21
Juil
2021

Prenons Soin Des Abeilles !

UNE ANNÉE NOIRE POUR NOS ABEILLES …

Nous sommes en pleine saison…
Mais cette saison a un goût particulièrement amer pour nos abeilles qui doivent faire face aux aléas de la météo. Beaucoup d’intempéries : pluie, gel, vent, sécheresse…

Chez Arnaud, Les ruchers de Papy Alain en région Grand Est, Le Pont, petit ruisseau du village d’à peine 2 cm d’eau en général a littéralement débordé. Du jamais vu !
Heureusement pour notre apiculteur situé sur les hauteurs du village : le matériel et les ruchers surélevés ont pu être sauvés !

AU COEUR DE LA SAISON APICOLE ET POURTANT … 

Cette période est propice à l’installation de nouvelles ruches, et pourtant, les dernières annonces du gouvernement ont eu un effet « coup de massue » sur nos parrainages. 
La morosité ambiante a jeté un frein sur les soutiens de nos marraines et parrains, particuliers et entreprises. Ne laissons pas les abeilles en marge.
Elles ont besoin de nous et nous avons encore plus besoin d’elles.

Soyons solidaires et préservons les abeilles 

29
Juin
2021

OU VA L’ARGENT DU PARRAINAGE ?

Il nous paraissait important d’être transparent avec vous en vous détaillant où vont les fonds que vous nous transmettez en parrainant des ruches.
Concrètement vos contributions permettent :

Le parrainage permet de développer de nouvelles colonies sur tout le territoire. Il offre un environnement sain et adapté aux abeilles et un gardien bienveillant pour s’en occuper.

Cette aide leur permet de vivre décemment d’une activité essentielle à notre Planète.
Nous aidons aussi régulièrement nos apiculteurs dans le développement de leur activité apicole. 

Les saisons apicoles sont incertaines, nos apiculteurs le savent. Mais les coups durs peuvent paraître parfois insurmontables et vos soutiens permettent alors de voir un peu de lumière au bout du tunnel.

« Sans le parrainage de ruche, nous aurions déjà mis les clés sous la porte »

Répartition financière de l’aide pour 4000 abeilles

Découvrez tous nos autres projets autour de la préservation des abeilles et de la biodiversité !

Nous sommes fiers de contribuer avec et grâce à vous, à un véritable effort écologique.

07
Juin
2021

ESSAIMEZ AUPRÈS DE VOS SALARIES, CLIENTS ET PARTENAIRES

★ VOUS NOUS L’AVEZ DEMANDÉ, IL EST LÀ ★

Un code unique « Ambassadeur des Abeilles » que vous allez pouvoir partager en un clic !

Rendez-vous sur votre espace parrain, rubrique « mes informations » .
Grâce à vous, encore plus d’abeilles seront préservées 😊 !

DES CADEAUX POUR VOUS REMERCIER

Pour tout nouveau parrainage effectué avec votre « code ambassadeur »,
vous recevrez «une surprise des abeilles » en cadeau*.

* cadeau livré chez vous (exemple : bonbons au miel, pots de miel, graines à planter etc…)

01
Juin
2021

INVITEZ VOS PROCHES A PARRAINER & RECEVEZ UNE SURPRISE 🐝 !

VOUS NOUS L’AVEZ DEMANDÉ, IL EST LÀ

Un code unique « Ambassadeur des Abeilles » que vous allez pouvoir partager en un clic !

Rendez-vous sur votre espace parrain rubrique « mes informations » et partagez-le autour de vous.
Grâce à vous, encore plus d’abeilles seront préservées 😊 !

DES CADEAUX POUR VOUS REMERCIER

Pour tout nouveau parrainage effectué avec votre « code ambassadeur »,
vous recevrez «une surprise des abeilles » en cadeau*.

* cadeau livré chez vous (exemple : bonbons au miel, pots de miel, graines à planter etc…)

19
Mai
2021

20 MAI, JOURNÉE MONDIALE DE L’ABEILLE

UNE JOURNÉE HOMMAGE POUR SENSIBILISER & AGIR

Elle a été votée à l’unanimité par les Nations Unies en 2017. Son objectif : sensibiliser le grand public et les autorités politiques à la nécessité de préserver les abeilles.

POURQUOI UNE JOURNÉE DÉDIÉE AUX ABEILLES ?

En 30 ans, le taux de mortalité des abeilles en France est passé de 5 % en moyenne à près de 40 % par an.
Pourquoi ? Parce que dans les années 1990 est apparu en France un herbicide de la famille des néonicotinoïdes très controversé : le glyphosate (substance active du Roundup de Monsanto). Il s’attaque au système nerveux des abeilles qui meurent empoisonnées provoquant le CCD* (Colony Collapse Disorder ou Syndrome d’Effondrement des colonies).

UN VÉRITABLE DRAME ÉCOLOGIQUE

Les abeilles entre autres représentent la reproduction de + de 80 % de plantes à fleurs
et 35 % de l’alimentation mondiale en tonnage !

Sans elles, nous ferions face à un véritable désert alimentaire !

SCÉNARIO CATASTROPHE D’UN MONDE SANS ABEILLES

L’utilisation non contrôlée des pesticides dans les années 80 a causé la disparition des abeilles sur la Province du Sichuan. Vidéo surréaliste mais actuelle.

Dans certaines régions du monde, les abeilles ont totalement disparu, obligeant l’homme à polliniser à la main. Un travail minutieux réalisé gratuitement par les abeilles et que l’homme est contraint d’effectuer avec difficulté et moyennant finance.
On estime à 153 milliards d’euros le service rendu gratuitement par les abeilles.

POURQUOI LES ABEILLES SONT-ELLES EN DANGER ?

Nous avons évoqué le facteur « numéro 1 » de la disparition des abeilles : LES PESTICIDES.
Mais elles doivent faire face à d’autres facteurs nombreux qui affaiblissent les colonies.

. LE FRELON ASIATIQUE
Un prédateur capable de décimer une ruche entière de 40 000 abeilles en quelques heures à peine. Le frelon asiatique est apparu en France en 2004 (arrivé par erreur dans une poterie en provenance de Chine). Il a proliféré et est présent sur tout le territoire. Nos abeilles européennes ne savent pas se défendre contre ce nouveau prédateur. On le reconnaît facilement à sa couleur brune et aux extrémités de ses pattes jaunes.

. LE VARROA DESTRUCTOR
Ou « parasite de l’abeille ». C’est un mal qui touche toutes les ruches de France. Ce parasite s’installe dans le couvain, juste avant que les cellules soient operculées. Le varroa pont à l’intérieur des cellules et la « mère » varroa déchire la paroi de l’abdomen de l’abeille naissante pour que sa progéniture puisse s’alimenter et se développer. Au moment de sa naissance, l’abeille est fortement affaiblie et les varroas bien développés ! La ruche tout entière s’en retrouve fragilisée.

. LA MONOCULTURE 
Tout comme l’Homme a besoin d’un régime diversifié pour être en bonne santé, les abeilles ont besoin d’un apport en pollens et nectars diversifiés tout au long de l’année, pour faire le plein d’énergie et se développer correctement dans la ruche. L’évolution des pratiques agricoles vers la monoculture, sans herbes folles ou « mauvaises herbes » permettant cette diversification alimentaire a appauvri les ressources naturelles et saines disponibles dans la nature pour les abeilles.

. LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE
Pas de doute possible ! Pour les apiculteurs et les abeilles, dépendant des saisons, le dérèglement climatique est plus que jamais d’actualité. Il influe fortement sur la saisonnalité apicole : inondations, canicules, hivers trop doux, sécheresses etc. Les abeilles n’hivernent plus correctement, les floraisons s’assèchent trop vite. Des floraisons disparaissent à cause des conditions météos qui évoluent…

POURQUOI LE 20 MAI ?

Cette journée coïncide avec l’anniversaire d’Anton Jansa, apiculteur du XVIIIème siècle, reconnu comme étant le père de l’apiculture moderne.

Cette date met donc aussi en lumière l’importance de soutenir la filière apicole et les gardiens des abeilles, nos apiculteurs.

22
Avr
2021

A LA DÉCOUVERTE DES ABEILLES SAUVAGES

1 abeille, 10 abeilles, 1000 abeilles, 20 000 abeilles !

Vous connaissez sans nul doute l’abeille à miel, abeille emblématique de l’initiative
Un Toit Pour Les Abeilles. Celle qui fait le bon miel dont vous raffolez !
On vous parle aujourd’hui des abeilles sauvages.

 QU’EST-CE QUE L’ABEILLE SAUVAGE ?

Savez-vous qu’il existe dans le monde environ 20 000 espèces d’abeilles
et près de 1000 rien qu’en France ?
Leurs points communs : elles ne piquent pas, ne vivent pas en colonie et ne produisent pas de miel. Pourtant, comme l’abeille à miel, elles sont essentielles à notre écosystème et sont en danger.

Et si on faisait connaissance ?
Difficile de ne pas craquer n’est-ce pas !

On vous présente deux véritables « stars » de la famille des abeilles maçonnes (abeilles sauvages).

Osmia cornuta (ou osmie cornue)
Elle mesure de 8 à 15mm. On la reconnaît facilement à son corps trapu, à la pilosité rousse de son abdomen et aux poils noirs de son thorax ainsi que de sa tête. On peut faire la différence entre un mâle et une femelle car le mâle est bien plus petit et a des poils blancs sur la face. 

Osmia rufa (ou osmie rousse)
Elle mesure de 8 à 12mm.
Elle arbore des couleurs légèrement différentes de celles de sa cousine cornue. Les poils de son abdomen sont plus sombres et ceux de son thorax sont plus clairs, dans des tons brun roux.

POURQUOI SONT-ELLES EN DANGER ?

A l’instar de l’abeille à miel, les abeilles sauvages font face à de nombreux facteurs d’affaiblissement. Entre autres les pesticides, la pollution, le changement des paysages avec l’appauvrissement des ressources naturelles, le dérèglement climatique

COMMENT LES PRÉSERVER ?

« Des câlins pour les plus douces des abeilles ! »

Il existe des petits gestes très simples que tout le monde peut mettre en pratique chez soi pour protéger les abeilles sauvages. Voici quelques exemples.

PLANTER / SEMER DES FLEURS
Les abeilles sauvages ont besoin de ressources naturelles tout au long de l’année pour s’alimenter et pas que. Saviez-vous par exemple qu’il existe une abeille, nommée l’abeille coquelicot, de son nom savant l’anthocope du pavot ? Elle utilise les pétales de cette fleur pour faire son nid.
Découvrez ou redécouvrez notre article blog autour des fleurs préférées des abeilles.

INSTALLER UN ABREUVOIR A INSECTES
Les abeilles sauvages ont également besoin de beaucoup d’eau. Vous pouvez leur fabriquer un petit abreuvoir très simple. Prenez un récipient, mettez-y un peu d’eau et ajoutez quelques cailloux ou brindilles pour éviter que les abeilles ne se retrouvent piégées. Saviez-vous que les abeilles maçonnes construisent leurs nids dans des galeries creuses, en utilisant de la terre qu’elles vont humidifier avec de l’eau ? Cela forme de véritables parois rigides qui protègent les œufs.

BANNIR LES PESTICIDES
Bien sûr, cela paraît tellement évident mais on ne cessera de le répéter :BANNIR LES HERBICIDES ET PESTICIDES de vos jardins. Cela fait du tort non seulement à vos jardins, mais aussi à tous les écosystèmes qui y vivent (papillons, abeilles, oiseaux, insectes) et à l’être humain.

CRÉER UN ESPACE DE BIODIVERSITÉ
Vous pouvez laisser une partie de votre jardin en jachère pour y voir éclore une biodiversité diversifiée. Saviez-vous par exemple que parmi les abeilles sauvages, il en est qui nichent dans des coquilles d’escargot vides ?
Ah les coquines… On prend ses aises chez nos amis les escargots !

Et si on les dorlotait ces petites abeilles ?

Vous pouvez devenir un Dorloteur ou une Dorloteuse d’Abeilles sauvage.
Dorloter les abeilles, c’est offrir un bout de jardin ou de balcon à ces pollinisatrices en danger.
Vous contribuez à leur protection et au bon développement de leurs populations
et vous participez à un élan écoresponsable.

Chez Un Toit Pour Les Abeilles,
nous aimons TOUTES les abeilles et avons à cœur de les protéger !

