18
Sep
2019

« Continuer à nous mobiliser pour que perdure le miracle de la vie » – Article de Yves ROBERT (Apiculteur Un Toit Pour Les Abeilles)

Il existe des miracles de la vie auxquels nous ne prêtions peut-être pas suffisamment d’attention avant qu’ils ne soient en péril, menacés de destruction…

Telle est la situation des abeilles mellifères sur certains continents. La question de notre responsabilité se pose spontanément ; ainsi que la manière dont nous pouvons agir pour éviter l’irréparable.

Une place de choix

Privé de contact suffisamment intime avec elles, nous ne savons pas toujours précisément à quel point leur activité est merveilleusement intelligente et profitable à la vie : la nôtre, mais aussi celle d’une flore, dont la production et la pérennité dépend. Cependant, dans l’inconscient collectif, l’abeille mellifère s’est taillé une place de choix, durant le très long compagnonnage qu’elle a accepté de vivre avec l’espèce humaine. Le témoignage des découvertes archéologiques reculent toujours plus dans le temps le moment où ces deux espèces ont croisé leurs destinées.

Mais, voilà qu’un risque de rupture se fait jour avec de plus en plus d’évidence. Les abeilles ne sont plus les bienvenues dans notre monde  industrialisé, obnubilé par la mise en œuvre de  moyens de plus en plus destructeurs.

Ce n’est pas parce ces insectes ont une capacité extraordinaire d’adaptation à des crises ponctuelles qu’il est possible de pérenniser leur présence dans des zones qui leur sont devenues franchement hostiles.

Des rapports officiels

Depuis 2016, nous disposons d’une étude internationale menée par l’IPBES (souvent présenté comme le GIEC de la biodiversité) sur la situation critique des pollinisateurs. Dans un article, intitulé « Pollinisateurs : l’alerte de l’IPBES », le Journal de l’environnement commente ce rapport : « La production de culture dépendant des pollinisateurs (fruits et légumes) a augmenté de 300 % en volume au cours des dernières décennies », apportant du crédit à l’hypothèse de risque de rupture d’approvisionnement alimentaire avec la poursuite du déclin des pollinisateurs.

Dans les rapports officiels, les principales causes identifiées sont : « la perte et la fragmentation des habitats, les invasions biologiques, la surexploitation des espèces et le réchauffement climatique » (Source : conservation-nature.fr)

Les abeilles mellifères cumulent tous ces facteurs défavorables et aggravants, dont la cause est unique et pas assez courageusement dénoncée : la pression sans limite d’un système économique et social mortifère. Qui, non seulement, malmène le vivant jusqu’à provoquer la mort de nombreuses espèces; mais qui continue inexorablement à promouvoir un modèle hurlant de non-sens, et procèdent à des destructions pures et simples (de la flore, notamment), entretient une pollution généralisée (par les produits de synthèse) et provoque une exploitation sans frein.

Quitter une trajectoire suicidaire

Cette trajectoire suicidaire, délibérément conduite par l’industrialisation de l’agriculture et l’intensification des aménagements est une perspective scandaleuse avec laquelle la profession apicole aurait dû depuis longtemps renoncer à composer. Refuser de se compromettre dans la logique d’une agriculture qui violente la nature et accepte de compromettre son propre potentiel de production, présent et à venir

Cette saison apicole illustre la descente aux enfers d’une activité qui cumule toujours plus de facteurs défavorables.

Il a été notamment possible de mettre en évidence l’influence du réchauffement climatique sur la plus mauvaise des récoltes de miel encore enregistré en France : celle de cette année 2019. Or, il est malheureusement prévu que le réchauffement climatique accentue dans ses effets, comme malheureuse tous les autres facteurs défavorables (perte de la biodiversité florale, pollution par les pesticides) et ceci malgré les intentions affichées.

Parce que l’on refuse de s’attaquer à la cause commune, profonde et incontournable : notre modèle de civilisation.

