BLACHERE ILLUMINATION

Logo BLACHERE ILLUMINATION

1970 marque le début de l’activité « illumination » dans cette structure familiale à forte identité. 39 ans d’invention conduiront Blachère Illumination, des décors-lampes traditionnels, aux décors tridimensionnels fil lumière dans les années 80, aux assemblages les plus novateurs à base de led depuis 9 ans. 

En quelques chiffres : Blachère Illumination est une PME dont le chiffre d’affaires est supérieur à 50 millions d’euros. Elle compte plus de 100 personnes dans ses effectifs permanents et ses bureaux de design et d’étude comprennent à eux seuls 18 personnes.

Dans un secteur concurrentiel très actif, Blachère défend :

  • Une politique résolument créative en termes de produits et d’installations lumineuses.
  • Le plus ancien savoir faire en matière d’illumination de villes.
  • Des engagements environnementaux et éthiques.


Blachère Illumination est une entreprise résolument moderne où se dessine ce que seront les illuminations de demain. Elle promeut les technologies de l’avenir dans le domaine énergétique et consacre des moyens importants au service de la recherche. Ainsi ses produits, son site de production (éoliennes, chauffages solaires, récupération des eaux pluviales, centre de tri incorporé…), ses emballages (minimisant l’encrage) et ses supports papiers ont tous fait l’objet d’une réflexion engagée sur le thème de l’écologie.

Précurseur depuis 40 ans dans de nombreux domaines, la société encourage aujourd’hui ses clients à installer des produits led de très faible consommation afin de laisser aux générations à venir un environnement mieux protégé. 100% de sa production en décors lumineux est assurée aujourd’hui par ces produits Led. Blachère Illumination travaille avec un système hybride BHS Blachère permettant en plus de l’alimentation sur secteur, l’alimentation solaire de ses motifs. Elle a également entamé une réflexion plus large sur le recyclage de tous les composants de sa production.

Leader en France mais également à l’international, l’entreprise est fière d’illuminer les plus grandes villes du monde telles que Paris, Londres, Madrid, Vienne, Milan, New York, Los Angeles, Lisbonne, Saint Petersbourg ou Seoul.

Présent à l’étranger depuis plus de 20 ans, Blachère illumination a développé son implantation à travers la création de filiales propres et des partenariats avec de fidèles distributeurs locaux. L’entreprise, forte de 7 filiales 100% Blachère, regroupe aujourd’hui plus de 50 personnes à l’étranger. Avec plusieurs projets de nouvelles filiales en cours de constitution, de nouveaux pays « illuminés » en 2009, Blachère illumination maintient ses objectifs de croissance dans les années à venir. Grâce à son bureau Design & Créations et son réseau de distribution, la société est en mesure actuellement de concevoir, réaliser et livrer tous les projets d’illumination et ce, partout dans le monde.

Le développement de Blachère Illumination SAS se poursuivra en combinant la recherche de la haute technicité, la créativité, l’innovation, la réactivité, et le souci constant du respect de l’environnement.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

 Après quarante ans d’activités dans les illuminations, profitant d’une position de leader acquise par l’innovation, la créativité, et un souci permanent de toujours faire mieux, il m’est apparu comme une évidence que nous avions un rôle déterminant et influent à jouer.

Aujourd’hui, face aux enjeux sociaux et environnementaux, l’entreprise doit se concevoir comme un outil pour infléchir nos activités vers un développement plus durable.

Conscient de ces enjeux, nous avons décidé de ne pas subir mais d’agir, d’inventer, de créer, de construire des solutions viables, devenir acteur de changements positifs et agir dans des domaines qui nous sont familiers où nos actions auront un impact significatif.

Parce qu’il est possible d’imaginer des solutions alternatives différentes, nous avons engagé des processus d’amélioration sur nos sites de production et dans l’élaboration de nos produits.
Nous souhaitons vivement étendre ces actions à notre sphère d’influence. 

En communiquant avec nous sur vos autres initiatives, vous trouvez un relais supplémentaire à votre démarche. Nous estimons que cet engagement réciproque est déterminant pour partager nos convictions, mutualiser nos actions et orienter nos efforts en vue d’une réelle influence.

Comptant sur votre nécessaire collaboration.


Les ruches en images

  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION
  • La ruche BLACHERE ILLUMINATION

L'apiculteur : Philippe H.

UTPLA apiculteur Philippe H.

L’apiculture est pratiquée dans la famille de Philippe et Nicolas depuis deux générations : Ils ont repris l’exploitation apicole de leur père il y a maintenant plus de 10 ans.
Les deux frères gèrent aujourd’hui plus de 500 ruches et ont mis en place une activité d’élevage de reines et de création de nouvelles colonies d’abeilles (essaims). On peut les retrouver chaque jour sur les marchés de Cavaillon, Bagnols sur Cèze, Arles, Orange, Carpentras et Avignon, où ils vendent leur miel,mais aussi de la brèche (miel en rayon), ou encore du pollen.

Philippe est aussi Président du syndicat des apiculteurs de Vaucluse, qui fédère plus de 150 apiculteurs.

