…

Yves R. Apiculteur Un Toit Pour Les Abeilles revient sur la saison apicole 2021 : ses difficultés bien évidemment, celles de toute une filière. Mais aussi les réflexions qu’elles auront su engendrer pour un avenir apicole meilleur.

Alors nous titrerons cet article : « Sur le versant lumineux » et non pas « sur le versant tortueux ». Gardons ainsi intact notre militantisme vertueux, pour une apiculture sereine.

Ne devrions-nous pas y être habitués ?

L’hivernage, qui a suivi la saison 2021 désastreuse sur le plan apicole, a lui aussi charrié son lot de grosses déconvenues, avec des pertes considérables, largement supérieures aux années antérieures ; notamment parce qu’elles sont particulièrement lourdes et concernent simultanément une zone géographique plus large.

Nous, professionnels et amateurs de l’apiculture, ne devrions-nous pas y être habitués ?

Yves R. Apiculteur Un Toit Pour Les Abeilles

La preuve que non, c’est que nous sommes de moins en moins nombreux à produire et à commercialiser des quantités de miel qui ne cessent de se réduire…

Nous n’avons pas, individuellement, la parade face à un phénomène général et systémique, qui ne peut être enraillé que par un nouveau projet de société, réintégrant une riche culture du vivant et s’appuyant sur une perception plus sereine de notre devenir collectif.

Des causes nombreuses et identifiées

Les causes du désastre apicole persistant – et s’aggravant – relèvent de la conjonction de trop de facteurs défavorables : la prédation par le varroa et autres parasites exotiques, le manque de ressources diversifiées aggravé par les perturbations météorologiques de plus en plus sévères, et, cerise sur le gâteau, l’usage toujours abondant des pesticides.

Les traitements du varroa en été 2021, en vue de la préparation à l’hivernage ; se sont faits dans des conditions inhabituelles qui les ont rendu moins efficace… Et, de façon plus générale, les contions de mise en hivernage ont été très particulières après la saison 2021 marquée par un profil climatique et donc démographique dans les colonies totalement bouleversé :

  • pas de printemps et donc un démarrage des colonies retardée du plus d’un à deux mois,
  • pas d’arrêt de ponte en été, donc pas de fenêtre pour réaliser le traitement du varroa dans de bonnes conditions avant l’hivernage

Les questions de fond restent dangereusement en suspens depuis des décennies : la refondation écologique des modes de culture agricole, la reforestation massive des zones urbaines et cultivées pour préserver le cycle de l’eau et faire face au réchauffement…

C’est le cadre général à restaurer pour pouvoir prétendre à un redressement de la filière apicole.

Comprendre pour mieux agir

Mais, il y a aussi des questions relatives aux choix de conduite des colonies d’abeilles. Face à l’assaut des prédateurs – notamment le varroa – plutôt que de renforcer la capacité des colonies à y faire elle-même face – ce qu’elles savent parfaitement faire – et essayer de comprendre les raisons de la chute d’immunité, le choix par défaut a été de faire à leur place, en traitant, en nourrissant…

Alors, malgré tout, nous tentons des actions, au niveau individuel, pour essayer de maintenir ou améliorer quelque peu le seuil de résilience de nos colonies.

Yves R. Apiculteur Un Toit Pour Les Abeilles

Je liste quelques-unes que j’ai entreprises ces dernières années, sans toutefois améliorer ma production de miel, mais en limitant significativement les tracas relativement à la santé des colonies :

  • Explorer les possibilités des ruches divisibles – de type Warré, en l’occurrence – pour améliorer le confort des interventions et les conditions d’hivernage des colonies,
  • Opter pour des conduites limitant les populations d’abeilles et favorables aux ruptures de pontes, limitant la prolifération du varroa,
  • Renoncer le plus possible au nourrissement notamment par du sirop, qui accentue le déphasage des colonies d’abeilles à l’égard de la situation réelle de leur environnement,
  • Limiter les intrants dans les colonies : sucre, cire… et même traitement du varroa (Oui, j’ai osé !)
  • M’assurer que je n’ai pas de colonies affaiblies ou d’autres qui par manque de ressources, iraient piller des colonies affaiblies dans le voisinage,
  • Laisser le brassage génétique s’opérer selon la nature,
  • Expérimenter la possibilité de ne pas faire la dernière récolte d’été ; et ne la récolter qu’au printemps suivant, après l’hivernage.

Ces pistes restent expérimentales, et témoignent surtout de mon refus de me résigner. Mais aussi, de l’espoir -que je ne crois pas vain – qu’une plus large dynamique – non limitée au milieu apicole – prenne significativement de l’ampleur.

En savoir plus sur l’apiculture selon Yves R.

Les produits de la ruche
De leur production à leur usage

Vous trouverez dans ce guide une réflexion globale sur la
conduite des ruches, sur l’impact de l’intervention de
l’homme sur la colonie d’abeilles et sur l’environnement.
Vous y découvrirez que les ruches sont de véritables
indicatrices de la biodiversité, et comment les produits qui en
sont issus peuvent nous aider à développer de nouveaux
médicaments.
De plus, les informations réglementaires présentées
donneront aux apiculteurs des bases leur permettant de
commercialiser leurs produits et les produits dérivés.
De Yves Robert et Marie-Astrid Damaye Ed. du Puits fleuri
2021. Cliquez ICI ou sur l’image

28
Jan
2022

SÉRIE « TÉMOIGNAGES » : Nos apiculteurs prennent la parole

Nous vous proposons une série de témoignages illustrés des apiculteurs Un Toit Pour Les Abeilles.
Ils s’expriment sur leur passion pour les abeilles, leur métier et sur l’initiative que nous portons ensemble.

Chaque vidéo s’articule autour de 3 questions  :

1. Qu’est-ce qui te rend heureux dans ton métier ?
2. Comment es-tu devenu apiculteur / apicultrice ?
3. Qu’est-ce que t’apporte Un Toit Pour Les Abeilles ?

Bon visionnage à toutes et tous 😉 !

Épisode 11 : Jean-Philippe C., apiculteur en Bretagne – Côtes d’Armor
Épisode 10 : Anne-Laure F., apicultrice en Vendée – Pays de la Loire
Épisode 9 : Julien D. Apiculteur en Charente-Maritime – La Rochelle
Épisode 8 : Yves R. Apiculteur en Région Bourgogne Franche Comté
Épisode 7 : Jorris V.B. Apiculteur en Région PACA
Épisode 6 : Céline M.J. Apicultrice en Région Auvergne Rhône Alpes
Épisode 5 : Justine H. Apicultrice en Nouvelle-Aquitaine
Épisode 4 : Sarah H. Apicultrice dans Les Vosges – Région Grand-Est
Épisode 3 : Thierry C. Apiculteur en Grand-Est
Épisode 2 : Camille D. Apiculteur en Auvergne-Rhône-Alpes
Épisode 1 : Jérôme C. Apiculteur en Occitanie
12
Jan
2022

L’ABEILLE, PARTIE ÉMERGÉE DE L’ICEBERG

UNE BONNE NOUVELLE PEUT EN CACHER UNE MAUVAISE

La semaine dernière nous vous évoquions le vote à l’unanimité par l’Assemblée Nationale de
« L’abeille, grande cause nationale 2022 ».
L’occasion de re sensibiliser sur le rôle essentiel joué par les abeilles tout en s’engageant
vers une transition écologique qui permettra de mieux les préserver.

Et voilà que cette semaine…

ON APPREND QUE LES NÉONICOTINOÏDES SERONT DE NOUVEAU AUTORISÉS 

en 2022 sur les champs de betteraves, et ce malgré l’impact négatif avéré sur les abeilles, mais aussi sur l’ensemble de la biodiversité environnante.

L’année 2022 semblait nous apporter pourtant une petite lueur d’espoir après la saison apicole 2021 catastrophique que la filière et les abeilles ont eu à traverser.
« La pire année apicole jamais vécue en France »
avec à peine 7000 tonnes de miel récoltées contre près de 30000 en 2020.