Pour y parvenir, je propose de nous tourner vers la vie, vers ce miracle qu’elle constitue, et, qui vaut sans peine, toutes les remises en question de nos mauvaises habitudes et de la vision du monde manifestement erronée qui les justifient.

Invitation à partager une véritable intelligence collective

Grâce à votre vigilance et votre solidarité, des apiculteurs peuvent, malgré les pires difficultés, développer un savoir-faire permettant de maintenir une perspective d’avenir pour cette activité bénéfique.

Tisser de solides réseaux permet, à la fois, d’inviter toujours plus de personnes à participer à un mouvement émancipateur et, aussi, de peser plus significativement dans le choix d’une transition radicale, à la hauteur des enjeux, maintenant clairement affichés à la face de l’humanité.

Pour contenir le réchauffement climatique, sauvegarder notre capacité d’approvisionnement alimentaire.

Y parvenir, supposer de restaurer d’urgence nos écosystèmes et, réduire drastiquement notre consommation d’énergie et donc la mécanisation en agriculture, au profit de véritables savoir-faire.

S’il faut encore et toujours faire de la pédagogie, nous en ferons. S’il faut se battre, jour après jour, pour défendre la cause des abeilles ; nous le ferons. S’il faut affiner des perspectives viables d’avenir, nous ne nous lacerons pas de le faire…

Mais, nous ne le ferons pas sans votre participation active, de chaque jour, sans un mouvement collectif de grande ampleur… Sans cette intelligence collective, à laquelle nous sommes tous invités à nous joindre !

Annexe 1 : Paléontologie, préhistoire, abeilles et apiculture

La découverte, en octobre 2006, d’une abeille fossilisée âgée de cent millions d’années « fossilisée tend donc à confirmer que les abeilles ont, par leur rôle de pollinisation, permis la rapide expansion des angiospermes, les plantes à fleurs. La flore terrestre était auparavant dominée par les gymnospermes, une famille de plantes largement représentée par les conifères, qui dépendent du vent pour leur pollinisation. Or, le professeur Poinar relève dans cette étude que les premières angiospermes commencent à se répandre rapidement il y a un peu plus de cent millions d’années, phénomène concomitant de l’évolution des abeilles, comme en témoigne ce spécimen fossilisé. » (Source Le Monde 26 octobre 2006)

« Il n’est pas possible de dire exactement quand l’homme s’est intéressé à ce que l’abeille récolte et produit elle-même. Il est probable que, prenant modèle sur l’ours ou d’autres animaux friands de ce mets de choix (oiseaux, rongeurs, fourmis), l’homme a dû, depuis des temps préhistoriques reculés, utilisé au moins le miel et la cire des abeilles sauvages.

Les premiers témoignages iconographiques, quant à eux, remontent au mésolithique (-12000 à – 6500) et on les trouve dans des contrées aussi diverses que l’Espagne, le Sahara, l’île de Bornéo, l’Australie, l’Inde (Singanpur, Bhimbetka) ou la Chine. Il semblerait que l’abeille et le chien ont été dès cette époque les premières conquêtes de l’homme ».

(Source : Encyclopédie universelle de la langue française)

Annexe 2 : Rapport de l’IPBES sur les pollinisateurs

« La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques, ou IPBES (Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services). Est un  réseau international de chercheurs, né en 2010 et officiellement créé en 2012 par 124 pays, est construit sur le modèle du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) et, comme son nom l’indique, chargé de faire le point sur la biodiversité mondiale. Il en est à sa quatrième réunion plénière, à Kuala Lumpur, en Malaisie, et à la publication de son premier rapport. Il se concrétise aujourd’hui par une évaluation du rôle de la pollinisation dans la production agricole à but alimentaire.