La météo et ses caprices

Mercredi 27/09/17

Chers parrains,

Je vous ai expliqué la semaine dernière les quelques difficultés rencontrées sur cette saison.
Je voulais vous donner quelques précisions sur les miellées qui ont été particulièrement perturbées cette année.
Ça a commencé par le romarin qui n’a pas donné cette saison. L’acacias non plus d’ailleurs à cause des gelées que nous avons subie.
Mais le plus dur sur cette saison apicole aura été sans nul doute le manque d’eau. Les sols n’ont pas vu la moindre goutte d’eau pendant trois mois et demi, voire quatre mois. Vous imaginez…
Les sols se sont asséchés trop vite, et avec eux les plantations agricoles. C’est la première année que je vois les agriculteurs arroser aussi abondamment les champs de lavande pour espérer qu’elles tiennent le choc.
Ça a permis de sauver les meubles.
Aujourd’hui il reste encore un peu de bruyères et les abeilles profitent de ces dernières miellées pour accumuler des provisions pour cet hiver.
J’aimerais pouvoir vous donner des nouvelles plus enthousiastes mais c’est aussi la réalité de notre métier.
Nous essuyons notre deuxième année consécutive de mauvaise récolte liée à des conditions météos défavorables.
Pour ma part, cette saison aura été une course folle contre la montre de Dame Nature. Je suis littéralement « lessivé ». Mais je reste positif car j’aime mon métier et je sais que parfois il peut être difficile.
Je vous dis à très vite,

Philippe,

Voir toutes ses actualités


Le rucher D'Entraigues

Le rucher D
Les ruches de Philippe et Nicolas sont installés à proximité d’Avignon sur la commune d’Entraigues près de Gigogan, sur une zone de Garrigues et de forêts.

Philippe travaille avec des abeilles de races Caucasienne, un peu de Buckfast et depuis 2011, sélectionne un peu de Carnica.

De façon à suivre les floraisons, les deux frères pratiquent chaque année la transhumance de leurs ruches vers le plateau d’Albion, les Alpilles ou l’Isère.

Le miel récolté pour un toit pour les abeilles est un miel toutes fleurs de consistance cristalline (solide) à crémeuse composé notamment de miellat (à partir de la sève des plantes) qui est une grande source d'apport en acides aminés et lui confère un gout assez relevé, très parfumé et une couleur plutôt sombre.
On y retrouve aussi des notes de fleurs d'amandiers butinées au printemps et un mélange floral de prairies (pissenlits, trèfles, pruniers sauvages...)

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Enfin le printemps… Nous l’avons attendu et les abeilles aussi !
Et c’est encore bien fragile. Les prévisions pour cette toute première semaine d’avril sont perturbées par des averses répétées.
Mais on nous promet une fin de semaine ensoleillée et aux températures agréables.



Les abeilles pourront ENFIN commencer à sortir des ruches. Le confinement aura été long cette année. Les réserves sont épuisées dans les ruches et le souci c’est que les averses et le froid des dernières semaines n’ont pas permis aux premières floraisons de printemps de s’effectuer correctement. Les abeilles vont devoir prendre leur mal en patience en allant butiner ça et là les toutes premières floraisons encore peu nombreuses.
Mais il faut voir les choses du bon côté ! C’est le printemps et le beau temps devrait finir par s’installer progressivement.



En attendant les abeilles vont certainement parcourir des distances plus longues pour trouver les premiers nectars de printemps. Elles peuvent en effet effectuer de longues distances sur un rayon de 3 ou 4 km environ, parfois un peu plus lorsqu’il n’y a pas suffisamment à butiner aux abords du rucher.

Ce qui est plus inquiétant finalement c’est la situation apicole au niveau nationale qui n’évolue pas. Les chiffres sont tombés et encore une fois, nous basculons en dessous de la barre symbolique des 10 000 tonnes de miel récoltés en France. La filière aura produit pour 2017 à peine 9 000 tonnes de miel. Une chute de la production importante à la fois pour l’économie mais aussi pour l’environnement…



Et les français étant de gros consommateurs, c’est l’importation de miel qui évolue chaque année. 34 000 tonnes de miel importé ! Du miel dont on sait qu’il est de plus en plus frelaté :
article le Monde du 20/10/2017 : De plus en plus de miels frelatés dans les importations
En savoir plus sur www.lemonde.fr/de-plus-en-plus-de-miels-frelates-dans-les-importations

Zoom sur … Le bilan apicole de cette saison 2017
Nos apiculteurs Un toit pour les abeilles dresse un bilan mitigé pour cette saison 2017.
Voici quelques nouvelles récentes des ruchers parrainés :
Photo api et ruches



Patrice Amblard (33) 