07
Avr
2021

DOSSIER ESSAIMAGE

Quand les abeilles « se font la malle » !

L’essaimage est un phénomène naturel très impressionnant qui se passe souvent au printemps et à l’approche de l’été. On vous l’explique en images et vidéo.

 QU’EST-CE QUE L’ESSAIMAGE ?

Pour expliquer l’essaimage il faut commencer par évoquer le rôle de la colonie.

Comme pour beaucoup d’autres insectes et animaux, vivants seuls ou en groupes, la colonie d’abeilles constitue un « organisme vivant » dont le rôle est d’assurer son renouvellement. L’Essaimage est donc un phénomène naturel de reproduction.

 POURQUOI LES ABEILLES ESSAIMENT-ELLES ?

« Un sixième sens » qui pousse à essaimer.

Juste avant la première miellée de printemps, l’essaim va commencer à préparer la nouvelle génération d’abeilles en construisant de nouvelles cellules royales. Elles seront alimentées avec de la gelée royale et donneront naissance à la future reine.

Le couvain (avec les futures abeilles) est plein, et la place vient à manquer dans la ruche. Et puis, l’ancienne reine prend de l’âge. Les ouvrières vont réduire son alimentation pour que sa masse corporelle diminue et qu’elle soit bientôt en capacité de voler.
Une fois la nouvelle reine prête à prendre la relève, l’ancienne quitte la ruche !

COMMENT SE DÉROULE L’ESSAIMAGE ?

« Qui m’aime me suive ! »

L’ancienne reine prend son envol et quitte la ruche pour s’installer dans la nature. Elle est suivie de près par des milliers d’ouvrières. Souvent, la moitié de la ruche suit la reine. Une fois posée, les abeilles l’encerclent pour la protéger de la chaleur et de tout danger.

« La Phéromone de Nassanov »

Quand les abeilles ont trouvé le lieu idéal où s’installer définitivement, les abeilles éclaireuses, postées devant l’essaim se mettent à frétiller du postérieur bien en l’air pour dégager la phéromone de « Nassanov ». C’est une phéromone  de cohésion qui va permettre à l’essaim d’aller rejoindre son nouvel habitat.

 EST-CE DANGEREUX & QUE FAIRE ?

Calme et observation sont de rigueur !

Surtout pas de panique. Les abeilles qui essaiment n’ont qu’un objectif en tête : trouver un nouvel habitat. Elles sont gorgées de miel qui constitue leur réserve. Quoi faire ?

Attendre : Les abeilles peuvent rapidement quitter l’endroit colonisé si ce dernier n’est pas adapté. il faut attendre au moins une demi-heure pour s’assurer que l’essaim s’installe.
Observer: A distance, vérifiez qu’il s’agisse bien d’abeilles et non de guêpes ou de frelons.    
Contacter: Un apiculteur de votre secteur qui sera ravi de pouvoir récupérer cet essaim.

Cette plateforme recuperation-essaim met en lien les particuliers qui ont un essaim chez eux, et un apiculteur proche qui pourra venir le récupérer dans les meilleures conditions.

 QUEL EST LE RÔLE DE L’APICULTEUR ?

Apiculteur, le gardien des abeilles !

Il peut intervenir de différentes façons : soit par l’ajout d’une hausse à miel, si la miellée est en cours et que la colonie a juste besoin d’un peu de place complémentaire.
Soit par division anticipée de la colonie si l’essaimage est nécessaire.
On parle alors d’essaim artificiel.

 ESSAIMAGE EN VIDÉO

Pour le plaisir des yeux…

17
Mar
2021

QUELLES FLEURS POUR LES ABEILLES ?

Épisode 3 – Les fleurs des prés 

DES « MAUVAISES HERBES » PAS SI MAUVAISES !

Longtemps bannies par les jardiniers en herbe, les fleurs des prés ont la vie dure.
Souvent tondues, éliminées ou encore arrachées…
Elles sont pourtant essentielles dans cette période transitoire entre la sortie d’hivernage et les premières floraisons du printemps.

Elles regorgent de pollen et de nectar sains pour nos butineuses
et dessinent un paysage bucolique dans nos jardins.
On vous présente une sélection des fleurs des prés dont les abeilles raffolent.

Plantation : de mars à juin
Floraison : d’avril à septembre

Plantation : de février à mars
Floraison : de mai à août

Plantation : de mars à mai et juil. à août
Floraison : de juin à septembre

Plantation : d’avril à mai
Floraison : de juin à septembre

Plantation : de mars à avril et sept. à oct.
Floraison : de juin à juillet

Plantation : de mai à juin 
Floraison : d’avril à octobre

A lire sur le même thème

Plantation : de sept. à octobre et mars à avr.
Floraison : de mai à août

Plantation : de sept. à octobre et de mars à avr.
Floraison : d’avril à septembre

Plantation : de septembre à avril
Floraison : de mai à octobre

Plantation : de sept. à octobre et de mars à avr.
Floraison : de mai à juillet

Plantation : d’avril à septembre
Floraison : de mai à novembre

Plantation : d’avril à août
Floraison : de mai à septembre

12
Mar
2021

QUELLES FLEURS POUR LES ABEILLES ?

Épisode 2 : Les Fleurs d’ornements

Beaucoup de plantes, arbres et arbustes ornementaux sont mellifères.
Après les plantes aromatiques, on vous présente une sélection de
fleurs et plantes d’ornements appréciées des butineurs.

Elles fleurissent, animent et dessinent notre jardin et sont un excellent « garde manger » pour nos butineuses. Elles offrent nectar et pollen sains aux abeilles.
En plantant différents types de fleurs / plantes, vous permettez d’offrir des ressources tout au long de la saison aux pollinisateurs et égayez vos jardins !
Une belle façon de mêler l’utile à l’agréable.

Plantation : toute l’année
Floraison : de juin à juillet

Plantation : de sept. à oct. et mars à avril
Floraison : de mai à juillet

Plantation : en mars
Floraison : de juin à septembre

Plantation : de mars à mai
Floraison : de juillet à octobre

Plantation : de mars à mai
Floraison : d’avril aux gelées

Plantation : d’avril à mai
Floraison : de juillet à octobre

A lire sur le même thème 

Plantation : de mars à mai
Floraison : de juin à septembre

Plantation : de septembre à octobre
Floraison : de février à mars

Plantation : de août à novembre
Floraison : de juin à octobre

Plantation : de septembre à décembre
Floraison : de février à avril

Plantation : de septembre à décembre
Floraison : d’avril à juin

Plantation : toute l’année hors gel
Floraison : de août à septembre

03
Mar
2021

QUELLES FLEURS POUR LES ABEILLES ?

Épisode 1 : Les Plantes Aromatiques

LES ABEILLES PUISENT DANS LA NATURE DEUX INGRÉDIENTS ESSENTIELS QUI CONSTITUENT LEUR ALIMENTATION :

LE NECTAR & LE POLLEN

LE NECTAR est le liquide sucré sécrété par la plante. Grâce au travail minutieux réalisé par les abeilles, il deviendra le précieux miel de nos terroirs.
LE POLLEN forme de petites pelotes jaunes que l’on retrouve très souvent sur les pattes de l’abeille. Il est très peu sucré et offre un apport en protéines végétales et minéraux.

Nous vous proposons chaque semaine, une sélection de plantes, fleurs et arbustes mellifères pour les abeilles.
Cette semaine, les plantes aromatiques préférées des abeilles.

Plantation : de mai à juillet
Floraison : d’avril à juin

Plantation : de mai à juillet
Floraison : d’avril à juin

Plantation : de mars à septembre
Floraison : de juin à octobre

Plantation : d’avril à octobre
Floraison : de juin à août 

Plantation : de mars à mai
Floraison : de juin à septembre

Plantation : septembre – octobre
Floraison : toute l’année

Plantation : de sept. à oct. et mars à avril
Floraison : de mai à août

Plantation : de sept. à oct. et mars à avril
Floraison : toute l’année

Plantation : de sept. à oct. et mars à avril
Floraison : de mai à octobre

Plantation : de octobre à novembre
Floraison : toute l’année

Plantation : d’avril à juin
Floraison : toute l’année

Plantation : de mars à avril
Floraison : de juin à octobre

24
Fév
2021

LES MIELS, REFLETS DE NOS TERROIRS

Épisode 4

Le miel est produit par les abeilles mais il est différent selon les fleurs qui les entourent. Chaque miel est unique. Le parfum et les saveurs de ces différents miels sont tout aussi uniques. Cette semaine, nous vous emmenons à la découverte de quatre miels du monde. Une jolie invitation au voyage et à la douceur.

Venez (re)découvrir ces quatre miels exotiques :
Miel de Manuka, miel de Litchi, miel de Jujubier et miel de Cuba !

MIEL DE MANUKA

Le Manuka est un arbuste qui affectionne les sols acides et le climat doux. On le trouve principalement en Nouvelle-Zélande en Australie ou encore en Tasmanie. Le miel de Manuka a cet avantage unique de posséder de nombreuses propriétés médicinales par rapport aux autres variétés de miel.

Parfum : Le parfum du miel de Manuka rappelle celui de l’Eucalyptus.
Saveur : Le miel de Manuka a des saveurs florales intenses, son goût est original avec un arrière-goût d’Eucalyptus et des arômes boisés.
Texture : Ce miel est particulièrement crémeux et onctueux. Il peut être légèrement visqueux.
Couleur : Il est ambré, doré plus ou moins foncé.
Période de récolte : Elle se fait généralement au mois d’août à la fin de la saison de cuture.
Santé : Ce miel est généralement utilisé pour traiter les blessures et brûlures mineures. Il a un fort pouvoir cicatrisant et des propriétés antimicrobiennes et antioxydantes. L’effet antibactérien du miel de Manuka est mesuré sur une échelle appelée UMF (Unique Manuka Factor).

MIEL DE LITCHI

Le Litchi est un arbre majestueux originaire de Chine et implanté depuis dans des régions tropicales, à Madagascar notamment. Ses fleurs sont butinées par l’espèce d’abeille endémique Apis Melliféra Unicolor. Elle est peu agressive et réputée pour ses bons rendements. Son miel est récolté de manière artisanale.

Parfum : Ce miel à des parfums d’une extrême richesse de fleurs de Litchi et de roses.
Saveur : Son goût est à la fois délicat et très aromatique. Des arômes floraux et de belles notes de roses.
Texture : Ce miel est liquide et le restera longtemps car il a une forte teneur en fructose.
Couleur : Il a une belle couleur jaune presque doré.
Période de récolte : Sa récolte se fait en septembre.
Santé : Le miel de Litchi est reconnu pour ses vertus apaisantes sur les remontées gastro-œsophagiennes, les crampes d’estomac et les déséquilibres de la flore intestinale. C’est un miel riche en minéraux et vitamines.

A lire sur le même thème

MIEL DE JUJUBIER

Le Jujubier est un arbre sauvage cultivé sans produit phytosanitaire au Yémen. L’extraction du miel de Jujubier est entièrement manuelle sans recours à la moindre machine. Par ces méthodes artisanales et naturelles de production, c’est un miel rare et naturel. Son rendement est faible de 2 à 5 kilos par ruche.   

Parfum : Le miel de Jujubier a un parfum de noisette.
Saveur : Son goût est agréable, intense et caramélisé.
Texture : C’est un miel monofloral d’une texture douce et qui ne cristallise pas.
Couleur : Le miel du Jujubier à une belle couleur dorée. Cette couleur lui justifie son appellation d’or du Yémen.
Période de récolte : Ce miel est très souvent récolté au mois de novembre.
Santé : Il est utilisé pour lutter contre les troubles digestifs et la récupération post accouchement. Il aide à renforcer le système immunitaire.

MIEL DE CUBA

Cuba n’a qu’une seule espèce d’abeilles Mélipona. La particularité de la Melipona Beecheii est qu’elle ne pique pas. Elle est moins productive que l’Apis Mellifera mais plus résistante. Grâce à un environnement préservé et des abeilles en bonne santé la production moyenne est de 51 kg de miel par ruche.