POURTANT, NOUS GARDONS LE CAP ! 

Hors de question pour nous de rentrer dans une spirale pessimiste car derrière notre action,
il y a les abeilles, mais aussi des femmes et des hommes, qui ont besoin de vous.
Votre soutien permet chaque année de reconstituer ou de développer de nouvelles colonies,
tout en assurant un revenu décent à nos apiculteurs, et ce sans recherche de rendement.

PARRAINER C’EST AGIR & SOUTENIR

LES ABEILLES, PARTIE ÉMERGÉE DE L’ICEBERG

Si le déclin des abeilles et l’impact qu’il a sur notre biodiversité n’est plus à démontrer,
une étude récente menée par une équipe de chercheurs internationaux met en lumière le fait que
des milliers d’autres espèces de non vertébrés sont également menacées de disparition.
Il est même question de « sixième extinction de masse ».

Car en effet, les animaux en voie d’extinction répertoriés dans la liste rouge de l’UICN,
Union Nationale pour la Conservation de la Nature, sont majoritairement des vertébrés :
tigres, manchots, ours, ou encore oiseaux. 
Or ces vertébrés ne représentent finalement que 3% des espèces animales.

Si on regarde de plus près l’évolution des non vertébrés, moins visibles, mais tout aussi essentiels,
on passe d’un taux des espèces menacées de 0.04% à plus de 10%. L’impact n’est pas le même !

« Ce n’est pas 0,04% des espèces  qui ont disparu en l’espace de 500 ans, comme le dit l’UICN, mais 10% des espèces animales et végétales connues ».

– Benoît Fontaine, ingénieur de recherche au Muséum d’histoire naturelle de Paris –

05
Jan
2022

2022, L’ABEILLE GRANDE CAUSE NATIONALE

Vous avez probablement vu passer l’information : l’Assemblée Nationale a voté à l’unanimité le 7 octobre 2021 : « L’ABEILLE GRANDE CAUSE NATIONALE 2022 ».
Jusqu’alors, l’abeille était célébrée le 20 mai « journée mondiale de l’abeille ». Cette journée avait été demandée à l’initiative de l’ONU* et de la FAO**.
Votée en 2017 à l’unanimité par les Nations-Unies, la première Journée Mondiale de l’Abeille a été célébrée le 20 mai 2018.
Pourquoi le 20 mai ? Parce que cette date coïncide avec l’anniversaire d’Anton Janša (1734 – 1773), l’apiculteur slovène du XVIIIème siècle reconnu aujourd’hui comme étant le père de l’apiculture moderne. Cette date met donc aussi en lumière l’importance de soutenir la filière apicole et les gardiens des abeilles.

C’est le constat alarmant dressé par les apiculteurs de France et les demandes nombreuses de prise en compte de « calamité apicole », après la saison 2021 chaotique qui ont poussé certains élus à proposer une résolution de loi pour lutter contre le déclin des abeilles.

*Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture
**Food and Agriculture Organisation)

UNE SAISON 2021 QUI IMPOSE L’ACTION


« L’une des pires années apicoles jamais vécues en France » ont décrit une majorité des apiculteurs du réseau Un Toit Pour Les Abeilles. Le principal coupable : La météo.
Les conditions météorologiques ont été telles que la majorité des apiculteurs de France n’ont pas pu, ou très peu récolter cette saison.
L’UNAF, Union Nationale des Apiculteurs Français a annoncé une production de miel sous la barre des 10 000 tonnes pour cette année. La production se situerait entre 7000 et 9000 tonnes de miel à peine. Un triste chiffre, bien loin des belles années apicoles où l’on avoisinait les 35 / 40 000 tonnes de miel.
Un triste constat également lorsque l’on sait que les Français consomment chaque année en France près de 40 000 tonnes de miel.
Ce sont ainsi plus de 30 000 tonnes de miel importés et consommés chaque année en France dont il est difficile de vérifier à la fois l’origine et la qualité du miel.

Lire aussi l’article : Et si on parlait miel ?

Le gel, le froid, la pluie se sont succédés tout le printemps et même durant la période estivale.
Ce dérèglement climatique, puisque c’est de cela dont il s’agit, a abîmé les floraisons ne permettant pas aux abeilles de récolter nectars et pollens.
Les floraisons (miellées) ont été perturbées par des séquences fréquentes de pluie et de froid.
A peine les nectars récoltés, les abeilles étaient de nouveau calfeutrées dans la ruche, puisant ainsi sur leurs réserves.

La récolte d’acacia a été quasi nulle sur tout le territoire cette année.
Les récoltes de thym, romarin, montagne châtaignier ont été médiocres. Seuls les miels de fleurs et lavande ont été satisfaisantes.


La cuvée 2021 devient ainsi un produit de Luxe !

MALGRÉ CELA LES APICULTEURS UN TOIT POUR LES ABEILLES ONT TENU LEUR PROMESSE

Malgré les faibles récoltes, les apiculteurs ont pu transmettre des pots de miel à leurs parrains, tout en conservant suffisamment de ressources dans la ruche pour les abeilles avant la mise en hivernage.
Pour les apiculteurs les plus durement impactés, nous vous avons transmis un miel solidaire d’un autre apiculteur Un Toit Pour Les Abeilles.
Votre soutien s’est donc ainsi partagé entre deux apiculteurs :
Pour l’un : aide au financement de la ruche
Pour le second : achat du miel solidaire
Il nous est difficile de savoir comment se comporteront les colonies au sortir de l’hiver et si les conditions météorologiques seront favorables pour un redémarrage de la saison dans de meilleures conditions ce printemps. Mais comme à l’accoutumé c’est en toute transparence et sincérité que nous vous partagerons des nouvelles de vos abeilles et de vos apiculteurs.

DES MENACES GRANDISSANTES

Les abeilles font face depuis plusieurs décennies déjà à une addition de facteurs provoquant leur déclin. Parmi ces derniers : les pesticides, les infections parasitaires, les prédateurs comme le frelon asiatique, la monoculture qui appauvrit les ressources en nectars et le dérèglement climatique, responsable plus que jamais de la saison noire 2021.

L’addition de ces facteurs est ainsi responsable d’un taux de mortalité des abeilles passé de 5% dans les années 90 à plus de 30% aujourd’hui.

Et comme si cela ne suffisait pas, en septembre dernier, trois scientifiques ont découvert à Marseille un nouveau prédateur : Le frelon asiatique oriental, de son nom savant « Vespa Orientalis Linnaeus ».
Sa prolifération est mondiale : Moyen-Orient, Grèce, Italie… Il arrive aujourd’hui aux portes du territoire nationale.
La filière est aux aguets. Après le frelon asiatique apparu en 2004, les apiculteurs redoutent ce nouveau prédateur.

2022, L’ABEILLE « GRANDE CAUSE NATIONALE »

C’est donc à la suite de cette saison apicole 2021 considérée comme « la pire année » par la filière, que des élus engagés ont souhaité faire porter la voix silencieuse des abeilles pour agir ou du moins réagir face au déclin grandissant des pollinisateurs.

« Cette proposition de résolution vise donc à lutter contre la disparition des abeilles et à soutenir l’apiculture française.
L’avenir des abeilles et de l’apiculture mérite la plus grande attention et la mobilisation de tous. Il est de notre responsabilité de maintenir, pour les générations futures, une biodiversité à laquelle les abeilles contribuent de façon déterminante. »
évoque M. Robert THERRY dans la proposition de résolution.