« J'aurais aimé vous annoncer de bonnes nouvelles mais malheureusement ce n'est pas le cas.
Sur un même rucher, 12 ruches sont mortes durant l'hiver. Les frelons ont eu raison de ma patience et des ruches […] Etant en bio depuis fort longtemps et ayant un ras le bol de tous ces produits de traitement avec des molécules de synthèse que l'on donne aux abeilles, j'expérimente depuis quelques années des huiles essentielles pour lutter contre le varroa. Evidement c'est un choix difficile qui implique beaucoup plus de pertes, mais je reste intègre avec mes abeilles. Ceci sans compter nos ennemis les frelons, certains agriculteurs et leurs pratiques obsolètes, la biodiversité qui s’appauvrit, le climat qui s'assèche. En gros je pense que nous avons franchi un point de non-retour avec la nature, et l'abeille est le témoin de cet échec cuisant de notre monde. Bien triste constat me direz-vous, je reste pourtant confiant. L’abeille a traversé les temps et d'autres catastrophes. Il faudrait juste que l’espèce humaine prenne enfin conscience que nous ne sommes pas seuls sur cette planète... »

Jacques HAZECHNOUR (12)
« Pour nous, l’hiver n’est pas terminé avec des températures très basses et du vent glacial dans la journée. Donc il est beaucoup trop tôt pour ouvrir les ruches. Les mois d’hiver ont été longs et très pluvieux, ce qui n’a pas été favorable pour l’hivernage de nos petites abeilles.
Nous sommes passés régulièrement sur nos ruchers durant cette période et nous avons constaté à chaque passage, la perte de ruches. Elles sont vides alors qu'il y a des réserves de miel…Donc un premier bilan mitigé mais qui annonce déjà une mortalité élevée. »

Justine HENNION (59)
« Nous avons eu cette année, plus de perte de colonies que les années précédentes. D'habitude nous sommes en moyenne à 7 % de mortalité, cette année nous sommes à 15 %. Nous restons quand même en dessous de la moyenne nationale à 30% de perte. La saison a été beaucoup plus froide. Les colonies ne sont pas encore développées comme elles devraient l’être à cette époque. »

Claude POIROT et Pascale LEROY AILLERIE (85)
« La saison apicole 2018 démarre et nous attendons toujours le soleil. Le printemps prend son temps. Les mortalités hivernales dans les ruches sont nombreuses, allant de 30 à 60%, voire même 80% pour certains apiculteurs. 
Pour mémoire, les mortalités dans les ruches étaient évaluées de 1 à 5% au niveau national, avant l’apparition des néonicotinoïdes. Cette famille d’insecticides a la particularité de ne pas tuer les abeilles sur le coup, mais de les affaiblir suffisamment […] Comme vous l’avez compris, la météo est un facteur aggravant, mais ce n’est pas la cause des mortalités hivernales. »


Yvon TORCAT (04)
« Après un hiver normal, un "vrai" hiver avec neige et gèle qui fait du bien au vivant, les beaux jours du printemps se font rares par ici. Les prunus sont en retard sur leur floraison, à moins que ce ne soit l'inverse sur les années précédentes où tout était en avance… Décidément aucune année ne se ressemble. Surprise sur ce que nous réserve celle-là […] A ce jour, une quarantaine de ruche n'ont pas passé l'hiver sur l'ensemble des ruches. Cela fait un taux de perte d'environ 20%, pas la cata mais c'est toujours trop et déplorable… »

De son côté, l'apiculteur …
L'apiculteur, comme les abeilles, s'active en avril et entre en pleine « saison apicole ».  Une première récolte devrait avoir lieu d’ici quelques semaines L'apiculteur devra alors réaliser toute une série d'opérations sur sa ruche, dont notamment la pose et le retrait de hausses (partie supérieure de la ruche dans lequel le miel est récolté).

Le Saviez – vous ?
C'est durant le mois d'avril que s'effectuent les vols nuptiaux. La jeune reine s'est accouplée avec une douzaine de mâles et a gardé dans sa « spermathèque » le sperme de chacun d'eux. Elle puisera tout au long de sa vie (pendant 5 à 6 ans si sa longévité le permet) dans cette réserve chaque fois qu'elle voudra féconder un de ses ovules.

La recette du mois… Financiers au miel (Source : Marmiton) !

INGRÉDIENTS :
- 100 g de beurre
- 100 g de sucre glace
- 40 g de farine
- 60 g d’amandes en poudre
- 50 g de miel
- 3 blancs d'œuf
- Extrait d'amande amère

PREPARATION :
Faites un beurre noisette en faisant fondre le beurre à feu très doux jusqu'à ce qu'il prenne une jolie coloration miel. Fouettez les blancs pour les rendre mousseux mais pas en neige, avec une pincée de sel. Mélangez le sucre glace, la poudre d'amande et la farine. Incorporez le mélange sucre-amande-farine dans les œufs en continuant à mélanger. Ajoutez le miel et mélangez de nouveau. Ajoutez le beurre noisette. Incorporez un trait d'amande amère (facultatif). Une fois que tout est bien mélangé, mettre au frais 3h environ. Versez la pâte dans des petits moules à financier et cuire 12 min à 180-190°C (thermostat 6). Une fois cuits, laissez refroidir quelques minutes pour procéder au démoulage, avec délicatesse. Laissez refroidir et déguster !
Bon appétit et surtout partagez-nous les photos de vos financiers sur les réseaux sociaux !




Imprimer la page

Retour