Parfum : Le miel de Cuba a un parfum subtil de fleurs.
Saveur : Ce miel est fruité et épicé avec des saveurs exotiques. Son goût est prononcé. Le miel de Cuba est d’une qualité excellente et au goût exceptionnel.
Texture : Il a une texture liquide un peu crémeuse. Il peut se cristalliser rapidement.
Couleur : Il est de couleur claire légèrement ambrée un peu comme le caramel.
Période de récolte : Il est récolté de mai à juillet
Santé : Le miel de Cuba favorise la cicatrisation. Il calme la toux et aseptise les voies respiratoires. C’est un excellent antioxydant.

11
Fév
2021

LES MIELS, REFLETS DE NOS TERROIRS

Épisode 3

Des différents miels, il en existe des plus rares et précieux :
Le Miel de Bourdaine, de Sarrasin, le Miellat du Maquis ou encore le Miel de Bruyère.
Les miellées relatives à ces nectars sont particulièrement dépendantes des conditions climatiques. Plus ou moins intenses en goût, ce sont des miels recherchés des grands connaisseurs et des fins gourmets.

Nous vous faisons (re)découvrir cette semaine ces quatre miels uniques :
Miel de Bourdaine, de Bruyère, Miellat du Maquis et Miel de Sarrasin !

MIEL DE BOURDAINE

La Bourdaine est une plante qui pousse la plupart du temps en lieux humides.
On la trouve principalement dans nos forêts. Elle est particulièrement appréciée de nos abeilles et son miel est assez rare.
C’est une miellée qui souffre un peu des intempéries. La Bourdaine permet à elle seule de produire un miel très goûteux.

Parfum : Le miel de Bourdaine a une odeur balsamique agréable
Saveur : Il est doux et fruité en bouche avec une faible acidité
Texture : C’est un miel liquide qui présente une faible densité cristalline
Couleur : Sa couleur va de l’ambré au brun clair
Période de récolte : Le miel de Bourdaine se récolte dès le début de floraison en avril et jusqu’au mois de juillet
Santé : Le miel de Bourdaine est depuis l’antiquité utilisé pour ses vertus purgatives et digestives.
C’est un remède idéal pour traiter la paresse intestinale et un laxatif doux

MIEL DE BRUYÈRE

Il est issu de la plante de bruyère. Sa floraison est abondante. La miellée quant à elle, est très aléatoire. Elle dépend des conditions climatiques. Pour extraire le miel de Bruyère Callune, les apiculteurs doivent employer une « picoteuse » qui, de manière mécanique, liquéfie sa texture visqueuse.
Sans ce procédé, le miel ne coule pas.

Parfum : Le miel de Bruyère offre des notes complexes chaudes, épicées et balsamiques. Un très bel équilibre de saveurs en bouche.
Saveur : C’est un miel aux saveurs riches et intenses avec des arômes de fruits cuits et de légères notes boisées.
Texture : Le miel de Bruyère Callune prend une texture gélatineuse. Sa cristallisation est très lente mais il se solidifie en gros cristaux.
Couleur : Il peut être ambre roux, sombre et intense.
Période de récolte : De mi-juillet à la fin septembre
Santé : Ce miel est réputé extrêmement bénéfique lors de problèmes rénaux et de fatigue chronique.

A lire sur le même thème

MIELLAT DU MAQUIS

Le Miellat du Maquis est originaire de Corse.
Il implique l’intervention d’intermédiaires ; celle d’insectes tels que les pucerons, les cochenilles ou encore les psylles. Ces derniers se nourrissent des parties les plus tendres des végétaux et de la sève.
Ils ne digèrent pas les matières sucrées et les rejettent. Les abeilles vont ensuite butiner ces matières excrétées par ces pucerons pour en faire du miellat.

Parfum : Intensité aromatique, moyenne à forte plus ou moins riche.
Saveur : Ce miel a des saveurs sauvages, un goût malté très persistant, un arôme de réglisse, caramel et de fruits murs.
Texture : C’est un miel épais et visqueux. Il ne se cristallise quasiment pas et reste très souple.
Couleur : Sa couleur est majoritairement foncée. Sa teinte peut varier du brun foncé au noir.
Période de récolte : Il est récolté à partir de mai du littoral jusqu’aux zones de montagne.
Santé : Ce miel est particulièrement riche en oligoéléments et en vitamines nécessaires à l’organisme

MIEL DE SARRASIN

Le miel de Sarrasin nous réserve pas mal de surprises. Traditionnellement cultivé en Bretagne, il a été longtemps l’emblème de la région grâce à sa farine utilisée pour la fabrication des crêpes et galettes. Aujourd’hui, on le trouve un peu partout en France. La floraison du sarrasin est assez délicate et dépend de la météo. Elle a lieu en été et coïncide avec le moment ou les autres nectars se font plus rares.

Parfum : C’est un miel corsé, avec une odeur de terre et de bois prononcée
Saveur : Il a un goût de réglisse assez persistant en bouche. C’est un miel équilibré en termes de proportion sucre et acidité
Texture : Il est épais et crémeux et sa cristallisation est fine et lente
Couleur : Il est en général brun foncé, voire roux foncé
Période de récolte : Il se récolte de mi-juillet à mi-septembre
Santé : Très riche en fer, ce miel permet de lutter efficacement contre l’anémie légère
Il agit aussi sur le système digestif en participant au processus de digestion

03
Fév
2021

LES MIELS, REFLETS DE NOS TERROIRS

Épisode 2

En cette période hivernale, savez-vous que le miel renforce les défenses naturelles ?
C’est un véritable « booster d’énergie« , riche en oligoéléments, minéraux et vitamines.
Grâce à ses vertus antibactériennes, il empêche les bactéries de se fixer.

Nous vous faisons (re)découvrir cette semaine quatre nouveaux miels de nos terroirs :
Miel d’Acacia, de Fleurs, de Forêt et de Sapin !

MIEL D’ACACIA

Le miel d’Acacia séduira sans aucun doute, tous les membres de la famille : De plus jeune au plus âgé. Sa douceur, la finesse de ses arômes, sa robe élégante, jaune pâle, parfois même translucide, sa légèreté et son goût délicatement fruité et suave en font l’un des miels les plus plébiscités en France.

Parfum : L’arôme rappelle de manière subtile le parfum de la fleur d’acacia
Saveur : Goût très doux, simple et sucré. Peu intense mais délicat en bouche
Texture : De tous les miels, c’est celui qui reste le plus longtemps liquide, sa cristallisation est très fine
Couleur : De couleur très claire. Jaune pâle voir translucide
Période de récolte : Fin mai début juin, les apiculteurs récoltent le miel d’acacia juste après la floraison
Santé : Considéré comme un régulateur de l’appareil intestinal (ex. : paresse du transit), il soulage également les inflammations de la bouche et de la gorge. Riche en fructose, il reste la meilleure solution pour les personnes qui souhaitent réduire leur consommation de sucre.

MIEL DE FLEURS

Le miel de Fleurs est une invitation à la gourmandise. Reflet de la flore environnant le rucher, au moment de la récolte, il est un fin mélange de saveurs et d’odeurs obtenues grâce aux nectars de différentes fleurs.
C’est un miel poly floral, classé selon la saison de la récolte et l’origine géographique. A chaque Miel de Fleurs, son terroir.

Parfum : Il varie selon les terroirs et les parfums des fleurs butinées. Très souvent, son parfum dégage des effluves floraux.
Saveur : Le miel de Fleurs est particulièrement fruité en bouche, avec des arômes floraux marqués.
Texture : Sa texture est dense et crémeuse. Il cristallise  relativement rapidement
Couleur : Sa couleur, varie du jaune très pâle au marron très foncé au moment de la cristallisation.
Période de récolte : Il est récolté d’avril à fin juillet pour les miels de printemps et d’été
Santé : Le miel de Fleurs est riche en sels minéraux, en fer, en calcium, en potassium et magnésium entre autres. C’est un véritable « booster d’énergie ». Il favorise également la digestion grâce à sa large palette de vitamines (B et D entre autres)

A lire sur le même thème

MIEL DE FORÊT

Le miel de Forêt est un mélange subtile de nectars et de miellats de conifères divers et de fleurs représentatives de nos Forêts : bruyère, lierre, ronce, épilobe, hêtre, tilleul et chêne.
C’est un miel de caractère, témoin de la richesse de la biodiversité de nos forêts françaises.


Parfum : Un parfum boisé voire corsé, savant mélange des variétés butinées, ronces, chênes, châtaigniers et des fleurs de sous bois…
Saveur : Un goût fort et prononcé, très savoureux en bouche avec des notes marquées de caramel ou encore de réglisse
Texture : Très souvent liquide, sa cristallisation est très lente et fine
Couleur : Sa teinte varie du brun au marron foncé. Il peut même parfois être noir
Période de récolte : Elle commence de début juin à la fin août
Santé : Ce miel est riche en oligoéléments, acides aminés, minéraux, acides organiques et enzymes. Il contribue au bon fonctionnement de l’organisme et renforce les défenses naturelles de notre corps.

MIEL DE SAPIN

C’est l’un des miels les plus prisés ! On le trouve essentiellement dans les Vosges et le Jura, mais aussi en Auvergne et dans les Pyrénées. Son processus de récolte est spécifique. Les abeilles récupèrent la « sève » liquide et visqueuse excrétée par des pucerons, et déposée ensuite sur les arbres.


Parfum : Son parfum offre des notes boisées et résineuses. Il est marqué et agréable avec parfois une note mentholée persistante
Saveur : Maltée, résineuse, il est moins sucré que les autres miels et son goût est prononcé en bouche
Texture : C’est un miel liquide à la cristallisation particulièrement lente de part sa composition
Couleur : Sa teinte varie selon les régions de récolte : de ambre à brunâtre très foncée, voire noire
Période de récolte : La récolte se fait couramment au mois de juillet pendant juste quelques jours, mais si les pucerons ont bien travaillé, elle peut se prolonger jusqu’en automne. Quoiqu’il en soit, la récolte est aléatoire, puisque dépendante du miellat
Santé : C’est un miel très riche en oligoéléments. Il est antiseptique, anti-inflammatoire, reminéralisant et diurétique

27
Jan
2021

LES MIELS, REFLETS DE NOS TERROIRS

Épisode 1

Il existe en France une grande diversité de miels, comme il existe une grande diversité de paysages.
* * *

Nos miels, reflets de nos terroirs français sont parfois liquides, crémeux, ou cristallisés.

Ils sont tantôt ambrés, tantôt blonds, ou foncés. Ils sont doux, corsés, sucrés, amers, avec des notes mentholées, caramélisées, boisées ou florales.
Chacun, avec son parfum, sa teinte, son odeur et ses vertus santé !
Ils sont emprunts de nos paysages. Ils sont uniques !

Nous vous proposons de les (re)découvrir ensemble.

Commençons dès aujourd’hui avec quatre miels, parmi les fleurons de nos terroirs :

MIEL DE LAVANDE

Le miel de Lavande est un des fleurons des miels produits sur le territoire français, typique de la Provence. C’est un miel très prisé et estimé comme le meilleur !

Parfum : Mélanges subtils de parfums boisés, végétaux et floraux, dégageant des effluves puissants.
Saveur : Bouquet de saveurs fruitées et colorées avec une persistance longue et fraîche en bouche. Équilibre idéal entre intensité et délicatesse.
Texture : Une consistance pouvant aller de liquide à crémeuse avec une cristallisation fine et lente.
Couleur : De couleur claire allant de l’ivoire à l’ambrée en fonction de la variété de lavande butinée.
Période de récolte : Fin Juillet
Santé : Il est conseillé pour ses vertus antiseptiques générales, antispasmodiques et anti-inflammatoires des voies respiratoires. Vous pouvez par exemple mélanger 1 à 2 cuillères de miel de Lavande dans une tisane non bouillante pour apaiser la gorge.

MIEL DE TILLEUL

Le miel de Tilleul est l’un des miels monofloraux les plus recherchés. Un véritable concentré de vitamines et d’antioxydants.


Parfum : Odeurs délicates et suaves, son arôme légèrement mentholé en est sa caractéristique.
Saveur : Saveur puissante mentholée et sucrée avec une légère amertume, qui rappelle les odeurs des tilleuls en fleurs.
Texture : Une vitesse de cristallisation rapide ou lente selon les cuvées avec une granulation moyenne.
Couleur : Sa teinte varie d’ambrée claire à jaune plus ou moins sombre, en fonction de la cristallisation.
Période de récolte : Très courte. De mi-Juin à début Juillet
Santé : Connu pour ses vertus sédatives, il est idéal pour les tisanes du soir. Le miel de tilleul est conseillé aux personnes nerveuses et insomniaques. Il est riche en farnésol qui apaise les spasmes et les douleurs.