« Promouvoir la sauvegarde des abeilles est une nécessité. » poursuit-il.
Voici le texte complet : Proposition de résolution nº 4445 visant à lutter contre la disparition des abeilles

2022, AGISSONS ENSEMBLE POUR LA PROTECTION DES ABEILLES

Depuis plus de 10 ans, Un Toit Pour Les abeilles mènent des actions concrètes pour préserver les abeilles qu’elles soient à miel ou sauvages.
En 10 ans, plus de 10 000 ruches ont ainsi pu être installées sur tout le territoire permettant le développement de centaines de millions d’abeilles. Ce sont également une centaine d’apiculteurs, constituant le réseau Un Toit Pour Les Abeilles qui bénéficient chaque année de l’engagement et du soutien de milliers de marraines et parrains, qu’ils soient entreprises ou particuliers.

Outre l’installation de ruches, Un Toit Pour Les Abeilles a lancé des projets divers de plantation mellifères, protection de l’abeille sauvage, réintroduction de l’abeille noire et cosmétiques de la ruche.
Parmi ses actions :

2022, AGISSIONS ENSEMBLE POUR PROTÉGER LES ABEILLES

Nous espérons de tout cœur que l’abeille devenant « grande cause nationale » cette année, le grand public et les instances gouvernementales prendront conscience de l’enjeu environnemental du déclin des abeilles. C’est ensemble que nous pourrons sauver les abeilles.

D’ores et déjà nous vous partageons Quelques gestes simples pour aider les abeilles

www.untoitpourlesabeilles.fr : Parrainer une ruche pour sauver les abeilles !

27
Déc
2021

VOS APICULTEURS TENAIENT A VOUS TRANSMETTRE CES QUELQUES MOTS…

La période des fêtes est l’opportunité de prendre une pause pour retrouver celles et ceux qui nous sont chers. Les personnes qui nous soutiennent et nous apportent tant au quotidien. Pour nos apicultrices et nos apiculteurs, mais aussi pour nous, Un Toit Pour Les Abeilles et pour l’initiative que nous portons, c’est un moment unique de pouvoir vous remercier pour l’immense soutien que vous nous apportez.

Vos apiculteurs et vos abeilles tenaient à vous dire ces quelques mots.

On vous partage avec grand plaisir quelques vidéos des apiculteurs Un Toit Pour Les Abeilles.

Philippe H. (PACA), Alain L. (Ile de France), Arnaud S. (Grand-Est), Benjamin B. (Corse), Manuel V. (Nouvelle-Aquitaine), Franck D. (Hauts-de-France), Laurent et Anne-Marie C. (Auvergne-Rhône-Alpes).

Camille D. (Auvergne-Rhône-Alpes), Sarah H. et Lucas H. (Grand-Est), Alban G. (Occitanie), Jean-Charles B. (PACA), Thierry C. (Grand-Est), Yvon T. (PACA), Yannick J. (Pays de la Loire)

Benjamin C. (Bretagne), Cyrille A. (Centre Val-de-Loire), Alban H. (Nouvelle-Aquitaine)

11
Août
2021

LA PLANÈTE NOUS RAPPELLE A L’ORDRE

DES « GROS TITRES » QUI INTERPELLENT

Pas une journée ne se passe sans que des catastrophes naturelles ne fassent « la une »
des journaux. Incendies, intempéries, tempêtes tropicales…

La Planète, saturée par notre empreinte humaine, nous rappelle à l’ordre,
nous qui utilisons sans compter les ressources de Dame Nature.

UNE PLANÈTE EPUISÉE…

Le 29/07/2021 a marqué » le jour du dépassement « .
A partir de cette date, nous avons épuisé toutes les ressources que la nature est capable de générer / régénérer naturellement en une année. En à peine 7 mois, nous avons consommé toutes les ressources biologiques que la planète met un an à produire.

NOS ABEILLES DUREMENT IMPACTÉES

Le dérèglement climatique a impacté durement la saison apicole. Partout en France, les abeilles et les apiculteurs ont dû faire face aux aléas de la météo : pluie, gel, inondations…

« Le 12/05/20 : Après les fortes pluies de dimanche dernier, je me suis rendu sur l’un de mes ruchers hier (celui de Castelnaudary) qui se situe près du ruisseau nommé La Glande.

Avec les intempéries de la veille le ruisseau a débordé, emportant avec lui et avec violence nos ruches. Je vous laisse imaginer l’effroi qui m’a saisi en découvrant ce paysage apocalyptique. » 

Grégoire H. apiculteur du réseau

POUR NOS APICULTEURS, LE CONSTAT EST AMER

« Chers marraines, chers parrains,
[…] Le début de saison a été assez compliqué, rythmé par un printemps pluvieux et surtout frais. Les colonies ont dû apprendre à travailler sous la pluie pour survivre et trouver du nectar et se développer.
Malgré ce contexte délicat, elles ont toutes réussi à passer ce cap et nous partager un peu de leur précieux nectar.
La récolte à été extrêmement tardive dûe au mauvais temps. » Cyrille A. apiculteur

COMMENT AGIR ET NOUS AIDER

21
Juil
2021

PRENONS SOIN DES ABEILLES

UNE ANNÉE NOIRE POUR NOS ABEILLES …

Nous sommes en pleine saison…
Mais cette saison a un goût particulièrement amer pour nos abeilles qui doivent faire face aux aléas de la météo. Beaucoup d’intempéries : pluie, gel, vent, sécheresse…

Chez Arnaud, Les ruchers de Papy Alain en région Grand Est, Le Pont, petit ruisseau du village d’à peine 2 cm d’eau en général a littéralement débordé. Du jamais vu !
Heureusement pour notre apiculteur situé sur les hauteurs du village : le matériel et les ruchers surélevés ont pu être sauvés !

AU COEUR DE LA SAISON APICOLE ET POURTANT … 

Cette période est propice à l’installation de nouvelles ruches, et pourtant, les dernières annonces du gouvernement ont eu un effet « coup de massue » sur nos parrainages. 
La morosité ambiante a jeté un frein sur les soutiens de nos marraines et parrains, particuliers et entreprises. Ne laissons pas les abeilles en marge.
Elles ont besoin de nous et nous avons encore plus besoin d’elles.

Soyons solidaires et préservons les abeilles 

13
Juil
2021

CET ÉTÉ PRENONS SOIN DE NOS BOULES DE POILS

IL NOUS ONT AIDÉ À PASSER L’ÉPREUVE DU CONFINEMENT

Chiens, chats, lapins, cochons d’Inde, chinchillas…
Durant le confinement, ces petites boules de poils ont joué un rôle primordial, nous permettant de garder le moral. Pourtant, à la veille des vacances d’été, les abandons d’animaux sont nombreux.
Chaque année en France, plus de 100 000 animaux sont abandonnés.

J’IRAI OÙ TU IRAS !

Des hébergements/sites adaptés
Il existe 1001 façons de profiter de vos vacances avec votre animal domestique. Après tout, pour lui aussi, l’angoisse du confinement a été pesante.  Renseignez-vous autour de vous et sur internet, il existe un grand nombre d’établissements, publics ou privés accueillant les animaux. Des labels comme le label « Dog-friendly » vous permettent de les cibler plus facilement.Vous pourrez organiser vos vacances avec votre animal de compagnie en toute sérénité.

JE REVIENS TE CHERCHER…

Emprunte mon Toutou
Autre solution pour faire garder votre animal et lui offrir un environnement accueillant et plein d’amour en votre absence :
Emprunte mon toutou.
C’est une plateforme en ligne, permettant de mettre en rapport les emprunteurs et les personnes qui ont besoin de confier leur toutou… Tout cela en toute bienveillance, et dans le respect de l’animal. On y retrouve des amoureux des animaux qui ont envie de donner et recevoir de l’affection canine !
En savoir plus

DU CÔTÉ DE NOS PRÉCIEUSES ABEILLES

Pas de vacances pour les abeilles Pour nous, été rime avec farniente.
À la ruche, les abeilles, elles, s’activent pollinisant fleurs et végétaux.
Et la saison ne les aura pas épargnées : intempéries, sécheresses, vents violents...
Pourtant, elles continuent d’œuvrer sans relâche.
Un rôle essentiel !
En collectant le précieux nectar, elles transportent le pollen, assurant la reproduction et la régénération des plantes indispensables à notre biodiversité.