Les résultats de cette étude de deux années menée par 80 scientifiques peuvent se résumer en chiffres et en conseils pour protéger les animaux, insectes, bien sûr, mais aussi vertébrés, qui sont utiles à la reproduction des plantes à fleurs, sauvages ou cultivées. Le constat est double : la pollinisation naturelle (qui peut aussi passer par le vent) est cruciale ou importante pour les trois quarts de l’agriculture mondiale et, d’autre part, les espèces pollinisatrices sont un peu partout en déclin. » (Source : Futura Planète)

Voilà les cinq chiffres mis en exergue par le rapport :

  • 20.000 : le nombre d’espèces d’abeilles sauvages qui participent à la pollinisation
  • 75 % : pourcentage des cultures mondiales pour l’alimentation qui dépendent, en partie, de la pollinisation.
  • 300 % : augmentation en cinquante ans de la production, en volume, dépendant de pollinisation.
  • Près de 90 % : pourcentage de plantes à fleurs sauvages qui dépendent, de la pollinisation par les animaux.
  • Plus de 40 % : pourcentage de pollinisateurs (surtout les abeilles et les papillons) en danger d’extinction.

Annexe 3 : Une année apicole 2019 gravement marquée par le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique qui provoqué par l’augmentation de la concentration dans l’atmosphère des gaz à effet de serre implique, globalement, une augmentation de la moyenne de température à la surface du globe terrestre. Il s’agit donc d’une tendance nette au réchauffement, comme en atteste les records de températures maximales enregistré dans de nombreuses régions de France au début de l’été 2019.

Mais cette évolution générale à des répercutions complexes, via la fonte des glaciers et la modification de trajectoire et d’amplitude des grands courants marins qui agissent de manière différentiée sur le climat des différentes régions du monde.

Aussi, avons-nous subi, cette année, un contraste saisissant, dans une grande partie du territoire, entre un mois de mai, le plus froid depuis 40 ans, et, un début d’été, comme indiqué précédemment, enregistrant des températures extrêmement hautes, encore jamais atteintes. La répercussion sur l’activité des colonies d’abeilles a été considérable, car cette évolution hiératique des températures a grandement entravée le développement, à la fois, des populations d’abeilles elles-mêmes ; mais aussi des floraisons dont dépend leur alimentation. L’effet conjugué est catastrophique. La production de miel, que ne cesse de décroitre, en France, depuis plusieurs décennies sera à son plus bas niveau historique, entrainant l’enracinement de la profession apicole dans une crise aigüe. Certains apiculteurs ont même été victime de vol de miel par d’autres professionnels… Si ne s’agit pas là, proprement, d’un point de rupture, à partir de quand considère-t-on que rien ne va plus ?..

Annexe 4 : Le piège de la rationalisation

Pris entre la nécessité morale de changer radicalement de cap et la poursuite dans les faits de la mauvaise trajectoire de notre civilisation, nous nous trouvons en pleine dissonance cognitive. Situation intolérable, de laquelle il nous faut sortir au plus vite en rejetant la situation de soumission induite qui est la nôtre aujourd’hui, et qui peut être décrite de la manière suivante :

« Dans la situation de soumission induite, les participants sont conduits à réaliser des actes allant à l’encontre de leurs attitudes ou opinions ou encore de leurs motivations (…) Des expérimentations montrent :

  • Qu’il est possible de modifier les attitudes d’un individu en l’amenant à réaliser un acte qu’il n’aurait pas réalisé spontanément et qui, par conséquent, peut être qualifié d’acte de soumission : défendre oralement ou par écrit un point de vue différent du sien.
  •  Que les modifications d’attitude consécutives à l’acte de soumission dépendent de la rémunération offerte.

La théorie de la dissonance décrit le processus par lequel un agent obéissant et déclaré libre rationalise ses comportements problématiques impliqués par son obéissance, c’est-à-dire finit par attribuer suffisamment de valeurs à ses comportements pour que leurs réalisations soient justifiées. Il s’agit de la rationalisation cognitive. » (Source : https://www.researchgate.net service d’accès à des textes scientifiques)

Article rédigé par Yves ROBERT – Apiculteur du Réseau Un Toit Pour Les Abeilles

26
Juin
2019

Printemps 2019, une récolte de miel catastrophique !