A lire sur le même thème

MIEL DE MONTAGNE

Polyfloral, il est issu des plantes de régions d’altitude. Il réunit des saveurs incomparables différentes chaque année
selon les floraisons.

Parfum : Son parfum dégage des effluves résineux et floraux.
Saveur : Le miel de Montagne est un miel de caractère, qui reflète son environnement rustique.
Texture : A l’extraction, ce miel est liquide à sirupeux. Il a une cristallisation très lente.
Couleur : Sa couleur varie selon la saison, les années ou encore les plantes butinées, de dorée à foncée.
Période de récolte : Elle est assez longue, entre courant juin et septembre.
Santé : Dans la médecine traditionnelle, le miel de montagne est utilisé pour désinfecter les plaies et les inflammations de la peau. Pour renforcer le système immunitaire, il est conseillé de boire chaque matin une tasse de lait chaud mélangé à une cuillère de miel de Montagne.

MIEL DE CHÂTAIGNIER

Longtemps délaissé, le miel de châtaignier a acquis ses lettres de noblesse avec son caractère trempé qui en fait un des miels les plus appréciés des connaisseurs.

Parfum : Très parfumé, il rappelle la pomme et la blette, avec une odeur de bois prononcé.
Saveur : Un goût corsé et tannique légèrement astringent avec une longue persistance en bouche.
Texture : Liquide, ce miel fige lentement. Cristallisation de fine à grossière.
Couleur : Ambre sombre. Palette de différents bruns à l’état solide.
Période de récolte : Courant Juillet sur les zones de châtaigniers.
Santé : Riche en oligo-éléments (zinc, sélénium, fer), en sels minéraux, ce miel est utilisé pour améliorer la circulation sanguine, apaiser les troubles digestifs ou encore prévenir de certaines inflammations.

15
Jan
2021

Main dans la main pour la sauvegarde des abeilles

A L’ORIGINE, UN ENGAGEMENT COMMUN

C’est en rencontrant Florent, apiculteur passionné, que cette belle histoire a vu le jour.
Animé par la volonté de soutenir la filière apicole française, il crée en 2015

Mon Petit Pot De Miel

* * *
Après des années au service de cette belle histoire gourmande et environnementale, Florent ne voulait pas laisser ce projet , sans un successeur animé du même engagement.

C’est tout naturellement qu’il a souhaité passer le flambeau à Un Toit Pour Les Abeilles.

Découvrez MON PETIT POT DE MIEL : https://www.mon-petit-pot-de-miel.com/

VOUS POUVEZ DÉSORMAIS SOUTENIR L’APICULTURE FRANÇAISE DE DEUX FAÇONS :

MON PETIT POT DE MIEL : QU’EST-CE QUE C’EST ?

C’est une épicerie en ligne qui permet aux consommateurs avisés de commander des pots de miel de nos terroirs français, assurant un revenu stable et juste aux apiculteurs.
Ces pots 100% personnalisables peuvent être accompagnés d’accessoires sélectionnés : cuillère à miel, sucettes gourmandes…

Un geste fort qui se veut à la fois écologique et presque politique.

C’est l’opportunité de protéger la planète en préservant l’apiculture française.
C’est aussi l’occasion de soutenir les acteurs économiques locaux mis à mal depuis quelques années déjà, et plus encore en cette période de crise sanitaire.

Découvrez MON PETIT POT DE MIEL : https://www.mon-petit-pot-de-miel.com/

MON PETIT POT DE MIEL : COMMENT CA MARCHE ?

C’est simple ! Vous choisissez un miel grand cru de France, puis vous créez vos petits pots personnalisés : format, couvercle et étiquette, tout est possible ! *

Vous pouvez ensuite « customiser » encore plus votre cadeau gourmand avec des accessoires adaptés à vos envies et à la taille de vos pots de miel.  
Une idée de cadeau pour toutes les occasions, petites ou grandes !

* commande de 25 pots personnalisés minimum

Découvrez MON PETIT POT DE MIEL : https://www.mon-petit-pot-de-miel.com/

11
Jan
2021

NOS ASTUCES POUR « RECYCLER » VOS POTS DE MIEL VIDES – DIY*

UNE NOUVELLE VIE POUR VOS POTS DE MIEL

La grande majorité d’entre vous a déjà reçu ses pots de miel*.
Peut-être même, avez-vous commencé à les déguster. Difficile de résister n’est-pas !
* Pour les parrainages de ruches réglés entre le 15/01 et le 14/08/20.
Si vous n’avez pas encore reçu votre miel, les derniers colis sont actuellement en cours de livraison

Comme vous le savez, Un Toit Pour Les Abeilles a la volonté sincère,
de mettre en place un véritable « cercle vertueux ».
De la nature à l’abeille, de l’abeille à son gardien, l’apiculteur, et de l’apiculteur à vous,
très chers parrains et marraines.

***
Dans cette volonté affichée d’initiative vertueuse, nous réfléchissons à
la mise en place d’une consigne pour vos pots de miel.

En attendant, nous vous proposons quelques astuces pour « recycler » vos pots de miel en verre et leur donner un nouvel usage pratique et esthétique…

Dans la salle de bain, le rangement parfait pour votre brosse à dent

… ou vos cotons démaquillant

Confectionnez une bougie à la cire d’abeille bio

… et délectez-vous de son délicieux parfum, autour d’un bon livre

Réalisez des suspensions pour votre décoration intérieure ou extérieure

… ou élaborez vos cosmétiques maison

Vous pouvez utiliser vos pots pour ranger vos pinceaux à maquillage

… ou vos bijoux

En cuisine, ils sont parfaits pour stocker vos pâtes, riz et autres condiments

… ou pour ranger vos ustensiles

Au bureau, rangez-y vos stylos, trombonnes ou agrafes

A la maison, vos pots serviront aisément de boîte à couture ou autre

De terrarium

… ou de pot de fleurs

*DIY = Do It Yourself. Faites-le vous-même.

A VOUS DE JOUER !

Envoyez-nous des photos de vos pots de miel recyclés avec le hashtag  #untoitpourlesabeilles et en nous mentionnant  @untoitpourlesabeilles
Nous partagerons vos réalisations
sur les réseaux sociaux avec grand plaisir !

16
Déc
2020

Immersion dans l’atelier des mains de fées

L’une de nos marraines, qui se reconnaîtra sûrement 😊, a eu ces mots, plein de sens :

C’est donc tout naturellement que nous souhaitions vous présenter aujourd’hui nos partenaires et amis de l’ESAT de La ferme de Magné.

Un Toit Pour Les Abeilles, au delà de sa mission de protection des abeilles et des apiculteurs, soutient depuis plusieurs années
la réinsertion professionnelle de personnes en situation de handicap.

 » Et particulièrement en cette période de crise où le travail se fait plus rare pour nous. C’est une fierté de pouvoir contribuer, à notre échelle, à cette belle initiative qu’est Un Toit Pour Les Abeilles « .

évoque Fabienne, Responsable de l’ESAT

Tous les kits parrains/marraines, les coffrets, les sachets de graines, sont confectionnés au sein de l’ESAT, dans la bonne humeur et la générosité !

Tous les produits utilisés dans la confection de vos colis : du pot en verre et son couvercle, à l’emballage en passant par les autocollants, ou encore les sachets de graines mellifères, sont sourcés auprès d’entreprises partenaires françaises  🇫🇷

Vivons ensemble un moment en vidéo avec nos partenaires de La Ferme de Magné !

Merci de faire partie de ce cercle vertueux !

POUR EN SAVOIR PLUS SUR NOS KITS PARRAINS ET COFFRETS A OFFRIR RENDEZ-VOUS ICI

10
Nov
2020

Et si la protection des abeilles s’invitait à votre table pour les fêtes !

Les Fêtes de fin d’année approchent à grand pas !
Bien qu’elles soient d’abord et avant tout synonyme de « joie » et de « bonheur partagé en famille », elles riment aussi avec surconsommation et manque d’inspiration.
Aujourd’hui, plus que jamais nous savons combien il est important de prendre soin de notre environnement et de concilier, vie de tous les jours avec protection de notre biodiversité.

Et si cette année nous organisions des fêtes placées sous le signe du respect de l’environnement et de notre Planète ?

On vous partage trois idées de cadeaux éco-responsables pour les fêtes, alliant :

ORIGINALITÉ, TERROIR DE NOS RÉGIONS, et PROTECTION DES ABEILLES !

1 – POUR LES GOURMANDES ET GOURMANDS RESPONSABLES !

Offrez du miel de qualité en aidant un apiculteur français et local,
et en parrainant des abeilles !
Le bénéficiaire du parrainage recevra des nouvelles régulières et des photos de sa ruche. Il pourra rencontrer son apiculteur lors des journées portes ouvertes que nous organisons partout en France.
Cerise sur le gâteau, il recevra et dégustera des pots de miel terroir, de SA ruche !
Vous pouvez désormais matérialiser votre parrainage,
avec un kit parrain ou un coffret à offrir.

www.untoitpourlesabeilles.fr

2 – POUR LES CURIEUX, QU’ILS SOIENT PETITS OU GRANDS

Avec les Dorloteurs d’abeilles, permettez à vos enfants curieux ou amoureux de la nature, d’observer et de protéger des abeilles sauvages !
En devenant un Dorloteur d’Abeilles, votre proche recevra une maisonnette conçue spécialement pour ces petites abeilles qui ne piquent pas. Son tiroir vitré permet de les observer pendant la construction des nids, puis d’admirer le développement de l’œuf en larve puis en cocon.
 Les Dorloteurs permettent ainsi la protection des abeilles sauvages et leur réimplantation dans des zones d’où elles ont parfois déjà disparu.

www.lesdorloteurs.fr

3 – POUR LES ADEPTES DU BIEN-ÊTRE RESPECTUEUX DE LA NATURE

Et si vous preniez soin de ceux que vous aimez et des abeilles
pour les fêtes ?
Folies Royales est une marque de cosmétiques engagée, bio et 100% française qui travaille étroitement avec des apiculteurs du réseau Un Toit Pour Les Abeilles.
Sa gamme est entièrement enrichie en ingrédients de la ruche,
dont les bienfaits pour la peau ne sont plus à démontrer.
Et pour chaque produit acheté :
5 abeilles sont parrainées et 1m² de biodiversité florale est semé.
Permettez à vos proches de prendre soin d’eux
en prenant soin de la nature !

www.folies-royales.fr

Cette année, Noël sera placé sous le signe des abeilles ou ne sera pas

12
Oct
2020

Et si on parlait miel ?

Aujourd’hui on vous donne quelques chiffres sur le miel.

Ils vous permettront de mieux appréhender la problématique autour du miel de nos étals.

En France, la production moyenne de miel est de 10 000 tonnes environ par an.
Ça semble beaucoup, mais cette production annuelle a drastiquement baissé depuis les années 90, où elle avoisinait les 35 000 tonnes par an.

Plusieurs facteurs expliquent cet effondrement de la production de miel et des colonies d’abeilles (de l’ordre de 30% chaque année).

UN APPÉTIT POUR LE MIEL TOUJOURS AUSSI FORT

Les Français consomment en moyenne 40 000 tonnes de miel par an !

Et c’est là que le bât blesse et à bien des égards.

La France importe chaque année près de
30 000 tonnes de miel de l’étranger
!

2/3 en provenance d’Europe, 23% de Chine et 13% des Amériques.
Un miel à très bas coût (moins de 2€ du kg) qui vient concurrencer le miel français.
Mais au delà du prix et de l’inondation dans nos magasins de ces miels d’origine « UE » et « Hors EU », c’est la qualité de ce miel importé qui est remise en cause.

IL EST IMPOSSIBLE DE TRACER SON ORIGINE

Une enquête a ainsi révélé que 1 miel sur 3 dans nos étals est « hors la loi » :

Adultération par ajout de sucre ou sirop, fraude à l’origine, appellation frauduleuse, usurpation de qualité « bio ».

🍯⚠️ D’ailleurs il est amusant de mettre en parallèle certains chiffres 🍯⚠️
la Chine est devenue en une décennie à peine le 1er pays exportateur de miel passant de 64000 tonnes à 144000 tonnes de miel exportées. Et pourtant, le nombre de ruches sur la même période n’a que très peu progressé : à peine 13%. Étrange non !