UNE PÉRIODE CRUCIALE POUR LES APICULTEURS

C’est la pleine saison !
Si toutes les conditions sont réunies et grâce à la vigilance des apiculteurs,
la récolte de miel couronnera la saison 2021. Une saison qui aura été particulièrement difficile, nous rappelant la triste année noire de 2014.
Que la saison soit bonne ou mauvaise, la livraison est 100% garantie .
Tous nos parrains en tant qu’acteurs engagés reçoivent leurs pots de miel personnalisés.
Parrainez et réservez pour l’automne un bon miel de cru.

En parrainant une ruche avec Un Toit Pour Les Abeilles :

11
Mai
2021

VOS POTS DE MIEL ARRIVENT !

Vous faites partie des heureux parrains qui recevront leurs pots de miel tant attendus ce printemps. Les livraisons seront lissées entre mi-avril et fin juin prochain.

L’attente est longue mais la récompense sera mielleuse !

On vous explique les principales étapes de préparation de vos colis.

Les cadres de hausses à miel récupérés sur les ruches sont d’abord désoperculés. Puis ils sont placés dans un extracteur à miel qui permettra de récupérer le précieux nectar dans un maturateur. Le miel est placé en maturateur un temps puis filtré.

Suit alors la mise en pot du miel, l’étiquetage personnalisé et enfin le conditionnement. La palette, une fois prête avec l’ensemble des colis des parrains et marraines, est transmise au prestataire transport qui prend le relais pour vous livrer.

QUAND A LIEU LA LIVRAISON ?

Les livraisons devraient s’opérer entre la mi-avril et fin juin.

La préparation de vos colis demande du temps ainsi qu’un délai d’envoi. Cette période coïncide en outre avec la reprise de la saison pour vos apiculteurs, alors très sollicités.
Vous pouvez consulter à tout moment le suivi de votre livraison depuis votre espace. Passé ce délai (fin juin), vous pouvez nous contacter par mail ou téléphone pour faire le point 😉

LE 20 MAI, JOURNÉE MONDIALE DE L’ABEILLE

Et si pour cette journée, vous offriez un parrainage de ruche
et essaimiez autour de vous ?

07
Avr
2021

DOSSIER ESSAIMAGE

Quand les abeilles « se font la malle » !

L’essaimage est un phénomène naturel très impressionnant qui se passe souvent au printemps et à l’approche de l’été. On vous l’explique en images et vidéo.

 QU’EST-CE QUE L’ESSAIMAGE ?

Pour expliquer l’essaimage il faut commencer par évoquer le rôle de la colonie.

Comme pour beaucoup d’autres insectes et animaux, vivants seuls ou en groupes, la colonie d’abeilles constitue un « organisme vivant » dont le rôle est d’assurer son renouvellement. L’Essaimage est donc un phénomène naturel de reproduction.

 POURQUOI LES ABEILLES ESSAIMENT-ELLES ?

« Un sixième sens » qui pousse à essaimer.

Juste avant la première miellée de printemps, l’essaim va commencer à préparer la nouvelle génération d’abeilles en construisant de nouvelles cellules royales. Elles seront alimentées avec de la gelée royale et donneront naissance à la future reine.

Le couvain (avec les futures abeilles) est plein, et la place vient à manquer dans la ruche. Et puis, l’ancienne reine prend de l’âge. Les ouvrières vont réduire son alimentation pour que sa masse corporelle diminue et qu’elle soit bientôt en capacité de voler.
Une fois la nouvelle reine prête à prendre la relève, l’ancienne quitte la ruche !

COMMENT SE DÉROULE L’ESSAIMAGE ?

« Qui m’aime me suive ! »

L’ancienne reine prend son envol et quitte la ruche pour s’installer dans la nature. Elle est suivie de près par des milliers d’ouvrières. Souvent, la moitié de la ruche suit la reine. Une fois posée, les abeilles l’encerclent pour la protéger de la chaleur et de tout danger.

« La Phéromone de Nassanov »

Quand les abeilles ont trouvé le lieu idéal où s’installer définitivement, les abeilles éclaireuses, postées devant l’essaim se mettent à frétiller du postérieur bien en l’air pour dégager la phéromone de « Nassanov ». C’est une phéromone  de cohésion qui va permettre à l’essaim d’aller rejoindre son nouvel habitat.

 EST-CE DANGEREUX & QUE FAIRE ?

Calme et observation sont de rigueur !

Surtout pas de panique. Les abeilles qui essaiment n’ont qu’un objectif en tête : trouver un nouvel habitat. Elles sont gorgées de miel qui constitue leur réserve. Quoi faire ?

Attendre : Les abeilles peuvent rapidement quitter l’endroit colonisé si ce dernier n’est pas adapté. il faut attendre au moins une demi-heure pour s’assurer que l’essaim s’installe.
Observer: A distance, vérifiez qu’il s’agisse bien d’abeilles et non de guêpes ou de frelons.    
Contacter: Un apiculteur de votre secteur qui sera ravi de pouvoir récupérer cet essaim.

Cette plateforme recuperation-essaim met en lien les particuliers qui ont un essaim chez eux, et un apiculteur proche qui pourra venir le récupérer dans les meilleures conditions.

 QUEL EST LE RÔLE DE L’APICULTEUR ?

Apiculteur, le gardien des abeilles !

Il peut intervenir de différentes façons : soit par l’ajout d’une hausse à miel, si la miellée est en cours et que la colonie a juste besoin d’un peu de place complémentaire.
Soit par division anticipée de la colonie si l’essaimage est nécessaire.
On parle alors d’essaim artificiel.

 ESSAIMAGE EN VIDÉO

Pour le plaisir des yeux…

26
Mar
2021

VOUS ÊTES NOS MEILLEUR.E.S AMBASSADEUR.RICE.S

Vous avez été nombreux à nous demander comment vous pouviez AIDER Un Toit Pour Les Abeilles à se déployer pour faire grandir ses projets et poursuivre son soutien aux apiculteurs du réseau et aux abeilles.

On vous partage quelques idées de relais simples que vous pouvez mettre en place pour nous aider 🙂

PARLEZ DE NOUS !

Partagez, commentez et likez
nos pages et publications sur les réseaux sociaux pour faire connaître nos actions.

FACEBOOK INSTAGRAM LINKEDIN & TWITTER

PARTAGEZ NOS ARTICLES BLOG*

Nous partageons régulièrement dans notre blog des informations ludiques, pédagogiques et de sensibilisation autour de la protection des abeilles !

OU ENCORE NOS VIDÉOS DE PRÉSENTATION

Ce sont des vidéos de quelques minutes qui exposent toute la problématique autour de la disparition des abeilles et comment agir à son échelle pour les préserver !

Découvrez notre chaîne Youtube

ESSAIMEZ AUPRÈS DE VOS CONTACTS

Famille, voisin.e.s, ami.e.s, collègues, employeurs etc…
On vous met ci-dessous une plaquette à télécharger pour présenter le parrainage de ruches autour de vous.

SENSIBILISONS LES TOUT-PETITS…

On vous propose une activité sympa proposée par MÔMES par PARENTS

Cliquez ici pour accéder à l’activité

C’est finalement par eux, que le véritable changement s’opèrera. Expliquez aux enfants pourquoi l’abeille est un maillon de notre biodiversité !

(RE) PARRAINEZ DES RUCHES

Ou offrez un parrainage de ruche en cadeau 🙂

www.untoitpourlesabeilles.fr : Parrainez une ruche pour sauver les abeilles !