Un printemps chaotique

« Arrivé au terme du printemps 2019, il n’y a eu, dans ma région, aucune période durable de temps véritablement printanier. Le printemps est, selon les termes mêmes des météorologues une période de «transition entre la saison froide et les chaleurs estivales », qui est « progressive et plus ou moins précoce selon les années. »
Cette année après un début de printemps précoce, début mars, le chaos météorologique a couvert les trois mois qui ont suivi. Trois mois sans aucune progressivité, mais des contrastes insupportables :

  • record de températures basses, après un début de printemps très doux,
  • tempêtes et vents volants, passant subitement du Sud au Nord et Nord Est, puis à l’Ouest.
    Ce sont des conditions extrêmement défavorables au butinage ; et complexes pour le développement des colonies, qui ont besoin d’une progressivité –celle normalement du printemps – dans l’augmentation des températures et de l’amélioration des conditions d’accès aux ressources.

Casse-tête climatique

Habitué aux casse-tête climatique, j’ai suivi de près les colonies.
Les plus fortes de mes colonies et les plus entourées de ressources précoces, en plaine, ont démarré en trombe. Mais a suivi de longues périodes de mauvais temps -vents et pluies se succédant.- Les colonies ont ponctionné dans leurs stocks de miel, leur effectif étant important. Certaines ont même mis dehors de la ruche les mâles, n’étant plus à même d’assurer leur subsistance.
Heureusement, que je ne me suis pas précipité à récolter. Un apiculteur du sud de la France, qui a transporté ses colonies en vallée de Saône pour la floraison l’acacia – miellée qui n’a rien fourni du fait de la météo déplorable – m’a appelé d’urgence pour que je lui indique un fournisseur de sirop apicole, car toutes ses colonies criaient famine !
Pour les colonies les moins fortes et moins entourées de ressources printanières, les effectifs n’ont eu énormément de mal à se développer significativement de tout le printemps.
C’est un euphémisme de considérer que « les miellées de printemps tant attendues ne feront pas que des heureux » (Propos de Frank Alétru, président du Syndicat National d’Apiculture, dans la revue « L’Abeille de France de juin 2019.)

Piégé par les perturbations climatiques

Mes colonies se sont adaptées en faisant profil bas. L’abeille noire a les capacités de le faire ; et je n’ai pas fait d’intervention contrecarrant cette stratégie. Le résultat est l’absence d’excédent de miel de printemps que je pourrais récolter…
Or, en plaine de Saône, c’est une première phase de récolte en générale significative. Des perturbations climatiques en 2013 (Météo France indique que « le mois de mai 2019 a été le plus frais depuis mai 2013 ») et en 2016 ont abouti à des récoltes de printemps très faibles.
Je peux témoigner du côté imprévisible de perturbations climatiques et de leur conséquence. Je suis bien au courant de ce risque, comme tout apiculteur ; mais j’en subis pourtant les effets inévitables.
Cette fois, un extrême a été atteint, rejoignant la liste des extrêmes qu’il faudra dorénavant considérer comme prévisibles…
J’ai préservé le potentiel pour la suite de la saison notamment avec un suivi de l’essaimage réussi.
Mais, je tremble à l’idée que les perturbations météorologiques persistent à saboter mes espoirs et mes résultats. Notamment, si la canicule venait à succéder à la froideur printanière ; aucun phénomène extrême n’étant à exclure…
Combien de fois, ce printemps, je me suis dit, que les perturbations allaient s’achever ; alors qu’elles devenaient de plus en plus extrêmes !…
C’est la plus longue période de perturbations printanières de mon expérience d’apiculteur. »

Yves ROBERT – Apiculteur du réseau Un Toit Pour Les Abeilles et Formateur en apiculture. Le Rucher de Sennecey (71)

29
Sep
2016

Évolution de la récolte de Miel en France

Comme vous l’avez probablement lu dans la presse ou au travers des nouvelles de vos apiculteurs, nous sommes en train de vivre notre pire saison apicole !

Nous pensions le désastre de 2014 derrière nous. Souvenez-vous, une année particulièrement difficile ou nous avions dû décaler de quelques mois les livraisons aux parrains pour profiter de l’arrière-saison.