A PARTIR DE JANVIER 2021,ÇA ÉVOLUE !

Les miels mélangés devront indiquer la part d’origine de chaque pays par ordre d’importance. (par exemple : 70% Chine, 20% Espagne et 10% Roumanie).
 Pour Un Toit Pour Les Abeilles, ce ne sera pas trop difficile :

Tous nos miels sont 100% français, récoltés et mis en pot en France.

Soutenez un apiculteur français, en parrainant dès aujourd’hui une ruche avec Un Toit Pour Les Abeilles !

www.untoitpourlesabeilles.fr

PARRAINEZ UNE RUCHE POUR SAUVER LES ABEILLES !

07
Oct
2020

MIEUX CONNAITRE LES ABEILLES, POUR MIEUX LES PROTÉGER !

On vous partage quelques faits étonnants sur les abeilles !

DES BAROUDEUSES EN HERBE !

Pour faire un kilo et demi de miel, une ruche de quelques 40 000 locataires, doit effectuer environ 120 000 kilomètres.
Soit trois fois le tour de la Planète...

Une sacrée distance pour des êtres de quelques millimètres à peine !

LE DOUX CHANT DES ABEILLES

Les abeilles battent leurs ailes en moyenne 200 fois par seconde !

C’est de ce mouvement très rapide et répété que provient le «BZzz» mélodieux que vous entendez quand vous observez et écoutez les abeilles dans la nature.

UNE GRAND FAMILLE…

Une colonie d’abeilles se compose en moyenne de 20 à 30 000 abeilles durant la période hivernale.   La maison s’agrandit encore durant la période estivale pour accueillir entre 50 et jusque 80 000 congénères !
Plus on est de fous et plus on récolte.

LA REINE DES ABEILLES

La Reine peut choisir de donner naissance à une abeille femelle (future ouvrière) ou à un mâle (faux-bourdon).

Les faux-bourdons n’ont pas de père à proprement parler puisque pour donner naissance à un faux bourdon, l’abeille pondra un œuf non fécondé. Pour donner naissance à une abeille femelle, la Reine a recours à sa spermathèque.

DES DANSEUSES AVERTIES

Les abeilles communiquent entre elles par une danse : La danse des abeilles !
  En dansant l’abeille informe ses congénères de la direction à prendre et de la distance à parcourir pour trouver le nectar !

LE SOLEIL, BOUSSOLE DES ABEILLES

Les abeilles utilisent le soleil pour se guider. Il joue le rôle de boussole en somme.

Lorsqu’il y a des nuages, et que le soleil est absent, les abeilles parviennent à se diriger en utilisant la lumière polarisée.

LE MIEL, TRÉSOR DE LA NATURE

Les abeilles sont les seuls insectes dans le monde qui produisent des aliments consommés par l’homme.

Miel, propolis, gelée royale, sont autant de prodiges de la nature que nous partagent les abeilles.

LES ABEILLES EN DANGER !

Leur nombre a chuté de près de 30% depuis les années 90.
Une situation dramatique qui s’étend plus largement à tous les insectes pollinisateurs et à la faune dans son sens large.
En cause ? Les pesticides, les infections parasitaires, la monoculture et le dérèglement climatique !

RESTONS SOUDÉS POUR LES ABEILLES

Même si notre combat est loin d’être gagné et que la crise sanitaire nous a fragilisé encore, en nous faisant perdre des soutiens, nous restons DEBOUT, avec la même passion qui nous anime et le souhait sincère d’agir pour nos petites !

GARDONS LE SOURIRE ET BATTONS NOUS PLUS FORT
Elles le méritent nos petites !
www.untoitpourlesabeilles.fr
Parrainez une ruche pour sauver les abeilles
26
Août
2020

SAMEDI 22 AOUT 2020, JOUR DU DÉPASSEMENT

C’est le jour à partir duquel on considère que l’humanité a consommé toutes les ressources que la Planète est capable de régénérer en une année.
A partir de ce jour, l’humanité vit à crédit de la terre et de ses écosystèmes !

Un mieux considérable pourtant, puisque l’an dernier le jour du dépassement avait eu lieu le 22/07/19. On associe ce recul à la crise de la Covid19, ayant réduit l’empreinte humaine sur plusieurs semaines.

L’Espoir est là… à nous de jouer !

Rendons à la nature un peu de ce qu’elle nous offre sans compter.

Merci à celles et ceux qui ont rejoint la grande famille de marraines et parrains Un Toit Pour Les Abeilles.
Merci de contribuer, à l’instar de petits colibris, à la préservation des abeilles !

« Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d’exister,

pour l’homme, de le savoir et de s’en émerveiller. »

Jean-Yves Cousteau

WWW.UNTOITPOURLESABEILLES.FR
Parrainez une ruche pour sauver les abeilles !

19
Août
2020

RETOUR EN FORCE DES NÉONICOTINOÏDES, TUEURS D’ABEILLES

Le gouvernement a annoncé jeudi dernier vouloir autoriser un insecticide de la famille des néonicotinoïdes interdit depuis 2018, afin de protéger les cultures de betteraves
des pucerons verts qui provoquent la jaunisse.

Un insecticide, perturbateur endocrinien,

qui vient de nouveau fragiliser une biodiversité en sursis !

POUR UN TOIT POUR LES ABEILLES, QUI FÊTE CETTE ANNÉE SES 10 ANS, L’ACTION CONTINUE !

Avec près d’une centaine d’apiculteurs partout en France, soutenus à travers le parrainage de ruches, plus de 10 000 ruches installées sur tout le territoire, plus de 70 000 parrains particuliers et 2500 entreprises, Un Toit Pour Les Abeilles poursuit son action de préservation des abeilles.

Avec et grâce à vous !

AUJOURD’HUI PLUS QUE JAMAIS LES ABEILLES ET LEURS APICULTEURS ONT BESOIN DE VOUS

La situation inédite que nous traversons appelle à la solidarité et
nous avons encore besoin de vous.

Poursuivez l’action à nos côtés en
renouvelant votre soutien / parrainant dès aujourd’hui

Depuis septembre 2019, vous pouvez, si vous le souhaitez opter pour un renouvellement tacite
(par prélèvements bancaires mensualisés). Merci pour votre engagement à nos côtés !

Wwww.untoitpourlesabeilles.fr
Parrainez une ruche pour sauver les abeilles !

30
Juin
2020

Soyons plus fort ensemble pour sauver les abeilles !

CONSTRUISONS ENSEMBLE LE MONDE DE DEMAIN

Nous venons de traverser une période difficile (vous et nous) avec la crise du Covid.
Le 22 juin, soit trois mois après le début du confinement, les salles de classe, les cinémas, les casinos ou encore les théâtres rouvrent leurs portes.
Cette « triste parenthèse » a marqué durablement les cœurs et les esprits !

RELANÇONS ENSEMBLE LA « MACHINE FRANCE »

VOUS ÊTES NOS MEILLEURS AMBASSADEURS !

Vous pouvez nous aider aujourd’hui à passer cette période difficile durant laquelle
nous avons perdu 1/3 de nos soutiens et nous permettre de poursuivre notre action qui nous/vous tient à cœur.

Nous avons besoin de « colibris » faisant leur part  Merci à vous !

WWW.UNTOITPOURLESABEILLES.FR
Parrainez une ruche pour sauver les abeilles !

18
Mai
2020

Ce mercredi 20 mai, nous fêterons la Journée Mondiale de l’Abeille.

Le saviez-vous ? Les Nations Unies ont désigné le 20 mai Journée mondiale des abeilles (ou « Beeday » pour les amateurs de Shakespeare). Cette journée demandée à l’initiative de l’ONU et de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture – Food and Agriculture Organisation) a été votée à l’unanimité par les Nations Unies en 2017. C’est ainsi qu’en 2018, nous avons pu fêter pour la première fois en France et dans le monde entier la journée de l’Abeille !

PAS TANT POUR LA METTRE A L’HONNEUR OU LUI RENDRE HOMMAGE…

Mais d’abord et avant tout pour sensibiliser le grand public et les autorités politiques à la nécessité grandissante de la préserver…

Car oui sans les abeilles, qui participent à la pollinisation de plus de 80% des plantes à fleurs, nous arriverions très vite à un désert alimentaire !  

POURQUOI CETTE DATE ?

Cette journée du 20 mai coïncide avec l’anniversaire d’Anton Janša (1734 – 1773), l’apiculteur slovène du XVIIIème siècle reconnu aujourd’hui comme étant le père de l’apiculture moderne.
Anton a, en son temps, rendu hommage à l’abeille pour sa capacité à travailler dur tout en n’ayant besoin que peu d’attention…
Mais les temps ont bien changé et l’abeille vit aujourd’hui des jours difficiles avec une mortalité en croissance préoccupante d’année en année.

Le Syndrome d’Effondrement des Colonies

Si jadis l’abeille prospérait en France, depuis quelques années, elle subit ce qu’on nomme scientifiquement le Syndrome d’Effondrement des Coloniesou CCD (Colony Collapse Disorder), avec 300 000 colonies d’abeilles qui meurent chaque année en France.
Parmi les facteurs connus qui expliquent cette mortalité des abeilles :

En instituant la journée mondiale des abeilles, les Nations Unies nous incitent une fois de plus à réfléchir sur les enjeux autour de la disparition des abeilles, et à modifier nos comportements.

Profitons de cette Journée de l’Abeille !

Profitons de cette date pour sensibiliser, parler, échanger autour de la protection des abeilles.
Encore trop de monde ne sait pas que l’abeille est en voie de disparition dans certaines régions du monde et que sans elle, c’est l’humanité toute entière qui court à sa perte !
Rappelons les actions ou initiatives positives qui permettent de préserver nos abeilles, sentinelles de notre environnement.
Le parrainage de ruches en fait partie bien évidemment mais pas que…

www.untoitpourlesabeilles.fr : Parrainez une ruche pour sauver les abeilles !

30
Avr
2020

Quelques gestes simples pour aider les abeilles

C’est le printemps et nos abeilles ne vivent pas le confinement ! Qu’elles fassent partie des abeilles sauvages ou domestiques, elles sont en danger et nous vous partageons quelques gestes très simples, que vous pouvez mettre en pratique chez vous, pour les aider !

1. CONSOMMEZ DU MIEL, MAIS PAS N’IMPORTE LEQUEL !


Profitez du bon miel à déguster de votre parrainage de ruche.


Vous pouvez aussi l’acheter dans les marchés, auprès d’apiculteurs locaux.

Quoiqu’il en soit renseignez-vous sur l’origine du miel. Attention à celui marqué « Provenance UE et hors UE » !

2. SEMEZ  DES FLEURS POUR LES ABEILLES


Pour plus de couleurs, plus de senteurs et pour créer un véritable garde-manger pour tous les insectes, vous pouvez semer dans vos jardins, sur vos balcons en jardinière, ou sur vos rebords de fenêtre en pot, des fleurs pour les abeilles !

En parrainant une ruche sur www.untoitpourlesabeilles.fr vous pouvez commander notre « KIT PARRAIN » qui comprend notamment
un sachet de graines mellifères pour les abeilles !

3. INSTALLEZ UN HÔTEL A INSECTES


Vous pouvez placer des abris à abeilles sauvages dans vos balcons et jardins. Vous offrez ainsi aux abeilles un abri sûr, tout en vous émerveillant de leur présence en toute sécurité.
Rendez-vous sur www.lesdorloteurs.fr

4. INSTALLEZ UN POINT D’EAU


Au printemps, avec la reprise de la ponte des reines, les abeilles ont besoin d’eau, pour s’abreuver, nourrir les larves et les imagos.

Installez une coupelle avec de l’eau et quelques brindilles de bois ou cailloux. Cela permettra aux abeilles de s’y déposer pour récupérer l’eau.

5. PARRAINEZ UNE RUCHE


Pour vous-même ou offrez un parrainage en cadeau. Les occasions ne manquent pas !

Dès 4,50€/mois, vous vous immergez durant un an dans le monde passionnant des abeilles, recevez des photos et nouvelles de votre ruche et déguster un miel terroir à votre nom !
Rendez-vous sur  www.untoitpourlesabeilles.fr

Un dernier petit conseil pour finir :
FAITES PASSER LE MESSAGE AUTOUR DE VOUS !

22
Avr
2020

Lettre aux marraines et parrains !