COMMANDEZ DES POTS DE MIEL PERSONNALISES

Rendez-vous sur notre site www.mon-petit-pot-de-miel.com

VOUS ÊTES UNE ÉCOLE, MAIRIE, ENTREPRISE, ASSOCIATION…

Louez notre Exposition autour des abeilles

Cliquez ICI pour en savoir plus

Ou achetez notre jeu de 7 affiches autour des abeilles


Cliquez ICI pour en savoir plus

 » Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d’exister,
pour l’homme, de le savoir et de s’en émerveiller.
 »

Jacques-Yves Cousteau

www.untoitpourlesabeilles.fr
Parrainez une ruche, pour sauver les abeilles !

25
Mar
2021

QUELLES FLEURS POUR LES ABEILLES ?

Épisode 4 – Arbustes Et Plantes Vivaces

❋ DES FLEURS POUR LE PRINTEMPS ❋

Après plusieurs semaines de long sommeil et le retour du printemps tant espéré, il est grand temps pour nos abeilles de reprendre du service. Quoi de mieux que les vivaces printanières pour nourrir nos précieuses butineuses.

✿ ÉPISODE 4 -ARBUSTES ET PLANTES VIVACES 

Cette semaine on vous présente quelques arbustes et plantes vivaces très appréciés des abeilles pour leur teneur en nectar et pollen.

Plantation : de mars à avril et de sept. à octobre
Floraison : d’avril à octobre

Plantation : de mars à avril
Floraison : de juin à septembre

Plantation : de septembre à octobre
Floraison : d’avril à août

Plantation : de septembre à octobre
Floraison : de mars à juin

Plantation : de mars à avril et de sept. à octobre
Floraison : de mai à juin

Plantation : de septembre à octobre
Floraison : de mars à avril

A lire sur le même thème 

Plantation : de sept. à octobre et de mars à avril
Floraison : d’avril à juin

Plantation : de novembre à mars
Floraison : en mai

Plantation : d’octobre à nov. et de mars à avril
Floraison : de septembre à novembre

Plantation : de septembre à mai
Floraison : de mai à juin

Plantation : de sept. à octobre et à partir d’avril
Floraison : de juillet à août

Plantation : de septembre à octobre
Floraison : de mars à mai

17
Mar
2021

QUELLES FLEURS POUR LES ABEILLES ?

Épisode 3 – Les fleurs des prés 

DES « MAUVAISES HERBES » PAS SI MAUVAISES !

Longtemps bannies par les jardiniers en herbe, les fleurs des prés ont la vie dure.
Souvent tondues, éliminées ou encore arrachées…
Elles sont pourtant essentielles dans cette période transitoire entre la sortie d’hivernage et les premières floraisons du printemps.

Elles regorgent de pollen et de nectar sains pour nos butineuses
et dessinent un paysage bucolique dans nos jardins.
On vous présente une sélection des fleurs des prés dont les abeilles raffolent.

Plantation : de mars à juin
Floraison : d’avril à septembre

Plantation : de février à mars
Floraison : de mai à août

Plantation : de mars à mai et juil. à août
Floraison : de juin à septembre

Plantation : d’avril à mai
Floraison : de juin à septembre

Plantation : de mars à avril et sept. à oct.
Floraison : de juin à juillet

Plantation : de mai à juin 
Floraison : d’avril à octobre

A lire sur le même thème

Plantation : de sept. à octobre et mars à avr.
Floraison : de mai à août

Plantation : de sept. à octobre et de mars à avr.
Floraison : d’avril à septembre

Plantation : de septembre à avril
Floraison : de mai à octobre

Plantation : de sept. à octobre et de mars à avr.
Floraison : de mai à juillet

Plantation : d’avril à septembre
Floraison : de mai à novembre

Plantation : d’avril à août
Floraison : de mai à septembre

17
Mar
2021

NOTRE « PETIT CHALLENGE » SYMPA POUR LES ABEILLES

Quand les températures remontent peu à peu et que la météo est clémente, les abeilles commencent à ressortir tout doucement de la ruche après un hivernage de plusieurs mois, à la recherche des premières floraisons.

Elles vont devoir attendre encore un peu avant l’explosion des floraisons printanières. Les petites fleurs des près, déjà disponibles début mars et que l’homme appelle communément « les mauvaises herbes » sont essentielles dans cette période transitoire.

Laissons ces fleurs des près offrir aux abeilles les premiers nectars et pollens sains dont elles ont tant besoin

Vous avez été nombreux sur les réseaux sociaux à nous réclamer le panneau « LES ABEILLES ONT BESOIN DE CES FLEURS EN SORTIE D’HIVERNAGE POUR FAIRE LE PLEIN D’ÉNERGIE »

On vous propose un challenge sympa à faire chez vous !

Téléchargez et imprimez la pancarte ci-dessus et postez-nous des photos des fleurs dans vos jardins, parcs et rues alentours avec

Les #untoitpourlesabeilles et mention @untoitpourlesabeilles

Nous reposterons avec grand plaisir toutes vos photos ! A vous de jouer 🙂

15
Mar
2021

LE 17 MARS 2020, LA FRANCE PASSAIT SOUS CLOCHE

L’arrivée du Coronavirus nous obligeait à nous confiner, une période difficile pour chacun.
Nous espérons retrouver très vite un peu de cette liberté qui nous est chère et nous manque tant : les sourires, la joie, le partage…

Le printemps arrive à grand pas et avec lui la promesse de jours meilleurs

>>  RESTONS SOLIDAIRES  <<

Aux ruchers, les abeilles se réveillent en douceur après un confinement de quelques mois (l’hivernage) et retrouvent une nature en pleine éclosion.
C’est une période primordiale pour l’initiative que nous portons.

Plantez, semez des fleurs pour les butineurs, parrainez des ruches, agissez à votre échelle pour préserver les abeilles.

Elles sont petites mais portent en elles l’équilibre de notre biodiversité !

Un Toit Pour Les Abeilles

12
Mar
2021

QUELLES FLEURS POUR LES ABEILLES ?

Épisode 2 : Les Fleurs d’ornements

Beaucoup de plantes, arbres et arbustes ornementaux sont mellifères.
Après les plantes aromatiques, on vous présente une sélection de
fleurs et plantes d’ornements appréciées des butineurs.

Elles fleurissent, animent et dessinent notre jardin et sont un excellent « garde manger » pour nos butineuses. Elles offrent nectar et pollen sains aux abeilles.
En plantant différents types de fleurs / plantes, vous permettez d’offrir des ressources tout au long de la saison aux pollinisateurs et égayez vos jardins !
Une belle façon de mêler l’utile à l’agréable.

Plantation : toute l’année
Floraison : de juin à juillet

Plantation : de sept. à oct. et mars à avril
Floraison : de mai à juillet

Plantation : en mars
Floraison : de juin à septembre

Plantation : de mars à mai
Floraison : de juillet à octobre

Plantation : de mars à mai
Floraison : d’avril aux gelées

Plantation : d’avril à mai
Floraison : de juillet à octobre

A lire sur le même thème 

Plantation : de mars à mai
Floraison : de juin à septembre

Plantation : de septembre à octobre
Floraison : de février à mars

Plantation : de août à novembre
Floraison : de juin à octobre

Plantation : de septembre à décembre
Floraison : de février à avril

Plantation : de septembre à décembre
Floraison : d’avril à juin

Plantation : toute l’année hors gel
Floraison : de août à septembre

03
Mar
2021

QUELLES FLEURS POUR LES ABEILLES ?

Épisode 1 : Les Plantes Aromatiques

LES ABEILLES PUISENT DANS LA NATURE DEUX INGRÉDIENTS ESSENTIELS QUI CONSTITUENT LEUR ALIMENTATION :

LE NECTAR & LE POLLEN

LE NECTAR est le liquide sucré sécrété par la plante. Grâce au travail minutieux réalisé par les abeilles, il deviendra le précieux miel de nos terroirs.
LE POLLEN forme de petites pelotes jaunes que l’on retrouve très souvent sur les pattes de l’abeille. Il est très peu sucré et offre un apport en protéines végétales et minéraux.