Et bien 2016 a détrôné le triste record de 2014 avec une récolte au niveau national inférieure cette année à 10 000 tonnes. A peine 9000 tonnes récoltés contre 35 000 dans les années 90. Les importations quant à elles ne cessent d’augmenter !

Voici un tableau avec l’évolution de la récolte nationale et des importations de Miel des années 90 à aujourd’hui…

Voilà de quoi alerter sur la situation désastreuse que nous sommes en train de vivre.

tableau recolte et import miel

Nous avons tenté de comprendre pourquoi, après un léger regain en 2015, le monde apicole a de nouveau sombré cette année.

Pour nombres d’apiculteurs les pesticides, toujours utilisés en masse, sont bien entendus les premiers responsables de ce chaos écologique.

La loi Biodiversité, après de nombreux reculs a finalement voté l’arrêt de l’utilisation des pesticides de la famille des néonicotinoïdes. Mais cette loi ne sera applicable qu’à compter de 2018 avec des dérogations jusque 2020. Nos colonies s’affaiblissent chaque jour et ne tiendront pas jusque là…

pesticides

Outre les pesticides c’est l’addition de deux facteurs qui expliquent la très mauvaise récolte de cette année.

Les conditions météos qui ont été similaires finalement à 2014. Il ne faut plus se voiler la face : le dérèglement climatique est bien là…

Le temps joue un grand rôle dans le développement et l’équilibre des colonies. Le froid d’hiver incite les abeilles à l’hivernage. Le retour du printemps influe sur les floraisons et sur les récoltes. Il suffit alors que la météo n’ait pas joué son rôle de « modérateur » pour que les colonies soient perturbées. Ça été le cas cette année :

  • L’hiver a été particulièrement doux et les abeilles n’ont pas eu de réelle « pause hivernale ». Elles ont puisé dans leurs réserves.
  • S’en est suivi beaucoup trop de pluie au printemps ne permettant pas aux abeilles de sortir de la ruche pour butiner.
  • Et puis l’été est arrivé, tellement vite et tellement sec qu’il a asséché la flore à peine éclos…

Réchauffement-climatique-public-domain

Un deuxième facteur explique la très mauvaise récolte enregistrée cette année : l’érosion de la Biodiversité

Les cultures sont pauvres, on privilégie les monocultures au détriment d’une grande biodiversité. Pas de place pour les « mauvaises herbes », mêmes si ces dernières sont bénéfiques aux abeilles.

Les champs son cultivés de manière « anarchique », c’est à dire sans réelle réflexion sur la continuité des floraisons. Les abeilles peuvent puiser quelques ressources mais une fois la floraison terminée, il n’y a plus rien. Elles puisent alors dans leurs réserves quelques temps avoir de pouvoir profiter d’une nouvelle floraison. Il peut ainsi se passer un ou deux mois avant que de nouvelles cultures prennent le relais des premières. Les apiculteurs n’ont d’autres choix que de transhumer…

Dure dure la vie d’abeilles !

cac

Aujourd’hui, au-delà de la maigre récolte, c’est le désastre écologique qui se trame qui nous inquiète, si nous ne faisons rien.

Beaucoup d’apiculteurs ont réclamé la « calamité apicole » et d’autres ont décidé de jeter l’éponge.

Nos apiculteurs, soutenus par les parrains poursuivent l’aventure, même si ce n’est pas de tout repos. Mais certains réfléchissent déjà à reprendre une activité en parallèle. C’est pourtant un si beau métier que celui d’apiculteur !

La bonne nouvelle pour vous parrains, c’est que l’ensemble de nos apiculteurs ont quand même pu récolter suffisamment de miel pour vous et pour les abeilles qui vont bientôt rentrer en hivernage.

Nous vous remercions donc pour votre soutien précieux et espérons que la grande famille Un toit pour les abeilles s’agrandira bientôt avec la participation de nouveaux parrains.

Nous avons plus que jamais besoin de vous…

Un toit pour les abeilles : parrainez une ruche pour sauver les abeilles !

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | un toit pour les abeilles