Quelques mots de Denis S., apiculteur en Charente.

J’espère avant tout qu’en cette sombre période ces nouvelles te trouveront en bonne santé ainsi que les tiens.

Les mesures de confinement sont assez étranges à vivre pour l’apiculteur professionnel ;
Nous avons le droit de circuler pour exercer notre activité. Mais alors que nos ruchers étaient souvent des endroits de rencontre (avec les forestiers, promeneurs, chasseurs, agriculteurs et parrains, lors des visites de printemps), nous sommes seuls dans une nature emplie de chants d’oiseaux avec des animaux qui ont rapidement repris leurs rythmes naturels. De même sur les routes, nous avons l’impression de vivre dans un monde seulement habité par des chauffeurs routiers et des ambulanciers… Certes, l’apiculteur travaille avant tout avec et pour ses abeilles, mais il manque quelque chose. Certes, nous partageons nos ruches (pour les multiplier en fabricant des essaims), mais ce qui nous manque le plus est de pouvoir partager notre passion, nos produits, les environnements que nous contribuons à améliorer…

THOREAU écrivait : « Quand un arbre tombe dans la forêt, si personne n’est là pour l’entendre, c’est comme s’il n’avait jamais existé. »

… Seul dans la nature, l’apiculteur retombe dans les méditations sur la vie sauvage. Aujourd’hui, plus que jamais, ce lien avec les marraines et parrains d’Un Toit Pour Les Abeilles est précieux ! Je travaille pour vous et avec l’équipe d’Un Toit Pour Les Abeilles. Voilà qui résout bien des questions existentielles et des doutes et constitue une base solide pour avancer !

J’ai hâte que les expéditions des miels de printemps puissent être débloquées pour que chacun puisse bénéficier des douceurs produites par mes abeilles. Hâte également que nous puissions organiser les portes ouvertes de printemps dans de bonnes conditions sanitaires et nous rencontrer de nouveau, lors de visites de ruchers, pour partager quelques instants du secret de la vie des abeilles.

Nous vivons une période inédite.

Confinés ou actifs, je reste persuadé que chacun d’entre nous participe à sa façon à l’effort inédit de dépassement qui s’impose à toute l’humanité. Et c’est bien pour cela et au nom du principe de subsidiarité – résoudre les problématiques au plus près – que je me permets aujourd’hui de donner des nouvelles de mes abeilles. Car face aux problématiques planétaires, que pèse le sort de quelques abeilles ? Rien et tout en même temps… les abeilles fabriquent le miel que nous mangerons demain – quoi que celui-ci nous réserve. Elles pollinisent la nature, fabriquent de beaux fruits, de beaux légumes, de belles fleurs pour l’an prochain ! Nous aurons besoin d’elles demain, plus encore qu’aujourd’hui…

Et les abeilles dans tout ça ?

Le bouillonnement de vie lorsque l’on ouvre une ruche est fascinant. Chacune de ces milliers de petites bêtes (pesant moins d’un gramme) paraît totalement absorbée par sa tâche avec une urgence et une volonté de bien faire impressionnantes. Les butineuses ramènent des cargaisons monumentales de pollen et se bousculent lors d’atterrissages difficiles sur la planche d’envol, tandis que les butineuses qui ont déchargé leur cargaison s’empressent de répartir. Dans la ruche, les cadres grouillent d’ouvrières ; il se forme ici et là des échafaudages vivants (les chaînes cirières) pour fabriquer de nouvelles alvéoles, tandis que d’autres abeilles bouchent les trous de la ruche avec la propolis. Les butineuses et les ouvrières qui transforment le miel s’affairent autour des alvéoles qui s’emplissent de précieux nectars. Les nettoyeuses ne savent plus où donner des mandibules avec tous ces vas-et-viens et ces chantiers. Dans le cœur de la ruche, la reine donne le rythme à toute la colonie. Elle se déplace frénétiquement pour pondre dans les alvéoles libres, sa rapidité ainsi que ses changements de direction brusques et les coups de d’abdomen qu’elle donne prouvent que c’est elle qui commande. Son énergie est incroyable. Et dans les yeux de chaque abeille, il y a cette détermination à satisfaire aux exigences de sa fonction et un empressement qui souvent m’amuse, mais toujours m’impressionne.

Une seule abeille affairée à sa tâche porte en résumé tout l’espoir du monde…

J’écrivais hier : « Les arbres volent, de places en places, sur le dos des abeilles ». Obligé de corriger aujourd’hui cette vision fonctionnaliste : « La vie et l’espoir volent, de places en places, sur le dos des abeilles. »  Voilà la bonne nouvelle, que je te rapporte de mes ruchers et du fond de la nature.

L’année 2019 a été la plus dure en apiculture depuis 70 ans et si j’étais content à l’automne d’avoir réussi à préserver mon cheptel et produire quand même du miel (pour mes parrains), malgré une charge de travail beaucoup plus importante. L’hiver a été plus compliqué. Après le traitement contre le Varroa destructor (un parasite qui suce l’hémolymphe des abeilles, présent dans toute la France depuis les années 80 – importé d’Asie où il était en équilibre avec Apis Cerana mais qui détruit nos colonies plus fragiles d’Apis mellifera…), la pluie ininterrompue a empêché les abeilles de se requinquer. J’ai ainsi eu des pertes hivernales beaucoup plus importantes que l’année précédente. Notamment les essaims élevés dans une année difficile n’ont pas résisté. Il convient de préciser qu’en apiculture Biologique nous traitons, après récolte, avec des substances naturelles (acides formiques et oxaliques, substances sans résidus dans les produits de la ruche, avec une efficacité analogue aux traitements conventionnels et des médications bénéficiant d’AMM). Varroa et la météo affaiblissent les colonies, mais les traitements aussi, quels qu’ils soient.

Le choix d’une pratique apicole à dimension humaine, biologique avec des ruchers au cœur de sanctuaires naturels permet d’écrêter les difficultés, de nourrir les abeilles et de produire du miel. Ma stratégie et mes choix sont validés. Mais l’addition du parasitisme des prédateurs (frelons asiatiques), des mauvaises conditions météo et de tous les aléas et difficultés inhérents aux activités agricoles (dont la foultitude de dossiers à remplir et démarches à réaliser en parallèle !) conduit à des pertes.

Ma résolution pour 2020 ? Continuer à avancer, même si tout le reste est immobile !

Avec les belles journées que nous avons eu en Avril, les abeilles sont en pleine forme, les colonies populeuses, nourries par des floraisons abondantes. Les pluies actuelles laissent augurer une bonne floraison d’Acacia si nous évitons les tempêtes et excès d’eau. Le développement des frelons asiatiques semble en retard et j’ai posé mes pièges sélectifs assez tôt. J’ai réussi à acheter du cheptel pour professionnaliser mon activité et m’installer et j’ai lancé ma production d’essaim.

La saison apicole commence bien, les travaux ne manquent pas.

Avant de retourner à « ma vie sauvage », je voulais t’adresser ces quelques nouvelles et te remercier – en mon nom, celui des abeilles ainsi que la nature et mes collègues cultivateurs – pour ton parrainage et ton soutien à la vie et à la sauvegarde des abeilles et de l’apiculture locale, paysanne et traditionnelle. 

Amitiés, Denis

12
Mar
2020

La Nature a un prix !

Et si on parlait chiffres…

Puisque pour certains il faut en arriver là, pour qu’ils puissent prendre conscience de la valeur réelle de notre biodiversité.

Des organismes sérieux ont décidé de « donner un prix » aux animaux en fonction de l’apport concret qu’ils ont sur la Planète.
Et c’est assez impressionnant, ça se chiffre en plusieurs milliards d’euros…
Parmi ces organismes, le FMI, Fond Monétaire International, a réalisé une étude pointue permettant de donner une valeur monétaire au « service rendu » par les animaux sur la Terre.

On estime que 40% de l’économie mondiale repose sur le seul travail réalisé par les animaux.

En tête de l’étude, les abeilles

Car l’abeille joue en effet un rôle essentiel de pollinisation dans la nature.
On sait déjà que les abeilles et autres insectes pollinisateurs représentent par leur action :

  • la reproduction de plus de 80 % des espèces végétales
  • la production de plus de trois quarts des cultures dans le monde
  • 35 % de la production alimentaire mondiale en tonnage
  • 10 % du chiffre d’affaires de l’agriculture mondiale

Aujourd’hui on est capable d’estimer la valeur des abeilles, par rapport à ce service de pollinisation entre autres, qu’elles nous rendent gracieusement. Et la note est salée : les études évoquent plus de 500 milliards d’euros.
L’abeille, être vivant le plus important sur terre, rapporterait ainsi entre 2 et 5 milliards d’euros, entre son rôle de pollinisatrice et de productrice de miel.

D’autres exemples de ce poids économique et écologique joué par les animaux sont exposés .

Autre acteur de notre écologie, les baleines…

Sur toute la durée de leur vie, elles jouent un rôle essentiel sur la Planète à différents niveaux.
d’abord une baleine, à elle seule, capte plus de 33 tonnes de carbone. Il faudrait plusieurs milliers d’arbres pour atteindre ce niveau de captation offert par une seule baleine.

Puis lorsqu’elle meurt, elle piège ce même carbone en elle, dans les fonds marins. Elle alimente aussi le plancton.

Bref, la baleine est également un acteur puissant de notre biodiversité, et on chiffre à 1,8 millions d’euros, le service rendu à la Planète.
Pourtant l’animal souffre de la pêche intensive et les conséquences sur nos écosystèmes et sur l’écologie sont désastreuses.

L’Éléphant, une espèce essentielle

Enfin, dernier exemple de « service rendu » par les animaux, l’éléphant. Apprécié pour son ivoire, valorisé à quelques 16500€, nul doute qu’un éléphant vivant apporte bien plus à la Planète qu’un éléphant mort.

On chiffre sa valeur écologique à plus de 1, 5 millions d’euros par éléphant, grâce notamment aux safaris photos, ou encore au rôle qu’il joue dans l’agriculture, dans certaines régions du monde.

Le préjudice écologique

En mettant en regard des animaux et leur valeur financière, le FMI et les autres organismes ont souhaité mettre en avant le rôle primordial joué gracieusement par la nature sur notre Planète.

Donner un prix aux animaux, permet de prendre conscience de la valeur substantielle de ces derniers, mais aussi de calculer le préjudice écologique réel pour punir ceux qui s’attaquent à la nature.

Pour la première fois d’ailleurs, un groupe de braconniers a écopé en début de mois de 350 000€ d’amendes pour avoir pêché illégalement pendant 4 ans dans les eaux protégées du parc national des Calanques de Marseille.

18
Déc
2019

Prendre soin des abeilles et des pollinisateurs

article transmis pour publication à Bourgogne Nature.

Pression croissante d’un système économique mortifère

La disparition des pollinisateurs suit la courbe générale de chute de la biodiversité depuis le début de l’expansion industrielle. Ces causes sont clairement identifiées : un modèle économique[1] en guerre contre le vivant. L’industrialisation de l’agriculture a, en effet, inversé les valeurs humaines relatives aux activités en relation avec la nature : il ne s’agit plus d’en prendre soin, mais de l’exposer à toutes les sollicitations, sans limite. L’économie libérale de marché a, bel et bien, consacré l’instrumentalisation du vivant, y compris, le plus ordinaire.

Affaiblissement des effectifs et de la diversité génétique des espèces de pollinisateurs

La destruction et le morcellement des habitats est la première cause de chute des effectifs de la faune,  en général. Avant leur quasi disparition par l’exploitation intensive des forêts et des sols, les pollinisateurs trouvaient naturellement leur gite dans des biotopes ordinaires. Pour les uns, dans les troncs d’arbres creux, et, pour les autres, dans des sols tendres et stables, où ils leurs est possible de creuser des galeries suffisamment profondes qui ne se rebouchent pas, en vue de la reproduction et de l’hivernage.

La raréfaction des habitats, leur très grande dispersion, ne réduit pas seulement la population des espèces de polinisateurs, dont certaines ont déjà disparues ; mais limite considérablement les possibilités de brassage génétique. Or, on connait l’importance de la diversité génétique dans l’adaptabilité des espèces sur une zone géographique donnée.