Nous vous proposons chaque semaine, une sélection de plantes, fleurs et arbustes mellifères pour les abeilles.
Cette semaine, les plantes aromatiques préférées des abeilles.

Plantation : de mai à juillet
Floraison : d’avril à juin

Plantation : de mai à juillet
Floraison : d’avril à juin

Plantation : de mars à septembre
Floraison : de juin à octobre

Plantation : d’avril à octobre
Floraison : de juin à août 

Plantation : de mars à mai
Floraison : de juin à septembre

Plantation : septembre – octobre
Floraison : toute l’année

Plantation : de sept. à oct. et mars à avril
Floraison : de mai à août

Plantation : de sept. à oct. et mars à avril
Floraison : toute l’année

Plantation : de sept. à oct. et mars à avril
Floraison : de mai à octobre

Plantation : de octobre à novembre
Floraison : toute l’année

Plantation : d’avril à juin
Floraison : toute l’année

Plantation : de mars à avril
Floraison : de juin à octobre

27
Oct
2020

La légende du Colibri

Tirée d’un conte amérindien, cette légende fait plus que jamais écho
à l’initiative que nous portons chez Un Toit Pour Les Abeilles.

«Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt.
Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit :
« Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? »  […]

« Je le sais,


répond le colibri, mais


je fais ma part ».

Beaucoup connaissent la première partie de la légende…

Beaucoup moins, la seconde partie que l’on vous partage aujourd’hui.

« Sans plus attendre, il repart vers les flammes.
Les animaux se regardent étonnés. C’est Toucan qui le premier dit :
« j’y vais aussi. J’ai un grand bec et je sais voler ».
Puis Ara s’écrie : « attends je viens avec toi ».
Finalement, prenant un peu d’eau dans leur bec, dans leur museau, dans leurs pattes tous les animaux s’élancent vers l’incendie. L’histoire ne dit pas s’ils ont réussi ; mais depuis ce jour, quelque chose a changé et les animaux se sentent unis par une force nouvelle.
Et plus aucun d’eux ne se moquent de la petite taille du Colibri. »

20
Juil
2018

Merci pour toutes vos photos…

Chers marraines, chers parrains,

Comme chaque année, vous avez été encore très nombreux à nous partager les photos de vos pots de miel reçus ce printemps !
A l’instar de ces derniers :  miels liquides, crémeux ou cristallisés…
Ou encore à l’instar des types de miel reçus, Miel d’Acacia, de Fleurs, de Sapin, de Montagne, de Lavande etc…

…vos photos nous sont parvenues de partout en France et même de Corse… Certaines dans vos jardins, d’autres sur vos balcons, ou encore sur vos tables de cuisine…

De magnifiques photos pleine de gentillesse et de gourmandise… 😉
Les derniers envois sont actuellement en cours et nous remercions chaleureusement nos marraines et parrains patients, qui connaissent le métier d’apiculteur et qui savent que c’est la Nature qui donne le rythme…

Et merci aussi à tous les parrains, les nouveaux, comme nos parrains historiques qui nous apportent leur soutien précieux et plus qu’essentiel dans l’action que nous menons…
Voici donc, avec grand plaisir quelques unes des photos reçues !

02
Fév
2018

La Gazette des abeilles n°3

Chères marraines, chers parrains,
Ça y est notre troisième numéro de la Gazette des abeilles vient de paraître.
Nous sommes ravis de partager avec vous la gazette Un toit pour les abeilles, bilan de l’année écoulée et démarrage de la saison apicole 2018.

Certains d’entre vous l’ont peut être reçue dans leur colis de miel.

Cliquez sur la Gazette pour l’ouvrir …

 

Bonne lecture !
02
Nov
2017

C’était il y a tout juste un an…

Chères marraines, chers parrains,

Le 5 novembre 2016 ne vous dira probablement rien !
Ce n’est pas la rentrée, ni même la date d’un rendez-vous important ou encore la date d’anniversaire de l’un de vos proches.
Pourtant cette date, le 5 novembre 2016, résonne en nous comme un jour symbolique…
Celui où vous avez décidé d’intégrer la grande famille des parrains Un Toit Pour Les Abeilles.

Chez Un Toit Pour Les Abeilles, nous n’avons pas oublié ce jour magique où vous avez été des milliers à vous engager à nos côtés en parrainant des ruches !
Beaucoup d’entre vous nous ont rejoint suite au passage dans le JT de France 2 ce 5 novembre. Souvenez-vous…

Durant toute cette année de parrainage, vous avez vécu au rythme des abeilles.
Nous partageons cette conviction commune, que si chacun fait un geste, on peut changer les choses et préserver notre biodiversité et nos précieuses abeilles.

Nous espérons que vous avez apprécié votre année de parrainage
Une chose est sûre, chacun de vous aura, à son niveau, agi concrètement pour préserver les abeilles et leurs gardiens, les apiculteurs… Et pour cela, nous vous disons

 MERCI 

 

Finalement aujourd’hui vous faites un peu partie de notre famille. Cette histoire environnementale nous l’écrivons ensemble… Il reste encore des pages à écrire et vous pouvez poursuivre l’action initiée l’an passé, en renouvelant votre parrainage.
Il vous suffit pour cela de cliquer sur le bouton ci-dessous et de valider votre engagement pour cette nouvelle année.

On espère de tout cœur que vous maintiendrez ce lien étroit que vous avez su tisser avec vos abeilles, votre apiculteur, et avec nous…


Point Actus : L’utilisation du glyphosate, herbicide « tueurs d’abeilles » et classé « cancérigène certain pour les animaux, et probable pour l’homme », risque d’être renouvelée pour quelques années encore (3 ans minimum selon la proposition de Nicolas HULOT), ou pour 10 ans ! Ce serait pour la filière un véritable coup de massue.
Outre le glyphosate, 2 nouveaux pesticides, dont la molécule principale active est le sulfoxaflor, très proche des néonicotinoïdes, viennent d’être autorisés. Un véritable scandale ! Sortis par la porte, les néonicotinoïdes reviennent par la fenêtre. Nous ne pouvons rester inactifs face à cette situation !
Vous nous avez soutenu hier… Nous avons encore besoin de vous aujourd’hui !


L’Équipe Un Toit Pour Les Abeilles
Et tous les apiculteurs soutenus au travers du parrainage !

 

03
Fév
2017

La vie de la ruche en février

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Même s’il fait encore froid en ce début de mois de février, nous sommes bien loin des températures glaciales de ces dernières semaines. Partout en France les prévisions météorologiques annoncent le redoux. Quoiqu’il en soit, et même si par endroit il fait encore froid, l’essaim va reprendre son activité. Il est l’heure du réveil de la colonie ! La grappe qui avait permis de conserver des températures élevées au sein de la ruche, va tout doucement se disloquer. La reine va reprendre la ponte. D’une petite rondelle sur un cadre, elle va remplir plusieurs cadres de couvain, en fonction des provisions en pollen.

La population au sein de la ruche va grossir rapidement. Cette période durant laquelle les abeilles passent d’une situation de repos hivernal, à une reprise d’activité pour la reine et la colonie, est particulièrement importante. Elle est également facteur de stress pour l’apiculteur car déterminante pour les mois à venir.
La population se développe rapidement et les réserves s’épuisent aussi vite, sans que les abeilles ne puissent encore sortir pour butiner et ramener de nouvelles provisions.

Zoom sur …
Le Cycle de la vie de l’abeille

A partir de l’œuf pondu dans son alvéole, la future abeille va passer par quatre stades différents, jusqu’à l’abeille adulte…

Au départ il y a l’œuf de la Reine. En fonction de son statut « fécondé » ou non, et de l’alimentation, l’œuf deviendra une nouvelle reine ou une ouvrière (oeuf fécondé), ou un faux-bourdon (oeuf non fécondé). L’œuf est déposé verticalement au fond de l’alvéole. Au bout de trois jours à peine, l’œuf devient larve. Semblable à un ver blanc, il va muer et grossir pendant 4 jours au sein de l’alvéole où il est nourri par les abeilles. Au neuvième jour, le nourrissage est arrêté et l’alvéole operculée avec de la cire, pour laisser la larve évoluer doucement en Nymphe (pupe). On voit notamment à ce stade se dessiner les antennes, les yeux, la bouche, les pattes ou encore les ailes. C’est une abeille adulte ou imago qui sortira de l’alvéole au vingtième jour. Elle deviendra par la suite une ouvrière.

De son côté, l’apiculteur …
Dernière ligne droite pour l’apiculteur avant le retour des beaux jours. Février est une période de tous les dangers. Les contrôles demeurent visuels principalement car le froid demeure. La pesée des ruches reste également importante pour estimer les réserves encore disponibles au sein de la ruche.

Le Saviez – vous ? Comment reconnait-on la Reine ?
Sa taille tout d’abord… La Reine mesure en moyenne 20mm lorsque l’ouvrière en fait 15. Sa couleur avec reflets chauds ou bronzés est également un signe distinctif. Son abdomen est plus long et n’est pas entièrement recouvert par ses ailes, comme pour les ouvrières. Les yeux de la Reine ont moins de facettes que l’ouvrière. Son dard est plus lisse et elle pourra le retirer et piquer de nouveau. L’ouvrière en revanche meurt une fois son dard retiré. Elle n’a pas de glandes cirières et sa démarche est beaucoup plus lente.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Abeilles sans reine, ruche perdue. » Proverbes Russes

06
Sep
2014

L’abeille, une diversité génétique étonnante

Des chercheurs ont découvert près de 3000 gènes découlant de leur adaptation à différents environnements au fil du temps, associés notamment au système immunitaire ou à la capacité à hiverner.

Agence France-Presse

PARIS

Contrairement à la plupart des espèces domestiquées par l’Homme, les abeilles font preuve d’une étonnante diversité sur le plan génétique qui leur a permis de s’adapter aux changements successifs depuis leur apparition voici quelque 100 millions d’années, selon une étude publiée dimanche.

L’abeille (Apis mellifera) joue un rôle crucial pour les sociétés humaines, dont un tiers de l’approvisionnement en nourriture dépend de la pollinisation des fruits, noix et légumes par des insectes. Le déclin des colonies d’abeilles observé ces dernières années, lié notamment aux maladies et au changement climatique, a donc de quoi inquiéter.

Pour mieux contrer le phénomène, les scientifiques tentent de comprendre les forces et les faiblesses des différentes espèces d’abeilles, inscrites dans leur génome.

Des chercheurs ont donc analysé et comparé l’ADN de 14 sortes d’abeilles issues d’Europe, d’Afrique, du Moyen-Orient, des États-Unis et du Brésil.

Ils ont notamment découvert près de 3000 gènes découlant de leur adaptation à différents environnements au fil du temps, associés notamment au système immunitaire ou à la capacité à hiverner.

«Nous avons utilisé des techniques de pointe et identifié un haut niveau de diversité génétique chez les abeilles. Contrairement à d’autres espèces domestiques, l’élevage des abeilles semble avoir dopé les variations génétiques en croisant des abeilles provenant de différents endroits du monde», résume dans un communiqué le principal auteur de l’étude, Matthew Webster, biologiste à l’université suédoise d’Uppsala.

«Ces résultats semblent aussi indiquer que les croisements intensifs ne sont pas une cause majeure de déclin des colonies», souligne-t-il.

Plus surprenant, l’analyse génétique de l’abeille domestique suggère qu’elle n’est pas originaire d’Afrique, comme on le pensait. Elle semble issue d’une ancienne espèce d’abeille cavicole arrivée d’Asie voici quelque 100 millions d’années et qui se serait rapidement propagée en Europe et en Afrique.

L’ADN révèle en outre la grande influence que le changement climatique exerce sur la taille des populations d’abeilles selon les époques. «Les populations en Europe semblent avoir diminué durant les périodes de glaciation alors qu’au même moment les populations africaines se développaient», explique Matthew Webster.

Publiée dans la revue britannique Nature Genetics, l’étude «pose les bases qui permettront de chercher les mécanismes biologiques qui jouent dans la résistance aux maladies et à l’adaptation au climat, des connaissances qui pourraient s’avérer vitales pour la protection des abeilles», conclut-il.

Source : www.lapresse.ca/labeille-une-diversite-genetique-etonnante

Ecrit par Un toit pour les abeilles dans : A lire sur les abeilles,Bon à savoir | Tags : Commenter cet article
12
Juin
2014

récoltes d’essaims

quelques photos de récoltes d’essaims

05
Mai
2014

Biodiversité : 5 gestes simples pour protéger les abeilles

Les abeilles mellifères sont en danger mais il est possible de les protéger au quotidien, même en ville ! Pour préserver ces précieux pollinisateurs voici quelques gestes simples que vous pouvez appliquer dans votre jardin ou sur votre balcon.

Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles

Depuis quelques années, la population d’abeilles est en très forte diminution, avec une disparition totale dans certaines régions. Ce phénomène porte le nom de  » Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles  » ou CCD (Colony Collapse Disorder) et reste inexpliqué : subitement, les ruches se vident de leurs abeilles sans que l’on ne retrouve aucun cadavre à proximité. Ce syndrome est très préoccupant en raison de l’importance écologique de l’abeille en tant que pollinisatrice.

Les ruches Ecolutis, avec un toit pour les...
Les ruches Ecolutis, avec un toit pour les abeilles

1) Banir les engrais et herbicides

Cette mesure est essentielle ! Les études en cours montrent que parmi les causes les plus probables de la disparition massive des abeilles figurent les traitements pesticides. En effet, des abeilles soumises en laboratoire à des doses connues de certains pesticides développent des modifications au niveau des enzymes de leur cerveau. Or, ces modifications peuvent avoir un impact majeur sur le petit insecte pollinisateur: difficulté à voler, à s’orienter, à communiquer avec les membres de sa colonie.

De plus, sachez que pour que les abeilles puissent continuer à jouer leur rôle de pollinisateur, il faut favoriser le développement d’autres insectes et invertébrés nécessaires au cycle de vie des plantes. Dans votre jardin, faites donc place à la vie !

2) Semer des fleurs

Dans vos cours, balcons, terrasses, bords de fenêtres, toitures, privilégiez les plantes à fleurs mellifères (les plus fréquentées par les abeilles).

Si vous êtes l’heureux détenteur d’un lopin de terre, prévoyez une jachère de fleurs sauvages pour permettre à la biodiversité de se renouveler.

Voici une liste non exhaustive des plantes à privilégier :  thym, bourrache, lavande, mélisse, menthe, origan, sauge, verveine, aster, gaillarde, hellébore, jacinthe, muscari, rose trémière, bruyère, cotonéaster, mélilot blanc, pyracantha, aubépine, berbéris, cognassier du Japon, groseillier sanguin, troène, lilas, seringat, mahonia, symphorine, houx, lierre (surtout en fin de saison), ronces, clématites, glycine, chèvrefeuille, vigne vierge

3) Construire des gites à insectes

Certaines espèces d’abeilles solitaires disparaissent aussi car elles ne savent plus où faire leur nid et élever leurs oeufs. Pour les aider, c’est tout simple : on peut construire un gîte à insecte, avec une bûche de bois ou des tiges de plantes creuses, et l’installer sur le balcon ou au jardin. Mode d’emploi : accrochez en hauteur un gros morceau de bois percé de trous de différents diamètres (7mm maxi) et 6cm de profondeur. Vous pouvez aussi protéger votre bois d’une planche pour éviter que l’eau ne fasse pourrir votre abri. Certains « hôtels à insectes » très élaborés sont vendus dans les jardineries.