Pour les abeilles mellifères, les incidences de diversité a été mise en évidence à aux moins trois niveau :

  • La chute de longévité des reines, insuffisamment fécondées par un nombre insuffisant de mâles,
  • Les carences de coopération dans une colonie où la diversité génétique est insuffisante,
  • La mise en péril des races locales adaptées, moins sensibles aux aléas météorologiques et pressions parasitaires, par introduction trop massive de races exotiques commerciales venant compenser les effectifs en chute, ou encore à seul fin de productivité immédiate.

Indisponibilité et pollution des ressources mellifères

Le recul de la flore spontanée a débuté avec l’augmentation de l’emprise agricole ; les surfaces conquises pour la culture et l’exploitation des forêts. Les forêts feuillus comptent parmi les écosystèmes les plus riches, y compris pour les pollinisateurs. La sélection dans la reproduction des essences ayant la plus grande valeur marchande – en bois d’œuvre, mais également de chauffage – se fait en défaveur des essences les plus mellifères (tilleuls, aulnes, saules, bouleaux…)

Avec l’industrialisation de l’agriculture, les plaines ont connu une intensification paroxystiques des pratiques agricoles intrusives et destructrices : citons pour exemple la suppression des haies pour l’agrandissement de surfaces en monoculture; et l’usage immodéré des pesticides. En France, le NODU (nombre de doses unités) est un indicateur de suivi du recours aux produits phytosanitaires qui a été défini dans le cadre du plan Écophyto. Malgré les intensions affichées, la progression de cet indicateur, rapporté à la surface utile cultivée, ne s’est toujours pas infléchi. L’agriculture, soumise aux impératifs des marchés, en reste totalement dépendante.

Réchauffement climatique et désynchronisation flore-faune

Le réchauffement climatique a un impact prépondérant en plaine[2], alors même que s’y trouvent les écosystèmes sont déjà les plus dégradés, par ailleurs.

La tendance générale d’augmentation des températures est aussi assortie de fluctuations importantes locales annuelles très importantes, notamment en début de printemps, période cruciale pour la survie des pollinisateurs sortant d’hivernage. Des variations trop importantes entre flore et faune pourraient être fatal, à termes, à certaines espèces fortement dépendantes de floraisons très impactées ; notamment les floraisons précoces, aux dates très fluctuantes, ou, encore les floraisons estivales, dont la production en nectar est réduite par le stresse hydrique accrue par les températures caniculaires.

Le climat est un chef d’orchestre, dont la conduite est de plus en plus irrégulière ; créant une désynchronisation des partitions jouées respectivement par la faune et la flore, où il manque déjà beaucoup de notes, tant en diversité qu’en quantité.

Cette conjonction de difficultés pourrait être fatale aux pollinisateurs

Non seulement les facteurs de fragilisation continuent de s’aggraver, mais leurs effets sont cumulatifs:

  • les populations déclinantes et leur appauvrissement génétique,
  • la chute de disponibilité des ressources, et,
  • l’impact du réchauffement climatique,

La chute de disponibilité des ressources se trouve significativement impactée par le réchauffement climatique, particulièrement en plaine.

Sur une base de population réduite à la génétique appauvrie, les espèces de pollinisateurs sont soumises à un défi d’adaptation qu’elles pourraient ne plus être en mesure de relever, face à l’accumulation de facteurs défavorables s’accentuant[3].

Dans ce contexte, le mouvement de disparition des populations et espèces pourraient s’accentuer, entrainant des ruptures du service de pollinisation, déjà constatées, dans plusieurs régions du globe à trop forte exploitation agricole. Le vivant soumis à des stress continuels et cumulés ne dispose pas d’une résilience sans limite. La somme des perturbations peut être à l’origine de phénomènes de disparition accélérés et incontrôlables, dont le terme d’effondrement traduit bien le caractère brusque  et irréversible.

Connaitre le vivant et le respecter pour interagir intelligemment en faveur des pollinisateurs

Prendre un tel risque de rupture relève de l’incompréhension des enjeux du vivant, qui ne peut se réduire pas à un instrument de production. Le vivant est irremplaçable et sa sophistication et son essence sont inimitables. D’ailleurs, les plus récentes études et expérimentations confirment que la productivité des écosystèmes est conditionnée directement par le foisonnement de  biodiversité qui y prospère[4].

Dans leurs volets préconisations, les rapports internationaux, comme celui du GIEC, plébiscitent les approches agro-écologiques, où la prise en compte des besoins propres aux écosystèmes contribue à une meilleure productivité globale, en réduisant considérablement les risques d’effets dévastateurs.

Les pollinisateurs y jouent un rôle de choix, tout à la fois comme contributeur à un service fondamental, celui de la pollinisation, mais également, comme indicateur de la biodiversité.

Préserver et multiplier les habitats naturels et artificiels

Les habitats détruits, encore plus que les ressources, ne se reconstituent que sur le temps long. C’est pourquoi, en phase de restauration des écosystèmes, il est indispensable de prévoir la mise à disposition d’habitats « artificiels ». Ils portent cette appellation, parce qu’ils ont été fabriqués de la main de l’homme, par opposition aux habitats « naturels ».

Comme :

  • les conditions de prospection et de choix des habitats par les différentes espèces de pollinisateurs, tout comme,
  •  l’existence même des espèces de pollinisateurs présentes ou susceptibles de conquérir un territoire

ne peuvent être parfaitement connues, il convient de prévoir une diversité de nature et de localisation d’habitats artificiels, pour augmenter les chances d’occupation.

Même pour les abeilles mellifères, qui disposent déjà des habitats domestiques que sont les ruches des apiculteurs, il convient de prévoir des « nichoirs » pour des colonies d’abeilles, qui les occuperont sans aucune intervention humaine[5]. Ces colonies dites « sauvages » constituent une réserve génétique précieuse et un indicateur plus fiable qu’une colonie sur laquelle les activités de l’apiculteur interfèrent parfois lourdement.

Redéployer la biodiversité florale

La flore spontanée est très propice aux pollinisateurs, puisque, en moyenne, 85 % de plantes à fleurs qui s’y trouvent profitent de la visite des pollinisateurs. Sa présence ne nécessite aucune intervention ; même exige qu’il n’y en est aucune : ni semi, ni fauche, ni, bien sûr, désherbage.

La reconquête par la biodiversité ordinaire suppose :

  • le contrôle des réflexes interventionnistes, conditionnés par la pression culturelle et sociale,
  • un changement de point sur les « mauvaises » herbes et la flore sauvage, et,
  • la valorisation des économies de moyens ainsi réalisées, pour être complet sur le bilan écologique globale de l’incitation à l’objection à l’action écocide.

En matière de pratique professionnelle agricole, il s’agit d’une véritable révolution culturelle, dont l’acceptation même suscite, d’emblée, des réactions d’hostilité marquées.

Recréer des écosystèmes agricoles riches et résilients

Pablo Servigne et Gauthier Chapelle[6] expliquent qu’en définitive les systèmes agricoles résilients ont des caractéristiques diamétralement opposées aux systèmes agricoles industriels actuels et parfois mêmes ancestraux:

  • fondée sur l’observation des mécanismes naturels (bio mimétisme)
  • à faible taux de mécanisation (intensive en savoir faire), et,
  • plaçant l’arbre au centre du système productif (contrairement, à ce qui a été fait depuis le néolithique, dans les civilisations occidentales.)

Il se trouve aussi que, les pollinisateurs y renouant avec un contexte de développement favorable, de tels systèmes agricoles résilients mettent fait à l’accumulation des facteurs actuels précarisant à l’extrême leur existence et survie.

Promouvoir l’apiculture douce

Cette agriculture, plus intelligente et respectueuse de la nature, peut se concevoir, à nouveau, en synergie avec l’activité apicole. Celle-ci a aussi sa « révolution culturelle » a opérée, vis-à-vis des dérives du productivisme actuel:

  • sélection génétique outrancière, visant des résultats à trop courts termes,
  • déplacements continuels des ruches et nourrissage au sucre sans état d’âme[7], et,
  • retrait excessif de miel des colonies

Tout comme pour la permaculture, les petits porteurs de projets apicoles alternatifs, non dépendants des financements, et les amateurs sont les promoteurs de ces nouvelles pratiques. Ils apportent la preuve que la dégradation spectaculaire et silencieuse de la biodiversité et la disparition des pollinisateurs, ne sont pas une fatalité.

La dénonciation des méfaits de l’économie agricole de marché en sera d’autant accentuée. Les consommateurs avertis auront un rôle prépondérant dans la révolution agricole à venir,  absolument indispensable à la survie de la civilisation humaine de type occidentale.


  • [1] Allocution en mars 2019 de Nicolas Hulot, transmise sur Youtube, où il affirme, sans ambiguité, que le système économique actuel n’est pas la solution mais bien le problème.
  • [2] http://www.notre-planete.info/actualites/3116-forets_plaine_changement_climatique
  • [3] Avis de gros temps sur la pollinisation, François Villatte, revue « Abeilles en liberté » n°4 octobre 2019
  • [4] https://www.fondationbiodiversite.fr/la-biodiversite-favorise-t-elle-la-productivite-des-ecosystemes/
  • [5] uchesdebiodiversite.fr
  • [6] Agriculture post-carbone – Servigne/Chapelle – 2ème Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable
  • [7] Nourrissement : du sucre sans état d’âme, dossier coordonné par Stéphane Bonnet, revue « Abeilles en liberté » n°4 octobre 2019
16
Oct
2019

Visite au rucher à travers la plume d’une marraine…

On vous partage un « moment féérique » au rucher de Philippe, Les Gorges de DALUIS, à travers le récit d’une marraine Philosophe …
Prenez le temps d’une lecture simple, pleine d’images et de bonheur.
Vivez, ou revivez le temps d’un instant, la rencontre entre Philippe, apiculteur et ses parrains, le dimanche 13 octobre dernier.
Bonne lecture à tous !

« Depuis mon épopée cyclopédique je n’avais plus écrit de reportage sur ma belle vie à Nice, parce que je n’avais rien fait d’exceptionnel sauf le longe côte que je vous raconterai une autre fois, mais sans photo car moi en tenue de mer cela ne le fait pas….

Bien revenons à cette magnifique journée de visite du rucher, invitation par Philippe apiculteur et bien plus parce que je parraine des ruches avec
« Un Toit Pour Les Abeilles  »

je vous en parlerai tout à l’heure.

Départ au rucher…

Donc départ à 8h, magnifique journée de beau temps avec 22° pour le piquenique, enfin 10° ce matin à 10h dans la montagne .
2h30 de trajet dont 8km de piste.
La route de la montagne est magnifique avec les coulisses d’automne rouges et or sur fond de mélèzes ou de garrigues.
Puis les spectaculaires plissements géologiques qui font compte l’émergence des Alpes avec le glissement des plaques tectoniques.
Puis les hauts sommets sous le ciel d’un bleu pur.
La haut nous sommes 25 pour rencontrer Philippe. »

Rencontre avec Philippe, l’apiculteur

C’est un homme extraordinaire et qui partage une somme de connaissances avec simplicité

bien au-delà des Abeilles et du rude métier d’apiculteur, d’autant qu’il fait tout lui même sans mécanique, de l’attention à la meilleure vie des essaims, de l’entretien des ruches, de la préparation du miel, du pain de miel, du propolis, de la cire d’abeille. Mais aussi quelques distillations des plantes de la montagne, des transhumances et de la commercialisation de ses produits.

Je vous disais donc que cet homme sait tout de sa montagne, il est ou a été forestier et partage avec nous le reboisement des terres dénudées par exemple et plein d’autres choses.
Or donc après les 3km de pistes (on est à proximité du village de Guillaume pour Cathy, Anne lise et Lee qui connaissent) on en termine avec la 1ère partie… serions nous arrivés, il est maintenant midi… Que nenni!

Philippe transfère les 30 personnes sur le plateau de son véhicule auquel il adjoint une remorque ou prennent place toutes les autres personnes !!
Prudemment je me suis installée à côté de lui. Et c’est reparti pour 3 nouveaux km sur une piste de la garrigue avec des virages en épingle ! Je pense que cela fera des souvenirs inoubliables pour les personnes bringueballées dans la remorque.

Nous y sommes…

Enfin on arrive dans un endroit merveilleux, sa maison, ses ruches, sa miellerie. Philippe nous offre tout cela avec simplicité et beaucoup de naturel, et en prime son sourire. Alors merci et à l’année prochaine.