4) Consommer le miel de sa région

Ca a l’air bête comme chou, mais c’est un des conseils les plus logiques. Si la consommation de miel diminue, le nombre d’apiculteurs aussi, et donc le nombre d’essaims. Privilégier du miel français c’est privilégier du miel a priori sans OGM et avec un bilan carbone moindre. N’oubliez pas que la consommation de miel ne se limite pas aux biscottes du matin ! On peut l’intégrer dans tout un tas de plats et recettes bio !

5) Parrainer une ruche

Apiculteur amateur est une activité passionnante. Si vous avez un grand jardin et un peu de temps, vous pouvez vous former dans les centres et associations spécialisés. Sinon, vous ou votre entreprise, pouvez toujours parrainer une ruche chez un apiculteur! Avec seulement quelques euros par mois,  » Un toit pour les abeilles  » vous propose de créer votre propre colonie d’abeilles, suivre l’évolution de votre ruche sur internet par le biais de photos et déguster votre miel bio à l’occasion de sa récolte. Sympa !

Pour en savoir plus sur  » Un toit pour les abeilles « : www.untoitpourlesabeilles.fr

Source : www.bioaddict.fr/5-gestes-simples-pour-proteger-les-abeilles

Ecrit par Un toit pour les abeilles dans : Nos actions | Tags : Commenter cet article
02
Mai
2014

L’Europe en grave déficit d’abeilles pour polliniser ses cultures

L’Europe affiche un déficit de 7 milliards d’abeilles pour correctement polliniser ses cultures.

 L’Europe affiche un déficit de 13,4 millions de colonies d’abeilles, soit 7 milliards d’individus, pour correctement polliniser ses cultures. Ce sont les conclusions de chercheurs de l’université de Reading (Royaume-Uni), publiées mercredi 8 janvier dans la revue Plos One.

La cause ? En raison du développement des cultures oléagineuses notamment utilisées dans les agrocarburants, les besoins de pollinisation ont crû cinq fois plus vite que le nombre de colonies d’abeilles entre 2005 et 2010.

D’où, aujourd’hui, une situation de déficit : « L’Europe a seulement deux tiers des colonies d’abeilles dont elle a besoin », indiquent les auteurs. Dans la moitié des 41 pays étudiés, « il n’y a pas assez d’abeilles pour polliniser correctement les cultures, notamment en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Italie », précisent-ils.

Stock d’abeilles nécessaires à la pollinisation par pays en 2010. | PLOS one

Le cas de la Grande-Bretagne est particulièrement préoccupant avec moins d’un quart des abeilles nécessaires à la pollinisation. En France et en Allemagne, entre 25 et 50 % des colonies d’abeilles nécessaires sont présentes.

Lire la note de blog : A quoi ressembleraient nos supermarchés sans les abeilles ?

AGRICULTURE DÉPENDANTE DES POLLINISATEURS SAUVAGES

Du coup, soulignent les scientifiques, l’agriculture est de plus en plus dépendante des pollinisateurs sauvages (bourdons, etc.), des espèces qui peuvent se révéler vulnérables, notamment dans le cas de monocultures.

Lire (édition abonnés) : Le déclin des insectes pollinisateurs menace les rendements agricoles

« Cette étude montre que la politique européenne en matière d’agrocarburants a pour conséquence imprévue de nous rendre plus dépendants des pollinisateurs sauvages », relève Tom Breeze, l’un des auteurs de l’étude. Selon son collègue Simon Potts, « nous allons vers une catastrophe à moins d’agir maintenant : les pollinisateurs sauvages doivent être mieux protégés ».

« Il y a une déconnexion entre les politiques environnementales et agricoles en Europe : les agriculteurs sont encouragés à cultiver des oléagineux, mais il n’y a pas suffisamment de réflexion sur la manière d’aider les insectes à assurer la pollinisation », estime M. Potts.

Source : http://lemonde.fr/l-europe-en-grave-deficit-d-abeilles-pour-polliniser-ses-cultures

Ecrit par Un toit pour les abeilles dans : L'abeille en danger | Tags : , Commenter cet article
19
Avr
2014

Piqûre d’abeilles : les zones les plus sensibles ?

C’est à cette question, des plus originales, qu’a tenté de répondre un étudiant de l’Université de Cornell. Le résultat de son classement se base sur le Schmidt Sting Pain Index, une échelle de classement de la douleur.

Pour les besoins d’une étude scientifique, plutôt atypique, Michael Smith a fait la désagréable expérience de tester les différentes parties anatomiques sur lesquelles une abeille pouvait vous piquer, avant d’attribuer une note de 1 à 10 à chacune de celles-ci en fonction de la sensibilité à la douleur.

Un classement effectué à partir de la « Schmidt Sting Pain Index », que le journal scientifique PeerJ publie dans son édition du 4 avril.

Après avoir sélectionné 25 zones clés, et à raison de 5 piqûres quotidiennes testées sur sa propre anatomie pendant 38 jours, l’étudiant de l’Université de Cornell a réussi son objectif. « Les résultats, dit-il, ne sont pas toujours similaires à ce que l’on pourrait penser« . Ainsi, le pénis, qui arrive, avec la note de 7, n’est pas en pole position des pires zones. Il se situe juste derrière le scrotum et à égalité avec la joue. La narine, bien plus sensible, atteint la note de 9, tout comme la lèvre supérieure. Au contraire, le crâne et la partie supérieure du bras occasionnent moins de douleurs.

Suivant la localisation de la piqûre, la perception de la douleur diffère, explique Michael Smith. Un effet psychologique qui joue très sûrement dans l’appréhension de la douleur ressentie.

« Heureusement, ajoute l’étudiant, et cela est bon à savoir, les abeilles ne sont pas réputées être agressives envers l’homme« , conclut-il.

Source : sante.doctissimo.fr/Piqure-d-abeilles-zones-les-plus-sensibles

Ecrit par Un toit pour les abeilles dans : Bon à savoir | Tags : , Commenter cet article
18
Avr
2014

Le Sénat reconnaît l’abeille comme bio-indicateur

Les Sénateurs ont adopté un amendement à la loi sur l’avenir de l’agriculture reconnaissant l’abeille comme un bio-indicateur dans le cadre de la surveillance des produits phytopharmaceutiques.

Vue en gros plan d’un abeille tueuse. AP/SIPA

« L’abeille est un bio-indicateur particulièrement performant, puisqu’elle est quotidiennement en contact de plusieurs éléments biotiques et abiotiques des écosystèmes tels que les végétaux, l’eau, le sol et l’air », a souligné l’auteur de l’amendement, Alain Fauconnier (PS).

« Son corps couvert de poils lui permet de conserver les éléments avec lesquels elle est en contact. Son activité de butinage lui fait exercer une fonction de prélever sur des centaines de points par jour et sur une aire de plusieurs kilomètres de rayon ».

Dans ces conditions, elle entre parfaitement dans le cadre du système de surveillance des produits phytopharmaceutiques mis en place par le projet de loi, a ajouté le sénateur de l’Aveyron.

Cet amendement est cohérent avec le plan de développement durable de l’apiculture qui dispose notamment qu’il faut diminuer l’impact des pesticides sur la santé des colonies d’abeilles et promouvoir leur rôle d’indicateur des atteintes à la biodiversité et à l’environnement, a précisé M. Fauconnier.

Les sénateurs ont également voté les articles pour un meilleur encadrement de l’utilisation des antibiotiques vétérinaires, avec comme objectif de réduire des antibiotiques critiques pour éviter le développement de bactéries multi-résistantes.

Adopté par les députés en première lecture en janvier, le projet de loi ambitionne de « verdir ». Son examen au Sénat, commencé mercredi, doit s’achever dans la nuit de mardi à mercredi 16 avril.

Source : www.challenges.fr/le-senat-reconnait-l-abeille-comme-bio-indicateur

Ecrit par Un toit pour les abeilles dans : Bon à savoir,Non classé | Tags : Commenter cet article

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | un toit pour les abeilles