Sur le retour j’ai croisé la locomotive à vapeur du train des pignes en service. J’ai aussi pris en stop un vieux monsieur bien sympathique qui m’a fait moult compliments très aimables mais qui a empesté ma voiture avec une odeur de tabac froid, en plus je suis sûre qu’il fume des gitanes maïs !
Voilà ce grand laïus est terminé…

Je vous parle de l’Un Toit Pour Les Abeilles


Il s’agit dune initiative qui a pour but d’aider les apiculteurs et de sauvegarder les Abeilles. On parraine une ou plusieurs ruches et des surfaces de fleurs mellifères. Cela ne coûte pas cher en fonction de ce que l’on choisi… je n’ai aucun intérêt dans l’initiative mais je suis persuadée que lorsque les insectes pollinisateurs et surtout les Abeilles auront disparu notre terre sera vraiment en danger.
Et voilà je vous embrasse tous… »

18
Sep
2019

« Continuer à nous mobiliser pour que perdure le miracle de la vie » – Article de Yves ROBERT (Apiculteur Un Toit Pour Les Abeilles)

Il existe des miracles de la vie auxquels nous ne prêtions peut-être pas suffisamment d’attention avant qu’ils ne soient en péril, menacés de destruction…

Telle est la situation des abeilles mellifères sur certains continents. La question de notre responsabilité se pose spontanément ; ainsi que la manière dont nous pouvons agir pour éviter l’irréparable.

Une place de choix

Privé de contact suffisamment intime avec elles, nous ne savons pas toujours précisément à quel point leur activité est merveilleusement intelligente et profitable à la vie : la nôtre, mais aussi celle d’une flore, dont la production et la pérennité dépend. Cependant, dans l’inconscient collectif, l’abeille mellifère s’est taillé une place de choix, durant le très long compagnonnage qu’elle a accepté de vivre avec l’espèce humaine. Le témoignage des découvertes archéologiques reculent toujours plus dans le temps le moment où ces deux espèces ont croisé leurs destinées.

Mais, voilà qu’un risque de rupture se fait jour avec de plus en plus d’évidence. Les abeilles ne sont plus les bienvenues dans notre monde  industrialisé, obnubilé par la mise en œuvre de  moyens de plus en plus destructeurs.

Ce n’est pas parce ces insectes ont une capacité extraordinaire d’adaptation à des crises ponctuelles qu’il est possible de pérenniser leur présence dans des zones qui leur sont devenues franchement hostiles.

Des rapports officiels

Depuis 2016, nous disposons d’une étude internationale menée par l’IPBES (souvent présenté comme le GIEC de la biodiversité) sur la situation critique des pollinisateurs. Dans un article, intitulé « Pollinisateurs : l’alerte de l’IPBES », le Journal de l’environnement commente ce rapport : « La production de culture dépendant des pollinisateurs (fruits et légumes) a augmenté de 300 % en volume au cours des dernières décennies », apportant du crédit à l’hypothèse de risque de rupture d’approvisionnement alimentaire avec la poursuite du déclin des pollinisateurs.

Dans les rapports officiels, les principales causes identifiées sont : « la perte et la fragmentation des habitats, les invasions biologiques, la surexploitation des espèces et le réchauffement climatique » (Source : conservation-nature.fr)

Les abeilles mellifères cumulent tous ces facteurs défavorables et aggravants, dont la cause est unique et pas assez courageusement dénoncée : la pression sans limite d’un système économique et social mortifère. Qui, non seulement, malmène le vivant jusqu’à provoquer la mort de nombreuses espèces; mais qui continue inexorablement à promouvoir un modèle hurlant de non-sens, et procèdent à des destructions pures et simples (de la flore, notamment), entretient une pollution généralisée (par les produits de synthèse) et provoque une exploitation sans frein.

Quitter une trajectoire suicidaire

Cette trajectoire suicidaire, délibérément conduite par l’industrialisation de l’agriculture et l’intensification des aménagements est une perspective scandaleuse avec laquelle la profession apicole aurait dû depuis longtemps renoncer à composer. Refuser de se compromettre dans la logique d’une agriculture qui violente la nature et accepte de compromettre son propre potentiel de production, présent et à venir

Cette saison apicole illustre la descente aux enfers d’une activité qui cumule toujours plus de facteurs défavorables.

Il a été notamment possible de mettre en évidence l’influence du réchauffement climatique sur la plus mauvaise des récoltes de miel encore enregistré en France : celle de cette année 2019. Or, il est malheureusement prévu que le réchauffement climatique accentue dans ses effets, comme malheureuse tous les autres facteurs défavorables (perte de la biodiversité florale, pollution par les pesticides) et ceci malgré les intentions affichées.

Parce que l’on refuse de s’attaquer à la cause commune, profonde et incontournable : notre modèle de civilisation.

Pour y parvenir, je propose de nous tourner vers la vie, vers ce miracle qu’elle constitue, et, qui vaut sans peine, toutes les remises en question de nos mauvaises habitudes et de la vision du monde manifestement erronée qui les justifient.

Invitation à partager une véritable intelligence collective

Grâce à votre vigilance et votre solidarité, des apiculteurs peuvent, malgré les pires difficultés, développer un savoir-faire permettant de maintenir une perspective d’avenir pour cette activité bénéfique.

Tisser de solides réseaux permet, à la fois, d’inviter toujours plus de personnes à participer à un mouvement émancipateur et, aussi, de peser plus significativement dans le choix d’une transition radicale, à la hauteur des enjeux, maintenant clairement affichés à la face de l’humanité.

Pour contenir le réchauffement climatique, sauvegarder notre capacité d’approvisionnement alimentaire.

Y parvenir, supposer de restaurer d’urgence nos écosystèmes et, réduire drastiquement notre consommation d’énergie et donc la mécanisation en agriculture, au profit de véritables savoir-faire.

S’il faut encore et toujours faire de la pédagogie, nous en ferons. S’il faut se battre, jour après jour, pour défendre la cause des abeilles ; nous le ferons. S’il faut affiner des perspectives viables d’avenir, nous ne nous lacerons pas de le faire…

Mais, nous ne le ferons pas sans votre participation active, de chaque jour, sans un mouvement collectif de grande ampleur… Sans cette intelligence collective, à laquelle nous sommes tous invités à nous joindre !

Annexe 1 : Paléontologie, préhistoire, abeilles et apiculture

La découverte, en octobre 2006, d’une abeille fossilisée âgée de cent millions d’années « fossilisée tend donc à confirmer que les abeilles ont, par leur rôle de pollinisation, permis la rapide expansion des angiospermes, les plantes à fleurs. La flore terrestre était auparavant dominée par les gymnospermes, une famille de plantes largement représentée par les conifères, qui dépendent du vent pour leur pollinisation. Or, le professeur Poinar relève dans cette étude que les premières angiospermes commencent à se répandre rapidement il y a un peu plus de cent millions d’années, phénomène concomitant de l’évolution des abeilles, comme en témoigne ce spécimen fossilisé. » (Source Le Monde 26 octobre 2006)

« Il n’est pas possible de dire exactement quand l’homme s’est intéressé à ce que l’abeille récolte et produit elle-même. Il est probable que, prenant modèle sur l’ours ou d’autres animaux friands de ce mets de choix (oiseaux, rongeurs, fourmis), l’homme a dû, depuis des temps préhistoriques reculés, utilisé au moins le miel et la cire des abeilles sauvages.

Les premiers témoignages iconographiques, quant à eux, remontent au mésolithique (-12000 à – 6500) et on les trouve dans des contrées aussi diverses que l’Espagne, le Sahara, l’île de Bornéo, l’Australie, l’Inde (Singanpur, Bhimbetka) ou la Chine. Il semblerait que l’abeille et le chien ont été dès cette époque les premières conquêtes de l’homme ».

(Source : Encyclopédie universelle de la langue française)

Annexe 2 : Rapport de l’IPBES sur les pollinisateurs

« La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques, ou IPBES (Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services). Est un  réseau international de chercheurs, né en 2010 et officiellement créé en 2012 par 124 pays, est construit sur le modèle du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) et, comme son nom l’indique, chargé de faire le point sur la biodiversité mondiale. Il en est à sa quatrième réunion plénière, à Kuala Lumpur, en Malaisie, et à la publication de son premier rapport. Il se concrétise aujourd’hui par une évaluation du rôle de la pollinisation dans la production agricole à but alimentaire.

Les résultats de cette étude de deux années menée par 80 scientifiques peuvent se résumer en chiffres et en conseils pour protéger les animaux, insectes, bien sûr, mais aussi vertébrés, qui sont utiles à la reproduction des plantes à fleurs, sauvages ou cultivées. Le constat est double : la pollinisation naturelle (qui peut aussi passer par le vent) est cruciale ou importante pour les trois quarts de l’agriculture mondiale et, d’autre part, les espèces pollinisatrices sont un peu partout en déclin. » (Source : Futura Planète)

Voilà les cinq chiffres mis en exergue par le rapport :

  • 20.000 : le nombre d’espèces d’abeilles sauvages qui participent à la pollinisation
  • 75 % : pourcentage des cultures mondiales pour l’alimentation qui dépendent, en partie, de la pollinisation.
  • 300 % : augmentation en cinquante ans de la production, en volume, dépendant de pollinisation.
  • Près de 90 % : pourcentage de plantes à fleurs sauvages qui dépendent, de la pollinisation par les animaux.
  • Plus de 40 % : pourcentage de pollinisateurs (surtout les abeilles et les papillons) en danger d’extinction.

Annexe 3 : Une année apicole 2019 gravement marquée par le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique qui provoqué par l’augmentation de la concentration dans l’atmosphère des gaz à effet de serre implique, globalement, une augmentation de la moyenne de température à la surface du globe terrestre. Il s’agit donc d’une tendance nette au réchauffement, comme en atteste les records de températures maximales enregistré dans de nombreuses régions de France au début de l’été 2019.

Mais cette évolution générale à des répercutions complexes, via la fonte des glaciers et la modification de trajectoire et d’amplitude des grands courants marins qui agissent de manière différentiée sur le climat des différentes régions du monde.

Aussi, avons-nous subi, cette année, un contraste saisissant, dans une grande partie du territoire, entre un mois de mai, le plus froid depuis 40 ans, et, un début d’été, comme indiqué précédemment, enregistrant des températures extrêmement hautes, encore jamais atteintes. La répercussion sur l’activité des colonies d’abeilles a été considérable, car cette évolution hiératique des températures a grandement entravée le développement, à la fois, des populations d’abeilles elles-mêmes ; mais aussi des floraisons dont dépend leur alimentation. L’effet conjugué est catastrophique. La production de miel, que ne cesse de décroitre, en France, depuis plusieurs décennies sera à son plus bas niveau historique, entrainant l’enracinement de la profession apicole dans une crise aigüe. Certains apiculteurs ont même été victime de vol de miel par d’autres professionnels… Si ne s’agit pas là, proprement, d’un point de rupture, à partir de quand considère-t-on que rien ne va plus ?..

Annexe 4 : Le piège de la rationalisation

Pris entre la nécessité morale de changer radicalement de cap et la poursuite dans les faits de la mauvaise trajectoire de notre civilisation, nous nous trouvons en pleine dissonance cognitive. Situation intolérable, de laquelle il nous faut sortir au plus vite en rejetant la situation de soumission induite qui est la nôtre aujourd’hui, et qui peut être décrite de la manière suivante :

« Dans la situation de soumission induite, les participants sont conduits à réaliser des actes allant à l’encontre de leurs attitudes ou opinions ou encore de leurs motivations (…) Des expérimentations montrent :

  • Qu’il est possible de modifier les attitudes d’un individu en l’amenant à réaliser un acte qu’il n’aurait pas réalisé spontanément et qui, par conséquent, peut être qualifié d’acte de soumission : défendre oralement ou par écrit un point de vue différent du sien.
  •  Que les modifications d’attitude consécutives à l’acte de soumission dépendent de la rémunération offerte.

La théorie de la dissonance décrit le processus par lequel un agent obéissant et déclaré libre rationalise ses comportements problématiques impliqués par son obéissance, c’est-à-dire finit par attribuer suffisamment de valeurs à ses comportements pour que leurs réalisations soient justifiées. Il s’agit de la rationalisation cognitive. » (Source : https://www.researchgate.net service d’accès à des textes scientifiques)

Article rédigé par Yves ROBERT – Apiculteur du Réseau Un Toit Pour Les Abeilles

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | un toit pour les abeilles